Je déteste être marié dans un monde imaginaire ! – Tome 1 – Chapitre 1 – Partie 5

***

Chapitre 1 : Du fantastique à la réalité

Partie 5

Momokawa et moi avions continué notre pèlerinage et ici et là nous avions trouvé un sanctuaire sur le chemin. Nous nous y étions arrêtés et j’avais commencé à prier. C’était normalement quelque chose comme ceci.

{Je veux que vous me libériez de la malédiction, dieux de merde !}

Je ne suis pas content ! Mais chaque fois, j’avais fait une prière appropriée après ma vraie, juste au cas où.

Après trois jours de pèlerinage, Momokawa avait gagné trois niveaux. Même si nous ne faisions que voyager, cette forme de vol qualifié s’était avérée très efficace.

Moins de travail d’équipe.

« Je te l’ai dit, tu dois attirer l’attention des rockers, pour que je puisse les retourner ! » déclarai-je.

« Et je t’ai dit que je ne le ferais pas, car je pourrais être frappée par accident ! C’est toi qui me l’as dit, ils pourraient probablement me tuer en deux coups ! » répliqua-t-elle.

« Je ne les laisserai pas te frapper, donc tu n’as pas à t’inquiéter ! » déclarai-je.

« Et si tu es trop lent ? En agissant de manière méchante ou si tu veux te venger de quelque chose de stupide ? » demanda-t-elle.

« Comme si je ferais ça ! » m’écriai-je.

Nous avions atteint la chaîne de montagnes Vulkan, qui contenait quelques volcans. Mais les monstres ici étaient trop forts pour Momokawa, alors elle devait rester aussi loin que possible.

Malheureusement, si j’essayais de m’attaquer à un rocker seul, cela me faisait perdre beaucoup de temps.

Les rockers sont de grandes créatures de tortues avec une carapace de pierre. Elles peuvent tourner en rond pour faire une attaque de queue comme dans un jeu ou un anime. La façon la plus simple de les rendre impuissants était de les retourner.

Mais comme elles étaient conscientes de ça, elles essaient d’éviter ce triste sort. Donc quelqu’un devait attirer leur attention, tandis qu’un autre essaie de les retourner depuis un angle mort.

Le danger réel résidait dans le fait de les retourner parce qu’elles pouvaient vous frapper si vous vous trompez dans le chronométrage des actions.

Il était donc logique de laisser Momokawa les attirer, pour que je puisse les retourner et qu’elle porte le coup fatal aux rockers devenus impuissants.

Pourquoi ne peut-elle pas comprendre ça !?

Ce n’était pas notre première dispute. Dans les montagnes Vulkan, il faisait beaucoup plus chaud et les ennemis étaient aussi plus solides. Donc, chaque provocation nous permettait de nous défouler. Mais au moins, il était plus facile d’entamer une conversation de cette façon.

« OK, OK. Laisse-moi réfléchir à une autre stratégie, » déclarai-je.

Je pourrais essayer de les retourner si elles se servaient de leur élan contre moi. Mais si ça ne marchait pas, ça ferait un mal de chien. Même si nous avions des PV, il était toujours douloureux de se faire blesser. Les éraflures et autres peuvent être ignorées pendant un certain temps et il y avait de la magie et des potions, qui nous permettaient de regagner les PV et faire disparaître la douleur.

Mais la douleur fait toujours mal !

« Je suppose qu’il n’y a pas d’autre choix. Momokawa, sois prête à guérir beaucoup de PV, » annonçai-je.

Après avoir rencontré un autre groupe de rockers, j’avais constaté que deux individus épuiseraient la moitié de mes PV puisqu’il était difficile d’obtenir la bonne planification si j’étais seul. Même si je les surclassais clairement en puissance, la malédiction et la classe Étudiant étaient tous deux des handicaps.

Je ne voulais pas utiliser ma lance comme levier pour les retourner, car elle pourrait se briser. Mais le faire à mains nues était vraiment difficile.

« Ah, j’ai un niveau supérieur. Au moins, le professeur de classe tyrannique est content. Un niveau 9, hein ? » s’exclama-t-elle.

Mais il y avait aussi des aspects positifs.

Depuis que Momokawa cuisinait au camp, mes repas étaient bien meilleurs ces derniers jours. Même s’il n’y avait pas de riz, cela surpassait toujours la viande que j’avais l’habitude de griller sur un feu et les herbes que j’avais ramassées.

Comme Momokawa était une Guérisseuse, elle pouvait préparer des potions et des cataplasmes, donc nous avions des ressources en cas d’urgence.

Elle n’avait jamais formé sa classe Guérisseuse, car elle pensait que c’était du gaspillage, mais la création de vos propres objets consommables peut être un outil puissant, même si elle avait besoin de plus de compétences pour en faire de très utiles.

Un autre avantage venant d’elle était bien sûr sa magie de guérison.

Normalement, je prendrais mon temps pour étudier mes ennemis et attaquer, afin d’être sûr d’obtenir le moins de dégâts possible. Maintenant, je pouvais prendre des risques et être guéri par la suite. Dommage que je n’obtienne pas de PX, car cela rendrait la chasse plus efficace.

Et dès que la malédiction serait levée, il n’y avait aucune raison de me ralentir en aidant Momokawa à monter de niveaux. Donc cette méthode ne fonctionnera plus jamais après ça.

Momokawa devrait être contente que je prenne le temps de lui expliquer quelques trucs. La plupart de ceux que je lui avais enseignés jusqu’à présent étaient des stratégies que j’avais apprises de Meldorn, tandis que d’autres provenaient de jeux.

Comme la façon de décider quelles zones de chasses sont les meilleures, le temps et les risques. Comment amasser de l’argent ?

Mais j’en avais oublié quelques-uns.

Comme tirer et fuir, puisque les ennemis attaquaient toujours en groupe. Ou le feu concentré, car il n’était pas aussi efficace dans la vie réelle. Les PV n’étaient pas comme dans un jeu. Les PV étaient une valeur numérique de la santé actuelle, ni plus ni moins. Les blessures étaient toujours réelles. Si vous perdez 10 PV, vous pourriez avoir beaucoup de petites égratignures ou une blessure dans votre chair.

Alors qu’une blessure dans sa chair faisait mal, de multiples égratignures vous feront saigner plus rapidement. C’était la raison pour laquelle le feu concentré ne fonctionne pas : Vous ne pouvez pas éviter les blessures graves si vous ne vous occupiez pas de tous les ennemis en même temps.

Il y avait l’attribut Vitalité, qui réduisait les chocs et les blessures des attaques qui en résultaient. Ainsi, une coupe à l’épée, qui pouvait être mortelle, pouvait laisser une blessure simple à la place. Tant qu’aucune zone vitale n’était touchée, cela fonctionnait.

Les coups à la tête semblaient faire aussi mal que jamais et vous pourriez perdre conscience pendant un certain temps. La Vitalité était plus comme une armure supplémentaire. Elle protégeait, mais ne rendait pas le fait d’être touché comme si ce n’était rien du tout.

Tout cela était incompréhensible. Pourquoi certaines choses ressemblaient-elles à des jeux, alors que d’autres étaient réalistes ? C’était vraiment déroutant !

Néanmoins, notre équipe fonctionnait d’une manière ou d’une autre. Nous agissions à un niveau professionnel et nous nous soutenions l’un et l’autre.

« Katsuragi, combien de temps sommes-nous supposés grimper le long de ce chemin ? » demanda-t-elle.

« Environ un jour. Puis nous arrivons au sanctuaire de Heissquellen et ensuite nous retournons à Esse, » déclarai-je.

« Super... ! » s’exclama-t-elle.

Le mécontentement mutuel était notre compagnon constant. C’était comme le troisième membre de notre équipe.

Le soir était venu. Nous avions construit un campement et nous regardions ce que nous avions ramassé comme butin sur les monstres.

« Les carapaces de rockers sont assez bon marché, mais si tu les vends dans les régions du sud, le prix augmentera... Souviens-toi, demain, on rencontrera peut-être des limaces : Ne les touche pas directement, elles sont empoisonnées. Leurs tiges oculaires sont précieuses, nous devons les collectionner. As-tu des sacs dans ton inventaire ? » demandai-je.

« Non. »

« Tiens, prends-en un, » déclarai-je.

« Combien ? » demanda-t-elle.

« Une carapace de rockers, » dis-je.

« Voilà pour toi, » déclara-t-elle en me donnant la carapace.

Nous partageons le butin 50/50, mais comme Momokawa n’était pas prête pour voyager loin de la capitale, je lui vends parfois certains de mes objets.

Inversement, elle me faisait payer sa cuisine.

Tout ce qui ne faisait pas partie de notre contrat était facturé. Nous avions une relation pragmatique.

« Je prends le premier tour de garde, » déclarai-je

Normalement, je m’endormirais, puisque ma compétence Dormurnal me rendait aussi conscient des sons que lorsque j’étais éveillé, mais mes compétences étaient scellées en même temps que mes classes.

La moitié de la journée était consacrée au campement puisque nous avions tous les deux besoin d’heures de sommeil et qu’il y a des monstres, nous ne pouvions pas baisser complètement notre garde.

Quand j’étais sur Terre, je passais la soirée à jouer à des jeux et peut-être à étudier un peu, si j’attendais des événements ou des groupes. Maintenant, je regarderais mon statut, je réorganiserais mon Inventaire, tout en planifiant d’autres actions.

Momokawa avait apporté des livres, mais je ne pouvais pas lire les lettres de ce monde. Elle était prête à m’enseigner contre une compensation monétaire, mais comme mon Apprentissage Rapide était scellée, il faudrait des semaines pour apprendre seulement l’alphabet.

Apprentissage Rapide vous permettait de vous rappeler et d’apprendre des informations sans avoir besoin de répétitions.

Comme j’étais habituellement dans la classe Éclaireur, je ne l’utilisais pas beaucoup. L’Éclaireur n’avait pas la capacité Académique, donc je ne peux pas y gagner du PC.

Même si mes Attributs étaient encore beaucoup plus élevés qu’avant, j’étais à nouveau comme un étudiant. Un étudiant qui n’avait pas les moyens de survivre seuls et cette fois sans espoir de surmonter cette étape.

Mais demain, nous devrions arriver à la Heissquellen et tout ira bien.

Cela avait été une autre nuit sans ennemis. Après quelques heures, j’avais changé de quart de nuit avec Momokawa et j’avais pris quelques peaux depuis mon Inventaire que j’avais utilisé comme matelas, en plus de ma couverture et de mon oreiller.

J’avais eu du mal à dormir sur le sol et Momokawa était aussi dans le même cas que moi. Mais au moins dans ces montagnes, le sol était chaud, donc il ne ferait pas froid.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire