Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 10 – Chapitre 280

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 280 : Le système scolaire du Temple

« Ah... ! C’est l’endroit où nous étions hier... »

Après nous être téléportés, Sybil avait regardé les alentours avec une expression surprise.

L’endroit où nous étions en ce moment était la sale allée dans laquelle nous étions avant de l’emmener à Meteora.

C’était exactement le même endroit.

« Vous... qui êtes-vous vraiment... ? »

« Ne t’inquiète pas pour ça. Plus important encore, vas à l’église. Tu devrais y atteindre tes idéaux. »

« O, Oui ! »

Sybil avait rapidement couru, mais elle s’était soudainement arrêtée et avait regardé dans ma direction.

« Uhm, merci beaucoup ! »

Elle inclina profondément la tête avec ses mains jointes.

Je l’avais vue comme ça.

{Ça va ? Tu la laisses comme ça ?}

« Hein ? »

{Je demande si ça ne te dérange pas de ne pas faire l’amour avec elle. Tu l’aimes bien, non ?}

« Peut-être un jour. Elle est actuellement occupée par ses idéaux, alors elle n’a probablement pas le temps pour ça. »

{Je vois}

« Plutôt que ça, allons-y. Je devrais d’abord parler avec Caroline. »

Je m’étais enveloppé de mon aura de camouflage pour me rendre invisible et je m’étais téléporté à l’église.

L’atmosphère dans l’église semblait un peu pesante.

À part Caroline, tous les croyants présents avaient un regard déprimant.

{C’est probablement parce qu’ils n’ont pas pu trouver Sybil.}

Je l’avais deviné.

Si c’est le cas..., pensais-je tout en laissant les croyants seuls. J’allais parler à Caroline.

[Caroline]

« Dieu ! »

La réaction de Caroline avait agité les croyants.

[Sybil reviendra bientôt, écoute ce qu’elle a à dire.]

« Compris. Elle revient, hein. »

Les croyants étaient encore plus agités.

Peu de temps après, la porte de l’église s’était ouverte.

Sybil était apparue à bout de souffle.

Caroline qui avait entendu mes paroles s’était levée et œuvra en faveur de Sybil.

« Vous êtes... l’Enfant de Dieu... »

« Laissez-moi vous écouter. »

Il n’y avait pas de préambule ou quoi que ce soit, cela pouvait être décrit comme étant simplement soudain.

Comme on le lui avait dit, Caroline avait immédiatement commencé à « écouter » Sybil.

Sybil commença à parler à bout de souffle.

Elle avait tout expliqué, sur la situation des enfants qui avaient besoin d’éducation et sur ce qu’il fallait faire pour y arriver.

Caroline l’écoutait sans aucune expression.

{Elle pense probablement que l’éducation des enfants importe peu}

« Kukuku », Éléanore avait ri.

De l’autre côté, les autres croyants avaient des regards sceptiques.

« En quoi cela a quelque chose à voir avec nous » s’était écrit sur leurs visages.

Caroline n’avait rien dit du début à la fin. Elle l’avait simplement écoutée sans même lui répondre.

« E-Euh… »

« Avez-vous fini ? »

« Eh ? »

« Avez-vous fini ? »

« O, oui... »

« Je vois. »

Caroline se retourna et reprit sa place habituelle.

« Hum... Enfant de Dieu ? »

« ... »

Ignorant la surprise de Sybil, Caroline revint à sa place précédente.

{Après tout, tu lui as juste dit d’écouter}

Je vois, pensais-je après avoir entendu Éléanore.

Cela aurait été mieux si Caroline avait jugé de sa propre volonté qu’elle acceptait la suggestion de Sybil, mais je supposais que l’on ne pouvait rien y faire.

[Caroline.]

« Oui, Dieu »

« Tu as écouté son plaidoyer. Tu devrais lui donner un coup de main. »

« D’accord. Que devrais-je faire ? »

« Répète mes mots pour que les autres puissent les entendre. D’abord... »

J’avais expliqué le système d’enseignement du temple et j’utilisais la voix de Caroline pour le faire comprendre aux autres croyants.

L’Église serait utilisée comme un lieu où les enfants apprendront à lire et à écrire.

Les croyants iraient enseigner aux endroits où il n’y avait pas d’églises.

Je l’avais expliqué brièvement.

Peu de temps après, des voix s’étaient élevées parmi les croyants.

« C’est bien d’enseigner aux enfants dans les églises, mais aller dans les villages qui n’en ont pas, c’est... »

« Nous n’avons pas de ressources pour... »

« Mais c’est un oracle de Dieu... nous devons faire quelque chose »

« Ne t’inquiète pas Caroline. Il y aura bientôt un don des nobles de Calamba. »

« Il y aura des dons de nobles »

Les croyants avaient été agités. Certains d’entre eux avaient commencé à dire que ce serait possible dans ce cas.

Je jetai un coup d’œil à Sybil.

Elle était l’initiatrice, mais elle était complètement exclue. Cependant, était-ce parce qu’elle comprenait la situation ? Ses yeux et son expression étaient remplis d’espoir.

Cela devrait être suffisant pour la partie oracle.

La seule chose qui restait à faire était qu’un noble (moi) fasse un don. Je pourrais juste laisser tout cela aux connexions de l’église.

Cela devrait suffire..., mais quand je pensais à ça.

« Tu étais là, hein. »

Trois délinquants étaient entrés avec arrogance dans l’église.

La plupart des gens à l’intérieur de l’église... les croyants les regardaient en se disant : « qui est-ce ? », mais Sybil était une exception. Son visage avait l’air raide.

« Nous sommes à la recherche de Sybil, Hmm ? C’est inutile même si tu cours à l’église. »

« Mademoiselle Sybil, la partie est finie, tu comprends ? »

« Quelqu’un sera ennuyé si tu fais ça, tu sais ? Nous te l’avons dit plusieurs fois. »

Même s’ils parlaient dans un ton amical, tout le monde pouvait voir qu’ils la menaçaient.

Sybil avait l’air effrayée, elle tremblait même.

« V-Vous ne pouvez pas. Les enfants... »

« Hmmm ? Qu’as-tu dit au juste ? »

Un homme s’était approché et avait donné un coup de pied sur une chaise près d’elle. C’était une façon classique de menacer quelqu’un.

Sybil tressaillit et recula.

Je n’avais rien dit, j’avais envoyé l’éclair sombre d’Éléanore sur eux.

L’éclair sombre tomba sur les trois hommes, les transformant instantanément en cendres brûlées.

Tout le monde avait été stupéfait par ce qui venait de se passer. Cela incluait tous les croyants et Sybil.

Il y avait seulement une personne qui avait réagi.

« C’était... Dieu. »

C’était Caroline.

C’est une fille qui possédait une constitution particulière, et elle était capable de m’entendre même pendant que j’étais enveloppé par mon aura de camouflage.

« C’était Dieu ? »

« Ça veut dire... que ça doit être une punition divine, »

« Maintenant que tu l’as mentionné, c’était différent d’un éclair ordinaire. »

Les croyants étaient encore plus agités.

Exactement comme prévu.

J’avais lancé des éclairs et je n’avais pas utilisé Éléanore pour les couper directement parce que ça ressemblait plus à une punition divine.

Comme prévu, les croyants l’avaient reconnu comme une punition divine.

Après cela les événements s’étaient accélérés.

Avec l’oracle entendu de l’Enfant de Dieu, l’Église de Solon avait commencé à apprendre aux enfants à lire et écrire à partir de la ville d’Ainon.

Certaines personnes influentes... les riches, qui voulaient maintenir leurs intérêts particuliers, résistèrent, mais les croyants qui agissaient selon les paroles de Dieu ne pouvaient pas être arrêtés.

Certains avaient même essayé de faire pression sur les échelons supérieurs de l’église, mais en enseignant aux gens comment lire et écrire dans des endroits où les églises n’existaient pas, il n’y avait pas uniquement les enfants qui se voyaient recevoir des cours qui étaient remplis d’espoir, même leurs parents attendaient avec impatience l’avenir. Les cas de familles entières se convertissant devenaient de plus en plus fréquents, de sorte que l’influence de l’Église de Solon s’était répandue jusque dans les endroits où leurs enseignements n’atteignaient pas auparavant.

À cause de cela, les échelons supérieurs de l’église avaient perdu toute raison d’arrêter ce qui se passait, et tout cela en raison de tout ce qui s’était passé, même les églises d’autres villes, sans rapport avec Caroline ou la ville d’Ainon, avaient commencé à faire les mêmes actions.

Les écoles d’église avaient donné un grand avantage à l’église... le système d’enseignement du temple s’était répandu à un rythme incroyable dans le monde entier.

Et pendant ce temps.

Le pape avait silencieusement rendu l’âme.

Les actions nécessaires pour obtenir la position de pape allaient commencer à surgir.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Ethan Nakamura

    Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire