Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 8 – Chapitre 5

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 5 : Réunion avec un vieil ennemi

☆☆☆

Chapitre 5 : Réunion avec un vieil ennemi

Partie 1

— Quelques minutes avant que Souma et Julius ne soient réunis —

 

« Ne vous laissez pas chanceler ! » Lauren, la capitaine des soldats du royaume de Lastania criait du haut du côté nord des murs du château. « Nous ne devons pas laisser un seul monstre de plus nous dépasser ! »

Utilisant son bouclier pour frapper un homme-lézard alors qu’il franchissait les murs, elle avait crié pour encourager de ses camarades qui étaient sur le point de casser.

Ayant appris que plusieurs hommes-lézards étaient passés et attaquaient le château, Lauren voulut leur venir en aide, mais comme Julius et Jirukoma étaient déjà en route, elle avait rejoint les défenseurs sur le mur nord et y prit le commandement.

Elle s’inquiétait pour le bien-être de la princesse Tia, mais pour défendre la princesse, ainsi que tous les autres non-combattants derrière les murs, elle ne pouvait plus laisser passer les envahisseurs.

« C’est très bien ! » cria-t-elle. « Tout le monde, poussez-les en arrière ! »

Les prouesses militaires de Lauren avaient remonté le moral sur le mur nord. Elle avait réussi, d’une manière ou d’une autre, à forcer une impasse contre la meute d’hommes-lézards qui montaient vers le haut.

Bien. Nous avons réussi à nous rétablir d’une manière ou d’une autre. Maintenant...

Lauren commençait à se sentir soulagée, mais c’est alors que c’était arrivé.

« Capitaine ! Regardez le ciel ! » L’un des soldats montrait du doigt le ciel du sud et criait.

Quand Lauren leva les yeux, il y avait d’innombrables choses qui arrivaient du sud. Pendant un moment, elle s’était inquiétée qu’il s’agisse de nouveaux monstres, mais s’ils l’étaient, ils devraient venir du nord.

Finalement, à mesure qu’ils s’approchaient, elle s’était rendu compte que c’était des wyvernes et que les personnes montaient à cheval sur eux. C’était une unité de cavalerie Wyverne.

Une force militaire !? De quel pays... !?

Puis elle avait vu l’unité de cavalerie wyverne lâcher quelque chose. La chose était tombée droit vers Lasta, et en descendant, quelque chose de blanc s’était ouvert. Dès que la chose blanche s’était ouverte, sa vitesse de descente avait rapidement diminué.

Finalement, au fur et à mesure qu’elle se rapprochait de Lasta, Lauren s’était rendu compte qu’il y avait une personne accrochée sous le truc blanc.

« Attendez, tout le monde !? » cria-t-elle.

Pourquoi la cavalerie voudrait-elle lâcher une personne ? C’est quelque chose qu’elle n’avait jamais imaginé. Lauren était confuse, mais le lanceur de carreaux antiaérien à répétition avait ouvert le feu sur la personne qui descendait.

« Hein !? Oh, bon sang ! » cria Lauren.

Le lance-carreaux antiaériens à répétition visaient les objets entrants. Au moment où Lauren s’en était rendu compte, il y avait déjà un grand volume de carreaux qui volaient vers la personne qui descendait. Elle pensait que la personne serait abattue, mais...

« Tch !? Allons-y, allons-y ! » La personne qui tombait criait de surprise, puis frappait les carreaux de la taille d’une lance l’un après l’autre avec des lances jumelles.

La mâchoire de Lauren s’était affaissée. Il a dévié tous les carreaux du lanceur de carreaux antiaérien !? C’est un monstre ou quoi ?

Quand cette personne s’était approchée assez près, elle avait vu qu’il s’agissait d’un jeune homme aux cheveux roux. « Arrêtez les lance-carreaux antiaériens, s’il vous plaît ! On est là en renfort ! » cria-t-il.

Des renforts... Des renforts !? Lauren répéta le mot dans sa tête, et quand elle s’en rendit enfin compte, elle se hâta de donner l’ordre à ses soldats.

« Envoyez le signal pour que les lanceurs de carreaux antiaériens sur chacun des murs cessent de tirer ! Ce sont nos renforts ! » ordonna Lauren.

« Oui, madame ! »

Les soldats qui avaient reçu l’ordre s’étaient précipités pour envoyer le signal de fumée. Peu de temps après, les lanceurs de carreaux antiaériens aux quatre coins des murs du château s’étaient tus.

Comme s’ils l’avaient attendue, les wyvernes dans l’air avaient déchargé des personnes l’une après l’autre, et, ainsi, les choses blanches s’étaient ouvertes en plein vol.

Très probablement, ces trucs blancs étaient des dispositifs destinés à faciliter l’atterrissage. Mais voyant plus d’une centaine de ces dispositifs d’atterrissage ronds et blancs ouverts dans le ciel, ils étaient comme des graines de pissenlit dansant au vent.

Tandis que Lauren pensait qu’ils ne semblaient pas à leur place dans cette zone de guerre violente, elle aperçut le jeune homme aux cheveux roux qui avait commencé à descendre le premier à toucher le sol.

Le jeune homme aux cheveux roux s’était détaché du dispositif d’atterrissage maintenant plat, puis s’était précipité vers Lauren.

« Wheeewww. Je sais que je me suis entraîné pour ça, mais j’ai cru que j’allais mourir là-bas, » déclara le jeune homme roux en tournant les épaules en cercle.

Malgré l’incroyable exploit d’avoir fait tomber les carreaux géants qui lui avaient envoyé dessus, le jeune homme semblait encore capable d’en supporter davantage.

« À ce propos... qui diable êtes-vous !? » Lauren demanda avec étonnement, et le jeune homme aux cheveux roux se leva droit, la saluant en réponse.

« Je m’excuse pour la présentation tardive. Je suis le capitaine Halbert Magna de la force d’assaut de l’armée du Royaume de Friedonia, les Dratroopers. Vous êtes la commandante ici ? » demanda Halbert.

« Hein... ? Euh, oui ! Je suis Lauren Fran, capitaine des soldats du royaume de Lastania. Sire Halbert, venez vous de dire que vous appartenez à l’armée du Royaume de Friedonia !? » demanda Lauren.

Elle était ravivée, se sentant pleine d’espoir.

Halbert lui fit un signe de tête ferme. « Oui. Souma... Le roi Souma Kazuya de Friedonia a reçu une demande de Sire Julius, l’ancien prince héritier d’Amidonia, et je suis venu ici sous ses ordres pour le soutenir. »

« Les renforts dont Sire Julius a parlé... Ah ! Alors votre force principale se rapproche aussi ? » demanda Laura.

Le Royaume de Friedonia était la puissance majeure à l’est maintenant. Il était peu probable qu’ils auraient envoyé une force de moins de 10 000 hommes. Cette force devait être proche maintenant.

Ou du moins, c’était l’espoir de Lauren quand elle regardait Halbert avec impatience, mais Halbert se gratta maladroitement la joue.

« Uhh, non. Nous sommes un détachement envoyé en avance. Il faudra encore un certain temps avant que la force principale n’arrive, alors nous avons été envoyés en avant en raison de notre grande mobilité. Nous sommes ici pour sonder la force des monstres, et pour soutenir les défenseurs locaux afin que la ville ne tombe pas avant que la force principale ne puisse arriver, » déclara Halbert.

« Je... Je vois..., » donc la force principale était encore loin. Les épaules de Lauren s’étaient affaissées.

Halbert posa une main sur ses épaules affaissées et lui fit un sourire. « Oh, ne vous inquiétez pas. Les Dratroopers sont la crème de la crème dans la Force de Défense Nationale du Royaume de Friedonia. Maintenant que nous sommes ici... Wôw ! »

 

 

Halbert sauta sur le bord du mur, empalant l’un des hommes-lézards grimpants avec sa lance droite. Puis, au même moment, il avait brûlé le lézard empalé avec de la magie de feu avant de l’envoyer sur un groupe assemblé devant le mur. Quand il avait touché le sol...

Boom !

... l’homme-lézard en feu avait explosé. Les hommes-lézards qui se trouvaient à proximité avaient été envoyés au loin par l’onde de choc. De plus, les flammes avaient continué à se propager au reste des hommes-lézards des environs, et ils s’étaient tous transformés en boules de feu.

« « « Gugyagyagyagyaggya... » » » crièrent les hommes-lézards.

« C’est tout, » déclara Halbert. « Je ne les laisserai pas franchir ce mur. »

Avec les flammes et la fumée qui s’élevait derrière lui, Halbert avait refait venir la lance qu’il avait lancée avec la fine chaîne qui était reliée à la base des deux tiges de ses lances. Il avait gonflé sa poitrine d’une manière qui lui donnait l’air fiable.

Lauren avait été frappée par la vitesse à laquelle il avait agi, mais une plainte était tombée du ciel.

« Ne dis pas : “Je m’en occupe” ! Stupide Hal ! Quel genre de chevalier saute seul et abandonne son dragon, imbécile !? » s’écria la voix.

« Whuh !? » Lauren avait poussé un autre cri de surprise.

Regardant vers le haut dans la direction d’où venait la voix, il y avait un dragon rouge qui plongeait directement du ciel vers eux. Le dragon avait ouvert sa grande gueule et cracha du feu, coupant une ligne droite à travers la meute d’hommes-lézards qui essayaient d’escalader le mur du château.

Bwoooooooooooosh !

Un mur de flammes s’éleva, brûlant les hommes-lézards sous leurs yeux. Au milieu de cette scène incroyable, Halbert inclinait la tête devant le dragon rouge.

« Hé, Ruby, désolé ! C’était moche ici, alors je n’ai pas pu m’en empêcher..., » déclara Halbert.

« Non. Utilise-moi ! Ne me fais pas peur comme ça, imbécile ! » cria Ruby.

Le dragon rouge détourna la tête, boudant comme une jeune fille.

Lauren ne pouvait plus reconnaître la scène devant elle comme la réalité. Sa bouche était ouverte. « Est-ce que l’armée Friedonienne est... étrange ? »

« Je ne voudrais pas que vous considériez notre famille comme typique, vous savez, » déclara une fille bête aux oreilles de renard en sautant du dos du dragon d’un rouge profond. La fille aux oreilles de renard se dirigea vers Lauren et tendit la main droite. « Vous devez être la commandante. C’est un plaisir de vous rencontrer, vous savez. Je suis la supérieure de Hal, ainsi que la commandante opérationnelle des Dratroopers, Kaede Foxia. »

« ... Oh ! Je suis la capitaine Lauren ! » Lauren s’était empressée de prendre la main de Kaede. Mais alors même qu’ils échangeaient une poignée de main ferme, Lauren regarda Kaede d’un air empli de doute. « Comme vous descendez d’un dragon, cela fait-il de vous un chevalier dragon, Madame Kaede ? »

« Non. Rubis... Le chevalier du dragon rouge est Halbert, vous voyez. Halbert et moi sommes fiancés, alors elle me laisse la monter en pensant que la conjointe de mon conjoint est un peu comme mon conjoint aussi, » répondit Kaede.

« Hein... ? Vous êtes l’épouse et la supérieure de Sire Halbert, et ce dragon rouge est aussi son épouse ? » Lauren devenait confuse.

Kaede avait souri ironiquement. « Je vous expliquerai les détails plus tard, vous savez. Il y a des choses plus importantes pour l’instant. » Kaede regarda le château en parlant. « J’ai reçu l’ordre de faire coopérer nos 200 Dratroopers avec les défenseurs de chacun des murs pour empêcher les monstres d’entrer, vous voyez. La première chose à faire est de sécuriser les murs. »

« Je vous en suis reconnaissante, mais... si vous avez 200 hommes, c’est cinquante par mur, n’est-ce pas ? » demanda Lauren. « Quelle que soit l’élite que vous êtes, est-ce que cela suffira pour faire face à la situation actuelle ? »

Lauren était inquiète, mais Kaede lui avait souri. « C’est vrai, le nombre de soldats que nous avons débarqués dans le château est de 200, mais... vous oubliez quelque chose d’important, vous savez. »

« J’oublie quelque chose d’important ? » demanda Lauren.

Kaede avait levé l’index et avait pointé vers le haut.

Lauren avait suivi là où elle pointait le doigt, et... finalement, elle s’était rendu compte de ce que Kaede essayait de dire.

« C’est exact... Nous avons toujours une force qui est super forte contre les troupes terrestres là-haut, vous savez, » dit Kaede en souriant.

☆☆☆

Partie 2

Pendant ce temps, il y avait une voix énergique sur le mur sud.

« Ookyakya ! La cavalerie est là ! C’est l’heure de se lâcher ! »

« Jeune Maître, pourquoi es-tu si impatient ? »

C’était Kuu et Leporina, le duo maître et serviteur de la République de Turgis.

Tous les deux étaient descendus avec les Dratroopers.

Lorsque Kuu, participant en tant que général en visite, avait appris l’existence des Dratroopers, il avait demandé à Souma de le laisser avoir lui aussi un parachute.

Naturellement, Souma avait d’abord hésité. « Je t’ai dit de ne rien faire de dangereux, non ? »

« Allez, grand frère ! Si ça fait une différence, je peux faire mon propre parachute ! »

Les paroles de Kuu avaient mis Souma dans le pétrin. Le parachute était une question de vie ou de mort lors d’une chute, et même si un amateur pouvait en faire un lui-même, ce n’était pas une chose qu’il devait essayer. Cependant, s’il refusait, Kuu pourrait en faire un lui-même et essayer quand même, alors Souma avait cédé devant l’enthousiasme de Kuu et avait donné son accord à contrecœur... à la condition que, avec Leporina, des Dratroopers expérimentés les accompagnent aussi.

Comme un moniteur de parachutisme avec un parachutiste novice, les Dratroopers s’étaient attachés à Kuu et Leporina en tombant, et maintenant ils rejoignaient les défenseurs sur le mur sud.

Contrairement à Kuu excité à l’idée d’expérimenter son premier saut en parachute, Leporina semblait toujours effrayée, car son visage était pâle et ses oreilles de lapin étaient à plat. « Je pense... que c’est peut-être l’instant qui me fait le plus regretté d’avoir été à ton service. »

« Ookyaya ! Alors tu n’as jamais été insatisfaite avant, hein ? » demanda Kuu.

« Si, je l’ai été ! Je dis que c’est le pire ! » déclara Leporina.

« Dommage pour toi, hein ? Maintenant, allons-y. » Kuu sauta sur le bord du mur, regardant la meute d’hommes-lézards qui grouillaient vers lui d’en dessous. La force massive qui se pressait contre les murs était un spectacle inhabituel pour Kuu. « Il y en a beaucoup, c’est sûr. On ne verrait jamais ça à Turgis. »

« H-Hey ? Qui êtes-vous, vous autres ? » demanda avec hésitation l’un des défenseurs alors que Kuu regardait de l’autre côté du mur.

Kuu avait tapé sur son épaule avec son gourdin préféré, puis avait souri au défenseur. « Ne l’ai-je pas déjà dit ? Des renforts. Voilà ce que nous sommes. »

« Des renforts !? Ce sont des renforts qui sont tombés du ciel !? D’où venez-vous !? » demanda le garde.

Kuu sourit. « Où, me demandez-vous ? La République de Turgis. »

« La République de Turgis ? Ce pays du sud nous a envoyé des renforts ? » demanda le soldat.

« Ouais. Cependant seulement deux individus, » répondit Kuu.

« D-Deux !? » Le défenseur clignait des yeux, n’arrivant plus à comprendre la situation.

Il était déjà difficile de croire que la République de Turgis, à l’extrémité sud du continent, enverrait des renforts dans ce petit pays situé dans un coin de l’Union des nations de l’Est, alors quand on lui avait dit qu’il n’y avait que deux personnes, le soldat avait dû avoir l’impression de se faire piéger.

Satisfait par la réaction embrouillée du soldat, Kuu sauta du mur pour lui frapper vigoureusement à l’épaule. « Je plaisante, mec. Nous sommes ici au nom du Royaume de Friedonia. Nous sommes en visites depuis la République de Turgis. »

« S-Sûr... »

« Maintenant qu’on est là, tu n’as plus à t’inquiéter ! » Kuu sauta de nouveau sur le bord du mur, frappant deux hommes-lézards qui avaient grimpé et les repoussant dans l’essaim en dessous. « Hah... Hoh... Alley op ! »

Rebondissant le long du bord de la muraille, chaque fois que Kuu trouvait un homme-lézard attaquant quelqu’un, il le frappait avec le gourdin que Taru avait spécialement fait pour lui et envoyait le monstre voler.

« Hé, les gars ! Vous avez déjà entendu ça avant ? » cria Kuu aux défenseurs depuis le bord du mur. « On dit qu’un soldat Turgisien vaut cent hommes ! Ce qui veut dire que Leporina et moi valons 200 renforts ! Ookyakya ! »

Voyant Kuu rire de bon cœur, tous les soldats s’étaient sentis un peu plus détendus. Ce garçon exagérait peut-être, mais d’après ce qu’il venait de dire, ce n’était peut-être pas un mensonge. Quand ils avaient regardé son sourire sans fondement, ils s’étaient dit : « On ne peut pas le laisser nous battre ». Nous pouvons continuer.

Les soldats, qui pendaient la tête avant, avaient maintenant le visage levé, le moral remonté.

Puis un lézard particulièrement grand était apparu derrière Kuu. Contrairement aux autres, la surface de son corps était aussi rouge. Le lézard rouge avait balancé les griffes de ses deux mains à Kuu.

« Whoa ! » Kuu avait bloqué le coup de griffes en tenant son gourdin à l’horizontale. Cependant...

« Kishaaaa ! » siffla l’homme-lézard.

« Urgh... »

À l’arrière de la gueule ouverte de l’homme-lézard, Kuu pouvait maintenant voir des flammes rouges.

Oh, merde. Certains peuvent-ils aussi cracher du feu !?

Kuu fait déjà de son mieux pour repousser ses griffes. S’il lui tirait dessus maintenant, il ne pourrait pas esquiver. Kuu avait eu des sueurs froides. Puis... c’était arrivé.

Whoosh !

« Gugyaah!? »

La flèche était arrivée depuis l’intérieur des remparts et avait heurté l’œil droit du lézard en une frappe perforante.

Le visage du lézard avait pointé vers le haut et s’était éloigné, et la boule de feu qu’il crachait s’était envolée dans une direction complètement différente.

Kuu tourna le cou pour regarder, et Leporina était sur le bord opposé du mur avec l’arc à l’avant. Elle avait immédiatement placé une autre flèche.

« Je ne te laisserai pas tuer Maître Kuu ! » déclara Leporina.

La deuxième flèche de Leporina avait volé, cette fois en perçant l’œil gauche.

Le lézard rouge tenait ses yeux et voltigeait autour de lui.

« Voici un petit quelque chose en plus. Mange ça aussi ! » déclara Kuu.

Tandis que son ennemi chancelait, Kuu tourna son gourdin et lui enfonça la mâchoire par en dessous. Il y eut un bruit de claquement, et le lézard rouge tomba sur le côté du mur.

« Wôw..., » après avoir évité de peu une attaque, Kuu essuya la sueur de son front. « Ook... Tu m’as sauvé, Leporina. »

« Franchement. Ça vaut une centaine de renforts ? Je n’ai jamais rien entendu de tel, tu sais ? » déclara Leporina.

« Eh bien, franchement ? Je vais m’assurer que tout le monde le sache à partir de maintenant ! » Kuu avait fait un grand spectacle en faisant tourner son gourdin avant de le placer à ses côtés. « C’est peut-être une vantardise exagérée, mais on peut la rendre réelle. Si j’écrase une centaine de ces trucs, ça aura l’air crédible ! »

« Ne dis pas ça comme si c’était facile ! » déclara Leporina.

« On va le faire, Leporina ! Montrons aux pays du nord à quel point les guerriers de notre peuple peuvent être forts ! » déclara Kuu.

À peine l’avait-il dit que Kuu était parti à la recherche de sa prochaine cible. Sa promesse faite à Souma qu’il ne ferait rien de dangereux avait été oubliée depuis longtemps.

« Ookyakya ! Hé, soldats de Lastania ! Il est temps de tenir bon ! Si vous pensez que vous ne pouvez pas gagner un combat, appelez-moi ! Je m’en occupe ! » Kuu se vantait en frappant les hommes-lézards près de lui.

Il n’était pas plus clair qu’avant de savoir sur quelle base il avait à dire tout cela, mais sa voix énergique se sentait revigorante d’une certaine façon.

« Ouais ! Faisons cette chose ! » répondirent les soldats.

« Heh ! Nous ne pouvons pas laisser notre invité monopoliser toute la gloire ! »

« C’est notre pays ! Nous devons le défendre nous-mêmes ! »

Le moral des soldats s’était encore amélioré, et tout le monde sur les murs était revigoré.

Leporina, qui pouvait sentir l’atmosphère chaude en suivant Kuu, avait souri. C’est bien le charisme du jeune maître.

C’était un peu un idiot et il avait une façon de s’exciter à chaque occasion, mais Kuu avait toujours montré la voie, prenant lui-même des risques, et redonnant du courage à ceux qui le suivaient.

Il y avait des rois comme Souma qui savaient utiliser les gens. Il y avait des impératrices comme Maria qui gagnait le respect de leur peuple. Malgré tout, celui que Leporina voulait servir était Kuu, et lui seul.

Bien que... s’il pouvait s’abstenir d’être aussi imprudent, il serait encore mieux...

Pendant que Leporina pensait ça, Kuu l’avait poussée à se dépêcher. « Allez, Leporina ! Il nous en reste encore 90 à tuer ! »

« Quand tu as dit que tu vaincrais 100, tu étais sérieux !? » cria Leporina en était surprise, et puis c’était arrivé.

De loin dans le ciel au-dessus de Kuu et Leporina, il y avait le son des trompettes. Bwoon ! Bwoon ! Cela avait hurlé plusieurs fois, comme si on les avertissait de faire attention.

En entendant ce bruit, les visages de Kuu et Leporina devinrent tendus.

« Oh, merde ! Ça commence ! Hé, vous autres ! Éloignez-vous des murs un moment ! » déclara Kuu.

« Tout le monde ! » Leporina avait appelé. « Les chevaliers-wyvernes vont bientôt commencer à bombarder ! On s’attend à ce que les fragments s’envolent, alors éloignez-vous de l’extérieur des murs, et descendez ! »

En effet. Les trompettes étaient un signal de la cavalerie-wyverne qu’ils allaient commencer à bombarder.

« B-Bombe !? » cria un soldat.

« Hé, dépêchez-vous et éloignez-vous des murs ! »

Les défenseurs se précipitèrent depuis l’extérieur du mur, s’élançant sur les pavés.

Puis la troupe de 200 chevaliers-wyvernes qui se tenait dans les airs en attente depuis que les Dratroopers avaient largué avait soudainement perdu en altitude et avait fait tomber leurs barils sur les meutes d’hommes-lézards se trouvant autour des murs du château. Les barils étaient pleins d’explosifs. Les barils explosifs, dont le temps avant l’explosion avait été ajusté avec des fusées, avaient explosé juste avant de tomber dans les meutes des hommes-lézards.

B-B-B-B-B-B-B-B-B-B-Boom !

Les explosions s’étaient déclenchées en continu, dans toutes les directions à l’horizon. Les vagues et les vibrations de l’explosion avaient même frappé les soldats qui se cachaient et se couvraient sur le mur.

Quand ils avaient finalement levé le visage pour regarder autour d’eux, des piliers de flammes s’élevaient à l’extérieur des murs vers le nord, le sud, l’est et l’ouest. Les boules de feu qui se répandaient faisaient cuire les meutes d’hommes-lézards, et une odeur étrangement savoureuse se répandait dans l’air.

La cavalerie-wyverne qui avait fait tomber les barils d’explosifs plongea à nouveau, brûlant les groupes de lézards restants avec leur souffle de feu. Ces flammes avaient déclenché les explosifs qui avaient été dispersés par des barils atteignant le sol sans exploser, et tout cela avait transformé l’extérieur des murs en une mer de flammes.

Les hommes-lézards avaient tout simplement brûlé, incapables de faire quoi que ce soit.

« Ook. Les wyvernes sont vraiment incroyables, hein..., » déclara Kuu en admiration, regardant à travers une fissure dans le mur.

Les courants aériens étaient violents et la République de Turgis était trop froide pour commencer, de sorte que son pays n’avait pas sa propre force aérienne et qu’aucun pays n’en avait jamais utilisé une contre eux.

Le premier raid aérien dont il avait été témoin était au-delà de tout ce qu’il n’avait jamais imaginé.

Il devait y avoir 5 000 hommes-lézards, et en un instant, soixante-dix à quatre-vingts pour cent de ce nombre avaient été incinérés.

Les hommes-lézards qui avaient eu la chance d’échapper aux flammes rampaient, et il pouvait les voir s’enfuir dans la forêt voisine.

Si des scènes similaires se déroulaient sur chacun des autres murs, il ne restait peut-être que 1 000 hommes-lézards. Dans tous les cas, ils n’attaqueraient pas tant qu’ils n’auraient pas été reconstitués.

Kuu s’était levé et s’était dépoussiéré. « Ookyakya ! À la fin de la journée, je n’ai réussi à en avoir qu’une dizaine, hein ? »

« Alors pourquoi ne les poursuis-tu pas ? Seul, » demanda Leporina, épuisée.

Kuu avait haussé les épaules. « J’aimerais bien, mais je ne vois rien à travers toute cette fumée. Je vais les laisser partir pour aujourd’hui. »

« ... Tu le ferais, n’est-ce pas ? » demanda Leporina.

« J’ai des choses plus importantes à faire, de toute façon. » Kuu fit claquer son gourdin sur les pavés, puis cria à tous les soldats Lastaniens qui étaient choqués par les bombardements aériens. « D’accord, les attaquants ont été repoussés ! Je veux vous entendre crier ! Victroireeeee ! »

« Victoire. » Entendant ce mot, les soldats de Lastania eurent enfin le sentiment d’avoir gagné.

Poussant leurs mains tremblantes vers le ciel, ils criaient du fond des poumons.

« « «Ouaishhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh ! » » »

Les applaudissements des soldats avaient résonné dans le ciel nocturne de Lastania.

☆☆☆

Partie 3

Ils avaient entendu des explosions provenant des murs nord, sud, est et ouest, puis de la fumée noire s’était élevée dans les quatre directions.

C’était très probablement le résultat d’un bombardement aérien par la même cavalerie-wyverne qui avait lâché les Dratroopers.

Les hommes-lézards n’avaient aucun moyen de lancer une attaque antiaérienne et de se défendre contre les bombardements aériens, ils étaient donc frappés unilatéralement à mort. Même si ce n’était pas suffisant pour les exterminer complètement, on pourrait s’attendre à ce que la pression des hommes-lézards sur chaque mur diminue.

Pendant ce temps, à peu près au même moment, la bataille près du château touchait à sa fin.

Entendant la situation de Julius, j’avais ordonné à Aisha et aux quelques gardes royaux de la gondole ainsi qu’à Naden d’agir avec Julius et Jirukoma pour exterminer les hommes-lézards qui attaquaient le château.

Alors qu’il allait sans dire qu’Aisha était forte, les gardes royaux étaient aussi confiants dans leurs compétences, et ensemble ils pouvaient facilement venir à bout des quelque dix hommes-lézards dans la zone autour du bâtiment.

« Naden, il y en a un autre là-bas ! » avais-je annoncé.

« Bien reçu ! Unaaaaaa ! » cria Naden.

Craquements !

Naden, toujours en forme de jeune fille, lâcha un éclair, perçant un lézard sur le toit du château.

L’homme-lézard qu’elle avait frappé était devenu rigide, incapable d’émettre un son, puis s’était effondré sur le sol en tremblant. Apparemment, il respirait encore.

« Eh bien, toi ! » Aisha avait levé sa grande épée pour porter le coup de grâce.

« Attends un peu, Aisha ! » J’avais tendu la main et je l’avais arrêtée. « Prends celui-là vivant. »

« Hein ? On fait des prisonniers ? » demanda Aisha.

« Ça nous apprendra peut-être quelque chose sur l’écologie des monstres. Je veux en attraper un, au moins, » déclarai-je.

« Compris. Compris. Ouf... Prends ça ! » déclara Aisha.

Aisha avait enfoncé son épée dans le sol, puis avait fait un coup de poing à l’arrière du cou de l’homme-lézard qui se tortillait. Le dos du lézard s’était arqué pendant un moment, puis il s’était ramolli et s’était arrêté de bouger. Ses yeux étaient écarquillés, et il avait de l’écume à la bouche.

... Je ne sais pas, même si c’est un monstre, je me sens mal de le voir être ainsi...

J’avais hésité à poser une question à Aisha alors qu’elle la traînait par la queue. « Il y avait un bruit désagréable. Es-tu sûre de ne pas l’avoir tué ? »

« Je me suis un peu retenue, donc ça devrait aller... probablement, » déclara Aisha.

« D’accord, d’accord..., » déclarai-je.

En regardant de plus près, le monstre était froid et ne semblait pas mort, alors j’avais demandé à un garde royal de lui attacher la bouche et le corps, puis de l’enfermer dans une tour près du château.

C’était tout pour les ennemis en dehors du manoir royal.

Jirukoma s’était précipité. « La famille royale et les réfugiés sont restés à l’intérieur du manoir royal. Je veux les sauver, mais il y a peut-être encore des hommes-lézards dans le bâtiment. J’aimerais demander l’aide de la garde royale. »

« OK, » j’avais hoché la tête et donné l’ordre. « Combattez avec Jirukoma, fouillez chaque recoin pour éliminer tous les hommes-lézards, et sauver la famille royale et les réfugiés ! Ils se cachent peut-être dans l’ombre, alors soyez prudents ! »

« « « Oui, Sire ! » » »

Les gardes royaux m’avaient salué, puis étaient entrés dans le château avec Jirukoma.

Seuls Aisha, Naden, Julius et moi avions été laissés là. Le temps passa et tout le monde restait silencieux dans un certain malaise. Julius regardait vers le château, et Aisha le surveillait prudemment. J’avais pensé qu’il était temps pour moi de dire quelque chose.

« J’ai entendu dire qu’il y avait des personnes protégées, mais est-ce qu’elles vont bien ? » demandai-je.

« J’ai décidé qu’au lieu d’essayer de les déplacer, il était plus sûr de les garder au même endroit jusqu’à ce que les choses se calment, » dit Julius. « Elles se trouvaient dans un endroit profond, et l’entrée était hermétiquement fermée, donc tout devrait bien se passer. »

« Je vois, donc cela doit être bon, » déclarai-je.

« Oui..., » déclara Julius.

... Oui, c’était gênant.

Julius et moi, nous avions agi dans des armées ennemies en nous retrouvant au premier plan sur le terrain de la guerre.

Julius avait envahi le royaume des Elfrieden avec son père Gaius VIII, qui avait perdu la vie pendant cette guerre. Il devrait essayer de se venger de moi, en tant qu’assassin de son père, mais j’étais aussi fiancé à sa jeune sœur Roroa, donc les choses étaient compliquées.

De plus, c’est lui qui demandait des renforts, et c’était moi qui les fournissais.

Tandis que nous étions tous les deux incapables de trouver les mots pour dire, Aisha le regarda avec méfiance. Ses mains n’avaient pas laissé la poignée de sa grande épée, comme si elle disait : « Si tu fais un seul faux pas, je te tue. »

Nous étions enveloppés d’un air de tension.

En tant que seule personne qui ne connaissait pas Julius, Naden avait senti le malaise dans l’air, et ses yeux avaient fait des allers et retours entre nos visages. « Quoi ? Quoi ? Pourquoi tout le monde est-il si tendu ? »

« Frère... Grand Frère..., » déclara Roroa avec hésitation.

En me tournant vers sa voix hésitante, j’avais vu que Roroa et Tomoe, à qui l’on avait dit de rester dans la gondole jusqu’à ce que tout soit réglé, allaient sortir. Derrière Tomoe se trouvait son garde du corps Inugami.

En voyant sa sœur, les yeux de Julius se plissèrent. « Oh, c’est Roroa... »

Elle marcha lentement et elle se plaça à côté de moi. Elle avait ouvert la bouche comme pour dire quelque chose, mais elle n’arrivait pas à trouver les mots, et sa bouche s’était juste ouverte et fermée. Je ne pouvais pas lui en vouloir.

Ma relation avec Julius était compliquée, mais la sienne aussi.

Ils étaient frère et sœur de sang, mais ils avaient aussi été des ennemis politiques. Elle l’avait chassé pour le bien du peuple d’Amidonia, puis les avait protégés en m’épousant et en amenant son pays en même temps qu’elle.

Sans doute qu’elle se sentait coupable d’avoir chassé son frère.

Entre-temps, Julius avait utilisé son lien avec Roroa pour sauver le royaume de Lastania. Dans une crise de vie ou de mort, Julius avait compté sur la petite sœur qui avait été son ennemie.

« Roroa, » déclara-t-il enfin.

« Ah ! »

Julius s’avança pour se tenir devant Roroa. Cela signifiait naturellement que la petite Roroa devait le regarder en l’air. Avant qu’une Roroa incertaine ne puisse lever les yeux, Julius baissa tranquillement la tête.

« Tu as bien fait d’amener le roi Souma ici. Je t’en remercie, » déclara Julius.

Les yeux de Roroa s’élargirent. « Frère... Je... »

« Je n’ai plus ma position de prince héritier d’Amidonia. Maintenant, je ne suis plus qu’un invité cherchant refuge dans ce pays. Tu n’as pas besoin d’être poli avec moi. Tu parles en argot marchand avec Colbert et les autres, n’est-ce pas ? »

Julius leva la tête.

« ... Oh, très bien ! J’ai compris. » Roroa se gratta la tête, puis croisa les bras comme si elle l’avait accepté. Puis, elle avait fait face à Julius. « Alors, euh... ça fait un bail, hein ? Comment ça va, toi ? »

« Je suis en assez bonne santé, comme tu peux le voir. Les habitants de ce pays m’ont bien traité, et grâce à tes renforts, nous avons pu repousser l’offensive d’aujourd’hui. Permets-moi de te remercier encore une fois d’avoir transmis ma demande d’aide au roi Souma. »

« H-Hmmph. Tu ferais mieux d’être reconnaissant, » Roroa détourna le regard et pinça les lèvres. « Je ne m’attendais pas à ce que ça se passe comme ça quand on se serait revus. »

« Je pourrais dire la même chose, » déclara Julius.

« Je ne vais pas m’excuser de t’avoir fait fuir du pays, » ajouta Roroa de façon agressive. « C’était tout ce que je pouvais faire pour protéger le peuple de la Principauté. »

« J’ai échoué en tant que dirigeant, donc je ne suis pas en mesure de me plaindre, » déclara Julius. « Si tu as agi dans l’intérêt du peuple, sois-en plus fier. Tu n’as pas besoin de te sentir coupable. »

« Je ne me sens pas vraiment coupable ! » déclara Roroa, en montrant ses dents à Julius. « Nyahh ! »

Je ne sais pas... De profil, ils ont l’air d’un frère et d’une sœur qui parlent.

Selon Roroa, ils n’avaient parlé que le strict minimum nécessaire en Amidonia. Elle faisait l’innocente parce qu’elle se souciait de la façon dont son père et son frère la verraient. Maintenant que c’était fini et qu’elle parlait ouvertement de ses sentiments, j’avais été surpris de voir à quel point ils ressemblaient à un frère et une sœur normaux.

Julius secoua la tête, exaspéré. « Je vois que tu es toujours aussi puéril. Ça fait un an depuis que tu es allé voir le roi Souma, n’est-ce pas ? Tu ne devrais pas avoir conçu un enfant maintenant ? » demanda Julius.

« Quoi !? » Roroa avait paniqué. « Qu’est-ce que tu racontes ? Moi et mon chéri, on n’a pas... euh... »

« Ne me dites pas que vous n’avez même pas encore levé la main sur elle ? » dit Julius exaspéré, ayant apparemment compris ce que Roroa voulait dire.

Roroa était devenue si rouge que j’avais pensé que son visage pourrait s’enflammer. Il semblait qu’elle n’était pas douée pour que la question soit traitée directement. Ce n’était pas une réaction que je voyais souvent de sa part, alors j’avais pensé que c’était un peu mignon.

 

 

Pendant qu’elle était dans cet état, Julius avait continué à parler. « Roroa. Tu es à la tête de la Maison princière d’Amidonia. Si tu donnes naissance à un enfant, la lignée de la Maison princière d’Amidonia sera protégée. Tu as le devoir de produire des héritiers qui raconteront l’histoire des réalisations militaires de la Maison royale d’Amidonia. Je t’implore de faire tomber le roi Souma amoureux de toi dès que possible. »

« Oh, bon sang ! Laisse-moi tranquille ! Maintenant, je sais ce que ressentait Grande Soeur Cia ! » Roroa s’était vite cachée derrière moi. Puis elle s’était mise à siffler et avait jeté un regard menaçant sur Julius.

Depuis quand est-elle issue d’une race d’homme-chat... ?

Maintenant que Roroa s’était cachée, j’avais de nouveau fait face à Julius. « Je suis venu en réponse à votre demande d’aide. Il faudra encore un certain temps avant que la force principale n’arrive, mais j’ai amené 200 Dratroopers comme détachement précurseur. »

« Je vous suis profondément reconnaissant de votre aide, » Julius s’agenouilla et inclina la tête.

L’homme avec qui j’étais en concurrence lors des négociations avec Madame Jeanne s’inclinait devant moi... C’était un sentiment étrange.

« Ça fait bizarre. S’il vous plaît, levez-vous et parlez normalement. Ou alors..., » déclarai-je.

« Ou sinon ? » demanda Julius.

« Je vous appellerai “Grand Frère”, » déclarai-je.

« ... Dans tous les cas, je vais vous demander de m’épargner ça, » Julius s’était levé et m’avait regardé droit dans les yeux.

Il n’y avait pas la rage qui était autrefois en lui, et il avait l’air détendu, comme si quelque chose qui l’avait possédé était passé à autre chose.

Puis Julius avait fait avancer la discussion. « Je sais que c’est étrange pour moi de dire que c’est celui qui fait la demande, mais pourquoi avez-vous répondu à mon appel à l’aide ? On s’est déjà battus. Vous auriez pu m’ignorer, n’est-ce pas ? »

« Je ne voulais pas faire souffrir Roroa plus que ce qu’elle a déjà subit, » déclarai-je.

« Comme c’est doux..., c’est ce que l’ancien moi aurait dit. Mais maintenant... je crois que je peux comprendre. Roroa est si importante que ça pour vous ? » demanda Julius.

« Roroa fait désormais partie de ma famille, » déclarai-je. « Je protégerai ma famille, quoi qu’il arrive. »

« Famille..., hein, » déclara Julius.

Julius et moi, nous nous étions regardés dans les yeux. Comme si chacun d’entre nous cherchait à connaître les intentions de l’autre.

Je pouvais entendre Aisha et Naden parler derrière moi.

« Madame Naden, vous et moi sommes aussi de la famille de Sa Majesté, non ? » demanda Aisha.

« Bien sûr qu’on l’est. Et quand on inclut la petite sœur de tout le monde, Tomoe, on est une famille de sept personnes, » déclara Naden.

« Alors, pensez-vous que cela fait de Sire Julius mon beau-frère ? » demanda Aisha.

« Non, je ne pense pas que ça marche comme ça, » déclara Naden.

Je voulais vous dire, euh... Pourriez-vous aller discuter ailleurs... ? Mais, non, c’était rassurant d’avoir les deux êtres puissants à proximité. Comme ça, je n’avais pas à avoir peur de Julius.

Julius avait sorti son épée gainée hors de sa ceinture et me l’avait offert.

J’avais fermé les yeux et je lui avais demandé : « Qu’est-ce que c’est censé vouloir dire ? »

« Quand j’ai envoyé la demande, j’ai dit que j’étais prêt à vous offrir ma tête. Si vous la voulez, laissez-moi faire ce que j’ai promis, » déclara Julius.

« ... Vous étiez sérieux ? » demandai-je.

« Bien sûr que oui. Si vous m’abattez, ce sera une inquiétude de moins concernant votre domination sur Amidonia. En échange, j’aimerais que vous vous occupiez de ce royaume jusqu’à la fin, » déclara Julius.

Il n’y avait pas d’indécision aux yeux de Julius. Il avait déjà pris sa décision, semble-t-il.

J’avais lentement pris l’épée, et Julius s’était penché vers le bas et avait étendu son cou pour qu’il soit plus facile à couper.

« Chéri —, » Roroa était sur le point de dire quelque chose, mais s’était ensuite forcée à garder le silence. Pensant qu’elle ne devait rien dire, elle avait réfréné ses mots.

Maintenant, que faire...

« Seigneur Julius ! »

Une jeune fille qui sortait du château avec Jirukoma s’était précipitée, se mettant entre Julius et moi. Elle avait serré Julius dans ses bras, qui penchaient encore la tête.

La jeune fille me regarda, les yeux remplis d’une force d’émotion qui niait son apparence charmante.

« Je vois que vous êtes le roi Souma Kazuya du Royaume de Friedonia. Je suis la princesse de ce pays, Tia Lastania, » déclara la jeune femme.

« Oh, c’est vrai... Je suis Souma Kazuya, » j’avais été ébloui par l’intensité de la fille et j’avais réagi comme d’habitude. Alors, c’était la princesse de ce pays, hein ?

La princesse Tia m’avait lancé un appel désespéré. « Nous sommes très heureux et reconnaissants de recevoir des renforts du Royaume de Friedonia. Cependant, bien que j’hésite à le dire en tant que bénéficiaire de l’aide... Je dois vous demander, s’il vous plaît, soyez magnanime et pardonnez au Seigneur Julius ! »

« Princesse Tia ! C’est dangereux ! S’il vous plaît, reculez ! » cria Julius.

« Je ne lâcherai pas prise ! Je ne veux pas vous voir tué ! » déclara Tia.

Bien que Julius ait essayé de l’arracher à lui, la princesse Tia s’était accrochée et n’avait pas voulu lâcher prise. Elle risquait sa vie pour sauver Julius.

« Le Seigneur Julius m’a parlé de la situation ! Je sais que le Seigneur Julius a risqué sa tête pour faire cette demande d’aide ! Mais il l’a fait pour nous, le royaume de Lastania ! Je ne sais pas quel genre d’homme était le Seigneur Julius pendant son séjour dans la Principauté d’Amidonia. Cependant, depuis qu’il est ici, Julius a dirigé une force de soldats volontaires qui ont servi ce pays et qui ont abattu les monstres qui attaquent. Il est irremplaçable dans ce pays ! Et aussi pour moi ! » déclara Tia.

En voyant Tia parler rapidement et essayer de nous convaincre...

Oh, c’est logique...

Roroa et moi l’avions compris. La raison pour laquelle Julius semblait avoir mûri en tant que personne était probablement grâce à cette princesse ici. Je pouvais lire entre les lignes et voir son amour pour Julius. Ses sentiments pour lui, et les siens pour elle, avaient fait de Julius ce qu’il était maintenant.

Mais, attends, je n’ai jamais eu l’intention de couper la tête de Julius.

Ce n’était pas comme si le fait de lui prendre la tête à ce moment-là allait changer quoi que ce soit et, plus que tout, je ne voulais pas rendre Roroa triste. En plus, j’avais l’impression que Julius m’avait offert l’épée en sachant que je penserais comme ça. C’était probablement une formalité symbolique, comme si nous étions en train de rompre notre relation passée.

Mais la princesse Tia, qui ne le savait pas, essayait désespérément de protéger Julius.

Maintenant, comment vais-je maîtriser la situation ? m’étais-je demandé. Puis, soudain, ça m’était venu à l’esprit.

« ... Très bien. Si vous acceptez une certaine condition, je m’abstiendrai d’infliger un châtiment à Julius, » déclarai-je.

« Si c’est quelque chose que je peux faire, alors n’importe quoi ! » déclara Tia.

« Princesse Tia ! » Julius essaya précipitamment de la faire revenir en arrière, mais la princesse Tia refusa obstinément de l’écouter.

« Alors, quel pourrait être votre demande ? » demanda-t-elle.

« Je souhaite que vous preniez le nom d’Amidonia de Julius de vos propres mains, » déclarai-je.

« Retirer son nom ? Croyez-vous que c’est quelque chose que je peux faire ? » demanda Tia.

« Oui, et si c’est vous, je pense que cela peut se faire assez facilement, » déclarai-je.

« Je peux ? » Tia était perplexe.

Pendant ce temps, Julius, qui comprenait ce que je disais, se mit immédiatement en colère et me regarda fixement. Oh ! Il y a encore un semblant de son ancien visage.

Puis, ayant apparemment compris, Tia avait applaudi dans ses mains. « Oh, je vois. J’ai juste besoin que Sire Julius se marie au seins de ma famille. S’il fait ça, il sera Julius Lastania, et non pas Julius Amidonia. »

« Princesse Tia, c’est le genre de chose à laquelle vous devez bien réfléchir..., » déclara Julius en hâte.

Mais Tia était d’accord alors qu’elle affichait un sourire et qu’elle fit un signe de tête. « J’accepterai votre condition. Je sais que mes parents accepteront Sire Julius. »

« ... Argh, » Julius avait gémi.

« Wahahahah ! » Jirukoma avait ri. « On dirait qu’il est temps pour vous de payer la note, hein, Julius. Félicitations. D’après les apparences, ce n’est qu’une question de temps. »

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire