Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 7 – Histoire courte en prime 4

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Histoire courte en prime 4 : Les soins de Juna

« ... Hein ? » Juna avait dégluti.

Dans une source d’eau chaude de la ville de Noblebeppu dans la République de Turgis, lorsque Juna et Souma étaient ensemble dans le bain en plein air, Souma avait soudainement commencé à s’affaler.

« C-Chéri ? » Juna avait pris sa tête dans ses bras alors qu’il tombait vers son ample poitrine. En le regardant, il était rouge comme une pieuvre bouillie. Les symptômes de quelqu’un qui avait eu des vertiges à cause de la chaleur. « O-Oh, non ! On doit maintenant te sortir de l’eau ! »

Juna avait sorti Souma de l’eau et l’avait traîné vers le vestiaire.

Ayant servi comme commandante dans les marines, Juna pouvait porter Souma toute seule. Quand elle l’avait fait, ses parties les plus intimes étaient clairement visibles pour elle, mais elle n’avait pas eu le temps de s’en inquiéter pour le moment.

Juna l’avait emmené au vestiaire, l’avait habillé et était allé appeler quelqu’un... puis elle avait réalisé qu’elle était nue. Bien qu’elle ait dû se dépêcher, en tant que femme, elle ne pouvait laisser personne d’autre que son fiancé Souma voir sa chair nue.

« Je suis désolée, Sire, attends un instant. » Cela dit, Juna s’habilla en hâte et se dépêcha d’aller chercher quelqu’un.

Leurs compagnons s’étaient tous soûlés ou étaient partis, alors Juna s’était fait aider par le personnel de l’auberge pour transporter Souma dans la chambre où ils étaient logés. Le personnel de l’auberge était d’accord avec son hypothèse, disant : « La chaleur vient probablement de l’atteindre », alors elle avait décidé de le laisser s’allonger et de se calmer pour le moment.

Remerciant les membres du personnel lors de leur départ, Juna avait laissé Souma reposer sa tête sur ses genoux avec un chiffon froid sur le front pendant qu’elle lui éventait le visage.

Tandis qu’elle regardait le visage inconscient de Souma, Juna baissa les yeux pour s’excuser. « Est-ce parce que... j’ai mis trop de temps à trouver ma détermination, peut-être ? »

En vérité, Juna était prête à entrer dans le bain dès que Souma l’avait fait. Cependant, quand le moment était venu de le faire, elle s’était soudainement sentie gênée.

« C’est... C’était embarrassant pour moi aussi..., » murmura-t-elle.

Juna avait agi d’une manière audacieuse comme si ses sentiments étaient « je me fiche d’être vue nue si c’est par toi », mais c’était une jeune fille, et le voir nu et être elle-même vue nue avait laissé son cœur battre à toute allure tout le temps.

Parce qu’elle avait hésité, le bain de Souma avait duré plus longtemps que le sien, ce qui l’avait rendu étourdi par la chaleur.

La vérité est que... je n’ai pas autant de sang-froid parce que je suis l’aînée, Sire, pensa Juna en regardant Souma qui avait les yeux fermés.

Souma et ses autres fiancées avaient tendance à admirer Juna comme une grande sœur, mais d’une certaine façon, elle essayait d’être plus mature qu’elles. Quand elle avait senti que c’était la vision idéale d’elle que les gens avaient, elle n’avait pas pu s’empêcher d’essayer de l’être.

Dernièrement, Souma avait commencé à comprendre cet aspect d’elle, alors il avait commencé à parler avec elle comme s’ils avaient le même âge quand ils étaient seuls, comme ils venaient de le faire, mais...

Le fait est qu’Aisha et Naden devraient être plus âgées que moi.

Bien que ces deux membres des races à longue durée de vie se soient entêtés à ne pas révéler leur âge réel, elles avaient probablement vécu beaucoup plus longtemps que Juna et les autres. Elle était un peu insatisfaite que, malgré cela, elles l’aient traitée comme si elle était plus âgée qu’elles. Oui, c’était lié à l’âge mental élevé de Juna, mais...

Juna enleva le tissu du front de Souma et lui tapota le front.

« Mais le fait de pouvoir entendre les plaintes de Sa Majesté peut être un avantage de cette position, » déclara Juna.

Juna se souvient de ce que Souma avait dit dans le bain.

Il avait dit qu’il en avait trop appris sur Kuu et les autres avant de connaître la république. S’il arrivait un moment où il devait devenir hostile à la république, il craignait de ne pas pouvoir donner l’ordre de se battre. Même si tout le monde s’était lâché à la fête, Souma avait réfléchi à ses devoirs de roi. Il s’inquiétait sans le dire à personne d’autre.

À l’époque, aussi... tu t’inquiétais pour toutes ces choses.

Elle se souvient de cette nuit où la guerre avec les nobles corrompus et la Principauté d’Amidonia s’approchait. Juna avait, à la demande de Liscia, chanté une berceuse pour un Souma insomniaque.

Tu n’as pas changé depuis. J’aime bien ça.

Il devait y avoir eu de nombreuses fois depuis lors qu’il avait été forcé de prendre une décision en tant que roi. La raison pour laquelle Souma ne savait plus quoi faire était que, même après ces décisions, il n’avait pas perdu sa bonté naturelle.

Il était roi, mais il était incapable de devenir roi à part entière. C’était qui était Souma.

C’était peut-être une faiblesse, et ce n’était qu’en présence de Juna que Souma avait pu bien la mettre en évidence. Devant ses autres fiancées, il finissait toujours par essayer d’être dur.

« Je pense que tu ferais du bon travail en faisant plaisir à un jeune garçon qui essaie de présenter un front fort, » avait dit Liscia à l’époque.

Quand Souma était devant Juna, il était prêt à montrer un côté relativement plus faible de lui-même. Cela lui donnait un doux sentiment de supériorité sur les autres fiancées qui se répandaient dans sa poitrine. C’est ce qu’elle pensait, désolée, tout le monde.

« C’est bon, Sire, » murmura-t-elle. « Je cacherai ta faiblesse. »

Elle avait dit les mêmes mots qu’elle avait prononcés cette fois-là, avec une conscience de ses propres sentiments qui n’avaient pas changé depuis ce temps... non, qui s’était encore renforcée depuis. Et puis...

« ... Juna ? » On aurait dit que Souma s’était réveillé.

« Oh ! Tu étais réveillé ? » s’écria Juna.

Juna lui avait expliqué qu’il s’était évanoui dans les sources chaudes et qu’elle l’avait porté ici avec l’aide du personnel de l’auberge.

Lorsqu’il découvrit qu’elle avait bien vu différentes parties de lui pendant qu’il était ainsi, Souma lui fit un sourire gêné et forcé. Ils profitaient d’un moment de tranquillité ensemble après cela, quand...

« Au fait, Aisha et les autres sont-ils revenus ? » Souma demanda soudain.

En interne, Juna était un peu fâchée. Bon sang... Maintenant, nous avons enfin du temps seul ensemble, et il pense à d’autres personnes.

Elle voulait remplir les pensées de Souma avec rien d’autre qu’elle. Pour que...

« Pour qu’on puisse faire des choses comme ça. » Juna avait pressé ses lèvres contre Souma.

Ses yeux surpris n’avaient vu que Juna. Satisfaite, Juna avait laissé échapper un rire malicieux. Son sourire était assez puissant pour faire son entrée à quiconque le voyait.

« On garde le fait qu’on a pris un bain ensemble, cela sera notre petit secret pour un moment, non ? » demanda Juna avec charme, et Souma ne pouvait plus détourner le regard d’elle.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire