Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 8 – Chapitre 4 – Partie 1

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 4 : Défendre les remparts du château de Lasta

Partie 1

La Manami, ou la vague du démon. C’était un phénomène de monstres apparaissant en masse du Domaine du Seigneur Démon et se déplaçant vers le sud.

La deuxième année après l’accession au trône de Souma, la 1547e année du Calendrier Continental, était l’année où la troisième vague démoniaque après l’apparition du Domaine du Seigneur Démon avait éclaté.

Dans les cas où les monstres débordaient d’un donjon, même si ces monstres formaient des groupes, il y en avait, tout au plus, plusieurs dizaines. Mais dans le cas d’une vague de démons, plus de 10 000 monstres envahiraient soudainement les nations de l’humanité.

Naturellement, contrairement à ce qui se passait lorsqu’ils sortaient d’un donjon étroit, les monstres étaient dispersés de l’autre côté de la frontière lorsqu’ils envahissaient, de sorte qu’il y avait moins de monstres sur un champ de bataille donné, et la pression exercée sur les défenses variait selon l’endroit et la faiblesse et la force des monstres.

Cependant, si des milliers de monstres puissants envahissaient en même temps, un petit pays serait impitoyablement piétiné, et un pays de taille moyenne serait probablement confronté à une crise existentielle.

L’un des endroits où les combats avaient été les plus violents cette année avait été le Royaume de Lastania, à l’extrémité nord-ouest de l’union des pays de petite et moyenne taille connue sous le nom d’Union des nations de l’Est.

Ce pays avait une population de moins de 20 000 habitants et une force de seulement 500 soldats de carrière, mais une horde de plus de 5 000 monstres s’en prenait maintenant à lui.

La plupart d’entre eux étaient des hommes-lézards, qui avaient des têtes de lézard et des corps supérieurs écailleux qui étaient humanoïdes, mais leurs jambes étaient plus en ligne avec une petite bête. (Si l’on devait les comparer à un dinosaure du monde de Souma, le plus proche serait un deinonychus.)

Ils s’appelaient peut-être des hommes-lézards, mais leurs actions étaient purement bestiales par nature, et il n’y avait aucun signe de la haute intelligence dont on disait qu’elle était possédée par les démons.

Il y avait aussi d’innombrables chimères qui rôdaient dans les rangs des hommes-lézards.

Le nombre de ces monstres dépassait les capacités du Royaume de Lastania, mais l’Union des nations de l’Est à laquelle ils appartenaient et le Royaume des Chevaliers Dragons de Nothung avec lequel ils étaient alliés étaient affectés par la vague des démons et étaient trop occupés à régler leurs propres problèmes pour pouvoir envoyer des secours.

Ainsi, en réponse à cette situation, le royaume de Lastania rassembla les personnes qui n’avaient pas pu s’échapper à temps vers le sud dans la seule ville fortifiée du pays, Lasta, et s’installèrent pour un siège.

Malheureusement, le Royaume de Lastania n’avait qu’une armée régulière d’environ 500 hommes, et même avec une cinquantaine d’autres soldats volontaires, il n’en avait pas plus de 600 au total. Ce n’étaient pas des nombres qui pouvaient repousser plus de 5 000 monstres.

Pour compenser cela, ils avaient enrôlé 3 000 hommes aptes au combat parmi les 10 000 citoyens qu’ils avaient accueillis et les avaient affectés à la garde des remparts du château. Cela avait porté le nombre de défenseurs à 3 500, mais la plupart d’entre eux étaient des gens ordinaires. Une personne ordinaire ne pouvait même pas s’attaquer seule à un monstre faible, alors il était juste de dire que sa situation était désespérée.

Mais le Royaume de Lastania faisait encore un bon travail de résistance.

 

***

— Midi du 15e jour, 10e mois, 1 547e année du Calendrier Continental — sur les murs de Lasta —

« Archers, en joue ! Il n’est pas nécessaire de viser des ennemis éloignés sur le terrain ! Concentrez le feu sur ceux qui escaladent les murs et assurez-vous de les frapper ! »

Julius donnait des ordres à l’entrée sud des remparts pendant qu’ils étaient attaqués par des hommes-lézards.

Julius était un général en visite dans ce pays, mais personne dans ce pays n’était un commandant plus expérimenté que lui, on lui avait donc temporairement donné le contrôle total des forces de Lastania.

Sous les yeux de Julius, il pouvait voir des soldats concentrés sur les ennemis qui s’étaient approchés de la porte. Ils avaient les flèches dans leurs mains et se tournèrent vers la porte qui ne devait pas tomber.

Julius se hâta de leur crier dessus. « Imbéciles ! Concentrez-vous sur l’ennemi devant vous ! »

« Non, mais si la porte tombait..., » un des soldats commença à s’y opposer. « Uwah !? »

Ses jambes avaient lâché alors qu’un homme-lézard pointait sa tête à travers la fente à flèche qui se trouvait devant lui. Il avait grimpé le long du mur.

L’homme-lézard se tenait devant le soldat, qui était trop choqué pour reprendre pied. L’homme-lézard avait fait claquer sa langue de lézard et il avait ouvert sa bouche pour se nourrir du soldat.

« Argh ! » Le soldat leva les bras pour se couvrir le visage d’une terreur abjecte.

L’instant d’après, le son lugubre d’une chair percé atteignit les oreilles du soldat. Cependant, l’homme ne ressentait aucune douleur, alors il avait hésité à baisser ses bras.

Il y avait une épée qui perçait la bouche de l’homme-lézard.

« ... Je vous avais prévenu, » déclara Julius.

C’était son épée qui perçait l’homme-lézard.

Julius poussa l’homme-lézard contre le bord du mur avec son épée. Puis, lui donnant un coup de pied dans le torse, il l’avait envoyé au loin en arrachant son épée. Le corps de l’homme-lézard mort était tombé à l’extérieur du mur.

Finalement, réalisant qu’il avait été sauvé, le soldat remercia Julius. « Merci beaucoup ! »

« ... Hmph, » Julius bougea son épée, en retirant le sang du lézard, puis il fit entendre à nouveau sa voix. « Écoutez ! L’ennemi ne combat pas comme dans un siège ! Pour commencer, ceux qui entourent ce château n’ont pas l’intelligence d’entrer dans la place par la porte d’entrée ! Ils essaient de grimper à la fois aux murs et à la porte ! C’est pourquoi vous devriez tous vous concentrer sur l’ennemi devant vous ! »

« « « Oui, Sire ! » » »

Impressionné par la bravoure de leur commandant, le moral des soldats avait un peu augmenté.

Les soldats avaient tiré sur les hommes-lézards alors qu’ils essayaient de grimper aux murs et les avaient renversés avec leurs lances. La vue donna à Julius un moment de soulagement, mais il continua à crier.

« Sur le chemin ! Ne lâchez pas la garde des lanceurs de carreaux antiaériens placés dans les coins des murs ! S’ils sont détruits, les créatures aériennes pourront franchir les murs et attaquer ceux qui sont derrière nous ! » ordonna Julius.

Il faisait référence à ces monstres chimériques déformés qui erraient dans la meute des hommes-lézards. Ces monstres étaient un méli-mélo de différentes caractéristiques animales, et il n’était pas possible de les décrire de façon uniforme. Certains rampaient sur le sol, tandis que d’autres volaient, ce qui rendait leur réaction plus difficile.

Ce n’est pas que les hommes-lézards et les monstres chimériques agissaient de concert. Les chimères étaient des charognards. Quand les hommes-lézards avaient attaqué les soldats, les chimères allaient traquer la zone, cherchant à récupérer la viande des soldats et des hommes-lézards morts pour eux-mêmes.

Ils n’étaient que des charognards tant que ceux qui les entouraient étaient dangereux pour eux, comme les soldats et les hommes-lézards. Mais si les chimères rencontraient des proies plus faibles, elles attaqueraient violemment.

Si les lanceurs de carreaux antiaériens étaient détruits, les monstres ailés attaqueraient les non-combattants qui se cachaient derrière les murs. Il fallait à tout prix empêcher cela.

Un des soldats expérimentés s’était précipité chez Julius. « Sire Julius, pensez-vous que les autres murs sont sûrs ? »

« Madame Lauren défend la porte est et Jirukoma protège la porte ouest. Nous avons placé bon nombre des forces régulières du côté nord, là où il n’y a pas de porte. Pour être honnête, les défenses sont les plus faibles ici. Tant qu’il n’y a pas des percées ici, je doute qu’ils puissent passer ailleurs. »

« Je vois..., » le soldat d’expérience acquiesça d’un signe de tête, puis retourna à son poste.

Julius continua à diriger les troupes pendant qu’il le regardait partir. « Écoutez ! Ceux qui sont derrière nous ne peuvent pas se battre ! Pour les défendre, nous ne devons pas laisser l’ennemi nous dépasser ici ! Si nous nous battons fermement et gagnons du temps, je suis sûr que des renforts d’un autre pays finiront par arriver ! D’ici là, nous devons être patients ! Tout le monde, soyez courageux et battez-vous ! »

« « « Ouiiiii ! » » » les soldats crièrent en réponse.

Peut-être que les soldats sur les murs est et ouest avaient entendu, parce que leurs deux groupes s’étaient aussi levés pour acclamer.

Même entouré par l’atmosphère chaude d’une bataille jusqu’à la mort, Julius conservait son calme naturel, et il avait une bonne compréhension de la situation actuelle.

Je sais que j’ai dit ça aux soldats, mais... Je n’ai aucune idée du moment où le soutien arrivera, avait-il réfléchi d’une manière sinistre. Je ne peux pas être sûr que ce sera le cas. Nous arrivons à les retenir pour l’instant, mais s’ils continuent à nous épuiser, alors éventuellement...

Julius secoua la tête. Si leur commandant était vaincu par des pensées négatives, les hommes paniqueraient. Il devait rester calme.

Julius fit un coup d’œil vers le nord en direction du manoir royal. Derrière lui, il y avait quelqu’un qu’il voulait, non, qu’il devait protéger, quoi qu’il arrive.

Je ne laisserai pas ces choses manger Tia !

Accroché au sourire innocent de la fille qui lui avait sauvé la vie, Julius continua à donner des ordres.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

6 commentaires

  1. Merci pour le chapitre. La cavalerie arrive 🙂

  2. Ethan Nakamura

    Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire