Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 8 – Chapitre 3 – Partie 1

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 3 : Affectation de personnel

Partie 1

— 10e jour, 10e mois, 1 547e année, du Calendrier Continental — Château de Parnam —

Ce jour-là, la salle d’audience du château de Parnam était pleine à craquer.

Même sans compter les gardes, il y avait plus de trente personnes rassemblées, et la salle d’audience supposée grande donnait l’impression d’être étroite.

Il y avait aussi beaucoup de variété dans les visages assemblés.

La plupart étaient membres des Forces de défense nationale comme Excel ou Ludwin, mais il y avait aussi des bureaucrates comme Poncho et Colbert. Il y avait aussi des étrangers comme l’évêque de l’État pontifical de l’Orthodoxe Lunaire, Souji, et Kuu, le fils du chef d’État de la République de Turgis. Même l’ancien général de l’armée de l’air, Castor, qui était censé être sous la garde d’Excel, était présent, ce qui avait fait vibrer les personnes présentes.

C’était une scène dans laquelle presque tous les vassaux principaux de Souma, quelle que soit leur position, étaient présents.

Il y avait des individus ici qui ne s’étaient pas vus depuis un certain temps, et ici et là, on entendait des personnes se parler après une longue séparation.

« Maître, c’est bon de vous revoir, » l’actuel chef de la division aérienne de la Défense nationale et ancien intendant de la Maison Vargas, Tolman, s’inclinait devant son ancien maître, Castor.

Castor se dépêcha de le faire cesser de s’incliner. « Ne m’appelez pas “maître”. Je ne suis plus à la tête de la Maison des Vargas. J’ai laissé la direction à Carl et je suis maintenant sous la garde de la Maison des Walters. Si vous vous inclinez la tête devant moi, ce n’est pas bien. »

« Ah... Je vois. Alors comment vais-je vous appeler à partir de maintenant ? » demanda Tolman.

« Vous pouvez m’appeler Castor, mais si vous devez m’appeler autre chose, dite “capitaine”, » déclara Castor.

« Capitaine... vous dites ? » demanda Tolman.

« C’est bien ça ! » Castor hocha la tête, puis il remit le chapeau de capitaine qui était dans ses mains sur sa tête avec le bord bas sur les yeux. « J’ai un vaisseau et son équipage sous mes ordres maintenant. C’est loin d’être aussi masculin qu’avant, mais j’aime ce travail plus que vous ne le pensez. »

« Maintenant que vous le dites... vous avez développé un bronzage, comme un homme des mers, » déclara Tolman.

Comme Tolman l’avait fait remarquer, Castor était beaucoup plus bronzé qu’avant. Il était mince, poli et avait l’air jeune, donc il avait l’air d’un surfeur sur la plage en été.

Alors que Castor retroussait ses manches pour l’exhiber, il riait joyeusement. « Comparée à la haute altitude de la Cité du Dragon Rouge, La Cité Lagune est chaude et humide. Je m’habille légèrement tout le temps, et c’est ce qui s’est passé. »

« Vous avez l’air si fort et fiable. Eh bien, si la maîtresse de maison pouvait vous voir, je crois qu’elle tomberait amoureuse à nouveau, n’êtes-vous pas d’accord ? » demanda Tolman.

« Accela... va-t-elle bien ? » demanda Castor avec hésitation.

« Oui. Carla et elle vont bien. Cependant, contrairement à Carla qui apparaît dans Joyau de Diffusion de la Voix, je n’entends pas beaucoup parler de vous, maî... capitaine, donc j’ai été un peu inquiet. On m’a demandé de vous transmettre un message si j’avais l’occasion de vous voir, » déclara Tolman.

« Un message ? » demanda Castor.

« Lady Accela me l’a dit : “Je suis moi-même une dragonewt, donc je vais vivre une longue vie. Par conséquent, je peux attendre aussi longtemps que je le dois”. »

Lady Accela était l’enfant d’Excel et d’un dragonewt.

« Je vois... Accela m’attendra, n’est-ce pas... ? » Entendant le message de sa femme séparée, Castor avait un peu souri tristement.

C’était une atmosphère sombre, mais... Le message de Tolman ne s’était pas arrêté là. « Il y avait encore une chose. “Cependant, si cela prend trop de temps, je demanderai la permission à Sa Majesté de venir vous voir. Si je vous trouve en train de mener une vie négligée quand j’y viendrais, maman et moi nous vous ferons la leçon ensemble, alors préparez-vous à ça...” C’était l’autre message. »

« Argh…, » avait gémi Castor.

L’humeur sombre s’était effondrée en un instant, et Castor avait commencé à transpirer abondamment. Il devait avoir de quoi se sentir coupable, parce que ses yeux s’agitaient furtivement.

« A-Accela ne devrait pas recevoir d’informations sur moi, non ? » demanda Castor.

« Elle ne devrait pas, mais... quelque chose vous vient à l’esprit ? » demanda Tolman.

« Non, ce n’était pas ma faute ! Oui, je suis allé dans un lieu de vin et de femmes avec mes camarades marins, mais seulement comme moyen de socialisation ! » déclara Castor.

« Capitaine…, » Tolman appuya sur son front et secoua la tête, exaspéré.

C’était une conversation entre maître et serviteur, comme celles qu’ils avaient eues dans la Cité du Dragon Rouge.

Pendant que l’ancien maître et le serviteur procédaient à cet échange, l’équipe actuelle de maître et serviteur, Kuu et Leporina, se réunissait à nouveau pour la première fois depuis la République de Turgis avec ceux du Royaume.

« Ookyaya ! Ça fait un bail, Hal ! » s’écria Kuu.

« Hé, Kuu ! Ça fait un petit moment ! » déclara Halbert.

Kuu et Halbert, qui avaient combattu ensemble dans la république, avaient échangé une poignée de main ferme. À côté d’eux, Kaede et Leporina se serraient la main.

« Ça fait longtemps que je ne vous ai pas vue non plus, Leporina, » déclara Kaede.

« Contente de vous revoir, Kaede, » déclara Leporina.

« … ? » Ruby, qui se tenait à côté de Halbert avec Kaede, avait été laissée avec un regard sans émotion bien visible sur son visage, regardant tout cela avec la bouche ouverte. Elle avait tiré sur la manche d’Halbert pour une explication. « Qui sont ces gens, Hal ? »

« Oh, c’est vrai. C’est la première fois que tu les rencontres. C’est le fils de l’actuel chef de la République de Turgis, Kuu Taisei, et de sa servante Leporina. Kuu, voici Ruby, la dragonne avec qui j’ai passé un contrat dans la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon. Ça fait d’elle ma deuxième fiancée, » déclara Halbert.

Après ça, ils s’étaient présentés l’un à l’autre. Kuu et Leporina souriaient, mais Ruby ne savait plus quoi faire après avoir appris que Kuu était le fils du chef de la République de Turgis.

« Le fils de leur chef d’État !? » s’exclama-t-elle. « C’est le fils du chef d’un pays voisin ! Est-ce normal d’être si décontracté avec lui !? »

« Ookyaya ! Je m’en fiche, jeune Mademoiselle Ruby. Hal m’a aidé à Turgis, et je ne suis qu’un invité de Grand Frère Souma ici. Je suis plus heureux qu’il me traite comme un ami, » Kuu avait laissé échapper un rire joyeux.

Kaede haussa les épaules, exaspérée. « Hal s’en tire bien en traitant Sa Majesté Souma comme un ami. J’aurais trop peur de le faire, mais... peut-être devrions-nous abandonner et accepter que ce soit le genre d’étoile sous laquelle Hal est né ? »

« Je ne pense pas qu’être aimé par notre seigneur soit une mauvaise chose, » opina Ruby.

« Sa Majesté a des attentes à l’égard de Hal, j’en suis sûre, » déclara Kaede en acquiesçant. « Quand ceux qui sont au-dessus de lui ont de grands espoirs pour lui, Hal fait de son mieux pour les combler. J’ai peur qu’il s’emporte et fasse une énorme erreur. »

« Je... Je comprends pourquoi tu ressens ça, » déclara Rubis. « C’est pourquoi nous devons garder la main sur ses rênes pour que cela n’arrive pas. »

« Un dragon qui tient les rênes de son chevalier, hein ? Pas mal. Pas mal, » déclara Kaede.

Halbert avait ignoré la conversation qui se déroulait entre sa future première et sa future deuxième épouse, faisant semblant de ne pas l’entendre. Même s’il n’aimait pas le contenu, il était clair que s’il ouvrait la bouche maintenant, elles allaient se retourner contre lui en un instant. Heureusement, Halbert avait commencé à acquérir les mêmes techniques pour s’entendre avec le monde (ou au moins avec ses femmes) que Souma.

Sans savoir comment Halbert se sentait en lui, Kuu lui donna un coup de coude dans les côtes. « Mais Hal, on ne peut pas te laisser seul une seconde ! Tu as eu une belle fiancée avec Kaede, puis tu t’es trouvé une autre fiancée dragonne qui est tout aussi belle. »

« J’imagine que oui, » Halbert l’avait admis en souriant. « Ça me donne moins d’espace pour bouger, mais c’est plus amusant comme ça. »

Halbert sentait qu’il pouvait comprendre maintenant pourquoi, même si Souma était à la merci de ses fiancées, il semblait toujours s’amuser. Le fait d’avoir une famille à protéger et le sentiment ferme d’avoir une maison où retourner avaient augmenté le nombre de responsabilités d’un homme, mais cela avait rendu ses journées plus satisfaisantes.

« Tu as toi-même de jolies filles comme Taru et Leporina, n’est-ce pas ? » demanda Hal.

« Taru est une chose... mais Leporina et moi ne sommes pas comme ça, » répondit Kuu.

Kuu, qui avait appris l’autre jour à quel point les femmes étaient compliquées, hésita.

Hal se demandait pourquoi Kuu s’était soudainement senti si maladroit, mais il y avait soudain une voix forte derrière eux. « Hé, vous deux ! »

Halbert et Kuu avaient sursauté en l’air. « « Quoi !? » »

Ils se retournèrent, clignèrent rapidement des yeux, et le père de Halbert, Glaive, se tenait là avec un regard sévère présent sur son visage.

« L-Le Vieux !? C’était pour quoi ça, sorti de nulle part !? » s’exclama Halbert.

Pendant que Halbert protestait, serrant sa poitrine avec son cœur battant la chamade, Glaive croisa ses bras costauds et lui donna une raison de le faire.

« Combien de temps allez-vous rester les bras ballants ici, dans cette réunion où se réunissent les personnes les plus importantes de ce pays ! Surtout toi, Halbert ! Tu vas bientôt devenir un homme marié. Tu devrais faire encore plus pour Sa Majesté. Si tu es comme ça, c’est une honte pour la jeune Mlle Kaede et Mlle Ruby, qui te font la faveur de t’épouser ! Je vois que je ne peux pas encore te donner la direction de la Maison des Magnas, » déclara Glaive.

« Tu dis ça, mais nous savons tous les deux que tu n’as pas l’intention de prendre ta retraite de sitôt, » répliqua Halbert, les joues gonflées de ressentiment.

Voyant cet échange père-fils, Kuu avait commencé à parler à Leporina à voix basse. « On dirait que les pères sont les mêmes où que tu ailles... »

« Je sais, je sais. C’est comme si je te regardais, toi et Son Excellence. Je suis sûre que Sire Glaive essaie d’agir comme un mur que Sire Halbert doit surmonter. C’est le reflet de ses grandes attentes envers son fils. Comme le fait que Son Excellence t’a envoyé dans le monde pour élargir tes horizons, » déclara Leporina.

« ... Hmph, » murmura Kuu. « C’est une bonne chose de voir qu’ils sont pleins d’énergie. »

Pendant que Kuu et Leporina avaient cette conversation, Halbert et Glaive avaient continué leur querelle père-fils, et Kaede et Ruby étaient intervenus pour calmer Glaive.

Avec ses deux futures belles-filles comme médiatrices, Glaive n’avait pas eu d’autre choix que de se calmer.

Pendant que le maître et serviteur de la République de Turgis regardait avec un sourire ironique, incapable de ne pas se sentir investi dans la querelle père-fils qu’ils regardaient, plusieurs autres avaient une conversation avec le ministre de l’Agriculture et des Forêts, Poncho.

Colbert, le ministre des Finances, et ancien vassal de la Principauté d’Amidonia, avec Herman, le grand-père de Roroa et le seigneur de la ville de Nelva au sud de la région d’Amidonia, et Margarita Wonder, ancienne commandante de la Principauté, qui travaillait maintenant comme chanteuse, avaient parlé avec Poncho.

Derrière Poncho se trouvaient Komain et la servante en chef, Serina. Komain était récemment devenue son assistante personnelle.

Poncho déclara nerveusement : « Vous avez aussi été appelé, Sire Colbert ? »

Colbert hocha la tête. « Oui. J’ai entendu dire que Julius... non, Sire Julius, le frère aîné de Lady Roroa... est impliqué dans cette affaire. De plus, comme une force importante sera envoyée à l’extérieur du pays à cette occasion, nous serons probablement appelés à gérer la région d’Amidonia en l’absence de Sa Majesté. »

« Vous... vous le ferez ? Alors dans ce cas, Mme Margarita a été appelée en tant que commandante, et non pas en tant que chanteuse ? » demanda Poncho.

Margarita était vêtue d’une armure, et elle frappa un poing sur sa cuirasse. Étant une grande femme dès le départ, cette seule action suffisait à l’intimider.

« Je suis heureuse de pouvoir agir en tant que commandante pour la première fois depuis longtemps ! Je n’ai pas laissé ma formation de guerrier se dégrader à l’époque où j’étais chanteuse, » déclara Margarita.

« Hm, ton esprit combatif est impressionnant, » sourit Herman. « Le sang de ce vieux soldat commence à bouillir face à ça. »

Peut-être après avoir été affecté par Margarita, Herman était maintenant de bonne humeur. L’aura guerrière émise par ces deux militaires avait fait que les deux individus bureaucratiques qui se tenaient loin du champ de bataille se sentaient un peu bizarres.

Quant à Serina et Komain qui veillaient sur cet échange...

« Madame Margarita fait preuve d’une vigueur impressionnante pour une femme, » déclara Komain. « Je peux aussi sentir mon sang en tant que membre d’une tribu de chasseurs qui commence à s’agiter. »

« Vous vous échauffez trop, » lui répondit Serina. « Ceux qui servent doivent garder l’esprit calme en tout temps. »

« Vous dites ça, Madame Serina, mais vous êtes une sacrée battante, n’est-ce pas ? Cela ne stimule-t-il pas votre instinct combatif ? » demanda Komain.

« Plus on s’échauffe, plus cela crée des ouvertures pour vos ennemis. Calmez votre cœur, faites semblant d’être calme et enterrez vos ennemis sans que votre maître s’en rende compte. C’est la voie d’une servante royale, » déclara Serina.

« ... Les servantes royales sont-elles des assassins ou quoi ? » demanda Komain.

Elles avaient une conversation plus violente que ce à quoi on pourrait s’attendre d’une femme de chambre.

Contrairement à la servante assassine, le commandant des Chats Noirs, qui étaient plus des ninjas que des assassins, était dans le coin de la pièce, appuyé contre un pilier. Parce que Kagetora portait un manteau fait pour ses missions d’éclaireur, enchanté d’une magie qui le rendait plus difficile à remarquer même s’il portait un masque de tigre noir et une armure noire totalement intimidante, personne autour de lui ne lui prêtait attention.

Sauf pour une personne. Une jeune femme toute seule s’était approchée de Kagetora, qui était censé être difficile à percevoir.

« Ça fait longtemps qu’on ne s’est pas vus. Vous allez bien ? » Celle qui s’adressait à lui avec désinvolture était Excel, commandant en chef de la Défense Nationale.

Il semblait qu’en tant que membre de la race des serpents des mers, sensible aux pouvoirs magiques, elle pouvait sentir la magie de Kagetora qui détournait la perception.

Quand Kagetora fut interpellé par cette beauté serpent des mers, qui avait l’air d’avoir vingt-cinq ans, il s’éloigna du pilier, se tint droit et s’inclina, les bras croisés devant lui. « Duchesse Walter, c’est un plaisir. Je suis très honoré que vous parliez à un homme de l’ombre comme moi. Cependant, bien que vous disiez : “Ça fait longtemps qu’on ne s’est pas vus”, où nous nous sommes nous déjà vus ? J’avais l’impression que c’était notre première rencontre. »

« Oh... En y repensant, c’était l’histoire convenue, n’est-ce pas ? » Excel appuya ses doigts contre son front et secoua la tête comme si elle était exaspérée. Bien qu’Excel ait trouvé gênant d’accepter ce genre d’histoire, elle ne pouvait pas avoir une conversation autrement, alors elle avait décidé de jouer le jeu pour le moment. « Eh bien... Ravi de vous rencontrer, Sire Kagetora. Sa Majesté vous a appelé ici ? »

Lorsqu’elle traitait avec le commandant des Chats Noirs, le commandant en chef de la Force de défense nationale était dans une position beaucoup plus élevée, Excel ne s’était donc pas occupé des formalités et avait parlé franchement.

« Oui, » répondit-il. « Je m’attends à être chargé des opérations de renseignement dans l’Union des nations de l’Est. »

« S’il rassemble autant de vassaux... ce sera un envoi de troupes d’une taille que nous n’avons pas vue depuis Amidonia, » déclara Excel. « C’était après tout assez important pour vous appeler ici. »

« Pour déplacer une force importante, nous ne pouvons pas négliger nos préparatifs contre les pays voisins. Je m’attends à ce qu’il y ait un grand mouvement dans les positions de nos troupes, même parmi ceux qui restent en arrière, » répondit-il.

« Je dois me sentir mal pour Sa Majesté dans un moment important où son enfant est sur le point de naître, » Excel regarda soudain le visage de Kagetora et gloussa. « Oh, au fait... J’ai entendu dire que la princesse Liscia va avoir des jumeaux. Êtes-vous allé la voir dans le domaine de Sire Albert ? »

« Il serait inapproprié pour un simple espion comme moi de rencontrer la princesse, » répondit-il.

« Oh ? J’aurais pensé que vous ne pourriez pas vous empêcher de vous inquiéter, non ? » demanda Excel.

« ... »

Excel avait un sourire taquin, tandis que la bouche de Kagetora était serrée en ligne droite. Cependant, il avait fini par céder au sourire d’Excel et avait ouvert la bouche.

« Je ne l’ai pas rencontrée, » déclara-t-il enfin. « Cependant, j’ai fait une demande à mon maître, et j’ai été autorisé à protéger le domaine de Sire Albert pour une courte période. C’est ainsi que je sais qu’elle va bien. »

« Hehe ! » Excel avait souri avec un visage qui disait : Je t’ai eue.

Bien que le visage de Kagetora ne soit pas visible sous le masque du tigre noir, il se retourna maladroitement pour détourner le regard.

À ce moment-là, la pièce s’était soudainement calmée.

Souma était apparu dans la salle avec Aisha, Roroa et Hakuya.

Les individus qui s’y trouvaient s’étaient précipités vers leurs positions, qui étaient déterminées par leur titre. Quand Souma se tenait devant le trône, ils s’étaient tous agenouillés en même temps.

Souma baissa les yeux vers ses vassaux et fit une déclaration.

« Je vous remercie d’avoir répondu à ma soudaine convocation. Il a été décidé d’envoyer des renforts à l’Union des nations de l’Est à la demande de l’Empire du Gran Chaos. Je vais maintenant annoncer qui sera envoyé comme membre de cette force et qui restera dans le royaume. »

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !!!

  2. Ethan Nakamura

    Merci pour le chapitre.

  3. Merci pour ce chapitre !!!
    Ça va commencer à devenir intéressant !!

Laisser un commentaire