Je déteste être marié dans un monde imaginaire ! – Tome 2 – Chapitre 3

***

Chapitre 3 : L’Etna, les Quoiseaux et la Séparation

***

Chapitre 3 : L’Etna, les Quoiseaux et la Séparation

Partie 1

J’avais repris connaissance et j’avais alors réalisé que je devais encore être en vie. Mais même si je devrais être reconnaissant de ça, je n’avais pas pu l’être. Pourquoi ? Puisque j’avais tellement mal, je voulais vraiment mourir.

« Tu es de retour ! » Une phrase excitée et soulagée avait été entendue et quelque chose qui pourrait être un câlin m’avait été fait. Ou bien était une jeune fille en fer qui me l’avait fait, mais disons, pour ce que j’en avais à faire..., je disais ça, car cela faisait si mal que j’avais presque pu entendre un bruit de douleur. « J’ai presque pensé que... » *Pleurnichage*.

J’avais lentement ouvert les yeux et j’avais vu une Rine qui pleurait et qui était recouverte de terre. Elle se penchait sur mon corps, mais elle avait déjà cessé de m’étreindre à ce moment-là. Elle ne faisait en ce moment que chanter des sorts de guérison les uns après les autres, tous dirigé vers moi.

Mes PV max étaient assez réduits, peut-être à cause de toutes les blessures majeures que j’avais reçues en tombant. Mais mes PV actuels étaient déjà au maximum et donc, la magie de guérison ne changeait rien à ma situation. Peut-être que j’étais vraiment brisé en ce moment.

« NE T’INQUIÈTE PAS, MON GARÇON. ÇA POURRAIT FAIRE MAL, MAIS TU PEUX ME LAISSER LE RESTE. » Depuis quelque part plus loin, une voix grave et résonnante s’était fait entendre. J’avais essayé de le localiser.

« Ah, c’est l’Etna. Il nous a sauvés, » Rine désigna une direction, mais tout ce que je voyais, c’est... ?

« C’est une montagne, » déclarai-je.

« C’est l’Etna, » répondit Rine.

« PAS TOUT À FAIT. JE SUIS UN ETNA. MAIS VOUS POUVEZ M’APPELER SIMPLEMENT ETNA » est-ce que cette montagne vient de bouger ? Et est-ce une fente qui est une bouche ? Et ces trous scintillants, ce sont des yeux ou quoi ? Même s’il n’a pas de tête et qu’il a trois jambes et sept bras ?

J’avais essayé de me concentrer là-dessus, mais il y avait quelque chose entre. Il y avait une boîte de messages.

 

Vous êtes séparé de Momokawa Kyou.

La malédiction reviendra, petit à petit, sur vous et votre femme bien-aimée. Après 47 heures, la malédiction sera à son paroxysme, alors laissez votre amour surmonter cette épreuve !

 

...

...

« Aaaaaahhhhhh! »

« Tout va bien, Kenta. L’Etna n’est pas un ennemi, » déclara Rine.

« AAAAAAAAAAHHHHHHHHH ! » J’avais doublé le volume, car j’avais complètement oublié cette créature de montagne.

« TU NE DEVRAIS PAS TE FATIGUER EN CRIANT, MON GARÇON. JE NE TE FERAIS PROBABLEMENT PLUS DE MAL, » déclara Etna.

« POURQUOI NE ME TUES-TU PAS MAINTENANT ? » Cela ne s’adressait à personne en particulier, sauf à la vie.

« MOI, EN ME RÉVEILLANT, JE T’AI FAIT DU MAL, MAIS CE N’ÉTAIT PAS MON INTENTION, » déclara Etna.

« MERDE ! JE DÉTESTE ÇA, JE DÉTESTE ÇA, JE DÉTESTE ÇA !! » déclarai-je.

 

☆☆☆

 

Inoue Masahiko et son groupe se trouvaient actuellement dans la même chaîne de montagnes. Ils pensaient que la princesse y était peut-être retournée pour capturer d’autres bandits. Le chemin que Kyou leur avait indiqué était plein de pièges et avait été très difficile d’y voyager.

« À quoi pense Kyou ? », marmonnait-il pour la vingtième fois. S’il pouvait juste lui parler, pour savoir de quoi il s’agissait exactement, il le saurait. Lui et ses amis n’avaient cessé d’y penser et même s’il y avait quelques idées, il n’y avait aucun moyen d’en être sûr.

Il y avait tellement réfléchi ces derniers jours, qu’il s’était imaginé entendre la voix de Kyou dans ces montagnes. C’est... attends, c’est la voix de Kyou !

« OISEAU STUPIDE, MEURS ET LAISSE-MOI TRANQUILLE ! »

Il s’agissait d’un cri lointain, venant d’en haut. Masahiko pouvait voir des créatures géantes et volantes dans la direction d’où venait la voix. Kyou est-elle kidnappée par ces créatures !?

« Masa ? » Eri avait alors demandé à Masahiko.

« Nous devons la sauver. Il s’agit de l’une des nôtres. » Tout le monde hocha la tête. Il n’y a pas eu d’hésitation.

 

☆☆☆

 

Résumons la dernière heure. D’abord, alors que je pouvais à peine bouger, Rine m’avait constamment lancé des sorts de guérison, et cela même si je lui avais déjà dit d’arrêter à plusieurs reprises. Elle avait continué jusqu’à ce que son mana (si elle en avait) soit épuisé. Mais elle avait continué après s’être suffisamment rétablie pour pouvoir lancer un autre sort. J’avais effectué des premiers soins sur toutes les déchirures et les fractures que j’avais sur tout mon corps. C’était ce qui ne pouvait pas être contré uniquement grâce aux sorts de Rine.

Etna, de l’autre côté, avait fait beaucoup d’explications, à tel point qu’il tuerait n’importe qui dans un jeu. Il avait déclaré trop d’histoires en trop peu de temps, d’autant plus que la plupart d’entre elles étaient ennuyeuses.

Alors je l’abrège : Les Etna sont une vieille race de montagnes vivantes qui dorment la plupart du temps. Mais celui-ci s’est réveillé, car il y avait eu trop de tripes venant des chenilles. Alors que l’Etna est déjà sur le point de se rendormir, comme il était désolé de ce qui s’était passé, il avait voulu un peu nous aider.

Les créatures à quatre ailes étaient à peu près aussi intelligentes que les humains. Elles étaient vicieuses et rusées et inventaient de nouvelles façons de chasser en fonction de leur nouvel environnement. Normalement, elles vivaient sur les terres des démons, mais un clan s’était installé dans les parages. Comme c’était juste derrière la frontière, cela pouvait arriver.

L’Etna avait également perçu que l’un des nôtres, un humain, avait été enlevé par l’un de ces oiseaux. Cela devait être Kyou-san, qui était sûrement tombée dans une autre crise et souhaitait à nouveau des choses déraisonnables. Elle voulait sans doute ma mort, car quand les choses tournaient mal, elle me le reprochait.

« VEUX-TU SECOURIR CET HUMAIN ? »

« Oui », pendant que Rine était pleine de vigueur, je haussais simplement les épaules.

« JE SUIS ÉMU. POUR UN PETIT DE L’EXTÉRIEUR DE L’ETNA QUI SE SOUCIER L’UN DE L’AUTRE, C’EST GÉNIAL ! » Pourriez-vous, s’il vous plaît, ne pas pleurer du sable ? Un gros nuage de sable se forme et j’aime ne pas m’étouffer. « JE NE PEUX PAS VOUS AIDER BEAUCOUP, VOUS DEUX. JE NE PEUX QUE VOUS DONNER MA BÉNÉDICTION. »

« Etna, c’est plus que suffisant, » Rine répondit avec un large sourire. J’avais levé les yeux. Quel bien cette bénédiction pouvait-elle faire ?

Oh, une autre fenêtre de message.

 

Vous obtenez la bénédiction de l’Etna !

La régénération a été fortement stimulée

Max PV +100 %

PE maxi +100 %

Max MP +100 %

Vitalité +50 %.

 

Ouais, j’aime être béni. S’il vous plaît, bénissez-moi encore plus !

C’était peut-être un effet secondaire, mais mon Max PV était rapidement redevenu normal ou plus du double de la normale. Je pouvais sentir comme si toutes mes déchirures se réparaient à vue d’œil. La douleur s’atténue, c’est génial !

« PRENEZ MA BÉNÉDICTION ET SAUVEZ VOTRE AMIE. JE SUIS... FATIG... JE VAIS DORMIR..., » et il s’était endormi.

« Va-t-il vraiment dormir jusqu’à ce que la confrontation finale entre les dieux et la fin du monde soit sur le point de commencer ? » Rine avait pris en compte toutes les histoires que l’Etna avait racontées telle une éponge en sortant ça.

« Est-ce important ? Ce n’est pas comme si nous allions vivre aussi longtemps. Et il sera probablement perturbé à plusieurs reprises, avant que cela ne se produise. Ce que je veux dire par là, c’est qu’une douzaine de chenilles éviscérées en peu de temps ont suffi à le réveiller ! » J’essayais de me lever. Cela avait fonctionné. « Nous devons d’abord sauver Kyou-san. »

« Oh, maintenant que tu en parles, » Rine s’était aussi préparé. « Après tout, vous êtes amis. Et même, nous le sommes tous. »

« Non, » je travaillerai avec elle, mais j’en avais assez de tout ça.

Je n’étais pas assez stupide pour charger un ennemi comme ces oiseaux avec si peu d’informations. Et surtout, comme elle pouvait utiliser la magie de guérison, jusqu’à un certain point, mon propre taux de survie augmentait.

Mais ça ne veut pas dire que je dois continuer à faire semblant. « On le fait, parce que je mourrai dans l’autre cas. »

« Hein ? » s’exclama Rine.

« Et après, on verra. Peut-être quand nous serons à Esse ? » déclarai-je.

« Je ne veux pas le faire. Si papa m’attrape, il me fera faire un travail ennuyeux, » déclara Rine.

« Et il me donnera une belle récompense, alors tais-toi, » déclarai-je.

« Re-Récompense !? » Après une seconde de choc, l’humeur de Rine s’était assombrie, mais elle s’était éclaircie comme un soleil levant : « Ah, je vois ! Tu veux me protéger, après, puisqu’on a failli mourir. Mais ne t’inquiète pas, on est amis, alors on va rester ensemble. Risquer sa vie l’un pour l’autre est normal. »

Ce n’est pas de la naïveté ! C’est de la stupidité ! « Laisse-moi un peu tranquille, s’il te plaît ! Bon, l’Etna nous a dit la direction approximative et je vais essayer de la Pister, même si je ne pense pas que les créatures volantes laissent derrière elles quelque chose d’utilisable lorsqu’elles sont en vol ! »

« Oh, tu es timide, Kenta, » déclara Rine.

« Et tu es agaçante ! » Mais j’avais besoin de ses talents de tueuse pour atteindre Kyou-san... Merde ! Bon sang ! Je déteste ça ! Je déteste ça !!

C’était vraiment comme dans le gouffre : Je ne peux pas me séparer d’une folle, qui s’oppose à tout ce que je dis, alors que tout ce qu’il y a dans la zone essaye de nous tuer !

 

☆☆☆

 

Les mouvements de l’Etna avaient été destructeurs. La terre et les plantes qui l’avaient recouvert pendant probablement des siècles de sommeil s’étaient répandues dans toute la région et même si ces quatroiseaux auraient laissé des traces, elles auraient toutes maintenant disparu.

Donc la seule piste que nous avions était la direction vers laquelle ils volaient. Je préférerais vraiment avoir quelque chose comme un animal volant ou une monture ou au moins une chèvre pour les poursuivre, mais comme nous n’en possédions pas, Rine et moi devions le faire à pied, jusqu’à ce que je trouve un indice sur où étaient ces fichus oiseaux.

L’escalade, c’était fatigant, mais j’y étais déjà un peu habitué. Rine, par contre, c’était quelque chose à laquelle je n’étais pas habitué et qui devenait de plus en plus ennuyeux chaque minute. « Si on ne sauve pas Kyou-san, tu vas mourir ! Kenta, c’est trop cool ! »

« Je te l’ai déjà dit que nous sommes maudits, » déclarai-je.

« Liés pour être ensemble, et maudits quand ils sont séparés. C’est romantique, » déclara Rine.

« C’est horrible. Oui, c’est vraiment horrible. Tu ne connais pas du tout Kyou-san. Elle affiche juste une façade quand elle est face aux autres. Avant même de penser à elle comme une petite-amie, je préférerais sortir avec une... euh... pourquoi pas... ? » Un chat ? Un chien ? Une otaku-girl ? Je n’en ai aucune idée. « Peu importe... »  Je pense qu’il est inutile d’expliquer les faits à Rine même si elle m’agace vraiment.

« Ouf... » Un pied après l’autre. Je dois chercher des indices, et trouver une piste. Peut-être une plume tombée. Peut-être un endroit où les quatroiseaux se sont reposés. Mais les chances de les trouver sont microscopiques. La malédiction reviendra probablement en force et je mourrai à la fin.

Les quatroiseaux mangeront probablement Kyou-san avant la fin de la journée. Et je verrai ce qu’il adviendra de la malédiction quand l’un de nous sera la mort. Peut-être qu’il se réinitialisera. Peut-être que ça me tuera tout de suite. Bon sang, c’est tellement déprimant, que je ne vois pas l’intérêt pour commencer de chercher Kyou-san.

Et alors que ces pensées négatives se répandaient en moi, une voix s’était fait entendre : « Ne t’inquiète pas. » Bien sûr, c’est Rine. « Nous la trouverons. Fais-moi confiance. »

Ah, je me déteste pour avoir été rassuré par ça, pensai-je.

Si je regarde objectivement l’ensemble de Rine-chose, il n’y a qu’une seule conclusion à tirer : Katarine Von Stolzherz est une tricheuse. Elle a grandi en tant que membre de la royauté, mais au lieu de faire face à ses responsabilités, elle est maintenant ici, à faire ce qui est amusant pour elle.

Elle peut tuer presque tout sur son passage, elle peut utiliser la Magie divine et elle a une apparence attirante. Tout en elle, même son idiotie, ne fait que la rendre plus belle et parce qu’elle est belle, elle me charme, moi qui ne la supporte pas.

Toute ma vie, j’ai pensé que mes camarades de classe étaient des tricheurs dans la vie, mais ils essayent juste d’être une ombre de Rine. Je la déteste ! Je la déteste vraiment !

Une demi-heure après nos adieux de l’Etna. Nous avions grimpé une autre montagne et nous avions observé ce qui se trouvait tout autour de nous. La vaste chaîne de montagnes qui nous entourait me donnait le vertige. C’était tellement de choses à couvrir.

Attends, qu’est-ce que c’est ? « N’est-ce pas les quatroiseaux ? » Ils sont si loin, même ma compétence en Vision Lointaine a du mal à les discerner, à part les quatre ailes que possède chaque créature. « Il y en a un tas qui vole autour de ce sommet. Je pense que c’est à environ un jour de marche. »

« Hm... » Rine regarda autour de nous. « N’y a-t-il pas un moyen plus rapide ? »

« Comment ? Tu t’es fait pousser des ailes, alors que je ne faisais pas attention ? » En y repensant, avec Rine, il était tout à fait possible qu’elle cache une paire d’ailes en forme d’ange, juste parce qu’elle était déjà un personnage imbattable.

« Malheureusement non. Mais regarde, » déclara Rine.

J’avais regardé là où Rine pointait. Et maintenant, ma bouche était ouverte en grand. « Qu’est-ce... qu’est-ce que c’est ? »

« Je ne sais pas, mais ça nous aidera, par choix ou par la force, » Rine avait dégainé son épée.

Au-dessous de nous, il y avait un petit vallon et là-dedans, une créature semblable à une libellule, plus grande qu’un cheval, y dormait. Mais à la place de la chitine, il avait de la fourrure tout autour de son corps, mais ses ailes gigantesques ressemblaient à celles d’un insecte.

Des centaines de questions me venaient à l’esprit : « Qu’est-ce que c’est que ça ? » ou « Comment se fait-il qu’il soit là quand on pourrait en avoir besoin ? », mais à la fin, la réponse avait probablement été quelque chose du genre : « Parce que Rine est une tricheuse ! »

Sans plus d’hésitation, j’étais passé à la classe de Lancier. Rine et moi avions après ça échangé un regard et elle avait commencé à descendre lentement la pente, tandis que j’étais prêt à charger à tout moment.

Puis elle avait crié : « Allô ? Je m’appelle Katarine Von Stolzherz et je voudrais vous poser une question. »

La créature endormie s’était lentement réveillée et avait regardé Rine dans la confusion. Mais il n’avait pas attaqué. Peut-être qu’elle pouvait comprendre le langage humain.

Rine, excitée par le succès rencontré jusqu’à présent, posa sa question : « Mon compagnon et moi sommes dans le pétrin et nous voulons vous faire une demande. Seriez-vous prête à nous laisser monter sur votre dos pendant un moment ? »

La créature inclina la tête et au bout d’une seconde, elle acquiesça. Cela... aide ? Est-ce possible ? Se peut-il qu’il y ait une créature qui soit prête à nous aider ? Attends... ça doit être une tricherie liée au charisme de Rine !

« Super, euh... Je ne connais pas votre nom, désolée. Et si on vous appelait... Winger ? » Je suis presque sûr, c’est parce qu’il vole et a des ailes. Et Winger acquiesça. Donc Rine avait un autre ami. Super, un hourra pour la princesse ! Je suis sarcastique, tu sais ?

Winger plia ses jambes en forme d’insectes et Rine la monta. Bien sûr, elle le faisait avec grâce. J’étais aussi descendu et la douce princesse m’avait tendu la main.

Et j’avais mis ma lance dans sa main. « Non, je veux m’asseoir devant. » Et ainsi, j’avais grimpé maladroitement sur Winger par moi-même. Cela m’avait pris du temps, mais à la fin, je m’étais assis juste derrière son cou et j’avais repris mon arme. La main gauche attrapait de la fourrure, alors je ne tomberai certainement pas.

« Êtes-vous prêt, Winger ? » s’exclama Rine. « Décollez ! » Et ainsi, Winger avait commencé à s’élever dans les airs. « Kenta, donne les instructions ! »

« Plus à gauche. Voyez-vous ce sommet ? Nous allons là-bas. » Winger hocha la tête et commença à voler vers le sommet, de plus en plus haut.

« C’est génial, je vole ! Je vole vraiment, Winger, vous êtes géniale. » Comme s’il était excité par les cris de joie de Rine, Winger avait commencé à monter de plus en plus loin. Rine riait à pleine puissance. Comme moi, elle ressentait l’impression que nous glissions dans le ciel tout en étant libérés des lois de la gravité.

Même moi, j’avais souri. Mais pour une autre raison. « Vous êtes malin. » D’un mouvement rapide, j’ai mis la lance en position comme un collier, juste sous le larynx de Winger. « Vous volez très haut, même si ce n’est pas nécessaire. »

« Kenta, qu’est-ce que tu fais ? » demanda Rine.

« Ne t’inquiète pas, crois en moi, Rine, » déclarai-je.

« OK. » Si crédule.

« Alors Winger, pensiez-vous pouvoir nous piéger, hein ? » demandai-je.

« Winger ne ferait pas ça ! » déclara Rine.

« Tais-toi, Rine ! » déclarai-je.

« ... Ok..., » si obéissante.

« Essayez de voler le plus haut possible, puis vous vous retournez et nous tombons vers une mort certaine après nous être écrasés en petits morceaux sur le sol, non ? » Oh, Winger tremble et transpire. Ou alors, c’était quelque chose comme ça. Ça ne transpire pas vraiment, mais c’est assez près. « Malheureusement, je ne fais confiance à personne. Et j’ai plus qu’assez de force pour écraser votre trachée dans cette position. Soit nous vivons tous, soit nous mourons, n’est-ce pas génial ? Si vous comprenez, tournez à droite. »

Et Winger avait tourné à droite.

« Bien. Voyez-vous le plateau là-bas ? Vous volerez jusqu’ici, puis nous prendrons des chemins différents. » Le plateau était à environ une heure de marche de la montagne. Je suppose qu’il faudra environ trois heures d’ascension pour atteindre le sommet. Mais je ne peux pas me battre tout en gardant Winger sous contrôle, car je lui fais confiance sur un point. Je lui fais confiance pour nous tuer à la première occasion. Ne te fous pas de moi, Winger !

« Attendez..., » Rine commença à comprendre qu’elle s’était fait avoir. « Pourquoi, Winger ? »

« Ne le sais-tu pas ? Parce qu’il aime les humains. Mais bien sûr, comme nourriture ! » Donc encore une fois, ma nature suspicieuse a sauvé la journée. Maintenant, je dois sauver Kyou-san aussi, ou je suis foutu.

***

Partie 2

« Katsuo, vise ses ailes. Essaie seulement de le faire avec précision. Eri, soit prête à réduire la chute de Kyou grâce à la magie si notre plan échoue. Daichi et Teruko, nous trois, nous l’engagerons, si nécessaire. » Inoue Masahiko donnait l’ordre pour faire atterrir la créature à quatre ailes, même s’il était aussi prêt pour les autres résultats.

Ne t’inquiète pas, Kyou. On va te sauver ! pensa-t-il.

Katsuo était un Archer et il avait utilisé la compétence Quadruple Tir pour frapper chaque aile de cette étrange créature semblable à un oiseau. L’oiseau avait crié et battu des ailes plusieurs fois. Il ne tenait plus vraiment en l’air, alors il avait diminué son poids. En d’autres termes, Kyou.

« Eri ! » cria Inoue.

« C’est vrai ! Coussin de Vent, » Eri jeta un sort, qui créait une bouffée d’air, surtout utilisée pour amortir les chutes, pour adoucir les impacts et qui pourrait peut être utilisée comme tremplin à usage unique.

Avec un gémissement très peu féminin, Kyou tomba dans l’oreiller, qui se dégonfla immédiatement. Même si la majeure partie de l’élan de la chute avait été absorbé, selon Masahiko, il n’était quand même pas mou. Elle ne bougea plus après ça, et elle semblait avoir perdu connaissance.

Ayant perdu sa charge, la créature s’envola, même si cela se faisait lentement. Katsuo et moi avions échangé des regards et il avait utilisé une autre compétence pour frapper cette créature. « Engagez ! » Nous avions foncé pour achever la créature blessée.

Mais il y avait un autre monstre, qui nous avait engagés dans un combat en réponse. Mais les flèches et les frappes de vent avaient volé vers elle, alors elle avait dû arrêter sa plongée. « Teruko et les autres, s’il vous plaît, éloignez celui qui vole, on finit celui qui est au sol. » Avec une lance, Teruko devrait avoir beaucoup plus de facilité que Masahiko ou Daichi, quand il s’agissait surtout de gagner du temps contre un ennemi volant. « Daichi, je vais l’affaiblir, tu l’achèves ! »

« Ossu ! »

En apprenant de l’époque où Masahiko et ses amis avaient dû abandonner Kyou, ils avaient établi une méthode pour tuer à plusieurs en utilisant une sorte de calendrier pour savoir qui devait être le prochain qui devait tuer. Tant que c’était possible, c’était à la personne dont c’était le tour de porter le coup final. C’était ce qu’ils avaient décidé en se rendant à la frontière. Il y avait aussi des suggestions pour revenir en arrière et aider Kyou à monter en niveau, mais à la fin Kyou était intelligente et ils devaient donc devenir plus forts aussi vite que possible.

D’un geste rapide, Masahiko dégaina ses deux épées et utilisa une compétence : « Double poussée ! » Avec les deux épées en position vers l’avant, il s’était précipité vers l’adversaire. Il semblerait que la plupart des compétences en matière d’armement étaient très rapides aux bas niveaux. C’était peut-être parce qu’il était si utile de diminuer la distance entre vous et votre adversaire aussi vite que possible.

Ses deux épées s’étaient plantées dans le torse de l’oiseau au sol et il avait tiré les deux lames vers la droite, ouvrant de profondes blessures dans le corps du monstre. Comme la créature était très grosse, cela avait dû infliger plus de dégâts, puisqu’à ce moment-là, Daichi se préparait à donner le coup de grâce. C’était probablement sa frappe de Fendeur de Terre qu’il voulait utiliser pour le décapiter. Donc Masahiko devait baisser la tête pour ne pas être touché.

« Loup d’Acier ! » Tels des crocs, ses épées se plantèrent dans la patte de l’oiseau. Il s’agissait d’une capacité pour pouvoir faire trébucher l’ennemi, tout en lui infligeant quelques dégâts. Son effet, qui permettait de provoquer la chute de sa cible, fonctionnait à l’encontre de n’importe quoi. Donc même si c’était un gros monstre, il devait maintenant être déséquilibré.

« Fendeur de Terre ! » Il s’agissait d’une compétence puissante utilisable avec une Hache, qui avait besoin d’un certain temps pour pouvoir être activée, mais comme Daichi n’attendait que cette occasion, elle était déjà complètement chargée. La tête de la créature avait ainsi été coupée. Le prochain à devoir tuer était Teruko.

Elle était déjà en train de le poignarder, utilisant un Coussin de Vent comme tremplin pour se rapprocher de la créature volante. Ainsi, vous pouviez l’utiliser même comme une compétence d’urgence. Masahiko était impressionné par l’ingéniosité de ses amis.

La Poussée Rapide était une technique très utile si l’utilisateur pouvait s’y prendre à l’avance. L’oiseau s’écrasa au sol, tandis que Teruko était captée par un autre [Coussin de vent].

Le reste du combat avait été facile, il avait fallu quelques secondes aux cinq étudiants pour infliger suffisamment de dégâts pour que Teruko puisse porter le coup de grâce. Mais au lieu de se baigner dans leur victoire, le groupe de Masahiko s’était occupé de Kyou.

Eri la regarde. « Elle dort. C’est peut-être un soulagement. Qui sait combien de temps Kyou a été portée par cette créature, cela a dû être une expérience très stressante. »

« Laissons-la se reposer. Je vais la porter. »

« Masa. Je suis le plus grand ici. Ce serait plus confortable pour elle, si je la portais, » déclara Daichi.

Daichi avait raison. Il s’entraînait au judo depuis l’enfance et il serait capable de bien la porter grâce à son entraînement et à sa grande taille. « Je te laisse le soin de le faire. »

« D’accord ! » déclara Daichi.

Eri semblait hésiter. Peut-être qu’elle s’inquiétait encore des pièges d’avant et de l’implication de Kyou dans ces pièges.

« Nous devons nous diriger vers un endroit sûr. Quand Kyou se réveillera, je suis sûr qu’elle pourra tout expliquer ! » Masahiko s’inquiétait pour Kyou, car ils étaient des amis et il craignait que Kyou ait des ennuis.

☆☆☆

Winger avait atterri sur le plateau. « Bon travail, Winger, » bien sûr que je le complimentais.

J’avais attendu après ça que Rine descende. Elle n’avait pas l’air heureuse. « Je n’arrive pas à croire que Winger ait pu faire une telle chose. »

« Nommer une créature ne veut pas dire que ce sera quelqu’un de bien, » au fait, je détestais la plupart des mascottes. Elles étaient agaçantes comme l’enfer !

Enfin, il était donc temps de faire nos adieux à Winger. J’avais retiré la lance placée autour de son cou. Puis j’avais saisi la lance près de la pointe avec les deux mains, j’étais passé à ma classe de Lancier et j’avais poussé la lance dans le cou de Winger. Règle du joueur : Ne gaspillez pas de PX.

« AH ! » cria Rine. « Winger ! Tu... tu as tué Winger ! »

« Ne te l’ai-je pas déjà expliqué ? Les héros doivent tuer pour devenir plus forts, » déclarai-je.

« Mais..., » les larmes coulaient depuis les yeux de Rine.

« Ouf..., » j’avais soupiré. Pourquoi cette fille est-elle si chiante ? « C’est quoi ton problème ? »

« Tu... *Sniff* Winger et moi ne pouvions pas devenir amis et..., » commença Rine.

« Il a essayé de te manger. Il n’y avait aucune chance dès le départ, » répondis-je.

« Mais..., » commença Rine.

« Allez, viens, avant d’être repérés par les autres oiseaux, » déclarai-je.

Malgré tout, Rine m’avait suivi, en versant des larmes et en pleurnichant.

Cette fille... est ennuyeuse, pensai-je.

C’était peut-être à cause de la constitution génétique d’un homme, mais je ne pouvais pas résister quand une fille pleurait comme ça. Quelles saletés de gènes !

« ... Allez, viens, » je ne savais pas quoi dire dans cette situation, alors j’étais un peu maladroit. Ou plutôt, j’avais beaucoup de choses en tête. « Je suis désolé, OK ? » Désolé de la faire pleurer. La mort de Winger, de l’autre côté, était appropriée.

« ... parfois, je me dis que tu ne m’aimes pas, » déclara Rine.

... Euh !? N’ai-je pas déjà dit que je la détestais, en plein dans sa face ? Me demandai-je.

Mais je ne pouvais pas le répéter maintenant, parce qu’elle pleurait et que je suis une mauviette. « ... Je ne sais pas parler. Alors, laisse-moi être clair : j’ai besoin de toi ! J’ai besoin que tu sauves Kyou-san, pour que je ne sois plus sous les effets de la malédiction et que je ne meure pas après ça. »

Ses larmes s’étaient arrêtées, mais elle était toujours bouleversée, et elle avait les yeux baissés. « Tu ne fais que le dire. Tu mens peut-être... »

Je déteste ça ! Pourquoi les filles sont-elles si compliquées ? Qu’est-ce qu’elle veut ?

Quelque chose s’était brisé en moi et j’avais pris son visage à deux mains et je l’avais tournée avec force vers moi : « Je ne mens pas, j’ai besoin de toi et maintenant ferme-la et suis-moi ! »

« D... d’accord ! » Elle me regardait avec son visage tout agité par ces pleurs. Est-ce qu’elle veut me faire une demande ? Ne regarde pas comme ça, si tu ne veux pas être violée !

Merde ! Bon sang !

Après tout, je suis un jeune homme en bonne santé. Donc, même si je me soulage parfois, je devrais quand même être normal. Mais j’avais l’impression d’avoir la trique toute la journée, depuis mes retrouvailles avec Kyou-san à Esse !

Était-ce parce que je suis entouré de filles sans défense de mon âge tout le temps ? Ou bien était-ce un effet de la malédiction ? S’il vous plaît, dites que je suis toujours normal, puisque je ne supporte pas l’idée, que je puisse devenir si perverti, que je pourrais même sauter sur Kyou-san ou Rine !

« Kenta, pourquoi tu marches en étant un peu penché ? » demanda Rine.

Ne le montre pas du doigt !

Attends un peu. J’avais l’impression qu’un petit diable me murmurait à l’oreille. Rine est naïve, non ? Alors je pourrais peut-être la convaincre de m’aider à me soulager pour « ça », n’est-ce pas ?

Attends, attends, attends, à quoi est-ce que je pense ? C’est Rine, Miss Tueuse ! Que m’arriverait-il si je la laissais s’occuper de « ça » ? Elle pourrait l’écraser ou le trancher !

...

Oh. Je n’ai plus du tout la trique.

Le fait d’imaginer Rine « manipuler ça » était un tueur d’érections. Oui, Rine peut même tuer les érections. Elle était aussi mortelle que ça.

Heureusement que j’y avais pensé avant de faire un truc comme ça avec ce monstre déguisé en fille.

Et au fait, la tromper en lui faisant faire de tels actes serait criminel.

Je m’étais redressé et j’avais enfin répondu aux questions de Rine, sans même regarder en arrière : « Je vérifiais juste si je m’étais fait mal en montant sur Winger. »

« Ah, je vois. J’ai mal à l’intérieur de mes cuisses. Quand on se reposera un peu, je devrais vérifier si j’ai des irritations, » déclara Rine.

Pourquoi est-elle... ? « Rine. Pourrais-tu, s’il te plaît, ne pas attirer mon attention sur la face intérieure de tes cuisses ? » demandai-je.

« Pourquoi ne pas faire ça ? » demanda-t-elle.

« Parce qu’on dirait que tu essayes de me séduire, » déclarai-je.

« Qu’est-ce que la séduction a à voir avec la face intérieure de mes cuisses ? » demanda Rine.

J’avais couvert mon visage avec ma main. Cette fois, j’affronte Rine en face à face. « Qu’est-ce que tu crois qu’il y a juste à côté ? »

« ..., » réfléchit-elle vraiment ? « Ah ! Mon v***n ! Ah, je veux dire, eh..., » déclara Rine.

C’est trop ! D’abord, une jolie fille qui dit v***n ! Et deuxièmement, le visage embarrassé qu’elle fait ! Le petit diable sur mon épaule me disait que sauter sur elle était peut-être la seule façon de gérer cette émotion et j’allais donc vraiment l’écouter.

Mais Rine avait dégainé son épée, avant même que j’aie pu faire un geste. Puis elle regarda dans toutes les directions. Il y a des ennemis ici ? J’avais fait disparaître tous mes désirs sexuels et j’avais utilisé toutes les compétences de perception que je connaissais.

Pas d’ennemis. Étrange.

« Rine ? Pourquoi as-tu dégainé ton épée ? » demandai-je.

« Euh... J’ai senti un danger. C’était comme si quelqu’un me regardait comme si j’étais sa proie, » répondit Rine.

Ah, son instinct lui a dit qu’un loup allait l’attaquer. Bien que son instinct soit vif, son cerveau ne l’est pas, pensai-je.

C’est peut-être pour le mieux. Non, c’est pour le mieux, c’est sûr. Tout pourrait être mieux que de m’en prendre à Rine, sauf agresser Kyou-san. Ah, le pire serait encore de mourir. Et maintenant, nous avons perdu notre temps en faisant des bêtises..., pensai-je.

« Rine, je suppose que c’est parce que nous sommes près de la base des quatroiseaux. On devrait mieux se concentrer, donc ne parlons pas, sauf si c’est crucial. Pas de pleurs, pas de rires et d’autres choses qui pourraient me distraire, OK ? » demandai-je.

« Oui ! » Elle acquiesça.

Enfin, un peu de calme, pensai-je.

***

Partie 3

On y est presque. J’utilisais actuellement mon Camouflage afin de repérer le nid des quatroiseaux. Et quel nid c’était ! Pratiquement tout le dessus du plateau dans la montagne était comme un village. Il y avait des nids d’oiseaux géants partout. Deux, quatre, huit plus six, quatorze. La seule façon d’accéder à ce plateau, c’était de grimper, donc je croyais que cela serait difficile de s’y faufiler sans qu’on s’en aperçoive.

Puisqu’il y avait des quatroiseaux qui entraient et sortaient de la zone, je ne pouvais qu’estimer grossièrement le nombre d’ennemis à une vingtaine d’adultes et beaucoup de petits, ce qui pouvait aussi être dangereux. Au moins, il semblerait qu’ils ne soient toujours pas capables de voler.

Au centre du plateau, il y avait un petit promontoire en roche entouré de trous, qui étaient recouverts de lourdes dalles rocheuses. J’avais vu un quatroiseau qui se dirigeait vers l’un d’eux, puis qui avait soulevé le rocher avec deux de ses quatre pattes et avait traîné un ourson vivant, qui avait finalement été donné à manger aux petits. Même si les oursons étaient capables de se défendre, il était tout simplement entouré par quatre petits quatroiseaux qui avaient ouvert son corps avec leurs becs pointus et qui commencèrent à boire le sang du monstre encore vivant.

Après avoir été tout aspiré ce qu’ils pouvaient, le reste avait été mangé par le parent.

Je me sens mal.

Les quatroiseaux étaient censés être aussi intelligents que les humains, même s’ils étaient quand même toujours des monstres. Ainsi, ils nourrissaient les poussins avec le sang des vivants. Était-ce des vampires ? Ils n’étaient vraiment pas assez gros pour s’attaquer aux humains, et peut-être que les petits ne pouvaient pas manger de chair à ce stade de leur croissance. Leurs ailes n’étaient pas développées et leurs yeux étaient encore fermés. Donc je ne savais pas ce qu’ils pouvaient manger en ce moment.

Mais je devrais quand même les considérer comme un potentiel de combat.

Donc si je devais résumer le nid des quatroiseaux, ça serait : Ils sont nombreux, ils peuvent voler et il n’y a pas beaucoup de chance de les éviter, puisque leur proie est dans ces trous au milieu du nid. Et cela signifie que Kyou-san est aussi dans l’un d’eux.

Je déteste ça !

Je ne pouvais rien faire ici tout seul, je ne pouvais pas combattre tous ces ennemis. Même si je parviens à me faufiler en restant inaperçu dans l’un de ces trous couverts, je risquais de ne pas pouvoir soulever l’une de ces dalles de pierre et surtout pas sans être vu.

C’était le bon choix de laisser Rine m’accompagner, mais même avec elle, c’était peut-être impossible ! Je déteste ça ! Je déteste ça ! Je déteste ça !

Mais je n’ai pas d’autre choix que de le faire.

J’étais donc revenu auprès de Rine, qui se cachait derrière un escarpement, ce qui la rendait difficile à voir de la plupart des angles. « Kenta, tu es de retour ! » Évidemment. « As-tu trouvé Kyou ? »

« Je ne l’ai pas vue, mais je sais où ils gardent leurs proies, » répondis-je.

« Super ! Alors qu’est-ce qu’on fait ? Charge-t-on ? » demanda Rine.

J’avais mis ma main sur mon visage. « Non. On ne sait pas où elle est exactement, et je ne peux pas agir ainsi. »

« Pourquoi ? » demanda Rine.

« Tu sais comment on a décidé de me laisser escalader la paroi rocheuse, puisqu’on n’arrivait pas à trouver rapidement un chemin là-haut. C’était la bonne décision, puisqu’il n’y a pas de chemin là-haut. Et la période d’escalade est longue, même s’il y a des corniches où tu peux te reposer, c’est quand même très éprouvant. Même moi, en tant que héros, je ne suis pas capable de grimper la distance sans avoir la condition [fatiguée]. Malgré tous les avantages que j’ai, je ressens la douleur. Et dès que nous atteindrons le sommet, nous devrons nous battre. C’est trop demander, » heureusement, tant qu’il y aura des Points d’Endurance, mon corps ne se rebellera pas face à un tel degré d’abus. Et c’était surtout le cas avec la bénédiction de l’Etna, qui augmentait mon taux de régénération.

« Je pense que tout ira bien pour moi, » seule Rine pensait qu’il s’agissait de conditions raisonnables.

« As-tu déjà combattu des monstres volants ? » demandai-je.

« Euh... non, » répondis-je.

« Si, tu l’as fait. Tu as combattu les quatroiseaux, et c’est une défaite. J’ai déjà combattu les quatroiseaux, d’étranges chauves-souris-gnomes, des becs de faucille et bien sûr Winger, » quand j’avais parlé de Winger, l’expression de Rine devint aigre. Donc, mieux valait que je continue, avant que nous ayons une autre dispute. « Et ce que cela m’a appris, c’est que : Il ne faut pas combattre les créatures volantes ! Et en plus, ces quatroiseaux sont énormes ! Il y en a une vingtaine en ce moment dans le nid, plus leur progéniture, es-tu confiante de les vaincre tous ? »

« S’il le faut, je le ferai ! » Ses yeux de braise brûlaient de détermination et même si j’étais sur le point de la laisser faire seule, je devais maximiser mes chances de récupérer Kyou-san. Et cela n’impliquait pas que Rine se fasse tuer pour le faire.

Le vrai problème, c’était que je ne connaissais pas la puissance d’un quatroiseau. Je savais seulement qu’il semblait plus fort que les chenilles et les oursons. Sur le plateau, je n’aurais aucun problème à vaincre une douzaine d’oursons, puisque je pouvais m’y déplacer et qu’ils ne pouvaient pas utiliser leurs compétences d’escalade.

Mais si je considérais leur locomotion, je pense que le fait qu’ils soient plus nombreux que nous était le vrai danger. Ils étaient assez grands et assez forts pour nous soulever et nous jeter en bas de la falaise. Et même si Rine était capable de tuer tous les oiseaux qui s’approchaient d’elle, elle pourrait avoir des problèmes avec la quantité de serres par oiseau.

« Kenta, tu es calme. Dis quelque chose, » déclara Rine.

« Je réfléchis ! T’ennuies-tu tellement que tu ne peux pas supporter un peu de silence !? » demandai-je.

« Mais... tu as l’air effrayé et hagard, » déclara Rine.

« Rine, c’est une situation sérieuse, alors bien sûr que je ressemble à ça. Je ne peux pas être toujours heureux comme une certaine personne ! » déclarai-je.

« Essaye de sourire, » déclara Rine.

« Sourire !? » demandai-je.

« Oui, comme ça ! » Elle sourit avec joie, comme le soleil drogué d’un livre d’images. « Avec ça, tout aura l’air plus lumineux. »

« Mais regarde, ne le sois pas, » déclarai-je.

« Tu es têtu, » sans respecter mon espace personnel, Rine avait saisi impitoyablement mes joues et les tiras. « Tu vois ? »

Je l’avais fusillée du regard, mais cela ne la dérangeait pas. Quelle princesse idiote ! J’avais essayé de repousser ses mains, mais sa prise en main était en acier, alors j’avais cédé et j’avais essayé de me détendre le plus possible le visage pour que cela fasse moins mal. Étonnamment, les mains de Rine étaient douces et féminines, même si elles répandaient la mort partout où elles allaient.

Après une minute d’étirage du visage, Rine lâcha prise et je m’étais frotté les joues, qui étaient chaudes. Elle gloussa. « Tu vois ? »

« Et nous ne savons toujours pas quoi faire, » déclarai-je.

« Alors, parle-moi. Je ne suis pas si maline, mais si tu me parles, tu pourrais peut-être ordonner tes pensées, » déclara Rine.

Arrête de dire des bêtises, princesse !

Mais elle avait raison. « Ouf. J’abandonne, » tout en racontant mes pensées à Rine, elle acquiesça à chaque phrase. Au bout d’un moment, je m’étais assis et j’avais examiné les différents problèmes à haute voix.

Le fait que le seul moyen d’y arriver était au prix d’une escalade épuisante.

Notre désavantage en matière de mobilité était vraiment un problème.

Le fait que nous soyons confrontés à trente fois plus de nombres n’aidait pas.

Il y avait aussi le fait que je m’inquiétais d’être tout simplement pris dans leur serre avant d’être jeté en bas de la falaise.

L’impossibilité de fuir au combat devait aussi être pointée du doigt.

Et, bien sûr, le délai inconnu.

Au fur et à mesure que je numérotais ces problèmes connus, d’autres m’étaient venus à l’esprit.

Il était fort probable qu’il y ait plus de quatroiseaux, qui étaient actuellement à la chasse, donc il pourrait y avoir des renforts.

De plus, on ne pouvait pas faire une attaque nocturne, puisqu’on ne pourrait pas escalader la falaise dans l’obscurité en toute sécurité. Ou du moins, Rine ne le pouvait pas, puisqu’elle n’avait pas de Vision Nocturne.

Il y avait aussi la possibilité que les quatroiseaux ramènent des chenilles à boyaux, si nous nous montrions trop forts selon eux.

Plus j’en parlais, et plus c’était sans espoir. Mais Rine hochait toujours la tête en souriant, et c’était réconfortant.

« ... Je suppose que c’est tout pour l’instant, » j’avais arrêté de m’inquiéter à ce moment-là.

« Kenta, tu es intelligent. Quels sont nos points forts ? » demanda Rine.

Même moi, je pouvais dire que je regarde Rine sans émotion. Ces questions m’époustouflaient. C’est trop inattendu.

Après ça, Rine avait souri, c’était tout. « Ne me regarde pas comme ça, » elle avait pris mon visage dans ses deux mains. « Dis-le-moi, c’est tout. »

« Nos points forts ? Euh... tu es forte, vraiment forte. Tu peux te battre comme un tricheur surpuissant, en exécutant tout ce qui est à portée de main en quelques instants, » déclarai-je.

Rine avait rougi : « Tu exagères là, mais merci à toi. Et pour toi, qu’en penses-tu ? »

« Je... Je peux utiliser le système des héros, » déclarai-je.

« Kenta, c’est simplement un outil ça. Tu sais quoi ? Je pense que tu es intelligent, débrouillard et capable de gérer tous les problèmes avec aisance, puisque tu peux réfléchir à tout, » répondit Rine.

Maintenant, même moi, je rougissais. Une jolie fille me regardait droit dans les yeux avec une lueur d’admiration, alors comment ne pourrais-je pas rougir à ce rythme ? Dire que le système des héros n’était qu’un outil, alors que c’était plus ou moins la seule chose qui me rendait spécial, c’était trop ! Je pourrais rire comme une fille en ce moment. Voilà à quel point je me sentais flatté par elle.

Outil... Outil ! « Rine ! Je te remercie ! Je... Je sais quoi faire ! Ce sera toujours risqué et je compterai beaucoup sur toi, mais il y a peut-être une chance ! » déclarai-je.

« Compte sur moi, Kenta ! Ensemble, nous sauverons Kyou-san, » ses mains quittèrent mon visage et elles prirent ma main à la place. « Je te le promets ! »

***

Partie 4

En ce moment, je grimpais lentement le long de la falaise.

« Kenta, peux-tu toujours continuer ainsi ? » La voix de Rine était proche et son souffle me chatouillait.

« Oui, mais ne souffle pas dans mon oreille ! C’est distrayant ! » et excitant, mais je vais laisser ça de côté.

« Désolée, » répondit Rine.

Il y avait une raison pour laquelle Rine était capable de souffler dans mon oreille. J’avais décidé de renoncer à mon espace personnel et pendant que je grimpais le long de la falaise, Rine montait sur mon dos. Bien sûr que j’étais passé dans la classe de Lancier, car j’avais besoin de la Force pour grimper avec un autre humain et son équipement sur mon dos.

Le système de héros était un outil. Cela me permettait ainsi d’abuser de mon corps, tant qu’il me restait encore des Points d’Endurance et que je pouvais faire face à certaines conditions. Mais le plus important, c’était que je pouvais me régénérer plus rapidement et utiliser des objets pour guérir certaines conditions. La bénédiction de l’Etna augmentait également mon Maximum de Point d’Endurance, tout en améliorant ma récupération naturelle. Je pouvais donc supporter le coût de l’ascension de cette falaise, pour que Rine soit capable de se battre presque à pleine puissance au sommet.

Quand nous serons arrivés au sommet, cela sera une période de temps où utiliser mes consommables. J’utiliserai donc toutes ces bombes et ces pots pour créer les meilleures conditions pour nous, tout en récupérant mes Points d’Endurance et en guérissant la condition « Fatigue » avec l’un des cataplasmes de Kyou-san.

Mais grimper avec Rine sur le dos, c’était dur. C’était totalement différent de la normale, car j’avais un poids supplémentaire qui me faisait basculer vers l’arrière alors je devais regarder attentivement quelles étaient ces protubérances qui étaient capables de nous porter tous les deux.

Chaque fois qu’il y avait une bonne occasion, nous prenions une courte pause sur une corniche. Même si je voulais me dépêcher, cela ne servirait à rien si j’étais à court de Points d’Endurance tout en grimpant.

Peu à peu, nous avions atteint le sommet. Au cours du dernier trajet, j’avais demandé à Rine. « Te souviens-tu du plan ? »

« Oui. Oui. Dès que nous serons repérés, ce qui pourrait être immédiatement, tu lanceras une bombe fumigène, que nous pourrons utiliser comme couverture pour nous rendre au centre, de sorte que nous pourrions atteindre le pic rocheux au milieu. Là, nous prenons position, de sorte que nous avons un côté de moins à nous inquiéter. Alors je me battrai, tout en suivant tes ordres. »

« Bien mémorisé, » déclarai-je.

« Hehehe, » déclara-t-elle.

Elle était même contente d’entendre ce compliment douteux. Eh bien, si ça la rend heureuse.

Enfin, le sommet !

Je nous avais soulevés sur le rebord du précipice et Rine grimpa le long de mon dos. Nous n’étions toujours pas repérés, puisque les quatroiseaux ne regardaient pas dans notre direction, mais cela pouvait arriver à tout moment.

Et puis j’avais changé de classe pour Étudiant. Ou plutôt, c’était arrivé ainsi.

Rine avait été aussi choquée que moi et avait chuchoté. « Kenta, tu es rond ! »

Ébahi, j’avais fixé la fenêtre de message, qui venait d’apparaître.

Le retour de la malédiction commence. Pour l’instant, vous n’avez comme obligation que d’utiliser la classe d’Étudiant, mais si votre femme ne revient pas à vous bientôt, la malédiction reviendra à sa pleine puissance.

« Quoiiiiii !? » C’est quoi ce moment choisi ? Juste au moment où tu défies le combat du boss, cela arrive !

Bien sûr, tous les quatroiseaux m’entendaient crier !

Et les plus proches s’approchaient de nous à pied.

« Kenta ! » cria Rine.

Le cri de Rine me ramena à la réalité et j’avais lancé une bombe fumigène que j’avais déjà dans ma poche de ceinture. La bombe explosa dans un brouillard de fumée juste devant nous et nous nous étions dépêchés d’aller dedans.

Les quatroiseaux battaient des ailes et le brouillard commença à se disperser, mais pendant ce temps, nous étions déjà sortis, nous précipitant vers la pointe rocheuse, qui était à une quarantaine de mètres.

Puis j’avais enfin déclaré les mots que je devais dire à Rine : « Désolé, mais je ne serai pas aussi utile qu’on le pensait. »

Rine ne souriait pas, mais elle n’était pas non plus en colère. Elle était tout simplement déterminée. « Ne t’inquiète pas, j’assumerai tout ce que tu ne peux pas faire. » Qui est cette fille, qui me fait me sentir comme une demoiselle en détresse ? Être impuissant n’est pas censé être le travail d’une princesse ?

« Pfff, » j’avais besoin de mettre mes lunettes, puisque j’étais un peu myope. Même s’ils étaient problématiques en combat au corps à corps, j’avais besoin d’un champ de vision parfait pour ce combat. C’est fait, je vois clairement nos ennemis.

Oh, je peux voir ces oiseaux sourire, même si cela devrait être impossible, puisqu’ils ont des becs. Mais ils étaient certainement en train de sourire en voyant à quel point nous étions vulnérables ! Lentement, deux individus s’approchaient de nous, tandis que les autres sur le plateau regardaient le spectacle tel des spectateurs.

Et puis, les deux quatroiseaux étaient tombés sur nous. C’était rapide et impitoyable. Nous étions allés entre les deux créatures et Rine avait coupé deux pattes aux quatroiseaux. Alors qu’ils étaient incapables de se tenir debout, ils tombèrent tous les deux latéralement et leurs têtes se cognèrent l’une contre l’autre, ce qui les avait rendus tous les deux inconscients.

« Deux de moins, il en reste dix-huit, » Rine avait nettoyé le sang de son épée avec un simple mouvement de l’arme. Puis elle avait pointé son épée vers le groupe suivant en le menaçant.

Et les quatroiseaux comprenaient. Un vrai monstre était apparu devant eux.

Certains d’eux avaient commencé à rassembler les oisillons dans un seul nid, tandis que d’autres s’envolaient. Le vrai combat commençait. Mais j’en avais déjà profité pour faire le plein de Points d’Endurance et mettre un cataplasme sur mon bras pour guérir l’état Fatigué.

Puis l’un d’eux plongea sur nous, alors j’avais lancé une bombe puante. Même en tant qu’étudiant, j’étais toujours au niveau 39 et mes statistiques étaient toujours intactes. Cela signifiait que même moi, dans la classe faible, j’étais encore plus fort qu’avant le gouffre !

La précision et la portée ne faisaient pas rire, et j’avais touché le bec. Le quatroiseau tomba ainsi en chute libre. Il s’écrasa juste devant nous et Rine sauta sur son corps, poignardant la base de ses ailes. « Et de trois ! »

J’avais entendu le bruit de pierre qui se frottait et je savais déjà ce que cela serait. L’un d’eux était en train de faire sortir les chenilles de l’un de ces trous. S’ils explosaient près de nous, Rine et moi serions incapables de nous défendre à cause de l’odeur excessive.

Mais j’avais déjà une stratégie. « Laisse-moi m’occuper des chenilles à tripe ! »

« OK ! » Rine évitait actuellement les attaques de deux quatroiseaux, qui venaient de deux côtés différents, mais à ce moment, l’un d’eux montra une ouverture et avant qu’il ne puisse réaliser son erreur, il avait été coupé de l’estomac au sternum.

Mais concentrons-nous sur celui avec la chenille. Il est là, il vole en faisant un virage, essayant très probablement de nous dépasser. Il se propulse avec ses quatre ailes, tout en étant entraîné vers le bas par le poids de deux chenilles à tripes.

J’avais lancé une bombe puante, mais il était toujours hors de ma portée. Je l’aurais touché, si j’étais Lancier, j’en suis sûr. Mais ce n’était que pour faire avancer mon objectif. « Ouf. » Je dois ignorer tous les cris de terreur et de mort juste devant moi.

Puis j’avais été frappé par une griffe. Ça fait mal ! J’avais été projeté à plusieurs mètres en arrière et l’atterrissage avait été aussi douloureux.

Rine semblait choquée. « KENTA ! » Mais avant qu’elle puisse se précipiter vers moi, elle avait elle-même dû esquiver une attaque de griffe.

J’avais complètement oublié que Rine n’était pas capable de me couvrir. Elle pouvait peut-être apporter la mort à la portée de tous, mais elle avait complètement ignoré ce quatroiseau, qui l’avait contournée et m’avait attaqué.

Je m’étais levé. La bénédiction de l’Etna augmentait ma Vitalité et mon Maximum de Point de Vie, donc un coup n’était pas dramatique. Mais maintenant, le transporteur de chenilles s’approchait de Rine, essayant de voler pour se placer au-dessus d’elle. J’avais lancé une autre bombe puante, visant l’une des chenilles.

Comme je l’espérais, cela avait éclaté et c’était suffisant pour que l’autre fasse de même. Le quatroiseau se secoua et il ne pouvait plus maintenir son équilibre. Il tombe, alors espérons qu’il se brise le cou. Mais d’autres quatroiseaux étaient sur le point de m’avoir, j’avais couru aussi vite que je pouvais afin de retourner à ma position. Le quatroiseau qui m’avait frappé avait déjà subi un traitement approprié par Rine.

Un autre oiseau était tombé sous sa lame, celui qui avait tenté une attaque aérienne. Rine s’était glissée sous la créature et elle avait planté son épée dans son arrière-train, lui faisant un tout nouveau trou dans le dos. Donc elle est même capable de vaincre ceux qui volent !

Cela fonctionnait bien mieux que prévu. À ce rythme, nous n’aurions pas de problèmes.

Les frappes à l’épée de Rine coupaient les quatroiseaux comme un couteau à beurre chaud alors qu’une autre créature mourait. « Le dixième ! » On s’était déjà débarrassé de la moitié des individus. Et deux s’enfuyaient avec le nid, où se trouvaient leurs oisillons, donc il en restait huit. Et même eux ne semblaient pas désireux de nous combattre.

*Gifle !* soudain, Rine me fonça dessus. Et comme je ne pouvais pas m’échapper, elle s’écrasa sur moi et nous étions tous les deux entrés en collision contre le pic de pierre.

Rine crachait du sang. Rine est... comment ? C’est un monstre ! Comment a-t-elle pu... ? Quelque chose dans mon cerveau semblait bloqué. Dans tous les cas, qu’est-ce qui s’est passé ?

... L’un des quatroiseaux tombés au champ d’honneur, celui qu’elle avait tué avec une frappe de face, avait frappé Rine avec ses ailes. Elle n’avait pas réalisé qu’il était encore en vie.

Et d’autres se tenaient aussi debout.

Comment est-ce possible !? « Rine, pourquoi sont-ils encore en vie ? »

« Tu... tu as dit que je ne peux pas... je ne peux pas les tuer, » déclara Rine.

« Quand ai-je dit... ? » demandai-je.

... Non. Je l’ai fait.

Je suis un idiot ! Un idiot total, parce que j’ai oublié que Rine est stupide !

J’avais déjà dit qu’elle ne devrait pas tuer les adversaires, pour que j’obtienne leurs PX. Et je ne l’avais pas annulé depuis. La raison pour laquelle aucune tête n’avait été coupée, c’était que Rine essayait de neutraliser les quatroiseaux sans les tuer.

Rine était tellement stupide, qu’elle n’était pas capable de dire, que dans cette situation il était essentiel de tuer les ennemis, puisque je n’aurai pas le temps de m’occuper de les achever. Et elle n’aurait pas le temps de les paralyser complètement. Une fois le choc initial terminé, ils pouvaient donc retourner sur le champ de bataille.

Rine était gravement blessée. Elle saignait sur la tête et il y avait sûrement une déchirure.

« Guéris-toi d’abord, » déclarai-je.

« Je ne peux pas. Je ne peux pas, » lentement, elle se leva.

« Tu dois le faire ! » déclarai-je.

« Je ne peux pas, je ne peux pas le faire ! » déclara Rine.

« Pourquoi !? » demandai-je en un cri.

Les quatroiseaux s’approchaient lentement de nous. Elle devait se guérir elle-même. Comment se fait-il que Rine ait été si gravement blessée ? L’attaque était inattendue, mais son niveau serait...

Non, le niveau est pour un héros. Rine est une humaine. Elle souffre tellement qu’elle ne peut même pas se concentrer sur un sort de guérison.

Mais sa réponse avait été différente. « Au moment où je jetterais un sort, c’est le moment où ils vont attaquer d’un coup. » Elle me regarda et je pouvais encore voir le feu de sa détermination dans ses yeux. « Ce n’est peut-être pas grand-chose, mais je peux encore gagner du temps. Je vais les frapper et pendant que je les occupe, tu dois les vaincre. Alors, ignore-moi. »

Elle marchait vers sa mort. Volontairement. Elle se sacrifiait d’elle-même. C’est une princesse, mais elle est plus héroïque que moi. C’est stupide. « Ne sois pas stupide ! Tu ne peux pas faire ça ! » Les quatroiseaux étaient encore en train d’examiner la situation, et ils étaient probablement encore en train de réfléchir si c’était un piège. Et ils savaient que les premiers à attaquer mourraient probablement des mains de Rine. Donc, qui serait impatient d’être ce malheureux ?

« Kenta. Je déteste aussi les Tureurdegroupr. » Elle le prononce mal, mais c’est la même chose que ce que j’ai dit avant. Je déteste si quelqu’un n’est pas prêt à sacrifier sa propre personne pour sauver le reste du groupe.

Dans les jeux, ça l’est ! « Arrête, on va gagner ! Tous les deux ! »

« Je peux à peine me lever, Kenta. Si je ne charge pas, je tomberai et ils t’attaqueront tous, » déclara Rine.

« Alors, utilise la magie de guérison ! » déclarai-je.

« Je te l’ai déjà dit..., » déclarai-je.

« NON ! JE TE LE DIS ! » Je ne comprends pas d’où viennent toutes ces émotions. Je n’aime pas Rine, plutôt, je la déteste ! Normalement, je serais même ravi de la voir mourir sous mes yeux. Mais pas comme ça. « J’ai besoin de toi ! J’ai besoin de toi pour sauver Kyou-san, j’ai besoin de toi pour la prime, j’ai besoin de toi pour... Je ne sais pas, mais je détesterais te voir mourir comme ça ! »

C’était de la colère crue ainsi que le désir du joueur d’accomplir notre mission sans faille. Il y avait aussi le sentiment de fiabilité que cela procurait. Toutes ces émotions m’embrouillaient, et j’avais cédé à elles et je n’accepterais certainement pas ce résultat.

Les larmes coulaient sur les joues de Rine. « Kenta... »

 

― ○●○ ―

 

Le groupe de Masahiko avait installé un campement dans un vallon encombré de buissons. Ils avaient déjà mangé et maintenant ils attendaient plus ou moins que Kyou reprenne connaissance. Katsuo et Eri patrouillaient le périmètre, Masahiko et Daichi surveillaient le camp, tandis que Teruko s’occupait de Kyou.

Et finalement, Kyou bougea. Elle avait lentement ouvert les yeux et elle regarda autour d’elle. « Quoi... ? Teru-chan ? Masahiko ? Daichi-kun ? » Elle semblait confuse et essaya de s’asseoir, Teruko l’avait aidée. « Que s’est-il passé ? » Kyou ne semblait pas se souvenir.

Masahiko lui avait expliqué. « Nous t’avons vue portée par des créatures volantes et nous t’avons sauvée. Mais ce faisant, ils t’ont laissée tomber par terre. Nous sommes désolés. »

L’expression de Kyou commença en étant figée, mais cela se transforma en un sourire. « Merci. Vous tous. » Elle regarda autour d’elle. « Où sont Eri-chan et Katsuo ? »

« En patrouille. Ils reviendront quand ils voudront, » répondit Masahiko.

« Je vois, » elle inspira et expira, se calmant. « Ken est-il aussi là ? »

« Non, » Teruko regarda Masahiko en l’exhortant à poser des questions sur les pièges qu’ils avaient rencontrés, mais pour l’instant, il voulait que Kyou y aille le plus doucement possible. « On ne sait pas où il est. Il pourrait être..., » mort. Mais Masahiko ne pouvait pas le dire en face de Kyou.

« Il est en vie, » Kyou joua avec ce qui était à son annulaire gauche. Elle portait des gants, mais comme elle l’avait fait, elle se souvenait de Masahiko qui était en train de jouer avec une bague.

« T’a-t-il donné une bague ? » demanda Masahiko.

Kyou avait agi comme si Masahiko lui avait dit qu’il avait invité un clown pour son anniversaire. « Oui. C’est magique, quelques bonus mineurs, » elle avait enlevé le gant et elle avait montré le simple anneau de cuivre. « Ce n’est pas grand-chose, mais il a dit, c’est mieux que rien. Et je ne sais pas s’il est encore en vie, mais je ne peux pas l’imaginer mourir. »

« Moi aussi. » Katsuragi-kun est trop têtu pour mourir.

Daichi murmura quelque chose, il n’aimait pas beaucoup Katsuragi-kun. Teruko n’avait pas non plus l’air contente. Katsuragi-kun était un peu asocial, donc cette réaction était compréhensible.

« Kyou-chan ! » À voix haute, une fille s’accrocha à Kyou. C’était Eri. Elle revenait tout juste de la patrouille avec Katsuo, qui hochait la tête face à Masahiko. Tout est clair. Eri chuchota quelque chose à l’oreille de Kyou, mais Masahiko ne pouvait pas dire ce que c’était. Peut-être le secret d’une fille.

Il est temps de s’endurcir. « Puisque tout le monde est là, il y a une chose, Kyou. »

« Oui ? » Kyou s’était tendue, elle savait déjà que ce serait une affaire sérieuse.

« Katsuragi-kun te fait-il chanter ? » demanda Masahiko.

Ah, il a touché dans le mile. Les yeux de Kyou étaient grands ouverts et elle était devenue nerveuse. « Comment... ? Qu’est-ce qui te fait penser ça ? »

« Nous sommes partis à la recherche de la princesse. Nous avons utilisé la route que vous nous avez indiquée et nous sommes tombés dans plusieurs pièges. La plupart d’entre eux étaient mal intentionnés et... Ils étaient évidemment destinés aux humains ! » Il y avait des épines, des pierres et d’autres choses qui rendaient certains de ces pièges vraiment dangereux !

Les yeux de Kyou étaient devenus sans émotions. C’était comme si elle ne regardait personne ici. Puis elle avait mis son visage dans ses mains : « Non... il n’a pas... c’est impossible, il ne peut pas... non. Non ! NOOOOOOOOOOOONNNNNNN ! »

Surpris par sa réaction extrême, Masahiko tenta de la calmer : « Kyou, tout va bien ! Je sais bien que tu le ne savais pas ! »

« KEN, ESPÈCE D’IDIOT ! ESPÈCE D’IDIOT ! COMMENT PEUX-TU... ! » Elle hurla ces mots en l’air, visant un Katsuragi-kun, qui était loin.

Même Eri et Teruko, qui étaient les plus sceptiques, essayèrent de calmer Kyou.

Masahiko ne savait pas exactement ce que Kyou et Katsuragi-kun étaient l’un pour l’autre, mais il était évident qu’il avait trahi sa confiance à plusieurs reprises.

Une réaction et une expression faciale comme ça ne peuvent pas être jouées.

« MEURS MAINTENANT ! » cria Kyou.

Même si ses paroles étaient un peu exagérées.

***

Partie 5

« Kenta..., » Rine avait crié en me regardant puis elle avait hoché la tête. « Oui, nous le ferons ensemble. On survivra ensemble pour toujours ! Rien ne nous arrêtera ! »

Et puis une lumière étrange s’était mise à briller. D’en bas.

J’avais une étrange impression de déjà vu. Quand ai-je déjà vu cette lumière ? Avec un mauvais pressentiment, j’avais regardé la source de la lumière. C’était une bague. La bague maudite de mon annulaire gauche, qui brillait même à travers mon gant.

Une seconde lueur était apparue devant moi. « Non. Non. Non. Non, non, non, non, impossible, non, ce n’est pas possible, non, non, non ! » Bien sûr, mon fort déni n’avait rien changé à la situation. Seule une fenêtre de message s’était ouvert et je n’avais même pas besoin de le lire pour savoir ce qui y était écrit.

Félicitations !

Vous venez d’épouser Katarine von Stolzherz.

Vous avez enfin eu votre deuxième épouse et en plus, il s’agit d’une princesse. Vous pouvez obtenir des PMA avec votre nouvel amour, de la même manière qu’avec Momokawa Kyou.

Puisque votre nouvelle épouse n’est pas une héroïne, elle sera transformée en une héroïne, ce qui lui permettra d’accéder à tous les avantages de ce statut. De plus, son sac à dos deviendra un Inventaire, vous pourrez donc partager votre Inventaire avec votre nouvelle conjointe. C’est un cadeau de mariage, soyez reconnaissants.

Votre chance vient de doubler !

Tandis que tout le corps de Rine avait été englouti par l’étrange lumière, j’étais tombé dans le désespoir. Comment ma chance peut-elle doubler ? Ah, parce que ma chance est négative, bien sûr elle peut être doublée, c’est juste le double de la valeur négative ! Alors mon malheur est devenu encore plus grand, hein ?

« Kenta, quelque chose d’étrange m’arrive. » Oh, quelle coïncidence ! Quelque chose d’horrible m’est arrivé en même temps ! « La douleur s’estompe, je peux respirer normalement maintenant, et je vois des choses à la limite de mon champ de vision. »

« Rine, ignore-le, » déclarai-je.

« Et les quatroiseaux reculent, » déclara Rine.

« Tu brilles, Rine. Ils pensent que tu charges un rayon de la mort ou quelque chose comme ça, » déclarai-je.

« Pourquoi ta voix est-elle si déprimée ? » demanda Rine.

« J’ai envie de me suicider, et je n’ai plus l’énergie pour le faire, » répondis-je.

« Puis-je faire quelque chose pour que tu te sentes mieux ? » demanda Rine.

« Peux-tu bien me jeter de la falaise pour en finir ? » lui demandai-je.

« Kenta, nous avons dit que nous allions survivre ensemble, » déclara Rine.

J’avais les larmes aux yeux, mais je n’avais même plus assez d’énergie émotionnelle pour pleurer. Lentement, j’avais sorti ma lance de mon sac à dos et je l’avais serrée dans mes mains. Il y avait encore du travail à faire et j’avais vraiment besoin d’exercice. « Rine. »

« Oui ? » demanda Rine.

« Tue-les, » ordonnai-je.

« D’accord, » répondit Rine.

Sans aucune hésitation, Rine se précipita vers les quatroiseaux, qui tentaient de s’échapper. Ils savaient ce qui était le mieux pour eux.

Même moi, l’étudiant, je ne pouvais pas penser à quoi que ce soit en ce moment. Les quatroiseaux indemnes avaient perdu tout espoir de vaincre et ils avaient abandonné les membres de famille blessée, qui se relevait lentement, puisqu’ils savaient qu’ils ne pouvaient s’échapper.

Avec sa désinvolture habituelle, Rine amputa leurs pattes et leur coupa la tête, alors qu’ils tombèrent au sol. Elle était enfin sérieuse et sa rapidité ne faisait rire personne.

Moi, par contre, je n’étais pas si mortel que ça, mais sans hésitation, j’avais transpercé le cœur de l’un des quatroiseaux, l’embrochant comme un porc dans un monde fantastique. Mon esprit refusait toujours de fonctionner correctement, et il n’y avait aucun sentiment d’accomplissement ou de satisfaction, juste du vide.

Nous étions tombés tous les deux dans une tuerie sans fin alors que les quatroiseaux n’avaient aucune chance face à nous.

À la fin, nous n’avions achevé que les blessés. N’ayant plus d’énergie à rassembler, je m’étais assis. En vérité, mes Points d’Endurance étaient toujours présents en bonne partie, mais c’était plutôt une fatigue mentale. « Ouf... »

« Nous l’avons fait, » s’exclama Rine.

Sans un mot, j’avais acquiescé

« Es-tu sûr de vouloir te reposer, ici ? Veux-tu le faire parmi tous ces cadavres, alors que Kyou est toujours en prison ? » demanda Rine.

« Au moins, elle ne peut pas s’enfuir, » je pourrais murmurer ça, mais je m’étais abstenu. Le fait de sauver Kyou-san était la seule raison pour laquelle nous avions fait cette bataille. « Essayons de découvrir ces trous. »

« OK. Mais qu’est-ce que c’est que ces choses ? » demanda-t-elle.

« Quelles choses ? » demandai-je.

« Ceux à la limite de mon champ de vision, » répondit Rine.

« Ouf... une chose à la fois. Ignore-le, pour toujours, » déclarai-je.

« Hmm ? Est-ce si grave que ça ? » demanda Rine.

« Énormément ! Mais ce n’est pas le moment, » répondis-je.

Rine devait parler des barres PV, PE et PM et de la fenêtre d’état minimisée. Ils étaient dans le champ de vision périphérique et si nous essayons de nous concentrer sur eux, ils allaient grandir et se déplacer dans notre champ de vision. Mais comme Rine essayait de les regarder, ses yeux erraient sans les voir. C’était peut-être simple si vous connaissez les PC ou autres écrans numériques, mais pour elle, ce n’était pas le cas. Je n’avais jamais eu beaucoup de problèmes avec cela et le truc pour les ouvrir était écrit dans nos manuels.

Je ne connaissais pas grand-chose à l’optique, mais il y avait peut-être un rapport avec les médias modernes et le fonctionnement de son écran d’état.

Néanmoins, je pouvais regarder les statistiques de Rine, qui étaient également apparues juste à côté de la fenêtre d’état minimisée de Kyou. J’avais juste jeté un coup d’œil.

« QUOI !? » m’écriai-je.

« Des ennemis sont-ils là !? » Rine avait déjà dégainé son épée et elle avait essayé de regarder dans toutes les directions.

« Non... désolé, je... ce n’est rien, » répondis-je.

C’est irréel ! Pour le comprendre, vous deviez comparer mes attributs et ceux de Rine. Et j’utiliserai mes statistiques comme un Lancier, pour être plus précis.

Kenta, classe de Lancier. Rine, classe de Princesse Chevalière.

[Niveau] : Kenta 39, Rine 24

[Vie] : Kenta 406, Rine 346.

[Endurance] : Kenta 369, Rine 397.

[Mana] : Kenta 304, Rine 334.

[Force] : Kenta 132, Rine 100

[Vitalité] : Kenta 106, Rine 88.

[Dextérité] : Kenta 54, Rine 113.

[Agilité] : Kenta 41, Rine 144

[Intelligence] : Kenta 38, Rine 21

[Chance] : Kenta 35, Rine 114.

[Persuasion] : Kenta 20, Rine 97.

La plupart de ses statistiques surpassent les miennes avec aisance, alors que son niveau est bien en dessous du mien ! Et même là où mes statistiques sont plus élevées, ce n’est pas par une grande marge, surtout si vous considérez la différence de niveau.

Comment son niveau peut-il être similaire à celui de Kyou-san tout en ayant ces statistiques ? Est-ce que la classe de Princesse Chevalière est une si grosse tricherie que ça !? Je la veux ! Fais de moi une princesse, donne-moi cette classe !

Et comment la machine de destruction peut-elle avoir moins de Force que moi, si elle massacre tout avec facilité ? C’est une autre tricherie ?

Ça n’a pas de sens !

« Kenta. Tu as l’air effrayant. Est-ce si grave que ça ? Suis-je malade ? » demanda Rine.

Je faisais que divaguer. Concentre-toi ! « Non, en fait, c’est le contraire. Mais parlons-en plus tard, on regardera d’abord ces trous. »

Je ferais mieux d’essayer d’analyser ses tricheries quand on se reposera.

Actuellement, ma Force était bien en dessous de celle de Rine, puisque j’étais bloqué à ma classe d’Étudiant, mais avec l’aide de Rine, il avait été possible de déplacer ces plaques de pierre et de regarder dans les trous.

Le premier, plus de chenilles à boyaux.

Le second, un autre ours, qui avait été tué par Rine, avant qu’il ne puisse faire quoi que ce soit. Depuis que je lui avais donné l’ordre de tuer, elle n’hésitait plus. Mais puisqu’on était mariés, je devrais aussi prendre des PX.

Je me demande si Kyou-san reçoit aussi une partie des PX. J’avais vérifié mon statut et j’avais pensé que j’en avais eu moins qu’avant pour avoir tué un ours.

Avant que Rine ne rejoigne notre club maudit, je n’avais que 50 % pour la mise à mort d’un monstre et je suppose que maintenant j’en ai un tiers. Trois personnes, un tiers de tous les PX, n’importe lequel d’entre nous feraient facilement le calcul.

« Kenta ? » demanda Rine.

« Désolé. Je réfléchissais, c’est tout, » répondis-je.

« Ne t’inquiète pas. Kyou doit être encore en vie. Je suis certaine qu’elle va bien, » déclara Rine.

... Qu’est-ce que le bien-être de Kyou-san a à voir avec ça ? Je veux peut-être qu’elle soit en vie, mais un peu de souffrance lui ferait du bien.

On avait poussé une autre dalle sur le côté, puis une autre. Certains avaient des chenilles à tripes, d’autres des oursons, et encore d’autres étaient vides, et plus cela continuait, et plus je devenais irrité. En fin de compte, nous n’avons pas pu trouver Kyou-san.

« JE LE DÉTESTE ! JE DÉTESTE ÇA, » je m’étais couvert le visage en criant, en pliant mon corps de colère, qui voulait se déchaîner, mais la frustration était bien pire. « ON A FAIT TOUT CE COMMANDO-SUICIDE POUR RIEN ! » C’est le nid, elle doit être là ! Si elle mourait, j’aurais sûrement un message, et elle avait même eu droit à des PX pour les mises à mort de Rine, alors Kyou-san devait être en vie !

Ce n’était pas comme s’il ne me restait plus de temps, j’avais toujours une bonne réserve de PE, donc ça ne me tuera pas si vite. Mais si Kyou-san n’était pas là, je ne savais même pas où la chercher. Et chercher dans toute une chaîne de montagnes, c’était trop pour se sentir à l’aise.

« Merde ! Bon sang ! » J’avais donné un coup de pied contre l’un des rochers. Cela faisait mal, mais la douleur en valait la peine, puisque j’avais pu évacuer au moins certaines de ces émotions aggravantes.

Quelque chose m’avait entouré d’un coup. Il fait chaud. C’est comme une personne. « Ne t’inquiète pas. » C’est Rine. Elle m’enlaçait par-derrière. « Nous la trouverons. Je te le promets. On peut le faire, ensemble. »

Vous gagnez 1 PMA.

Votre femme vous réconforte, vous qui souffrez d’une crise dans la vie. Elle n’est peut-être pas capable de résoudre tous tes problèmes, mais au moins elle est là pour vous.

Putain de malédiction ! En premier lieu, pourquoi ai-je une crise dans la vie !? Tout est de ta faute !

« Kenta... peut-être que j’ai été frappé à la tête. Je vois des choses..., “Vous gagnez 1 PMA... Vous apportez du réconfort à votre mari”... votre mari ? Je ne sais pas ce que ça veut dire, » déclara Rine.

« Ouf..., » je n’en peux pas plus. Je suis sur le point de sauter de la falaise... « Il faut qu’on parle, de beaucoup de choses. » Mais à la fin, je me soumets à la situation. C’est comme ça et se plaindre ne changera rien.

Au départ, je n’arrivais pas à me décider à parler à Rine de tout ce bordel, mais si je voulais qu’elle se taise, je ferais mieux de lui raconter toute l’histoire calmement.

***

Partie 6

Kyou avait finalement mis fin à sa crise de colère et maintenant c’était vraiment si toute son énergie était épuisée. Ni ses yeux ni ses mouvements n’avaient de vie en eux. Elle ne regardait rien du tout et parfois, Masahiko entendait un gémissement.

Tous les membres de son groupe se serraient les coudes pour déterminer ce qu’il fallait faire.

Masahiko. « Nous devons prendre soin d’elle. C’est à ça que servent les amis. »

Daichi déclara. « Qu’est-ce qu’il lui a fait pour qu’elle réagisse comme ça ? Je n’ai jamais pensé que Katsuragi était quelqu’un qui serait même capable de tromper un autre et maintenant, elle a l’air d’avoir trahi son grand-père. »

Eri déclara. « C’est un monde de magie. Peut-être qu’il lui fait un lavage de cerveau et qu’après leur séparation, le contrôle de l’esprit s’estompe. »

Katsuo répondit. « ... Ça pourrait l’être. »

Teruko. « Pauvre Kyou-chan. Et j’ai même pensé qu’elle nous avait trahis. »

Puisqu’aucun d’entre eux ne connaissait la vérité, ils avaient sauté à leurs propres conclusions.

Masahiko se souvint de quelque chose. « La bague. Il lui en a donné une, c’est peut-être un moyen de contrôler son esprit. »

Katsuo déclara. « Qu’est-ce qu’on fait ? »

Masahiko. « Nous devons la prendre. Daichi et Katsuo, vous la retiendrez. Teruko et moi bloquerons ses bras. Eri, tu prendras la bague. Avez-vous des questions ou d’autres suggestions ? »

Tous s’y conformèrent. Tout en essayant qu’elle ne sache pas ce qu’ils allaient faire, ils entourèrent tous la Kyou sans vie. « Allons-y ! »

Si deux garçons poussaient une fille seule, sans connaître le contexte, cela aurait l’air criminel. Daichi poussa sur le haut de son corps et Katsuo tenait ses jambes. Masahiko tenait son bras gauche et Teruko son bras droit et Eri avait retiré le gant. L’anneau de cuivre était maintenant bien en vue.

Kyou, bien sûr, ne prenait ça pas si bien que ça : « Êtes-vous fou !? Qu’est-ce que vous faites ? Lâchez-moi, lâchez-moi ! »

« Désolé, Kyou-chan ! » avec un visage plein de remords, Eri était en train d’arracher sa bague... ou de tenter de l’arracher. « Elle ne bouge pas ? »

« Est-ce coincé ? »

« Essaie avec plus de force ! »

« Kyou-chan, ça pourrait faire mal ! »

« Attendez, ne — ah ! Arrêtez ! Ça fait mal ! » cria Kyou.

« Masa, ça ne marche pas. »

« Changeons de place ! »

« Arrêtez, vous tous ! On ne peut pas l’enlever. Écoutez... Aïe ! STOP ! » cria Kyou.

Bien qu’incapable de résister, Kyou faisait toujours de son mieux pour échapper à leur emprise. À la fin, le groupe de Masahiko s’était rendu compte qu’il n’y avait aucun moyen d’enlever cette bague par la force, sans risquer le doigt de Kyou.

« Teruko, Eri, apportez-moi la corde. »

« Masahiko-kun, qu’est-ce que tu essaies de me faire !? » cria Kyou.

« Kyou, je suis désolé, mais nous devons être sûrs, » répondit Masahiko.

« Masa, baisse lui les bras, elle me griffe ! »

« Désolé ! »

Rapidement, Masahiko avait pris ses deux bras et les bloqués dans son dos.

...

...

...

Enfin, un peu de calme.

En la ligotant, Kyou mordait, griffait et pinçait tout le monde à la portée de ses bras et au moment où ses jambes n’étaient pas surveillées, elle donnait un coup de pied dans ce qu’il y avait à proximité. Cette résistance n’avait fait que renforcer les soupçons du groupe de Masahiko : Katsuragi-kun doit contrôler Kyou !

Kyou ne ferait jamais de mal à ses amis ainsi ! Masahiko en était sûr.

Comme elle criait tout le temps, ils avaient même dû la bâillonner.

Kyou regardait maintenant Masahiko et ses amis avec mépris.

« Masa, qu’est-ce qu’on fait ? » Daichi semble être en conflit.

« Je ne sais pas. On devrait y réfléchir ensemble, » répondit Masahiko.

« Devant elle ? » demanda Daichi.

Masahiko voulait en discuter avec eux tous, mais ils ne pouvaient pas aller dans un endroit que Kyou-san ne pouvait pas écouter. Sinon, elle pourrait être attaquée par des monstres, alors qu’elle ne pouvait pas se défendre, étant ligotée et bâillonnée. Alors il demanda à son amie d’enfance. « ... Eri, as-tu un sort pour l’assourdir temporairement ? »

« Désolée, je ne sais pas. Mais il y a peut-être quelque chose dans notre équipement, » répondit Eri.

À la fin, ils avaient improvisé avec leurs habits. Une écharpe avait été enveloppée plusieurs fois au niveau de ses oreilles. Cela devrait au moins lui rendre la tâche difficile pour comprendre ce qui serait dit.

Masahiko commença la réunion : « Quelqu’un a-t-il une idée brillante ? » Il gardait un faible volume afin que Kyou ne puisse pas les entendre.

Bien sûr, personne ne répondit tout de suite. Le silence montrait à quel point ils ne pouvaient pas faire grand-chose à l’heure actuelle.

« Nous ne savons rien de ce contrôle de l’esprit. » Katsuo rappela à la bande la racine de leurs problèmes. « La seule chose que nous pouvons faire, c’est de le demander à Kyou-san ou à Katsuragi-san. »

Teruko grogna. « Comment Katsuragi devrait-il défaire cette chose ? Devrions-nous le forcer ? Attends, c’est une option. Frappons-le un peu, non, frappons-le beaucoup, et ensuite forçons-le ! »

Il était facile à dire que Teruko ne supportait pas du tout Katsuragi-kun.

« Teru-chan, tu as raison ! Il va payer pour ce qu’il a fait à Kyou-chan ! » Eri ne l’aimait pas non plus.

« Il pense qu’il est génial, mais maintenant il est allé trop loin. Il est temps de le faire tomber ! » même Daichi avait eu un ou deux épisodes problématiques avec Katsuragi-kun.

« Moi aussi. Moi aussi. Il m’a traité de lèche-bottes et de bon à rien de Masahiko et j’ai toujours voulu le frapper pour ça. On n’est plus à l’école et il a fait quelque chose d’horrible, alors, nous n’avons aucune raison de nous retenir ! » C’était peut-être la raison pour laquelle Katsuo avait indiqué cela.

Masahiko avait envie d’aider Kyou en priorité par rapport au fait de battre Katsuragi-kun en bouillie, et même si Masahiko ne voulait pas aller si loin, maintenant, avec Kyou en ligne de mire, il était moins contre l’idée d’être un peu dur avec lui.

« Alors on va le faire. Mais comment le trouver ? » demanda-t-il.

Cette fois, Eri avait eu l’idée. « On pourrait utiliser Kyou-chan pour ça. Il se peut qu’ils soient connectés ou qu’il y ait une forme de communication qu’ils puissent utiliser. »

Après avoir discuté des détails, il était temps de faire face à Kyou une fois de plus.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire