Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 8 – Chapitre 3 – Partie 2

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 3 : Affectation de personnel

Partie 2

En regardant les visages des officiers et des bureaucrates rassemblés, j’avais annoncé les noms dont Hakuya et moi avions convenu de joindre à l’expédition à l’Union des nations de l’Est.

« Dans un premier temps, nous allons envoyer environ 60 000 soldats de l’Armée de défense nationale, » avais-je dit.

« « « Ooooh... » » » Il y avait eu une exclamation d’étonnement de la part des personnes dans la salle.

La Force de défense nationale du Royaume de Friedonia, organisée à partir de l’ancienne Armée Interdite, Armée de Terre, Marine et Armée de l’Air d’Elfrieden, ainsi que les forces de la Principauté d’Amidonia, avait une force terrestre totale d’environ 130 000 personnes.

Cet envoi de troupes en utiliserait près de la moitié, de sorte qu’il était difficile de blâmer les gens rassemblés ici d’être impressionnés. En fait, il s’agirait de notre première opération militaire depuis la guerre contre la principauté.

« Je partirai moi-même avec les troupes, » avais-je dit. « Pour cette raison, je serai le commandant en chef des renforts, mais en termes pratiques, le commandement sera laissé au commandant en chef adjoint Ludwin de la Force de défense nationale. De plus, le commandant en chef de la Force de défense nationale, Excel, restera dans ce pays, et pendant mon absence, elle sera responsable du renforcement des défenses du pays. Je suppose que c’est très bien ainsi. Exacts, tous les deux ? »

« Oui, Sire ! Comme vous l’ordonnez ! » dit Ludwin.

« En votre absence, je défendrai ce pays de ma vie, » ajouta Excel.

Ludwin et Excel étaient agenouillés dans la première ligne, tous deux inclinant la tête à l’unisson.

J’avais hoché la tête, puis j’avais appelé le général de l’armée de l’air qui m’attendait à côté d’eux. « Tolman ! »

« Oui, Sire, » répondit Tolman.

« Cet envoi de renforts sera différent d’une opération militaire à l’intérieur du pays. À l’intérieur du pays, nous pouvons rapidement déplacer les troupes et les provisions avec le réseau routier et les rhinosaurus, mais cela ne sera pas possible à l’intérieur de l’Union des nations de l’Est. À cause de cela, la moitié de l’armée de l’air transportera du ravitaillement. Poncho ! » ordonnai-je.

« Oui ! Je suis là ! » Poncho se dépêcha d’avancer et se prosterna quand on l’appela.

« À cette occasion, je vous confie la gestion des approvisionnements, dont le plus important sera le ravitaillement de nos troupes. Travaillez avec Tolman de l’armée de l’air et assurez-vous que les approvisionnements atteignent les renforts sans interruption, » ordonnai-je.

« Ce sera fait ! » dit fermement Poncho, en acceptant ses ordres.

J’avais reçu un rapport disant que le simple fait d’avoir Poncho, qui était vénéré comme Ishizuka le Dieu de la nourriture par les gens du peuple, comme responsable de la gestion des provisions des troupes serait suffisant pour remonter le moral, alors j’avais demandé à Poncho d’étudier la gestion des lignes d’approvisionnement pendant son passage à Venetinova.

Il en était encore à ses débuts, mais les ordres réels viendraient des bureaucrates affectés à son service, alors tout irait bien. Il avait juste besoin d’être nominalement le responsable.

J’avais hoché la tête, puis je m’étais adressé aux personnes rassemblées dans la salle.

« Je suis sûr que je consulterai Hakuya, Excel, Ludwin et Tolman pour prendre des décisions sur les unités de l’armée et de l’armée de l’air qui seront envoyées en renfort plus tard. Dans un autre ordre d’idées, je vais annoncer le placement de commandants par mesure de précaution contre les pays voisins pendant que je serais actuellement en campagne ! »

Je m’étais arrêté pour respirer, puis je les avais appelés.

« Herman ! Owen ! » déclarai-je.

« « Oui, Sire ! » »

En réponse au fait de les avoir appelés, ils avaient tous les deux fait entendre leur voix.

Le grand-père de Roroa, Herman, était un commandant militaire. Et Owen, mon professeur d’arts martiaux, m’avait aussi servi d’aide.

« Je vous ferai défendre tous les deux contre l’État mercenaire de Zem à l’ouest, » avais-je dit. « Ils prétendent être neutres, donc je ne m’attends pas à ce qu’ils nous envahissent en tant que nation. Cependant, depuis la dernière guerre, je suis sûr que ce pays a une mauvaise opinion de nous, alors ils peuvent faire quelque chose pour nous harceler. Demeurez vigilant et défendez le peuple de la région d’Amidonia. »

« Oui, Sire ! Laissez-nous nous en occuper ! » déclara Herman.

« On ne peut pas laisser les jeunes nous surpasser tout de suite ! » déclara Owen.

Herman et Owen s’étaient frappé la poitrine à l’unisson.

Ces vieillards étaient plus musclés que ce à quoi on s’attendait à leur âge, alors ils avaient l’air fiables.

« Ensuite, en ce qui concerne les préparatifs contre l’État pontifical de l’Orthodoxe Lunaire du nord-ouest... Glaive ! » ordonnai-je.

« Oui, monsieur ! » Le père de Hal, Glaive, avait répondu.

« Je veux que vous entriez dans Van et que vous vous prépariez pour faire face à l’État pontifical de l’Orthodoxe Lunaire, » ordonnai-je.

« Oui, monsieur. Laissez-moi m’en occuper, » déclara Glaive.

« En effet, je le ferai. Mais faites attention. L’État pontifical de l’Orthodoxe Lunaire ne se contente pas de mener des opérations militaires, nous pensons qu’il pourrait aussi inciter ses croyants à un soulèvement ou utiliser d’autres astuces sournoises. Comme contre-mesure, j’enverrai Margarita et l’évêque Souji avec vous. Tous les deux, avancez, » ordonnai-je.

Margarita et Souji s’approchèrent et s’agenouillèrent. Contrairement à Margarita, qui inclinait la tête profondément, Souji appartenait à un autre pays, alors il ne me fit qu’un léger signe de tête.

« Margarita possède le respect des habitants de la région d’Amidonia pour son ancien travail en tant que commandant militaire, et maintenant en tant que chanteuse, » avais-je annoncé. « Si elle a une prise ferme sur le cœur des gens du nord-ouest, il sera plus difficile pour les hauts gradés de l’État pontifical de l’Orthodoxie Lunaire de les faire agir. De plus, je veux utiliser Mr. Souji comme représentant de l’Orthodoxie Lunaire dans ce pays, pour rompre le lien entre les croyants de ce pays et l’État pontifical. Monseigneur Souji, puis-je compter sur vous pour le faire ? » demandai-je.

Bien qu’évêque de l’Orthodoxie Lunaire, Souji avait peu de loyauté envers l’État pontifical de l’Orthodoxe Lunaire. Mais, techniquement, il était toujours l’un des leurs, alors, dans son cas, je l’avais émis comme une demande, et non comme un ordre.

Si je lui donnais des ordres, on considérerait que je traitais Souji comme un serviteur, et l’État Pontifical Orthodoxe pourrait l’excommunier comme un hérétique qui avait quitté son contrôle et essayer d’envoyer un évêque différent. Pour éviter un tel mal de tête, j’avais besoin que Souji reste publiquement du côté de l’État Pontifical Orthodoxe pour le moment.

« Oh, mon cher. On dirait que je n’ai pas le choix..., » Souji haussa les épaules avec un sourire ironique. « Ayant été envoyé dans ce pays comme évêque, j’ai du mal à accepter une situation où nos croyants et les gens de ce pays se retourneraient les uns contre les autres. Permettez-moi de coopérer avec vous. »

« Merci. Glaive, travaillez avec eux pour défendre notre frontière avec l’État pontifical de l’Orthodoxie Lunaire, » déclarai-je.

« Oui, monsieur. Ce sera fait, » déclara Glaive.

Quand j’avais fini de leur donner leurs ordres (et de leur demander), ils s’étaient tous les trois retirés, et j’avais regardé vers Excel.

« Je vous ferai rester à Parnam, j’en suis sûr. Pendant ce temps, y a-t-il quelqu’un qui puisse diriger la Force de défense navale nationale et se préparer contre l’Union de l’Archipel du Dragon à Neuf Têtes ? »

« Dans ce cas... Je crois que Castor pourrait le faire, » déclara Excel avec un salut.

Le nom de Castor avait fait murmurer des personnes dans la foule. Elle recommandait un homme qui, même s’il avait été le résultat de l’entrelacement de diverses intentions compliquées, avait une fois levé le drapeau de la rébellion contre moi, il était donc inévitable qu’il y ait de la résistance à cette idée. Cependant, Excel ne semblait pas préoccupé par l’ambiance de la pièce, et continuait comme si de rien n’était.

« Depuis qu’il m’a été confié, j’ai éduqué Castor à fond sur les méthodes d’une force navale. Castor a également essayé de se mêler aux marins, d’approfondir sa relation avec eux et de gagner leur confiance. Cela dit, il y a eu des moments où il est devenu un peu trop “turbulent”, » déclara Excel.

Alors qu’Excel l’avait dit ainsi, elle avait jeté un coup d’œil de côté sur Castor.

À ce moment-là, ses épaules frémirent et il détourna le regard.

C’était comme la réaction d’un enfant qui s’était fait prendre en train de faire quelque chose qu’il ne devait pas faire. Avait-elle de la boue sur lui ?

Cela m’inquiétait un peu, mais cela ne me semblait pas particulièrement important d’après la façon dont Excel parlait, alors j’étais probablement d’accord pour l’ignorer.

J’avais posé une question à Castor. « Castor. Vous avez entendu ce qu’Excel a dit. Puis-je laisser la marine sous votre commandement ? »

« Oui, Sire ! Si tel est votre ordre, je ferai de mon mieux pour le suivre. » Castor inclina la tête.

J’avais hoché la tête, puis j’avais donné l’ordre. « Castor. Prenez le contrôle de la marine à la place d’Excel et préparez-vous contre l’Union de l’Archipel du Dragon à Neuf Têtes. Toutefois, limitez les opérations à la saisie des navires engagés dans la pêche illégale et faites tout ce qui est en votre pouvoir pour éviter une situation qui pourrait entraîner un conflit armé. Nous ne pouvons pas après tout entrer dans un état de guerre grave avec un autre pays alors que tant de troupes sont envoyées dans le Nord. »

« Oui, Sire ! Comme vous l’ordonnez ! » déclara Castor.

« Et aussi..., » j’avais descendu les escaliers pour murmurer à l’oreille de Castor : « Ne vous servez pas de l’Hiryuu. Je ne veux pas que d’autres pays apprennent son existence. »

La construction du pseudo-porteur aérien Hiryuu, de type île, qui pouvait être chargé avec de la cavalerie-wyverne, était plus ou moins terminée. Il avait été décidé qu’un deuxième navire, Souryuu, et un troisième navire, Unryuu (tous deux nommés par votre serviteur bien sûr), allaient être construits, mais nous voulions que le premier soit connu avant cela. Même s’il pouvait être mis en service, nous ne pouvions pas utiliser notre atout pour régler un différend en matière de pêche et faire en sorte que d’autres pays le découvrent. L’utilisation de wyvernes pour patrouiller la mer rendrait les choses beaucoup plus faciles.

Castor avait peut-être compris tout ça, parce qu’il avait hoché la tête.

« Compris, » chuchota-t-il en retour. « Je n’utiliserai que des vaisseaux traditionnels pour les réprimer. »

« Je compte sur vous, » murmurai-je. « Oh, et... »

De là, nous avions discuté d’autres choses, puis j’étais retourné à mon poste d’avant.

« Castor, je compte sur vous, » déclarai-je.

Après que je l’ai déclaré, Castor avait répondu. « Oui, Sire » et il s’était prosterné.

Maintenant, les préparatifs étaient faits pour l’ouest, le nord (ouest) et l’est du pays. Il ne restait plus que le sud.

« Enfin, en ce qui concerne nos préparatifs contre la République de Turgis..., » déclarai-je.

« Attends un peu, frérot ! » Kuu s’était levé et m’avait coupé la parole.

« J-Jeune Maître ! N’interrompt pas Sire Souma quand il parle ! » Leporina, qui était à côté de lui, avait tiré précipitamment sur sa manche.

Cependant, Kuu n’avait pas fait attention à elle, et m’avait regardé dans les yeux pendant qu’il continuait à parler. « Mon père... le chef de la république, Gouran Taisei... a prêté serment d’amitié avec toi, n’est-ce pas ? Tu crois qu’il va te trahir et t’envahir ? »

Un autre murmure avait traversé la foule. Ce jeune homme s’était soudain montré irrespectueux envers le roi et, en même temps, il s’était révélé être le fils du chef d’État de la république. Beaucoup de ceux rassemblés ici ne connaissaient pas l’identité de Kuu.

Pour les calmer, j’avais répondu d’une manière qui ne montrait aucune préoccupation pour le manque de respect de Kuu. « J’ai confiance en Sire Gouran. Cependant, c’est le travail d’un roi de se préparer à des résultats inattendus. De plus, il n’y a pas que Sire Gouran, il y a aussi un conseil des anciens composé de chefs de chaque race, non ? Je ne pense pas que tu puisses dire qu’aucune de ces races ne tentera de nous envahir à l’insu de Sire Gouran. »

J’avais essayé d’utiliser la logique avec lui, mais Kuu n’était pas satisfait.

« Mon père s’occupera de tous ceux qui sont de son côté. Gouran Taisei n’est pas un homme qui trahit facilement ses amis ! » déclara Kuu.

« Mais quand même..., » déclarai-je.

« Ookyakya, es-tu si inquiet ? Et si tu m’emmenais avec les renforts en tant que général en visite ? » Kuu s’était pointé du doigt en faisant un signe de pouce.

« Pourquoi devrais-je t’emmener ? » lui avais-je demandé.

« En tant qu’otage, tu sais, un otage. Garde-moi quelque part où je peux être exécuté immédiatement, et je suis sûr que mon père gardera les faucons en ligne de peur de perdre son cher héritier, » Kuu avait dit ça en riant, comme si ce n’était pas grave.

Je me demande pourquoi..., je commençais à avoir un peu mal à la tête.

« Est-ce que... tu as une idée de ce que tu dis ? » avais-je demandé soigneusement.

« Je veux dire, je pense que c’est une bonne chance pour moi, tu sais ? Je suis venu dans ce pays pour élargir mes horizons. Il n’y a pas après tout beaucoup de chances pour un gars du pays le plus au sud de ce continent de visiter la frontière du domaine du Seigneur Démon au nord ! » déclara Kuu.

« Ce n’est pas que je ne comprends pas pourquoi tu veux, mais..., » commençai-je.

C’est parce qu’il y avait si peu d’opportunités que j’avais refusées la suggestion de Liscia : « Ne peux-tu pas t’en remettre à tes serviteurs ? » comme moyen de diriger les renforts moi-même. Cependant, est-ce que j’avais le droit d’emmener le garçon qui m’avait été confié par un autre pays dans un endroit que je savais dangereux ?

J’étais hésitant et je m’étais tourné vers Hakuya.

Hakuya haussa les épaules avec exaspération et me répondit brièvement. « ... Oui, je pense que ça devrait aller. »

Il avait dû décider que ce que Kuu disait avait au moins un sens.

D’après son regard, Kuu allait probablement venir avec moi même si je refusais.

J’avais soupiré. « ... Très bien. Je t’autorise à m’accompagner en tant que général en visite. Je ne ferai aucun déploiement spécial contre la République de Turgis pour le moment. Cependant, s’il y a du mouvement, je laisserai le jugement d’Excel s’en charger. »

« Ookya ! Merci, Fr..., » commença Kuu.

« Mais n’oublie pas de le signaler à Sire Gouran, d’accord ? De plus, je t’autorise à agir en tant que général en visite, mais tu ne devrais en aucun cas agir de façon imprudente. Je sais combien tu es courageux, mais les relations cordiales entre le royaume et la république reposent sur tes épaules. Tu dois absolument respecter mes ordres. Compris ? » demandai-je.

« Ouais, j’ai compris ! Je jure que je ne ferai rien d’imprudent ! » Kuu avait répondu avec audace.

Était-il sérieux, par contre ? J’allais probablement devoir demander à Leporina de le surveiller de près plus tard... Bon sang de bonsoir.

Eh bien, il y avait eu ce différend à la fin, mais avec cela, la plupart des déploiements avaient été décidés.

J’avais terminé en m’adressant à l’assemblée. « Maintenant, je compte sur vous tous. »

« « « Oui, Sire ! » » »

En réponse à mes paroles, l’assemblée s’était prosternée à l’unisson.

Je m’apprêtais à quitter la salle avec Aisha, Roroa et Hakuya, de la même façon que j’étais venu. En passant devant Kagetora, qui se cachait derrière un pilier, je lui avais murmuré un ordre.

« Étudiez la situation dans l’Union des nations de l’Est. Et aussi, envoyez-moi Inugami plus tard, » ordonnai-je.

« Cela sera fait selon votre volonté, » déclara Kagetora.

Après ce bref échange, Kagetora avait disparu de la salle avant que nous puissions partir.

Je ne sais pas... Je pense que son numéro de ninja est encore plus raffiné qu’avant.

Il ne restait plus qu’à décider qui viendrait avec moi, à part le personnel militaire.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

6 commentaires

    • Merci pour le chapitre!!!
      Attendre 1 semaine pour la suite des préparatifs est tellement long! Hâte de lire la suite!

  1. Ethan Nakamura

    Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire