Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 10 – Chapitre 278

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 278 : Le piège de Rica

La lumière du matin brillait sur mes yeux fermés.

Dans ma matinée, je sentais le poids de quelqu’un sur moi.

Était-ce Olivia ? J’avais réfléchi un instant, mais c’était trop léger pour Olivia.

Alors qui... ? J’avais réfléchi, mais je ne pouvais toujours pas penser correctement.

Qui que ce soit, c’était bien. Je devrais la réveiller avec un baiser matinal...

« Ow! »

Soudainement, j’avais ressenti une vive douleur, comme si ma tête allait se briser.

La douleur ne venait pas de l’extérieur, mais de l’intérieur.

La douleur intense avait éclairci mon esprit instantanément.

« Bonjour, Papa. »

Une chose différente avait éclairé mon esprit.

C’était Hikari qui était sur moi.

Juste comme elle le faisait habituellement, l’Hikari la plus mignonne du monde était couchée sur moi.

« Que s’est-il passé, papa ? Des somnolences~ ? »

« N-Non, je vais bien »

Une sueur inconfortable courut sur mon dos.

La chose que j’étais sur le point de faire me donna des sueurs froides.

{Tu devrais m’être reconnaissante.}

J’entendis la voix exaspérée d’Éléanore.

C’était un peu trop choquant, mais elle m’avait vraiment sauvé là-bas.

En remerciant Éléanore, j’avais encore regardé Hikari.

Hikari montra son innocent et charmant sourire alors qu’elle s’assoyait sur moi, et comme je m’attendais à Olivia... Chibi Dragon était à côté d’elle.

« Elle est revenue à sa forme de Chibi Dragon, hein. »

« Oui. Je suis désolée, Papa. Hikari a fait de son mieux, mais O-chan ne peut pas passer la première heure du matin... »

« Ça ne me dérange pas, Hikari. Tu devrais juste grandir à ton rythme. »

Je tendis la main et tapotai la tête d’Hikari.

Sentant sa tête caressée, Hikari se débarrassa de son expression triste et sourit.

Hikari, elle était vraiment la plus mignonne du monde.

« Ah ! Bien sûr. O-chan a un message. »

« Message ? »

« Myu~, myuu~ »

Chibi Dragon avait crié.

Un message bien qu’elle soit là, hein.

« C’était amusant hier. »

« C’est la première autodéclaration que j’ai entendue de sa part ! »

{Ce foutu dragon, qu’est-ce qu’elle fait dire à Hikari.}

« Myu~, myuu~ »

« Ça chatouille, O-chan. Oui, tu es la bienvenue. »

Hikari et Chibi Dragon avaient commencé à se lier entre elles pendant qu’elles étaient sur le haut de mon corps.

Juste regarder ma fille bien-aimée et son jeu d’amitié me réchauffer le coeur.

C’était un spectacle merveilleux qui m’avait fait comprendre qu’aujourd’hui sera une bonne journée.

Je m’étais enveloppé de mon aura de camouflage, et je m’étais faufilé jusqu’à l’église d’Ainon avec Hikari sous sa forme d’Épée Démoniaque.

Dès que j’étais arrivé, j’avais failli tomber sur quelqu’un qui m’avait fait fuir rapidement.

En regardant autour, il semblait y avoir de l’agitation à l’intérieur de l’église. Les croyants semblaient être agités et se démenaient.

Et au milieu d’eux, Caroline semblait prier sans s’occuper du reste.

C’était déjà un spectacle familier. Les autres ne semblaient pas être dérangés par cela également.

Les croyants agités et le calme de Caroline. Seul l’espace autour d’elle semblait être un endroit différent.

Cependant, que se passait-il ? avais-je pensé. J’avais donc écouté les conversations des croyants autour de moi.

« Comment était-ce ? L’avez-vous trouvée ? »

« Non, elle n’était pas au sud de la ville. »

« Et vous ? »

« Elle n’était pas non plus à l’endroit où nous l’avions déjà surprise. »

« Merde... où diable est-elle allée ? »

{On dirait que quelqu’un a disparu}

{Qu’est-ce ? Carol-oneechan est là-bas, alors...}

Nous avions beaucoup de questions, mais nous l’avions immédiatement découvert.

« Quoi qu’il en soit, cherchons-la. C’est un oracle donné par le Seigneur Solon à Lady Caroline. Nous ne pouvons pas laisser seules cette personne que Lady Caroline a sauvée. »

« Oui. »

« D’accord ! »

Je savais que mon sourcil se contractait.

De quoi ils parlaient... ne me dites pas...

{Il semblerait que la femme nommée Sybil s’est enfuie}

{Ehhhh!?}

J’avais continué à écouter les conversations des croyants pendant un moment.

On dirait que Sybil avait disparu.

Après l’avoir ramenée en ville, Sybil, à l’abri dans l’église, avait disparu dès qu’elle s’était réveillée. En plus de cela, ce n’était pas la première fois. Ils disaient que c’était la deuxième fois maintenant.

C’était la femme qui avait été sauvée après avoir reçu un oracle de Dieu, alors les croyants la cherchaient désespérément.

J’avais silencieusement quitté l’église.

Après avoir pris assez de distance pour que Caroline ne m’entende pas, j’avais enlevé mon aura de camouflage.

« Pourquoi s’enfuit-elle ? »

{Qui sait ? Plus important encore, et maintenant ?}

« Recherchons-la. Je ne peux pas la laisser seule comme ça. »

{Mais comment ?}

« Cela, j’ai seulement besoin d’intensifier mon ouïe. »

{Ne~, ne~, Papa. Peut-être qu’Hikari peut te le dire}

« Que veux-tu dire, Hikari »

{O-chan m’a parlé. Elle a dit que « c’est plus facile de la retrouver en utilisant mes pouvoirs magiques »}

« Les pouvoirs magiques d’Olivia ? »

« Qu’est ce qu’elle veut dire ? », j’avais regardé Hikari dans sa forme d’Épée Démoniaque.

Hikari était une Épée Démoniaque et Olivia, sa familière, était actuellement en elle.

{Oui. O-chan a dit qu’il devrait y avoir des pouvoirs magiques restants quand nous avions trouvé Sybil-oneechan. Hikari pense qu’elle savait comment l’utiliser si c’est les pouvoirs magiques d’O-chan}

« Est-ce vrai ? »

J’avais cette fois regardé Éléanore.

{Oui, elle devrait pouvoir. Sans parler des pouvoirs magiques, tant qu’elle se familiarisera avec elle, Hikari devrait être capable de faire ce qu’elle a dit.Je peux même maintenant entendre Sandros me maudire.}

« Kuku », Éléanore avait ri.

Je vois. Ils étaient liés de cette façon, l’Épée Démoniaque et son familier.

Hmm, hein ?

Quelque chose me dérangeait avec ça maintenant...

{Ne~, ne~, Papa. Est-ce qu’Hikari peut chercher maintenant ?}

J’allais y réfléchir, mais mes pensées furent interrompues par la voix d’Hikari.

Entendre Hikari demander quelque chose me donnait envie de lui accorder quoi que ce soit, et en plus, c’était quelque chose à faire.

{Ce parent adorable.}

J’ignorai complètement les taquineries d’Éléanore et je posais ma main sur la poignée d’Hikari.

« Je compte sur toi, Hikari. »

{ONU ! Mumumumu~...}

Hikari s’arc-bouta et au bout d’un moment.

{Je l’ai trouvée~ !}

S’exclama Hikari. Elle semblait si mignonne.

« Sais-tu où elle est ? »

{Oui ! Vais-je le montrer à Papa où elle est ?}

« Me le montrer... ? Ohh, les allées et venues apparaissent dans ma tête. »

{Trouvé~ ?}

« C’est parfait. Bon travail, Hikari »

{Ehehe~...}

J’avais caressé la poignée d’Hikari et je me dirigeais vers l’endroit qui m’avait été directement envoyé à la tête.

Dans les rues bondées, j’étais entré dans une allée à l’arrière du temple et j’avais pris de nombreux virages.

J’avais trouvé Sybil là-bas.

Elle semblait être complètement épuisée. Elle était assise par terre, se reposant sur le mur d’un immeuble.

« Tu es ici. »

« Ah... ! »

Sybil se leva rapidement et tenta de courir.

Elle avait clairement l’air malade, ses pas étaient instables, comme si elle allait s’effondrer n’importe quand.

Je l’avais rattrapé juste en marchant et en lui attrapant le bras.

« Lâchez-moi, s’il vous plaît lâchez-moi... »

« Calme-toi. Je ne suis pas de l’église. »

« ... hein ? »

« Je ne vais pas te ramener à eux, alors ne t’inquiète pas. »

« ... Vous mentez. Pourquoi quelqu’un qui ne vient pas de l’église est-il au courant pour moi et eux ? »

C’était raisonnable.

« C’est... »

« J’ai entendu une voix ici ! »

« C’est la voix d’une femme ! »

« ... ! »

Sybil ravala son souffle tandis que son corps se raidissait.

Au moment où j’étais sur le point de lui faire une excuse qui la convaincrait, on dirait que les gars de l’église avaient trouvé cet endroit. C’était bien de la lui remettre, mais... de cette façon, elle s’enfuirait.

« Bon. »

J’ai libéré mon aura de camouflage et j'avais enveloppé Sybil.

« N,Nous devons partir... lâchez donc ma main, s’il vous plaît »

« Ça ira. »

« Ça n’ira pas. Les gens de l’église sont... ahh ! »

Sybil avait laissé sortir une voix, comme un cri.

C’était parce que les croyants de l’église étaient apparus dans le coin.

« On se retrouve », elle baissa les yeux avec résignation alors que son corps devenait encore plus tendu.

« Elle n’est pas là. »

« J’ai entendu sa voix ici. Elle aurait pu s’échapper par là. »

Avaient dit les croyants qui s’étaient enfuis en passant devant nous.

« ... hein ? »

Sybil était surprise. Elle avait l’air de ne pas comprendre ce qui venait de se passer.

« Q, qu’est-ce qui vient de se passer ? »

« Je nous ai cachés en utilisant quelque chose comme de la magie. »

« La magie... »

Nous nous étions assis ensemble dans l’allée arrière tout en étant enveloppés par mon aura de camouflage. J’avais fait en sorte que Sybil s’assoie d’abord parce qu’elle avait vraiment l’air de pouvoir s’effondrer à tout moment.

« Hum... merci beaucoup »

« Ce n’est rien. Plus important encore, pourquoi fuis-tu l’église ? »

« ... Ce n’est pas comme si je m’enfuyais d’eux. »

Dis Sybil après m’avoir regardé pendant un moment. Pensait-elle qu’elle pouvait me faire confiance, même un peu ?

« Mais j’ai vraiment besoin de revenir le plus tôt possible. »

« Revenir ? »

« Oui, tout le monde m’attend. Je dois retourner là où sont les enfants et leurs enseigner. »

« Ce n’est pas quelque chose pour lequel il faut se précipiter... »

« Cela l’est ! Le temps de l’enfance est plus important que leur temps d’adulte. Je ne peux pas perdre de temps pour ces enfants qui souhaitent apprendre ! », s’était exclamée Sybil.

Ce n’était pas comme si je ne comprenais pas ce qu’elle disait, mais...

« Plutôt que ça, pourquoi fais-tu ça toute seule ? J’ai entendu dire que tu utilises ta propre richesse pour le faire. »

« ... c’est ça. »

« Quoi ? »

Qu’est-ce qu’elle voulait dire ?

« Ma situation devait devenir des rumeurs... »

« Ahh, plutôt que la rumeur c’est... »

« Je sais, je sais que ce n’est pas quelque chose qui peut être fait par un individu. Je voulais en parler à Sa Majesté la reine depuis quelques années, mais je serais rejeté par ses conseillers, incapable de m'exprimer aux oreilles de Sa Majesté la reine. »

{Ce devrait être le moment où ces eunuques étaient là.}

« Je vois, tu as été complètement bloquée par eux, hein. »

« Oui, c’est pourquoi je ne pouvais le faire que moi-même. Et maintenant qu’il y a des rumeurs au sujet de cette personne bizarre qui utilise sa richesse pour enseigner aux villageois, cette rumeur pourrait un jour atteindre les oreilles de Sa Majesté la reine, cela pourrait être mieux que d’utiliser la méthode orthodoxe. »

« Je vois. »

« Si un jour, Sa Majesté pouvait lui prêter l’oreille... »

« Je vais le faire. »

« Eh ? »

Sybil était surprise. Je m’étais levé et j’avais posé une main sur son épaule pendant qu’elle me regardait d’un air interrogateur.

J’avais ouvert mon Entrepôt de Dimensions parallèle, j’avais sorti ma plume de téléportation et je m’étais téléporté au Palais de Meteora.

Instantanément, de la ruelle sale, nous étions arrivés dans une chambre luxueuse presque équivalente au paradis sur Terre.

C’était la chambre de la reine.

« C-Cet endroit, c’est ? »

« Hey~, Rica. »

« Eh ? »

Sybil avait été surprise une fois de plus. Je l’avais juste laissée là et je m’étais dirigé vers le centre de la pièce où Rica était assise avec une table devant elle.

Elle regardait à travers des papiers empilés devant elle, semblant être au milieu d’une décision.

« Tu es venu. »

« Exactement. Je l’ai emmenée pendant que j’y étais. »

Je désignais Sybil qui semblait abasourdie.

Rica se leva et marcha vers Sybil.

« Vous êtes ? »

« M-Moi ! Ahh !! »

Sybil avait crié et s’était levée rapidement.

Elle se hâta de corriger sa posture et se présenta à Rica.

« Je suis Sybil Crass. I-Il y a quelque chose que je souhaite que Sa Majesté la reine écoute. »

« Vraiment ? »

Rica regarda Sybil. Elle me regarda alors, puis retourna à Sybil.

« Bien que je ne comprenne pas ce qui se passe, vous êtes quelqu’un qui m’a été amené par le Seigneur Yuuki. Je vais vous écouter. »

« C-C’est un grand honneur ! »

Sybil baissa rapidement la tête.

Après avoir fini de s’incliner, alors qu’elle me regardait, le visage de Sybil était plein de gratitude.

« Elle m’a eu. »

{Houe~ ?}

{La façon dont elle l’a fait est vraiment digne du maître du Jardin des Roses}

Éléanore avait ri malicieusement.

Rica s’attendait à ce que cela se produise, de manière à ce que Sybil me soit reconnaissante.

Rica, la maîtresse du jardin des roses.

C’était une femme qui avait fait son propre harem, faisant beaucoup de choses pour agir comme moi.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre

  2. Ethan Nakamura

    Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire