Je déteste être marié dans un monde imaginaire ! – Tome 1 – Chapitre 2

***

Chapitre 2 : Le gouffre

***

Chapitre 2 : Le gouffre

Partie 1

Le lendemain, Momokawa et moi étions arrivés au sanctuaire de Heissquellen.

Nous nous trouvions devant quelque chose comme une arche d’entrée, qui était le seul moyen de franchir les murs du sanctuaire. Il y avait peu de bâtiments à l’intérieur de ces murs.

Mais il y avait quelque chose d’étrange, c’était un sentiment instinctif que je ressentais en ce moment. Et le fait que le sanctuaire semblait abandonné avait accentué cela. Je ne pouvais voir ou entendre aucune activité à l’intérieur du sanctuaire, et il n’y avait personne à la guérite en ce moment.

Même Momokawa avait eu des soupçons. « Es-tu sûr qu’il s’agit du bon endroit ? »

« N’as-tu pas entendu les instructions ? Selon moi, ce doit être le bon endroit, » déclarai-je.

« Cela semble... avoir brûlé, » déclara-t-elle. Elle avait raison, ces marques ressemblaient bien à des choses qui avaient brûlé.

« Peut-être qu’il y a eu un incendie ? Nous n’avons besoin que de l’eau de la source, alors cela n’a pas vraiment d’importance, » déclarai-je.

« Mais il s’agit également d’un sanctuaire. Alors tu dois prier ici, » annonça-t-elle.

Encore une fois, elle avait raison et je n’aimais pas ça. « Eh bien... rentrons dedans. Et tiens ton arme prête pour le cas où il y aurait un problème, » avais-je ordonné.

Comme il ne serait pas facile d’utiliser une lance dans un bâtiment, je l’avais mis dans le sac à dos et j’avais dégainé mon couteau en acier. Momokawa utilisait quant à elle un poignard comme arme. Des armes rapides et courtes, elles étaient parfaites pour les bâtiments.

Il y avait trois bâtiments ici. Il s’agissait très probablement des quartiers d’habitation, d’une salle de prière et d’un bâtiment pour la source chaude. Celui devant nous devrait être la salle de prière, alors je voulais aller jeter un coup d’œil.

« Mauvaise nouvelle, » avais-je chuchoté à Momokawa.

« Quoi ? » demanda-t-elle en un murmure.

« Des hommes-lézards. Ou alors, il s’agit de quelque chose qui s’y rapproche, » déclarai-je.

« Nous devrions battre en retraite, » déclara-t-elle.

« Cela me convient, » répondis-je.

Momokawa avait donc donné une proposition et j’étais clairement d’accord avec elle. Nous ne savions pas si les hommes-lézards étaient hostiles, mais nous ne devrions prendre aucun risque en ce moment.

Nous pouvions tout à fait attendre quelques jours si nécessaire, car nous avions ce délai encore à notre disposition.

L’une des premières choses que je lui avais apprises, c’était de ne pas attaquer un ennemi inconnu. De plus, je savais qu’il y en avait au moins sept à l’intérieur de la salle de prière.

... De plus, il y en avait quatre autres qui nous avaient alors repérés en venant d’un autre bâtiment. Ils avaient penché la tête en se demandant ce qu’ils venaient de trouver devant eux, mais il n’y avait qu’une fraction d’hésitation avant qu’ils ne s’approchent de nous à pleine vitesse.

« Cours ! » criai-je.

Après que cet ordre soit lâché, Momokawa et moi avions couru aussi vite que possible. Nous pourrions très certainement les distancer !

Soudain, un souffle de feu était apparu juste devant nous. La chaleur était intense et je pouvais pratiquement voir mes PV et PE fondre sous mes yeux.

L’explosion était brillante et vraiment très éblouissante. Je m’étais couvert les yeux et j’avais essayé de penser à la prochaine étape à effectuer. La sortie devrait être juste en face de nous.

« Nous nous rendons ! » Momokawa avait parlé avec force.

« Quoi !? » m’étais-je alors écrié.

« Nous n’avons pas le choix et c’est moi qui commande ! » déclara Momokawa.

« Argh... »

La colère montait en flèche en moi. C’était clairement humiliant ! Surtout par le fait qu’elle avait raison. Je ne voyais pas grand-chose en ce moment, mais ils sembleraient qu’il y avait des utilisateurs de magie et j’étais vraiment affaibli en ce moment. Et aussi, Momokawa était encore maintenant faible.

D’autres hommes-lézards étaient alors venus depuis la salle de prière. Notre situation était plutôt mauvaise.

Je déteste ça.

Je la déteste, je la déteste, je la déteste, je la déteste, je la hais, je la hais, je la hais... je la hais vraiment.

C’est frustrant.

J’ai... J’ai perdu !

Je ne veux pas perdre !

Fuir, c’est gagner ! Mais je ne peux pas garantir une fuite en toute sécurité avec quelqu’un qui est capable de lancer des sorts de feu !

Vaincre vos ennemis, c’est aussi gagner ! Mais c’est risqué.

Se rendre, c’est perdre...

« Je ne le ferai pas ! » déclarai-je.

Que ce soit de la stupidité ou autre chose. Cependant, je ne voulais pas admettre la défaite.

« Idiot ! » s’écria Momokawa.

Sans me soucier de Momokawa, j’avais frappé avec mon couteau sur les silhouettes à peine détectables des hommes-lézards, car mes yeux étaient encore éblouis. J’avais senti des écailles, de la peau et de la chair qui se détachaient. Prends ça !

Puis j’avais reçu un coup en plein dans l’estomac. Et encore, un autre avait suivi. Quelque chose m’avait après ça fait trébucher et après quelques coups supplémentaires, tout mon corps était couvert de douleur.

Après ça, tout était devenu noir. Ah. C’est donc ainsi qu’on se sent quand on s’évanouit...

 

☆☆☆

 

« Idiot ! » cria Momokawa.

« Désolé, » avais-je dit.

 

J’ai perdu mon sang-froid à l’époque. Je veux charger mon fichier de sauvegarde ! Je sais que je ne peux pas, c’est la vraie vie !

Momokawa et moi étions dans un hangar. Il n’y avait pas de cordes ou de chaînes, mais la remise était fermée à clé. Il n’y avait pas non plus d’éclairage. Momokawa m’avait alors dit que les hommes-lézards décideraient de notre sort plus tard. Ils avaient pris notre équipement, y compris les sacs à dos, les pochettes de ceinture, les armes et les armures, il ne restait que nos vêtements.

« Mais peut-être que ça n’a pas d’importance. Nous pourrions de toute façon être tués, » déclarai-je.

J’étais à nouveau négatif.

« Peut-être. Ou bien, tu viens de nous tuer, » répliqua-t-elle.

« Arg..., » avais-je gémi.

Ça fait mal. De plus, elle a tout à fait raison. Je déteste ça.

« Si je devais deviner la force de l’ennemi... Nous devons présumer qu’un homme-lézard est plus fort que toi et à peu près aussi fort que moi en ce moment, » déclarai-je.

Comme je ne récupérais pas les PV ou PE, je pourrais simplement vérifier mon statut pour deviner leur niveau. J’en avais blessé un sérieusement avec le couteau et ils avaient eu besoin de beaucoup de coups pour m’assommer.

Dans mon état affaibli, je devrais encore être au niveau d’un simple soldat, du moins en termes de force brute. Ce n’était qu’une supposition, mais dans l’ensemble, ces hommes-lézards étaient probablement du même niveau.

Mais il y avait un autre problème : « De plus, ils ont des utilisateurs de magie. Le feu n’apparaît pas de nulle part. »

Momokawa, qui avait eu une conversation avec nos ravisseurs, avait ajouté : « Nous pouvons communiquer, mais ils n’aiment pas les sangs chauds. »

« Qu’est-ce qu’ils ont dit ? » demandai-je.

« Quelque chose comme : “Les sangs chauds sont stupides de penser qu’ils peuvent nous combattre.” Et quelque chose à propos de quelqu’un qui décidera de notre destin. Et d’autres choses, cela n’a pas de sens. »

Bien sûr, elle n’avait pas choisi sa classe à ce moment-là. Alors pas d’Apprentissage Rapide, hein ? Mais était-ce si difficile de se souvenir de certains détails par soi-même ? Nos vies pourraient en dépendre !

« Pff... » Il n’y a aucune raison de compter sur elle. « On pourrait s’échapper du hangar. »

« Et penses-tu que ce n’est pas gardé ? » demanda-t-elle.

« ... Tu as raison, » répondis-je.

« J’ai toujours raison, » répliqua-t-elle.

Les femmes aiment vraiment avoir raison.

« Il doit y avoir un moyen. Je cherche une porte secrète, » déclarai-je.

« Cela vient-il de connaissance de jeu ? » demanda Momokawa avec beaucoup de mépris.

J’avais alors déclaré. « Il s’agit de la seule chose que j’ai en tête en ce moment. »

« Je n’aurais pas dû accepter de venir avec toi, » répliqua Momokawa.

« Eh bien ! Mademoiselle la niveau 5, j’ai presque doublé ton niveau en seulement quatre jours. Et combien de temps as-tu eu besoin pour atteindre le niveau 5 ? Deux mois, ou plus, » demandai-je.

« Mais au moins, je ne faisais pas partie du menu ! » répliqua-t-elle.

« Parfois, les risques sont nécessaires, » avais-je dit. « Cela n’a tout simplement pas été payant cette fois-ci. Ce n’est pas ma faute. »

« Oh, ça l’est ! » cria Momokawa. « C’est toi qui m’as mis dans ce pétrin ! En fait, tout est de ta faute. »

« Et j’essaie de nous faire sortir d’ici, alors tais-toi et réfléchis à un plan, Mademoiselle la représentante de classe ! » criai-je.

« Maintenant, tu m’appelles représentante de classe ? C’est la première fois que tu m’appelles comme ça ! » s’écria Momokawa.

« Je m’en fous ! » déclarai-je.

« Tu es stupide…, » cria-t-elle, puis elle m’avait giflé.

J’allais faire la même chose, mais à la fin, c’était toujours une fille.

« Salope ! » criai-je.

« Nerd ! » répliqua-t-elle.

« La fausse ! »

« Perdant ! »

« Sale pute ! »

« Qu’est-ce que tu as dit !? » s’écria Momokawa.

« Je vois à travers ta façade ! Tu n’es qu’une fille facile, qui utilisera son apparence pour faire faire aux gens ce qu’elle veut qu’ils fassent ! » déclarai-je.

« Toi…, » balbutia Momokawa en colère.

« Tu es sympa, mais tu veux juste avoir des avantages ! Un faux parfait ! » m’écriai-je.

« Je... »

« Et tu sais pourquoi tes amis t’ont larguée ? Parce qu’ils sont tous pareils, ce sont tous des crétins égoïstes, qui n’agissent gentiment que pour obtenir ce qu’ils veulent, tout en méprisant les autres ! » continuai-je.

« ... »

Les yeux de Momokawa étaient pleins de haine. Je pense que j’ai touché un point sensible.

Mais il y avait aussi des larmes.

Putain de merde !

Maintenant, je me sens presque coupable. Pleurer est injuste !

« Et toi..., et toi ? » Ses cris étaient devenus stridents. « Tu détestes les autres. Si quelqu’un est gentil avec toi, tu supposes illico qu’il veut tout simplement t’exploiter ! Chaque fois que quelque chose ne va pas dans ta direction, tu fais des crises de colère et détruis tout ! » Qu’est-ce qu’elle a dit !? Et ça ne s’arrête pas là ! « C’est toi qui regardes les autres de haut ! Tu ignores les gens parce que tu penses qu’ils ne valent pas ton temps. Tu dédaignes tous ceux qui ne sont pas d’accord avec toi et tu es la pire personne que j’aie jamais rencontrée ! »

Mon sang bouillonnait en entendant ça. Elle n’avait certainement pas touché dans le mile, parce que ce qu’elle dit n’était pas vrai ! C’était juste une salope, qui ne savait pas de quoi elle parlait !

« Laisse-moi partir ! » s’écria Momokawa.

J’avais alors réalisé que j’avais attrapé instinctivement son poignet. Ma tête semblait brûlante et j’étais sur le point de faire quelque chose, même si je ne savais pas exactement c’était quoi.

Mais — « Eskuze nous. Maiz, on vous emmène à Muaotef, » déclara une voix rocailleuse.

Deux hommes-lézards se tenaient maladroitement sur le pas de la porte maintenant ouverte. Quand avaient-ils ouvert la porte ?

« Z’êtez au cours rituel mariztal ? » demanda l’un d’eux

Et maintenant, mon visage brûlait pour une autre raison. J’avais lâché Momokawa et j’avais regardé vers le sol.

« Amenez-nous là-bas, » par contre, Momokawa avait retrouvé son sang-froid, mais chaque regard qu’elle me jetait me faisait mal.

Nous étions arrivés dans la salle de prière, où le chef de leur groupe nous attendait. Un homme-lézard normal mesurait environ 1,9 m de haut. Quant à celui-ci, il était beaucoup plus grand avec environ 2,3 m.

« Je suis la voiz de Muaotef. Le Grand veuz vouz parlé, » déclara le grand homme lézard.

Les yeux du lézard commencèrent à briller dans une forte lumière orange, presque comme s’il s’agissait de feu. Sa voix était devenue du profond tout à fait étrange, et c’était comme si cela semblait résonner dans toute la pièce. Cette voix était aussi brûlante si cela avait un sens.

« Nous sommes Muaotef, le Grand, la Flamme de la Terre et le Porteur de la Décadence. »

J’avais alors eu vraiment peur. Quelque chose dans cette voix me donnait froid dans le dos, malgré le feu de l’enfer qui régnait en ce moment.

« Nous voyons. Alors, c’est vous. Il y a quelque chose d’inhabituel chez vous, mais nous savons ce que vous êtes. Les soi-disant héros. Ce sera un plaisir de vous voir mort... Mais attendez... Non seulement des héros, mais vous portez une grande quantité de pouvoir divin, » déclara la voix.

On fait quoi ?

Attendez, n’était-ce pas tout ce qui concerne le pèlerinage pour recueillir un paquet de pouvoir divin sur le chemin ? Et maintenant, ça fait marche arrière !?

« Vous ne serez pas tué. Pourtant. Amenez-les à Notre Abîme, » déclara la voix.

La tension dans l’air avait alors disparu. La lumière dans les yeux du grand lézard s’était apaisée. Était-ce de la sueur qui recouvrait ses écailles ? On dirait qu’il venait de courir un marathon.

« Muaotef a parlé, » sa voix était redevenue normale.

Cela pourrait n’être que ma connaissance provenant de jeu, mais il semblerait que ce lézard n’était pas Muaotef, seulement une sorte de médium. Muaotef pourrait-il être un vrai dieu ?

Au moins, cette façon de parler était familière. C’était quelque chose ne se souciant pas du tout du destinataire, un monologue typique des méchants. Et c’était semblable à celui qui nous avait amenés ici dans ce monde, même si la voix était clairement masculine, au lieu d’être unisexe comme la dernière fois.

Mais nous avons de la chance jusqu’à présent. Du moins, tant qu’on ne compte pas dans le lot le fait de s’être fait capturer.

***

Partie 2

Super. Tout simplement génial.

Momokawa et moi étions liés et guidés par cinq hommes-lézards. Nous ne parlions pas, mais d’une manière ou d’une autre, elle parvenait à me consumer avec des regards de haine tout au long du chemin. Comme si tout était de ma faute.

C’est peut-être le cas. Ou peut-être qu’elle ne fait que râler. Oui, elle est probablement en train de râler.

J’avais donc pris la liberté de récompenser ces regards par des ricanements et d’autres gestes. Je me sentais un peu coupable d’avoir fait en sorte que nos gardes se sentent tout le temps mal à l’aise.

« Tu sais, quand on veut une femelle afin de s’accoupler, tu dois lui montrer que tu es fort ! »

« Tu dois battre quelqu’un devant elle. »

« Ou alors, tu dois soulever un énorme rocher. »

« Tuer seul un rocker. »

J’aimerais juste que nos gardes restent silencieux. Mais peut-être pensent-ils qu’il serait plus facile de me donner des conseils que d’endurer en silence l’ambiance entre Momokawa et moi.

La dernière était probablement une femme, et elle parlait à Momokawa. « Le cœur de ton homme est fort. Combattre des ss’raks alors même qu’il est seul, sans espoir, zznezz. »

Ha ! Même cette femme-lézard est de mon côté ! Attendez, ce n’est pas la question !

Mais ils avaient reconnu ma résistance, même si elle était futile.

C’était l’occasion d’apprendre quelque chose. « Faut-il vraiment qu’on y aille... ? Muaotef ? »

« Les ss’raks font ce que l’Unique demande. »

Il semblerait que les hommes-lézards s’appelaient des ss’raks et qu’ils suivaient les ordres d’un certain Muaotef.

« Qu’est-ce que Muaotef ? Un autre Ss’rak ? » avais-je demandé.

Oh, ils veulent me tuer avec leurs yeux !

« Muaotef est un dieu et non pas un mortel ! »

Donc c’est vraiment un dieu... ou peut-être qu’il s’agit juste d’un semblant de dieu. Dans les deux cas, c’est une mauvaise nouvelle. Mais je m’y attendais, après l’avoir vu prendre le contrôle de ce grand homme-lézard... ss’rak. La soi-disant voix de Muaotef.

Comment puis-je nous sortir de là ? Mes PE sont assez bas, Momokawa ne les a pas réapprovisionnés. Je vais probablement m’effondrer si je me bats maintenant.

Cette fille est furieuse.

Je m’excuserai plus tard. Bien sûr, cela sera fait uniquement pour lui faire plaisir. Je n’ai pas tort, mais si des excuses bon marché peuvent augmenter son humeur, alors il n’y a pas de quoi avoir honte. D’autant plus que j’ai besoin de ses sorts.

Mais pas maintenant. Nous sommes observés et les ss’raks sont sérieux quant à tout ça. Même s’ils me donnent des conseils sur les rituels d’accouplement, c’est clairement que je ne veux pas du tout entendre.

Le voyage n’avait pas duré si longtemps, peut-être deux heures. Maintenant, nous nous trouvions au-dessus d’un trou béant dans la chaîne de montagnes. C’était si gigantesque qu’il semblerait que les montagnes avaient été frappées et qu’une partie avait dû être amputée. L’autre côté de cette fente était lointain et comme elle était tellement déformé qu’il était difficile de deviner son étendue.

Il y avait du vent ou plutôt des rafales d’air chaud qui remontaient du fond de la fosse.

« Est-ce le gouffre ? » demandai-je.

« Oui. Va sur mon dos, » déclara le ss’rak.

J’avais été attaché sur le dos d’un ss’rak et il avait grimpé ça avec agilité. Ces falaises étaient abruptes ! Mais cela ne semblait pas être un problème pour les ss’raks. Ils grimpaient vite et à quatre pattes, ce qui me faisait réaliser que je ne pouvais pas grimper seul. En tout cas, pas sans un équipement approprié.

Après avoir atteint le niveau du sol, j’avais été libéré. Il n’y avait plus de cordes.

Je n’avais toujours pas récupéré mon sac à dos et d’autres équipements, seulement des vêtements. Et bien sûr, la bague maudite de mon annulaire gauche était toujours là.

C’était la même chose pour Momokawa, sans le truc de la bague. Elle était alors en train de se frotter le cou comme si son écharpe lui manquait.

Elle devrait être contente de ne pas l’avoir en ce moment, il faisait vraiment chaud ici, c’était comme une chaude journée d’été dans le sud.

Des volcans étaient-ils dans le coin ? Ils devraient exister dans cette chaîne de montagnes, de sorte que cela pourrait être la raison de cette température déraisonnable.

« Vous êtes maintenant au sol. Les ss’raks vont partir. »

« Attendez... vous nous laissez dans ce gouffre ? Et si on s’échappe ? » demandai-je.

« Toutes les falaises du gouffre sont trop raides pour les humains. Pas d’évasion, » déclara-t-il.

Et nous étions ainsi laissés pour compte. Mais nous devions commencer par rester calmes. Pour commencer, nous devions planifier ce qu’il fallait faire.

« Momokawa, on devrait... Momokawa ? » demandai-je.

Sans un mot, Momokawa marcha dans une autre direction.

« Où vas-tu ? » demandai-je.

Elle était restée silencieuse.

« Momokawa, on devrait rester ensemble, » déclarai-je.

Pas de réaction. Dois-je déjà m’excuser ? Cela semble être trop tôt. Je dois juste la suivre.

Et maintenant, elle s’était mise à courir. Je n’avais donc pas d’autre choix que de commencer à courir.

L’air était lourd, et c’était donc dur de respirer. La température dans ce gouffre me rendait malade.

Ce...

Merde, mon PE est épuisé. Et je n’en ai presque plus aucun !

Je dois m’excuser.

« Momokawa, je suis désolé. » Il n’y avait pas eu de réaction. « Vraiment. » Nous savons tous les deux que je mens, mais au moins elle peut faire semblant de me pardonner ! « Momo... »

Mes PE.

La dernière fois qu’il me restait si peu de points, c’était lors de l’entraînement avec l’instructeur quand je me trouvais en Esse. Je m’étais alors mis à tousser de plus en plus, et ma vitesse de course avait diminué. Puis j’avais eu des vertiges. Si ça continue, je vais mourir !

« Momokawa ! S’il te plaît, pardonne-moi ! Si tu ne le fais pas..., » avais-je commencé à dire.

« Comme si ça m’intéressait ! » s’écria Momokawa.

Ce n’est pas la réponse que je veux entendre !

« Momokawa..., » continuais-je. Mais je n’avais pas pu finir.

Mes jambes ramollissaient à vue d’œil puis j’avais trébuché. J’avais essayé de me rattraper avec mes bras, mais ils étaient comme faits de plomb. Ah, je suis enfin mort.

« Je déteste ça..., » murmurai-je.

La noirceur.

 

☆☆☆

 

Ça doit être l’enfer. J’avais repris connaissance, mais il faisait si chaud et lourd. Je transpirais comme un fou. Avec ces informations, j’avais reconnu l’enfer avant même d’ouvrir les yeux.

Il ne restait qu’une seule question : « Est-ce l’enfer du monde fantastique ou l’enfer de mon monde ? »

« Ni l’un ni l’autre. Il s’agit tout simplement d’un gouffre chaud. » Il s’agissait de la voix de Momokawa. Donc elle était là aussi. « Ah, bien sûr. Si je vais en enfer, tu iras aussi ! »

« Tu n’es pas mort ! » déclara Momokawa.

J’avais ouvert les yeux et je m’étais remémoré du moment où je m’étais évanoui. Momokawa était assise sur ses talons à côté de moi, ses coudes au niveau des genoux et sa tête entre ses mains.

« Combien de temps ? » avais-je demandé.

« Environ une heure, » avait répondu Momokawa.

J’avais vérifié mes PE. Momokawa semblait m’avoir réapprovisionné à ce niveau-là.

« ... ça pourrait être plus, » murmurai-je.

« Excuse-moi ? » demanda-t-elle. Il y avait un soupçon de dangerosité dans ses paroles.

« Merci ? » déclarai-je.

« Bon garçon. Mais c’est à cause de cet endroit. Il doit faire presque 40 degrés Celsius. Même moi, je perds continuellement des PE, » expliqua Momokawa.

Elle les avait donc tous restaurés, mais la chaleur les avait drainés au fil du temps ? Non, elle n’avait probablement restauré qu’à peu près la moitié.

« Comment vont tes PM ? » demandai-je.

« Je peux me maintenir en vie, mais cela sera tant que je ne bouge pas, » déclara-t-elle.

Donc, elle regagnait assez de PM pour lancer le sort [Restauration de l’Endurance] —, et c’était assez important pour remplir son propre stock de PE, mais cela ne fonctionnerait pas tant qu’elle m’aurait en tant que poids mort.

Je déteste ça !

Et je n’avais pas de potions de mana stockées puisque je n’avais pas de compétences qui utilisent des PM. Attendez, je n’avais de toute façon pas mon sac à dos en ce moment. Donc je n’avais en premier lieu même pas de pots ou d’autres moyens de restaurer mes PV ou PE pour moi-même.

Je suis à sa merci ! Je déteste vraiment ça !

Mais pourquoi m’a-t-elle sauvé ? « Tu as donc réapprovisionné mes PE. »

« Après avoir vu des monstres dans le coin, » déclara-t-elle.

« Je vois. Quel genre ? » demandai-je.

« Des limaces et un ours à l’air bizarre, qui les mange, » répondis-je.

Nous étions donc revenus à la case départ. Pour survivre, nous avions besoin l’un de l’autre. Même si cette fois-ci, il n’y avait pas d’alternative à notre situation.

Elle pouvait survivre toute seule. C’était risqué, mais c’était possible. Cependant, lorsqu’elle m’incluait dans l’équation, elle se retrouverait à court de PM et de PE à un moment donné. Je devais donc m’assurer de trouver une solution.

« Le ss’rak a dit qu’il n’y a pas d’issue. Es-tu sûre de tout risquer pour leur prouver qu’ils ont tort ? » demandai-je.

Momokawa avait alors acquiescé. Nous nous comprenions tous les deux. Ils nous avaient dit qu’il n’y avait pas de solution, mais nous ne voulions pas mourir. Il fallait donc en trouver une.

« Jetons un coup d’œil à cet ours. Tu devrais passer à Cuisinier pour ainsi voir si c’est comestible. Nous avons besoin d’autant de nourriture que possible, » déclarai-je.

Si nous pouvons tuer l’ours et le manger, cela pourrait nous donner assez de PE pour survivre un jour ou deux. Mais à la fin, ma malédiction me tuera, si je ne m’en débarrasse pas. Après tout, mes PE Max diminuent tous les jours.

« Et nous devons analyser, » règle importante : Étudiez un monstre avant de l’attaquer.

Nous nous étions approchés de l’ours, qui se trouvait après quelques virages de là, et nous l’avions regardé de loin. L’ours avait une fourrure pourpre et des yeux jaunes. Il était deux fois plus grand qu’un ours normal et il mangeait des limaces comme si ces créatures venimeuses étaient délicieuses.

« Katsuragi, c’est comestible, » déclara-t-elle.

Les yeux de Momokawa étaient pleins d’avidité et de faim. Je suppose que mes propres yeux devaient être identiques. C’était peut-être la première fois que nous étions tous les deux confronté à la mort. Bien sûr, il y avait toujours eu une chance de mourir, surtout quand j’étais en solo. Mais en voyant tes PE descendre et en sachant que nous avions peu de moyens de les récupérer, nous vivons avec un compte à rebours quant à notre mort.

Quand il arriverait à zéro, cela serait fini. Le tout dernier compte à rebours que nous vivions.

« Nous devons l’observer. Voyons s’il est fort. Et même s’il est trop fort... il dormira à un moment donné ! » déclarai-je.

Nous avions besoin de cette nourriture pour marcher, mais nous devions le tuer rapidement et sans gaspiller beaucoup de PV, PE et PM. Mais malheureusement, notre impatience fuyait de partout. L’ours avait tourné la tête vers nous, puis il avait émis un gros grognement. Il s’était placé pour se tenir debout sur ses pattes arrière et il avait écarté les pattes.

Nous n’avions pas d’armes et pas de sorts ou de compétences d’attaque. La retraite n’était pas une option, et en raison de la chaleur du gouffre, nous ne pouvions pas courir aussi longtemps que nous le voulions et que nous en avions besoin. Et pour Momokawa, c’était également le cas, car ses PE Max étaient encore assez bas actuellement malgré les niveaux gagnés.

Il n’y a pas le choix.

« Momokawa, sois prête, » déclarai-je.

Je m’étais avancé et j’avais également écarté les bras. « AAAAAAAAHHHHHHHH ! »

J’avais rugi aussi fort que possible et j’avais placé chaque once de mon esprit combatif dans mon cri de guerre. Et l’ours... avait tremblé.

« JE VOIS ! »

J’avais ri. Cet ours était grand, mais c’était un grand lâche !

« ON A FAIM ! »

Peut-être qu’il pouvait comprendre mes paroles, car l’ours avait reculé et il s’était enfui.

« ATTENDS, NOURRITURE ! »

J’étais sur le point de le poursuivre, mais Momokawa m’avait tenu le bras avec ses deux mains. Elle avait raison, je ne devrais pas gaspiller mes PE et surtout, l’ours courait vraiment très vite.

« Pfff. »

« Tu le fais souvent, » déclara-t-elle.

« Quoi ? » demandai-je.

« Ce son *pfff*, » répondit-elle.

Un léger ricanement s’était échappé de ma bouche. « Peut-être. »

Je m’étais senti bien en ce moment, même si nous restions affamés et épuisés. Mais au moins, j’étais soulagé de ne pas avoir à combattre un ours à mains nues.

 

☆☆☆

 

La nuit.

Nous avions trouvé des rockers le long du chemin et même si elles n’avaient pas beaucoup de viande, nous pouvions les manger. Cette fois, Momokawa avait approuvé d’être le leurre. J’avais retourné les rockers et elle avait porté le coup final avec un lourd rocher que nous avions trouvé.

J’avais cassé certains de leurs os pour obtenir un objet utilisable comme armes. Mais ils n’étaient pas solides, donc il faudrait probablement un ou deux coups, avant qu’elles ne se cassent.

Nous ne pouvions pas allumer un feu sans quelque chose à brûler, alors nous avions mangé les rockers crus et même si nous pouvions utiliser leurs os pour enlever les tripes, ce n’était pas très agréable.

À la fin, elle avait récupéré un peu de PE sans avoir besoin de guérison magique.

Je suppose qu’il faudrait quelques jours avant que le premier d’entre nous meure, tant que nous continuerions à chasser les rockers. Et bien sûr, ce serait moi qui mourrais le premier. Momokawa pouvait se concentrer sur elle-même par la suite et elle serait très probablement mangée par un monstre dans la même journée. C’est bien.

Mais maintenant, nous avions besoin de dormir. Nous avions trouvé une grotte, mais c’était probablement une grotte qui était déjà connue des habitants de ce gouffre. Nous n’avions pas de source de lumière, et nous ne pouvions rien voir dans cette grotte. Pour ne pas nous perdre l’un l’autre, nous tenons l’autre par la chemise.

« Au moins, on n’a pas besoin de couvertures, » constatai-je.

Même la nuit, il faisait encore chaud ici. Étions-nous peut-être au sommet d’un volcan ? De plus, les falaises que nous avions trouvées jusqu’à présent étaient vraiment trop raides pour être escaladées. Les ss’raks avaient raison !

« Et la garde de nuit, Katsuragi ? » demanda-t-elle.

Normalement, nous devrions nous relayer comme à notre habitude, mais nous n’avions pas de temps à perdre, alors dormir en équipe pourrait être une mauvaise idée sur le long terme.

« Qu’en penses-tu, Momokawa ? » demandai-je.

Elle voulait être responsable, alors je l’avais laissée décider.

« Je... qu’en penses-tu ? » demanda-t-elle.

Bien joué !

« Si nous nous cachons assez bien, nous pourrions ne pas être repérés. Ou du moins, avoir une assez bonne chance de se réveiller, avant qu’ils ne nous prennent en embuscade, » répondis-je.

« Idiot. On ne peut pas trouver une bonne cachette si on ne peut pas voir, » répliqua-t-elle.

« D’accord... Alors on devrait au moins s’appuyer sur le mur, » déclarai-je.

« Je suppose qu’il ne sert à rien de rester éveillé si on ne peut pas voir, » déclara-t-elle.

« Je suppose que tu as raison, » déclarai-je.

« Katsuragi ? Pose ta main sur le sol, » me demanda Momokawa.

« Hm ? » je ne savais pas là où elle voulait en venir.

Cependant, j’avais fait ce qu’elle m’avait dit.

À ce moment-là, j’avais quelque chose de chaud qui se trouvait placé sur le dessus.

« Ainsi, je peux savoir si tu t’enfuis, » déclara-t-elle.

« Comme si je voudrais le faire, » c’est elle qui me garde en vie. Sans elle, je serais bientôt à court de PE.

Mais le fait de sentir sa main était un soulagement. Je suppose qu’il était parfois bon de savoir que quelqu’un d’autre était là pour vous. Peut-être que je commençais à me sentir un peu coupable de l’avoir amenée ici.

Mais à la place de ça, je m’apitoyais surtout sur mon sort.

« Katsuragi, es-tu encore réveillé ? » demanda-t-elle.

« Oui, » répondis-je.

« Sommes-nous en train de mourir ici ? » demanda-t-elle.

« Probablement, » répondis-je.

« T’es nul pour réconforter, » déclara-t-elle.

« Je le sais, » dis-je.

« Tu devrais dire quelque chose comme : “Bien sûr que non, je suis là pour te protéger”, » répliqua Momokawa.

« Serais-tu heureuse de l’entendre de ma bouche ? » demandai-je.

« Non, je serais plutôt dégoûtée, » répliqua-t-elle.

« Parce que c’est si ringard ? » demandai-je.

« Non, parce que c’est toi, » répliqua-t-elle.

« Je vois. Seul ton visage est joli, » déclarai-je.

« Hein ? » s’exclama-t-elle.

« Ta personnalité est aussi malveillante que la mienne, » déclarai-je.

« Ce n’est pas le cas, » me répondit-elle.

« Tu ne fais que me parler gentiment et d’une manière mignonne pour que je ne t’abandonne pas, » déclarai-je.

« Tu appelles ça mignon ? » demanda-t-elle.

« Il faut bien user d’une tactique pour manipuler les hommes, » répondis-je.

« C’est stupide ! » s’écria-t-elle.

« Je ne tomberai pas dans tes pièges, comme un millier de gars avant, » déclarai-je.

« Je ne fais pas ça, » déclara-t-elle.

« Bien sûr que si. Mais ne t’inquiète pas, » déclarai-je.

« Hein ? »

« Je ne te quitterai pas, » déclarai-je.

« Katsuragi ? » demanda-t-elle.

« Parce que j’ai besoin de toi, » continuai-je.

« À cause de mes sorts de guérison ? » demanda-t-elle.

« Exactement, » répondis-je.

« ... Au moins, tu es honnête. Ainsi qu’une personne horrible, » déclara-t-elle.

« Et tu es malhonnête et une personne horrible, » répliquai-je.

« Idiot, » déclara-t-elle.

« Toi aussi, » répliquai-je.

Nous étions tous les deux épuisés, mais nous nous disputions toujours, même si les voix manquaient en ce moment de force.

« Bonne nuit, Katsuragi, » déclara-t-elle.

« ... Bonne nuit, Momokawa, » répondis-je.

C’était la première fois, nous nous disions « Bonne nuit » l’un à l’autre.

***

Partie 3

Le lendemain.

Nous n’avions pas été attaqués la nuit par des monstres errants pendant notre sommeil, mais je me sentais plus épuisé après avoir dormi qu’avant. Seule la somnolence avait disparu. Il y avait aussi eu l’étrangeté de se réveiller à côté de Momokawa, car même si nous avions campé avant ça, nous avions toujours dormi à l’écart l’un de l’autre jusqu’à maintenant.

Momokawa m’avait jeté le sort afin de restaurer mon Endurance, mais elle avait l’air elle-même dans un sale état. Ses cheveux étaient en désordre et son visage sale. Peut-être que j’étais dans un même état.

« Où allons-nous, Katsuragi ? » Sa voix était rauque, elle avait aussi soif que moi.

Il semblerait que Momokawa en avait marre d’être responsable. Mais cela ne donnerait rien de lui faire une remarque. Alors, profitons-en un peu.

« Je ne pense pas que les ss’raks mentaient, » déclarai-je. « Comme nous ne pourrons pas escalader la falaise par nous-mêmes, nous devons donc explorer le gouffre. Peut-être qu’il y a un tunnel ou un passage qu’ils ne connaissent pas. »

Toute la région était pleine de roches et de fissures, dont certaines étaient assez grandes pour que les humains puissent descendre. Il y avait plusieurs sentiers et la seule façon de faire de la course d’orientation était le soleil.

« Nous devrions essayer d’atteindre la zone intérieure, » déclarai-je. « C’est risqué, mais nous mourrons ici dans quelques jours si nous ne faisons rien. »

« Je vois, » sans objection, Momokawa avait consenti. C’était inhabituel.

« Pourquoi es-tu si... docile ? Ne voulais-tu pas être le leader ? » demandai-je.

« Je m’en fiche maintenant. Je suppose que je n’aime pas vraiment diriger, » déclara-t-elle.

« N’es-tu pas la représentante de classe ? » demandai-je.

« Je l'ai surtout fait parce que c'est ce qu'on attendait de moi, et pas vraiment pour autre chose, » répondit-elle.

« Je ne comprends pas, » déclarai-je.

« Bien sûr que non. Passons à autre chose, » déclara-t-elle.

Quelque chose à l’intérieur d’elle était peut-être cassé. Ou bien était-ce juste l’épuisement ? Je ne voudrais vraiment pas suivre quelqu’un qui n’avait pas une idée de ce qu’il fallait faire. Cependant, vu qu’il n’y avait que nous deux ici et qu’elle était dans cet état...

Étrange.

Normalement, je pensais que Momokawa était juste bonne pour laisser les autres faire le travail, pendant qu’elle en récoltait les bénéfices. Mais d’une façon ou d’une autre, elle ne le faisait pas, du moins, cette fois-ci.

Fatigue ?

« As-tu tes pierres et tes os, Katsuragi ? » demanda-t-elle.

« Oui. »

Chacun d’entre nous était équipé de 4 os à extrémités éclatées et de quelques pierres à lancer. Si nous avions besoin d’un rocher plus gros pour fracasser, il y en avait beaucoup qui traînaient un peu partout sur le sol.

Nous étions aussi prêts que possible.

J’avais suivi le chemin vers là où nous étions hier, là où j’avais effrayé l’ours. Je voulais essayer de suivre sa piste. S’il y avait tant de monstres qui vivaient ici, il devait bien y avoir de l’eau quelque part. Il s’agissait de la deuxième priorité.

La première serait de trouver un moyen de sortir d’ici.

Nous étions de retour et la piste de l’ours était facile à suivre dans la terre battue, même sans aucune compétence. J’avais beaucoup appris de Meldorn. Je devrais vraiment le remercier, si je retournais un jour à Esse.

Si.

Le sentier menait plus loin dans la zone rocheuse. Nous avions rencontré des rockers et des limaces, mais les limaces avaient une faiblesse : de gros cailloux. Il n’y avait pas de finesse là dedans, mais ça marchait et c’était tout ce qui comptait. Après en avoir lancé deux ou trois contre l’un d’eux, Momokawa le tuerait avec son os.

C’était épuisant comme l’enfer, mais comme nous ne pouvions pas les tuer d’un seul coup, je pouvais laisser Momokawa obtenir ces PX.

Il est vrai que là, on s’en moquait vraiment à ce stade de notre vie. Cependant, cela nous permettait d’être optimistes. Comme cela nous faisait croire qu’on survivrait, c’était donc réconfortant.

À midi, nous avions enfin trouvé quelque chose de positif.

« Une source chaude. »

Bien sûr, nous avions bu de l’eau de la source. C’était chaud, sale et en même temps délicieux.

Après avoir ainsi pu étancher la soif, Momokawa avait jeté un coup d’œil à la source.

« Il semble être assez profond pour prendre un bain, » déclara-t-elle.

En tant que Japonais, il semblerait approprié de se baigner dans la source d’eau chaude, mais j’hésitais encore.

« On n’a pas le temps pour ça, » déclarai-je finalement.

« Mais vérifie donc ton endurance, » m’avait-elle dit.

J’avais alors jeté un coup d’œil à mon écran de statut... et tous mes PE étaient de retour ! Sauf les PE Max que j’avais perdues à cause de la malédiction.

« Je ne sais pas pourquoi, mais cette source d’eau est revitalisante. Tant qu’on a ça, on peut survivre indéfiniment, » déclara-t-elle avec force.

« À part la nourriture et le fait que la malédiction me tuera dans quelques semaines, » répliquai-je.

« Peut-être, mais nous avons ces semaines maintenant ! » répondit-elle.

Elle n’a pas tort.

« Et qu’est-ce que le bain a à voir avec ça ? » demandai-je.

« Parce que j’en ai envie, » répondit-elle.

« D’accord, d’accord, » avais-je dit.

J’abandonne. Au moins, je peux rincer ma sueur et prendre une petite trempette.

Momokawa m’avait fusillé du regard. « ... Va-t’en. »

« Pourquoi ? Si tu prends un bain, je veux aussi en prendre un, » déclarai-je.

« Veux-tu donc prendre un bain avec moi ? » demanda la jeune femme.

Ses yeux me condamnaient comme si j’étais qu’une ordure.

« Pourquoi te plains-tu de ça ? » demandai-je, ne comprenant pas le problème.

« Tu... tu es un garçon ! » s’écria-t-elle.

« Bien sûr que je le suis. Qu’est-ce que tu... Oh, » je venais de réaliser ma bévue.

« As-tu oublié ? » demanda-t-elle, furieuse.

« Euh..., » je ne savais pas trop quoi répondre à ça.

« As-tu oublié que je suis une fille !? » s’écria-t-elle.

« ... Non, » répondis-je.

« Tu mens, » déclara-t-elle.

Elle avait raison. Comme ce n’était pas important, je ne pensais pas vraiment à Momokawa en tant que fille avant ce moment-là. Il y avait des points où c’était évident, comme la scène où elle pleurait, mais son sexe n’avait pas eu beaucoup d’importance jusqu’à présent.

J’aimais faire ma petite commission sans que quelqu’un me regarde et accorder la même faveur aux autres garçons, de sorte que les pauses pipi des jours passés n’avaient pas eu autant d’impact dans mon esprit.

De plus, je n’aimais pas qu’on me voie quand je me changeais et, bien sûr, je partirais si un autre garçon voulait se changer. Comme je n’interagirais pas beaucoup avec les autres, c’était naturel.

Mais maintenant, alors que j’étais épuisé mentalement et que je ne pouvais plus me permettre de m’inquiéter, je m’en ficherais si un garçon me regardait me changer ou faire une pause pipi. Et je ne me soucierais pas non plus de leur vie privée.

Mais Momokawa était une fille. Et il y a une ligne, entre les garçons et les filles.

« Tu as 20 minutes, je vais patrouiller dans le coin. Crie si quelque chose se produit, » déclarai-je.

« Non, tu vas simplement aller derrière ce rocher et attendre, » ordonna-t-elle.

« Pourquoi ? » demandai-je.

« Parce que je le dis, c’est tout ! » s’écria-t-elle.

Et maintenant, elle râle à nouveau. Je suppose qu’avec ses PE retrouvés, elle a aussi retrouvé son esprit belliqueux.

Mais en fin de compte, je m’y étais conformé. Je m’étais assis derrière un énorme rocher et je m’étais penché en arrière. Les bruits du bain Momokawa étaient... stimulants. Surtout si j’échangeais dans mon esprit son visage avec l’un de mes personnages féminins préférés.

« Es-tu là, Katsuragi ? » demanda-t-elle.

« Je le suis, » répondis-je.

« Des signes de monstres ? » demanda-t-elle.

« Aucun. Mais je ne peux pas les chercher, si je ne jette pas un coup d’œil, » déclarai-je.

« Ne bouge pas. Attends ici, » déclara-t-elle immédiatement.

Ça craint.

Et je ne pouvais même pas me soulager. Elle le faisait juste pour me forcer à me soumettre. J’en étais sûr. Dès que je la regarderais, je perdrais. Je devais donc l’endurer.

Après environ 20 minutes de torture mentale et physique.

« Katsuragi, tu peux venir, » déclara-t-elle.

« Enfin, » dis-je en poussant un soupir.

J’avais alors jeté un coup d’œil derrière le rocher, Momokawa avait déjà ses vêtements. Les vêtements étaient humides et soulignant les courbes de son corps, et ses cheveux mouillés l’avaient rendue particulièrement sensuelle.

Trop de stimulus. Je m’étais alors caché derrière le rocher.

« Maintenant, tu dois me donner de l’intimité, » déclarai-je.

« Je ne veux pas, » déclara-t-elle.

« Dans ce cas, comment suis-je censé prendre un bain ? » demandai-je.

« Je pourrais me retourner ? » demanda-t-elle.

C’est tellement injuste !

« Surveille, s’il te plaît, » déclarai-je.

« Je vais juste aller sur le rocher maintenant. Et je me mettrais dos à toi, » déclara-t-elle.

Merde, si elle me voit maintenant, elle saura que son plan pour me manipuler à l’aide de ses charmes sensuels a presque réussi. Je dois agir à la seconde prête pour qu’elle ne voie pas le dieu du soulèvement. Si elle marche autour du rocher, je marcherai de l’autre côté et elle n’apercevra jamais rien.

Pas encore. Pas encore... Allez !

D’un mouvement rapide, j’étais passé devant elle, je m’étais rapidement déshabillé et j’avais plongé dans la source chaude.

« Voulais-tu entrer dans la source d’eau chaude autant que ça, Katsuragi ? » demanda-t-elle.

« ... »

Maintenant, je me sentais comme un imbécile. Mais au moins, c’était confortable à l’intérieur de la source.

Après ça, j’avais enlevé mes lunettes, puisqu’elles étaient embuées. Seuls les Éclaireurs avaient des sens amplifiés, alors en temps normal, j’avais besoin de ces lunettes, puisque j’étais myope. Pour la bataille, je pouvais les enlever, donc ça ne ferait pas mal si je passais de la classe Éclaireur à la classe Lancier, mais pour l’instant, il n’y avait aucune raison de ne pas les porter.

Sans lunettes, sans vêtements, et sans soucis pour le moment, j’appréciais mon premier bain depuis un moment.

Je commençais à m’enfoncer dans l’eau et à souffler des bulles sous l’eau.

« Katsuragi, bois-tu l’eau de mon bain ? » Sa voix était pleine de dégoût.

« *Prrrrr... * *Toux, toux* »

 

☆☆☆

 

« Cette source chaude semble faire partie d’une rivière souterraine, »

C’était difficile à voir dans l’eau, mais après un peu de natation, je pouvais en dire autant.

« Est-ce que ça aide ? » demanda-t-elle.

« Probablement pas, » répondis-je.

Même si cela menait à une rivière souterraine, le passage pourrait être trop petit pour qu’un humain puisse nager et je pourrais suffoquer pendant que j’y serais.

« Mais c’est peut-être une partie d’Heissquellen ? Parce que l’eau qui récupère tout le PE me semble sacrée, » déclarai-je.

« On ne peut pas le transporter, » répliqua-t-elle.

« C’est vrai, » répondis-je.

Nous n’avions ni gourde, ni bouteille, ni aucun autre type de conteneur. Nous pourrions chasser un rocker et utiliser sa carapace, mais ce serait trop lourd.

La survie venait en premier et pour survivre, la mobilité était la clé.

« Eh bien, jetons un coup d’œil... dans la zone, » déclarai-je.

« Qu’est-ce qui ne va pas, Katsuragi ? » demanda-t-elle.

Pendant que nous inspections la source, nous avions totalement baissé notre garde. Après avoir pris un bain, nous étions trop détendus et nous n’avions pas remarqué que des oiseaux ressemblant à des autruches avec de longs becs courbés se trouvaient maintenant dans la zone.

Ils avaient un motif de camouflage en rouge brun et gris sur leurs plumes, de sorte qu’ils s’adaptaient bien dans cette zone rocheuse. Il y en avait au moins trente.

« Retraite, » criai-je.

Sans arrangement préalable, nous courions tous les deux vers le seul endroit que les oiseaux n’avaient pas encore bloqué.

Ils commencèrent à gazouiller bruyamment dès que nous les avions dépassés et nous entendions plus de gazouillis venant de devant nous en guise de réponse.

C’était comme une meute de loups de chasse !

« Vite ! À droite ! » criai-je.

Nous étions alors entrés dans une faille qui était là, et nous entendions un étrange bruit de course venant de derrière nous. Comme les autruches, ces monstres étaient des oiseaux qui couraient !

Putain de merde !

Il devait y avoir un moyen de sortir de cette situation. Il y avait encore plus de gazouillis devant nous. Ils nous avaient coupé les voies de retraites ? Combien étaient-ils par ici ?

La faille se ramifiait ! Gauche ou droite ? D’où viennent les gazouillis ?

Nous devions nous décider rapidement. Mais Momokawa était déjà épuisée. Même si elle avait encore sa régénération naturelle de PE, ma valeur maximale devrait être encore très élevée et nous avions tous les deux débuté avec nos PE au complet. Donc, bien sûr, c’était elle qui s’écraserait au sol en premier dans une telle situation.

Mais j’ai besoin d’elle pour récupérer mes PE perdus plus tard ! Malédiction de merde !

« Désolé, » avais-je alors dit.

J’avais attrapé sa main pour la tirer avec moi alors que je courais sur le sentier de droite. Elle ne résista pas. Nous n’avions pas d’autre choix que d’être aussi rapides que possible.

Mais l’espoir était inconstant, car après une minute de précipitation, nous étions arrivés à une falaise. À l’intérieur de cette faille se trouvait une falaise menant à une grotte souterraine !

Nous n’avions pas de sources de lumière et nous n’avions aucune alternative valable. Nous pourrions essayer de remonter la tranchée, mais cela semblait impossible.

Mais en y repensant... Nous ne savions pas combien il y avait d’oiseaux ressemblant à des autruches, mais d’après leurs pépiements, il y en avait beaucoup. Nous ne savions même pas à quel point ils étaient forts, mais leur nombre serait largement assez pour nous écraser au combat dans notre état actuel.

Nous n’avions nulle part où se cacher, nulle part où fuir. Sauf que c’était sous terre. Peut-être en descendant une falaise ?

Précisément !

« Momokawa, nous devons descendre, » déclarai-je.

Elle me regarda dans les yeux et hocha la tête. Elle savait déjà le peu de chances de survivre que nous avions en le faisant. Mais tant que les oiseaux étranges ne nous suivaient pas, nous pourrions survivre.

Nous avions alors couru tous les deux vers la falaise, mais les oiseaux avaient déjà rattrapé le temps perdu. Une centaine, si je devais tenter de le deviner.

Lorsque les premiers poussèrent vers l’avant, j’avais utilisé mon os éclaté pour attaquer l’un d’eux. Il avait été blessé, mais l’os s’était brisé au cours du processus.

J’avais alors sorti la prochaine arme en os.

À ce que je voyais, ces oiseaux n’étaient pas des ennemis difficiles en soi. J’avais frappé l’un d’eux et il avait volé à une certaine distance.

Mais il y en avait bien trop, et c’était là le problème.

Momokawa et moi nous nous battions côte à côte, mais malheureusement, notre travail d’équipe avait encore besoin d’être amélioré. Le maximum que nous pouvions gérer était un groupe où Momokawa m’aidait pendant que je retrouvais ma position après une attaque et que je me préparais à reprendre le flambeau.

Elle n’avait pas l’habitude de se battre et en plus, nous étions repoussés. Dix oiseaux plus tard, nous avions été amenés jusqu’au bord de la falaise.

« Momokawa, cherche un rebord là-bas. Je les retiendrai, » ordonnai-je.

Notre dernière ligne de défense. C’était donc moi contre une vingtaine d’oiseaux en colère, sans compter que les renforts ennemis qui étaient toujours derrière eux. Je me sentais comme un héros en pleine action, mais avec bien moins d’héroïsme, mais plutôt comme si j’avais une envie de pisser dans mon froc.

J’étais déjà blessé à plusieurs endroits et je saignais. Il me restait peut-être cinq secondes de plus avant qu’ils arrivent à me submerger totalement.

« Il y en a un, Katsuragi, » cria Momokawa.

J’avais regardé vers l’endroit vers lequel Momokawa pointait.

« Sautons, » déclarai-je.

Elle avait acquiescé. Nous nous étions donné la main gauche à l’autre et nous avions sauté ensemble.

Le rebord était petit. Cependant, j’y avais atterri avec succès.

Mais cela n’avait pas été le cas de Momokawa qui l’avait raté.

J’avais alors senti l’attraction provoquée par l’autre corps qui tombait, donc j’avais laissé tomber l’os dans ma main droite et je m’étais opposé à ce poids. Je n’accepterais pas de chute ici !

« Katsuragi ! » cria Momokawa.

Momokawa était en train de paniquer. Je pouvais la voir très clairement en bas ! Je la voyais qui était suspendue à mon bras, alors que ses pieds pendaient avec en dessous une chute de nombreux mètres qui l’attendait. Le fait de voir le fond si loin m’avait fait vraiment peur !

« S’il te plaît, ne me lâche pas ! » cria-t-elle.

« Je ne le ferai pas ! » répondis-je afin de la calmer.

« Ne lâche pas. S’il te plaît ! » insista-t-elle.

« Je ne le ferai pas ! » répondis-je.

Elle ne m’entend pas. Elle ne me regarde même pas, mais plutôt l’abîme sous ses pieds.

« S’il te plaît ! Ne me laisse pas tomber, ne m’abandonne pas ! » cria-t-elle.

« MOMOKAWA !! » criai-je.

Après avoir crié son nom, elle avait enfin réagi.

« Regarde-moi, Momokawa ! » déclarai-je.

Elle avait levé la tête pour me regarder vers le haut plutôt que vers le bas.

« Je ne te laisserai pas partir. Je ne te laisserai pas derrière. J’ai besoin de toi. » Pour me guérir et me garder en vie.

« J’ai besoin de toi aussi, Katsuragi ! » Pour me tirer vers le haut de la corniche.

« Nous ferons tout ce qui vient, ensemble ! » Jusqu’à ce que ma malédiction soit levée.

« Rien ne nous séparera ! » Jusqu’à ce que nous soyons de retour en ville, sains et saufs.

« Toi et moi, nous allons affronter et vaincre tout ce qui vient ! » Pour survivre.

« Et nous défierons la mort elle-même ! » Qui aime mourir ?

Alors que nous nous encouragions l’un et l’autre, notre regard révélait nos véritables intentions. Mais il y avait quelque chose d’étrange. Ma main gauche, qui tenait Momokawa, avait commencé à briller. Ou plus précisément, c’était l’anneau maudit qui le faisait.

Puis, le message suivant s’afficha.

 

La malédiction est temporairement levée.

 

Sans hésitation, j’avais changé ma classe pour celle de Lancier. Mes bras commencèrent à devenir plus épais et plus forts et j’avais facilement soulevé Momokawa sur le rebord. Il s’agissait d’un petit rebord et au-dessus, il y avait une bande d’oiseaux en colère...

Et maintenant, les oiseaux en colère sautaient vers nous et ils essaient de nous attaquer !

« Attends un peu, » avais-je déclaré.

La bouche de Momokawa était ouverte, pendant qu’elle me regardait. J’avais ramassé l’os que j’avais laissé tomber plus tôt et même si c’était plutôt une mauvaise parodie d’une lance, je semblais être capable d’utiliser les compétences de Lance avec elle.

« Mets-toi à l’abri ! »

Momokawa s’était mise à l’abri, alors que je levais l’os avant de déclencher une compétence de Lancier.

« Tourbillon ! »

Le Tourbillon était une attaque tournoyante, une attaque de zone en mêlée.

C’était faible, mais cela avait l’avantage de repousser les ennemis. Les oiseaux s’envolèrent de la corniche et avant que le prochain puisse essayer, j’avais grimpé la falaise. Avec un corps athlétique comme celui-ci, ce n’était pas un problème de le faire.

Ah, ils attendent. C’est bon pour moi.

Commençons le massacre.

Il avait fallu dix minutes avant que les oiseaux en colère comprennent enfin qu’ils seraient anéantis par moi. J’avais peut-être cassé mon arme en os plus tôt, mais mon corps de niveau 37 était plus qu’assez pour pouvoir me charger de ces tas de plumes avec mes poings.

Ils m’avaient attaqué sans relâche, mais malgré cela, ils ne pouvaient que me faire des égratignures. Quant à moi, un seul coup allait suffire pour briser leurs os d’oiseaux. C’était clairement un combat trop déséquilibré.

Avant qu’ils ne puissent battre en retraite, j’en avais tué environ la moitié.

« Pff. Ce n’était pas loin, » j’avais jeté un coup d’œil au-dessus de la falaise et j’avais vu une Momokawa aux yeux écarquillés sur le rebord. « Momokawa, vas-tu bien ? »

« Katsuragi, est-ce toi ? » je suppose que mon corps quand j’avais sélectionné la classe de Lancier dégageait une aura différente de la normale.

« Bien sûr. Je descends, » déclarai-je.

Même si la corniche était petite, Momokawa n’avait pas vraiment besoin de grimper.

« Que s’est-il passé ? » demanda-t-elle.

« Aucune idée ! Mais j’ai reçu un message disant que la malédiction a été levée temporairement, alors j’ai fait un Changement de Classe, » répondis-je.

Après ça, j’avais ouvert ma fenêtre d’état et... Je récupérais en ce moment mes PE ! C’était lent et je les perdais encore à cause du climat chaud ici, mais j’avais quand même retrouvé mon taux de régénération normal !

Et mes PE Max étaient redevenues normales ! Même, si cela n’était que temporaire, c’était quand même merveilleux.

Bienvenue à nouveau à mes Attributs, Capacités, Compétences, PV, PE, PM et PMA.

Attends, PMA ?

« Katsuragi ! » s’écria-t-elle.

« Quoi ? » demandai-je.

« Regarde, » déclara Momokawa en me montrant sa main.

« Et alors ? » demandai-je.

« Une bague, » répondit-elle.

« Hein ? » m’exclamai-je.

Momokawa portait en ce moment un anneau de cuivre. Avait-elle acquis la malédiction à ma place ?

J’avais regardé ma main gauche et l’anneau maudit était toujours là. La bague de Momokawa était similaire, mais le design était un peu différent.

Le mien avait un lion. La sienne avait une lionne. S’agit-il d’une paire assortie ?

« Katsuragi... cela ne ressemble-t-il pas à des alliances ? » demanda-t-elle.

 

 

« Franchement, ne dis pas une chose si stupide, » déclarai-je.

Mais au fur et à mesure que je disais cela, quelque chose de nouveau était apparu devant mes yeux.

 

Félicitations ! Vous venez d’épouser Momokawa Kyou.

Tant que votre vie conjugale est épanouie, la malédiction restera en sommeil. De plus, vous recevrez divers bonus en tant que cadeaux de mariage !

Plus vous approfondirez la relation, plus vous obtiendrez de PMA (Point de Mariage) et plus vous obtiendrez de bonus. Vérifiez votre nouvelle fenêtre d’état, qui contient une barre PMA, une liste d’actions qui augmentera vos PMA et un menu pour acheter des bonus avec vos PMA.

Espèce d’enfoiré de chanceux !

 

...

Dans les jeux, les personnages réagissaient généralement de manière exagérée. Comme crier avec un son « Hueeeeeeh !?? » ou quelque chose comme ça. C’était cela, ou bien ils perdraient du temps, se posant constamment des questions comme « pourquoi, comment, quoi ».

Moi, par contre, j’étais trop choqué pour réagir de cette façon.

« Katsuragi... J’ai une étrange fenêtre pop up dans mon écran d’état... Katsuragi ? » demanda-t-elle.

« ... Attends un peu, » déclarai-je.

« Je vois, alors donne-moi deux fois plus de temps de mon côté, » répliqua-t-elle.

Dans des circonstances normales, nous devrions être soulagés d’être en vie après avoir été pourchassés par une horde d’oiseaux étranges et agressifs. Mais au lieu de cela, nous avions été stupéfaits en raison de la surprise et du choc.

« Katsuragi ? Mon niveau a augmenté, » déclara-t-elle.

« Vraiment ? » demandai-je.

« Oui, j’ai deux niveaux de plus, » répondit-elle.

« Depuis hier ? » demandai-je.

« Non, depuis le bain, » répondit-elle.

« Je vois, » répondis-je simplement.

Ce qui est intéressant, c’est que ça ne me surprend pas. Mais, disons-le franchement, rien ne me surprendra pendant un moment.

 

***

Partie 4

Moi, Katsuragi Kenta et Momokawa Kyou nous avons été mariés involontairement, mais aucun de nous ne savait comment. Nous avions seulement que c’était l’anneau maudit qui était en faute, et Momokawa ne pouvait pas non plus enlever son anneau.

Alors maintenant, elle me blâmait et voulait divorcer.

« Au moins jusqu’à ce qu’on soit sortis d’ici, ma malédiction sera levée tant que le mariage durera, » déclarai-je.

Et il y avait déjà d’autres bonus à disposition.

D’une part, nous pouvions vérifier le statut de l’autre comme s’il s’agissait du nôtre, ce qui nous serait utile. Ainsi, Momokawa n’avait pas besoin de me demander à quel point j’étais blessé et je pouvais avoir une idée de la meilleure façon de gérer notre guérison.

De plus, tant que nous restions l’un à côté de l’autre, nous obtenions de petits bonus dans nos Attributs, ce qui aidera avant tout Momokawa.

Et bien évidemment, nous obtenions un partage de nos PX.

Oui, nous avions maintenant un système d’équipe.

Chaque fois que je tuais quelque chose, Momokawa gagnait une certaine quantité de PX pour cela. Il s’agissait de la raison pour laquelle elle avait pu monter de niveau après que j’avais vaincu ces oiseaux. Cependant, je ne connaissais pas encore le ratio, mais il pourrait être de 50/50.

« Tu vois, tout n’est pas si mal, » déclarai-je. « Et comme nous sommes sur le point de lever la malédiction de toute façon, nous n’avons plus qu’à nous en occuper d’ici là. De plus, nous ne savons même pas si nous pouvons simplement divorcer. »

C’est étrange de parler de divorce en tant que lycéen. Mais dans un sens, j’étais maintenant un homme marié.

« Tu sembles étrangement calme, Katsuragi, » déclara-t-elle.

« Ce n’est pas mon premier mariage, » répondis-je.

« Ce n’est pas le cas ? » demanda-t-elle, surprise.

« Bien sûr que non. Le mariage est une chose normale dans les jeux, » répondis-je.

« J’aurais dû le savoir ! » s’exclama-t-elle avec mépris.

« Pense à moi comme un petit ami que tu as pris par commodité, » déclarai-je.

« C’est encore pire. Tu aimes ça, n’est-ce pas ? » demanda-t-elle.

« En quelque sorte, » répondis-je. « Il y a beaucoup d’avantages, alors nous pouvons simplement déclarer qu’il s’agit d’un partenariat de convenance. »

« Donc tu penses si humblement à mon sujet, » répondit-elle.

« Franchement, ce n’est qu’un moyen d’arriver à une fin positive, » répondis-je. « Mais tu devrais jeter un coup d’œil à ta Magie Divine qui se trouve dans ta classe de Prêtre. Tu as une nouvelle compétence nommée “Torche”. C’est peut-être une façon d’explorer ce passage souterrain d’une manière plus simple. »

« Ne regarde pas mon menu de statut ! » s’écria-t-elle.

« Tu peux regarder le mien si tu veux, » déclarai-je.

Une veine était apparue sur ses tempes. Elle était vraiment en colère !

« Momokawa, je suis contre la violence domestique, » déclarai-je.

En disant ces mots, j’avais gagné une claque sur la joue.

 

Vous gagnez 1 PMA.

Taquiner votre femme est une chose amusante à faire, mais ne vous emportez pas.

 

C’est étrange.

Je dois vérifier les listes plus tard, mais peut-être qu’il y a encore des choses qui peuvent y être exploitées.

Pour l’instant, je vais juste ignorer la partie « mariage ».

Après un certain temps de calme, nous étions descendus de la falaise et Momokawa avait utilisé son tout nouveau sort de Torche. Une boule de lumière blanche était apparue sur sa paume. C’était aussi brillant qu’une véritable torche.

J’étais passé avec la classe Éclaireur.

« Katsuragi, tout ton corps semble se remodeler chaque fois que tu changes de classe, » déclara-t-elle.

« C’est tout à fait normal. Comme la classe d’Éclaireur a beaucoup plus de Force que la classe Étudiant et que le Lancier a encore plus qu’Éclaireur, mes muscles doivent s’y adapter. Tout est dans le manuel, » en vérité, cela dépendait des améliorations apportées par ces classes, et de la croissance des statistiques, mais ce n’était pas quelque chose de facile à expliquer pour le moment.

« Mais nos camarades de classe ne changent pas vraiment quand ils le font, » déclara la jeune femme.

« Peut-être, est-ce ainsi, car ils ont tous choisi ce à quoi ils sont habitués ? » demandai-je. « Je ne suis pas très athlétique, tu sais. Donc, si je passe à une classe de combat, alors bien sûr, j’aurai des muscles. Je suis sûr que le Judo Cervelle de Muscles a pris quelque chose comme Lutteur en classe et ainsi de suite. »

« C’est peut-être vrai, » répondit-elle.

« Tu vois. Mais concentrons-nous sur ce qui nous attend. Je vais aller à l’avant. J’ai la compétence Vision Nocturne, donc je pourrai bien voir dans l’obscurité, » déclarai-je. « Nous n’avons toujours pas d’armes à part des pierres et un os chacun, alors il vaut mieux me laisser m’occuper de tout. »

« C’est ce que j’avais déjà prévu de faire. Car si j’obtiens PX en ne faisant rien, je ne penserai même pas à m’immiscer dans tes combats, » déclara-t-elle.

« ... Voyons d’abord le ratio. Si tu n’obtiens que 10 %, alors nous devrions plutôt poursuivre notre tactique standard le plus longtemps possible. Si le ratio est plus élevé, nous pourrions mieux nous débrouiller avec le travail d’équipe. »

En disant cela, nous avions exploré le passage souterrain. C’était assez grand pour que deux personnes puissent marcher l’une à côté de l’autre la plupart du temps, mais nous restions en ligne pendant tout ce temps. Il n’y avait rien d’intéressant, juste un tunnel en pierre. J’en avais déjà vu à l’époque où j’étais en solo, mais Momokawa restait tout le temps près de moi. Peut-être que l’étroitesse était en train de l’avoir petit à petit.

Puis j’avais entendu quelque chose. « J’entends l’eau couler devant moi. »

« La rivière souterraine ? » demanda-t-elle.

« Je ne suis pas sûr, » déclarai-je à voix basse. « Attention, il y a une fissure. Attends ici un moment. »

J’avais utilisé ma Furtivité et j’avais regardé derrière le coin du passage. Il y a plusieurs chauves-souris suspendues à l’envers au plafond. Du moins, elles ressemblent à des chauves-souris. Comme elles étaient recouvertes par leurs ailes, il pouvait s’agir de n’importe quoi à l’intérieur, car après tout, je ne les connaissais pas.

J’étais donc retourné auprès de Momokawa.

« Plusieurs créatures avec des ailes de chauve-souris se trouvent devant. Comment vont tes... Attends, » avais-je commencé à demander.

Je peux simplement vérifier moi-même le mana de Momokawa. Je n’ai plus besoin de demander, pensai-je.

Pas bon. Ses PM étaient à environ la moitié, et elle devait régulièrement lancer la restauration de l’Endurance sur nous et même si notre régénération naturelle de PE allongeait le temps jusqu’à ce que cela soit nécessaire, nous devrions faire très attention à chaque activité qui coûterait des PV et des PE.

L’utilisation de Compétence de Perception coûtait un peu de PE à chaque usage, mais cela augmentait grandement nos chances de survie. D’autre part, une bataille inutile...

Même si, en tant que joueur, je n’aime pas l’ignorer. Mais sans armes décentes...

« Katsuragi, à quoi penses-tu ? » demanda-t-elle.

« Je me demande si nous devrions chercher un autre chemin ou remonter, » répondis-je. « Si nous arrivons de nouveau à la source chaude, nous pouvons nous reposer grâce à l’eau qui permet une récupération du PE jusqu’à ce que tu récupères tous tes PM. Mais si ce chemin mène à la rivière souterraine, nous pouvons encore utiliser son eau et chercher un moyen de sortir de ce gouffre. Je ne sais rien de ces chauves-souris et nous sommes peut-être sous-équipés pour y faire face. »

Momokawa avait réfléchi quant à mes paroles, tandis que sa main droite jouait avec l’anneau à sa gauche. Elle regarde souvent l’anneau avec incrédulité. Elle ne l’acceptait pas si facilement.

« Dorment-elles ? » avait-elle brusquement demandé.

« Hein ? » m’exclamai-je.

« Ces chauves-souris, dorment-elles ? » demanda-t-elle à nouveau.

« Je suppose. Laisse-moi-le vérifier encore une fois, » déclarai-je.

Je m’étais faufilé vers elles et j’avais concentré mon attention sur mes oreilles. Un son rythmique de respiration pouvait être entendu.

« Elles dorment bien, » avais-je annoncé après être retourné auprès d’elle.

« Peux-tu t’approcher de l’une d’elles, l’attraper et lui briser le cou avant qu’elle ne fasse du bruit ? » demanda-t-elle.

« ... Je pourrais essayer de me faufiler vers la première. Mais c’est au coin du chemin, donc la lumière n’atteindra pas assez loin pour que je puisse la voir clairement, » répondis-je.

« Dans ce cas, je pourrais aller au coin du chemin, » déclara-t-elle.

« Ça pourrait réveiller les chauves-souris, » répliquai-je.

« Si ce sont des chauves-souris, elles devraient déjà savoir que nous sommes ici à cause de nos voix, » répondit-elle.

C’était un bon point qu’elle annonçait là.

J’avais donc utilisé ma Furtivité pour atteindre les chauves-souris et Momokawa s’était lentement dirigée vers le coin. Ce n’étaient pas des chauves-souris, mais une autre sorte de monstre. C’était de la taille d’un enfant, ces créatures avaient un corps humanoïde verdâtre. Peut-être qu’ils étaient intelligents et amicaux.

Mais il était très probable qu’elles ne l’étaient pas.

Rapidement, j’avais saisi la tête avec mes deux mains, puis je l’avais brusquement tordue et je lui avais brisé le cou. Même en tant qu’Éclaireur, ma Force suffisait pour le faire, car ces monstres étaient fragiles !

Les autres chauves-souris ne s’inquiétèrent même pas de ça. Peut-être que leur ouïe n’était pas aussi bonne que prévu. Finalement, ce fut des victimes faciles.

Sept cous brisés plus tard, Momokawa et moi avions vérifié notre menu d’état.

« Nous obtenons la même quantité de PX. Je ne sais pas si c’est 50/50, 100/100 ou quoi que ce soit d’autre. Nous ne pourrions pas le savoir à moins que nous tuions quelque chose que je connais. Il faut que ce soit des créatures que je me souvienne de la quantité de PX que tu obtiendrais de ce monstre sans ce pouvoir, » avais-je dit.

« Je vois. Au moins, je n’ai plus besoin de participer au meurtre, » déclara la fille qui avait suggéré de briser le cou de plusieurs créatures dans leur sommeil.

Et pas seulement cela... « Katsuragi, ces types sont comestibles. Prenons-en une avec nous, jusqu’à ce qu’on trouve mieux. » Le cours de cuisine est très utile ici. Je dirais que cette fille est déjà autant une chasseuse de sang-froid que moi.

Nous avions continué notre exploration de la grotte. Plus nous allions dans les profondeurs, plus il faisait chaud. Mais cela devrait être un signe que nous nous étions approchés de la rivière souterraine de la source chaude... il fallait essayer de rester positifs.

Une demi-heure après la rencontre avec les chauves-souris, nous étions arrivés dans une grande grotte.

La lumière du soleil brillait à travers une fissure au sommet. Cependant, c’était trop petit pour qu’un humain puisse s’y glisser. Au fond se trouvait une autre partie de la source chaude, mais comme la grotte était spacieuse et qu’une certaine ventilation était assurée par la fissure au plafond, il s’agissait probablement de l’endroit le plus tempéré que nous avions trouvé jusqu’à présent dans ce gouffre. Au bord de la source chaude, il y avait même des arbres !

« Momokawa, cela semble trop beau pour être vrai, nous devrions faire attention, » déclarai-je. « Je suis sûr que quelque chose a déjà fait de ce lieu son territoire. »

« C’est vrai, » déclara-t-elle.

Nous nous étions approchés de la source chaude, mais cette fois Momokawa était allée de l’avant, pendant que je montais la garde. Il n’y avait personne ici en ce moment.

Après ça, nous avions tous les deux bu de l’eau afin de reconstituer notre PE et nous avions convenu que nous resterions ici pendant un certain temps. Tant que j’avais ma capacité de Perception, nous étions aussi prêts à toute situation que possible. Bien sûr, c’était dangereux, mais il s’agissait aussi du meilleur endroit pour se reposer.

Peut-être qu’il y avait d’autres endroits comme celui-ci dans le gouffre, mais nous ne les connaissions pas. D’une certaine façon, les monstres devaient bien pouvoir survivre ici.

« Peut-être que les monstres qui utilisent cet endroit sont diurnes, » déclarai-je. « Mais il n’y a aucune raison pour que nous soyons tous les deux sur nos gardes. Fais une sieste, Momokawa. Nous avons besoin de tes PM. »

Hier, nous n’avions pas bien dormi lorsque nous étions dans cette caverne sombre, alors elle était probablement assez fatiguée.

« D’accord, » avait-elle répondu.

Nous nous étions donc dirigés vers les arbres et Momokawa s’était assise à côté de l’un d’entre eux. Puis elle s’était plaquée contre l’arbre et avait fermé les yeux. Le sort de Torche avait disparu. Cependant, comme il y avait un peu de lumière du jour dans cette grotte, ma Vision Nocturne fonctionnait toujours très bien.

La noirceur se trouvant l’extérieur de ma portée de 50 mètres faisait qu’il était difficile de savoir où se trouvaient les autres entrées, alors j’avais essayé de rester concentré. D’habitude, je ferais aussi une sieste, puisque j’avais la compétence Dormurnal, mais après avoir brisé le cou de monstres endormis, j’avais du mal au fond de moi à penser que la zone était sûre pour me reposer.

Il était difficile de rester concentré en mode veille. Mais cela ne durerait qu’une heure tout au plus.

En parlant de temps... Nous avions 2 semaines pour achever le pèlerinage. Il y avait quatre jours de voyage d’Esse à Heissquellen. Et actuellement, ce n’était que le deuxième jour dans le gouffre. Si nous nous dépêchions de rentrer, nous n’aurions probablement besoin que de deux jours et demi pour retourner à Esse, une fois que nous aurions fui cet enfer. Neuf jours étaient donc passés ou déjà réservés.

Il nous reste encore cinq jours à notre disposition. C’est beaucoup, oui ou non ? Je n’en sais rien. Mieux veux ne pas y penser.

Pour commencer, je dois faire le guet. Attends, qu’est-ce que c’est sur le bord de l’eau ? Est-ce un squelette ? J’avais approché du tas d’os.

Un squelette humain. Je lui avais jeté une pierre.

Pourquoi ? Parce qu’il pourrait être mort-vivant.

Même si je n’en avais jamais vu en dehors de la fiction, j’avais agi ainsi. Y a-t-il des morts-vivants dans ce monde ?

Au moins, ce squelette n’avait pas réagi aux pierres. Je devais donc y jeter un coup d’œil par moi-même. Il pouvait s’agir d’un aventurier ou d’un soldat. Mais pour moi, c’était une bouée de sauvetage. Les vêtements n’étaient que des lambeaux, mais le sac à dos en cuir était encore utilisable. Le fermoir était cassé, donc c’est plus un sac maintenant. Quelqu’un ou quelque chose avait déjà fouillé afin de voir son contenu.

Sur le sol, il y avait un couteau rouillé. Je l’avais pris et je l’avais manié d’une seule main.

 

[Couteau rouillé]

Description : Ce couteau n’a pas été utilisé depuis des années. Même s’il est rouillé, il peut toujours servir d’outil.

Statut : + 2 en Attaque

Valeur : 1 pièce d’or

 

Un couteau. Un vieux couteau rouillé. Rien de spécial à ce sujet. Mais si précieux en ce moment. Et il y a aussi d’autres choses. Une outre déchirée, une aiguille et du fil, une couverture déchirée, du silex et un briquet en acier et des torches mouillées.

Si c’était le moi d’il y a trois jours, je les considérerais comme des déchets. Mais maintenant, je le voyais comme un trésor, j’avais tout ramassé et j’avais fait demi-tour.

Je voulais appeler Momokawa, mais je m’étais souvenu avant ça qu’elle faisait une sieste. Et surtout, je ne voulais pas la réveiller. Et c’était d’autant vrai après avoir pensé à sa sale attitude, ce qui montrait bien le fardeau de notre mode de vie actuel.

Attends, qu’est-ce que c’est ? Et pourquoi maintenant ?

Je suppose que je ressens aussi beaucoup de stress, car le fait de regarder une fille dégoûtante aux cheveux en pagaille et sans aucune dignité me rend excité.

... Elle dort, n’est-ce pas ?

Après ça, j’avais monté la garde pour qu’aucune bête n’attaque l’un de nous. Je pourrais aussi bien... Ce que je pensais à ce moment-là, c’était que cela serait mauvais si un loup dévorait Momokawa par pur instinct.

À quoi est-ce que je pense ? Putain de merde. Je la déteste !

Je savais que mon excitation devait être un instinct de survie ou quelque chose qui s’y rapprochait. Cela devait sûrement être quelque chose comme de vouloir laisser une progéniture en cas de disparition. C’était donc une réaction tout à fait naturelle selon moi.

Il est temps de me débarrasser de toutes mes frustrations, de mon stress et de mon irritation.

Après avoir trouvé un endroit d’où je pourrais détecter la plupart des intrus tout en étant loin de Momokawa, j’allais enfin pouvoir me soulager.

***

Partie 5

Après.

Je m’étais nettoyé et je m’étais assuré qu’il n’y avait pas d’odeur laissée derrière moi. Toutes les traces devaient être enlevées.

Il était temps de réveiller Momokawa. « Momokawa ? »

« Hn... Bonjour. Quelque chose ne va pas ? » demanda-t-elle.

Bonjour ? Depuis quand dit-elle bonjour ? Peut-être que faire une sieste a amélioré son humeur. « Rien. Pourquoi cette question ? »

« Tu as l’air différent..., » répondit-elle.

Peut-être parce que je suis beaucoup plus calme maintenant ? « J’ai aussi pu me détendre un peu. »

« Veux-tu aussi faire une sieste ? » demanda-t-elle.

« Pas besoin. Mais j’ai quelque chose à te montrer, » déclarai-je, puis j’avais posé les trésors que j’avais trouvés devant Momokawa.

« Ce serait utile, » déclara Momokawa en souriant légèrement.

Pourquoi est-elle si gentille ? Peut-être qu’elle est encore endormie.

Eh bien, continuons. « Sais-tu coudre ? »

« Un peu. Et toi, Katsuragi ? » demanda-t-elle.

« Chaque fois que j’essaie de réparer mon pantalon, il se déchire après cinq minutes, » répondis-je.

Ah, maintenant elle est redevenue normale, car elle roule des yeux. « Je vais essayer. Mais j’ai besoin d’un patch. »

« Un patch... Attends, » déclarai-je.

J’avais regardé la chauve-souris au cou brisé que nous avions pris avec nous.

« Qu’en penses-tu de l’aile de la chauve-souris ? » demandai-je.

« Ça pourrait marcher, » me répondit-elle.

J’avais pris le couteau et la chauve-souris et j’avais coupé les ailes.

Momokawa m’avait alors donné des instructions sur la façon de couper la partie en cuir pour faire un patch.

Ce n’était clairement pas facile de réparer l’outre à eau, d’autant plus qu’elle ne pouvait pas utiliser la Torche pendant le processus de couture. La Torche apparaît sur sa main libre, donc coudre et éclairer n’était pas possible en même temps.

Mais Momokawa travaillait encore dessus dans cette lumière tamisée. Cela se faisait à un rythme lent, mais elle se concentrait tellement qu’elle ne se plaignait même pas beaucoup. Et quand elle l’avait fait, c’était plus à propos de moi, que sur le travail en lui-même.

Assez rapidement, l’outre à eau avait été réparée. Il y avait encore des fuites d’eau au niveau de la couture, mais au moins vous pourriez le transporter pendant un certain temps.

« Bon travail, Momokawa, maintenant on peut — Silence ! » déclarai-je.

J’avais entendu le bruit de pas lourds. C’était comme si cela viendrait de pattes. Oui, sûrement une bête.

« Cache-toi derrière ces arbres, » ordonnai-je.

J’avais activé la compétence de Camouflage en me collant contre le sol. Mon corps et mon équipement avaient donc changé de couleur pour correspondre à la pierre de la grotte. Momokawa avait couru vers les arbres et s’était cachée derrière eux comme je l’avais ordonné.

Seule la faible lumière du jour éclairait la grotte. Et le maître de cette grotte était alors entré.

C’était un gros ours rouge et c’était peut-être même celui que nous avions vu hier.

J’avais donc désactivé mon Camouflage, car celui-ci était un lâche. Cette fois, j’avais les classes d’Éclaireur et de Lancier et je pouvais donc simplement le tuer ou l’effrayer sans devoir bluffer.

Il avait humé l’air puis il avait tourné sa tête. Après ça, il avait rugi. C’était vraiment comme la dernière fois, hein ? C’était facile de rester calme face à ça. J’avais pris avec force le couteau et j’avais effectué un sourire assoiffé de sang. L’ours devrait reculer d’une seconde à l’autre.

Wuush !

Rapidement, l’ours rouge m’avait attaqué et seule ma compétence de Focus m’avait permis d’échapper à l’attaque au dernier moment.

« *RUGISSSSEMMMENNNTT !* »

Cet ours rouge était très agressif.

J’avais donc changé ma classe pour celle de Lancier. Même si je n’avais pas de lance, cette classe avait une Force et une Vitalité qui étaient dans tous les cas meilleures que celle d’un Éclaireur. Avec ça, j’étais mieux dans la plupart des situations de combat.

Est-ce moi ou bien les griffes de l’ours sont-elles brillantes ? Six attaques de griffes m’avaient frappé presque simultanément. Mes vêtements s’étaient retrouvés maintenant avec beaucoup de trous. Et bien pire encore, mon corps était dans un tel état. Était-ce une compétence ? Est-ce que les monstres avaient aussi des compétences ? Je n’avais jamais vu quelque chose comme ça avant !

Mais ma haute caractéristique de Vitalité m’avait permis de rester debout, même si les blessures me faisaient un mal de chien. J’avais donc poignardé l’ours rouge avec le couteau, mais comme l’ours rouge avait deux fois la taille d’un ours rouge normal, un petit couteau ne le blessait que faiblement. Un ou deux coups de couteau n’étaient pas si dangereux pour une telle créature.

Puis je l’avais en plus frappé au visage. Cela ne lui fera pas mal non plus, mais au moins, l’attaque infligerait des dommages mentaux. Je me rendais déjà compte que la seule façon de survivre était d’être sur l’offensive. Comme cet ours faisait de sérieux dégâts, je devais le maîtriser avant qu’il ne puisse faire la même chose vis-à-vis de moi.

Je l’avais donc poignardé, encore et encore, tel un sauvage. J’attaquais chaque centimètre de son corps !

« RUGISSSSEMMMENNNTT ! »

 

 

Le rugissement avait libéré une onde de choc qui m’avait fait reculer de plusieurs mètres. Une autre compétence, je présume.

Maintenant, je m’étais retrouvé allongé sur le sol, alors que je n’avais pas pu amortir ma chute. L’ours rouge s’était placé devant moi.

Ah, je suis mort. Je suis étrangement calme à ce sujet.

Une griffe rouge s’était levée et était sur le point de me donner le repos éternel. Mais elle n’était jamais descendue.

Une pierre avait volé droit dans l’œil de l’ours. Il avait grogné douloureusement et j’en avais profité pour me changer en Éclaireur et activé en même temps mon Camouflage et ma Dissimulation des Odeurs.

L’ours m’avait regardé, mais il ne pouvait pas me voir. Et plus important encore, l’odorat avait disparu. Ces deux compétences n’étaient pas bonnes si quelqu’un sait que vous étiez là. Mais les ours ne comptaient pas trop sur la vue et mon odeur était déjà partout. Donc mon odeur affaiblie n’attirerait pas l’attention, du moins, c’était ce que j’espérais.

L’ours rouge avait alors reniflé dans la zone... puis il avait marché jusqu’à Momokawa. Putain de merde !

Elle m’avait sauvé tout à l’heure alors je n’avais pas le choix.

Je m’étais levé et j’avais sauté sur l’ours. Le couteau que je tenais encore dans ma main avait perforé le dos à plusieurs reprises, pendant que j’essayais d’atteindre son cou. J’avais poignardé plusieurs fois sa nuque, espérant endommager les vertèbres.

L’ours rouge avait alors violemment bougé sur lui-même, essayant de se débarrasser de moi. Une autre pierre avait volé droit dans son front.

Après ça, nous étions tombés tous les deux, et tout mon corps souffrait. Alors qu’il était sur le point de se relever, j’avais vu ma cible. C’était sa gorge.

J’avais alors puisé dans mes dernières réserves et j’avais tranché d’une unique poussée emplie de force.

L’ours s’était étouffé dans son propre sang alors qu’il lançait des attaques de griffes dans toutes les directions, l’une d’entre elles m’avait frappé à l’estomac. Des éclaboussures de sang s’étaient répandues partout, j’étais fini de ce côté-là.

Mais au moins, l’ours s’était finalement effondré.

« Guérison ! »

Après ça, la douleur s’était atténuée.

« Es-tu toujours en vie ? » demanda-t-elle.

« ... À peine, » avais-je répondu dans un murmure.

« Je sais, je sais. Guérison ! »

La magie de guérison, c’est génial. Dans des circonstances normales, je mourrais probablement à cause des blessures.

« Cela pourrait laisser des marques et ton corps te fera encore mal pendant un certain temps, même si tous tes PV sont de retour, » déclara-t-elle.

« Je vois, » répondis-je.

« Tu es stupide, tu es sorti de ta cachette ! » déclara-t-elle.

« Je pensais qu’il s’enfuirait encore une fois quand je serais agressif, » répondis-je.

« Pourquoi n’as-tu pas fui, alors que tu étais surpuissant ? » demanda-t-elle.

« Il t’aurait attaqué, » répondis-je.

« J’étais cachée, » me déclara-t-elle.

« À peine, » répliquai-je.

« Tu es vraiment stupide, » s’écria-t-elle.

Nous savions que nous avions besoin l’un de l’autre. Même si la malédiction était annulée temporairement pour l’instant, elle pourrait revenir immédiatement si je laisse Momokawa mourir. Et de son côté, Momokawa ne pourrait pas survivre ici sans moi.

Mes PV étaient de nouveau au maximum. Par contre, les PM de Momokawa étaient épuisés. La source chaude ne récupère que le PE, nous avions donc besoin d’un autre repos. Continuer sans les PM de Momokawa, c’était du suicide.

« Nous allons nous reposer pour aujourd’hui, jetons un coup d’œil, s’il y a une caverne plus petite ici. L’ours doit avoir un endroit où dormir à proximité, » déclarai-je.

La grande caverne avait 4 sorties en plus de la faille au plafond. L’une d’entre elles menait à une petite grotte.

« Katsuragi, regarde, » déclara-t-elle.

Il y avait deux petits.

« Alors on a tué leur mère, » continua-t-elle.

Ces petits étaient quand même aussi grands que les enfants humains. Leur fourrure était orange, mais peut-être qu’ils deviendront cramoisis dans quelques années.

« Ils sont si mignons ! » déclara-t-elle immédiatement. J’avais alors pensé : Je vois. C’est ce qu’une réaction typique d’une fille semble être. Mais après ça, elle avait rajouté. « Et surtout, comestible. »

Ou pas.

« ... C’est surprenant, » murmurai-je.

« Nous avons le choix entre les petits, la mère ours et la chauve-souris, » annonça-t-elle.

« Oublions la chauve-souris-gnome, mais l’ourson ne serait-il pas mieux à manger ? Plus de viande, » demandai-je.

« C’est assez juste. Elle sera gâtée avant qu’on la finisse, » répondit-elle.

« Mais qu’est-ce qu’on fait pour les petits ? » demandai-je.

« Que ferais-tu dans un jeu ? » demanda-t-elle.

« Les tuer pour obtenir du butin et des PX, » répondis-je.

« Cela semble logique. Alors, nous aurons ainsi aussi de la viande, » déclara-t-elle.

En fin de compte, tout était une question de survie.

 

☆☆☆

 

Nous avions dépouillé les ours et Momokawa les avait coupés en morceaux.

Être un Cuisinier est très pratique.

J’avais utilisé mes compétences en Campement pour installer le camp et allumer un feu. Sans cette capacité, cela aurait pu prendre environ une heure, mais avec le Campement cela n’avait pris que quelques minutes. Même le bois humide des arbres et les torches s’allumèrent en quelques secondes.

Nous avions utilisé des branches comme brochettes et grillé la viande sur le feu. Avec Recherche de Nourriture, j’avais pu discerner quelques herbes et champignons comestibles, qui poussaient dans la grande caverne.

C’est un festin !

« « Merci pour la nourriture !» » avions-nous déclaré avant de nous mettre à manger.

J’avalais chaque bouchée.

« Savoureux ! » déclarai-je.

« Merci, » répondit-elle.

C’est vraiment délicieux.

 

Vous gagnez 1 PMA.

Manger les repas préparés à la maison par votre tendre épouse est une bénédiction offerte par le mariage.

 

« Pff. » J’avais ignoré la fenêtre pop-up.

On dirait que Momokawa en avait aussi un. Elle était visiblement très ennuyée par ça.

J’avais alors continué comme si rien ne s’était produit. « La fourrure peut puer, mais fera de bons matelas. La peau des petits peut être utilisée comme oreiller. Puisqu’il fait chaud ici, nous n’avons pas besoin de couverture. Cette fois, nous pourrions dormir un peu plus confortablement. »

« Alors, tu veux vraiment rester ici pour une journée ? » demanda-t-elle.

« Sans ton mana, nous ne pouvons pas prendre le risque. Les MP sont récupérés au fil du temps et plus rapidement si tu te reposes. Il est donc évident que tu dois te détendre autant que possible, pendant que je surveille. »

« Qu’en est-il de toi ? Tu seras rapidement épuisé mentalement, » demanda-t-elle.

« Un petit prix à payer, » répondis-je.

« Mais ta compétence Dormurnal te permet de dormir et de monter la garde en même temps, n’est-ce pas ? » demanda-t-elle.

« Je ne me souviens pas de te l’avoir dit, » répondis-je.

« Je peux aussi vérifier ton statut et tes compétences à tout moment, » répondit-elle.

« Eh bien, ce ne sont que pour les sons. Donc si quelque chose s’approche sans bruit, nous sommes condamnés, » expliquai-je.

« C’est le repaire de l’ours pourpre. Rien ne s’en approchera, » déclara-t-elle. « Et j’ai besoin que tu te concentres demain. »

« D’accord, on va se relayer, » avais-je fini par accepter.

« Toi d’abord, tu souffres toujours de l’ours, n’est-ce pas ? » me demanda-t-elle.

« Cela va tant que je ne bouge pas, » répondis-je.

Momokawa avait doucement gloussé. J’avais aussi ricané un petit peu. Nous étions déjà si déprimés, que le sarcasme devenait quelque chose de drôle.

Après avoir fini le repas, je m’étais allongé sur le lit improvisé.

« Katsuragi, dors bien, » déclara-t-elle.

« Merci, » répondis-je.

Ça pue, la fourrure est trop chaude dans cet air chaud. Mais je m’endors déjà.

...

...

...

Une partie de ma conscience était encore active.

J’entendais chaque pas que Momokawa faisait.

Elle était sortie la grotte. Toutes les pensées étaient lentes et insaisissables dans mon état. Je ne pouvais pas activer d’autres compétences, comme Intensification.

Dès que j’entendais quelque chose, que je pouvais désigner comme étant le son d’une activité, je pouvais décider de me réveiller ou non. Cette fois, je m’étais réveillé.

J’avais utilisé Intensification pour distinguer les sons produits par Momokawa. Un ruissellement pouvait être entendu.

Oh.

Pause salle de bains.

J’avais effectué une expiration tendue, comme si quelque chose de grand était sur le point d’arriver. Vite, j’avais désactivé Intensification.

Même si des pauses pour cela avaient été faites dans le passé, nous avions toujours gardé nos distances et nous n’en avions pas parlé. Momokawa se retenait depuis son arrivée au gouffre. Et de mon côté, j’avais complètement oublié qu’elle devrait le faire, un jour ou l’autre.

Je n’en parlerai jamais, c’était trop privé.

Il valait mieux se rendormir.

...

Momokawa était après ça de retour. Elle s’était approchée de moi. Et maintenant, elle restait immobile. Elle s’était ensuite agenouillée. J’étais alors légèrement conscient qu’elle prenait ma main gauche dans ses deux mains.

Est-ce que je m’en soucie ?

Non.

...

...

...

Elle avait laissé tomber et s’en était allée.

...

...

...

« Katsuragi. Ce n’est pas trop tôt, » murmura une voix féminine.

Je m’étais réveillé. Les informations que j’avais recueillies me martelaient mes pensées.

« M’as-tu fait quelque chose ? » demandai-je.

« T’en es-tu rendu compte ? » demanda-t-elle.

« Un peu. Tu as pris ma main, » déclarai-je.

« J’ai inspecté ta bague, » annonça-t-elle.

« Je vois. Quelque chose d’intéressant ? » demandai-je.

« L’as-tu inspecté récemment ? » demanda-t-elle.

« Franchement, non, » avais-je répondu.

Mais je ferais mieux de le faire maintenant.

 

[Bague de mariage du lion]

Description : Cette bague est un cadeau et une malédiction. Il change les façons dont le monde agit pour donner du pouvoir à celui qui la porte, mais si elle n’est pas manipulée correctement, elle le tuera lentement. Pour exploiter le pouvoir au maximum, vous devez trouver quelqu’un en qui vous pouvez avoir confiance et l’aimer véritablement, tout en partageant ce don et cette malédiction.

Statut : Inamovible. Mariage avec Momokawa Kyou. Permets l’utilisation du système PMA.

Valeur : 0 pièce d’or

 

C’est différent d’avant. Quel objet totalement défaillant !

« Et la tienne, Momokawa ? » demandai-je.

« Tiens, » déclara-t-elle.

Elle me montra sa main gauche et j’avais donc pu inspecter la bague comme si elle était à mon doigt.

 

[Bague de mariage de la Lionne]

Description : Cette bague a été créée par la Bague de mariage du lion et est le symbole de confiance, de loyauté et d’amour. Alors qu’il place sur le porteur une malédiction puissante, il permet en même temps d’utiliser une puissance qui défie le monde. Tant que vous restez fidèle, la malédiction ne vous fera pas de mal.

Statut : Inamovible. Mariage avec Katsuragi Kenta. Permets l’utilisation du système PMA.

Valeur : 0 pièce d’or

 

« Le système PMA... Je n’ai pas encore vérifié, » déclarai-je.

J’avais ouvert le menu d’état et j’avais regardé le système PMA. Il y avait deux énormes listes. La première était avec des moyens d’obtenir des PMA. Une autre qui indiquait la valeur en PMA afin d’obtenir des capacités spéciales et bonus.

Les moyens d’obtenir PMA sont... flirter ?

Certains étaient totalement malades. Et d’autres impossibles. Les plus inoffensifs seraient des choses comme : « S’appeler l’un et l’autre par son prénom ou son surnom. 1 PMA/jour ». Une autre méthode assez médiocre serait : « Dormir l’un à côté de l’autre. 1 PMA/nuit ». Une assez difficile serait : « Faites A avec B, un nombre de fois C. 10 PMA/Jour ».

J’avais fermé la liste des manières d’obtenir des PMA puisque ce dernier était beaucoup trop limite. Mon désir d’utiliser une barre de censure m’avait fait mettre des lettres à la place de ces mots spéciaux là-dedans.

Il suffisait de jeter un coup d’œil à la liste des récompenses pour constater que les avantages moindres se situaient au moins à deux chiffres.

Mais franchement, quels avantages ! Si nous pouvions élever les PMA à 80, nous pourrions obtenir... Quelqu’un a-t-il allumé le climatiseur ? J’avais des frissons sur tout le corps.

Attends, c’est Momokawa. Une sombre aura de terreur l’entourait. Elle me regardait, comme si j’avais volé et mangé son sundae à la crème glacée. Elle m’avait chuchoté : « N’y pense pas, » sur un ton glacial.

« Je ne l’ai pas..., » commençai-je.

« Ne fais pas ça ! Réfléchis ! À propos de ! Ça ! » continua-t-elle à murmurer.

« Oui, » répondis-je.

Elle avait maintenant souri. Mais son sourire me foutait la trouille. Peut-être que j’avais tort et que le vrai visage de Momokawa n’était pas celui d’une salope manipulatrice. Elle était peut-être plutôt une bête venimeuse qui était rarement libérée.

Je ferais mieux de fermer la liste d’achat de pouvoir à l’aide de PMA. Et de changer de sujet.

« Tu devrais vraiment dormir, Momokawa. Demain sera une longue journée, » déclarai-je.

« Tu as raison, j’ai fabriqué des remèdes avec les herbes que tu m’as apportées, prends-les, » déclara-t-elle. « Cela remplira un peu de PV lorsque tu les poseras sur une plaie. Alors, mets-en un sur ton estomac, les remèdes sont plus efficaces pour prévenir les cicatrices que ma magie. »

Il s’agissait d’un cataplasme aux herbes. Elle l’avait fait avec des herbes et la couverture déchiquetée que j’avais trouvée.

« Merci ! Dors bien, » déclarai-je.

« Merci, Katsuragi, » répondit-elle.

Quand elle sera endormie, j’irai aussi faire ma grosse commission.

Le deuxième jour dans le gouffre s’était ainsi terminé.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire