Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 7 – Chapitre 4 – Partie 2

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 4 : Connaître une personne

Partie 2

La fête à Moran s’était poursuivie jusqu’à tard dans la soirée, et nous y avions passé la nuit. Cela s’était passé ainsi parce que presque tout le monde était complètement saoul, et même si nous étions à proximité, c’était encore assez loin pour que nous devions utiliser des chariots pour retourner à Noblebeppu.

Finalement, nous avions tous fini par dormir par terre dans le grand hall d’une auberge où Kuu avait utilisé sa réputation pour nous faire entrer.

Ces difficultés mises à part, le jour suivant arriva.

Kuu, Juna et moi étions allés nous promener et avions visité le port de pêche près de la plage où nous avions fait la cuisine. Le reste du groupe avait la gueule de bois et était hors service.

Roroa, Hal et Kaede avaient été particulièrement touchés et Tomoe travaillait avec Aisha et Leporina, dont les symptômes étaient moins graves, pour les soigner. Il semblait que la vodka de pommes de terre de Kuu leur avait infligé une mauvaise gueule de bois à ceux qui n’avaient pas l’habitude de la boire.

Mais pourquoi allais-je bien ?

Je pouvais comprendre pourquoi Kuu, qui était habitué à ce genre de choses, allait bien. Et je comprenais pourquoi Juna, qui avait commencé à se retenir à un moment donné, allait bien. Mais pour une raison inconnue, je n’avais pas non plus la gueule de bois.

Je ne buvais que lorsque je participais aux banquets des nobles, ou lorsque je mangeais chez Poncho les jours où le travail me tenait occupé jusqu’à tard le soir et que je manquais le dîner. Je leur avais dit cela à tous les deux avec perplexité.

« Peut-être que tu résistes naturellement bien à l’alcool ? » suggéra Kuu.

Je résiste bien à l’alcool, hein ? Était-ce un truc génétique ?

Mais, en y repensant, je m’étais souvenu que mon grand-père pouvait être un mauvais buveur. Je me souvenais vaguement à plusieurs reprises qu’il s’était soûlé après avoir bu beaucoup d’alcool lors d’une fête avec ses copains. Il n’était pas rentré chez lui parce que la police l’avait arrêté et il avait ensuite reçu des réprimandes de ma grand-mère le jour suivant.

« Est-ce vraiment quelque chose de naturel dans le fonctionnement de mon corps ? » avais-je murmuré.

« Ah..., » Juna détourna rapidement le regard.

De quoi s’agissait-il ?

« Juna ? » demandai-je.

« ... Qu’est-ce qu’il y a ? » Juna m’avait affiché son sourire calme habituel. Cependant, ses joues avaient l’air de bouger un peu.

J’avais regardé son visage. « Il y a un problème ? »

Juna avait ouvertement détourné les yeux. Pour Juna, qui laissait rarement transparaître ses émotions, elle semblait anormalement mal à l’aise.

C’était suspect.

« Sais-tu quelque chose ? » avais-je insisté.

« Qu’est-ce que tu veux dire ? » demanda-t-elle.

J’avais regardé Juna, qui essayait d’esquiver la question.

« Ce doit être à cause de l’uwabami, » dit-elle enfin, en détournant les yeux.

Un uwabami... Était-ce un gros buveur, non ? Peut-être que c’était à cause de ma constitution génétique... Attends, hein ? Elle avait dit que c’était à cause des uwabamis, et non pas que j’étais un uwabami, non ? Uwabami était un mot qui signifiait aussi un grand serpent, n’est-ce pas ?

Hmm, il y avait quelque chose qui me tracassait à ce sujet.

Pendant un moment, nous avions joué à un jeu du loup où j’essayais de regarder Juna dans les yeux et elle détournait le regard, mais Kuu avait ensuite montré du doigt la mer et avait commencé à parler.

« Hé, Kazuma. Peux-tu voir ça ? » demanda-t-il.

« Ça ? » J’avais regardé vers la mer pour voir ce qu’il voulait dire, et il y avait un objet blanc étendu sur l’horizon.

C’était de la glace ? Ce pays se trouvait à la pointe sud du continent. Pour le dire simplement, cela pourrait être la glace du pôle sud de ce monde. Comme les cartes étaient vagues, il n’y avait aucun moyen de savoir s’il y avait un continent sous la glace.

Kuu regarda directement en direction de la glace pendant qu’il parlait.

« Ce sont les îles de glace. Elles s’approchent progressivement de ce pays à la fin de l’été. Quand l’hiver arrive, la glace et cette plage sont reliées, et une fois qu’il neige, on ne peut pas dire ce qu’est la terre et ce qu’elle n’est pas. Cette mer se couvre de glace si épaisse qu’on pourrait la traverser en calèche sans qu’elle se brise. »

Kuu s’était assis sur la plage et avait croisé les jambes.

Puis, plaçant ses coudes sur ses genoux, il posa ses joues sur ses mains et regarda avec rancune vers le large. « Les grandes créatures marines détestent cette mer glaciale. C’est pourquoi les petits et moyens poissons se rassemblent, et c’est pourquoi notre pays regorge d’endroits pour pêcher. Mais cela signifie aussi que les grands navires ne peuvent pas entrer. »

« C’est dur, hein, » avais-je hoché la tête.

Les grands navires de ce monde possédaient de grandes créatures marines tels que des dragons de mer qui les tiraient de la même manière que les chevaux tiraient une calèche. Si ces dragons de mer détestaient cette mer, c’était bien parce qu’ils ne seraient pas envahis par des marines étrangères, mais c’était aussi mal parce que les grands navires de transport ne pouvaient pas non plus venir ici. Ils pouvaient faire du commerce par des méthodes qui ne dépendaient pas des créatures marines ou de l’air, mais ce n’était qu’une option pendant l’été. Ce monde n’avait pas de navires-brise-glace capables de traverser les mers gelées de l’hiver.

« Il y a des limites à ce que le transport maritime pour le gros, et la voie terrestre pour la distribution pouvent faire, » déclara Kuu. « Les marchands ambulants ne viennent qu’en été, et comme la terre est recouverte par la glace pendant l’hiver, il est difficile de se déplacer. Si nous utilisons des créatures comme les numoths, nous pouvons transporter des choses même en hiver, mais il n’y en a pas beaucoup. La grande majorité d’entre eux ont également été élevés à des fins militaires. »

« Vous ne pouvez pas les transférer à des emplois dans le transport à la place ? » lui avais-je demandé.

« Ils sont notre seul moyen de mobilité en hiver. Si des monstres sortent d’un donjon, si des brigands attaquent un village, ou si un petit village a été isolé par une avalanche... nous avons besoin de leurs pattes pour nous y transporter dans des moments comme ça, non ? » déclara Kuu.

« Je vois..., » dis-je.

Alors, ils les utilisaient déjà au maximum qu’ils le pouvaient. Ils ne pourraient probablement pas les réaffecter à l’expédition.

Kuu se grattait vigoureusement la tête. « Ce n’est pas comme si je ne voyais pas pourquoi les vieux voudraient avancer vers le nord. Si nous pouvions aussi accueillir de grands navires de transport en hiver, cela contribuerait grandement à rendre cette terre plus prospère. Mais même si nous envahissions et prenions un port en eau chaude, qu’en adviendrait-il ? Tant que les difficultés du transport maritime ne changent pas, seule la zone autour de ce port bénéficiera du commerce. Envahir une terre qui va être difficile à entretenir comme ça ressemble à faire la cour à une belle femme dans tes rêves. »

Faire la cour à une belle femme dans tes rêves. Cela semblait être un dicton local, équivalent à appeler quelque chose une image de gâteaux de riz en japonais. Fondamentalement, peu importe à quel point vous avez travaillé dur pour séduire une belle femme que vous avez rencontrée dans vos rêves, cela n’avait aucun sens, et cela ne vous laisserait que le sentiment de vide.

Hmm... Méthodes d’expédition hivernales, hein..., je m’étais creusé la cervelle.

C’était aussi un problème pour notre pays, qui voulait faire du commerce avec ce pays. Si la période d’échange était limitée, cela limiterait les possibilités d’échange de marchandises. Les légumes semblaient être une bonne chose à exporter vers ce pays, mais de nombreux aliments frais ne se conservaient pas longtemps.

Nous avons le Petit Susumu Mark V (dispositif de propulsion de type Maxwell), de sorte que nous pouvons envoyer de grands navires même pendant l’hiver, me suis-je dit. Cependant, cela ne nous permettra pas de percer à travers la glace épaisse. J’ai des gens qui l’étudient, mais qui sait combien de temps il faudra pour produire un brise-glace comme le Garinko-go...

Pouvons-nous nous débrouiller avec ce que nous avons maintenant, d’une façon ou d’une autre ? Et si on mettait un mage sur le bateau et qu’ils se frayaient un chemin ?

... Non, c’était dur d’utiliser la magie en mer, n’est-ce pas ? La zone gelée était trop large, donc peu importe le nombre de mages que nous avions à bord, ils s’essoufflaient finalement. En attendant, si nous essayions de tenter le transport aérien, les courants d’air seraient trop violents, et les montures volantes ne seraient donc pas utilisables. De plus, comme la terre était recouverte de neige, si nous n’utilisions pas des créatures comme les numoths, le transport terrestre serait difficile.

Il n’y a pas non plus de chasse-neige. S’il y avait quelque chose comme des traîneaux, nous pourrions glisser par-dessus la neige... Attendez, n’aurions-nous pas besoin de numoths pour tirer ces traîneaux ? ... Hm ? Glisser par-dessus la neige ?

C’est là que je m’étais souvenu de l’existence d’une certaine chose.

Plus tôt, en pensant aux utilisations du Petit Susumu Mark V, il y avait quelque chose que j’avais développé presque entièrement comme une blague.

Peut-être qu’avec ça... ? avais-je réfléchi. Je suppose que je vais essayer de contacter Genia.

Je ne savais pas encore comment ça se passerait, alors plutôt que de lui donner de faux espoirs, j’avais décidé de ne rien dire à Kuu et de contacter le château royal en secret.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

6 commentaires

  1. He un aeroglisseur en projet 1!!
    Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire