Je déteste être marié dans un monde imaginaire ! – Tome 1 – Chapitre 1 – Partie 1

***

Chapitre 1 : Du fantastique à la réalité

Partie 1

Comme je l’ai dit, mon nom est Katsuragi Kenta. J’étais en première année au lycée et je faisais partie du club de retour à la maison. Après l’école, je finissais mes devoirs et je jouais à mes jeux vidéo. J’avais les consoles les plus récentes, un PC décent et beaucoup de jeux. Pratiquement tout mon argent de poche avait été dépensé pour cela.

Mes parents étaient d’accord avec ça, tant que je réussissais un peu à l’école. Et je le faisais. Je m’étais classé 19e aux examens de mi-parcours puisque j’étudiais chaque soir un peu pour plaire à mes parents et ainsi pouvoir augmenter mon temps de jeu.

J’avais joué à différents genres, mais ma ludothèque était un peu déséquilibrée. Mes jeux préférés étaient des JDRs avec une bonne histoire ou une bonne dose de personnalisation. Donc, bien sûr, les MMORPG avaient également été inclus. Pour moi, c’était important d’être immergé dans un bon scénario bien conçu ou d’être capable d’essayer beaucoup de choses.

C’était presque toute ma vie à l’époque. Pas de vrais amis, pas de romance, pas de vie sociale. Et j’avais été un peu intimidé à l’école. Juste un peu. Cela n’avait pas trop fait mal. Mais quand vous parliez à une fille et qu’elle vous regardait comme si vous étiez un insecte laid, alors vous commenciez à vous demander pourquoi et à vous poser quelques questions.

Suis-je gros ? Eh bien, un peu. Pas vraiment gros, mais plutôt rond.

Suis-je laid ? Eh bien, je ne suis pas mignon. Mais je dirais que mon visage est dans la moyenne et que mes lunettes ne sont pas si accrocheuses.

L’éducation physique n’était pas mon point fort non plus, et oui, peut-être que d’autres garçons se moquaient de moi quand j’étais incapable de sauter par-dessus le cheval d’arceau.

Et peut-être que j’étais un peu petit, je faisais 1,65 m. Mais franchement, c’était juste un peu.

J’avais toujours eu l’impression que les garçons se moquaient de moi, alors que les filles étaient un peu dégoûtées. Je ne savais pas quand cela avait commencé et pourquoi. Les choses qu’ils avaient faites étaient mineures. Comme sauter le service de nettoyage, quand ils étaient jumelés avec moi. Ou bien que personne n’avait volontairement fait équipe avec moi dans quoi que ce soit.

Mais je m’en fichais, c’était l’école, un lieu d’apprentissage. Si je voulais rencontrer des gens, je pourrais jouer en ligne ! Si quelqu’un m’avait demandé si je voulais vivre dans un monde fantastique, j’aurais clairement dit « non ».

Dommage qu’il n’y ait pas eu beaucoup de demandes dans mon cas.

 

☆☆☆

 

C’était un cours tout à fait normal ce matin-là. Tout le monde était présent, vingt-huit élèves, le professeur principal et un professeur assistant.

Après avoir fait l’appel, notre professeur principal, Saegusa Mamiko, nous avait parlé du festival culturel à venir et nous avait demandé ce que la classe voulait y faire. Puis notre présidente de classe, Momokawa Kyou, avait pris la relève.

Je m’en fichais.

Mais pendant que mes camarades de classe réfléchissaient à leurs idées, quelque chose semblait changer.

Tout d’abord, les voix avaient commencé à résonner à travers les pièces et les couleurs avaient blanchi. Puis les contours s’étaient estompés. C’était comme si toute la salle de classe avait changé de plan d’existence. Et puis une voix inhabituelle, unisexe, gronda depuis le sol.

« Bienvenue Héros, nous avons besoin de vous. Vous devez sauver le monde des démons maléfiques qui font la guerre à l’humanité et aux autres races de lumière. »

On dirait un vieux RPG. Sans aucune logique ou raison, mais quand c’étaient des jeux, c’était... eh bien, c’était probablement faux aussi. C’était ce que je pensais.

« Vous avez été choisi pour vous dresser contre les démons, mais ne craignez rien. Les individus de votre monde deviennent très puissants dans celui-ci et la récompense est grande, » avait-il continué.

Je voulais dire quelque chose, mais aucun mot n’avait quitté ma gorge. Probablement pas seulement la mienne. C’était peut-être la raison pour laquelle personne d’autre ne s’était plaint à ma place. C’était donc du kidnapping !

« Chacun de vous aura un manuel qui expliquera comment fonctionnent vos nouveaux pouvoirs. La récompense est un unique vœu parfait pour ceux qui tuent le Seigneur-Démon et mettent fin à la guerre. Vous aurez aussi tout ce que vous aurez accompli dans ce monde, » continua-t-il.

Un vœu parfait ?

« Vous serez transporté dans la capitale de Feuerberg, Esse. Aidez le roi et son peuple, » continua-t-il.

Avec une explosion de lumière, un choc avait traversé mon corps et j’avais fermé les yeux. Après que le choc se soit apaisé, je les avais de nouveau ouverts et j’avais vu une salle. Ou plutôt comme la pièce principale comme celle qu’on verrait dans une église.

Beaucoup de personnes étaient agenouillées et l’un d’entre eux avec une robe d’un blanc pur avait commencé a crié : « Grâce aux dieux, les héros sont enfin arrivés ! »

 

☆☆☆

 

C’était un peu cliché. Une classe japonaise transportée dans un autre monde en tant que héros. En tant qu’histoire, c’était bien, en tant qu’expérience de la vie réelle, ça craint.

Nous avions été transportés par un dieu de ce monde en réponse aux prières de l’église et de l’humanité.

La seule façon de revenir était avec l’aide des dieux et comme ils voulaient que nous luttions contre les démons, c’était peut-être la seule façon de revenir.

C’était l’essentiel, même s’il ne s’agissait que d’un résumé.

Nos professeurs étaient les seuls à être appelés par le roi, mais cela ne me dérangeait même pas. Laissons cela aux adultes. Après une heure ici, j’avais réalisé que vivre dans un monde imaginaire était encore plus dur que je ne le pensais.

Tout d’abord : Les repas étaient vraiment mauvais.

En tout cas, je n’appréciais pas un repas sans riz avec beaucoup de pain et de viande grasse. L’eau était de moins bonne qualité que l’eau du robinet et même s’ils l’appelaient un festin, les assaisonnements étaient si présents que l’on ne pouvait pas goûter du tout le repas.

Deuxièmement : pas de toilettes ! Un simple pot de chambre.

C’était humiliant.

Après la « fête » pour célébrer l’arrivée des héros, nous avions eu des chambres assignées et bien sûr personne ne voulait si possible être avec moi dans une chambre.

Mais à la fin, j’avais eu deux colocataires. Le premier était un peu ringard, l’autre un peu délinquant. Deux autres personnes venant de mon monde. Sur des lits avec des matelas durs, nous devions attendre que nos professeurs aient fini de parler au roi.

Ce n’était pas vraiment un problème, puisque j’avais pris ce temps pour vérifier le manuel dont la voix mystérieuse avait parlé. Même si nous n’avions rien d’autre avec nous, sauf des vêtements, chacun d’entre nous avait un sac à dos et un manuel à l’intérieur. Même les téléphones portables avaient disparu !

Le manuel comptait 36 pages et décrivait comment les pouvoirs des héros fonctionnaient.

Fondamentalement, tous les pouvoirs peuvent être classés en deux catégories : Renforcement et Gestion.

Renforcer la puissance, c’est comme le système de classes, ce qui améliorait nos Attributs.

Les attributs étaient les suivants : Force, Vitalité, Dextérité, Agilité, Intelligence, Persuasion et pour finir, la Chance.

La plupart d’entre eux étaient assez simples à comprendre, même si je n’étais pas trop sûr de la façon dont ils allaient fonctionner sur le long terme.

En tant qu’étudiant, mes attributs en dehors de l’Intelligence étaient plutôt bas. Mais après avoir appris une nouvelle classe, je pouvais obtenir un énorme coup de pouce pour certains de ces attributs. Ainsi, un guerrier obtiendrait un grand bonus en Force et en Vitalité.

Une capacité de Changement de Classe devrait même modifier les corps pour qu’ils correspondent à ces bonus. Donc, si je prenais la classe de Guerrier, je pourrais avoir de vrais muscles. Mais ce changement de corps ne se produisait qu’avec ces bonus de classe, et non avec la valeur réelle de l’attribut.

Pourquoi ? Aucune idée.

Chaque classe avait des Capacités. Ces Capacités sont comme le maniement de l’Épée, la Magie élémentaire ou le Vol. Chacune d’entre elles avait plusieurs Compétences qui lui étaient liées. C’était comme des techniques de combat ou des sorts. Au moins, elles étaient toutes un peu spéciales.

Et alors que vous ne pouviez avoir qu’une seule classe active, vous pouviez choisir jusqu’à quatre classes et passer d’une classe à l’autre assez facilement. Vous pouviez donc être un Sorcier en temps normal et vous transformer en Guerrier lorsque vous participez à un combat en mêlée.

Le manuel mentionnait plusieurs secrets dans le système de classes, qui devaient être découverts par vous-même. Et je n’aimais pas ça, parce qu’il n’y avait aucune raison de garder ces secrets. Si nous réussissons à tuer des démons, pourquoi les dieux étaient-ils si secrets ?

Donnez-moi un wiki de stratégie !

Comme pour les jeux, il y avait aussi d’autres statistiques. Comme les Points de Vie (PV), qui indiquait notre bien-être physique, les Points d’Endurance (PE) qui s’épuisaient avec toute activité épuisante et toutes les compétences non magiques et les Points de Magie (PM), qui servaient uniquement pour les sorts.

En fin de compte, il me semblait que je pouvais apprendre n’importe quelle classe assez facilement et acquérir les mêmes compétences que quelqu’un qui s’était entraîné pendant des années. C’était clairement de la triche.

Ceci concluait les pouvoirs de Renforcement.

La deuxième série de pouvoirs concerne la Gestion. Comme un écran d’état qui était affiché et utilisé par la pensée et les mouvements oculaires. Ou un écran d’inventaire, qui vous permet de prendre des articles dans le sac à dos sans même les chercher à l’intérieur. De plus, ces sacs à dos avaient beaucoup plus d’espace de rangement dans cet inventaire que leur taille ne le suggérait.

Ceux-ci n’étaient pas aussi intéressants, mais beaucoup plus importants et utiles à mon avis. Puisque vous pouviez voir à quel point vous étiez fort en chiffre, vous pouviez juger de ce que vous pouvez faire.

Je suppose que la capacité de changer de classe serait aussi un pouvoir de Gestion.

Il y avait même des mécanismes de niveau supérieur, des PX (points d’expérience) pour augmenter votre force en général et PC (Points de Capacité) pour augmenter vos capacités et compétences que vous obteniez en raison de vos classes.

Dans un certain sens, c’est vraiment comme un jeu.

Mais en tant que joueur, je savais que ce n’était pas un jeu. Pas d’ordinateur, pas de tablette de jeu, rien !

Alors que mes deux colocataires ne voulaient pas entamer une conversation, j’avais pris la liberté de quitter la pièce.

D’une certaine façon, j’avais eu le sentiment que je n’avais aucun contrôle sur cette situation.

Il serait facile de dire que je devrais faire tout ce qui devait être fait, mais je ne pouvais pas l’accepter.

Ce n’était pas un jeu.

Dois-je donc suivre aveuglément un chemin tout tracé ?

Normalement, les enseignants ne voudraient pas que nous nous impliquions, si c’était un roman ou autre.

Normalement, les élèves commenceraient à former des groupes de niveau supérieur et à se préparer pour la vraie question.

Ce serait bien ainsi. Cependant, quelque chose était étrange. Même si c’était mon imagination, quelque chose en moi avait résisté à tout cela. Je n’avais pas pu mettre le doigt dessus, mais quelque part, il semble y avoir un défaut.

En y réfléchissant, j’avais commencé mes préparatifs.

 

☆☆☆

 

Le lendemain matin, les enseignants nous avaient appelés. La pièce où nous nous trouvions était une petite salle à manger.

Saegusa Mamiko, enseignante de classe, avait commencé à nous parler. C’était une grande jeune femme avec des lunettes, ce qui donnait un peu l’impression d’être une secrétaire sexy.

« Nous avons parlé au roi de Feuerberg et il semble que nous sommes coincés ici. Nous avons été accueillis pour rester longtemps, mais tous ceux qui n’aident pas le royaume doivent payer pour leur hospitalité. Après en avoir discuté avec Taniguchi-sensei, nous sommes arrivés à la conclusion suivante, nous ne pouvons pas vous dire quoi faire. »

Je vois, donc ils ne pouvaient pas gérer la situation. Eh bien, prendre la responsabilité de 28 élèves dans ce pétrin, c’était trop demander.

Merci de nous avoir abandonnés, bâtards.

« Taniguchi-sensei et moi soutiendrons le royaume avec notre connaissance de notre propre monde. Tous ceux qui veulent aider sont les bienvenus, » déclara-t-elle.

Eh bien, Saegusa-sensei était professeur de sciences et Taniguchi-sensei enseignait les mathématiques. Ces derniers seront très probablement utiles.

Un vrai salut pour vous deux, hein ?

« Le roi a fait venir un instructeur pour ceux qui veulent se battre pour le royaume. Je préférerais vous demander de ne pas le faire, mais c’est le seul moyen de rentrer chez vous, » continua-t-elle.

Comme les enseignants voulaient aussi rentrer chez eux, mais qu’ils ne voulaient pas se battre, ils avaient essayé de nous attirer pour le faire à leur place. Du moins, c’était mon impression, mais j’étais généralement négatif.

En fin de compte, 20 des 28 étudiants avaient formé le groupe de combat. C’était tous ceux qui pouvaient réellement aider et qui avaient un talent qui était utile dans ce contexte.

Être bon en sport ? Groupe de combat.

Être populaire ? Groupe de combat.

Être bon en informatique ? Dans tous les cas, dans le groupe de combat.

Capable de cuisiner à un niveau professionnel ? Groupe non combattant.

Comme la plupart d’entre nous n’avaient pas de talents qui fonctionnaient en dehors de la culture japonaise, nous n’avions pas vraiment le choix. Sinon, nous devions payer pour nos dépenses de vie sans aucune compétence utile pour le faire.

Bien sûr, je faisais également partie du groupe de combat.

Et ça craignait.

Le garçon le plus populaire de la classe avait pris la tête. Son nom était Inoue Masahiko. C’était un joli garçon qui était bon dans le sport et au moins au-dessus de la moyenne dans les études.

Je ne l’aimais pas. Je suis sûr qu’il fait semblant d’avoir un sourire délicieux et une personnalité honnête.

Comme je l’avais déjà dit, j’étais généralement négatif.

Lui et ses amis avaient pris en charge ce groupe.

La présidente de classe, Momokawa Kyou, était l’un d’entre eux. Elle avait été votée pour la popularité et j’étais sûr qu’elle le faisait juste pour son dossier. Inutile de dire qu’elle était très jolie. Cela semble être une condition préalable pour être populaire.

Inoue, Momokawa et leur troupe avaient régné sur la classe avant de venir dans ce monde dans un sens, donc il semblait naturel qu’ils le fassent aussi maintenant.

J’avais mal à la tête.

Je suppose qu’Inoue avait prononcé des paroles encourageantes sur la justice, le fait d’être choisi et ainsi de suite, mais franchement, je ne me souvenais pas d’un seul mot, puisque j’avais essayé de l’ignorer.

Ne me mens pas, tout est faux !

L’instructeur militaire nous avait montré les bases du combat, mais tout le monde était nul. Les pompes et tout ça, c’était une douleur, et les bâtons de bois nous donnaient l’air stupide. Nous n’étions qu’une bande d’adolescents modernes !

Bien sûr, un exercice de dix minutes ferait tomber ceux qui ne font pas partie d’un club sportif. Comme moi.

« Étrange. Les héros ne devraient-ils pas être capables d’en faire plus ? » L’instructeur m’avait dit ça, pendant que je tentais de reprendre mon souffle.

« Bien sûr, *souffle* pas. *souffle* je n’ai pas changé de classe, » j’avais déjà réalisé que tant que j’avais la classe d’Étudiant, ma force physique était à peu près autant que le montant habituel. C’était le cas même si je pouvais rassembler plus d’énergie que d’habitude. Probablement à cause du système de PE.

Mais après cinquante autres minutes d’exercice, j’étais épuisé. J’avais fait de mon mieux, mais il devait y avoir un moyen plus facile.

D’autre part, les autres étudiants se parlaient entre eux comme si c’était une expérience merveilleuse. N’avaient-ils pas réalisé que ce n’était pas un voyage scolaire ?

Et puis ça m’avait frappé : Ils ne l’avaient pas fait.

En y repensant, peut-être que les étudiants n’étaient pas aussi conscients de la situation que moi ? Peut-être parce que c’était si soudain et qu’il y avait ces éléments de jeu ? Choc ? Ignorance ? Stupidité ?

L’instructeur ne connaissait pas les pouvoirs des héros. Leur connaissance des héros était même inférieure à la nôtre.

Cette nuit-là, je n’avais pas dormi. J’avais réfléchi à tout et j’avais lu le manuel plusieurs fois. Ensuite, j’avais décidé quoi faire.

J’avais déjà ramassé des choses hier soir, comme de la nourriture, de l’eau et une couverture. Maintenant, j’avais même pris le matelas et je l’avais mis dans mon sac à dos. Puis j’avais mis les vêtements de paysans que j’avais volés à la blanchisserie des serviteurs et je m’étais faufilé.

J’avais mes connaissances en matière de jeu, ce qui pourrait s’avérer utile au début. Et j’avais réalisé que ce n’était pas un jeu, alors je ne voulais pas perdre mon temps à prétendre que c’était un voyage scolaire. La seule chose que j’avais en tête était de rentrer chez moi.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Ce n'est ni trop kitch ni trop cliché sachant au passage que ça me rappelle Nidome no Yuusha(le héros au bouclier),hâte de voir la suite

  2. Merci pour le chapitre

  3. Tu te trompé nidome no yuusha c'est le héros qui veut tuer tous ceux qui l'ont trahis

  4. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire