Je déteste être marié dans un monde imaginaire ! – Tome 2 – Chapitre 2 – Partie 2

***

Chapitre 2 : Les Héros, le Monstre et le Plan

Partie 2

« Faisons une pause ! » Rine semblait être ravie.

Quant à nous... nous l’étions moins. Puisque Rine était dans sa recherche de bandits ou de démons dans les montagnes, nous y étions donc retournés, remontant là où nous étions descendus avec nos cordes, les récupérant et marchant sur ces sentiers de montagne sans fin. Cela faisait plus de deux heures que cela avait commencé. Et la plupart des frappes finales avaient été effectuées par la princesse, qui n’avait même pas de système de PX ! Frustrant !

Mais je devais garder mon sang-froid. Tout cela était fait afin de pouvoir réaliser nos objectifs. « Eh bien... Je vais faire du feu. » Comme nous avons un inventaire, nous pouvons facilement ramasser du bois de chauffage en cours de route, Kyou-san avait déjà sorti son matériel de cuisine. Puisqu’elle était cuisinière, c’était son travail habituel.

« Rine-chan, peux-tu aller chercher de l’eau ? Il y a peut-être un ruisseau dans le coin, non ? Si tu ne trouves rien de très proche, ce n’est pas si grave. Il me faut au moins une quinzaine de minutes ici, alors tu as du temps pour chercher ! » déclara Kyou-san.

« Bien sûr ! » Avec une expression joyeuse, Rine avait commencé sa recherche. Et ainsi, nous étions enfin seuls.

Après avoir confirmé que Rine n’était plus à portée auditive, j’avais commencé. « Avant de discuter de quoi que ce soit, j’aimerais dès maintenant faire un oreiller de genoux. »

« Soupir. Alors, laisse-moi être la première. » Nous étions toujours en train d’accumuler des PMA, donc je m’étais placé avec mes genoux accessibles, pour que Kyou-san puisse y poser sa tête. « C’est dur de faire ces choses quand cette fille est là. »

« C’est vrai. Et comment expliquer la séance d’une heure ? » lui demandai-je.

« ... Faire ces choses avec toi est dégoûtant en soi, mais normalement, personne ne regarde, » déclara-t-elle.

« Merci ? » Un jour, je m’habituerai peut-être à cet abus verbal. Ou alors je pourrais faire quelque chose que je pourrais regretter plus tard. « Mais comment devrions-nous nous occuper d’elle ? Maintenant, le fait de l’attacher dans son sommeil semble être beaucoup plus raisonnable. Selon moi, la sécurité d’abord ! »

« Je pourrais essayer le somnifère, mais il sera difficile de la déplacer pendant que nous sommes dans les montagnes. Nous sommes attaqués trop régulièrement par des monstres, » déclara-t-elle.

« Je suis d’accord... Mais il n’y a pas beaucoup de choix, n’est-ce pas ? À moins que nous ne voulions attendre d’attraper un ou deux bandits avant d’aller les livrer à la forteresse... Ça risque d’être trop long. » Il y avait également nos camarades de classe et, bien sûr, notre propre sécurité à considérer, car cette fille pourrait causer plus d’ennuis que ce que Kyou-san et moi pourrions gérer. « Eh bien ! Pour commencer, nous devrions faire partie de son groupe, jusqu’à ce que nous trouvions une opportunité. Pour l’instant, elle pense que nous l’aidons, même si ce n’est pas vraiment le cas. »

« Je me sentirais mal de l’avoir piégée si ce n’était pas pour cette récompense et l’élimination de la malédiction, » déclara-t-elle.

« Ce n’est pas mon cas. Elle n’est qu’une hypocrite, » déclarai-je.

« Non, Ken. En vérité, elle est tellement naïve, » d’où est-ce que ça vient ? Kyou-san et moi ne connaissons Rine que depuis quelques heures. « Peut-être même qu’elle nous considère comme ses premiers véritables amis. Elle ne survivrait pas un jour à l’école, du moins, sans être intimidée. »

« Mais dans ce cas, ne casserait-elle pas les os de tout le monde ? » lui demandai-je.

« N’as-tu aucune idée des formes d’intimidation ? » me demanda-t-elle.

« Seulement à une extrémité, » répondis-je.

« Ken, tu n’as pas été intimidé ! » répondit-elle.

« Possible. Ou seulement un peu, » répondis-je.

« Non, c’est... oublie ça, c’est une perte de temps à te l’expliquer, » Kyou-san avait tourné la tête et s’était enfoncée plus profondément sur mes genoux. « Ça me rend malade. » Si elle se blottissait la tête un peu plus haut, ce serait excitant. Mais en fait, son visage était juste au niveau de mes genoux pour obtenir le moins de contact possible.

« Rine est capable de s’occuper d’elle-même avec une violence brutale. Alors..., » commençai-je.

« Oublie ça ! Je suis désolée d’avoir dit quelque chose comme ça ! Le faire en ta présence était incroyablement stupide de ma part, alors n’en parlons plus ! » déclara-t-elle.

« Ah... » Elle m’avait écrasé verbalement dans une succession de phrases, ce qui avait fait qu’il m’était impossible de faire une réplique sans perdre plus de terrain.

Après dix minutes d’oreiller de genoux, nous avions terminé les préparatifs du camp et un peu plus tard, Rine était revenue : « Désolée, je n’en ai pas trouvé. »

« Pas de problème, Rine-chan. Je suis sur le point de cuisiner, alors peux-tu m’aider ? »

« Cuisiner ? Avec plaisir ! » Elle semblait vraiment heureuse. Moi, par contre, j’étais sur le point de vomir.

Kyou-san avait mis une plaque de fer sur un support en métal placé sur les braises du feu et avait sorti de la viande de bearington. « Je l’ai déjà cuite, et hachée. Et puisque Rine-chan et moi sommes devenues amies, je vais faire des steaks ! »

J’étais sur le point de me plaindre que Kyou-san essayait seulement une nouvelle recette, alors que... jamais ! Mais tout cela faisait partie du plan pour avoir une relation amicale avec Rine, donc je ne pouvais pas faire d’histoire ici.

« S’il te plaît, coupe les légumes, Rine-chan, » lui demanda Kyou-san.

« Laisse-moi-le faire ! » déclara Rine.

Rine avait pris un couteau et la façon dont elle le tenait me mettait mal à l’aise. Kyou-san s’occupait de la viande, donc elle ne pouvait pas voir que Rine tenait le légume et le couteau comme un enfant d’âge préscolaire. « Attends... »

Mais mon avertissement était arrivé trop tard, Rine s’était coupé le doigt. « ... » Des larmes coulaient depuis ses yeux. « Ne vous inquiétez pas... eh bien, inquiétez-vous seulement pour le navet. Je suis désolée. J’ai mis mon sang dessus. »

Kyou-san avait précipitamment arrêté de s’occuper de la viande pour regarder la main de Rine. Elle l’avait prise dans le sien. « Attends, je vais tout de suite la guérir. »

« Non, c’est moi qui suis responsable. Je peux moi-même la guérir. » Elle avait cligné de l’œil quand Kyou-san avait raffermi sa prise.

« Tu ne le feras pas ! » Elle avait lancé le sort de Soins et la coupure s’était refermée, même si elle était toujours là.

« ... Kyou... merci..., » déclara Rine.

« Ne t’inquiète pas pour ça, » déclara Kyou-san.

« ... puis-je te demander quelque chose ? » lui demanda Rine.

« Oui ? » demanda Kyou-san.

« Pourquoi n’as-tu pas enlevé ta bague pour cuisiner ? » demanda Rine.

Quoi !? Attends ! Bien sûr, Kyou-san ne cuisinerait pas avec des gants ! Mais pourquoi Rine l’avait-elle remarqué ?

Mais Kyou-san était restée calme. « Je ne peux pas l’enlever. »

« ... Je vois. J’ai encore fait quelque chose de mal, n’est-ce pas ? » demanda Rine.

« C’est bon, Rine-chan, » lui répondit Kyou-san.

C’était étrange. Tout le monde ne penserait-il pas à une alliance dans un tel cas ? Ou est-ce que les gens d’ici ne se marient pas avec des anneaux ? Devrais-je m’en soucier ?

Après ça, Kyou-san avait cuisiné seule. C’était délicieux. Mais ce n’était pas comme si je le lui dirais un jour.

« C’est bon, Kyou ! C’est comme les cuisiniers du château ! » déclara Rine.

« Eh bien, j’ai la Classe de Cuisinier, donc c’est naturel, » répondit Kyou-san.

« La Classe de Cuisiner ? » demanda Rine.

« C’est quelque chose des héros, » répondit Kyou-san.

« Ah, celui où l’on peut acquérir des compétences qui prennent normalement beaucoup de temps à apprendre. Comme se battre et rendre Kenta tout musclé ! Alors, tu cuisines aussi ? C’est génial, je suis jalouse ! » déclara Rine.

Eh bien ! Rine, je suis jaloux de ta capacité à tuer tout ce que tu vois sans avoir besoin de changer de classe ! Si j’étais aussi fort qu’elle, le gouffre de Muaotef ne serait pas un défi... sauf Muaotef. Je n’arrivais pas à imaginer comment Rine pourrait le combattre avec succès. Bizarre, car je n’avais pas vu Muaotef faire quoi que ce soit, mais...

« Pourquoi frissonnes-tu, Kenta ? » me demanda Rine.

Soudain, le visage de Rine était placé juste devant mes yeux. « Woah ! Trop près ! »

« Hein ? » La tête de Rine bascula sur le côté.

« Recule un peu ! » lui demandai-je.

« Oh. Désolée. » Elle avait fait ce que je disais. Maintenant, j’avais un peu d’espace pour respirer. « Est-ce que ça va ? »

« Ce n’est rien. Il s’agit juste d’un mauvais souvenir. » Pourquoi cette peur ne diminue-t-elle pas ?

Kyou-san m’avait fait un regard qui indiquait qu’elle comprenait, et je pouvais aussi la voir trembler légèrement. Si cette « aura de terreur » de Muaotef était vraiment une compétence, elle fonctionnait toujours. Nous étions prêts à tout pour rester en vie, nous ne pouvions même pas rassembler la moindre malhonnêteté, nous étions impuissants. Et je détestais le simple fait d’y repenser.

 

 

― ○●○ ―

 

Un peu plus tard.

Avec une poussée vers l’avant, j’avais percé un bearington jusqu’à obtenir sa mort. Ces emmerdeurs étaient vraiment partout sur ces montagnes. J’avais encore une fois été blessé. Même si Rine fauchait les ours comme de l’herbe, elle ne me protégeait pas du tout. J’avais donc les mêmes blessures que lorsque je me battais seul, mais je n’avais pas du tout de PX ? Merci beaucoup !

Vous savez, vous pouvez aussi avoir trop confiance en vos coéquipiers !

« Kenta ! Tu es blessé ! Attends, je vais te guérir, » déclara Rine.

« Attends, Rine-chan. Je sais que tu peux aussi utiliser la magie divine, mais guérir les gens est la seule chose pour laquelle je suis bonne. Concentre-toi donc sur le combat et garde ta magie pour les urgences, » lui demanda ma chère femme.

 

Vous gagnez 1 PMA.

Votre femme est jalouse !

 

« D’un autre côté... euh... s’il te plaît... guéris-le. *Halètement* je... pense que je suis malade, » le visage de Kyou-san était vert et elle s'était repliée sur elle. Elle avait également un peu reculé. Peut-être qu’elle était vraiment sur le point de vomir et qu’elle ne voulait pas que quelqu’un la voie faire ça.

Ça fait mal ! Tu me fais mal, Kyou-san !

« Pauvre Kyou. C’est peut-être le mal de l’altitude. Mais d’abord, faisons ce qu’il faut. Soins ! » Mes blessures s’étaient refermées, mais j’étais assez mal en point à cause des plaies et des guérisons magiques successives sur ces coupures. « Tu as vraiment mauvaise mine. Tu devrais me laisser m’occuper des batailles pendant un moment. Je ne peux pas te laisser continuer comme ça. » Ses yeux de braise étaient pleins d’inquiétude. « Réfléchis-y un peu, s’il te plaît. Kyou, je viens vers toi ! »

Rine m’avait laissé seul ici. « Quelle hypocrite ! » Je déteste ça ! Elle était seulement gentille, puisqu’elle voulait être aimée !

« Kenta ! Nous avons trouvé une source de montagne ! » J’avais regardé en l’air puis j’avais suivi la voix de Rine. Kyou-san était assise près d’un petit point d’eau, tout en buvant beaucoup d’eau. Je pouvais faiblement sentir l’odeur du vomi. Va te faire foutre, Kyou-san !

« J’étais si inquiète, puisque je n’avais pas trouvé d’eau avant, mais regardez ça ! » Rine était déjà prête à remplir son outre d’eau, mais elle attendait patiemment que Kyou-san se rétablisse. « C’est de l’eau pure des montagnes ! Je suis tellement contente, je pensais avoir échoué, même si vous êtes tous les deux des pros de la vie en plein air... »

Je ne pouvais pas me permettre de commenter la dernière partie. « Ne t’inquiète pas. Mais la source est la raison pour laquelle les ours étaient ici. Nous devons rester prudents, car d’autres monstres pourraient vouloir aller chercher de l’eau. »

« ... Tu es un génie, Kenta ! Je n’y ai jamais pensé, mais même les monstres ont besoin d’eau pour vivre ! » déclara Rine.

Je n’avais pas pu trouver de réponse appropriée à une telle admiration. « Je vais jeter un coup d’œil. Peut-être que je peux trouver quelque chose avant qu’ils tombent sur nous. »

« Tu es comme un ranger, tu sais, Kenta ? » déclara Rine.

« Je ne suis qu’un Éclaireur. Et être prudent nous maintient en vie, » répondis-je.

« Grâce à toi, nous sommes en sécurité. Mais s’il te plaît, appelle-moi, s’il y a quelque chose à combattre ! C’est la seule chose pour laquelle je suis bonne et je ne veux plus te voir souffrir, » déclara Rine.

« ... » Normalement, c’est le rôle d’un homme de dire quelque chose comme ça, mais bon sang ! Cette fille est vraiment magnifique ! Je venais de m’en rendre compte, alors qu’elle me regardait avec ses grands yeux de braise. C’était peut-être la première fois que je pouvais comprendre pourquoi certains Japonais étaient attirés par les femmes occidentales. « Il s’agit juste d’un peu de reconnaissance. Ne t’inquiète pas pour ça. »

J’avais été un peu plus loin et j’avais activé plusieurs compétences de ma capacité de Survie et de Perception. Mon Pistage avait trouvé quelque chose. Il s’agissait de marques de griffes, de très gros oiseaux de proie. Cela pourrait devenir dangereux, puisque ni les filles ni moi n’avions d’attaques à distance.

Et il y avait beaucoup d’autres pistes. Il s’agissait d’une source vitale pour la vie animale et les monstres de la région. J’étais revenu auprès des filles, qui avaient fini de remplir les outres. « Nous devrions utiliser le reste de la journée pour trouver un endroit pour le campement pour cette nuit. »

« Hein ? Pourquoi ? » demanda Rine.

« Explique-toi, Ken, » demanda Kyou-san.

J’avais alors répondu. « Il ne nous reste que quelques heures avant le crépuscule et à cette heure-là, beaucoup de monstres nocturnes iront à la source en venant de toutes les directions. Ils font ça pour boire et chasser. Il sera difficile de quitter le périmètre à temps, alors je préfère utiliser ce temps pour chercher une grotte ou quelque chose comme ça. Nous devrons peut-être tuer ses habitants, mais il y a des oiseaux de proie géants dans la zone, et je ne sais pas s’ils sont nocturnes, alors je veux au moins avoir une zone plus sûre si l’on doit se battre. Et il est moins probable que nous soyons dérangés dans le camp, que si nous ne sommes pas en plein air. Nous sommes tous mentalement épuisés. Et Rine pourrait aussi être épuisée physiquement, puisqu’elle ne peut pas compter sur un statut d’héroïne. »

Pour Kyou-san et moi, l’épuisement physique se mesurait en PE, donc tant que nous en avions, nous allions bien. Mais le corps de Rine était comme celui d’une fille humaine normale... du moins, c’était ce qui était très probable.

« Je vais bien, » déclara Rine.

« Même si ton corps va encore bien, l’épuisement mental est aussi mauvais que celui physique. Nous devons pouvoir nous reposer sans être dérangé. On n’a rien de pressant à faire, n’est-ce pas ? » Eh bien, Kyou-san et moi avions quelque chose comme ça, puisqu’il y avait des camarades de classe dans cette montagne, mais elle ne le savait pas encore et même alors, il était peu probable qu’elle les rencontre.

« Toi... Kenta, tu penses à tant de choses auxquelles je n’ai même pas pensé ! » Pourquoi Rine me regarde-t-elle avec tant d’admiration ? Elle me donnait l’impression d’être comme ces nouveaux venus que j’avais formés dans des MMORPG par chat vocal, mais son beau visage me renseignait sur ses intentions. Elle doit essayer de me piéger !

« Ken, ta paranoïa de départ est acceptable. Mais s’il te plaît, arrête maintenant avec ça. » Comment se fait-il que Kyou-san puisse me lire si facilement ?

La suite était facile à deviner. J’avais juste utilisé le Pistage jusqu’à ce que je trouve une piste de bête, que j’avais suivie, jusqu’à ce qu’un plus gros gibier se présente sur la piste que j’avais ensuite suivie. « Les empreintes ressemblent à celles d’un loup, il y en a peut-être un petit nombre ensemble, mais avec un peu de chance, ils ont une grotte. »

Nous avions eu de la chance. La piste nous avait vraiment menés à une grotte. « Je vais me faufiler dedans. » J’avais utilisé Masquage des Odeurs et Dissimuation pour la furtivité, tandis que Vision Nocturne avait permis d’inspecter la sombre grotte. Il y a plusieurs monstres ressemblant à des loups, mais ils avaient tous des cornes et étaient à moitié recouverts d’écailles. Il y en avait huit et ceux-là étaient en train de dormir.

J’avais été faire mon rapport.

« Ce sont des lizalupis. Ils ne devraient pas être un problème, » s’exclama Rine.

« Ils se réveillent probablement après avoir senti vos odeurs ? Ont-ils de bons yeux ? » lui demandai-je.

« ... je suis désolée, je ne connais que le nom, » répondit Rine.

« Pff. J’ai une stratégie. Mais si quelque chose tourne mal, tu dois te dépêcher d’agir, Rine, » déclarai-je

« Qu’est-ce que tu vas faire ? » me demanda-t-elle.

« Je pense qu’il est sur le point de faire quelque chose de stupide, » déclara Kyou-san.

« Rine se positionne à l’entrée, je me faufile et je peux peut-être en tuer un ou deux, avant qu’ils ne soient réveillés par la puanteur du sang. Je peux masquer mon odeur et avoir un camouflage optique, donc je pourrais ne pas être vu et ensuite ils viendront vers Rine. Alors je peux les attaquer par-derrière et nous les attaquerons en tenaille, » expliquai-je.

« Cela semble dangereux, Kenta, » déclara Rine.

« Et stupide, » rajouta Kyou-san.

« C’est efficace. » Ceci devrait augmenter mon nombre de morts et donc mon PX. C’était frustrant de voir Rine tuer tous les monstres, alors que je n’avais rien. « Et comme je le dis, je compte sur toi, Rine, surtout si quelque chose tourne mal. »

Ces mots semblaient être des mots magiques, puisque les yeux de Rine étaient devenus étincelants. « Tu peux compter sur moi. »

« Même si c’est stupide, » commenta Kyou-san.

J’avais ignoré Kyou-san et je m’étais faufilé dans la grotte. Même si j’avais ma classe d’Éclaireur, je devrais être capable d’en tuer un instantanément, surtout si je visais une zone vitale. Avec ma furtivité, les lizalupis ne me remarquèrent pas. J’étais allé vers celui qui était le plus lointain et j’avais visé son cou en y appliquant toutes mes forces.

Un bruit fort laid avait pu être entendu quand j’avais séparé la chair et l’os après avoir activé une avancée rapide pour me rapprocher de lui. J’avais ensuite activé le camouflage tout de suite après ça. Je devais juste espérer que leur odorat compense une mauvaise vue.

Oh merde ! Ils m’avaient regardé droit dans les yeux et s’étaient précipités vers moi.

J’étais rapidement passé sur la classe de Lancier et j’avais crié. « Le plan a échoué ! Tourbillon ! » J’avais frappé avec ma lance pour repousser les lizalupis qui arrivaient. Même si l’obscurité dans la grotte était quelque peu ennuyeuse sans Vision Nocturne, je pouvais encore voir leurs silhouettes. Il fallait espérer que cela suffise.

« Torche ! J’arrive ! » Avec l’épée dans une main et une lumière magique dans l’autre, Rine se précipita sans crainte dans la grotte et en quelques secondes, deux des lizalupis avaient été massacrés. Elle visait leurs points vitaux avec précision et son arme pourrait aussi être surpuissante, de sorte qu’en premier lieu, il n’y avait pas eu besoin de stratégies. Mais je ne pouvais pas compter uniquement sur Rine !

Il était fort probable que je puisse me charger d’eux tout seul, car après tout, j’étais un niveau 39 ! Et si je ne les tuais pas moi-même, je n’aurais pas de PX ! Et cela serait également le cas pour Kyou-san ! Mais je ne pouvais pas ne pas impliquer Rine, puisqu’elle était arrivée là... Attends un peu !

« Rine, ne les tue pas ! Je dois moi-même le faire ! C’est un truc de héros ! » déclarai-je.

« Euh... vraiment ? » demanda-t-elle.

Eh bien, garder les lizalupis en vie était tout à fait possible, surtout après avoir coupé leurs extrémités inutiles. Cela m’avait pris environ une minute, jusqu’à ce que je puisse faire le coup de grâce jusqu’au dernier.

Maintenant que les créatures étaient mortes, Rine m’avait demandé. « Pourquoi as-tu besoin de les tuer ? »

« Kyou-san et moi devenons de plus en plus forts, plus nous tuons d’ennemis. C’est une des choses que nous devons faire, » répondis-je.

« Alors... pourquoi ne me l’as-tu pas dit avant ? Nous avons affronté plusieurs monstres jusqu’ici ! » s’écria Rine.

« JE... JE... Je viens juste d’y penser, d’accord ? » Je ne pourrais pas dire que je n’avais jamais pensé à utiliser Rine pour du PL, puisqu’il me restait un peu de fierté.

« Puh ! » Elle boude !

« S’il vous plaît, pourriez-vous laisser tomber ? Et laissez-moi soigner vos blessures. Vous deux ! » déclara Kyou-san.

« Eh ? » Rine est-elle blessée ? Eh oui, elle avait une coupure sur son bras protégé. Comme il ne s’agit que d’une armure légère, elle ne couvrait pas tout, de sorte que la mobilité restait garantie. Est-ce qu’elle l’avait eu en démembrant l’une de ces créatures ?

OK, je pourrais au moins être coupable de ça, pensa-je.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Merci pour le chap ^^

  2. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire