Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 10 – Chapitre 277

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 277 : Complètement morte

J’avais posé lentement Sybil sur le sol.

Sybil avait l’air de dormir paisiblement, comme si elle pouvait se réveiller n’importe quand.

Je ne la voyais pas blessée nulle part, donc avec ça...

« C’est mauvais, ça pourrait être... »

Quand j’étais soulagé, un croyant était venu à côté de Sybil.

Ce croyant s’agenouilla près d’elle et regarda son visage, lui prit la main et inspecta ses ongles.

« Quel est le problème, Kurou ? »

« C’est le poison du Singe Moz. »

C’était bien que l’homme appelé Kurou ait vérifié comment allait Sybil, mais à l’instant où il avait vu les symptômes, il avait fait une expression paniquée.

« Singe Moz ? »

« C’est un monstre de type singe. Un monstre qui a le don d’attraper sa proie vivante et d’injecter du poison dans son corps, l’enterrant vivante et la préservant. Quand il injecte du poison à sa proie, la victime tombera dans un état d’hibernation, comme les animaux. »

Kurou avait expliqué aux croyants qui ne semblaient pas comprendre la situation.

« Elle a été empoisonnée par ce monstre que tu as nommé ? »

« Oui. »

« Je vois. Mais c’est juste un poison paralysant, n’est-ce pas ? Après tout, il garde sa proie en vie. Est-ce que ça ne devrait pas aller maintenant qu’elle est sauvée ? »

Je le pensais aussi.

Pourquoi Kurou avait-il l’air si paniqué ?

« Ce n’est pas le cas. Le Singe Moz a besoin que sa proie soit préservée pendant longtemps. Si son poison reste longtemps sur son corps, son état serait définitivement fixé dans un état d’hibernation. »

« Fixé ? »

Les croyants avaient été agités.

« Si cela arrive, elle ne se réveillera pas pour toujours. »

« Ne me dis pas... qu’elle est déjà... »

Kurou acquiesça solennellement.

« Bien, il semble que nous soyons un peu en retard »

Le poison du Singe Moz, avait-il cette caractéristique ?

{Papa, O-chan dit qu’il a raison.}

Je vois.

[Caroline]

« Oui ! Dieu ! »

Au moment où Caroline avait répondu, les croyants avaient été agités.

Ils avaient été agités différemment, d’une manière différente à la façon dont ils avaient montré leur impuissance et leur confusion plus tôt.

[Fait prier tout le monde]

« D’accord ! »

Caroline avait dit aux croyants de prier.

Priez pour Sybil. En entendant Caroline, les croyants avaient mis leurs mains ensemble et avaient prié. Les croyants de l’Église Solon prièrent avec Caroline en leur centre.

Et comme j’étais enveloppé par mon aura de camouflage, j’avais sorti une boule magique (blanche) de mon entrepôt de dimension parallèle et je l’avais utilisé sur Sybil.

C’était un objet de triche que j’avais gagné à la loterie. Une balle magique qui guérissait toutes sortes de blessures.

Cette lumière guérissante enveloppa Sybil, et finalement.

« Uu ... nn? »

Elle ouvrit les yeux en gémissant.

Les cris se levèrent.

L’oracle dont parlait l’Enfant de Dieu Caroline et le miracle de Dieu dont ils avaient été témoins.

Les croyants firent entendre leurs voix, qui étaient pleines de stupéfaction. Ainsi leur révérence pour Caroline avait augmenté exponentiellement.

Bien que j’avais soigné Sybil en utilisant la boule magique, un certain temps s’était écoulé depuis qu’elle avait été capturée, ainsi elle avait été abritée par l’église de Solon jusqu’à ce qu’elle se rétablisse.

Caroline ne viendra pas aujourd’hui puisque je lui avais dit de dormir correctement, alors j’étais retourné à mon manoir en utilisant ma plume de téléportation.

Dans ma chambre à l’intérieur de ma maison.

Dès que nous étions arrivés, Hikari était revenue à sa forme humaine depuis sa forme d’Épée Démoniaque. Olivia s’était également matérialisée, elle avait été portée par Hikari dans sa forme de Chibi Dragon.

J’avais caressé la tête d’Hikari.

« Tu as fait du bon boulot Hikari, et Olivia également. »

« Ehehe~... »

« Myu~, myu~~ »

Chibi Dragon avait fait de beaux cris, levant les yeux vers moi tout en agitant sa queue.

« Papa, papa O-chan aussi. »

« Olivia n’en a pas besoin. »

« Ehhh !? Pourquoi »

« Olivia a vraiment bien joué, alors elle aura une plus grande récompense. Hikari, peux-tu rendre à Olivia sa forme humaine ? »

« ... Je vois ! Oui, j’ai compris ! »

Hikari semblait être convaincue. Elle posa Olivia par terre et « Mumumumu~ », elle chargea ses pouvoirs en prenant une jolie pose. Peu de temps après, le corps de Chibi Dragon était enveloppé de lumière, faisant disparaître sa forme de dragon.

« Je l’ai fait. »

« Bon travail, Hikari. Je vais maintenant donner à Olivia sa récompense, alors Hikari devra aller jouer quelque part. »

« Oui ! À plus, O-chan~. Fais de ton mieux. »

« Oui. »

Après avoir innocemment encouragé Olivia, Hikari était sortie de la chambre.

Olivia était seule dans ma chambre avec moi. Elle me dévisagea, regardant vers le haut.

« ... »

Mais elle n’avait rien dit.

Le Roi Dragon Olivia, le roi des dragons qui possédaient une profonde sagesse. Il est vrai que son apparence quand elle était sous sa forme de dragon était pleine de dignité et de puissance.

Mais d’autre part, quand elle était juste ma femme, elle ressemblait à un chien attendant son maître.

Le fidèle chien Olivia. C’était un dragon, mais elle était aussi mignonne qu’un chiot.

Il semblerait qu’Olivia soit devenue de plus en plus aimable, mais alors que je réfléchissais à comment la chérir.

*Kon Kon*

On frappa à la porte.

« Entre. »

« S’il vous plaît, excusez-moi... Ah...! »

Celle qui était entrée était Colaria dans son uniforme de femme de chambre. C’était une servante que Rica avait laissée dans ma maison. Elle apprenait actuellement beaucoup de choses de Miyu dans mon manoir.

Elle se figea dès qu’elle entra dans ma chambre.

« Quel est le problème ? »

« ... »

« Oi~, quel est le problème, Colaria ? »

« ... Ah ! Oui, veuillez m’excuser. Miyu m’a dit de préparer le lit. »

« Comme prévu de Miyu, elle l’avait remarqué, hein. C’est bien, mais pourquoi tu regardes Olivia maintenant ? »

« C’est... euh... »

« Oui ? »

« Le village où j’ai grandi dans mon enfance adore le dieu dragon, alors je ne pouvais m’empêcher de me sentir nerveuse en voyant le vrai dieu dragon devant moi... »

« Dieu dragon ? »

Je penchai la tête et regardai Olivia.

« J’étais adoré comme ça... fille humaine. »

« O, oui ! »

Colaria tressaillit quand Olivia lui parla.

Je savais ce qui venait de se passer. L’atmosphère que dégageait Olivia autour d’elle changea. On était passé du chien fidèle Olivia qui remuait la queue à l’imposant Roi Dragon Olivia.

« J’ai regardé une fille humaine pendant longtemps. Cela doit aussi être le destin pour nous de nous rencontrer comme ça, alors je vais te donner un conseil. »

« Q, q, q, q, q, qu’est-ce que c’est ? »

« Tu as l’air d’avoir appris tout ce que tu peux de cette fille bête, tu devrais commencer à penser à ce qui suit après avoir appris. »

« Ce qui suit après avoir appris ? Qu’est-ce que ça veut dire ? »

« C’est ce que souhaitent les deux humains qui t’ont envoyé dans cette maison. »

« Ah... ! »

Colaria me jeta un coup d’œil, puis détourna les yeux avec un visage rouge.

« Compris ? »

« Oui ! »

Après que Colaria eut fait un signe de tête clair à Olivia, elle arrangea adroitement le lit et quitta la chambre.

Nous étions restés seuls. Quand il n’y avait plus que nous deux, Olivia était retournée à son mode de chien fidèle.

Où était partie sa manière imposante d’agir précédente ? Elle remuait maintenant la queue, me regardant avec des yeux étincelants.

C’était un énorme écart... la rendant encore plus belle.

« Olivia »

« Oui ! »

Je l’avais prise dans une étreinte et l’avais d’abord embrassée.

Après avoir sucé ses lèvres fortement, je lui avais parlé alors ses yeux devenaient fiévreux.

« Ne fais rien. »

« N,Ne...? »

« C’est vrai. Ne fais rien. Tu as utilisé beaucoup de tes pouvoirs, tu ne pourras donc pas rester longtemps dans ta forme humaine ? »

« C’est... »

« C’est pourquoi ne fait rien. Pense juste à rester sous ta forme humaine. »

« Se concentrer uniquement... »

« Plus tu pourras rester longtemps, plus je pourrais t’aimer longtemps. »

« ... Oui ! »

Olivia avait l’air emplie de doute et confuse un instant après avoir entendu mon ordre, mais l’étincelle dans ses yeux revint aussitôt qu’elle comprit mon intention.

Après cela, elle avait complètement détendu son corps.

Alors qu’elle était dans sa position la plus confortable, avec son corps complètement détendu.

Je l’avais portée dans mon lit.

Et j’avais fait l’amour avec elle durant toute la nuit.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire