Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 8 – Chapitre 7

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 7 : Cuit et prêt à servir

Tard dans la nuit, alors que la date était sur le point de changer...

La lune était cachée par les nuages, ce qui la rendait très sombre.

Dans cette obscurité, il y avait huit personnes, Aisha, Roroa, Naden, Halbert, Kaede, Ruby, Julius, et moi, debout près d’un feu de garde allumé sur l’un des murs de la ville.

Illuminé par les flammes rouges ondoyantes, j’avais remis une lettre que j’avais écrite à Aisha. « Envoie ça à Hakuya au château de Parnam. »

« Compris. »

Aisha accepta la lettre, l’attacha au messager kui qu’elle avait apporté et l’envoya. Le messager kui s’était envolé vers le sud à travers le ciel sombre,

« Une lettre ? » demanda Julius, à qui j’avais hoché la tête.

« Une lettre au Premier ministre que nous avons laissée au château, l’informant de notre situation et de l’état du terrain ici. S’il y a des dizaines de milliers d’hommes-lézards au-delà du Dabicon, nous allons quand même vouloir prendre des mesures contre eux même une fois les renforts arrivés. Je suis sûr que Hakuya trouvera un plan adapté à notre situation et le transmettra à Ludwin, le commandant en chef des renforts, » expliquai-je.

« Je vois..., » Julius hocha la tête. « Alors, nous laisserons toute la planification au sombre Premier ministre. »

« Est-ce que je détecte de la rancune ? Parce que je laisse tout à quelqu’un d’autre ? » demandai-je.

« Vous y réfléchissez trop. Je suis toujours impressionné, » Julius avait souri ironiquement, puis il poussa un petit soupir. « Dans l’ancienne principauté, l’opinion du prince régnant était absolue. Le prince menait sans hésitation, et ses serviteurs suivaient sans commentaire, que ses décisions soient justes ou non. C’est peut-être... ce qui a créé le fossé entre nous et vous. J’ai l’impression, aussi tard que cela puisse être, de comprendre pourquoi mon père a perdu maintenant. »

« Grand Frère..., » Roroa lui avait fait un regard inquiet.

Julius s’était mis à rire. « Roroa, toi et ton fiancé étiez des adversaires gênants pour moi. Cependant, j’ai maintenant ces adversaires gênants de mon côté. Rien n’est plus rassurant. Ai-je tort ? »

« Pour moi... Je n’ai jamais pensé que l’ancien toi était un adversaire aussi gênant, » déclara Roroa.

« Des mots en gras..., » déclara Julius.

« Mais je ne voudrais pas finir par me battre contre le nouveau toi. Tu as l’air bien plus coriace qu’avant, » et Roroa avait souri. C’était comme si la glace fondait entre eux.

Compte tenu de leurs querelles passées, il était difficile de dire s’ils pouvaient s’accepter pleinement l’un et l’autre, mais il semblait qu’ils ne se détesteraient pas sans raison à partir de maintenant.

En les regardant tous les deux, je me sentais coupable d’avoir éloigné la famille de Roroa d’elle

C’est pourquoi... quoi qu’il arrive, je dois défendre ce pays.

J’avais mis une main sur l’épaule de Naden. « Alors, on y va, Naden ? »

« D’accord, » Naden hocha la tête et, d’un seul souffle, se transforma en un ryuu massif.

Pendant que je montais Naden, Aisha s’était précipitée avec un regard inquiet sur son visage. « J’ai peur de vous laisser partir seuls, Sire ! Je devrais venir avec vous... »

« Comme je l’ai déjà expliqué, la mobilité et la détection ennemie sont les facteurs importants de ce que nous allons faire. C’est plus efficace d’avoir juste Naden et moi. Si on prend un garde du corps, on se démarquera trop. Nous entrerons et sortirons rapidement. Alors, ne t’inquiète pas, » déclarai-je.

« Vous dites ça, mais... Je n’y peux rien, » déclara Aisha.

Aisha avait toujours l’air inquiète, alors je lui avais fait un sourire. « Nous devons tous faire ce que nous pouvons pour surmonter cette situation. Je pousse mes chaînes qui me retiennent, donc je dois faire ce que je peux moi-même. Ce n’est pas grave. Si quelque chose tourne mal, je suis sûr que Hal et les autres viendront nous chercher. »

Hal s’était cogné la poitrine fièrement. « Si tu es dans le pétrin, on va te sortir de là. Pas vrai, Ruby ? »

« C’est vrai. Naden, assure-toi aussi de bien protéger ton mari, » déclara Ruby.

« Je le ferai sans que tu me le demandes, » Naden hocha la tête sous sa forme de ryuu.

Je lui avais tapoté le dos et lui avais dit : « Ok, allons-y, Naden ! »

« Bien reçu ! »

Naden et moi avions décollé du mur du château et avions dansé dans le ciel nocturne.

Naden s’éleva à une hauteur qu’aucun monstre ailé ne pouvait atteindre et y planait. La façon dont la Naden sans ailes nageait dans le ciel était très calme, et sa couleur noire s’unissait à cela pour la laisser se fondre dans l’obscurité de la nuit.

Je n’avais pas froid parce que j’étais protégé par le pouvoir magique de Naden, mais le bruit du vent qui passait par mes oreilles était fort, ce qui me montrait clairement que j’étais dans un endroit très élevé.

Naden avait tourné son long cou pour me regarder. « Souma. »

« Je sais, je sais. Je cherche en ce moment, » déclarai-je.

Je me couvrais les oreilles pour ne pas être distrait par le bruit du vent, puis je me concentrais.

J’avais utilisé ma capacité, Poltergeist Vivant, pour contrôler six souris en bois, et je leur avais fait fouiller le sol. Au ras du sol, les monstres de type chimère mangeaient les cadavres des hommes-lézards qui avaient été frits à vif après avoir été bombardés par la cavalerie-wyverne.

Dans une scène qui les faisait passer pour des fantômes affamés, j’entendais le gémissement des monstres et les sons de morsures alors qu’ils se régalaient de cadavres. Les images nauséabondes me venaient à l’esprit, déclenchant un réflexe instinctif de vouloir vomir, mais j’avais réussi à le forcer à descendre et à continuer la recherche.

J’avais soigneusement fouillé le sol d’une hauteur où nous ne pouvions pas être pris par des attaques de monstres par surprises.

De tous ceux qui avaient participé à cette expédition, Naden et moi étions les seuls à pouvoir le faire. J’avais toujours délégué les tâches que je ne pouvais pas accomplir à ceux qui le pouvaient. Donc, chaque fois que je pouvais faire quelque chose, je devais être proactif, sinon je n’aurais pas donné l’exemple à mes serviteurs.

Ce n’est pas le moment d’être effrayé. Je dois me dépêcher de le trouver.

Pendant que je me débattais dans ma tâche, Naden me regardait avec inquiétude. « Vas-tu bien ? Tu ne devrais pas te pousser trop fort... »

« Je vais bien... Je l’ai trouvé ! » J’avais immédiatement donné l’ordre à Naden. « Va à environ 200 mètres à trois heures. »

« Tu l’as trouvé, » Naden nageait dans les airs comme on l’avait ordonné jusqu’à ce qu’elle atteigne ce point. Puis, après avoir effectué une confirmation méticuleuse, j’avais donné le signal à Naden de descendre.

« D’accord, fais-le comme on en a parlé tout à l’heure, » déclarai-je.

« Bien reçu ! Accroche-toi bien ! » déclara Naden.

Après ça, Naden avait plongé tête baissée vers la surface.

« Argh... »

J’avais l’impression de plonger dans la plus haute chute d’un grand huit. La magie de Naden était censée réduire considérablement la force du vent, mais j’avais quand même l’impression qu’elle allait me faire tomber vers l’arrière. J’aurais dû être habitué à voler dans le ciel sur le dos de Naden maintenant, mais ce plongeon soudain était vraiment effrayant.

Le sol se précipitait vers nous. Je pouvais clairement voir les yeux de la masse de monstres sur le sol scintiller tandis qu’ils voyaient la lumière de la lune briller à travers les trous dans les nuages.

Avant que ces yeux puissent se tourner vers moi, j’avais donné l’ordre. « Maintenant, fais-le ! Naden ! »

« Unahhhhhhhhh ! »

La crinière blanche que Naden avait dans sa forme de ryuu avait eu sur le bout de l’électricité statique pourpre qui avait été se placer sur ses deux moustaches en forme de fouet. Alors...

Rugisssementttttt !

Naden avait rugi et lâcha un énorme éclair vers le sol.

Le flash soudain de la lumière était aveuglant, et le boom massif qui avait suivi avait résonné dans mon estomac. L’attaque débridée de Naden avait grillé les monstres à l’endroit où elle les avait frappés, ce qui les avait paralysés ou les avait fait trembler de façon incontrôlable sur une plus grande distance.

Naden s’était posée près de la zone qu’elle avait touchée. « D’accord, Souma. Sois rapide. »

« Je sais, » déclarai-je.

J’avais placé l’arbalète que j’avais apportée puis j’avais tiré vers ma cible. Le carreau tiré avait volé droit dans les airs, poignardant le petit monstre qui était ma cible.

« Bravo, » déclara Naden semblant impressionnée. « Ce n’est pas mal, de le frapper du premier coup. »

« Mon entraîneur personnel d’arts martiaux a placé les bases en moi, et l’arbalète était ce à quoi il disait que j’excellais le plus, » avais-je admis. « Bien qu’il était en colère parce que je ne vaux pas mieux qu’un soldat de base pour tout le reste. »

« Si ce n’est qu’une question de tir, même un enfant peut après tout le faire, » dit-elle.

Oui... Aussi pathétique que cela puisse paraître de l’admettre, elle avait raison. Je n’étais pas meilleur qu’un amateur avec une épée, et même s’il tirait quand même, je ne pouvais pas toucher une cible avec un arc et des flèches ordinaires.

S’il y avait autre chose sur quoi j’avais eu des compliments... ça aurait dû être la natation. J’étais encore meilleur en natation qu’Owen, mais gagner contre un homme de plus de soixante ans n’était pas une grande fierté, même si Owen était super frustré.

Comme les choses commençaient à devenir un peu gênantes, j’avais attrapé la ficelle attachée autour de ma taille. Cette ficelle était en soie, qui était avec une doublure en caoutchouc. Elle était solide, flexible et ne se déchirait pas, et de l’autre côté de la corde était attachée au carreau que je venais de tirer.

En tirant sur la ficelle, le petit monstre qu’il avait poignardé avait été traîné sur le sol. Je ne sentais pas le monstre bouger, ou le carreau sortir... Bien.

Cela confirmé, j’avais posé mes mains sur le dos de Naden et lui avais dit : « D’accord. Rentrons à la maison, Naden. Pas besoin de rester trop longtemps. »

« Bien reçu ! »

Avant que les monstres ne puissent se rassembler, Naden avait dansé dans le ciel.

Avec le cadavre d’un monstre suspendu sous nos pieds, nous étions retournés directement à l’endroit où nos compagnons nous attendaient.

Quand Naden était revenue à la forme humaine et s’était placée sur le mur avec moi, Roroa et Aisha s’étaient précipitées.

« Bon retour parmi nous, chéri. Comment ça s’est passé ? » demanda Roroa.

« Dieu merci, vous allez tous les deux bien, » déclara Aisha avec soulagement. « Vous n’êtes blessé nulle part, n’est-ce pas ? »

« Nous allons bien. Aucun de nous n’est blessé et tout s’est bien passé, » je leur avais tapoté légèrement sur la tête.

Naden, regardant avec jalousie, avait étendu sa propre tête dans ma direction, alors je lui avais aussi donné une bonne tape de cheveux.

« Beau travail, Naden. C’était un sacré coup de tonnerre, » déclarai-je.

« Hehehe, bien sûr que ça l’était, » Naden avait gonflé sa poitrine avec fierté.

Pendant que nous nous entendions bien, Julius et Hal et tous les autres avaient regardé avec exaspération.

Julius tapota Roroa sur l’épaule pour lui demander de reculer, puis se tint devant moi pour me dire. « Je suis désolé de vous interrompre, mais j’aimerais confirmer ce que vous avez pris. »

« ... C’est vrai, » j’avais monté le monstre suspendu à la ficelle attachée autour de ma taille.

Ce n’était qu’un peu plus grand qu’un chien, avec un corps large et recouvert d’écailles qui ressemblait aux dessins d’un tsuchinoko que j’avais déjà vu dans mon ancien monde. Il avait des ailes en forme de pigeon sur le dos, et sa tête était plate, mais il n’y avait aucun doute que c’était un serpent. Si je devais le décrire, je l’aurais appelé un tsuchinoko ailé.

J’avais regardé autour de moi, puis j’avais parlé.

« C’est probablement le monstre que Madame Jeanne a dit avoir mangé, » déclarai-je.

 

***

 

Avant l’aube, à l’intérieur de la tour près du château...

Cet endroit était faiblement éclairé par le soleil au milieu de la journée, et était presque entièrement sombre la nuit, mais maintenant il y avait un feu de camp rugissant allumé sur le sol de pierre, éclairant la cellule où le lézard était détenu.

Il y avait cinq personnes autour du feu : Aisha, Roroa, Julius, Tomoe et moi. C’était parce que s’il y en avait trop, le lézard pourrait s’agiter.

« Ok... Faisons-le, » dis-je.

J’avais sorti le monstre serpent ailé et dodu (désormais appelé tsuchinoko volant par souci de brièveté). Il y avait une broche de métal qui passait de la bouche déjà morte du tsuchinoko volant vers un trou près de l’endroit où sa queue était attachée (un trou pour déféquer, peut-être ?), et la broche de métal avait une poignée à l’extrémité. C’était un outil pour faire tourner la viande au-dessus du feu pendant qu’elle cuisait.

Le tsuchinoko volant avait été posé sur deux supports métalliques en forme d’Y de chaque côté du feu. Quand j’avais commencé à tourner la poignée, le tsuchinoko volant avait tourné sur le feu qui le faisait cuire.

 

 

Rien de spécial n’avait été fait au tsuchinoko volant. Il n’avait pas été plumé ou nettoyé, et aucune épice n’avait été ajoutée, il avait simplement été mis sur le feu et cuit. Ce n’était pas pour nous, c’était purement pour apprendre à l’homme-lézard à faire cuire de la viande de monstre et à la manger, donc c’était assez bon.

L’exposition continue à la flamme avait fait brûler les plumes et la graisse s’était égouttée de son torse grassouillet. La graisse qui s’égouttait faisait brûler le feu avec plus de force, alors nous avions prudemment ajouté de l’eau pour le contrôler.

L’odeur savoureuse de la cuisson de la viande avait rempli peu à peu la pièce.

« Vous êtes doué pour ça..., » dit Julius en me regardant cuisiner le monstre. « Vous feriez peut-être un meilleur cuisinier que roi. »

« Hahahaha... Je ne peux pas le nier, » déclarai-je.

« Non, non, chéri. N’es-tu pas censé le nier ? » déclara Roroa, exaspérée.

Peu importe le travail qu’il me proposait, je serais probablement mieux placé que d’être roi, mais... eh bien, je n’aurais qu’à me concentrer sur la cuisine de ce monstre pour le moment.

J’avais appelé Tomoe et je lui avais chuchoté. « Eh bien ? Est-ce que le lézard nous observe ? »

« Oui, Grand Frère. M. l’Homme-Lézard ne peut pas détourner le regard, » répondit Tomoe, à voix basse également.

C’était top secret que Tomoe pouvait converser avec des monstres et des démons, donc je ne voulais pas que Julius le découvre.

Puis, un peu timidement, Tomoe regarda le lézard. « Jusqu’à il y a peu de temps, il ne nous voyait que comme de la nourriture. Mais depuis que l’odeur de la viande frite remplit l’air, il ne regarde plus que le monstre cuit. J’entends : “Je veux manger cette viande”. »

Clang !

Comme pour soutenir l’opinion de Tomoe, l’homme-lézard s’agrippa aux barreaux, poussant sa bouche pointue à travers l’espace qui les séparait.

« Eeek ! » Surprise par le bruit de l’homme-lézard qui se jetait contre les barres de métal, Tomoe courut et se cacha derrière Aisha.

On dirait que tous vont bien et qu’il s’y intéresse...

La viande cuisait peu à peu. La graisse qui s’égouttait dans le feu faisait un sifflement, et malgré l’apparence de la créature (un gros serpent), elle commençait à avoir l’air plutôt savoureuse.

« Grande Soeur Ai, tu baves, » dit Roroa.

« Oups... Excusez-moi, » Aisha s’essuya la bouche avec le dos de sa main.

C’était une torture pour l’elfe sombre toujours affamée. Si l’on avait plus à manger, je lui préparerais un en-cas de minuit...

« Eh bien... Je dirais que c’est à peu près bon là, » avais-je dit.

J’avais regardé la viande du monstre de dessous pour juger si elle était assez cuite. C’était la première fois que je cuisinais un tsuchinoko volant après tout, donc je ne savais pas comment il avait le meilleur goût, mais je m’étais dit qu’il était assez bien fait. J’avais retiré le tsuchinoko volant du feu et je l’avais relevé.

« Cuit et prêt à servir ! » déclarai-je.

« Pourquoi êtes-vous si énergique ? » demanda Julius avec exaspération.

« Non, ça m’a semblé être une bonne formule à dire..., » déclarai-je.

« Hein ? » Julius m’avait regardé comme s’il ne comprenait pas. C’était une réaction naturelle.

Je m’étais remis sur les rails, j’avais mis le tsuchinoko volant sur une grande assiette, et j’avais enlevé la broche. C’était le tsuchinoko volant frit, prêt à manger.

« Maintenant, faisons un test de goût ! » J’avais posé l’assiette avec la viande sur le sol, puis j’avais utilisé un morceau de bois avec un autre morceau de bois horizontal à l’extrémité pour l’enfoncer.

Quand il s’était rendu compte que la viande se rapprochait, le lézard avait tendu ses bras à travers les barreaux et les avait agités sauvagement. Finalement, quand la grande assiette s’était approchée assez près, le lézard avait attrapé le tsuchinoko volant rôti et s’était jeté dessus.

... Oui, cela avait juste mordu, écrasé. Il ne se souciait pas du tout des os, car il déchirait la viande et l’avalait.

« C’est tellement sauvage que c’est flippant..., » déclarai-je.

Ça n’avait pas l’air d’être une façon agréable de manger. Je sentais mon appétit, qui avait été stimulé par l’odeur de la cuisson de la viande, décliner rapidement. En regardant autour de moi, tout le monde grimaçait aussi. Seule Aisha avait l’air jalouse.

J’avais appelé Tomoe et je lui avais encore demandé en chuchotant : « Tomoe, comment va l’homme-lézard ? »

« C’est une joie débordante. Sa faim a été au moins légèrement rassasiée..., » déclara Tomoe.

« Je vois... Je suppose que ce lézard a maintenant appris le goût de la viande de monstre, » déclarai-je.

Même dans mon ancien monde, une fois qu’un animal apprenait le goût de la chair humaine, il commençait à nous attaquer. Cet homme-lézard connaissait maintenant le goût de la viande de monstre, alors il devrait essayer d’attaquer les monstres.

J’avais dit à Julius : « C’est la première étape du plan complet. Passons à la deuxième étape. »

« Je suppose que le suivant est l’événement principal ? » demanda Julius.

J’avais hoché la tête.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Mangé ou être mangé, telle est la question 😇

  2. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire