Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 7 – Histoire courte en prime 5

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Histoire courte en prime 5 : Gardiens du Dieu de la Nourriture

La salle d’attente de la résidence du gouverneur dans la nouvelle ville de Venetinova du Royaume de Friedonia était aujourd’hui, comme tous les jours, remplie de femmes ambitieuses, confiantes en leur beauté, visant à devenir les épouses de Poncho Ishizuka Panacotta, ministre de l’Agriculture et des Forêts.

« Je prendrai la position de femme en chef, avec mon beau visage. »

« Hmph ! C’est moi qui gagnerai le cœur de Sire Poncho. »

Les femmes en attente croyaient chacune qu’elles étaient celles qui se marieraient pour devenir riches.

Et pourtant, parmi elles, une femme avait un regard sévère.

C’était une femme d’une vingtaine d’années, pas moins jolie que les autres femmes vantardes, mais elle avait un regard désespéré et presque tragique sur son visage quand elle regardait les femmes autour d’elle.

Cette bataille... ne sera pas aussi facile à gagner.

En regardant les femmes enthousiastes autour d’elle qui étaient ici pour discuter d’un mariage potentiel, la femme avait rassemblé ses mains et entrelacé ses doigts.

Elle aussi, au début, avait cru qu’elle pouvait facilement séduire un homme comme Poncho avec son beau visage. Cependant, ce qui la séparait des autres femmes, c’est qu’elle avait fait un travail minutieux de collecte d’informations avant cette réunion, afin de s’assurer que sa proie ne lui échappe pas. Ainsi, en recueillant des informations, elle avait rapidement compris à quel point cette réunion serait difficile.

C’est révélateur que, malgré le nombre de réunions qu’il a eues, personne n’ait réussi à obtenir un engagement avec Poncho.

Bien que beaucoup de femmes croyaient que Poncho serait facilement séduit, personne n’avait encore réussi dans cette tâche. Elle avait essayé de demander à celles qui avaient échoué de raconter leurs histoires, mais comme s’il y avait quelque chose de scandaleux dans leurs histoires, aucune des femmes ne voulait en parler.

Cependant, il n’y avait qu’une seule chose qu’elle avait apprise dans tout cela. Une servante qui travaillait dans la maison d’une de ces femmes avait entendu sa maîtresse murmurer quelque chose :

« Poncho a une terrifiante protectrice. »

Une protectrice. En se souvenant de ce mot, cette femme avait senti son corps se contracter. Il n’y avait aucun doute là-dessus. Celui qui avait rejeté les candidats potentiels au mariage de Sire Poncho était cette gardienne, ou quoi que ce soit d’autre.

Mais si je sais à l’avance qu’une telle personne existe, je peux prendre des contre-mesures.

Elle pariait sur cette réunion.

Je vais me marier et changer mon destin !

Ce n’était pas qu’elle avait de l’affection pour Poncho. Elle avait simplement plus d’ambition que les autres femmes autour d’elle.

« Cherchez-vous à devenir la femme de Sire Poncho ? » demanda soudain une voix.

« Hein !? »

Quand elle se retourna pour regarder la personne qui lui avait soudainement parlé, il y avait une fille mignonne avec ses cheveux coiffés en des nattes tressées. Sa peau était légèrement bronzée et sa robe de couleur vive lui allait bien. Cette fille était-elle aussi là pour discuter d’un mariage potentiel ?

« ... Oui. Est-ce que c’est mal ? » déclara la femme ambitieuse avec prudence, mais la fille aux tresses secoua la tête.

« Oh, non, non. J’avais le sentiment que vous étiez différente des autres femmes. J’ai pensé que vous pourriez aimer Sire Poncho, » répondit l’autre femme.

« Le monde de la noblesse n’est pas si facile à vivre que l’on peut se marier par simple amour, » déclara la femme ambitieuse, détournant les yeux de la fille apparemment innocente aux tresses. « Mes parents et mon frère aîné sont des nobles mesquins, médiocres, mais gentils. Il n’y a aucun espoir qu’ils étendent leur domaine, et je ne vois qu’un avenir dans lequel ils finiront par s’endetter envers quelqu’un, et ensuite je serai mariée à une maison qui pourra assumer leur dette. Je ne veux pas de ça. »

« ... »

« C’est pourquoi je veux épouser Sire Poncho, qui est si prometteur, et me construire un avenir ! » Elle ne savait pas pourquoi elle était honnête à propos de tout ça, mais les yeux purs de la fille lui donnaient envie d’être ainsi.

La fille aux tresses la regarda d’un air doux. « Je vois. Je pense que c’est un sentiment merveilleux. »

Un instant plus tard, la femme ambitieuse fut appelée par l’une des servantes de la Maison de Panacotta.

Finalement, c’était son tour de se rencontrer !

Alors qu’elle marchait dans le couloir, conduite par la bonne, elle passa devant l’une des femmes qui se vantaient avec confiance dans la salle d’attente. Où était passée cette confiance maintenant ? Son visage était tordu, et elle se dépêchait de partir.

Ahh, elle a dû se faire écraser par cette protectrice, pensa la femme ambitieuse. J’ai besoin de m’endurcir pour cela...

Enfin, lorsqu’on lui avait montré le bureau de Poncho, elle avait rencontré le protecteur des rumeurs. Derrière Poncho, avec un sourire calme, se tenait une femme de chambre d’une beauté époustouflante.

« Hein !? »

L’intense vague d’intimidation déclenchée par cette belle servante lui avait donné l’impression que ses jambes pouvaient geler de peur.

M-Mais... Je n’abandonnerai pas ! Elle avait réussi à supporter ce regard.

Et puis elle avait entendu une voix douce derrière elle. « Pardonnez-moi. »

Quelqu’un était-il entré alors qu’ils étaient censés être au milieu de sa réunion ? Quand elle avait regardé en arrière avec surprise, il y avait la fille qui avait été dans la salle d’attente avant. La jeune fille se dirigea vers Poncho, et se tint derrière lui, en face de la belle servante.

À ce moment, la femme ambitieuse avait senti ce qui s’était passé, et ses genoux lâchèrent.

« Oh ! Allez-vous bien ? » s’inquiéta Poncho. « Oui ? »

Elle ne pouvait même pas lever la tête pour répondre à sa demande.

J’étais surveillée... depuis le début... depuis que je suis entrée dans la salle d’attente...

Il n’y avait aucun doute que la fille aux tresses était liée à Poncho. La mission de la jeune fille devait être de sonder les intentions des personnes dans la salle d’attente. Parce qu’elle avait recueilli des informations et qu’elle avait appris l’existence du gardien aux côtés de Poncho, la femme ambitieuse était devenue complaisante.

Non... Ne me dis pas qu’il y avait deux protecteurs...

Alors qu’elle s’agenouillait, sans force, deux jambes minces pénétrèrent dans son champ de vision.

Quand elle avait levé les yeux, la belle servante de tout à l’heure était là.

« J’ai entendu parler de la situation par Komain, et vos capacités de collecte de données sont exceptionnelles. Qu’en dites-vous ? Vous travaillerez comme bonne au château ? » Par ces mots, Serina tendit la main à la femme qui avait été assommée dans le silence. « Beaucoup de nobles de haut rang vont et viennent du château. Vous pourriez rencontrer quelqu’un qui est bon pour vous, vous savez ? »

La femme ambitieuse avait senti une opportunité, et elle n’avait pas hésité à prendre la main de Serina. « Ah ! Je vais le faire ! »

Comme Serina recrutait des personnes qui semblaient pouvoir lui être utiles de cette façon, Poncho n’avait toujours pas trouvé de fiancée, mais l’unité des domestiques du château gagnait du personnel et prenait de l’expansion.

De plus, bien qu’il s’agisse d’une parenthèse, cette femme ambitieuse rencontrerait à l’avenir le fils d’un grand noble tout en travaillant au palais, et prendrait sa retraite après s’être mariée avec lui, mais... c’est une histoire pour une autre époque.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Le titre aurait dû être : Gardiennes du Dieu de la nourriture 😉

  2. Ethan Nakamura

    Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire