Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 8 – Chapitre 6 – Partie 2

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 6 : La réalité ici et maintenant

Partie 2

Il était maintenant tard dans la soirée. Dans une salle éclairée aux chandelles du château de Lasta, les figures importantes du Royaume de Friedonia et du royaume de Lastania s’étaient réunies.

Du côté Friedonien, Aisha, Roroa, Naden, Halbert, Kaede, Ruby et moi étions présents. Du côté Lastanien se trouvait Julius, à qui le roi de Lastania avait confié le commandement complet de leurs forces, le capitaine Lauren, et Jirukoma, qui était le chef de la force militaire volontaire. La princesse Tia était également présente, voulant surveiller les débats en tant que membre de la famille royale.

Aisha, qui n’était pas très douée pour utiliser sa tête dès le départ, n’était là que comme garde du corps, et Roroa et la princesse Tia, qui n’étaient pas des spécialistes des questions militaires, étaient assises tout au fond de la table.

Et comme il avait été bruyant lorsqu’il avait dit : « Nous aussi, on veut être au conseil de guerre ! » Kuu et Leporina, le couple maître-serviteur de la République de Turgis, étaient autorisés à participer à condition qu’ils promettent de rester au bout de la table et de bien se tenir.

« Maintenant, je voudrais commencer le conseil de guerre, » dit Julius.

Ayant été chargé du commandement des deux armées, on lui avait également confié la direction du conseil de guerre.

Julius regarda autour de lui les officiers présents. « Tout d’abord, pour commencer... à cette occasion, le Roi de Lastania m’a confié le commandement de l’armée Lastanienne. Le commandement des Dratroopers, qui sont venus nous renforcer, m’a également été donné par le Roi Souma. Y a-t-il quelqu’un qui s’y oppose ? Je voudrais m’adresser tout particulièrement à ceux d’entre vous qui viennent du Royaume de Friedonia. »

« Je suppose que c’est le moment. Je n’aime pas mentir, alors je vais être franc, » Hal s’était gratté la tête et avait parlé. « Je me sens mal à l’aise avec ça. Je ne sais pas si je peux me battre sous le commandement d’un ancien ennemi. »

« Hal, » objecta Ruby, « Tu n’as pas à le dire comme ça... »

Hal avait levé la main pour l’arrêter. Kaede posa aussi une main sur l’épaule de Ruby, secouant la tête en silence.

Quand Ruby s’était calmée, Hal avait continué.

« Nous ne sommes peut-être encore que 200, mais je suis le capitaine des Dratroopers. Je n’ai pas encore ce qu’il faut pour diriger des milliers de soldats. Je sais que vous êtes le chef de troupes le plus compétent ici, et je suis sûr que c’est pourquoi Souma vous a laissé le commandement des Dratroopers. »

Julius était silencieux.

« Mais même s’il n’y a que 200 hommes, leur vie est sous ma responsabilité, » poursuit Hal. « Je ne peux pas laisser leur vie entre les mains d’un type qui n’est pas totalement engagé. »

Julius écouta ses paroles en silence.

« Nous étions aussi des ennemis pour vous, » continua Hal. « Pouvez-vous nous commander correctement ? »

Julius ferma les yeux un instant, puis se mit à parler lentement.

« Je pense qu’il est inévitable que nous ayons tous les deux nos doutes. Je ne peux pas dire qu’il n’y a pas de ressentiment dans mon cœur. Cependant, ce pays est tout pour moi maintenant. Si c’est pour protéger ce pays, je travaillerais avec n’importe quel partenaire et je courberais la tête devant n’importe qui. Si cela me permet de gagner votre confiance, Sire Halbert, vous en faites partie. »

Hal était resté silencieux.

« Ookyakya, tu es plus passionnée que tu ne l’es... Aïe, ça fait mal ! » Les taquineries de Kuu avaient été interrompues par un coude de Leporina, le laissant dans la douleur.

Il fait du bruit, pensai-je. Peut-être que je devrais le jeter dehors après tout.

Pendant que je réfléchissais à ça, le regard sinistre de Hal s’était adouci.

« Vraiment ? Si vous êtes si dévoué, je n’ai rien d’autre à dire. Notre Seigneur a décidé de vous le laisser, alors nous suivrons sa décision. N’est-ce pas ? » déclara Hal.

Hal m’avait regardé, alors j’avais hoché la tête.

« J’ai affecté Kaede à Julius comme officier d’état-major, » déclarai-je. « S’ils font un plan, cela sera peut-être fou, mais ce ne sera pas imprudent. Je pense que nous pouvons avoir confiance en cela. »

« Merci, » dit Julius. « Maintenant, commençons le conseil de guerre. »

Il avait déroulé la carte du Royaume de Lastania et des environs qui était sur la table. Puis il avait commencé par montrer Lasta, où nous étions.

« Examinons d’abord la situation. Du côté des forces de Lastania, il y a encore eu des morts et des blessés dans les combats aujourd’hui. Je dirais que, si l’on inclut les conscrits de la population en général, nous avons environ 2 800 personnes qui peuvent se battre. Avec les 200 Dratroopers de Friedonia, ce qui porte le total à environ 3 000, c’est notre effectif total, » déclara-t-il.

3 000, hein... Considérant qu’il s’agissait en grande partie de conscrits, ce n’était pas un chiffre très rassurant.

Ensuite, Julius avait indiqué les forêts près de Lasta. Les hommes-lézards qui s’étaient échappés de nos bombardements s’y cachaient maintenant.

« Du côté des hommes-lézards. Ils ont dû recevoir un coup dur du bombardement d’aujourd’hui. Leur nombre a dû tomber à huit, peut-être 900. Toutefois, compte tenu de la situation jusqu’à présent, ces chiffres seront réapprovisionnés chaque jour. Cela se produit à un rythme d’environ plusieurs centaines par jour. »

« Hm ? L’ennemi déploie-t-il ses forces en petits groupes ? » lui avais-je demandé.

Je pensais que c’était une mauvaise stratégie, mais... oh, c’est vrai, les hommes-lézards n’étaient pas assez intelligents pour penser d’une manière stratégique. Il y avait un « homme » dans leur nom, oui, mais seulement parce qu’ils avaient des parties humaines.

« Ça veut dire qu’il y a une raison pour qu’ils n’arrivent que petit à petit ? » lui avais-je demandé.

Julius hocha la tête, montrant du doigt une grande rivière au nord de Lasta.

« La frontière entre l’Union des nations de l’Est et le Domaine du Seigneur Démon est cette grande rivière connue sous le nom de Dabicon. Cette rivière, qui est assez large pour que le rivage lointain soit flou, et assez profond pour qu’un rhinosaurus puisse flotter, nous a protégés des monstres qui sortent du Domaine du Seigneur Démon. Cependant, étant une rivière naturelle, la profondeur varie, et elle peut être franchie facilement à certains endroits. Au nord de Lasta, il y a une section étroite qui est peu profonde, et les hommes-lézards doivent y traverser, » expliqua Julius.

« Je vois, » dis-je en réfléchissant. « La partie peu profonde est étroite, ils ne peuvent donc traverser que petit à petit, hein... Attendez, attendez ! Alors si le Dabicon est endigué en amont, cela signifie qu’il y a un nombre totalement fou d’hommes-lézards de l’autre côté ? »

Quand j’avais demandé ça, Julius avait acquiescé d’un signe de tête grave. « Très probablement... dans les dizaines de milliers. »

« Des dizaines de milliers, hein..., » répondis-je.

L’Empire m’avait dit que c’était l’un des endroits où la vague du démon était particulièrement intense, donc cela aurait pu être une évidence. Sans la rivière Dabicon, ce pays aurait été piétiné en un rien de temps. J’avais supposé que c’était pour ça que le Dabicon était la frontière.

« Je suppose que cela devra attendre que Ludwin arrive ici avec la force principale, » déclarai-je.

« Oui, » Julius avait hoché la tête. « Je pense que nous n’avons pas d’autre choix que de demander aux renforts du Royaume de Friedonia de s’en occuper. Cependant, avant l’arrivée du gros des renforts, j’aimerais faire quelque chose en utilisant les troupes ici. »

Après avoir dit ça, Julius avait posé son poing à un certain endroit sur la carte. C’était la forêt où se cachaient les hommes-lézards qui s’étaient échappés des bombardements.

« J’en ai aussi discuté avec la jeune Mlle Kaede, mais je pense que je veux exterminer les hommes-lézards qui rôdent dans la forêt avec les 3 000 soldats que nous avons ici. Maintenant, même si leur nombre diminue, c’est notre meilleure occasion de le faire, » déclara Julius.

« Wôw, attendez, quoi ? » s’exclama Hal. « Nous avons des effectifs limités, et vous voulez sortir ? Leur nombre a diminué, ce qui a soulagé la pression, alors ne pouvons-nous pas nous terrer dans les murs de la ville jusqu’à ce que les renforts arrivent ? »

« Hal, cela donnera à l’ennemi le temps de récupérer leur nombre, tu sais, » déclara Kaede. « Comme l’a dit Sire Julius, le nombre d’hommes-lézards augmente de jour en jour. Leur nombre est beaucoup plus bas maintenant, donc les hommes-lézards attendent de voir ce qui se passe, mais si leur nombre se rétablit, ils attaqueront à nouveau. Dans un conflit, l’important est d’augmenter le nombre de troupes que vous pouvez déployer dans une seule bataille, tout en diminuant le nombre de troupes ennemies. Par exemple, si vous comparez le combat de 3 000 soldats ennemis avec 5 000 soldats et le combat de trois fois 1 000 soldats ennemis avec 5 000 soldats, ces derniers causeront moins de dommages à vos propres forces. »

Oh ! J’avais déjà entendu ça avant. C’est pourquoi il était préférable de ne pas déployer vos forces en petits groupes, mais de les déployer dans un groupe aussi grand que possible. C’est du moins ce que disait la connaissance établie.

« Comparé à une bataille de siège menée contre un groupe de lézards rassemblés, les exterminer dans une bataille sur un terrain dégagé alors que leur nombre est plus bas réduira le nombre de pertes de notre côté, » dit Kaede.

« De plus, si nous pouvons éliminer la présence de l’homme-lézard ici, nous pouvons restaurer les lignes de ravitaillement de Lasta, » poursuit Julius, en montrant du doigt un endroit près du Dabicon. « Il y a une forteresse près d’ici. Il n’y avait aucun moyen de la défendre avec les seules forces régulières, alors elle a été abandonnée au début de cette vague de démons, mais si nous pouvons exterminer les hommes-lézards ici, avancer vers le nord en écrasant leurs renforts, et envoyer des soldats dans cette forteresse, nous devrions être capables de tenir à distance les hommes-lézards qui traversent la rivière ici. Si nous pouvons le faire, Lasta sera libéré des monstres qui l’assiègent. Cela rétablira les lignes d’approvisionnement, de sorte que d’autres renforts... ne viendront probablement pas, mais l’aide matérielle devrait affluer. »

Si ce pays tombait, le prochain pays au sud serait en danger après tout. Peut-être penseraient-ils à envoyer de l’aide matérielle, pour nous aider à tenir un peu plus longtemps ?

Il pourrait aussi y avoir des marchands qui penseraient que c’était le bon moment pour se faire de l’argent. Des médicaments pour soigner les soldats blessés pourraient arriver.

Tout cela sonnait bien, mais... il y avait juste une chose qui m’inquiétait.

« Si vous avez seulement l’intention de traiter avec des hommes-lézards, c’est très bien, mais il y a d’innombrables monstres déformés qui campent à l’extérieur des murs de la ville, n’est-ce pas ? » demandai-je.

En regardant à l’extérieur des murs de la ville avec Julius, nous avions vu les monstres ressemblant à des chimères avec des corps assemblés de diverses sources. Il y avait encore des milliers de ces choses qui se régalaient avidement des cadavres des soldats et des hommes-lézards qui étaient morts à l’extérieur du mur.

« Si vous sortez des murs, ils ne vont pas vous attaquer, non ? » leur avais-je demandé.

« C’est préoccupant. » Julius pressa une main contre son front, mécontent. « Ces monstres n’ont rien de spécial, pris seuls. Ils peuvent être tués facilement à distance avec des arcs ou de la magie. Cependant, lorsqu’ils forment un si grand essaim, ils deviennent un problème. Si nous combattons les hommes-lézards et les monstres qui nous attaquent quand nous sommes blessés, nous ne pouvons pas gérer cela. »

« Je vois. Nous devrons donc combattre ces monstres, » déclara Aisha en croisant les bras.

« Si tu me laissais me déchaîner sous ma forme de ryuu, je pourrais facilement disperser ces choses, » annonça Naden.

Je le savais, mais dans une situation où nous avions un nombre limité de calories disponibles, je ne pouvais pas laisser Naden et Ruby se battre à pleine puissance.

Julius poussa un petit soupir. « C’est une bénédiction mineure que les hommes-lézards et les monstres n’agissent pas ensemble. Pour les monstres, ils nous voient, nous et les hommes-lézards, comme de la nourriture potentielle si nous mourons. »

« Ce sont des charognards, comme des chacals ou des vautours..., » avais-je murmuré. « Ce serait beaucoup plus facile s’ils attaquaient et mangeaient les hommes-lézards. »

« Les monstres sont plus faibles que les hommes-lézards. C’est pour cela qu’ils ne font que récupérer les cadavres, » expliqua Julius, exaspéré.

Non, je disais ça pour que tu n’aies pas à répondre si sérieusement... Attends. Hein ? J’avais fait une pause dans mes pensées. Les monstres n’attaquent pas les hommes-lézards parce qu’ils sont plus faibles qu’eux, mais alors... Hein ? Pourquoi les hommes-lézards n’attaquent-ils pas les monstres ?

Avant ce conseil de guerre, j’avais reçu de Tomoe un rapport sur le lézard capturé. D’après Tomoe, elle n’avait ressenti que la faim du lézard. Il n’avait vu Tomoe que comme une proie.

S’ils mouraient de faim à ce point, pourquoi les hommes-lézards n’avaient-ils pas essayé de manger les monstres ?

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Ethan Nakamura

    Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire