Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 10 – Chapitre 279

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 279 : La reine du monde

« Si possible, je veux que tous les enfants apprennent à lire et à écrire, et qu’ils puissent savoir faire de simples calculs. », avait dit nerveusement Sybil devant la reine Rica.

Sa voix était légèrement aiguë et son visage était raide.

D’un autre côté, Rica avait montré une forte dignité. Elle était dans son style de reine qui mettait beaucoup de pression.

« Pourquoi ? »

« Eh ? »

« Pourquoi planifiez-vous une telle chose ? »

« S,S’il vous plaît, pardonnez-moi pour ma grossièreté. Sa Majesté connaît-elle la situation des villages agricoles ? Il y aurait des annonces, mais il y a la nécessité d’avoir quelques personnes qui savent lire et écrire pour expliquer ce qui est dit à tous les villageois. Dans les pires endroits, il n’y en a même pas un qui pourrait le faire. Il est courant qu’ils attendent que des voyageurs arrivent pour leur faire comprendre les choses. »

« Est-ce mauvais ? », avait répondu Rica. Son visage avait l’air de dire qu’elle agissait de manière stupide.

« Le décret du royaume ne sera pas propagé entièrement. Sans parler de ceux qui sont dans une grande urgence, s’il n’y a que peu de personnes capables de lire, les détails des avis officiels deviendront obscurs au fur et à mesure qu’ils se transmettront à d’autres personnes, sauf celles qui pourraient réellement les lire. Au fur et à mesure que l’information est transmise d’une personne à une autre, le vrai sens sera progressivement perdu. »

Sybil avait parlé avec passion de la raison pour laquelle elle voulait répandre l’éducation, enseigner à tous comment lire et écrire.

Elle était nerveuse au début, mais elle s’était délestée petit à petit de cette tension, jusqu’à ce que son ton vers Rica devint vigoureux.

{Elle semble très enthousiaste}

« Si elle ne l’était pas, alors elle n’aurait probablement pas pu faire ce qu’elle a fait. Des choses comme utiliser sa propre richesse et errer dans de nombreux villages. »

{Après tout c’est important d’étudier}

Son discours avait continué pendant près d’une heure.

Après cela, Rica qui l’écoutait tranquillement avait dit.

« Je comprends l’essentiel de ce que vous essayez de dire. Cependant, tout cela est difficile. »

« P-Pourquoi ça ? »

« Il y a la main-d’œuvre, ainsi que d’autres choses en jeu. »

Rica leva deux de ses doigts d’une manière gracieuse.

« La raison pour laquelle vous avez été conduite à utiliser votre propre richesse était d’acquérir une place pour enseigner les enfants. Et la raison pour laquelle vous avez été obligé d’errer dans la zone est parce qu’il y avait trop peu de gens qui sont capables d’enseigner. »

« Oui... »

« Ce n’est pas simple de résoudre une telle difficulté. »

« S,Si c’est les pouvoirs de Sa Majesté ! »

Sybil avait crié, mais Rica était restée imperturbable.

« Un souverain n’est pas un dieu. Il y a une limite à l’autorité des ordres que l’on donne à tous les nobles. »

« ... Des gens aussi distingués ne veulent pas abandonner leur monopole de la connaissance. »

« Correct. Plus le rang d’un noble est élevé, plus ils croient que la connaissance est une richesse. »

Sybil avait été abattue par la réponse de Rica. Elle avait l’air de se rendre compte que c’était inutile, même si elle faisait directement appel à la reine de Calamba.

« Seigneur Yuuki. »

« Mn ? »

« Qu’est-ce que tu penses ? »

« À propos des nobles ? Cela devrait fonctionner d’une manière ou d’une autre, si tu leur imposes réellement cet ordre. »

« Umu, il faut qu’on ait la volonté de mener le projet jusqu’au bout, peu importe les résultats une fois qu’il a commencé. Si seulement il y avait un autre moyen. »

« Maintenant que tu l’as mentionné... »

Je m’étais souvenu de quelque chose.

Parlant d’écoles à l’époque féodale, en tant que japonais, je ne pouvais que penser à cela.

« Il y a quelque chose qu’on appelle l’école du temple »

« L’école du temple ? »

« Oui. C’est une institution qui apprend aux enfants à lire et à écrire exactement comme elle l’a dit. Son nom a été donné parce qu’ils étaient situés dans des temples, avec des moines qui pouvaient lire les Écritures en tant qu’enseignants. »

« Moines et Écritures »

« Dans notre cas, je pense que cela serait l’église de Solon »

« Je vois, ce qui me fait penser que l’Église de Solon a construit ses églises dans de nombreux endroits. Ces dernières années, leurs activités se sont même étendues grâce aux efforts de la Sainte Mélissa. »

« L’église... »

Sybil murmura tout en ayant une expression stupéfaite.

Elle semblait n’avoir jamais pensé à ça.

Tout comme les écoles du temple, si elle pouvait utiliser les églises, le problème de l’emplacement et de la main-d’œuvre pourrait être résolu.

« Cependant, cela doit être encore plus compliqué avec l’église. Après tout, ils ne prendraient jamais de telle mesure. Eh bien, à moins que ce soit un oracle de Dieu. »

« Oui... »

Sybil devint encore plus déconfite.

J’avais hésité à l’interrompre.

Je ne pouvais pas du tout comprendre l’intention de Rica.

Bien que je puisse créer la « voix de Dieu » à travers Caroline, il était étrange pour moi de dire à Sybil que cela serait garanti.

Cela dit, si seulement il intervenait, Rica aurait pu me demander d’intervenir. Il n’y avait pas besoin de prendre Sybil ici comme ça.

Je ne pouvais pas comprendre son intention à ce moment-là, alors je ne pouvais que regarder plus loin.

« Ce n’est pas ça, il n’y a pas d’autre moyen »

« Qu’est-ce que c’est !? »

Sybil demanda rapidement à Rica.

« L’Enfant de Dieu. Connaissez-vous les rumeurs à son sujet ? »

« N-Non... »

« Une fille est soudainement arrivée dans l’église de Solon. Une vraie enfant de Dieu qui peut entendre sa voix. Non, on dit qu’elle peut même lui parler. »

« U-Une telle personne existe ? »

« Elle est très particulière et il est même difficile d’avoir une conversation avec elle, mais si votre voix atteint Dieu, alors peut-être... »

« O-Où est cette Enfant de Dieu ? »

« Elle s’appelle Caroline et elle est à Ainon. »

« Ehhhhhhh !? »

Sybil éleva la voix, comme pour crier

« Ainon ...? Ainsi, c’est celle qui m’a sauvée... »

« Avez-vous déjà une connexion avec elle ? »

« C, ce n’est pas quelque chose d’aussi exagéré qu’une connexion. Elle m’a juste sauvé la vie. »

« Cela devrait suffire »

« Ainon... l’Enfant de Dieu... »

Les yeux de Sybil changèrent alors qu’elle chuchotait.

Ils étaient remplis d’une intention débordante, ils disaient « Je vais certainement me faire écouter ! ».

Après cela, Sybil s’était à nouveau effondrée.

On dirait qu’elle était encore fatiguée, alors après s’être épuisée afin d’essayer de convaincre Rica, elle s’était finalement effondrée.

Je l’avais laissée se reposer, alors que je restai seul avec Rica.

Dans la salle d’audience, Rica était assise sur le trône.

Comparés au moment où elle parlait à Sybil, son expression et son ton étaient revenus bien plus féminins.

« Qu’est-ce que tu prévois ? »

« J’y ai pensé quand tu as amené l’Enfant de Dieu ici. Je pensais pouvoir l’utiliser. »

« Tu prévois de répandre l’éducation dans tout le royaume ? »

« Dans le monde entier », avait dit Rica sans hésitation.

« Ce dont j’ai parlé avec elle n’est pas un mensonge. Je suis dérangé que la connaissance soit monopolisée par seulement quelques personnes. Au cours des dernières années, les activités commerciales ont été florissantes et la demande pour la lecture et l’écriture de documents a augmenté. Cependant, ce n’est qu’un monopole de nobles et de marchands. La plupart des gens n’ont pas les moyens d’apprendre. »

« C’est là qu’intervient l’église de Solon, hein »

« C’est vrai. S’ils utilisent l’enseignement de la lecture et de l’écriture comme des appâts, la vitesse à laquelle ils accumuleront des croyants augmentera exponentiellement par rapport à maintenant. Et pour l’Église de Solon, c’est quelque chose qui n’a aucun démérite. Cependant, même maintenant, ils ne le font toujours pas. Non seulement cela, ils permettent même à leur Sainte de faire un travail physique. »

{Le travail physique, hein, voilà qui décrit simplement ce que fait l’immortelle Sainte.}

« C’est pourquoi j’ai décidé d’impliquer l’église. Peu importe ce que tu en penses, augmenter les chances d’apprendre augmenterait le pouvoir du royaume. Les gens peuvent être sauvés de la prison de l’ignorance. »

« Je vois. »

« Et tout cela aura été réalisé par moi en tant que reine. »

« Mn ? »

« Que veux-tu dire », je la regardais à nouveau. Rica sourit gracieusement sur son trône.

« J’ai réfléchi et j’ai réalisé que les “bonnes femmes” dont tu parles ne se montreraient pas sans un certain niveau d’éducation. En utilisant Sybil pour impliquer l’Église de Solon, en faisant rayonner l’éducation à travers le monde, je trouverai encore plus de “bonnes femmes” que tu aimerais. C’est moi en tant que “Maîtresse du Jardin des Roses”. »

Je me sentais vraiment impressionné.

Chez mes femmes, Rica était la plus active quand il s’agissait d’amener d’autres femmes vers moi.

Elle avait rassemblé de bonnes femmes de tous les coins de son royaume en l’appelant le harem de la reine, et maintenant, elle faisait grandir encore davantage le Jardin des Roses, qui était essentiellement à moi. Elle voulait qu’il se répande partout dans le monde.

J’étais impressionné par son ampleur.

{Pour l’instant, elle devrait être l’Enfant de Dieu de l’Église Kakeru}

Éléanore me taquinait. Cependant, c’était exactement comme ça.

Le niveau de ce que faisait Rica était déjà élevé.

« Si je fais en sorte que l’Enfant de Dieu le fasse, le nombre de croyants grandirait de façon exponentielle, faisant d’elle le prochain pape... Kakeru ? »

Rica avait l’air surprise. C’est parce que je n’avais rien dit, et pourtant je l’avais portée dans mes bras.

J’avais pris la reine de son trône, j’étais lentement allé vers la porte et j’étais sorti dans un large couloir.

Les soldats et les domestiques ne nous avaient pas arrêtés. Rica elle-même n’essayait même pas de le cacher, alors tout le monde dans le palais savait qui était le vrai dirigeant.

J’avais avancé dans le couloir en la portant.

Rica avait immédiatement compris ce que je voulais faire.

« Hé, Kakeru. Il y a cette fille qui fait de son mieux récemment. Bien qu’elle soit froide, elle a vraiment du talent, et elle considère vraiment l’esprit des gens, donc Kakeru... »

« C’est seulement toi aujourd’hui. »

« ... hein ? »

« Une reine à l’échelle mondiale. Je ne veux que toi pour aujourd’hui. »

Dis-je en regardant droit dans les yeux.

« Kakeru... »

Ses yeux fiévreux, ses halètements éveillés et son doux parfum suffocant

Je l’avais amenée dans sa chambre, et comme je l’avais fait avec Olivia, j’avais pris mon temps sans la fatiguer. J’avais utilisé toute la nuit pour la chérir amoureusement.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Ethan Nakamura

    Merci pour le chapitre.

  2. Éducation religieuse pour accroître un harem 😇 Et ben, les jeunes femmes apprendront elles le Kama Soutra en cours du soir ? 😁

Laisser un commentaire