Je déteste être marié dans un monde imaginaire ! – Tome 3 – Chapitre 2 – Partie 6

***

Chapitre 2 : Comment nouer des contacts avec les elfes

Partie 6

À midi. Après un petit-déjeuner tardif, Ara’ainn-san s’était arrangée pour que les textes concernant les malédictions soient apportés chez elle afin que Kyou-san et Rine puissent les lire. Il n’y a pas de spécialiste pour les malédictions à Aroa’henn, mais c’était un endroit où la connaissance des alfar avait été rassemblée, donc il pouvait y avoir quelques indices.

Les raisons pour lesquelles je ne les aiderai pas étaient au nombre de deux. D’abord, je ne savais toujours pas lire l’alphabet de ce monde. Quelqu’un devait encore me l’apprendre. Deuxièmement, Ara’ainn-san avait déclaré que l’un d’entre nous serait interviewé chaque après-midi à partir d’aujourd’hui, et comme nous ne pouvions pas envoyer Rine pour des raisons de sécurité, c’était moi ou Kyou-san. Et cette fille m’avait rapidement proposé.

Aujourd’hui, Ara’ainn-san et moi étions assis dans l’un de ses bureaux et après avoir libéré une chaise d’un nombre incalculable de livres, nous étions sur le point de commencer.

« Alors, Kenta-kun, y a-t-il des questions avant de commencer ? » demanda-t-elle.

« Pourquoi me rajoutez-vous un “-kun” ? » demandai-je.

« Ça me semble familier, » déclara-t-elle.

« La dernière fois que j’ai demandé, vous vous êtes endormie, » déclarai-je.

« Je vois. D’autres questions ? » demanda-t-elle.

« Répondez à la première, bon sang ! » déclarai-je.

« Kenta-kun, dès que je répondrai à cette question, je vais devoir expliquer deux heures d’explications en Langue Alfr, donc je ne veux pas perdre beaucoup de temps. Disons que c’est le résultat du fait que nous parlions tous les deux des langues différentes et maintenant tu comprends le terme le plus approprié, même si ce n’est pas une traduction littérale, » déclara-t-elle.

« Ah !? » m’exclamai-je.

« Votre monde a-t-il des langues différentes ? » demanda-t-elle.

« Oui ? » répondis-je.

« Essayez ensuite de traduire une phrase dans une langue étrangère, puis traduisez-la dans votre langue maternelle et vous aurez peut-être une idée, » déclara-t-elle.

« Ah. » C’est compréhensible. « Ne pouvez-vous pas m’appeler autrement ? »

« Bien sûr, Kenta-tan, » répondit-elle.

« Tan !? » m’exclamai-je.

« Eh bien, vous êtes plus jeune, alors je dois utiliser soit le terme de quelqu’un de plus jeune, mais adulte, soit celui d’un enfant qui grandit encore, » expliqua-t-elle.

La différence entre les Langues était-elle si grande qu’elle se retranscrivait dans ces extrêmes ?

« Y a-t-il un moyen de ne pas utiliser un -suffixe ? » demandai-je.

Ara’ainn-san fronça les sourcils comme si elle n’entendait pas bien. « ... franchement, ces phrases étranges ne peuvent arriver que lorsqu’on parle de langues. Je reste simple : Arrête de demander ou je vais choisir un surnom embarrassant pour toi ! »

« ... S’il vous plaît, non, » déclarai-je.

« Au fait, tu peux m’appeler Ara. Pas besoin d’utiliser d’honorifique comme nous sommes tous les deux des héros, » déclara-t-elle.

« En quoi vous appeler par votre nom est-il un honorifique ? » Je veux dire, elle s’appelle Ara’ainn, c’est son nom.

« Arrête de poser ces questions, ça me donne des maux de tête. Fais-le ou je t’appelle Kennickle ! » déclara-t-elle.

... Comment !? Comment as-tu pu trouver un surnom aussi étrange ? « Ara-san ! » Gardez juste un niveau de base et n’y pensez pas.

« Quel dommage, j’aimais bien Kennickle. Mais restons civilisés. Kenta-kun, si jamais tu demandes quoi que ce soit au sujet des langues sans que j’engage cette conversation, je t’appelle Kennickle-tan ! » déclara-t-elle.

« ... J’ai l’impression que tu le ferais vraiment. Ouf, bon d’accord, » déclarai-je.

« Ouf ? Qu’est-ce que c’est ? » demanda-t-elle.

« Ne le montre pas du doigt ! » déclarai-je.

Ara’ainn — ... Ara-san s’était frotté l’oreille et parla d’une voix calme. « D’accord. Nous allons commencer, » elle avait pris une plume d’oie et un papier sur le bureau et s’apprêtait à écrire. « Nom, espèce, âge et classes dans l’ordre, s’il te plaît. »

« Katsuragi Kenta, humain, 16 ans, Étudiant, Éclaireur et Lancier, » répondis-je.

« Ensuite, ta patrie, ta langue maternelle, la date du transfert dans ce monde, l’endroit où tu as été transféré et qui sont ceux qui t’ont invoqué ici ? »... est-ce qu’elle a déjà fini d’écrire ? Elle n’a même pas eu besoin d’une petite pause, avant de me poser ses prochaines questions ! Sa plume se déplaçait à une vitesse incroyable.

« Japon, japonnais, date de transfert... je ne sais plus, il y a environ trois mois. Alors ? » demandai-je.

Les oreilles d’Ara-san se déplacèrent avec impatience. « Lieu où tu as été transféré et qui t’a convoqué. »

« Esse à Feuerberg. Tu veux dire le clergé ou quel dieu ? » demandai-je.

« Clergé... Je vois. Raison ? » demanda-t-elle.

« Pour vaincre le Roi-Démon, » répondis-je.

« Est-ce en accord avec la raison pour laquelle le dieu t’a demandé de venir ? » demanda-t-elle.

« Oui, » répondis-je.

« Et la récompense est un vœu parfait ? » demanda-t-elle.

« Oui, » répondis-je.

« Je vois, je vois, » Ara-san avait acquiescé d’un signe de tête.

« Et toi, qu’en penses-tu ? » demandai-je.

« Hein ? » s’exclama-t-elle.

« N’est-ce pas un peu unilatéral de ne demander qu’à moi ? » demandai-je.

« Pourquoi voudrais-tu savoir des choses à mon sujet ? » demanda-t-elle.

« Parce que je n’aime pas le fait que tu en apprennes autant sur moi alors que je ne sais rien sur toi, » déclarai-je.

« Ah, je vois. Ara’ainn, Ljos alfr, 144 ans, Comptable, Druide, Écrivain et Acrobate. J’ai vécu à Ivaslarihenn, la Langue Alfar est ma langue maternelle et j’ai été convoqué sur le 4e Firemount en 1681, Alfarmeet, à Aroahenn. J’ai été convoqué par l’ancien Ohul'asar pour pouvoir voler les connaissances du dieu Datien. Si je le fais, j’aurai peut-être un seul vœu parfait. »

« Les héros peuvent donc avoir des quêtes différentes ? » demandai-je.

« Oui. Mais avant d’entrer dans les détails, j’aimerais avoir une vue d’ensemble de toi, pour pouvoir le parcourir et me souvenir de tout quand je le relirais plus tard, sans passer en revue l’ensemble du texte. Restons-en donc aux questions rapides pour l’instant, » déclara-t-elle.

« ... OK. » Eh bien, elle est efficace. En fait, ça me plaît.

« Question suivante, connais-tu l’identité du dieu qui t’a fait venir dans ce monde ? » demanda-t-elle.

« Non. Et toi ? » demandai-je.

« Pour moi, c’est Elmli, déesse de la connaissance et de l’éducation. Jamais entendu parler d’elle avant d’être transférée, mais elle était déjà établie à Aroahenn. Suivant : As-tu déjà rencontré d’autres dieux ? » demanda-t-elle.

« ... Oui, » répondis-je.

Avec un mouvement soudain, Ara-san se pencha vers moi. Si elle avait des seins, ils seraient sûrement secoués par ce mouvement brusque. Mais ce n’était pas le cas et son apparence n’était pas du tout attrayante, alors cette pose ne fonctionnera pas. « Quel est son nom ? Apparence ? Raconte-moi tout ! »

Je suppose qu’elle n’avait jamais trouvé un héros qui avait rencontré un dieu. « Muaotef, avec un tas de titres. »

« Muaotef ? Des îles du Nord ? Le Porteur de Désolation, Flamme de la Terre, parfois appelée le Grand ? » demanda-t-elle.

« Je ne savais pas pour les îles, mais ces titres me semblent familiers, » répondis-je.

« De quoi avait-il l’air ? » demanda-t-elle.

J’avais essayé d’imaginer Muaotef dans mon esprit, son grand corps, les écailles rouges et dorées, le... mon corps tremblait. Ne bouge pas !

« Oh... OHH !! » Les yeux d’Ara-san avaient de nouvelles soifs de connaissance. « Rencontrer un dieu en personne peut avoir de tels effets. » Elle semblait regretter ce qu’elle avait dit : « Nous allons changer de sujet pour l’instant. Raconte-moi ton histoire, depuis le début. » Oui, elle est efficace.

« Et la tienne ? » demandai-je.

« On va faire un échange. Pour chaque instant de ta vie, je vais te raconter un moment intéressant de moi, » déclara-t-elle.

Cela semblait devenir une longue session.

 

― ○●○ ―

 

Nous étions la nuit. J’avais omis des détails importants, mais maintenant Ara-san avait une idée approximative de ce que j’avais vécu. J’avais omis des détails importants, comme les détails nuptiaux de la malédiction, et j’avais menti sur l’origine de Rine, mais plus j’en disais à Ara-san, plus elle me parlait d’elle-même.

Elle était comptable dans son monde et était l’une des cent alfar choisies au hasard sur toute la planète, contrairement à mon cas et à celui de Kyou-san. Ces héros invoqués avaient des âges différents, des occupations différentes, des continents différents, il n’y avait pas de trait commun, bien qu’ils soient des alfar d’Alfarheim.

Comme nos professeurs et certains de nos élèves, elle avait décidé de se rendre utile au lieu de se battre. Et sa façon d’être utile était d’analyser le système de héros. Pour l’instant, c’était encore principalement dans la phase de collecte d’informations, elle avait les statistiques de tous les héros Altar qui étaient à Aroa’henn à plusieurs moments dans le temps, leurs compétences et tout ce qu’ils pouvaient lui fournir. Ses données sur les héros étaient critiques, mais elle avait fait de son mieux pour les dissimuler le mieux possible.

Elle avait également recueilli et évalué les mythes de ce monde concernant les héros et demandait à tous de l’aider dans cette tâche. Et il semblerait qu’il y en avait beaucoup. En comparant les mythes, avec les données réelles, elle avait fait tout cela et plu encore.

Elle était comme moi quand je faisais des recherches sur les personnages construits sur Internet, en utilisant plusieurs pages wiki et mon propre cerveau pour faire le personnage le plus amusant.

« Ken, pourquoi souris-tu ? » Kyou-san était en pyjama et se brossait les cheveux.

« Est-ce ce que je fais ? » En vérité, je le faisais.

« Arrête, ça me fait peur et je veux dormir, » Kyou-san était de mauvaise humeur, car elle n’avait rien trouvé d’utile dans les recueils d’écrits que les Alfar avaient apportés jusqu’ici. Mais ce n’était que le premier jour de recherche.

Rine, qui l’avait aidée, était toujours de bonne humeur. Puisqu’elles utilisaient tous les deux la Magie divine, c’était elles qui étaient les plus à même de trouver comment briser la malédiction. On dirait que c’était une tâche pour les prêtres.

« Kenta, j’aime ton sourire. Cela peut paraître un peu sournois, sinistre et peu digne de confiance, mais je peux encore ressentir la joie que tu ressens, » si elle n’avait pas son sourire pur en le disant, je serais sûr qu’elle essaie de m’insulter. « Puis-je dormir à côté de toi aujourd’hui ? »

« Non, » répondis-je.

Peut-être qu’elle était plus intrigante que je ne le pensais. Elle essayait de me mettre de bonne humeur pour obtenir ce qu’elle voulait. Mais franchement, c’était du niveau préscolaire.

Alors, nous nous étions tous endormis. Juste pour être sûr, j’avais toujours utilisé Dormurnal. 

...

...

Se dandiner. Plusieurs. Étrange.

J’avais décidé de me réveiller et de n’ouvrir que légèrement les yeux, en m’appuyant sur ma Vision dans le Noir.

Des écureuils panda ! Ils étaient entrés dans la pièce par les branches et les feuilles, qui devraient servir de portes et de fenêtres, comme si cet endroit leur appartenait.

L’air était rempli d’une soif sanguinaire. Ils étaient une cinquantaine. Et tous entourent le lit de Rine. L’un d’eux allait lancer l’attaque...

Je m’étais tourné vers Kyou-san et j’avais fermé les yeux. J’essayais d’estomper les bruits du massacre qui se déroulait actuellement.

On n’attaque pas Rine pendant qu’elle dort.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire