Je déteste être marié dans un monde imaginaire ! – Tome 3 – Chapitre 2 – Partie 5

***

Chapitre 2 : Comment nouer des contacts avec les elfes

Partie 5

Kyou-san s’était réveillée à mes côtés, alors j’avais décidé de faire de même. Je m’étais réveillé de mon état de Dormurnal et tout ce que je perçus pendant ce temps me martelait. J’avais eu la chance de penser rationnellement à une scène qui s’était alors produite. Pour une raison inconnue, Rine avait décidé de marcher jusqu’à nous et après une dizaine de minutes, elle s’était rendormie.

Effrayant.

« Tu es réveillé ? » me demande Kyou-san en bâillant.

« Évidemment, » répondis-je.

Actuellement, nous étions dans une chambre d’amis, qui servait de débarras. Il y a beaucoup de choses inutiles ici, surtout des papiers, qui étaient faits de feuilles mortes. Les Alfar et les arbres avaient une étrange relation entre eux. Du moins, c’était ce que je croyais.

Tout ce bâtiment avait été conçu pour Ara’ainn-san et ses recherches, elle vivait et dormait ici aussi, à deux chambres d’intervalle. Il y avait une grande salle d’expérimentation, trois bureaux, une cuisine, une salle de séjour, une salle de bain, une salle d’eau, une toilette (ce qui signifie que vous faisiez tout dans un trou sur un siège et tout tombait sur les racines de l’arbre) et plusieurs réserves.

Et comme Ara’ainn-san n’arrêtait pas de tout accumuler, presque tout l’espace avait été utilisé, ou plutôt mal utilisé.

Notre chambre avait trois lits, faits de feuilles et de branches, comme presque tout ici. Et tout était vivant et pouvait bouger si Ara’ainn-san le demandait. Si elle voulait notre mort, elle pouvait demander à nos lits de nous écraser pendant qu’on dormait.

C’est pourquoi j’avais utilisé Dormurnal pour cette toute première nuit. Eh bien, il y avait peu de raisons de ne pas l’utiliser. Il avait simplement l’inconvénient de ne pas se sentir bien pendant le sommeil et surtout quand on quittait cet état onirique. Mais tant que ça me maintenait en vie, j’étais d’accord avec ça.

Kyou-san avait fait sa routine matinale, s’était lavé le visage, avait vérifié ses vêtements, et elle m’avait jeté hors de la pièce pour se changer. C’était comme ça tous les jours.

Et j’étais sûr que quand elle me rappellera, elle retrouvera sa beauté habituelle. Mais pour l’instant, je me tenais devant la « porte ».

« Bonjour, » déclara une voix féminine.

Ma tête tourna rapidement vers la direction de la voix. C’était Ara’ainn-san. Pourquoi ne l’ai-je pas entendue ? « Avez-vous la capacité Furtivité ? »

« Non, » elle avait légèrement souri, mais son sourire était différent de celui de Rine ou de Kyou-san. C’était un sourire de quelqu’un qui savait ce que l’on ne savait pas. C’était un peu arrogant. Cela n’atteignait même pas ses joues, et ses sourcils ne bougeaient pas du tout. « Vous avez donc la Perception, sinon ça ne vous irriterait pas tant que ça. »

« Pfff. Au moins, vous jouez le rôle du héros de la sagesse, » répliquai-je.

« Je l’ai fait presque toute ma vie. Pourquoi attendez-vous à l’extérieur de la pièce ? » demanda-t-elle.

« Pour que les filles se changent, » déclarai-je.

« Et je pensais que vous étiez fiancée avec une relation sérieuse, » déclara-t-elle.

Je m’étais cogné le front avec mes deux paumes de mains, ressentant un mélange d’embarras et de frustration : « Pourquoi est-ce que les alfar sont comme ça !? »

« Je ne sais pas pour les autres, mais pour moi, les humains sont une espèce qui pense toujours aux rapports sexuels, » répondit-elle.

« Comment en arrivez-vous à cette conclusion ? » demandai-je.

« Elles sont en chaleur toute l’année, peuvent être fécondées à l’âge de 13 ans seulement, ont des intérêts étranges comme le sexe avec les animaux, les jouets et d’autres choses. Je ne peux même pas en parler sans rougir, et si elles ne trouvent personne pour s’accoupler, elles le font par elles-mêmes. C’est étrange, c’est vraiment étrange, » déclara-t-elle.

Je ferais mieux de ne pas demander comment fonctionne la biologie sexuelle des Alfar. « La façon dont vous en parlez me fait vraiment douter qu’il y ait quoi que ce soit qui puisse vous faire rougir. »

« Oh, il y a pas mal de choses. Mais à cause de ces faits, il y a souvent un préjugé contre les humains quant au fait qu’ils ne pensent qu’au sexe, » déclara-t-elle.

« Alors vos amis voulaient seulement se moquer de nous, hein ? » demandai-je.

« Très probablement, » un petit sourire était apparu.

« Permettez-moi donc d’être clair : il n’y a pas de relation de ce type entre nous, » déclarai-je.

« Alors, préférez-vous les animaux ? » demanda-t-elle.

« # ?+ ! » Faisant un son qui ne s’exprimait pas par des lettres, je lui avais saisi les épaules.

Ara’ainn-san avait calmement regardé mes mains et mon visage. Puis elle inspira profondément pour faire ça : « À L’AIDE, IL VA S’EN PRENDRE À MOI ! »

Les feuilles, qui agissaient comme une porte, avaient poussé sur le côté et soudain, les doigts s’emparèrent de mes orbites par-derrière. Avec un choc violent, ma tête avait été tirée vers l’arrière et j’avais regardé le visage en colère de Kyou-san. Rine, encore endormie, était juste derrière elle.

Kyou-san tourna la tête vers la blonde. « Rine-chan ? »

« Oui ? » demanda Rine.

« Frappe-le, » ordonna Kyou-san.

« *Bâillement* OK, » Rine était encore plus facile à manipuler quand elle avait encore sommeil.

Un coup de poing et quelques explications plus tard, ce malentendu avait pu être dissipé.

J’avais en quelque sorte comme l’idée derrière le fait pourquoi alfar s’appelle les « jeunes personnes ». Ils étaient coincés à jamais dans la puberté ! Franchement, Ara’ainn-san était censée avoir 144 ans et trouvait toujours du plaisir à agir comme ça ! C’était pareil pour Oro’hekk.

Au fait, Kyou-san ne s’était pas excusée d’avoir tiré des conclusions hâtives. Tu ne peux pas être si dure, ma fille !?

Après cette matinée, d’une manière négative et excitante, nous voulions prendre le petit-déjeuner. Mais nous ne pouvions pas. Rine et moi étions sans voix à la vue de ce qui se trouvait après être entré dans la cuisine.

« Ara’ainn-san ? » Le visage de Kyou-san était déformé dans un mélange entre un sourire amical et une grimace furieuse. « Pourquoi ces écureuils vivent-ils dans votre cuisine ? » Oui, il y avait des animaux ici, qui ressemblaient à des écureuils. Ils pouvaient être vus comme des pandas, sinon des écureuils presque parfaits.

« Appelez-moi “Ara”, » déclara Ara’ainn-san.

« Ara-san ? Pourquoi y a-t-il des écureuils dans ta cuisine ? » Sans même hésiter, Kyou-san avait adapté sa question.

Ara’ainn-san croisa les bras et ferma les yeux. « Parce que j’ai chassé les corbeaux. »

« Et qu’est-ce qu’il y avait avant ça ? Des rats ? » demanda Kyou-san.

« Kyou-san, as-tu la capacité de Divination ? » demanda Ara’ainn-san.

« Ara-san, quand as-tu nettoyé ta cuisine pour la dernière fois ? » demanda Kyou-san.

« Personnellement ? Je ne l’ai jamais fait, » répondit Ara’ainn-san.

« Depuis combien d’années vis-tu ici ? » demanda Kyou-san.

« J’ai emménagé il y a une centaine d’années. Parfois, je me déplace pour obtenir de nouvelles informations, de sorte que le nombre réel d’années que j’ai vécu ici est moindre, » répondit Ara’ainn-san.

« Quelqu’un d’autre a nettoyé cet endroit pour toi ? » demanda Kyou-san.

« Oui, parfois une âme charitable nettoie ici, » répondit Ara’ainn-san.

« Tu es la pire..., » déclara Kyou-san.

J’étais d’accord avec elle. Après avoir vu un tel spectacle, je ne pouvais que ressentir de la sympathie pour celui qui avait nettoyé cet endroit.

Le qualifier de sale était un trop grand compliment. D’une manière ou d’une autre, cela donnait l’impression qu’il n’avait jamais été propre au départ, donc il n’y avait pas de mal à le salir.

Les murs en bois, faits à partir des arbres, étaient recouverts d’une épaisse couche de saleté, de graisse et d’autres choses, que je ne pouvais reconnaître que comme des restes. Il y avait même des cadavres d’araignées, d’insectes et de lézards qui n’avaient pas pu échapper à la surface collante et étaient morts de faim après une longue agonie. 

Je ne voyais même pas d’indice qu’il y avait un sol. Et pour ce qui se trouvait là, c’était mort écrasé par des sauts de choses que je ne pouvais même pas décrire. Une partie semblait être des restes et de la vaisselle, mais la vaisselle, faite de bois, avait commencé à germer, avec des branches et des feuilles en pleine croissance. Le bois d’un plat ne devrait-il pas être mort !? J’espère que c’est quelque chose d’étrange, car c’est assez troublant de voir quelque chose comme ça parce qu’on n’a pas fait le ménage.

Dans ces tas vivaient une dizaine de familles d’écureuils panda, qui nous regardaient comme si nous avions menacé leur territoire. Et ils étaient assez intimidants.

« Attention tout le monde, » nous avait avertis Ara’ainn-san. « Je n’ai pas pu reconquérir la cuisine, donc si nous voulons faire quelque chose ici, nous devons négocier avec les écureuils. »

Je n’avais pas pu me retenir : « Ara’ainn-san, quel niveau avez-vous ? »

« Je m’occupe surtout d’études, donc mon niveau ne représente pas mon expérience. Je suis au niveau 50, » répondit-elle.

C’était juste en dessus du mien. « Alors vous, en tant que héros de niveau 50, vous n’arrivez pas à récupérer votre cuisine ? Qu’est-ce que c’est ? Des écureuilgaroux ? »

« Des écureuils avec un caractère inhabituel et un peu d’histoire. Ils sont aussi l’incarnation même du mal, » répondit-elle.

« ... Qu’est-ce qu’ils ont fait ? » demandai-je.

« Après les avoir chassés la première fois, ils m’ont attaqué dans mon sommeil et..., » Ara’ainn-san avait frissonné. « ... aucun de nous ne pourrait être à la hauteur. »

Je veux savoir, mais je ne vais pas le faire.

« Ouf..., » nous devions donc négocier avec les écureuils ! « Rine ? »

« Oui ? » demanda Rine.

« Parle-leur, s’il te plaît. » Rine avait la capacité et la compétence Interagir avec des Animaux. Grâce à cela, elle était capable de converser avec des animaux normaux avec des mots et des gestes et de comprendre les réponses. Ce n’était pas vraiment parler, mais similaire.

« Et que devrais-je dire ? » demanda Rine.

« Qu’ils nous rendent la cuisine ou qu’on les y oblige. » Je ne me rendrai jamais face aux écureuils ! Ma fierté était peut-être régulièrement anéantie, mais je ne reculerai pas ici !

« Je me sentirais mal si on devait les tuer. Ils sont mignons, » déclara Rine.

« Rine, la beauté est une stratégie de survie de certains animaux. Alors, ne te laisse pas berner par eux ! Chaque animal qui est mignon utilise sa beauté pour survivre, pas pour te plaire. C’est une tactique de lâche ! » Je l’utiliserais aussi si j’étais mignon.

Mais je ne le suis pas.

Rine avait serré le poing. « Je vois. Je ferai de mon mieux ! »

Les oreilles d’Ara’ainn-san se redressèrent et Kyou-san roulait des yeux. Comme c’était stupide, si vous vouliez prendre quelque chose, préparez-vous à utiliser la force pour cela ! Et il n’y avait que peu de forces plus grandes que Rine !

Elle était entrée dans la pièce et avait engagé la conversation avec les écureuils : « Euh, bonjour, les écureuils. C’est la cuisine d’Ara’ainn, voulez-vous bien partir ? » Elle souriait aux écureuils, ce qui faisait d’elle comme une princesse fantastique. Je crois que j’avais vu un anime où des princesses ont pu parler à des créatures de la forêt. « Si vous ne le faites pas, ça pourrait devenir moche. S’il vous plaît ? » Rine se cogna la tête et je sentis une vague de persuasion venant d’elle.

Les écureuils la regardèrent, les yeux grands ouverts. Et sans avertissement, ils avaient attaqué, sautant vers Rine en meute. Ou du moins, certains d’entre eux le firent.

Parce que Rine avait dégainé sa lame plus vite que prévu et avait tué trois écureuils d’un seul coup, avant même qu’ils puissent sauter. Puis elle avait esquivé le premier groupe en bondissant d’un saut rapide. Elle avait les coudes vers l’avant, les faisant se disperser comme des quilles de bowling, tandis que son épée se déplaçait vers un troisième paquet, qui avait maintenant été transformé en viande hachée. Ce faisant, elle avait reculé et elle écrasa avec ses pieds la meute qu’elle avait évitée.

Les écureuils qui étaient sur le point d’attaquer comme deuxième vague, avaient les yeux rouges, ne pouvant pas comprendre comment tant d’entre eux avaient été tués en quelques secondes.

Même Ara’ainn était visiblement impressionnée et confuse, ses oreilles tremblaient et ses yeux étaient grands ouverts. Kyou-san regardait le spectacle comme si elle regardait la télévision. Eh bien, ça m’étonnait aussi.

Après ce moment de choc, les écureuils restants s’enfuirent dans une ruée folle. Oui, c’est la réaction appropriée, bande d’écureuils !

Pour une raison inconnue, Rine avait pris quelque chose comme une fourchette dans l’un des tas, avait attaché un mouchoir autour de sa poignée et l’avait placé au centre : « Cette cuisine est revendiquée au nom de Kenta. »

Vous gagnez 1 PMA.

N’est-elle pas adorable ?

PMA, laissez-moi vous poser une question : Avez-vous vu la situation juste avant ce geste ? C’est difficile d’appeler quelque chose d’adorable dans ce contexte !

Ara’ainn-san avait secoué la tête comme si elle ne savait pas quoi en faire.

Kyou-san, par contre, riait légèrement. Ça l’amuse vraiment ou elle se moque de l’air ridicule de Rine ? « Rine-chan, avant de pouvoir réclamer cette cuisine, il faut qu’on range. Ara-san, toi aussi. Et Ken, tiens juste un sac. »

Le reste de la matinée avait donc été consacré à rendre la cuisine utilisable.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. La, c'est le combat le plus étrange que j'ai lu depuis longtemps 👍

Laisser un commentaire