Je déteste être marié dans un monde imaginaire ! – Tome 1 – Épilogue

***

Épilogue

Nous étions sur le chemin du retour, et même si j’avais le sentiment qu’il devrait y avoir une conclusion épique à l’aventure que nous avions eu, ce n’était pas le cas. Ce qui se passait maintenant, c’était la façon dont la réalité fonctionnait. Peut-être que jouer à des jeux vous faisait croire que chaque histoire devait se terminer par un grand point culminant, au lieu d’une simple promenade.

Mais le sentiment d’avoir encore des choses qui n’avaient pas été réglées me dérangeait. Muaotef, sa Voix, toute la ville de Ss’rak, ces histoires étaient encore en cours. Peut-être que le dire au roi me mettrait à l’aise. Et après ? Je ne savais pas encore quoi faire.

Il n’y avait aucune raison de s’en tenir à Esse ou Feuerberg, peut être que je devrais voir les choses en profondeur. Il suffisait d’enlever la malédiction et je pourrais aller où je voulais, sauf l’endroit où je voulais être, chez moi. Cette porte était restée fermée.

Il était fort probable que j’augmente mon niveau jusqu’à au moins atteindre le niveau 50, avant de me concentrer à nouveau sur la collecte de fonds. J’avais vraiment besoin d’améliorer mon équipement. Peut-être que la fourrure d’ours rouge ferait une belle pièce d’armure.

Kyou-san et moi étions maintenant un peu plus ouverts l’un envers l’autre. Même si je ressentais encore un peu de rancune parce que j’avais laissé partir la Voix et ses serviteurs, j’avais décidé de lui pardonner. Elle m’avait après tout sauvé la vie lors de cet événement.

De quoi parlions-nous ? La plupart du temps, nous nous plaignons l’un de l’autre. Les autres fois, c’était sur un sujet aléatoire que nous avions choisi sous l’impulsion du moment.

Quelque chose comme « Voyons si tu es capable de tuer un rocker toute seule. Devrais-je être fier ? » Quand nous avions rencontré un monstre et que Kyou-san avait décidé de le faire seule. Elle avait attendu que le rocker utilise son attaque de rotation, puis elle avait retourné la créature en forme de tortue et l’avait poignardé avec son nouveau couteau. C’était rapide et efficace.

« On dirait que tu as tenu ta promesse, Ken, » elle avait répondu à ma question avec un léger sourire plus doux qu’avant.

Oui, je lui avais promis de lui montrer comment devenir plus forte, mais pour être honnêtes avec moi-même, nous avions dépassé mes attentes les plus folles. Nous en étions encore à l’essentiel, mais Kyou-san était maintenant au niveau 20 et les rockers n’étaient pas vraiment une menace pour l’instant, tant qu’elle attaquait la zone de dessous.

« J’aurais pu le tuer pour toi, tu sais ? Nous obtenons toujours 50 % des PX, peu importe qui obtient la mise à mort, » déclarai-je.

« Je voulais simplement voir si je pouvais le faire toute seule maintenant, » d’une manière ou d’une autre, son sourire n’était pas dérangeant ou rusé, il exprimait simplement le bonheur pur. Cela m’excitait d’une autre manière que les sons sensuels de son bain.

« Je voulais voir si je pouvais le faire, » c’était des mots de quelqu’un qui se lançait dans le jeu et expérimentait plusieurs stratégies pour obtenir la victoire. Peut-être que j’avais réfréné jusque là une partie de ma personnalité de joueur.

Tous les deux, nous nous étions baignés dans le Heissquellen et nous avions mis nos vêtements de rechange qui se trouvaient dans nos sacs à dos. Nous étions encore loin d’être propres, mais au moins nous n’étions plus sales. Mais le sanctuaire avait été attaqué, même sans le duel et la revanche après ça, la guerre entre les ss’raks et le royaume était sûrement sur le point de commencer.

« Je n’arrive toujours pas à croire que le patriarche était un héros. Et pire encore, c’était le héros de Muaotef, » je n’y comprends pas grand-chose, mais cette information est peut-être tout simplement fausse. Je connais encore trop peu de héros pour limiter les possibilités.

Muaotef était-il capable de nommer des héros parce qu’il était spécial ou peut-être qu’il est adoré non seulement comme un dieu, mais qu’il était un vrai dieu ? Tous les dieux étaient-ils des dragons ? Avait-il décidé de tuer son propre héros par colère ou bien était-ce un plan ? C’était peut-être pour motiver les ss’raks qu’il n’y a pas d’autre moyen que la guerre avec la race humaine ?

J’en savais trop peu. Et je ferais mieux de ne pas le savoir.

« Pff... Franchement, j’espère ne jamais revoir Muaotef, c’est encore trop tôt pour moi, » déclarai-je.

« Je suis d’accord avec toi, » répondit-elle.

Mais même si Kyou-san était d’accord avec moi, je craignais que nous ne soyons pas aussi chanceux. Que se passera-t-il lorsque nous signalerons l’existence d’un dragon dans les montagnes Vulkan ? Une chasse au dragon ? Qui ferait quelque chose comme ça ?

Des héros, bien sûr.

Je devais avertir le roi, mais s’il voulait que j’extermine le dragon, je déclinerais. J’étais trop lâche. Le fait que je ne puisse pas laisser tranquille tout ce qui concernait les Ss’raks était la preuve, à quel point je me sens anxieux à ce sujet. Et ne faire que penser à Muaotef me donnait la chair de poule.

Oui, j’étais un lâche et j’étais d’accord avec ça. Et je pensais que Kyou-san était dans le même cas que moi.

« Quelque chose ne va pas ? » demanda-t-elle.

Kyou-san regardait droit dans mes yeux. Elle les regardait directement et il ne restait qu’un léger soupçon de dégoût. Et je n’avais plus le sentiment persistant de me sentir malade quand elle me regardait.

Pour être franc, je voulais uniquement lever ma malédiction à Esse et retourner dans le sud le même jour, mais peut-être que je resterais un jour ou deux pour me reposer et voir ce que Kyou-san allait faire.

☆☆☆

Nous, Muaotef, le Grand, la Flamme de la Terre et le Porteur de la Décadence regardons à travers l’Œil de Muaotef, un simple Ss’rak formé pour nous permettre de voir ce qu’il voit. Il suit les héros humains, tout en étant parfaitement invisible.

L’humain mâle était vigilant, mais Nos « Yeux » ne peuvent pas être détectés par lui, puisque Nous avons personnellement transformé ce Ss’rak à Nos besoins. Nos « Yeux » les ont suivis depuis qu’ils ont quitté Notre réserve, à chaque pas.

Les raisons du défi de devoir tuer le patriarche étaient multiples. Pour voir comment les héros humains se comporteraient, pour voir s’ils différaient des héros Ss’rak et bien sûr pour punir le patriarche, qui avait trop d’influence sur les Ss’raks. Nous sommes les seuls à les commander et nul autre.

Mais la raison la plus importante était de vérifier lequel de Nos dieux ennemis avaient invoqué ces héros humains. Chaque fois qu’un héros en tuait un autre, son propriétaire reçoit un message. Nous avons perdu un héros et un peu d’influence, mais comme Nous savons qui a eu cette influence, Nous pouvons nous préparer à la reprendre avec intérêt.

Nous n’avions pas pensé que l’un d’entre eux ferait son coup. Nous devons préparer une nouvelle stratégie, car Nous n’avons jamais été en concurrence avec celui-là auparavant.

Mais maintenant, Nous savons sur vous et Nous serons prêts. Peut-être que vous voulez vraiment Nous attaquer, essayez-le !

L’autre question était la malédiction des deux héros humains. Ce n’était pas vraiment un problème, puisqu’elle n’est pas si puissante, mais cela ne suivait pas les règles. Nous voulions le rechercher et le faire Nôtre, mais Nous ne pouvons pas montrer la moindre faiblesse.

Le jeu redevient intéressant. Nous aimerions déchirer Nos ennemis, anciens et nouveaux.

Mais pour l’instant, Nous retournerons à Notre véritable base d’opérations. Puisqu’il y avait maintenant des héros humains à Feuerberg, Nous ne pouvons pas simplement agir selon un principe de blitzkrieg, alors Nous devons le planifier et utiliser plus de ressources à cet effet.

Enfin, de nouveaux événements et tournants dans ce vieux jeu qui avait été trop longtemps dans une impasse.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Merci pour le chapitre
    PS on a le droit a un dragon allemand XD

  2. Merci pour le chap ^^ Oh, l'auteur est germanophone ? Je m'y attendais pas... On va finir avec des francophones ^^ (fin ça m'étonnerait mais on sait jamais...)

  3. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire