Je déteste être marié dans un monde imaginaire ! – Tome 1 – Chapitre 1

***

Chapitre 1 : Du fantastique à la réalité

***

Chapitre 1 : Du fantastique à la réalité

Partie 1

Comme je l’ai dit, mon nom est Katsuragi Kenta. J’étais en première année au lycée et je faisais partie du club de retour à la maison. Après l’école, je finissais mes devoirs et je jouais à mes jeux vidéo. J’avais les consoles les plus récentes, un PC décent et beaucoup de jeux. Pratiquement tout mon argent de poche avait été dépensé pour cela.

Mes parents étaient d’accord avec ça, tant que je réussissais un peu à l’école. Et je le faisais. Je m’étais classé 19e aux examens de mi-parcours puisque j’étudiais chaque soir un peu pour plaire à mes parents et ainsi pouvoir augmenter mon temps de jeu.

J’avais joué à différents genres, mais ma ludothèque était un peu déséquilibrée. Mes jeux préférés étaient des JDRs avec une bonne histoire ou une bonne dose de personnalisation. Donc, bien sûr, les MMORPG avaient également été inclus. Pour moi, c’était important d’être immergé dans un bon scénario bien conçu ou d’être capable d’essayer beaucoup de choses.

C’était presque toute ma vie à l’époque. Pas de vrais amis, pas de romance, pas de vie sociale. Et j’avais été un peu intimidé à l’école. Juste un peu. Cela n’avait pas trop fait mal. Mais quand vous parliez à une fille et qu’elle vous regardait comme si vous étiez un insecte laid, alors vous commenciez à vous demander pourquoi et à vous poser quelques questions.

Suis-je gros ? Eh bien, un peu. Pas vraiment gros, mais plutôt rond.

Suis-je laid ? Eh bien, je ne suis pas mignon. Mais je dirais que mon visage est dans la moyenne et que mes lunettes ne sont pas si accrocheuses.

L’éducation physique n’était pas mon point fort non plus, et oui, peut-être que d’autres garçons se moquaient de moi quand j’étais incapable de sauter par-dessus le cheval d’arceau.

Et peut-être que j’étais un peu petit, je faisais 1,65 m. Mais franchement, c’était juste un peu.

J’avais toujours eu l’impression que les garçons se moquaient de moi, alors que les filles étaient un peu dégoûtées. Je ne savais pas quand cela avait commencé et pourquoi. Les choses qu’ils avaient faites étaient mineures. Comme sauter le service de nettoyage, quand ils étaient jumelés avec moi. Ou bien que personne n’avait volontairement fait équipe avec moi dans quoi que ce soit.

Mais je m’en fichais, c’était l’école, un lieu d’apprentissage. Si je voulais rencontrer des gens, je pourrais jouer en ligne ! Si quelqu’un m’avait demandé si je voulais vivre dans un monde fantastique, j’aurais clairement dit « non ».

Dommage qu’il n’y ait pas eu beaucoup de demandes dans mon cas.

 

☆☆☆

 

C’était un cours tout à fait normal ce matin-là. Tout le monde était présent, vingt-huit élèves, le professeur principal et un professeur assistant.

Après avoir fait l’appel, notre professeur principal, Saegusa Mamiko, nous avait parlé du festival culturel à venir et nous avait demandé ce que la classe voulait y faire. Puis notre présidente de classe, Momokawa Kyou, avait pris la relève.

Je m’en fichais.

Mais pendant que mes camarades de classe réfléchissaient à leurs idées, quelque chose semblait changer.

Tout d’abord, les voix avaient commencé à résonner à travers les pièces et les couleurs avaient blanchi. Puis les contours s’étaient estompés. C’était comme si toute la salle de classe avait changé de plan d’existence. Et puis une voix inhabituelle, unisexe, gronda depuis le sol.

« Bienvenue Héros, nous avons besoin de vous. Vous devez sauver le monde des démons maléfiques qui font la guerre à l’humanité et aux autres races de lumière. »

On dirait un vieux RPG. Sans aucune logique ou raison, mais quand c’étaient des jeux, c’était... eh bien, c’était probablement faux aussi. C’était ce que je pensais.

« Vous avez été choisi pour vous dresser contre les démons, mais ne craignez rien. Les individus de votre monde deviennent très puissants dans celui-ci et la récompense est grande, » avait-il continué.

Je voulais dire quelque chose, mais aucun mot n’avait quitté ma gorge. Probablement pas seulement la mienne. C’était peut-être la raison pour laquelle personne d’autre ne s’était plaint à ma place. C’était donc du kidnapping !

« Chacun de vous aura un manuel qui expliquera comment fonctionnent vos nouveaux pouvoirs. La récompense est un unique vœu parfait pour ceux qui tuent le Seigneur-Démon et mettent fin à la guerre. Vous aurez aussi tout ce que vous aurez accompli dans ce monde, » continua-t-il.

Un vœu parfait ?

« Vous serez transporté dans la capitale de Feuerberg, Esse. Aidez le roi et son peuple, » continua-t-il.

Avec une explosion de lumière, un choc avait traversé mon corps et j’avais fermé les yeux. Après que le choc se soit apaisé, je les avais de nouveau ouverts et j’avais vu une salle. Ou plutôt comme la pièce principale comme celle qu’on verrait dans une église.

Beaucoup de personnes étaient agenouillées et l’un d’entre eux avec une robe d’un blanc pur avait commencé a crié : « Grâce aux dieux, les héros sont enfin arrivés ! »

 

☆☆☆

 

C’était un peu cliché. Une classe japonaise transportée dans un autre monde en tant que héros. En tant qu’histoire, c’était bien, en tant qu’expérience de la vie réelle, ça craint.

Nous avions été transportés par un dieu de ce monde en réponse aux prières de l’église et de l’humanité.

La seule façon de revenir était avec l’aide des dieux et comme ils voulaient que nous luttions contre les démons, c’était peut-être la seule façon de revenir.

C’était l’essentiel, même s’il ne s’agissait que d’un résumé.

Nos professeurs étaient les seuls à être appelés par le roi, mais cela ne me dérangeait même pas. Laissons cela aux adultes. Après une heure ici, j’avais réalisé que vivre dans un monde imaginaire était encore plus dur que je ne le pensais.

Tout d’abord : Les repas étaient vraiment mauvais.

En tout cas, je n’appréciais pas un repas sans riz avec beaucoup de pain et de viande grasse. L’eau était de moins bonne qualité que l’eau du robinet et même s’ils l’appelaient un festin, les assaisonnements étaient si présents que l’on ne pouvait pas goûter du tout le repas.

Deuxièmement : pas de toilettes ! Un simple pot de chambre.

C’était humiliant.

Après la « fête » pour célébrer l’arrivée des héros, nous avions eu des chambres assignées et bien sûr personne ne voulait si possible être avec moi dans une chambre.

Mais à la fin, j’avais eu deux colocataires. Le premier était un peu ringard, l’autre un peu délinquant. Deux autres personnes venant de mon monde. Sur des lits avec des matelas durs, nous devions attendre que nos professeurs aient fini de parler au roi.

Ce n’était pas vraiment un problème, puisque j’avais pris ce temps pour vérifier le manuel dont la voix mystérieuse avait parlé. Même si nous n’avions rien d’autre avec nous, sauf des vêtements, chacun d’entre nous avait un sac à dos et un manuel à l’intérieur. Même les téléphones portables avaient disparu !

Le manuel comptait 36 pages et décrivait comment les pouvoirs des héros fonctionnaient.

Fondamentalement, tous les pouvoirs peuvent être classés en deux catégories : Renforcement et Gestion.

Renforcer la puissance, c’est comme le système de classes, ce qui améliorait nos Attributs.

Les attributs étaient les suivants : Force, Vitalité, Dextérité, Agilité, Intelligence, Persuasion et pour finir, la Chance.

La plupart d’entre eux étaient assez simples à comprendre, même si je n’étais pas trop sûr de la façon dont ils allaient fonctionner sur le long terme.

En tant qu’étudiant, mes attributs en dehors de l’Intelligence étaient plutôt bas. Mais après avoir appris une nouvelle classe, je pouvais obtenir un énorme coup de pouce pour certains de ces attributs. Ainsi, un guerrier obtiendrait un grand bonus en Force et en Vitalité.

Une capacité de Changement de Classe devrait même modifier les corps pour qu’ils correspondent à ces bonus. Donc, si je prenais la classe de Guerrier, je pourrais avoir de vrais muscles. Mais ce changement de corps ne se produisait qu’avec ces bonus de classe, et non avec la valeur réelle de l’attribut.

Pourquoi ? Aucune idée.

Chaque classe avait des Capacités. Ces Capacités sont comme le maniement de l’Épée, la Magie élémentaire ou le Vol. Chacune d’entre elles avait plusieurs Compétences qui lui étaient liées. C’était comme des techniques de combat ou des sorts. Au moins, elles étaient toutes un peu spéciales.

Et alors que vous ne pouviez avoir qu’une seule classe active, vous pouviez choisir jusqu’à quatre classes et passer d’une classe à l’autre assez facilement. Vous pouviez donc être un Sorcier en temps normal et vous transformer en Guerrier lorsque vous participez à un combat en mêlée.

Le manuel mentionnait plusieurs secrets dans le système de classes, qui devaient être découverts par vous-même. Et je n’aimais pas ça, parce qu’il n’y avait aucune raison de garder ces secrets. Si nous réussissons à tuer des démons, pourquoi les dieux étaient-ils si secrets ?

Donnez-moi un wiki de stratégie !

Comme pour les jeux, il y avait aussi d’autres statistiques. Comme les Points de Vie (PV), qui indiquait notre bien-être physique, les Points d’Endurance (PE) qui s’épuisaient avec toute activité épuisante et toutes les compétences non magiques et les Points de Magie (PM), qui servaient uniquement pour les sorts.

En fin de compte, il me semblait que je pouvais apprendre n’importe quelle classe assez facilement et acquérir les mêmes compétences que quelqu’un qui s’était entraîné pendant des années. C’était clairement de la triche.

Ceci concluait les pouvoirs de Renforcement.

La deuxième série de pouvoirs concerne la Gestion. Comme un écran d’état qui était affiché et utilisé par la pensée et les mouvements oculaires. Ou un écran d’inventaire, qui vous permet de prendre des articles dans le sac à dos sans même les chercher à l’intérieur. De plus, ces sacs à dos avaient beaucoup plus d’espace de rangement dans cet inventaire que leur taille ne le suggérait.

Ceux-ci n’étaient pas aussi intéressants, mais beaucoup plus importants et utiles à mon avis. Puisque vous pouviez voir à quel point vous étiez fort en chiffre, vous pouviez juger de ce que vous pouvez faire.

Je suppose que la capacité de changer de classe serait aussi un pouvoir de Gestion.

Il y avait même des mécanismes de niveau supérieur, des PX (points d’expérience) pour augmenter votre force en général et PC (Points de Capacité) pour augmenter vos capacités et compétences que vous obteniez en raison de vos classes.

Dans un certain sens, c’est vraiment comme un jeu.

Mais en tant que joueur, je savais que ce n’était pas un jeu. Pas d’ordinateur, pas de tablette de jeu, rien !

Alors que mes deux colocataires ne voulaient pas entamer une conversation, j’avais pris la liberté de quitter la pièce.

D’une certaine façon, j’avais eu le sentiment que je n’avais aucun contrôle sur cette situation.

Il serait facile de dire que je devrais faire tout ce qui devait être fait, mais je ne pouvais pas l’accepter.

Ce n’était pas un jeu.

Dois-je donc suivre aveuglément un chemin tout tracé ?

Normalement, les enseignants ne voudraient pas que nous nous impliquions, si c’était un roman ou autre.

Normalement, les élèves commenceraient à former des groupes de niveau supérieur et à se préparer pour la vraie question.

Ce serait bien ainsi. Cependant, quelque chose était étrange. Même si c’était mon imagination, quelque chose en moi avait résisté à tout cela. Je n’avais pas pu mettre le doigt dessus, mais quelque part, il semble y avoir un défaut.

En y réfléchissant, j’avais commencé mes préparatifs.

 

☆☆☆

 

Le lendemain matin, les enseignants nous avaient appelés. La pièce où nous nous trouvions était une petite salle à manger.

Saegusa Mamiko, enseignante de classe, avait commencé à nous parler. C’était une grande jeune femme avec des lunettes, ce qui donnait un peu l’impression d’être une secrétaire sexy.

« Nous avons parlé au roi de Feuerberg et il semble que nous sommes coincés ici. Nous avons été accueillis pour rester longtemps, mais tous ceux qui n’aident pas le royaume doivent payer pour leur hospitalité. Après en avoir discuté avec Taniguchi-sensei, nous sommes arrivés à la conclusion suivante, nous ne pouvons pas vous dire quoi faire. »

Je vois, donc ils ne pouvaient pas gérer la situation. Eh bien, prendre la responsabilité de 28 élèves dans ce pétrin, c’était trop demander.

Merci de nous avoir abandonnés, bâtards.

« Taniguchi-sensei et moi soutiendrons le royaume avec notre connaissance de notre propre monde. Tous ceux qui veulent aider sont les bienvenus, » déclara-t-elle.

Eh bien, Saegusa-sensei était professeur de sciences et Taniguchi-sensei enseignait les mathématiques. Ces derniers seront très probablement utiles.

Un vrai salut pour vous deux, hein ?

« Le roi a fait venir un instructeur pour ceux qui veulent se battre pour le royaume. Je préférerais vous demander de ne pas le faire, mais c’est le seul moyen de rentrer chez vous, » continua-t-elle.

Comme les enseignants voulaient aussi rentrer chez eux, mais qu’ils ne voulaient pas se battre, ils avaient essayé de nous attirer pour le faire à leur place. Du moins, c’était mon impression, mais j’étais généralement négatif.

En fin de compte, 20 des 28 étudiants avaient formé le groupe de combat. C’était tous ceux qui pouvaient réellement aider et qui avaient un talent qui était utile dans ce contexte.

Être bon en sport ? Groupe de combat.

Être populaire ? Groupe de combat.

Être bon en informatique ? Dans tous les cas, dans le groupe de combat.

Capable de cuisiner à un niveau professionnel ? Groupe non combattant.

Comme la plupart d’entre nous n’avaient pas de talents qui fonctionnaient en dehors de la culture japonaise, nous n’avions pas vraiment le choix. Sinon, nous devions payer pour nos dépenses de vie sans aucune compétence utile pour le faire.

Bien sûr, je faisais également partie du groupe de combat.

Et ça craignait.

Le garçon le plus populaire de la classe avait pris la tête. Son nom était Inoue Masahiko. C’était un joli garçon qui était bon dans le sport et au moins au-dessus de la moyenne dans les études.

Je ne l’aimais pas. Je suis sûr qu’il fait semblant d’avoir un sourire délicieux et une personnalité honnête.

Comme je l’avais déjà dit, j’étais généralement négatif.

Lui et ses amis avaient pris en charge ce groupe.

La présidente de classe, Momokawa Kyou, était l’un d’entre eux. Elle avait été votée pour la popularité et j’étais sûr qu’elle le faisait juste pour son dossier. Inutile de dire qu’elle était très jolie. Cela semble être une condition préalable pour être populaire.

Inoue, Momokawa et leur troupe avaient régné sur la classe avant de venir dans ce monde dans un sens, donc il semblait naturel qu’ils le fassent aussi maintenant.

J’avais mal à la tête.

Je suppose qu’Inoue avait prononcé des paroles encourageantes sur la justice, le fait d’être choisi et ainsi de suite, mais franchement, je ne me souvenais pas d’un seul mot, puisque j’avais essayé de l’ignorer.

Ne me mens pas, tout est faux !

L’instructeur militaire nous avait montré les bases du combat, mais tout le monde était nul. Les pompes et tout ça, c’était une douleur, et les bâtons de bois nous donnaient l’air stupide. Nous n’étions qu’une bande d’adolescents modernes !

Bien sûr, un exercice de dix minutes ferait tomber ceux qui ne font pas partie d’un club sportif. Comme moi.

« Étrange. Les héros ne devraient-ils pas être capables d’en faire plus ? » L’instructeur m’avait dit ça, pendant que je tentais de reprendre mon souffle.

« Bien sûr, *souffle* pas. *souffle* je n’ai pas changé de classe, » j’avais déjà réalisé que tant que j’avais la classe d’Étudiant, ma force physique était à peu près autant que le montant habituel. C’était le cas même si je pouvais rassembler plus d’énergie que d’habitude. Probablement à cause du système de PE.

Mais après cinquante autres minutes d’exercice, j’étais épuisé. J’avais fait de mon mieux, mais il devait y avoir un moyen plus facile.

D’autre part, les autres étudiants se parlaient entre eux comme si c’était une expérience merveilleuse. N’avaient-ils pas réalisé que ce n’était pas un voyage scolaire ?

Et puis ça m’avait frappé : Ils ne l’avaient pas fait.

En y repensant, peut-être que les étudiants n’étaient pas aussi conscients de la situation que moi ? Peut-être parce que c’était si soudain et qu’il y avait ces éléments de jeu ? Choc ? Ignorance ? Stupidité ?

L’instructeur ne connaissait pas les pouvoirs des héros. Leur connaissance des héros était même inférieure à la nôtre.

Cette nuit-là, je n’avais pas dormi. J’avais réfléchi à tout et j’avais lu le manuel plusieurs fois. Ensuite, j’avais décidé quoi faire.

J’avais déjà ramassé des choses hier soir, comme de la nourriture, de l’eau et une couverture. Maintenant, j’avais même pris le matelas et je l’avais mis dans mon sac à dos. Puis j’avais mis les vêtements de paysans que j’avais volés à la blanchisserie des serviteurs et je m’étais faufilé.

J’avais mes connaissances en matière de jeu, ce qui pourrait s’avérer utile au début. Et j’avais réalisé que ce n’était pas un jeu, alors je ne voulais pas perdre mon temps à prétendre que c’était un voyage scolaire. La seule chose que j’avais en tête était de rentrer chez moi.

***

Partie 2

Même si les pouvoirs des héros l’avaient fait passer pour un jeu, ce n’était pas le cas. La plupart des éléments me rappelaient un MMORPG, mais il leur manquait quelques bases cruciales.

Le premier et plus important était un système de groupe. Chaque monstre que je tuais devenait le combustible pour améliorer mes statistiques et cela s’exprimait en points d’expérience (PX). Même si je tuais un monstre et que j’avais des PX, quiconque avec qui j’avais fait équipe pour tuer ce monstre n’en aurait pas. Et il n’y a que quelques façons de les obtenir. Tuer des monstres était la méthode la plus facile, mais apparemment il y avait également des cristaux et d’autres objets qui étaient capables de vous donner des PX et aussi des pouvoirs.

Par conséquent, s’associer avec quelqu’un d’autre ferait diminuer votre propre gain de PX  sur une journée et il n’y avait aucun moyen d’assurer un équilibre sain de groupe sans que cela cause des problèmes puisqu’il fallait tuer pour les gagner.

Il n’était donc pas logique de chasser en groupe, à moins d’avoir besoin de sécurité. La chasse en solitaire serait l’une des choses que je voudrais d’abord essayer.

Du moins, cela serait possible après que j’aie pris une classe autre que celle d’Étudiant. Avec ça, cela allait pouvoir fonctionner selon moi. En tant qu’Étudiant, mes capacités étaient Académique et Loisir. J’avais déjà des rangs dans les deux, mais il n’y avait pas vraiment de compétences liées à ces capacités.

Peut-être était-ce ainsi que ce n’était pas quelque chose gagné par le pouvoir des héros ?

En fin de compte, j’avais besoin soit d’une capacité utile pour le combat, soit un moyen de gagner de l’argent.

Après avoir quitté le château la nuit, je m’étais promené dans Esse, la capitale du royaume de Feuerberg. Comme nous nous trouvions la nuit, la ville n’était éclairée que par des lanternes et des torches, ce qui ne faisait que tamiser la lumière sans vraiment illuminer la zone. Je ne voyais pas bien et il n’y avait que quelques personnes dans les rues.

J’avais réfléchi à la façon de commencer ma carrière. En fin de compte, la survie était au-dessus de tout, puisqu’aucun mécanisme de renaissance n’avait été mentionné dans le manuel. Ce qui voulait dire que je n’avais probablement qu’une seule vie. Mais parvenir à survivre, je devais être capable d’assurer moi-même la nourriture, l’eau et la défense.

J’aimerais choisir quelque chose comme une classe de forestier, ce qui me permettrait de survivre par moi-même dans la nature sauvage.

Ou du moins, être capable d’agir de manière indépendante.

Je ne faisais pas confiance au roi que je n’avais jamais rencontré ni à mes camarades de classe. Je ne les suivrais jamais aveuglément. Je n’avais pas besoin d’apprendre à me battre comme quelqu’un de l’armée, alors j’avais besoin de la ruse et la capacité à affronter seul les ennemis en toutes circonstances.

Peut-être que cela n’avait été qu’un coup de chance, mais j’avais trouvé des chasseurs dans une taverne, qui venaient de finir leur journée et qui était venu célébrer leur chasse. Je leur avais donc demandé si je pouvais être leur apprenti.

D’abord, on s’était moqué de moi, car j’étais trop vieux.

Normalement, vous pouviez accéder à un apprentissage à l’âge de dix ans, alors que quelqu’un de mon âge serait déjà dans le métier à part entière. Mais comme la chasse n’était pas exactement un métier, quelques personnes envisageaient de prendre le travail après en avoir appris un autre avant.

Pour montrer ma détermination, j’avais été chargé de toutes les petites choses dans leur groupe. Cela allait du transport d’équipement à la fabrication de feux de camp et autres tâches du genre.

Bien sûr, j’avais échoué à tout, mais l’un des chasseurs, Meldorn, s’était occupé de moi et m’avait enseigné ce qu’il fallait faire. Cela comprenait comment organiser l’équipement, comment faire un feu, ce dont il faut tenir compte si vous construisez un camp.

Meldorn était un homme simple qui avait vécu dans les bois depuis toujours et ne pouvait tout simplement pas s’adapter à la ville. Mais au moins, il était bon dans tout ce qui avait trait à la chasse.

C’est lui qui avait décidé de m’accueillir. Cependant, c’était parti du principe qu’il m’abandonnerait si jamais je me plaignais. Alors j’avais gardé toutes les plaintes à l’intérieur de moi et j’avais fait le travail. C’était dur !

Nous avions quitté la capitale le lendemain et avions fait une tournée de chasse. Après deux semaines de tâches mineures et d’apprentissage des bases de la survie, j’avais commencé à apprendre les choses de ce monde de première main.

Tout d’abord, il y avait des ours, des cerfs et d’autres animaux que je connaissais de mon monde. Même si chacun d’entre eux était un peu différent ici. Par exemple, sur les bois d’un cerf, il y avait comme comme ce qui me faisait pensé à une barbe, ou l’ours, qui avait des poils vraiment très longs. Des changements mineurs, mais d’une manière ou d’une autre, c’était toujours les mêmes.

Et il y avait des monstres qui semblaient être des chimères, des combinaisons de plusieurs animaux.

J’avais beaucoup à apprendre.

Mais cela m’avait permis d’améliorer mes aptitudes [Académiques] et j’avais acquis la compétence d’Apprentissage Rapide. Après tout, c’était normal que je puisse acquérir des compétences avec ma classe Étudiant. Après ça, avec Apprentissage Rapide, il était beaucoup plus facile d’apprendre toutes ces choses.

Après un mois d’apprentissage, j’avais eu la chance de choisir ma deuxième classe : Éclaireur. Je pensais que j’allais apprendre à devenir Chasseur, mais c’était ce qui s’était passé. C’était peut-être ainsi parce que je n’avais pas encore les compétences nécessaires pour chasser ?

Mais l’important, c’était que j’avais eu une autre Classe et que j’avais essayé de changer celle actuellement utilisée. Une fenêtre contenant un message s’était ouverte, indiquant que le choix de cette classe occuperait l’un de mes trois emplacements de classe restants.

J’avais dit que ce serait correct après avoir quitté le camp, car ainsi, mes amis chasseurs ne me verraient pas lorsque je le ferais.

Et soudain, j’étais devenu plus maigre et j’avais des muscles, alors que ma vision devenait beaucoup plus aiguisée. En fait, mes lunettes m’avaient empêché de voir clairement ! Ce Changement de Classe avait fait de mon corps l’un de ceux qu’aurait un survivant bien entraîné, mais cela avait été fait en seulement un mois !

Ce que j’avais fait ensuite, c’était de me changer de nouveau en Étudiant et de retourner au camp. Je n’avais aucune raison de terminer la tournée de chasse, si ce n’est le sens du devoir. Mais dire au revoir serait quand même mieux, d’autant plus que je n’avais pas besoin de retourner à Esse.

Même si nous étions revenus plusieurs fois, je n’étais jamais retourné dans la ville elle-même. Meldorn et les autres chasseurs pensaient que quelque chose de mon passé y était lié. C’était logique de leur part, surtout si l’on considérait que j’étais clairement un étranger, que j’étais asiatique et tout le reste.

« Je dois faire quelque chose ailleurs. Vous m’avez vraiment aidé. Merci ! » avais-je déclaré.

J’avais quitté les chasseurs et j’étais allé vers le sud. Après ces préparatifs, j’avais enfin pu commencer le « jeu ». Je ne savais rien des démons et de la guerre, je m’en fiche. C’était peut-être le mal à l’état pur, mais à la fin, tout ce que j’avais voulu, c’était de rentrer chez moi.

J’en avais besoin.

Et finalement, j’avais les moyens de commencer le voyage.

 

☆☆☆

 

Un autre mois s’était écoulé et j’étais maintenant dans la situation où je portais une bague maudite.

Les moments que j’avais eus avec les chasseurs avaient été précieux pour apprendre comment le monde fonctionnait.

Et les pouvoirs des héros.

J’avais appris qu’il y avait en vérité deux sortes de points pour devenir plus fort : les PX acquis en tuant des monstres, ce qui améliorerait vos statistiques d’une manière générale lorsque vous montiez de niveaux en vous donnant des bonus mineurs à vos attributs. Et des points de capacité (PC) pour améliorer vos capacités et apprendre plus de compétences, qui étaient acquises par l’entraînement dans ce domaine spécifique.

Mes compétences et mes Classes étaient actuellement :

 

Classe : Étudiant

Compétences académiques : Apprentissage Rapide

Compétence de récréation : Relaxation

Classe : Éclaireur

Compétence d’Armure : Mailles, Cuirasse, Cuir, Peau

Compétence de Perception : Vision Nocturne, Dormurnal, Vision Lointaine, Concentration, Lancer

Compétence de Dissimulation : Camouflage, Distraction, Neutralisation des Odeurs, Furtivité

Compétence de Survie : Campement, Recherche, Pose de Pièges, Pistage

Classe : Lancier

Compétence d’Armure : Maille, Cuirasse, Cuir, Peau

Compétence de Lance : Poussée Rapide, Lancer, Tourbillon de vent

 

Il y avait d’autres capacités que je pouvais apprendre, mais je n’avais pas assez de PC là-dedans. Comme Arc ou Phalange, puisque je n’avais pas eu l’occasion de l’entraîner, jusqu’à présent.

Vous pouvez diviser les compétences en compétences actives et passives.

En passif, il y avait par exemple « l’Armure ». Elle vous permettait de vous déplacer plus facilement tout en portant une armure en peau, comme je le faisais maintenant. Tant que je le portais et l’utilisais, je gagne en PC dans la Capacité d’Armure, même si c’était lent.

Et les deux classes, Éclaireur et Lancier utilisaient la même Capacité d’Armure. Donc, ce que je gagnais dans l’une, je gagnais dans les deux classes, tant que j’avais l’une ou l’autre classe équipée.

Les compétences actives étaient comme Poussée Rapide qui déclenchait une puissante attaque à la lance.

Chaque capacité consommerait de l’endurance ou des PE plus spécifiquement, les passifs moins que les actifs. Je devais donc garder un œil sur mon statut, car je risquais de mourir s’il n’y en avait plus. Qui sait ce qui se passe quand on manque d’endurance ?

Normalement, je faisais une pause chaque fois qu’il n’en restait plus que la moitié, puisque je me sentais aussi épuisé à ce moment-là. Je pourrais me pousser plus loin, mais il n’y avait aucune raison de le faire.

En voyageant avec les chasseurs, j’avais eu une lance et après l’avoir utilisée pendant un certain temps comme éclaireur, j’avais pu choisir la classe de Lancier.

Si j’étais resté à Esse, j’aurais peut-être pu apprendre plus de classes comme celle-ci, mais en fait, je préférais la classe d’Éclaireur, car elle me rendait plus conscient de mon environnement et m’aidait à être rusé.

Le problème, c’était que j’étais coincé dans la classe d’Étudiant.

Je me sentais faible, puisque toutes mes capacités avaient disparu. Et mon ventre était revenu. J’avais réalisé que je n’aurais pas de PX ou de PC, peu importe ce que je faisais. Je ne pouvais utiliser aucune compétence et même si je m’étais reposé, je n’allais pas récupérer de PE à ce moment-là. Je devais donc utiliser des objets pour cela.

Et il semble que chaque jour, mes PE allaient diminuer, donc j’allais m’épuiser plus vite et à la fin, je pourrais finir par mourir.

J’avais d’abord paniqué, mais je devais faire quelque chose.

Peut-être que couper le doigt pourrait résoudre le problème, mais je ne pourrais pas me faire ça à moi-même. Désolé, mais je n’avais pas les tripes.

Finalement, j’en étais arrivé à une conclusion : Je devais retourner à Esse.

J’avais les meilleures chances de lever ma malédiction ou au moins d’avoir une idée de ce qu’il faudrait faire. Si le pire arrivait, je pouvais engager un médecin pour me couper le doigt proprement et un utilisateur de magie pour le rattacher ensuite. Peut-être. Les prêtres semblaient être capables de canaliser le pouvoir divin pour les sorts de guérison, même s’ils étaient chers alors pourquoi ne pas tenter ça.

Eh bien, j’avais trouvé des objets de valeur dans la grotte des singes-araignées, alors il me semblait possible d’obtenir une charrette pour retourner à Esse et un moyen d’enlever la malédiction.

***

Partie 3

« Pfiou! »

Rentrer en calèche à Esse coûtait cher, mais en tant qu’Étudiant, je n’avais pas vraiment le choix. J’étais actuellement incapable de me protéger correctement.

Mais maintenant, j’étais là.

Esse était une ville construite sur une montagne. Il avait plusieurs niveaux et au sommet se trouvait le château. C’était un spectacle à couper le souffle, mais cela semblait peu pratique.

C’était la première fois en deux mois que je me trouvais dans la cité. Peut-être que mes camarades de classe étaient toujours là, en train de s’entraîner. Peut-être qu’ils étaient déjà loin d’ici, en train de se battre. Ou peut-être qu’ils étaient morts.

Aucune idée, je m’en fichais royalement.

Mais je devais aller au château, puisque la plus grande église du royaume en faisait partie. Là-bas, ils sauraient peut-être quelque chose sur les objets maudits.

Je détestais ça. Mais c’était la chose la plus logique à faire.

J’étais arrivé au château et les gardes m’avaient regardé avec suspicion. Bien sûr qu’ils ne se souvenaient pas de moi. « Je suis un pèlerin qui veut visiter l’église. » L’église était une annexe à l’intérieur des murs du château, donc tant que je n’entrai pas dans le bâtiment principal, il n’y aurait pas de problèmes.

À l’église, j’avais demandé à la première personne que je voyais qui portait une tenue de prêtre. « Excusez-moi, s’il vous plaît, mais j’ai une requête. Je suis un explorateur et j’ai trouvé une bague. Après l’avoir mise sur mon doigt, je ne peux plus l’enlever et je me sens faible. C’est peut-être quelque chose de maudit. »

Et c’était ainsi que les ennuis commencèrent.

Le prêtre avec qui j’avais parlé avait d’abord essayé d’analyser la malédiction, mais elle était trop puissante. Puis j’avais été transféré à un autre prêtre, qui s’était spécialisé dans la dissipation des malédictions, mais il lui avait fallu deux heures pour analyser celle-ci.

« Plutôt unique. Normalement, une telle malédiction ne serait pas un problème, mais elle semble s’entremêler avec votre âme. Pour dissiper une malédiction ayant un tel effet, vous devez m’apporter de l’eau bénite des Heissquellen. »

« Si cette eau est si puissante, pourquoi n’en avez-vous pas en réserve ? » demandai-je.

« Ce n’est pas l’eau elle-même qui vous aidera. Il s’agit du rituel divin. Après vos préparatifs, je vous jetterai un sort, qui commencera à se renforcer au cours du pèlerinage. Chaque pas fait partie de ce rituel et constituera une réserve de pouvoir magique que j’exploiterai plus tard pour dissiper la malédiction ».

Fondamentalement, il ne s’agissait pas de l’eau, mais de la quête elle-même.

« Je comprends. Et les détails ? » demandai-je.

Le pèlerinage pour neutraliser la malédiction était en lui-même simple.

D’abord, je pouvais embaucher des individus pour me protéger, je n’avais pas à le faire seul.

Deuxièmement, je devais commencer le voyage à l’église. Là, on me lancera un sort bien spécifique, qui deviendrait de plus en plus fort à chaque pas effectué.

Troisièmement, je devais m’arrêter à chaque sanctuaire sur le chemin et prier les Dieux qui s’y trouvaient.

Quatrièmement, je devais escalader les montagnes Vulkan pour atteindre Heissquellen, qui sont des sources d’eau chaude. Là, je devais chercher de l’eau et la ramener au temple d’Esse.

Finalement, le prêtre mettra fin au sort et lèverait la malédiction.

Une affaire très simple. C’était quelque chose qui devait être fait dans un délai de deux semaines. Je préférerais commencer aujourd’hui, car mon PE Max était actuellement exactement à 350 et je perdais dix points chaque jour.

J’espérais que le fait de lever la malédiction me les ramènerait à la normale. Ce serait gênant d’avoir mon PE Max abaissé en permanence.

Mais l’un des problèmes était l’une des choses liées à ce pèlerinage : Le prix.

« 300 000 Pièces d’Or !? Vos prix sont insensés, je pourrais acheter une maison avec cette somme ! » m’exclamais-je.

« Ce n’est pas le prix. Il s’agit d’un don qui satisfera les dieux et augmentera les chances de succès, » répondit le prêtre.

Je te déteste !

« Que diriez-vous de couper le doigt, d’enlever l’anneau et de remettre le doigt avec de la magie ? » demandai-je.

« ... Quelle mauvaise idée ! Comment avez-vous pu trouver ça ? » demanda le prêtre.

« Mais est-ce que ça marcherait ? » demandai-je.

« Non. Cette malédiction est trop forte et elle va vraiment devenir hors de contrôle, si vous essayez d’enlever l’anneau en utilisant la force. Comme je l’ai dit, elle s’est entrelacée avec votre âme, » déclara le prêtre.

Putain de merde !

Peut-être que le prêtre me disait juste ça pour que je donne ces 300 000 pièces d’or. Ou peut-être qu’il avait raison. Je ne pouvais pas prendre ce risque et il le savait !

« Je reviendrai plus tard, » déclarai-je.

« Attention, votre malédiction est mortelle. Vous n’avez pas beaucoup de temps. » Et maintenant, il utilisait ma peur de la mort. Cette église craint vraiment !

Je l’avais laissé et je m’étais assis dans la cour de l’église.

Le problème, c’était que je n’avais pas assez d’argent. J’en avais beaucoup, car j’avais économisé pour du bon matériel, mais il me manquait encore environ 20 000 pièces d’or pour la tentative de dissipation de la malédiction.

Après avoir vendu les trésors, j’avais eu beaucoup de pièces et grâce à mon « gameplay », j’avais pu en amasser autant en seulement deux mois. Tout ce que j’avais dépensé était pour de l’équipement bon marché et des objets pour augmenter mon temps de récolte de ressources.

Néanmoins, 20 000 pièces d’or, c’était beaucoup d’argent. Même si je vendais mon « équipement de démarrage », je ne pourrai pas avoir autant d’argent.

Et sans mon équipement, je n’aurai aucune protection. Eh bien ! Même avec ça, je ne pourrais pas me protéger correctement en ce moment. Après tout, j’étais tout simplement un Étudiant sans aucun pouvoir régénérateur.

Que dois-je faire ?

« Katsuragi ? »

Quelqu’un m’appelait par mon prénom. Je m’étais donc retourné.

« Momokawa !? » C’était la jolie présidente de classe.

La fausse (très probablement).

Elle portait une sorte d’armure en tissu et avait une longue écharpe autour du cou. Elle ressemblait un peu aux personnes de l’église, même si ses cheveux et ses yeux noirs se distinguaient parmi tous ces individus aux cheveux clairs et aux yeux clairs.

« C’est vraiment Katsuragi ! Où étais-tu passé ? » demanda-t-elle.

Je ne voulais pas rencontrer mes camarades de classe, parce que je pensais que cela serait gênant.

Et ça l’est vraiment.

« Loin d’ici, » avais-je répondu.

Silence. Je ne peux pas le supporter.

« Euh..., comment vas-tu ? » avait-elle demandé.

« ..., » elle avait évité tout contact visuel.

Attends un peu, n’avait-elle pas déjà fait des contacts visuels avec moi dans le passé ? Il y a quelque chose d’étrange.

« Où sont les autres ? Pourquoi es-tu seule ? » demandais-je.

Elle n’était jamais seule avant. Bien sûr, je ne l’avais rencontrée qu’à l’école, mais quelque chose n’allait pas.

« Loin d’ici, » avait-elle répondu.

Je n’étais pas quelqu’un de bien. Je calculais et je faisais des choses pour obtenir des avantages. J’avais étudié à la maison puisque je voulais obtenir des résultats aux tests, alors mes parents ne me dérangeraient pas si je jouais à des jeux toutes les deux minutes. Je n’étais pas social en classe, car je ne me souciais pas beaucoup des autres et la plupart de mes camarades de classe étaient ennuyeux.

Certains pourraient me traiter de trou du cul et ils ne se tromperaient pas. Et comme j’étais une mauvaise personne, j’avais déjà échafaudé un plan.

Comme Momokawa semblait être troublée, j’allais l’utiliser.

Au lieu de parler dans la cour, nous avions été dans une taverne au centre-ville. Après quelques questions, Momokawa avait avoué sa version de l’histoire.

À part Momokawa, mes camarades de classe n’étaient plus là. Au fur et à mesure que le groupe de combat avait augmenté son niveau avec les monstres faibles ici, ils avaient voyagé en petits groupes vers d’autres régions pour s’entraîner. Les non-combattants avaient été envoyés dans une autre ville, où une installation de recherche avait été construite pour qu’ils puissent mener des expériences et ainsi de suite.

Seule Momokawa était restée ici.

Parce qu’elle était faible.

Elle avait déjà sélectionné toutes ses Classes : Élève, Cuisinier, Guérisseur, Prêtre.

Elle avait mal compris la Classe de Guérisseur, qui lui était apparue pour la première fois. Elle pensait que cela apporterait une magie de guérison, mais non : le Guérisseur comptait sur les herbes et le traitement physique. Un médecin normal ou un herboriste en gros.

Elle avait appris le Prêtre par la suite et s’était habituée à la magie de guérison, elle voulait enfin pouvoir fournir à son groupe quelque chose d’utile et avait appris la Classe de Cuisinier.

L’idée était qu’elle serait la personne de soutien du groupe d’Inoue et de ses amis.

Mais il y avait un problème.

Comme je l’avais déjà mentionné, il n’y avait pas de système de groupe.

Une personne de soutien pur ne serait pas capable de tuer des monstres et d’obtenir aussi facilement des PX. Elle avait gaspillé tous ses emplacements de classes et était tombée derrière les autres en matière de niveaux.

Puisqu’elle ne serait pas capable d’encaisser un seul coup d’un monstre plus fort de cette manière, elle avait été abandonnée à Esse, afin qu’elle puisse augmenter son niveau toute seule.

Mais elle était seule, donc elle ne pouvait pas affronter beaucoup de monstres par jour et elle semblait détester se battre d’une manière générale. C’était la raison pour laquelle elle voulait en premier lieu être la personne de soutien.

Si vous détestez vous battre, pourquoi avez-vous rejoint le groupe de combat ? Je suppose qu’elle ne peut rien faire d’autre pour le royaume.

Mais Momokawa était très irritée par toute cette histoire. « Comment osent-ils ! Juste parce que Masahiko-kun pense que c’est trop dangereux, ils me larguent et maintenant le roi merdique m’emmerde sur ce qu’il doit faire de moi ! »

« Je vois, » avais-je dit.

Elle était nerveuse et ne montrait même pas le moindre intérêt à mon égard.

Mais je voulais l’utiliser.

« Tu dois donc monter en niveau, pour leur montrer à quel point ils ont tort. Veux-tu faire équipe ? » avais-je demandé.

Elle m’avait regardé, comme si j’avais tué son animal de compagnie.

À quel point penses-tu que je suis un voyou ? J’avais néanmoins continué. « Moi aussi, j’ai un problème. Je suis maudit et je ne peux pas avoir de PX et je n’ai pas assez d’argent pour l’enlever. Je manque de plusieurs choses. Si tu m’aides, je t’apprendrai à monter en niveaux plus vite. »

« Tu n’es pas que Katsuragi. Comment pourrais-tu m’aider ? » demanda-t-elle.

« Je suis un joueur, tu t’en souviens ? » demandai-je.

J’avais ouvert mon écran de statut et j’avais utilisé une option pour le rendre visible pour les autres. Puis, je lui montrais ma feuille de personnage.

« Niveau 37 ? En deux mois !? Même Masahiko-kun n’était que de niveau 18 il y a une semaine, » s’exclama-t-elle.

« Tu es juste mauvaise avec ça. Je vais t’enseigner, t’aider et te guider dans ça. On fera tout cela tout en supprimant cette malédiction et même après, on pourra continuer. Je te monterais les méthodes que les joueurs occasionnels n’essaieront même pas. Ce n’est peut-être pas un jeu, mais au moins les stratégies fonctionnent, j’ai pu le démontrer au cours de ses deux mois. »

Mais son niveau était de 5. Elle était faible. J’étais encore plus fort qu’elle, même avec la réduction de mes attributs due à la malédiction.

J’avais un problème dont elle pourrait profiter. Et la gentillesse de la présidente de classe n’était qu’une façade, j’en suis sûr.

Eh oui, un sourire maléfique avait commencé à se répandre sur son visage. Mais c’était également le cas sur le mien.

C’était donc ainsi que commença ce partenariat d’exploitation de l’autre.

 

***

Partie 4

En tant qu’héroïne, Momokawa avait une allocation, et elle travaillait aussi à temps partiel à l’église. Elle avait économisé environ 23 000 pièces d’or de cette façon.

Avec une somme un peu supérieure à 280 000 pièces d’or, nous avions assez pour ce que l’on appelle le « don ».

Comme Momokawa utilisait ses économies de subsistance dans notre projet commun, elle était catégorique quant au fait d’être responsable. Je m’y étais soumis. Tant qu’elle pensait qu’elle était responsable, je pouvais faire le vrai travail.

Momokawa avait trois choses dont j’avais besoin pour le pèlerinage : L’argent, la magie curative et, après un entraînement, les moyens de me protéger.

Je ne pouvais plus récupérer PC, PE ou PM, mais je pouvais encore être guéri.

Les objets consommables comme les potions fonctionnaient aussi, mais je n’en avais pas assez pour mes tactiques habituelles et sans aucune compétence, toute action en solitaire était hors de portée.

Après avoir visité l’église et avoir « donné » l’argent, nous avions tous les deux été imprégnés du pouvoir divin.

Les prêtres connaissaient Momokawa en raison de son travail à temps partiel. En fait, ses Capacités étaient relativement bien cotées, mais malheureusement le niveau déterminait la force de base. Elle avait donc des choses pratiques, mais sans beaucoup de puissance derrière elle.

Le rituel avait été lancé et le voyage avait commencé.

Nous voyageons sur la route de l’ouest. J’avais décidé de lui parler de tactique.

« Les bases sont faciles. Je vais attirer les ennemis et les affaiblir et après tu les tueras, » déclarai-je. « Comme les PX vont à celui qui a tué l’ennemi, tu gagnes tout sans trop de soucis. Après tu me guéris et on recommence. »

« C’est... décevant, » déclara-t-elle.

« D’abord, tu as besoin de niveaux, » continuai-je. « Toutes tes classes sont faibles au combat. Même si tu as gagné beaucoup de PC, ton niveau n’est pas assez élevé pour que tu puisses agir seule. »

En fait, Momokawa avait quelques capacités et compétences, mais seulement des notions de base. On dirait que le nombre de compétences dépendait également du niveau, donc même si sa Magie Divine avait quelques rangs, elle n’avait toujours pas de sorts offensifs.

En premier lieu, les Prêtres ont-ils des sorts offensifs  ? Je ne sais pas, je m’en fiche.

Elle n’avait pas débloqué toutes les possibilités dans sa classe, mais il s’agissait dans tous les cas d’une classe faible. Bien sûr, elle ne l’utilisait pas pour la chasse, aussi douce qu’elle fût. Alors elle avait dû prendre la classe de Prêtre, car c’était pour pouvoir au moins se guérir elle-même.

En général, elle était plutôt intelligente, mais elle était négligente quand il s’agissait de construire les bases.

Bien sûr, Momokawa n’était pas satisfaite de ma proposition stratégique. Probablement parce que c’était tellement simple. « On aurait pu faire ça tout seul. »

« Mais tu ne l’as pas fait, n’est-ce pas ? » demandai-je.

Inoue et ses amis n’avaient pas réalisé cette astuce si simple. Ou alors, ils ne s’en souciaient pas. Ou encore pires, ils ne voulaient pas l’utiliser, afin de pouvoir garder tous les PX pour eux-mêmes. Comme je ne pouvais pas gagner de PX pour le moment, je ne me souciais pas du tout de la distribution.

Momokawa voulait clairement réfuter ce que je venais de dire, mais à la fin, elle ne fait que regarder le ciel de dépit.

Alors, j’avais continué. « Nous l’essayerons sur le prochain monstre. »

Nous n’avions pas de chevaux ou calèche afin de voyager. Nous avions seulement nos pieds. Tant que nous ne traînions pas, nous n’avions besoin que d’une semaine pour faire tout ce voyage. Et nous affronterons tous les ennemis que nous allions rencontrer.

Les premiers étaient des sauterelles-loups. Des insectes poilus avec la gueule d’un chien, à peu près aussi grand qu’un loup. Il y avait des choses qui ressemblaient à des choses qu’on trouverait dans des jeux dans ce monde. Mais il y avait aussi un nombre écrasant de différences.

Comme, vous ne pouviez pas simplement attirer qu’un seul monstre à la fois. Vous deviez en général vous attaquer à l’ensemble du groupe. Dans le cas présent, c’était deux sauterelles-loups en même temps et je n’étais qu’un Étudiant.

Mais les sauterelles-loup étaient faibles et stupides. Je les avais chassés pour leur peau il y a deux mois avec Meldorn et les chasseurs. Elles attaqueraient simplement celui qui faisait le plus de bruit et ignoreraient les autres. Alors je criais et je me préparais à recevoir leurs attaques.

Les sauterelles-loup ne sautaient que directement sur leur cible. Je devais donc avoir une lance prête et cela me permettait de les blesser beaucoup plus facilement. Mais je ne les tuerai pas, cela, c’était Momokawa.

Je tenais ma lance devant moi et je laissais les premières sauterelles-loup sauter vers moi. Et avait été repoussé dans le processus. La sauterelle-loup avait une grosse coupure sur la face, mais j’avais oublié quelque chose... J’étais toujours un Étudiant avec une Force dérisoire.

Donc, même si j’essayais, je ne pouvais pas les tuer.

J’avais perdu des PV, des égratignures ainsi qu’un certain nombre de PE, car le fait d’encaisser un coup était épuisant. Il fallait donc faire vite.

L’autre sauterelle-loup me sauta dessus et cette fois-ci, j’avais utilisé tout mon poids pour effectuer une charge. Oui, la pleine force était la voie à suivre !

Je visais juste sous les mâchoires et le fer de lance lui transperça la gorge.

« Momokawa, celle-ci est sur le point de mourir, » déclarai-je.

Pendant qu’elle tuerait le premier, je m’occupais de l’autre. En fin de compte, la tâche était facile, mais ne pas récupérer de PE était effrayant. Même si j’attendais un peu plus longtemps, je ne retrouverai pas mes forces.

Le combat était terminé et Momokawa s’essuyait le front avec sa manche. « C’était facile. »

Facile à dire, si vous ne donnez que le coup de grâce !

Momokawa avait jeté un sort pour réapprovisionner ma fatigue. En considérant le fait que je n’avais que des égratignures, elle s’était abstenue de guérir mes PV avant de se reposer.

Nous étions repassés à l’enseignement. « C’était facile, parce que je connais les sauterelles. Lorsque tu chasses des monstres, tu devrais d’abord apprendre leurs mouvements. Si tu as le modèle de leurs actions en tête, tu peux traiter plus facilement avec eux. Je suppose que jusqu’à quatre sauterelles-loups ne poseront pas de problème pour l’instant. Au moins, j’ai un tas de PV. Quels monstres connais-tu, Momokawa ? »

« Eh bien... des sauterelles-loups, des stirges et des serpents violets, » répondit-elle.

« Ce ne sont que quelques-unes des quelques espèces qui existent ici... Tu devras aussi connaître les rockeurs, les araignées de verre et les limaces chargeantes, » déclarai-je.

Les rockeurs étaient des monstres ressemblant à des tortues avec une carapace rocheuse, les araignées de verre étaient difficiles à percevoir, qui chassaient la nuit, et les limaces chargeantes étaient des limaces géantes, qui vivaient dans les régions volcaniques.

Plus vous étiez près d’une ville, moins les monstres devenaient dangereux. À la capitale, il y avait les plus faciles, parce que les soldats se chargeaient des monstres, qui étaient trop dangereux. Ceux qui restaient ressemblent plus à des animaux et n’étaient pas aussi mortels.

Normalement, chaque chariot se dirigeant vers la capitale, chargeant les récoltes aux gens, était assez bien gardé pour faire face aux monstres errants restants.

Les sauterelles-loups étaient les monstres les plus dangereux d’ici et ils ne resteraient pas proches de vous si vous parvenez à rester silencieux pendant un certain temps. Donc ce n’était pas une menace réelle.

Mais il y avait une chose qui était vraiment mauvaise.

Voyager.

Ce n’était pas un jeu. À la maison, je me plaignais des écrans de chargement, mais les déplacements d’un endroit à l’autre prenaient beaucoup plus de temps. Normalement, ce n’était pas si mal, il suffisait d’éteindre son cerveau et de marcher.

Mais c’était plus difficile si vous voyagez avec une autre personne.

Au début, j’avais enseigné à Momokawa les dangers à venir ainsi que les manières d’y faire face. Ensuite, nous avions parlé de nos compétences et de la façon dont elles fonctionnaient, afin d’améliorer le travail d’équipe.

Après ça... rien.

Nous n’avions pas de sujets sur lesquels discuter, pas d’intérêt commun, mais tout ce silence malgré le fait d’être à côté de quelqu’un était irritant. Quand je voyageais avec les chasseurs, nous étions toujours silencieux pendant le voyage, mais c’était professionnel. Maintenant, c’était gênant.

C’était peut-être ainsi, car Momokawa et moi ne ferions jamais quelque chose en équipe, dans des circonstances normales.

Après deux heures de voyage, nous avions fait la première pause et j’étais déjà épuisé mentalement. Nous avions rencontré d’autres sauterelles-loups sur le chemin et j’étais reconnaissant pour chaque rencontre puisque ce silence gênant serait interrompu.

« Pff, comment va ton niveau ? » demandai-je.

« Toujours 5, » répondit-elle.

« Je vois, » dis-je.

Gênant.

« Et le tien ? » demanda-t-elle.

« Toujours 37. Pas de niveau en vue, » répondis-je.

Doublement gênant.

Mettez deux personnes ensemble et si elles n’étaient pas compatibles, cela se produirait. Mais en vérité, il y avait quelque chose que j’aimerais savoir.

« Après mon départ, que s’est-il passé exactement entre toi et nos camarades de classe ? » demandai-je.

« Maintenant, tu manifestes de l’intérêt... Je peux te le dire. » Elle avait soudainement agi comme si elle était importante et qu’elle m’accordait une grande faveur, mais cela m’importait peu. « Les premiers ont eu le mal du pays et ne voulaient rien faire. Mais nous leur avons parlé, nous avons essayé de les motiver, même si j’en avais aussi assez d’être dans ce monde. »

« Le mal du pays... » Je veux rentrer chez moi, mais d’une façon ou d’une autre, le mal du pays ne se manifeste pas d’une façon qui serait grave. C’est plus comme si la maison me manquait, au lieu d’être malade.

« Ensuite, ceux qui n’ont pas rejoint le groupe de combat sont partis pour un centre de recherche, afin qu’ils puissent utiliser leur connaissance du pays pour s’en sortir et gagner la guerre sans que nous ayons besoin de nous battre, » continua-t-elle.

« Oui, cette guerre dont on ne sait rien. » En fait, je n’avais pas rencontré de démon jusqu’à présent et autour de la capitale, on ne ressentait rien qui indiquait qu’il y avait une guerre en cours. Les frontières, par contre, devaient être un enfer.

« Combien de choix avons-nous ? Masahiko-kun a fait de son mieux pour garder tout le monde motivé et il a ensuite mentionné les mots de la voix, qui nous a tous transportés ici, » déclara-t-elle.

Je me souviens de ces paroles. La récompense d’un vœu parfait.

« Et au lieu d’avoir le mal du pays, tout le monde est devenu étrange, » déclarai-je

« Étrange ? Comment ? » demanda-t-elle.

« Je n’en sais rien, » répondis-je.

Réfléchissons-y. Je n’ai pas eu le mal du pays, mais je suppose que je suis brisé d’une certaine façon. L’obsession de « maîtriser » ce qui n’est pas un jeu pourrait être la cause de tout ça. Bizarrement, c’est trop facile, maintenant que j’y pense.

« Peut-être que quelque chose d’autre s’est passé, quand les dieux nous ont accordé le pouvoir ? » demandai-je.

Cette pensée me hantait depuis le premier jour, même si je n’arrivais pas à mettre le doigt dessus à l’époque. S’ils pouvaient nous accorder des pouvoirs, pourquoi ne changeraient-ils pas d’autres choses ? Pourquoi nous adaptions-nous si vite ? Est-ce que les habitants de ce monde parlaient japonais ou est-ce que quelqu’un avait placé quelque chose en nous qui nous avais donné la connaissance de cette langue dans notre tête ?

Pourquoi nous ? S’ils étaient capables de transporter un groupe d’élèves du lycée dans ce monde, ne pourraient-ils pas... ?

Il y avait peut-être une bonne explication. Ou peut-être que tout est une manipulation derrière tout ça.

« Le voilà qui recommence. » Momokawa soupira.

« Qu’est-ce que tu veux dire ? » demandai-je.

« Tu ne sais pas ? » demanda-t-elle.

« Pourquoi me regardes-tu comme si j’étais un déchet ? » demandai-je.

Je déteste ce regard !

« Je ne fais pas ça... Oublie ça, » déclara-t-elle.

« Hé ! » Je sentais une sensation de brûlure d’estomac et la colère qui montait en flèche.

« Nous devons briser cette malédiction, n’est-ce pas ? Tu m’apprendras, je t’accompagnerai dans ce pèlerinage stupide, et après, nous n’aurons plus rien à faire l’un avec l’autre ! Alors, oublie ça, » déclara-t-elle.

Elle sembla regretter de faire équipe avec moi, mais elle avait raison. Nous n’avions pas besoin de nous aimer ou de partager nos pensées.

C’était mieux ainsi. On voulait juste profiter l’un de l’autre.

***

Partie 5

Momokawa et moi avions continué notre pèlerinage et ici et là nous avions trouvé un sanctuaire sur le chemin. Nous nous y étions arrêtés et j’avais commencé à prier. C’était normalement quelque chose comme ceci.

{Je veux que vous me libériez de la malédiction, dieux de merde !}

Je ne suis pas content ! Mais chaque fois, j’avais fait une prière appropriée après ma vraie, juste au cas où.

Après trois jours de pèlerinage, Momokawa avait gagné trois niveaux. Même si nous ne faisions que voyager, cette forme de vol qualifié s’était avérée très efficace.

Moins de travail d’équipe.

« Je te l’ai dit, tu dois attirer l’attention des rockers, pour que je puisse les retourner ! » déclarai-je.

« Et je t’ai dit que je ne le ferais pas, car je pourrais être frappée par accident ! C’est toi qui me l’as dit, ils pourraient probablement me tuer en deux coups ! » répliqua-t-elle.

« Je ne les laisserai pas te frapper, donc tu n’as pas à t’inquiéter ! » déclarai-je.

« Et si tu es trop lent ? En agissant de manière méchante ou si tu veux te venger de quelque chose de stupide ? » demanda-t-elle.

« Comme si je ferais ça ! » m’écriai-je.

Nous avions atteint la chaîne de montagnes Vulkan, qui contenait quelques volcans. Mais les monstres ici étaient trop forts pour Momokawa, alors elle devait rester aussi loin que possible.

Malheureusement, si j’essayais de m’attaquer à un rocker seul, cela me faisait perdre beaucoup de temps.

Les rockers sont de grandes créatures de tortues avec une carapace de pierre. Elles peuvent tourner en rond pour faire une attaque de queue comme dans un jeu ou un anime. La façon la plus simple de les rendre impuissants était de les retourner.

Mais comme elles étaient conscientes de ça, elles essaient d’éviter ce triste sort. Donc quelqu’un devait attirer leur attention, tandis qu’un autre essaie de les retourner depuis un angle mort.

Le danger réel résidait dans le fait de les retourner parce qu’elles pouvaient vous frapper si vous vous trompez dans le chronométrage des actions.

Il était donc logique de laisser Momokawa les attirer, pour que je puisse les retourner et qu’elle porte le coup fatal aux rockers devenus impuissants.

Pourquoi ne peut-elle pas comprendre ça !?

Ce n’était pas notre première dispute. Dans les montagnes Vulkan, il faisait beaucoup plus chaud et les ennemis étaient aussi plus solides. Donc, chaque provocation nous permettait de nous défouler. Mais au moins, il était plus facile d’entamer une conversation de cette façon.

« OK, OK. Laisse-moi réfléchir à une autre stratégie, » déclarai-je.

Je pourrais essayer de les retourner si elles se servaient de leur élan contre moi. Mais si ça ne marchait pas, ça ferait un mal de chien. Même si nous avions des PV, il était toujours douloureux de se faire blesser. Les éraflures et autres peuvent être ignorées pendant un certain temps et il y avait de la magie et des potions, qui nous permettaient de regagner les PV et faire disparaître la douleur.

Mais la douleur fait toujours mal !

« Je suppose qu’il n’y a pas d’autre choix. Momokawa, sois prête à guérir beaucoup de PV, » annonçai-je.

Après avoir rencontré un autre groupe de rockers, j’avais constaté que deux individus épuiseraient la moitié de mes PV puisqu’il était difficile d’obtenir la bonne planification si j’étais seul. Même si je les surclassais clairement en puissance, la malédiction et la classe Étudiant étaient tous deux des handicaps.

Je ne voulais pas utiliser ma lance comme levier pour les retourner, car elle pourrait se briser. Mais le faire à mains nues était vraiment difficile.

« Ah, j’ai un niveau supérieur. Au moins, le professeur de classe tyrannique est content. Un niveau 9, hein ? » s’exclama-t-elle.

Mais il y avait aussi des aspects positifs.

Depuis que Momokawa cuisinait au camp, mes repas étaient bien meilleurs ces derniers jours. Même s’il n’y avait pas de riz, cela surpassait toujours la viande que j’avais l’habitude de griller sur un feu et les herbes que j’avais ramassées.

Comme Momokawa était une Guérisseuse, elle pouvait préparer des potions et des cataplasmes, donc nous avions des ressources en cas d’urgence.

Elle n’avait jamais formé sa classe Guérisseuse, car elle pensait que c’était du gaspillage, mais la création de vos propres objets consommables peut être un outil puissant, même si elle avait besoin de plus de compétences pour en faire de très utiles.

Un autre avantage venant d’elle était bien sûr sa magie de guérison.

Normalement, je prendrais mon temps pour étudier mes ennemis et attaquer, afin d’être sûr d’obtenir le moins de dégâts possible. Maintenant, je pouvais prendre des risques et être guéri par la suite. Dommage que je n’obtienne pas de PX, car cela rendrait la chasse plus efficace.

Et dès que la malédiction serait levée, il n’y avait aucune raison de me ralentir en aidant Momokawa à monter de niveaux. Donc cette méthode ne fonctionnera plus jamais après ça.

Momokawa devrait être contente que je prenne le temps de lui expliquer quelques trucs. La plupart de ceux que je lui avais enseignés jusqu’à présent étaient des stratégies que j’avais apprises de Meldorn, tandis que d’autres provenaient de jeux.

Comme la façon de décider quelles zones de chasses sont les meilleures, le temps et les risques. Comment amasser de l’argent ?

Mais j’en avais oublié quelques-uns.

Comme tirer et fuir, puisque les ennemis attaquaient toujours en groupe. Ou le feu concentré, car il n’était pas aussi efficace dans la vie réelle. Les PV n’étaient pas comme dans un jeu. Les PV étaient une valeur numérique de la santé actuelle, ni plus ni moins. Les blessures étaient toujours réelles. Si vous perdez 10 PV, vous pourriez avoir beaucoup de petites égratignures ou une blessure dans votre chair.

Alors qu’une blessure dans sa chair faisait mal, de multiples égratignures vous feront saigner plus rapidement. C’était la raison pour laquelle le feu concentré ne fonctionne pas : Vous ne pouvez pas éviter les blessures graves si vous ne vous occupiez pas de tous les ennemis en même temps.

Il y avait l’attribut Vitalité, qui réduisait les chocs et les blessures des attaques qui en résultaient. Ainsi, une coupe à l’épée, qui pouvait être mortelle, pouvait laisser une blessure simple à la place. Tant qu’aucune zone vitale n’était touchée, cela fonctionnait.

Les coups à la tête semblaient faire aussi mal que jamais et vous pourriez perdre conscience pendant un certain temps. La Vitalité était plus comme une armure supplémentaire. Elle protégeait, mais ne rendait pas le fait d’être touché comme si ce n’était rien du tout.

Tout cela était incompréhensible. Pourquoi certaines choses ressemblaient-elles à des jeux, alors que d’autres étaient réalistes ? C’était vraiment déroutant !

Néanmoins, notre équipe fonctionnait d’une manière ou d’une autre. Nous agissions à un niveau professionnel et nous nous soutenions l’un et l’autre.

« Katsuragi, combien de temps sommes-nous supposés grimper le long de ce chemin ? » demanda-t-elle.

« Environ un jour. Puis nous arrivons au sanctuaire de Heissquellen et ensuite nous retournons à Esse, » déclarai-je.

« Super... ! » s’exclama-t-elle.

Le mécontentement mutuel était notre compagnon constant. C’était comme le troisième membre de notre équipe.

Le soir était venu. Nous avions construit un campement et nous regardions ce que nous avions ramassé comme butin sur les monstres.

« Les carapaces de rockers sont assez bon marché, mais si tu les vends dans les régions du sud, le prix augmentera... Souviens-toi, demain, on rencontrera peut-être des limaces : Ne les touche pas directement, elles sont empoisonnées. Leurs tiges oculaires sont précieuses, nous devons les collectionner. As-tu des sacs dans ton inventaire ? » demandai-je.

« Non. »

« Tiens, prends-en un, » déclarai-je.

« Combien ? » demanda-t-elle.

« Une carapace de rockers, » dis-je.

« Voilà pour toi, » déclara-t-elle en me donnant la carapace.

Nous partageons le butin 50/50, mais comme Momokawa n’était pas prête pour voyager loin de la capitale, je lui vends parfois certains de mes objets.

Inversement, elle me faisait payer sa cuisine.

Tout ce qui ne faisait pas partie de notre contrat était facturé. Nous avions une relation pragmatique.

« Je prends le premier tour de garde, » déclarai-je

Normalement, je m’endormirais, puisque ma compétence Dormurnal me rendait aussi conscient des sons que lorsque j’étais éveillé, mais mes compétences étaient scellées en même temps que mes classes.

La moitié de la journée était consacrée au campement puisque nous avions tous les deux besoin d’heures de sommeil et qu’il y a des monstres, nous ne pouvions pas baisser complètement notre garde.

Quand j’étais sur Terre, je passais la soirée à jouer à des jeux et peut-être à étudier un peu, si j’attendais des événements ou des groupes. Maintenant, je regarderais mon statut, je réorganiserais mon Inventaire, tout en planifiant d’autres actions.

Momokawa avait apporté des livres, mais je ne pouvais pas lire les lettres de ce monde. Elle était prête à m’enseigner contre une compensation monétaire, mais comme mon Apprentissage Rapide était scellée, il faudrait des semaines pour apprendre seulement l’alphabet.

Apprentissage Rapide vous permettait de vous rappeler et d’apprendre des informations sans avoir besoin de répétitions.

Comme j’étais habituellement dans la classe Éclaireur, je ne l’utilisais pas beaucoup. L’Éclaireur n’avait pas la capacité Académique, donc je ne peux pas y gagner du PC.

Même si mes Attributs étaient encore beaucoup plus élevés qu’avant, j’étais à nouveau comme un étudiant. Un étudiant qui n’avait pas les moyens de survivre seuls et cette fois sans espoir de surmonter cette étape.

Mais demain, nous devrions arriver à la Heissquellen et tout ira bien.

Cela avait été une autre nuit sans ennemis. Après quelques heures, j’avais changé de quart de nuit avec Momokawa et j’avais pris quelques peaux depuis mon Inventaire que j’avais utilisé comme matelas, en plus de ma couverture et de mon oreiller.

J’avais eu du mal à dormir sur le sol et Momokawa était aussi dans le même cas que moi. Mais au moins dans ces montagnes, le sol était chaud, donc il ne ferait pas froid.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire