Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 7 – Histoire courte en prime 2

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Histoire courte en prime 2 : Liscia écrit une lettre

« Cher Souma ! Comment vas-tu ? J’ai entendu dire que tu allais dans un endroit froid, alors j’ai peur que tu ruines ta santé. Le temps ici continue d’être..., » commença Liscia.

« Attends, c’est beaucoup trop formel ! » Liscia froissa tout ce qu’elle avait écrit jusque-là en une boule et la jeta par terre.

C’était la chambre de Liscia au château de Parnam, mais le sol était parsemé de papiers froissés de la même façon. Elle gaspillait une grande quantité de papier qui, bien qu’étant noble, elle pouvait facilement l’obtenir, était encore une marchandise précieuse, mais elle était du moins pardonnable pour aujourd’hui.

Elle écrivait une lettre pour transmettre quelque chose d’important à son fiancé, Souma. Mais, incapable de l’exprimer correctement, Liscia était dans une prise de tête.

Souma était en voyage diplomatique dans la République glaciale de Turgis, dans le sud. Liscia avait vraiment voulu l’accompagner, mais parce que sa santé s’était détériorée dernièrement, elle avait fini par assurer la permanence cette fois. Puis elle avait été examinée par Hilde, la meilleure femme médecin du royaume.

« Princesse, à propos de la raison de votre malaise. Vous êtes..., » Hilde s’était penchée et chuchota son diagnostic à l’oreille de Liscia.

En entendant la nouvelle, le visage de Liscia était devenu blanc en raison du choc, puis un sentiment d’euphorie s’était fait jour au fond de son estomac. Finalement, après s’être calmée, elle avait commencé à devenir de plus en plus incertaine.

Les personnes qui l’entouraient avaient été envoyées dans une frénésie d’activité par le diagnostic, mais Liscia elle-même avait maintenant reçu l’ordre de se reposer, et elle n’avait rien à faire.

Pour l’instant, elle prenait son stylo plume pour informer Souma de la nouvelle, mais elle se trouvait dans l’incapacité de découvrir une façon de la formuler qui lui plaisait.

Puis on avait frappé à la porte.

« Oui, entrez ! » déclara Liscia.

Naden, une camarade fiancée qui était également restée derrière, entra dans la chambre. « Liscia, es-tu tout... ? Attends, c’est un foutoir ici, hein ? »

Elle semblait exaspérée, regardant l’état désastreux de cette pièce avec toutes les lettres en boule éparpillées sur le sol.

« Hahahaha..., » Liscia avait ri maladroitement. « J’écrivais une lettre à Souma pour lui faire part de mon diagnostic, mais... ça ne va pas bien. »

« Je comprends ce que tu ressens, mais si tu te surmènes, ne finiras-tu pas par te sentir de nouveau malade ? » demanda Naden.

« Je me sens relativement détendue en ce moment, » répondit Liscia.

« Bon sang..., » Naden avait pris l’un des papiers jetés et l’avait regardé. « Il n’y a qu’une chose que tu dois lui dire, non ? Pourquoi ne pas simplement écrire ça ? »

« Mais quand je pense à ce que ressentira Souma quand il le lira... Je ne peux vraiment pas écrire cette seule chose. »

« Eh bien, c’est juste. Je suis sûre qu’il va être vraiment surpris, » Naden s’était assise sur le lit de Liscia. « Si surpris qu’il puisse revenir ici. Non pas que Souma sache voler. »

« Ce n’est pas bon ! Souma n’aura pas beaucoup d’occasions de prendre son temps pour visiter un autre pays, alors je dois écrire pour m’assurer qu’il fait son devoir dans cette lettre, » déclara Liscia.

« Penses-tu que l’avertir dans une lettre suffira à empêcher Souma de le faire ? » demanda Naden.

Liscia secoua la tête en réponse à la question de Naden. Souma était axé sur la famille et lorsqu’un membre de sa famille était impliqué, son champ de vision se rétrécissait. S’il avait été informé de ce diagnostic, elle soupçonnait qu’il rentrerait d’urgence au pays. Le fait d’écrire qu’il ne devrait pas faire ça dans sa lettre ne l’arrêterait probablement pas.

« Je dois d’abord écrire à Aisha, » décida Liscia. Elle écrivait une lettre à Aisha et lui demandait de retenir Souma.

Tandis que Liscia se retournait vers son bureau, Naden haussa les épaules.

« Je pense qu’on peut dormir tranquille avec ça, » déclara Liscia.

« ... On peut vraiment ? » demanda Naden.

« Hein ? » s’exclama Liscia.

La main qui tenait le stylo à plume de Liscia s’arrêta pendant qu’elle y pensait. « Aisha fait à peu près tout ce que Souma lui dit de faire. Elle peut le retenir par la force, mais si Souma lui ordonne sérieusement de lâcher prise, je pense qu’elle le fera. Hmm... Pour arrêter cette surprotection de Souma, je vais devoir le convaincre que j’ai raison avec la logique. »

« Tu... Tu le feras ? » demanda Naden.

Voyant Liscia proposer un plan à plusieurs niveaux pour empêcher Souma de revenir, Naden avait trouvé cela un peu déconcertant. Au fond de son cœur, Liscia voulait sûrement que Souma revienne rapidement à la maison, mais elle lui ordonnait fermement de ne pas le faire pour son propre bien.

Qui appelles-tu surprotecteur ? Tu es un peu trop protectrice toi aussi, Liscia, pensa Naden.

En fin de compte, ils étaient un mari et une femme qui partageait les mêmes idées... Non, un fiancé et une fiancée aux vues similaires.

Naden était exaspérée intérieurement, mais Liscia continuait à marmonner sans le remarquer.

« Après tout, peut-être que je ne devrais pas être dans le château. S’il sait qu’il ne peut pas me voir immédiatement en retournant au château, je pense que cela devrait garder le désir de Souma de rentrer chez lui sous contrôle. » Quelque chose sembla alors venir à Liscia, et elle frappa dans ses mains. « J’ai décidé. Je quitte le château. »

« Hein !? Qu’est-ce que tu dis quand tu es censé être malade ? » s’exclama Naden.

Cependant, Liscia avait souri. « Je sais pourquoi je ne me sens pas bien maintenant. Ça va se calmer dans peu de temps. D’ailleurs, j’ai dit que je quitterais le château, mais seulement pour me reposer à la campagne où l’air est plus frais. L’ancien domaine de mon père, qui fait maintenant partie du domaine de la Couronne, se trouve aussi être ce genre d’endroit. »

« Oh ! Tu vas juste te reposer, hein..., » déclara Naden.

Le soulagement de Naden avait fait rire Liscia.

« C’est une bonne occasion, alors je vais demander à maman de m’apprendre toutes sortes de choses pendant que je serais là. À partir de maintenant... Je vais avoir besoin de ces connaissances. » Cela dit, Liscia se retourna vers le bureau. « Maintenant que c’est réglé, je dois le dire à Souma. Si j’écris : “Tu ne peux pas me voir même si tu reviens maintenant”, il ne reviendra pas de force ici, j’en suis sûre. Oh ! Je vais devoir dire à Aisha de ne pas non plus le laisser revenir. »

En regardant la plume de Liscia danser joyeusement à travers la page, Naden était remplie d’exaspération. « ... Oh, fais ce que tu veux. »

Ne pouvant plus supporter cela, Naden avait quitté la pièce.

Maintenant à nouveau seule dans la pièce, Liscia s’était rapidement mise à écrire.

« Je suis enceinte. »

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Ethan Nakamura

    Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire