Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 8 – Chapitre 4 – Partie 2

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 4 : Défendre les remparts du château de Lasta

Partie 2

Finalement, le soleil s’était couché et la nuit était tombée sur Lasta.

Peut-être que les hommes-lézards possédaient une mauvaise vision nocturne, parce qu’ils n’attaquaient pas la nuit. À leur place, les monstres-chimères devinrent plus actifs, et tandis qu’aucun n’essayait de traverser les murs, ils se régalèrent des cadavres de soldats et d’hommes-lézards qui étaient dispersés à l’extérieur des murs.

Ils ne pouvaient pas baisser leurs gardes, mais pour les soldats qui avaient combattu toute la journée, la nuit était un moment de repos important.

Julius, qui commandait depuis le haut du mur pendant tout ce temps, fit aussi une pause. Il s’était assis autour d’un feu de camp avec Jirukoma et Lauren. Ils s’étaient tous deux battus avec acharnement à leurs propres positions, et les signes d’épuisement étaient visibles sur chacun de leurs visages.

Julius avait posé une question à Lauren. « Ça fait cinq jours maintenant, n’est-ce pas ? Combien en avons-nous perdu ? »

Lauren s’était mordu la lèvre. « Cent de plus aujourd’hui... Si nous comptions tous les morts et les blessés graves, ce serait environ 600. »

Cela signifie que près d’un sixième des quelque 3 500 soldats en défense avaient été rendu inapte au combat.

Jirukoma soupira alors qu’il entretenait ses lames de kukri. « Nous sommes à moins de 3000 défenseurs... Pendant ce temps, l’ennemi ne semble pas avoir chuté des 5 000. Même si je suis sûr qu’on en a tué un bon nombre aujourd’hui. »

Julius croisa les bras et cracha les mots suivants. « On dirait que de plus en plus d’individus s’entassent du nord. Franchement, ça me trouble. »

La terreur de la vague des démons était que les monstres se réapprovisionnaient et qu’un groupe s’enchaînerait comme des vagues. C’était épuisant de penser que, peu importe le nombre d’ennemis vaincus, le nombre d’ennemis ne diminuerait jamais.

Certes, il s’agissait de monstres inintelligents, donc si trop de créatures se trouvaient dans une zone, ils ne pourraient pas tous participer à la bataille. Cela signifiait qu’ils allaient passer devant cette ville et se déplacer plus au sud. En d’autres termes, même si leur nombre ne diminuait pas, ils n’accumuleraient jamais trop non plus.

« Pensez-vous que les terres au sud sont en bon état ? » s’interrogea Lauren.

« Nous ne sommes pas en position de nous inquiéter pour les autres, » Julius avait complètement rejeté son inquiétude. « Tant qu’on tiendra le coup ici, le nombre de monstres qui iront vers le sud restera plus bas. Du point de vue des pays du Sud, même si notre pays était finalement détruit, je suis sûr qu’ils voudraient que nous tenions le coup le plus longtemps possible et que nous tuions autant de monstres que possible. »

« Bien qu’ils doivent penser à leur propre pays et à leur propre famille, ils semblent être un peu sans cœur, » avait admis Lauren.

« C’est comme ça que les choses sont. Si vous n’avez pas d’abord pris soin de vous, vous ne pouvez pas tendre la main aux autres, » déclara Julius.

« Je suppose que vous avez raison... Je suis désolée, Sire Julius, Sire Jirukoma, » Lauren s’inclina profondément devant eux deux. « Je suis désolée d’avoir mêlé des étrangers comme vous à une bataille comme celle-ci. J’ai même été jusqu’à faire que Sire Julius prenne le commandement complet de nos forces... Je me sens pathétique. »

Bien que Lauren ait serré les poings et baissé la tête avec un regard douloureux sur son visage, Jirukoma avait ri de bon cœur et avait mis son bras autour de l’épaule de Julius.

« Levez la tête, s’il vous plaît, Madame Lauren. Nous sommes plus attachés à ce royaume que vous ne le pensez. N’est-ce pas, Sire Julius ? » demanda Jirukoma.

« Ne vous approchez pas de moi. C’est étouffant. » Julius poussa le bras de l’autre homme, puis s’éclaircit la gorge. « Eh bien... Je n’ai après tout pas eu le temps de m’enfuir vers le sud. Quant au commandement des troupes, il n’y avait personne de plus capable que moi, donc c’était le résultat inévitable. Je préfère ne pas mourir sous les ordres d’un imbécile incompétent. »

« Hahahaha ! Vous dites ça, mais vous n’aviez pas la moindre intention de fuir sans la princesse Tia, » déclara Lauren.

« ... Vous parlez trop, » déclara Julius.

Le froncement de sourcils gênant sur le visage de Julius fit éclater de rire Jirukoma et Lauren.

Des pas légers s’approchèrent d’eux trois. Quand les trois individus avaient levé les yeux, une petite silhouette leur apportait quelque chose de grand. Lorsque cette personne s’était approchée du feu de camp, les yeux de Julius s’étaient ouverts en grand quand il avait réalisé qui c’était.

« Princesse, pourquoi avez-vous quitté le manoir royal ? » demanda Julius.

C’était la princesse de ce pays, Tia Lastania. Elle portait son Dirndl tyrolien habituel avec un tablier sur le dessus, et elle tenait un pot en terre cuite dans ses mains.

Quand Tia avait vu Julius, son visage s’était épanoui en un sourire.

« J’aidais les dames de la ville à distribuer de la nourriture, » expliqua-t-elle en leur offrant le pot à tous les trois. « Seigneur Julius, Lauren, Sire Jirukoma. C’est de la bouillie de pain avec de la citrouille et du lait. Je suis désolée, c’est tout ce qu’on a pour vous après tant de combats... »

« Ne soyez pas ridicule, princesse ! Nous l’acceptons avec reconnaissance ! » Lauren déclara ça.

Elle salua en acceptant le pot et Jirukoma se tapota le ventre en riant.

« Nous avons faim après nous être battus ainsi, après tout. Je suis sûr que n’importe quoi sera satisfaisant à ce stade, » déclara Jirukoma.

« C’est une façon impolie de le dire…, » Julius secoua la tête avec exaspération, mais son expression s’était un peu adoucie.

Puis ils s’étaient assis tous les trois autour du pot de bouillie de pain de Tia pour manger.

Tia s’était assise d’une manière astucieuse dans une position où ses épaules toucheraient celles de Julius. Cela avait fait naître un sourire ironique sur le visage de Lauren, mais elle était soudain revenue à une expression plus sérieuse et avait posé une question à Julius.

« En fin de compte, est-ce que se cacher ici est notre seule option ? » demanda Lauren.

« Maintenant que nous sommes encerclés, il est impossible de s’échapper, » répondit Julius d’un ton calme entre deux gorgées de bouillie. « Si l’ennemi était intelligent, nous pourrions négocier, mais ils n’ont rien en tête à part manger la proie devant eux. Ils essaient juste à plusieurs reprises de passer outre les murs. C’est pourquoi nous sommes à peine capables de les repousser. Mais... si c’est une bataille d’attrition, ça va être difficile. »

« Seigneur Julius…, » Tia avait saisi sa manche, ses yeux vacillaient d’incertitude.

Julius posa sa propre main sur la sienne en disant. « Quoi qu’il en soit, nous devons tenir bon pour l’instant, quoi qu’il en coûte. Nous tiendrons la ville en attendant que les renforts arrivent de quelque part. C’est tout ce que nous pouvons faire maintenant. »

« Les renforts... vont-ils vraiment venir ? » demanda Tia avec hésitation. « Père m’a dit qu’il a demandé au Royaume des Chevaliers Dragons de Nothung et à l’Union des Nations de l’Est d’envoyer de l’aide. »

Julius secoua la tête. « Ils peuvent venir, mais comme les autres pays de l’union et le Royaume des Chevaliers Dragons sont aussi affectés par la vague des démons, leur arrivée sera retardée. Après tout, ils doivent tous donner la priorité à leur propre pays. »

« Oh…, » les épaules de Tia s’étaient affaissées.

Se sentant mal pour elle, Jirukoma avait demandé à Julius, « Vous avez envoyé une demande de renforts en utilisant vos propres relations, n’est-ce pas ? Avons-nous l’espoir qu’ils se montrent ? »

« Vraiment !? » Le visage de Tia s’était levé et elle avait regardé Julius.

Incapable de rencontrer ses yeux suppliants, Julius se détourna en répondant. « Je nous donne 50-50. En fin de compte, la question est de savoir si cet homme enverra des troupes ou non. »

Les relations de Julius. Cela signifiait qu’il devait compter sur sa petite sœur Roroa, qui était maintenant candidate pour devenir la troisième reine primaire du roi provisoire, Souma Kazuya, du Royaume de Friedonia. Cela signifiait que Roroa devait parler à Souma pour qu’il envoie des troupes.

Pour Julius, c’était deux personnes dont il avait été antagoniste, mais il ne pouvait en aucun cas se permettre d’être obsédé par cela maintenant. Pour protéger la fille qu’il aimait qui était à côté de lui, Julius était prêt à baisser la tête devant ceux avec qui il était en désaccord.

Cependant, en l’entendant dire que les chances étaient égales, Jirukoma avait incliné la tête sur le côté de façon interrogative. « Est-ce vraiment 50-50 ? Je comprends qu’il y a deux options pour Souma, envoyer des troupes ou non, mais n’y a-t-il pas la question de savoir si votre sœur transmet la demande ou non ? »

« Non, Roroa la transmettra certainement, » déclara Julius.

« Vous avez l’air sûr de vous, » déclara Jirukoma.

« Ma sœur est calculatrice, mais une fois les émotions en jeu, elle est indécise. Si le frère qu’elle a exilé vient lui demander de l’aide, elle ne pourra pas décider seule de ce qu’elle doit faire. Elle laissera la décision à Souma, » déclara Julius.

« C’est donc la décision du roi Souma, hein…, » Jirukoma haussa les épaules, montrant un soupçon d’exaspération. Si Julius avait demandé de l’aide à sa sœur en sachant qu’elle avait cette personnalité, il était un homme sournois.

Julius se moquait de lui-même avant de regarder Tia. « Princesse. C’est le genre d’homme que je suis. Je profiterai même de ma propre famille si nécessaire. Le sang du serpent venimeux de la Maison princière d’Amidonia coule encore dans mes veines. Alors... »

« Mais vous le faites pour nous, non ? » Tia interrompit les paroles d’autorejet de Julius. Elle avait enveloppé sa main gauche dans la sienne et lui avait fait un sourire chaleureux. « Ce n’est pas grave si vous êtes un serpent venimeux. Quand je vous vois faire tout ce qu’il faut pour nous défendre, Seigneur Julius... vous êtes si fiable et adorable. Si les renforts arrivent et que vous vous sentez mal pour ce que vous avez fait subir à votre sœur, je baisserai la tête à vos côtés. Parce que je veux que votre sœur comprenne que vous l’avez fait pour nous. »

« Princesse…, » déclara Julius.

Lorsqu’il fut touché par le sourire de Tia, Julius sentit fondre en lui ses vieilles obsessions.

Julius posa naturellement sa main droite sur les mains de Tia, qui étaient enroulées autour de sa main gauche.

Ils s’étaient assis ensemble en silence.

Sentant l’atmosphère entre les deux, Jirukoma et Lauren s’échappèrent lentement de là.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

Laisser un commentaire