Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 7 – Chapitre 7 – Partie 1

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 7 : L’Alliance médicale tripartite

Partie 1

Quelques jours avant la réunion...

Avec le Joyau de Diffusion de la Voix et le simple récepteur qui avait été livré, j’avais contacté Hakuya au château de Parnam et je l’avais informé que je voulais démontrer la force de Friedonia afin d’assurer le bon déroulement des négociations. Démontrer que notre pays pourrait être à la fois un ami fiable et un ennemi gênant rendrait l’alliance plus ferme.

Quand j’avais demandé à Hakuya ce qu’il en pensait, la première idée qu’il m’avait proposée était : « Allez-vous déployer des troupes à la frontière ? »

« Attendez ! Avons-nous soudainement recours à l’intimidation ouverte dans notre diplomatie ? » avais-je demandé, décontenancé.

« Je crois que c’est une démonstration de force facilement compréhensible, » répondit Hakuya avec un air cool sur son visage.

... Hein ? Était-il possible qu’il soit sérieux ?

« Vous plaisantez, n’est-ce pas ? Cela ne ferait que rendre l’autre partie inutilement méfiante, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« Je plaisante, bien sûr. Je ne faisais que présenter la méthode simple et rapide. Si vous espérez une amitié durable, cela n’exclut peut-être pas de le faire, mais c’est loin d’être la meilleure option, » déclara-t-il.

« ... »

Il l’avait dit en étant impassible. C’était sûrement une blague de Hakuya.

C’est une blague difficile à saisir..., avais-je pensé en le regardant fixement.

La proposition suivante qu’il avait faite était : « Impliquons l’Empire du Gran Chaos dans ces pourparlers. »

L’impératrice Maria de l’Empire ?

« Si vos négociations se déroulent bien cette fois-ci, vous avez l’intention de parler de l’alliance médicale avec l’Empire, n’est-ce pas ? » demanda-t-il. « Vous pouvez avancer l’emploi du temps là-dessus. »

« C’est... Eh bien, oui, c’est vrai que j’y pensais..., » répondis-je.

Si nous voulions mettre au point des traitements médicaux et les rendre accessibles à tous, aucun pays ne pourrait y parvenir seul.

Si nous allions de l’avant seuls, nous pourrions créer un fossé entre nous et les autres pays, mais notre financement et notre main-d’œuvre auraient des limites. Si nous essayions de forcer un seul pays à faire toute la recherche, les progrès seraient lents.

Dans ce monde, les blessures externes pouvaient être traitées avec de la magie blanche, même les plus graves, mais il y avait encore beaucoup de personnes souffrant de maladies sur lesquelles la magie ne fonctionnait pas.

Si l’un de mes proches tombait malade pendant que je perdais mon temps... Je le regretterais certainement. Ça ne peut pas faire de mal d’être rapide pour développer des traitements médicaux.

Pour cela, je voulais que l’Empire du Gran Chaos, la plus grande nation de l’humanité, celle qui disposait d’un budget et d’une main-d’œuvre considérables, s’occupe d’une partie de ce développement. J’avais un canal diplomatique vers l’Empire, après tout, et leur chef, l’impératrice Maria, était une femme à qui je pouvais parler. Elle était sûre de soutenir l’idée.

Cependant, j’avais l’intention de mettre les choses en place avec la République de Turgis avant d’aborder ce sujet avec l’Empire. Parce que le royaume et l’Empire étaient lointains, nous avions besoin d’un pays pour servir d’intermédiaire entre nous, sinon ce serait dans le vent.

Et pourtant Hakuya voulait impliquer l’Empire... pour impliquer Maria... dans nos discussions actuelles.

« Il y a plus d’une façon de montrer sa force, » avait-il dit. « Nos relations sont une autre forme de pouvoir. Si nous pouvons présenter Madame Maria, qui est l’impératrice de l’Empire, à la réunion, Sire Gouran sera choqué. Cela l’informerait que les nations à l’est et à l’ouest de la république ont leur propre ligne de communication indépendante. »

« C’est vrai, je suis sûr que ça le choquerait..., » déclarai-je.

Si l’Empire et le royaume se coordonnaient en secret, la république pourrait être prise dans une attaque en tenaille dès qu’elle s’opposerait à nous. Eh bien ! Étant donné leur situation géographique (en hiver, ils étaient complètement isolés par les glaces), il n’y aurait guère d’avantages à les envahir et à occuper leur territoire, mais cela exercerait quand même une pression sur eux.

« ... Mais quand même, » m’étais-je gratté la tête. « Ce serait incroyable si nous pouvions le faire, mais ce n’est probablement pas réaliste d’appeler Madame Maria. Il ne reste plus beaucoup de jours avant la réunion. N’est-ce pas impossible, compte tenu de la sécurité, des processus nécessaires et de tout le reste ? »

« Que dites-vous, Sire ? » s’objecta Hakuya, l’air exaspéré. « À qui chacun d’entre nous parle-t-il en ce moment, et où est cette personne ? »

« ... Oh, » j’avais enfin compris ce qu’il voulait dire par là.

C’était exact. Si elle assistait à la réunion à distance par l’intermédiaire du Joyau de Diffusion de la Voix, il n’était pas nécessaire d’inviter Maria à venir ici depuis l’Empire. J’avais imaginé qu’ils se rencontreraient en personne, alors j’aurais dû être un peu à côté de la plaque pour oublier quelque chose d’aussi simple.

Je me sentais mal à l’aise et je m’étais raclé la gorge bruyamment. « Hum... Dans cet esprit, même si la réunion se tient sur un Joyau de Diffusion de la Voix, Madame Maria prendra-t-elle le temps d’y assister malgré son horaire chargé ? »

« Presque sans l’ombre d’un doute, » déclara-t-il.

« Vous en avez l’air terriblement sûr, » déclarai-je.

« Au cours de mes entretiens avec Jeanne, la sœur cadette de Madame Maria, j’ai déjà demandé de “mettre sur la table des négociations la technologie médicale” et j’ai dit que nous étions “prêts à les dédommager de manière appropriée”. »

« Vous aviez déjà un œil sur ça, hein ? » avais-je dit. « Bien joué. »

« Nous n’avons pas encore décidé d’une politique en matière de technologie médicale, alors nous nous avançons lentement les uns et les autres sur la question. »

Hakuya et Jeanne se sentaient à l’aise, hein ? Ils étaient tous les deux perspicaces, donc leurs conversations étaient probablement comme poser des pierres dans une partie de Go. Mais je doutais qu’ils soient tendus. Avec ma permission et celle de Maria, Hakuya avait même fait des choses comme échanger des cadeaux avec elle pendant que Piltory faisait son retour temporaire au pays.

En ce qui concerne leur relation, Maria m’avait dit un jour au cours d’une réunion diffusée : « Dernièrement, Jeanne se sent tellement pleine de vie. Pensez-vous qu’elle et votre Premier ministre ont quelque chose en commun à se dire ? »

Elle avait l’air si heureuse. La seule chose dont j’imaginais qu’ils avaient en commun pour en parler, c’était des plaintes au sujet de leurs maîtres respectifs. Je n’étais pas sûr que c’était une bonne chose s’ils s’amusaient à en parler.

« Quoi qu’il en soit, » déclarai-je, « En bref, si nous évoquons les négociations sur la technologie médicale, nous pouvons convoquer Madame Maria à la réunion avec Sire Gouran, n’est-ce pas ? Ensuite, en montrant notre lien avec eux, nous choquerons Sire Gouran, et nous pourrons faire avancer les négociations dans une direction qui nous sera bénéfique, n’est-ce pas ? »

« En effet, » déclara-t-il.

« J’ai l’impression d’accomplir deux choses en même temps, mais... n’êtes-vous pas en train de dire que nous devrions effectivement convaincre deux pays distincts simultanément ? » demandai-je.

« Je crois que ce sera à la hauteur de vos capacités, Sire, » déclara-t-il.

« Vous rendez ça si facile, » avais-je grommelé.

Franchement...

Mais, eh bien, c’était probablement la façon la plus efficace de le faire.

« Allons de l’avant avec ça, » déclarai-je. « Hakuya, négociez avec l’Empire et faites avancer les préparatifs. Assurez-vous qu’il n’y a pas d’erreurs dans l’autre sujet que je vous ai demandé d’aborder également. »

« Compris, » déclara Hakuya en s’inclinant respectueusement.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire