Je déteste être marié dans un monde imaginaire ! – Tome 3 – Chapitre 2 – Partie 1

***

Chapitre 2 : Comment nouer des contacts avec les elfes

Partie 1

Il y avait beaucoup de différences entre un jeu et la vie réelle, même si vous viviez cette vie réelle dans un monde imaginaire. Dans un jeu, la pluie était surtout ennuyeuse, limitant votre champ de vision. Mais d’un autre côté, cela pouvait rendre un monde de jeu plus crédible et plus beau.

Dans la vraie vie, on se mouillait. Même après avoir utilisé des manteaux huilés avec des capuchons, vous vous mouillerez si vous ne faites pas attention. Vos vêtements frotteront contre votre peau, vous aurez froid tout le temps, votre nez commencera à couler, et vous vous sentirez mal.

Au fait, j’étais à moitié nu.

Pourquoi ? Parce que Kyou-san n’avait pas de manteau pour le temps pluvieux.

Elle m’avait donc demandé de lui remettre le mien, mais j’avais refusé. Puis elle avait eu Rine de son côté, qui m’avait encore regardé avec des yeux larmoyants, me forçant à donner mon manteau à Kyou-san. À la fin, je l’avais fait. Au moins, ça valait bien un PMA.

Comme les vêtements mouillés n’étaient pas très confortables et qu’ils seraient trempés en un rien de temps par cette forte pluie, j’avais enlevé mon armure et la plupart de mes vêtements, les avais mis dans le sac à dos et j’avais continué. Le froid épuisait continuellement mes PE, mais au moins Kyou-san me jetait son sort d’Endurance de temps en temps. Mais savez-vous ce qui serait mieux ? Un manteau de pluie !

Il faisait froid et humide et c’était empli de solitude.

Nous avions quitté les montagnes et le terrain était plutôt à flanc de colline. Il y avait peu de végétation, mais vous pourriez tomber sur quelque chose qui se cachait derrière une crevasse.

« Ouf..., » j’avais désactivé la compétence de Pistage. Je m’en étais déjà servi pour analyser les monstres d’ici, mais les traces avaient été emportées. Et il était très improbable que des monstres attaquent par ce temps.

... Je retire ce que j’ai dit, je viens d’entendre des grognements. J’avais utilisé la compétence de Concentration de mes sens sur la zone devant nous. On dirait qu’ils attaquaient quelqu’un. J’entendais du bois se briser, le cri d’un homme et d’autres signes d’une attaque.

Ce n’était pas vraiment mon problème.

« Tu l’as entendue ? » Franchement, Rine. Il pleut et tu n’as pas la capacité de Perception, donc tu ne devrais rien entendre du tout !

« Non ? » Je jetais un coup d’œil sur Kyou-san. « Ne la laisse pas faire ça. »

« Compris. Rine-chan, j’en suis sûre que tu l’as mal entendu, » déclara Kyou-san.

« Es-tu sûre de toi ? On dirait que quelqu’un a des ennuis. » Elle me regarda, comme si elle voulait vérifier cela ensemble.

Non. Bien sûr que non. « Rine, c’est peut-être un monstre qui influence ton esprit. Alors ne fait pas ce qu’il veut ! » déclarai-je.

« Si c’est un monstre, je dois le tuer ! » Ah, je n’avais pas pris en considération ses impulsions héroïques. La seule réponse que je pouvais trouver était une main sur le visage.

« Idiot, » Kyou-san soupira.

Rine avait chargé et je l’avais suivie, récupérant ma lance dans le sac à dos.

C’était juste derrière la colline.

Devant nous, rendu difficile à voir à cause de la pluie, se trouvait un chariot couvert sur une route boueuse, attaqué par cinq monstres. Les monstres avaient la forme de scarabées, mais ils avaient les écailles d’un poisson, une paire de bras musclés et le visage d’un requin. Comment s’appellent ces monstres ? Des coléoptères requins ? Au moins, ils étaient aussi gros que les gros chiens.

Entouré par eux, il y avait une ombre humanoïde. C’était le type qui criait avant. L’homme portait également une cape à capuche et maniait un sabre. Il n’était pas mauvais quand il s’agissait de se battre. Il dansait entre les coléoptères requins, attaquant toujours ceux qui voulaient prendre une bouchée du chariot déjà endommagé.

Je n’avais pas besoin d’entrer dans les détails ici. Le riz arrive, la mort fleurit et j’avais un peu aidé, à commencer par une Poussée Rapide en plein dans un adversaire. Au final, il n’y avait que cinq monstres. Il n’y avait pas de quoi avoir peur.

Mais Rine était complètement trempée de sang et d’eau, car il était presque impossible de se battre en gardant le manteau fermé.

Il en allait de même pour l’homme, qui avait les cheveux longs, noirs et une barbe. Cheveux noirs ? Mais il n’était clairement pas asiatique. Il y avait donc des gens comme ça, hein ? À Feuerberg, la plupart des gens avaient les cheveux clairs, comme blond, blond foncé, brun clair, ou roux. Je supposais donc qu’il venait d’un autre pays.

« Merci, je pensais que nous serions condamnés. Je suis un marchand. Je m’appelle Correo. » Ça avait l’air italien selon moi. Oui, je suppose que le teint serait aussi similaire. « Et comment est ton nom, brave barbare ? »

C’est à moi qu’il parle ? « Barbare ? C’est très impoli. »

« Je m’excuse, j’ai tiré des conclusions hâtives après avoir vu votre tenue vestimentaire et vos talents martiaux, » déclara Correo.

Ah. Je suppose qu’être à moitié nu fait automatiquement de moi un barbare. Je ferais mieux de vérifier, si j’avais l’option de choisir la classe Barbare... Comme je m’y attendais, ce n’est pas si simple.

Je suis sarcastique, tu sais ?

« Je m’appelle Kenta, » j’avais omis mon nom de famille. Je préférerais utiliser un faux nom, mais Rine ne sera jamais capable de garder une identité secrète, que ce soit la sienne ou la mienne : « C’est Rine. Et il devrait y en avoir une autre quelque part, Kyou. » Kyou-san ne nous avait pas suivis au combat, elle était peut-être encore à quelques mètres, cachée par la pluie battante.

« Mais étrange, Kenta. Un nom inhabituel, cette tenue vestimentaire et une réelle capacité, tout indiquerait qu’il s’agit d’un barbare. Ou un héros. Ah, je vois. » A-t-il vu à travers moi, même si j’ai un visage de poker ? Ou bien a-t-il percé celui de Rine ?

« Ken, ça aiderait si tu cachais ton inimitié. Salutations, je suis Kyou, » Kyou se tenait à côté de moi et avait sourit à ce Correo d’une manière simple et amicale.

« Eh bien, à sa place, je ferais aussi attention, donc ça ne me dérange pas. Et cela doit être le destin de vous rencontrer, puisque je suis un marchand spécial, vous savez. Mais s’il vous plaît, laissez-moi d’abord confirmer si ma fille va bien, » déclara Correo.

« Bien sûr..., » déclara Kyou-san.

Correo avait regardé dans le chariot couvert. « Ogra, tu vas bien ? »

La voix d’une jeune fille avait répondu, elle devait être à âge d’aller à l’école primaire. « Je vais bien, papa. »

« Ah, grâce aux dieux. S’il te plaît, supporte ça encore un peu, je dois parler à nos sauveurs, » déclara Correo.

« Papa, tes yeux brillent. Ce sont des clients ? » demanda Ogra.

« Peut-être, ma chérie. Peut-être, » déclara Correo.

Ah, donc c’est un marchand avide. Je suis d’accord avec ça.

En regardant les visages de Kyou-san et de Rine, toutes deux ne pouvaient pas suivre la conversation. Je suppose que Rine n’était à l’écoute que lorsqu’il s’agissait de détecter les monstres à tuer et les gens à sauver. Eh bien, il y avait eu des dégâts, faisons avec pour l’instant.

« Cher client... je veux dire, nos sauveurs. Un peu plus loin sur la route se trouve une auberge, laissez-nous voyager en groupe et je vous achèterai un repas. » Ah, il voulait vraiment nous appeler « clients ».

« Nous en discuterons. » Je fis un signe à mes compagnons que je voulais leur parler en privé et elles me suivirent de quelques mètres. « Quelque chose ne va pas. Il est seul avec sa fille, même s’il semble capable de se défendre, pourquoi devrait-il être ici ? »

Kyou parla ouvertement. « C’est un marchand. Je suis sûre qu’il a réduit les coûts des gardes du corps. Et un seul chariot, il est peut-être pauvre. »

Rine était encore plus simple. « Nous lui avons sauvé la vie, alors il est simplement reconnaissant. »

« Moins reconnaissant qu’opportuniste, Rine. Il nous voit déjà comme des clients. Je n’aime pas ça, » déclarai-je.

« Ken, il essaie juste de faire des bénéfices. Ça le rend prévisible, » déclara Kyou-san.

« Et les marchands dans les Terres sauvages sont souvent mal protégés, Kenta, puisqu’il n’y a que quelques bandits ici. Les coccinelles ne sont que très actives sous la pluie, sinon, elles ne s’approcheraient pas d’une route commerciale, » déclara Rine.

« On les appelle donc des coccinelles ? Et qu’en est-il des autres bandits, comme les humains ? Sont-ils si rares ? » demandai-je.

« Si tu campes à l’extérieur des routes commerciales, c’est trop dangereux, alors seul quelques-uns osent le faire, » déclara Rine.

« Pfff. » Je me méfie de ce type, Correo, mais les autres veulent accepter son offre. Nous étions revenus et j’avais dit : « Rajoutez un manteau et ça ira. »

« Chacun de vous, allez dans le chariot. Je vous donnerai le mien après notre arrivée à l’auberge, mais pour l’instant, j’en ai besoin pour conduire, » déclara Correo.

C’est vraiment un piège ! J’avais utilisé à peu près toutes les compétences en perception, mais je ne pouvais rien détecter, ce qui ne faisait que confirmer ma théorie.

Rine était rentrée. « Bonjour, je suis Rine. »

« Hello. Je m’appelle Ogra. »

Merde, Rine !

Kyou-san était également entrée dans le chariot. « Je m’appelle Kyou. Enchanté de te rencontrer. »

Je les avais suivies en étant irrité. L’intérieur était à l’étroit avec des caisses et entre elles se trouve une petite fille toute seule. Elle avait les cheveux noirs comme son père et les yeux noirs. Elle avait peut-être une dizaine d’années. Ses cheveux étaient attachés en queues jumelles, une coiffure plutôt enfantine.

Elle me regardait avec les yeux innocents d’une enfant : « Et qui êtes-vous, monsieur ? »

« Kenta. Dégage, va-t’en. » Elle me rappelait les petites filles qui me calomniaient. Je déteste les enfants !

Kyou-san avait levé les yeux, Rine inclinait la tête, mais Ogra avait souri innocemment. « Ne vous inquiétez pas, monsieur. On ne se perdra pas. »

« Ah, c’est de ça qu’il parlait. » Rine, tu es au même niveau que cette grincheuse.

« Pfff. » J’avais abandonné et j’étais resté en alerte, au cas où ce Correo nous trahirait.

« Qu’est-ce que c’était, monsieur ? » Ignorons là. « Êtes-vous fatigué ? Ne vous sentez-vous pas bien ? Pourquoi n’avez-vous pas de vêtements ? » Ignorez-la, c’est tout. Ça s’arrêtera, si elle est fatiguée.

Ou si quelqu’un comme Kyou-san commençait une conversation avec cette idiote. « Ogra-chan, puis-je te poser quelques questions ? »

« Bien sûr, » déclara Ogra.

« Quel genre de marchand est ton père ? » demanda Kyou-san.

« Un marchand, qui traite avec des héros, » déclara Ogra.

... Quoi !?

Quel genre de commerçant se spécialiserait dans le commerce avec les héros ? Sont-ils si nombreux ? Correo n’avait qu’un chariot et sa fille l’aidait. Mais c’était une trop grande coïncidence.

« Alors, un marchand pour héros, c’est ça ? Qu’est-ce que tu fais ici ? » Kyou-san posait les bonnes questions, utilisant un enfant pour découvrir les affaires de ses parents. Maléfique. J’aime ça !

« Papa et moi étions à Feuerberg, car il devait y avoir de nouveaux héros, mais quand nous sommes arrivés à Esse, aucun d’eux n’était plus là, » déclara Ogra.

Cela semble presque crédible, mais pourquoi n’était-il pas allé à la frontière de Daemonicus, le royaume des démons ? Kyou-san avait aperçu mon regard et y répondit. « Alors pourquoi ne les a-t-il pas suivis ? »

« Personne ne voulait qu’on sache où étaient les héros. Nous savions seulement qu’ils avaient reçu l’ordre de remplir une mission spéciale. » Était-ce pour attraper Rine ?

« Quel genre de mission ça pourrait être ? » La fille en question était nulle pour lire entre les lignes.

« On ne sait pas, mais papa a décidé de rentrer. Il espère trouver d’autres indices à Aroahenn, » déclara Ogra.

« Les elfes ? » Rine semblait s’émerveiller.

« Aroahenn ? Qu’est-ce que c’est ? » Je devais le demander, pour obtenir des informations.

Même si cela voulait dire demander à cette morveuse. « La ville forestière des elfes. Ils savent tout sur les héros. »

« Vraiment ? » demandai-je.

« Oui, mais il n’y en a pas beaucoup de personnes qui peuvent entrer. Les elfes sont dangereux et ont des arcs magiques. Mais peut-être que papa, qui connaît aussi beaucoup de héros, pourrait entrer dans leur forêt ! » déclara Ogra.

Cette fille n’avait pas l’air de savoir grand-chose. Il fallait donc demander à Correo tout de suite après. Mais il y avait d’autres choses à apprendre. « Rine, Grincheuse, que sais-tu des elfes ? » Ils pouvaient différer de ceux des jeux, donc je devais être ouvert d’esprit ici.

« Monsieur, vous venez de m’appeler Grincheuse ? Je m’appelle Ogra, » déclara Ogra.

« Tais-toi, c’est tout. Attends, ne me dis rien. Maintenant ! Toi aussi, Rine ! » déclarai-je.

« « Tu es méchant ! » » Elles boudaient toutes les deux.

« Rine, dis-moi. » Mais j’avais déjà un peu éduqué la princesse.

« Euh... Les elfes sont jeunes, » déclara Rine.

« Jeune ? Ne sont-ils pas immortels ? » N’appelleriez-vous pas une race immortelle les « vieux », d’habitude ?

« C’est possible. Il n’y a pas de vieux elfes, pour autant que ma famille le sache, » déclara Rine.

Alors ils arrêtent de vieillir ? C’était toujours en harmonie avec mes connaissances de base. Comme ils avaient tous l’air jeunes, on les appelait les « jeunes », hein ? « Autre chose d’autre ? Sont-ils liés à la nature ? »

« Je pense que oui ? Désolée, nous ne savons pas grand-chose sur eux, » déclara Rine.

Une princesse inutile ! Peut-être une question qu’elle préférerait savoir. « Bon en magie ? » Pour le potentiel militaire.

« C’est sûr. Les elfes sont très habiles, chacun d’entre eux est censé être capable d’utiliser la magie. Ils connaissent des sorts qu’on ne peut même pas imaginer, » déclara Rine.

Kyou-san s’en était mêlée : « Connaissent-ils donc aussi les malédictions ? »

... est-ce possible ? Le drapeau d’une autre route ?

« Je pense que oui. Les elfes en savent beaucoup et sont capables de faire de puissantes magies. Pourquoi cette question ? » demanda Rine.

J’avais mis ma main sur mon visage. Rine avait vraiment oublié qu’on était maudits ! Ma fille, s’il te plaît ! Reste concentrée !

Donc cela nécessiterait vraiment à une discussion avec Correo. S’il ne nous poignardait pas dans le dos, il pourrait être une très bonne source d’information.

Poussons notre chance jusqu’au bout.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire