Je déteste être marié dans un monde imaginaire ! – Tome 2 – Chapitre 2 – Partie 4

***

Chapitre 2 : Les Héros, le Monstre et le Plan

Partie 4

Le lendemain.

Heureusement, Rine ne se souvenait de rien de ce qui s’était passé lorsqu’elle était endormie, ou alors elle regrettait de ne pas avoir fait de tour de garde nocturne. À la fin, Kyou-san avait pu jouer la « carte de l’amitié » qui s’était avérée très efficace.

On avait recommencé à faire de l’escalade, mais j’étais sur le fil du rasoir. C’était comme si quelque chose n’allait pas, même si je n’arrivais pas à mettre le doigt dessus. Je ne l’avais pas dit aux filles, car cela pourrait n’être qu’un malaise. Peut-être était-ce parce que nous essayons d’atteindre un sommet. Mal de l’altitude, peut-être ?

Oh.

« Ken, pourquoi tu regardes autour de toi comme ça ? » me demanda Kyou-san.

« ... Ennemis. Trois types rampants, on ne peut que les entendre, » répondis-je en murmurant.

« Rampant ? Peut-être une chenille des montagnes, » Rine avait dégainé son épée. « Mais es-tu sûr ? Je n’entends rien. »

Là-bas ! J’avais couru jusqu’à un rocher ayant la taille d’un humain et avec une Poussée Rapide et un son déchirant, un monstre en forme de chenille avait été anéanti, alors que les tripes volaient partout.

Deux autres se cachaient dans le coin, mais tout à coup, je m’étais mis à avoir envie de vomir. Que se passe-t-il ?

D’un mouvement rapide, Rine m’avait devancé et elle avait coupé les deux autres d’un seul coup, les tripes avaient également volé. Mais elle semblait aussi ressentir des douleurs à l’estomac. « Les tripes... »

Ah, je vois. Donc les tripes possèdent en eux un produit chimique inodore, ce qui cause cette nausée. Mais ça passe vite, peut-être 10 secondes. Mais avec ce délai mortel, si vous combattiez plusieurs individus en même temps... Était-ce en vérité leur stratégie ? Est-ce qu’ils agissaient en rodant, puis en tenant une embuscade aux proies et si cela échouait, le premier à mourir immobiliserait l’ennemi avec ses tripes nauséabondes ?

Mais en y pensant, ce corps était facilement ouvrable par une frappe. Qui avait pensé à des monstres comme ça !?

« Est-ce des chenilles de montagne ? » lui demandai-je.

« Non, les chenilles de montagne sont bien plus grosses. Je crois que ce sont des chenilles boak. » Ah, donc ceux de la taille d’une vache qu’on a trouvés avant sont les chenilles de montagne. Ces montagnes ont trop de monstres ressemblant à des chenilles !

« Attendons un peu, » avais-je suggéré. « Je me sens encore un peu malade. »

« Moi aussi, » répondit Rine.

Kyou-san hocha la tête : « D’accord. »

« Ah ! » m’exclamai-je alors que je regardais la direction du sommet que nous visions. « Pas bon. » Il y avait au moins une douzaine de créatures volantes. C’était probablement elles qui avaient laissé des marques de griffes la veille. Les marques me donnaient l’impression que ces créatures étaient très grandes, et que cela devait avoir une taille entre une vache et un éléphant ! « Qu’est-ce qu’ils ont entre leurs serres..., » chacun de ces oiseaux avait deux paires d’ailes et un long bec en forme de lame. De plus, ils avaient une chenille boak prise dans chacune de leur serre. Et comme ces créatures avaient quatre pattes chacune, c’était 48 centipèdes volants ! « COUREZ ! »

S’il vous plaît, laissez ces oiseaux être stupides ! S’il vous plaît !

J’étais déjà à quelques mètres de là, alors que les filles se posaient encore des questions, mais maintenant elles bougeaient enfin. Mais je me rendais clairement compte que nous n’étions pas seulement détectés, mais trop lents, car les créatures étaient déjà en train de nous rattraper !

Et les bâtards volants avaient fait ce que je craignais : Ils s’étaient mis à voler juste au-dessus de nous et ils avaient lâché les chenilles afin qu’elles nous tombent dessus. Elles pourraient tout à fait éclater à l’impact, et cela pourrait tout à fait nous immobiliser avec leurs produits chimiques intestinaux !

J’avais changé de classe vers celle de Lancier et j’avais crié à Rine : « Aide-moi à sauter ! Et après, courez toutes les deux ! »

Rine me regarda avec confusion, mais elle s’était mise en position, avec les mains jointes sous son ventre. J’avais couru vers elle et j’avais sauté sur cette plate-forme provisoire. Elle m’avait propulsé encore plus haut, jusqu’au premier arrivage de chenilles. « Tourbillon ! »

Les tripes avaient été éclaboussées autour de moi, mais la compétence Tourbillon avait repoussé les ennemis, de sorte que les carcasses avaient volé encore plus haut, s’écrasant sur la deuxième vague de chenille. La nausée m’avait submergé. La dernière chose que j’avais pensée était : Ça va faire mal, quand j’étais redescendu avant de m’écraser sur le sol, sans avoir la chance de réduire ma chute. Je pouvais voir mes PV diminuer jusqu’à une limite alarmante. Mon Maximum de PV avait aussi diminué, car j’avais peut-être cassé quelque chose.

La troisième vague de chenille était en train de tomber sur moi et pendant qu’ils éclataient, j’avais encaissé encore plus de dégâts. Mes PE avaient aussi fortement diminué, peut-être parce que j’étouffais à cause de toute cette nausée. J’avais essayé de me lever, mais je voyais déjà s’approcher trois de ces oiseaux bizarres, ceux qui avaient lancé la première des trois largages.

Ah, je suis mort. Mais bon sang, je ne devrais pas abandonner ! Chaque once de volonté était entrée dans mon corps, essayant de le faire bouger.

Et puis, *frappe* avec un bel arc de cercle, une épée était en train de s’enfoncer dans le corps d’une de ces créatures. Rine. Quelle idiote ! Si je te dis de courir, tu devrais courir !

Et ton but est faux. Comment as-tu pu foutre en l’air ton principe d’une frappe, un mort ? Sûrement parce qu’elle s’est précipitée vers moi. Bien sûr, Kyou-san n’est pas là. Elle est plus intelligente que ça.

La résistance de Rine avait été de courte durée. Une quatrième vague de chenilles s’approchait d’elle et elle était en train de subir de la nausée. Maintenant, l’une de ces créatures à quatre ailes s’approchait d’elle, celle qu’elle avait frappée plus tôt. Il semblait être gravement blessé, mais les yeux brûlaient de haine. Je vois. Elle va mourir avant moi. Pourquoi a-t-elle essayé de m’aider ? Elle est stupide.

Je tremble ! Le monde semble trembler. Pourquoi est-ce que je tremble autant ? Est-ce dû aux regrets ? Est-ce que c’est de la haine de soi ? Est-ce de la fierté ? Je ne sais pas, en fait je me sens un peu vide à l’intérieur.

Attends un peu ! Le monde tremble ! Au moins la montagne ! Quoi... Le sol ! Le sol s’élevait juste devant mes yeux, alors que j’étais incapable de bouger ! Et la terre sous moi était en train de changer... J’avais roulé dans la direction qui s’était élevée jusqu’à présent.

Les créatures ailées étaient tombées en pleine panique alors qu’elles essayaient de s’envoler. Pourriez-vous, s’il vous plaît, m’emmener ? Nous pouvons encore discuter de toutes les choses concernant le fait que vous avez essayé de me tuer, mais je ne veux pas être laissé derrière, alors que la terre et les rochers autour de moi bougeaient grandement et qu’ils étaient sur le point de m’écraser.

Ah, cela ne sera pas mon plus gros problème. En ce moment, je descendais une falaise nouvellement formée. Eh bien, je suis mort. Dans ma prochaine vie, je veux redevenir un joueur.

Soudain, quelque chose s’était emparé de mon cou par-derrière, m’étouffant : « Je t’ai attrapé, Kenta ! » C’était Rine, qui avait réussi à se débarrasser des nausées. Les miennes aussi étaient finies, mais mon corps ne bougeait pas. Il pouvait s’agir d’une douleur écrasante, qui était bloquée par l’adrénaline, ou quelque chose comme ça.

Rine était accrochée au sol encore en mouvement alors que la zone devenait de plus en plus raide. Ses doigts creusaient profondément dans la terre, mais ma question exacte est : Combien de temps avant que nous tombions tous les deux ? « Stupide. » Ma voix était devenue gémissante.

« Hein ? »

« Stupide ! Lâche-moi et essaie de te sauver ! M’aider, c’est te tuer ! » déclarai-je.

« Non ! » cria Rine.

« Le sol lui-même essaie de me jeter de la falaise ! Agis donc comme une princesse stupide et comme si tu avais de bonnes intentions, tout en enjambant les cadavres ! » déclarai-je.

« Tu... tu essaies juste de me faire t’abandonner, puisque nous sommes amis ! » répliqua Rine.

« Non, je ne le suis pas ! Je te déteste ! Tu agis avec noblesse et force, tout en te sacrifiant, je déteste ça ! » répliquai-je.

Pendant un moment, Rine avait titubé, mais ensuite elle avait rassemblé sa détermination : « Tu viens d’essayer de nous protéger Kyou et moi en te sacrifiant par la même occasion ! »

« Je déteste les TPK et surtout les joueurs qui les évoquent en ne faisant pas leur travail ! Un mort vaut mieux qu’un TPK, surtout dans les raids ! »

« TeePeeKay ? »

« Total Party Kill, ou, imbécile ! » déclarai-je.

« Je n’ai aucune idée de quoi tu parles, alors je vais t’ignorer ! » déclara Rine.

« Gosse immature ! » criai-je.

« Beh ! » Est-ce qu’elle me sort là sa langue !?

« Soulève-moi, que je puisse te cracher dessus ! » criai-je.

« Avec plaisir ! » Rine avait renforcé sa prise sur mon cou puis elle avait essayé de me tirer vers le haut, mais avec un soudain mouvement, le sol sous nous devient vertical. Comment est-ce que c’est possible ?

Pendant un moment, Rine avait pu porter nos deux poids d’une seule main. Puis la terre sous sa main s’était brisée et nous avions tous les deux ressenti la gravité.

Ah, on a de la chance. Sous nous se trouvait l’une de ces étranges créatures à quatre ailes. Nous allions atterrir directement dessus... attends, nous sommes malchanceux, nous tomberons à côté, presque à portée de main, mais sans aucune chance de l’attraper.

Eh bien, nous sommes morts. La seule bonne chose, c’est que la personne qui m’irrite le plus mourra aussi. Dommage que je ne puisse pas bouger et pousser Rine plus loin, pour qu’on puisse mourir à différents endroits.

Et alors, quelque chose d’inattendu s’était produit. Ou plutôt comme « s’était de nouveaux produits », car soudainement, un autre morceau de terre était apparu et avait touché la créature ailée dont j’avais parlé plus tôt sur le côté. J’avais entendu le bruit du broyage des os et des éclaboussures de sang.

Nous allions ainsi atterrir sur cette nouvelle partie du sol qui avait surgi, mais il y avait encore environ huit mètres de chute libre. Je suppose qu’on ne peut rien y faire. Si je mourais, mais Rine pouvait survivre, je pouvais aussi bien la laisser souffrir avec ce qui allait suivre. J’avais utilisé le peu de volonté qui me restait et j’avais attrapé le bras de Rine, qui tenait toujours mon cou, et je l’avais étreint contre moi. J’allais ainsi subir le choc en premier, et j’espérais vite mourir. Et ainsi protégée de cette façon, elle survivra sûrement et ma mort lui fera vivre un enfer mental ! Bien fait pour toi !

Le problème principal était sur le point d’arriver : L’atterrissage... Étrange, la terre était en train de céder... est-ce que c’est si peu solide ? Oh, cette parcelle de terrain vient de bouger à nouveau, nous l’avons ratée et nous sommes toujours en chute libre.

« HHHAAAAAHHHHHH ?? » Un son profond résonna tout autour de nous.

Un autre morceau de terrain était apparu sous celui que nous avions raté et... cela nous avait réceptionné. L’impact en soi ne faisait pas très mal, mais le fait que j’enfonce le genou de Rine dans mon estomac était plutôt mauvais. Qui a craché tout ce sang ? Et où est partie une si grande partie de mes PV ?

Oh... La noirceur m’engloutit.

 

― ○●○ ―

 

Pour moi, Momokawa Kyou, les choses ne s’étaient pas bien passées. J’avais été capturée par d’étranges monstres ressemblant à des oiseaux. À un moment donné, Rine-chan était allée pour aider Ken, puis le sol s’était déplacé. En vérité, j’étais heureuse que je ne sois pas là à ce moment, car la terre avait commencé à bouger.

Eh, c’était arrivé, car ce n’est pas une montagne sur laquelle nous étions. C’était une créature gargantuesque faite de terre et de pierre ! Il était allongé là et le soi-disant pic était en fait son derrière !

Je ne savais pas ce qui était arrivé à Rine-chan et Ken, mais pendant que cette créature montagneuse s’était placée debout, j’avais pu avoir un aperçu des dommages qu’elle avait causés. Plusieurs monstres avaient été écrasés par certains de ses mouvements mineurs.

Même si j’avais encore un espoir à ce moment-là : « S’il vous plaît, laissez Ken mourir. » Il y avait encore la possibilité que sa mort lève la malédiction qui m’avait frappée. Mais il n’y avait pas de fenêtre de message de malédiction et la bague était toujours à mon doigt, donc tout ce que je pouvais faire, c’était espérer.

Mais assez rapidement, la situation s’était aggravée. La créature faite d’une montagne avait attaqué les créatures volantes et elle les avait écrasés les uns après les autres avec ses grands bras. C’était comme attraper des insectes avec les mains ! Mais quelque chose avait distrait le géant de la terre, de sorte que deux des créatures ailées avaient pu s’enfuir, y compris celle qui m’avait capturée dans ses serres.

Maintenant, j’avais juste besoin d’un moyen de survivre. Et avec un peu de chance, Ken saignait actuellement, à quelques secondes seulement de la mort. Après quoi la malédiction serait levée grâce à cela.

Pour changer, j’aurai peut-être de la chance.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

  2. Tellement de haine dans ce novel... Waaah... Merci pour le chap ^^

  3. Et bien, je pensais que nos jeunes auraient commencé à avoir un peu d'empathie l'un pour l'autre, c'est râpé...

Laisser un commentaire