Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 7 – Chapitre 4

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 4 : Connaître une personne

☆☆☆

Chapitre 4 : Connaître une personne

Partie 1

Une fois les négociations terminées, il avait été décidé qu’une réunion aurait lieu dans dix jours, dans le plus grand secret, à l’auberge où nous étions logés à Noblebeppu.

Les raisons de ce secret étaient pour une question de sécurité et le fait que la tenue de pourparlers ouverts nécessiterait l’approbation du Conseil des Chefs. Si nous prenions notre temps, cette permission nous serait probablement accordée, mais nous ne voulions pas nous donner la peine de le faire.

Quoi qu’il en soit, une date avait été fixée, et Hakuya et le père de Kuu s’occupaient du reste des détails entre eux.

Quant à nous, nous n’avions rien de particulier à faire d’ici là, alors nous avions décidé d’explorer le pays comme prévu initialement. Kuu s’était après tout déjà porté volontaire comme guide.

C’est pourquoi, aujourd’hui, nous étions venus à Moran, un port de pêche près de Noblebeppu.

Les sept membres du groupe comprenaient moi, Aisha, Juna, Roroa, Tomoe, Kuu et Leporina.

Hal et Kaede avaient dit qu’ils seraient à l’atelier de Taru, pour vérifier une arme qui pourrait être utilisée par Hal, et ils étaient partis de leur côté.

Maintenant qu’il était chevalier dragon, Hal était l’atout de la Défense. Parce qu’il était très important pour Hal d’avoir une arme qui lui permettrait d’exercer pleinement sa valeur, j’avais été heureux de lui donner la permission de se séparer de notre groupe.

« Wôw..., » s’écria Tomoe en marchant dans la ville de Morlan. « Grand Frère ! Il y a quelqu’un de très grand ! »

C’était vrai. Au cours de nos promenades dans la ville, nous avions parfois vu des gens extrêmement grands. Ils devaient faire plus de deux mètres de haut.

En plus d’une hauteur qui ferait éclater leur tête à travers les toits de toute maison de taille moyenne, ils avaient tous un physique très rondouillard, comme s’ils étaient de gros lutteurs de sumo.

Quoi qu’il en soit, même en se promenant, ils donnaient une forte impression. J’avais peur qu’ils écrasent la petite Tomoe sous leurs pieds.

Voyant à quel point nous avions l’air surpris, Kuu s’était amusé et il avait ri. « Oookyakya ! C’est une surprise de les voir pour la première fois, hein ? Ce sont des membres de la race des morses. »

La race des morses, hein...

Maintenant qu’il l’avait mentionné, les grandes personnes qui se trouvaient être des hommes avaient deux défenses qui sortaient de leur bouche. Avec les femmes, j’avais seulement fini par penser, leurs canines sont longues.

« Les membres de la race des morses gagnent leur vie dans l’industrie de la pêche, » déclara Kuu. « Les membres de la race des ours des neiges comme Taru sont aussi de bons nageurs, mais ils ne sont pas à la hauteur de la race des morses. Ce sont des individus qui, quand l’eau est gelée en hiver et qu’ils ne peuvent pas sortir les bateaux, brisent la glace pour plonger et aller pêcher. »

Plonger dans la mer gelée !? C’était incroyable. Personne n’avait de combinaisons étanches dans ce monde, alors c’était étonnant qu’ils ne soient pas gelés à mort...

Oh, attends, j’ai compris. C’est pour ça qu’ils sont bâtis comme ça, pensai-je.

La graisse sous leur peau leur procurait une isolation accrue, ce qui en faisait une race spécialisée pour agir dans l’eau glacée. Était-ce le résultat d’une évolution pour s’adapter à leur environnement, ou bien était-ce que seules les races adaptées à l’environnement ont réussi à aller de l’avant dans ces contrées ? La question m’avait fasciné.

Lorsque nous avions suivi Kuu jusqu’à la plage, nous avions pu voir un groupe de morses se rassembler autour d’un feu.

Kuu s’approcha et les appela. « Hé, les gars ! Est-ce un barbecue sur la plage ? »

« Oh ! Jeune maître, » déclara l’un des hommes. « Ouais. Nous avons apporté un gros chargement de mollusques, de crevettes et d’autres produits du genre aujourd’hui, alors nous nous demandions la manière dont nous allions faire la fête toute la journée. »

Après une inspection plus poussée, j’avais vu qu’il y avait un filet posé sur le dessus du feu de camp des hommes morses, et une variété de mollusques rôtissaient dessus. Il y avait des bivalves en forme de palourdes qui s’étaient largement ouverts et des bulles s’échappant d’une variété à coquille spiralée qui ressemblaient à un coquillage. Combinées au parfum de la mer, elles avaient l’air incroyablement délicieuses.

En les regardant, Kuu avait ri joyeusement. « Oookyakya ! C’est sympa ! En fait, je suis en train de faire visiter les lieux à des invités de l’étranger. Nous fournirons l’alcool. Alors, laissez-nous vous rejoindre. »

Les hommes avaient applaudi quand ils avaient entendu la proposition de Kuu.

« Oh, le pensez-vous vraiment ? »

« Très bien ! On peut beaucoup boire maintenant ! » déclara Kuu.

Kuu s’était retourné, avait sorti un sac de sa poche et l’avait jeté à Leporina. C’était apparemment son portefeuille. « Leporina ! Trouve-nous un baril de vodka de pommes de terre avec ça. »

« Quoiiii !? » Leporina cligna des yeux face à l’ordre de Kuu. « Un tonneau... ? C’est trop ! Ce sera trop lourd pour que je puisse le porter toute seule ! »

« Si c’est trop lourd, roule-le, » déclara Kuu.

« Ce n’est pas justeeeee..., » déclara Leporina.

Leporina était à la merci des idées soudaines de Kuu.

Je me sentais mal quand je la voyais courir comme une folle à cause de son chef, alors j’avais décidé d’offrir un peu d’aide. « Aisha. Désolé, mais pourrais-tu aller avec Leporina et porter le tonneau pour elle ? »

Je me sentais mal de forcer quelqu’un d’autre à le faire, mais Aisha pourrait probablement soulever un baril ou deux avec facilité.

Elle martelait fièrement sa cuirasse. « Laissez-moi faire. Allons-y, Madame Leporina. »

« Whuh !? »

Aisha traîna une Leporina encore abasourdie.

En les regardant partir, Kuu gloussa. « Oui, je suis sûr que cette elfe sombre peut soulever un baril ou deux d’alcool sans problème. »

« Peux-tu voir ça ? » lui avais-je demandé.

« Eh bien, ouais. Je pense que même moi, je pourrais me battre contre ton pote roux, mais... cette fille donne l’impression d’être dans une autre dimension. » Kuu avait fait tourner son bras en rond. « Du moins, ce n’est pas un niveau de puissance qu’un aventurier ordinaire possède. Est-ce une commandante militaire dans le royaume ou quoi ? »

« ... Aucun commentaire, » déclarai-je.

« Je la veux comme vassale..., » déclara Kuu.

« Tu ne peux pas l’avoir, » répliquai-je.

« Oookyakya ! Oh, ouais ? » demanda-t-il.

Pendant qu’on parlait, les coquillages rôtissaient. Puis l’un des pêcheurs morses avait pris quelque chose d’une couleur blanc laiteux dans un bocal et l’avait mis sur les coquillages.

« Qu’est-ce que c’est ? » lui avais-je demandé.

« Du beurre fait à partir du même lait de yak que celui que nous utilisons pour faire du lait fermenté, » répondit l’homme. « Quand on mange des fruits de mer par ici, on verse de l’alcool dessus pendant la cuisson, puis on met ce truc sur le dessus quand c’est fait. »

C’était logique. Du beurre, hein. Comme avec les pétoncles frits au beurre ou les palourdes à col court. Les fruits de mer et le beurre allaient bien ensemble.

Le pêcheur avait ensuite décortiqué des mollusques et des crustacés qui étaient probablement des pétoncles puis avait placé du beurre dessus. Il les avait offertes à Kuu et à moi. « Allez-y, jeune maître. »

« Vous aussi, visiteurs, » déclara un autre homme. « Ne vous retenez pas. Mangez à votre faim. »

« Bien sûr que oui ! » s’écria Kuu.

« Merci, » avais-je ajouté.

Nous avons remercié les pêcheurs et nous les avions acceptés. Immédiatement, le parfum de la mer et l’arôme du beurre me chatouillaient les narines.

Oh, je ne sais pas comment le décrire... Ce fut une expérience très nostalgique. Cela me rappelait les brochettes de buccins qu’on vendait dans les petites échoppes des festivals. Je n’avais jamais pensé que je voulais les manger régulièrement, mais quand je passais devant ces étals et que je sentais cet arôme, je ne pouvais m’empêcher de m’arrêter. C’était le sentiment que j’avais maintenant.

J’avais utilisé la fourchette qu’on m’avait donnée pour les manger. Oui, c’étaient des pétoncles au beurre. Le goût du beurre et des pétoncles était intact, et il s’agissait des meilleurs pétoncles au beurre que j’aie jamais mangés.

J’avais involontairement poussé un gémissement d’appréciation. « Ils sont bons... »

« Je sais, n’est-ce pas ? » Kuu accepta avec joie. « Les faire frire sur la plage et ensuite les manger avec du beurre fait partie de notre culture alimentaire. »

« Je vois, » dis-je.

La culture culinaire, hein ? Je n’allais pas le laisser me surpasser.

J’avais appelé Roroa, qui regardait avec grand intérêt l’un des pêcheurs planter une brochette de métal sur une coquille en spirale, la tordant pour en extraire la viande et les organes.

« Hé, Roroa ! » déclarai-je.

« Hm ? Qu’est-ce qu’il te faut ? » Roroa avait trotté jusqu’à moi.

« As-tu ça sur toi maintenant ? Tu sais, le truc que tu as mis dans un conteneur en métal et ramené de chez nous ? » demandai-je.

« Ohh, je crois que c’est dans les bagages que j’ai apportés en ce moment. » Roroa fouilla dans le sac d’équipement de voyage qu’elle avait apporté depuis le chariot. Puis, sortant un récipient en métal de la taille d’une boîte à lunch, elle avait demandé : « Est-ce ça ? » et elle me l’avait donné.

Kuu le regarda avec curiosité. « Oookya ? C’est quoi cette boîte ? »

« Elle contient un assaisonnement que nous avons apporté de notre pays, » déclarai-je.

Quand j’avais ouvert le récipient en métal, il était rempli d’une pâte épaisse, de couleur brun jaunâtre.

« Assaisonnement ? » demanda Kuu.

« Oui. Ça s’appelle du miso, » annonçai-je.

Le contenant contenait le miso que j’avais fait faire aux loups mystiques de chez nous.

Comme les Japonais voulaient apporter des ramens instantanés ou de la soupe miso quand ils partaient à l’étranger, j’avais apporté du miso et du konbu pour produire du bouillon pendant ce voyage. Avec un peu d’eau et les légumes que j’avais sous la main, je pouvais de cette façon faire de la soupe miso n’importe où. Si j’avais de la viande, je pourrais ajouter ça aussi.

Après ça, j’avais ramassé une cuillerée de miso et j’en avais mis une petite quantité sur mes pétoncles au beurre. Les pétoncles au beurre avaient maintenant évolué vers des pétoncles au beurre et au miso.

Je les avais un peu remués, puis je les avais offerts à Kuu. « Donne-moi le bénéfice du doute et essaye-les, d’accord ? »

« ... B-Bien sûr, » déclara Kuu.

Kuu avait pris l’un des morceaux de pétoncles et l’avait mis dans sa bouche. L’instant d’après, les yeux de Kuu s’ouvrirent alors qu’il était en état de choc. « Qu’est-ce que c’est que ça ? La saveur est super complexe maintenant ! Non, c’est délicieux ! C’est délicieux, mais je ne peux m’empêcher d’en vouloir avec de l’alcool ! »

« Hehe hehe hehe, » avais-je souri. « Qu’est-ce que tu en dis ? Que penses-tu de la culture alimentaire de mon pays ? »

Je l’avais dit avec confiance, et après un moment d’abasourdissement, Kuu avait laissé échapper un rire amusé.

« Oookyakya ! Je vois ! Tu te sentais en compétition parce que j’ai mentionné la culture alimentaire tout à l’heure ! Tu m’as, cette fois ! »

« Je dirais que je n’ai fait qu’égaliser le score, » avais-je dit. « Je pense que les faire frire sur la plage est une bonne culture à avoir. »

« Oookyakya ! Il n’y a aucun doute là-dessus ! Ohh ! Quand est-ce que l’alcool va arriver ici ? » demanda Kuu.

Pendant qu’on parlait, Leporina et Aisha étaient revenues. Leporina portait un petit tonneau et Aisha en portait deux gros.

Après cela, Hal, Kaede et Taru nous avaient rejoints, et nous avions fait une grande fête sur la plage.

La vodka de pommes de terre que Kuu fournissait était apparemment très forte, et au coucher du soleil, tout le monde était trop excité. Certains avaient même commencé à se relâcher un peu trop.

Les hommes morses avaient commencé à danser et à chanter ce qui était soit une chanson délirante, soit un hymne. Je ne pouvais pas vraiment dire laquelle c’était. La façon dont ils s’étaient tortillés, c’était presque comme s’ils étaient des danseurs du ventre.

« Comment danse un morse sous la mer ? »

« Oh ! Il danse avec vaillance, vacillance, vacillanceeeeee ! »

Un peu plus loin, un Hal qui était une personne qui ne buvait pas normalement d’alcool faisait une sorte de danse du feu avec deux morceaux de bois enduits de flammes.

« Très bien ! Je suis tout excité ! » cria-t-il.

Une Kaede tout aussi ivre gloussait et tournait autour de lui en le regardant.

« C’est super, tu sais ! Hal ! » cria Kaede.

Pendant ce temps, un Kuu ivre avait une Tomoe heureuse sur les épaules.

« Oookyakya ! Viens, c’est tout, » déclara Kuu.

« Hahahahahaha ! Je suis si haute ! » déclara Tomoe.

Vu sa bonne humeur, Tomoe était peut-être aussi ivre. Naturellement, je ne l’avais pas laissée boire une gorgée d’alcool, mais peut-être qu’elle s’était soûlée à cause de l’odeur, ou que l’alcool utilisé pour les mollusques ne s’était pas complètement évaporé. Quoi qu’il en soit, j’avais échoué dans mon rôle de tuteur. Si Liscia avait entendu parler de ça, j’aurais droit à des remontrances.

À côté d’eux, peut-être sous l’impulsion de Kuu, une Aisha ivre portait Juna sur ses épaules.

« Ha ha ha ha ha ! On s’amuse bien, Madame Juna ! » déclara Aisha.

« R-Rete... ne-toi, Aisha ! Pose-moi, s’il te plaît ! » demanda Juna.

Juna n’avait pas l’air si ivre que ça, mais son visage était rouge de gêne à cause de toute l’attention qu’on lui accordait.

Je m’étais servi un autre verre et j’avais regardé le chaos se rependre progressivement sur toute la plage.

« Mweheheheh, mon chéri. » Roroa s’était lovée contre moi par-derrière. Alors qu’elle posa son menton sur mon épaule, elle s’était mise à frotter sa joue contre moi. C’était un geste mignon, comme un chat, mais elle sentait un peu l’alcool. « Bois-tu comme il faut, mon chéri ? »

« Je bois, » répondis-je. « Mais toi, Roroa... es-tu sûre de ne pas en avoir bu un de trop ? »

« Mweheheheheh. » Elle avait un verre dans une main et une coquille dans l’autre. Ils étaient tous les deux déjà vides, donc le fait qu’elle n’était pas sur le point de les relâcher était la preuve qu’elle était déjà bien saoule.

« Hé, Roroa..., » avais-je commencé.

« Zzzzz... »

« Attends, c’était trop rapide ! On était en train de parler ! » déclarai-je.

Roroa ronflait doucement avec son menton reposant sur mon épaule.

Il y avait une petite bave qui sortait de sa bouche, mais... J’avais décidé de faire comme si je ne l’avais pas vue. N’ayant pas d’autre choix, je l’avais fait tomber de mon épaule, et je lui avais laissé emprunter mes jambes croisées comme oreiller.

« Ronronner... »

« ... »

Franchement... Elle avait l’air si heureuse alors qu’elle dormait. En caressant la tête de Roroa, j’avais regardé le boucan stupide de Kuu et les autres qui étaient encore en train de s’agiter. Ils buvaient, mangeaient et faisaient la fête ensemble en criant des absurdités.

Après avoir partagé ce moment de plaisir ensemble, une certaine chose avait commencé à prendre racine en moi.

J’y avais réfléchi en silence.

Puis, pour le faire disparaître, j’avais bu le verre que je tenais. Je ne me rendais pas compte, à ce moment-là, qu’il y avait des yeux qui me regardaient avec inquiétude.

☆☆☆

Partie 2

La fête à Moran s’était poursuivie jusqu’à tard dans la soirée, et nous y avions passé la nuit. Cela s’était passé ainsi parce que presque tout le monde était complètement saoul, et même si nous étions à proximité, c’était encore assez loin pour que nous devions utiliser des chariots pour retourner à Noblebeppu.

Finalement, nous avions tous fini par dormir par terre dans le grand hall d’une auberge où Kuu avait utilisé sa réputation pour nous faire entrer.

Ces difficultés mises à part, le jour suivant arriva.

Kuu, Juna et moi étions allés nous promener et avions visité le port de pêche près de la plage où nous avions fait la cuisine. Le reste du groupe avait la gueule de bois et était hors service.

Roroa, Hal et Kaede avaient été particulièrement touchés et Tomoe travaillait avec Aisha et Leporina, dont les symptômes étaient moins graves, pour les soigner. Il semblait que la vodka de pommes de terre de Kuu leur avait infligé une mauvaise gueule de bois à ceux qui n’avaient pas l’habitude de la boire.

Mais pourquoi allais-je bien ?

Je pouvais comprendre pourquoi Kuu, qui était habitué à ce genre de choses, allait bien. Et je comprenais pourquoi Juna, qui avait commencé à se retenir à un moment donné, allait bien. Mais pour une raison inconnue, je n’avais pas non plus la gueule de bois.

Je ne buvais que lorsque je participais aux banquets des nobles, ou lorsque je mangeais chez Poncho les jours où le travail me tenait occupé jusqu’à tard le soir et que je manquais le dîner. Je leur avais dit cela à tous les deux avec perplexité.

« Peut-être que tu résistes naturellement bien à l’alcool ? » suggéra Kuu.

Je résiste bien à l’alcool, hein ? Était-ce un truc génétique ?

Mais, en y repensant, je m’étais souvenu que mon grand-père pouvait être un mauvais buveur. Je me souvenais vaguement à plusieurs reprises qu’il s’était soûlé après avoir bu beaucoup d’alcool lors d’une fête avec ses copains. Il n’était pas rentré chez lui parce que la police l’avait arrêté et il avait ensuite reçu des réprimandes de ma grand-mère le jour suivant.

« Est-ce vraiment quelque chose de naturel dans le fonctionnement de mon corps ? » avais-je murmuré.

« Ah..., » Juna détourna rapidement le regard.

De quoi s’agissait-il ?

« Juna ? » demandai-je.

« ... Qu’est-ce qu’il y a ? » Juna m’avait affiché son sourire calme habituel. Cependant, ses joues avaient l’air de bouger un peu.

J’avais regardé son visage. « Il y a un problème ? »

Juna avait ouvertement détourné les yeux. Pour Juna, qui laissait rarement transparaître ses émotions, elle semblait anormalement mal à l’aise.

C’était suspect.

« Sais-tu quelque chose ? » avais-je insisté.

« Qu’est-ce que tu veux dire ? » demanda-t-elle.

J’avais regardé Juna, qui essayait d’esquiver la question.

« Ce doit être à cause de l’uwabami, » dit-elle enfin, en détournant les yeux.

Un uwabami... Était-ce un gros buveur, non ? Peut-être que c’était à cause de ma constitution génétique... Attends, hein ? Elle avait dit que c’était à cause des uwabamis, et non pas que j’étais un uwabami, non ? Uwabami était un mot qui signifiait aussi un grand serpent, n’est-ce pas ?

Hmm, il y avait quelque chose qui me tracassait à ce sujet.

Pendant un moment, nous avions joué à un jeu du loup où j’essayais de regarder Juna dans les yeux et elle détournait le regard, mais Kuu avait ensuite montré du doigt la mer et avait commencé à parler.

« Hé, Kazuma. Peux-tu voir ça ? » demanda-t-il.

« Ça ? » J’avais regardé vers la mer pour voir ce qu’il voulait dire, et il y avait un objet blanc étendu sur l’horizon.

C’était de la glace ? Ce pays se trouvait à la pointe sud du continent. Pour le dire simplement, cela pourrait être la glace du pôle sud de ce monde. Comme les cartes étaient vagues, il n’y avait aucun moyen de savoir s’il y avait un continent sous la glace.

Kuu regarda directement en direction de la glace pendant qu’il parlait.

« Ce sont les îles de glace. Elles s’approchent progressivement de ce pays à la fin de l’été. Quand l’hiver arrive, la glace et cette plage sont reliées, et une fois qu’il neige, on ne peut pas dire ce qu’est la terre et ce qu’elle n’est pas. Cette mer se couvre de glace si épaisse qu’on pourrait la traverser en calèche sans qu’elle se brise. »

Kuu s’était assis sur la plage et avait croisé les jambes.

Puis, plaçant ses coudes sur ses genoux, il posa ses joues sur ses mains et regarda avec rancune vers le large. « Les grandes créatures marines détestent cette mer glaciale. C’est pourquoi les petits et moyens poissons se rassemblent, et c’est pourquoi notre pays regorge d’endroits pour pêcher. Mais cela signifie aussi que les grands navires ne peuvent pas entrer. »

« C’est dur, hein, » avais-je hoché la tête.

Les grands navires de ce monde possédaient de grandes créatures marines tels que des dragons de mer qui les tiraient de la même manière que les chevaux tiraient une calèche. Si ces dragons de mer détestaient cette mer, c’était bien parce qu’ils ne seraient pas envahis par des marines étrangères, mais c’était aussi mal parce que les grands navires de transport ne pouvaient pas non plus venir ici. Ils pouvaient faire du commerce par des méthodes qui ne dépendaient pas des créatures marines ou de l’air, mais ce n’était qu’une option pendant l’été. Ce monde n’avait pas de navires-brise-glace capables de traverser les mers gelées de l’hiver.

« Il y a des limites à ce que le transport maritime pour le gros, et la voie terrestre pour la distribution pouvent faire, » déclara Kuu. « Les marchands ambulants ne viennent qu’en été, et comme la terre est recouverte par la glace pendant l’hiver, il est difficile de se déplacer. Si nous utilisons des créatures comme les numoths, nous pouvons transporter des choses même en hiver, mais il n’y en a pas beaucoup. La grande majorité d’entre eux ont également été élevés à des fins militaires. »

« Vous ne pouvez pas les transférer à des emplois dans le transport à la place ? » lui avais-je demandé.

« Ils sont notre seul moyen de mobilité en hiver. Si des monstres sortent d’un donjon, si des brigands attaquent un village, ou si un petit village a été isolé par une avalanche... nous avons besoin de leurs pattes pour nous y transporter dans des moments comme ça, non ? » déclara Kuu.

« Je vois..., » dis-je.

Alors, ils les utilisaient déjà au maximum qu’ils le pouvaient. Ils ne pourraient probablement pas les réaffecter à l’expédition.

Kuu se grattait vigoureusement la tête. « Ce n’est pas comme si je ne voyais pas pourquoi les vieux voudraient avancer vers le nord. Si nous pouvions aussi accueillir de grands navires de transport en hiver, cela contribuerait grandement à rendre cette terre plus prospère. Mais même si nous envahissions et prenions un port en eau chaude, qu’en adviendrait-il ? Tant que les difficultés du transport maritime ne changent pas, seule la zone autour de ce port bénéficiera du commerce. Envahir une terre qui va être difficile à entretenir comme ça ressemble à faire la cour à une belle femme dans tes rêves. »

Faire la cour à une belle femme dans tes rêves. Cela semblait être un dicton local, équivalent à appeler quelque chose une image de gâteaux de riz en japonais. Fondamentalement, peu importe à quel point vous avez travaillé dur pour séduire une belle femme que vous avez rencontrée dans vos rêves, cela n’avait aucun sens, et cela ne vous laisserait que le sentiment de vide.

Hmm... Méthodes d’expédition hivernales, hein..., je m’étais creusé la cervelle.

C’était aussi un problème pour notre pays, qui voulait faire du commerce avec ce pays. Si la période d’échange était limitée, cela limiterait les possibilités d’échange de marchandises. Les légumes semblaient être une bonne chose à exporter vers ce pays, mais de nombreux aliments frais ne se conservaient pas longtemps.

Nous avons le Petit Susumu Mark V (dispositif de propulsion de type Maxwell), de sorte que nous pouvons envoyer de grands navires même pendant l’hiver, me suis-je dit. Cependant, cela ne nous permettra pas de percer à travers la glace épaisse. J’ai des gens qui l’étudient, mais qui sait combien de temps il faudra pour produire un brise-glace comme le Garinko-go...

Pouvons-nous nous débrouiller avec ce que nous avons maintenant, d’une façon ou d’une autre ? Et si on mettait un mage sur le bateau et qu’ils se frayaient un chemin ?

... Non, c’était dur d’utiliser la magie en mer, n’est-ce pas ? La zone gelée était trop large, donc peu importe le nombre de mages que nous avions à bord, ils s’essoufflaient finalement. En attendant, si nous essayions de tenter le transport aérien, les courants d’air seraient trop violents, et les montures volantes ne seraient donc pas utilisables. De plus, comme la terre était recouverte de neige, si nous n’utilisions pas des créatures comme les numoths, le transport terrestre serait difficile.

Il n’y a pas non plus de chasse-neige. S’il y avait quelque chose comme des traîneaux, nous pourrions glisser par-dessus la neige... Attendez, n’aurions-nous pas besoin de numoths pour tirer ces traîneaux ? ... Hm ? Glisser par-dessus la neige ?

C’est là que je m’étais souvenu de l’existence d’une certaine chose.

Plus tôt, en pensant aux utilisations du Petit Susumu Mark V, il y avait quelque chose que j’avais développé presque entièrement comme une blague.

Peut-être qu’avec ça... ? avais-je réfléchi. Je suppose que je vais essayer de contacter Genia.

Je ne savais pas encore comment ça se passerait, alors plutôt que de lui donner de faux espoirs, j’avais décidé de ne rien dire à Kuu et de contacter le château royal en secret.

☆☆☆

Partie 3

Quand l’après-midi avait commencé, les membres du groupe avaient commencé à se sentir beaucoup mieux, alors nous avions décidé de retourner dans la ville de Noblebeppu. C’était déjà le soir quand la promenade en calèche s’était terminée.

Kuu disait que nous ferions une autre fête ce soir, mais comme la plupart d’entre nous n’avaient pas complètement éliminé l’alcool d’hier soir de leur système, nous avons poliment refusé et décidé de laisser nos estomacs et nos foies reposer pour la nuit.

Le tremblement de la voiture avait aggravé la gueule de bois de Roroa, Hal et Kaede, alors ils étaient allés dans leurs chambres dès que nous étions arrivés à l’auberge, et s’étaient couchés sans dîner.

Aisha avait emmené Tomoe faire le tour de la ville la nuit. Apparemment, elles allaient regarder les commémorations.

Laissés pour compte, Juna et moi n’avions parlé de rien de vraiment important et nous nous étions détendus.

Finalement, alors que je pensais qu’il ne me restait plus qu’à prendre un bain dans les sources chaudes et m’endormir, Juna avait soudain dit : « Oh, je viens de me rappeler quelque chose que j’avais besoin de faire. Excuse-moi, » et elle quitta la pièce.

Elle avait des affaires à régler à cette heure-ci ?

Était-elle peut-être partie à la recherche d’Aisha et Tomoe ?

Ayant été abandonné et laissé tout seul, je n’avais rien à faire, alors j’avais décidé de prendre un bain. Cette auberge avait un grand bain en plein air alimenté avec de l’eau qui coulait librement et qui était divisée en deux parties, l’une pour les hommes et l’autre pour les femmes.

Je m’étais rincé à l’eau chaude, puis j’étais immédiatement allé me tremper dans le bain.

Normalement, je voudrais me laver d’abord, mais les nuits étaient froides ici, et comme c’est un bain en plein air, si je n’entrais pas rapidement, j’attrapais froid et de mauvaises choses arriveraient.

Alors que je m’enfonçais dans l’eau fumante avec l’air extérieur froid, mon corps avait l’impression qu’il fondait agréablement.

Nous étions les seuls clients de l’auberge maintenant, et Hal était à peu près la seule autre personne qui pouvait venir du côté des hommes, alors j’avais pu me détendre sans avoir à me soucier des autres.

Ouf, il fait si chaud, pensai-je.

L’eau s’était infiltrée dans mon corps, emportant la fatigue que j’avais accumulée en voyageant.

En me penchant sur le bord du bain, je fredonnais la chanson des sources chaudes de Noboribetsu quand j’avais entendu quelqu’un marcher derrière moi.

Ce n’était pas depuis la direction du bain des femmes. Dans ce cas, Hal s’était-il réveillé et était-il venu au bain ?

Je pensais qu’en me retournant, mais...

Whouh !?

Il y avait Juna, nue qui se tenait derrière moi.

Dans sa main droite, elle avait un plateau et dans sa main gauche, elle tenait une serviette qui la couvrait à peine. Sa peau légèrement rouge et sa silhouette courbée et féminine s’étaient gravées dans mon esprit.

 

 

J’étais encore abasourdi par cet événement soudain lorsque Juna avait déposé le plateau et avait commencé à se verser de l’eau chaude dessus.

« Excuse-moi de me mettre à côté de toi, » déclara-t-elle en entrant dans le bain. Puis elle s’était assise si près de moi que nos épaules se touchaient. Sa chair blanche et douce était juste à côté de moi.

Une fois qu’elle s’était submergée avec de l’eau jusqu’aux épaules, elle avait relâché son souffle. « Ouf ! »

Ce soupir sexy m’avait finalement ramené à la raison. « E-Euh... Juna ? C’est le bain des hommes, le réalises-tu ? »

« J’ai demandé à l’aubergiste de nous le réserver pour une heure environ. Donc c’est bon, » déclara Juna.

Maintenant qu’elle en avait parlé, Roroa disait qu’il y avait un tel système.

« Non, mais c’est quand même gênant..., » déclarai-je.

« Heehee ! Où est le mal ? Après tout, nous sommes un couple, » alors qu’elle disait ça, Juna s’appuya contre moi. « Alors, s’il te plaît, n’hésite pas à m’appeler par un petit nom maintenant, chéri. On est seuls, alors je ne veux pas que tu sois si formel. »

« Mais avec toi, être poli semble naturel. » Avais-je objecté. J’avais quand même essayé de me détendre, comme elle le voulait. Hmm, ouais, c’était embarrassant. « En fait, je dois essayer activement de parler moins formellement. »

« Je pense qu’en ce qui concerne nos positions, il est tout à fait naturel que tu t’exprimes de manière informelle, » m’avait-elle dit. « Je sais que tu as dit que tu te sentais tendu avec les femmes plus âgées, mais tu appelles ma grand-mère Excel, n’est-ce pas ? »

« C’est parce que j’ai le sentiment plus fort qu’Excel est ma vassale. Je dois dire clairement qui est le maître en tout temps, sinon cette femme va me faire marcher sur les rotules. Mais avec toi, j’ai envie d’être très poli. Naturellement, ce n’est pas une tentative de te mettre à l’écart de mes autres fiancées ou quelque chose dans le genre. Tu es comme ma femme plus âgée qui est fiable. »

« Heehee ! Est-ce ce que je suis ? » Juna m’avait regardé avec un sourire calme alors que je faisais de mon mieux pour m’expliquer.

Juna avait tiré sur le plateau qu’elle avait apporté. Le plateau avait deux petits verres et une bouteille jaune pâle.

Elle m’avait donné l’un des verres et m’avait tendu la bouteille pour que je puisse voir. « D’abord, un verre. »

« Est-ce alcoolisé ? » demandai-je.

« Non. Vu ce qui s’est passé hier soir, j’ai opté pour du jus de fruits à la place. Ce jus est fait par presque le même procédé qu’un vin de cerise que Leporina dit aimer. Il semble que la seule différence soit d’ajouter de l’eau ou de l’alcool au sirop produit, » répondit Juna.

Alors qu’elle faisait cette explication, Juna m’avait versé un verre.

Alors que c’était du jus, cela ressemblait à de l’alcool, alors j’avais versé la boisson de Juna pour elle en réponse, comme le voulait la courtoisie habituelle.

Finalement, après m’être habitué à la vue de la peau blanche de Juna... eh bien, je n’étais pas fatigué de le voir, bien sûr, j’étais juste capable de me contrôler un peu mieux... nous avions porté un toast.

Puis, alors que nous trempions ensemble dans le bain, nous avions bu ensemble, le jus prenant la place du vin.

Pendant ce temps, je n’avais pas pu m’empêcher de jeter un coup d’œil à ces courbes qui étaient plus grosses que celle de Liscia. Sa peau mouillée possédait une brillance lustrée.

Juna l’avait remarqué, bien sûr. « Heehee ! Tu peux y aller et regarder. »

« S’il te plaît... ménage-moi, » murmurai-je.

Le jus n’aurait pas dû contenir d’alcool, mais j’avais la tête qui tournait. J’allais avoir des vertiges à cause de la chaleur en un rien de temps. Il y avait une bataille épique entre la luxure et la raison dans ma tête.

« Penses-tu à quelque chose ? » demanda soudain Juna.

J’étais sur les nerfs, pensant qu’elle avait réalisé à quel point ma tête était pleine de pensées lubriques en ce moment, mais Juna avait un regard sérieux dans ses yeux.

« Depuis le barbecue sur la plage, tu as quelque chose en tête. Aujourd’hui aussi... ton esprit semblait être ailleurs, » déclara Juna.

« Tu as remarqué ça, hein ? » demandai-je.

C’était vrai, j’avais quelque chose en tête depuis le barbecue. Non, il serait plus approprié de dire que j’étais confus à ce sujet.

Juna appuya sa tête sur mon épaule et me parla avec les yeux baissés. « Ça ne sert à rien de me dire ce que c’est. Cependant, si le fait de le dire à quelqu’un peut te rassurer, s’il te plaît, chéri, ne supporte pas le fardeau tout seul. Tu as des partenaires, y compris moi, avec qui tu peux tout partager. »

« Juna..., » déclarai-je.

De toutes mes fiancées, Juna était celle qui prenait toujours un peu de recul pour avoir une vue d’ensemble. Il était juste de dire qu’elle était la meilleure de toutes lorsqu’il s’agissait de faire preuve d’une grande attention. C’est pour ça qu’elle pouvait facilement percevoir les soucis que je croyais cacher.

Puis Juna avait pris un ton maussade comme une fille triste. « Je pensais que tu me le dirais de toi-même une fois qu’on serait seuls, tu vois ? Malgré cela, tu n’as rien dit. C’est pour ça que j’ai fait en sorte qu’on soit ensemble comme ça. Dans un endroit où rien n’est caché, j’ai pensé que tu pourrais aussi me dévoiler ton cœur. »

« Tu as tout fait avec ça en tête, hein ? » avais-je commenté. « Je ne suis vraiment pas de taille face à toi... »

« Heehee. »

Elle était mignonne quand elle boudait, alors je lui avais caressé le visage, et elle m’avait fait un sourire heureux. Elle avait tout vu, mais voir le sourire de Juna avait effacé toute frustration que j’avais à ce sujet.

C’est pourquoi j’avais révélé ce qui me concernait.

« Juna... Que penses-tu de Kuu ? » demandai-je.

« Sire Kuu ? Il a l’air un peu turbulent, mais je le trouve comme étant un jeune homme affable, » déclara-t-elle.

« Oui, » avais-je hoché la tête. « Il a lui aussi un mystérieux pouvoir d’attraction. Il sera un bon chef un jour, j’en suis sûr. S’il était expansionniste, il serait un ennemi que nous ne pouvons nous permettre de sous-estimer, mais Kuu est satisfait du développement interne. C’est le genre de dirigeant que je voudrais voir chez un voisin. »

« Cependant, rien de tout ça n’a l’air mauvais. » Juna inclina la tête sur le côté.

C’était vrai, ce n’était pas mal.

« S’il devient mon ami sous serment, il n’y a personne de plus fiable, » déclarai-je. « Avec le problème de la pêche illégale avec l’Union de l’Archipel du Dragon à Neuf Têtes à l’Est, l’Union des Nations de l’Est aux prises avec le Domaine du Seigneur Démon au Nord, l’imprévisible État Mercenaire de Zem et l’État Théocratique de l’Orthodoxie Lunarien à l’Ouest, cela serait beaucoup plus facile si on pouvait avoir, au moins au Sud Ouest, des relations amiables avec la République de Turgis. Cela nous donnerait aussi un lien terrestre avec notre allié secret, l’Empire du Gran Chaos. »

Elle écoutait en silence.

« Cependant, nous n’avons pas encore formé d’alliance. J’en ai trop appris sur Kuu avant que ça n’arrive, » déclarai-je.

J’avais regardé dans le verre que j’avais à la main.

« Quand nous buvions avec Kuu, Taru, Leporina et les autres habitants de ce pays et que nous agissions comme des idiots, c’était amusant. C’était amusant, mais j’ai aussi eu une autre idée. Si c’était le cas, pourrais-je me faire des ennemis de ces individus ? »

« Ennemis... ? » L’expression de Juna s’était assombrie.

Pourquoi ça viendrait ? Son visage semblait demander.

« Je pense que Kuu est un gars sympathique, » déclarai-je. « Mais en plus d’être un être humain, je suis également le représentant d’une nation. Je dois penser séparément à mes préférences en tant que personne et à mes préférences en tant que pays. »

« Est-ce parce que nous n’avons pas encore noué de relations cordiales avec la République de Turgis ? » demanda Juna.

« Si la République de Turgis devenait hostile à l’avenir, pourrais-je combattre le pays où vivent Kuu et son peuple... ? C’est à ça que je pensais, » déclarai-je.

Il s’agissait du vague souci que je ressentais.

« Lorsque j’ai décidé d’ouvrir les hostilités avec Amidonia, les plans de l’ennemi étaient déjà en marche, et c’était une situation de tuer ou être tué. C’est pourquoi j’ai décidé d’aller dans cette guerre. Mais si j’avais su qu’il y avait des gens comme Roroa, Colbert et Margarita avant le début de la guerre, aurais-je pu prendre cette décision ? Même quand ça pourrait signifier perdre Roroa et les autres ? »

Elle était silencieuse.

« C’est la même chose cette fois-ci, » déclarai-je. « Si la république s’oppose à moi, ce sont mes vassaux et mon peuple, qui souffriront si je suis trop lent à décider. Sachant cela, puis-je encore me résoudre à le faire ? Je me suis peut-être trop attaché à Kuu et à ses amis. Je me sens inquiet, en pensant ça. »

Maintenant que j’avais révélé mes sentiments, Juna posa sa main sur ma joue.

« Juna ? » demandai-je.

« Je suis sûre que tu prendras la bonne décision, chéri. » Sa voix était infiniment calme et douce.

Puis Juna avait enroulé son bras autour du cou et m’avait serré contre elle. Surpris par la soudaineté de la chose, j’avais laissé tomber mon verre dans le bain. Mon bras gauche était enveloppé d’une douce sensation.

« Whoa, Juna !? »

« Je suis sûre que tu vas te débattre avec la décision. Tu le regretteras peut-être même par la suite, » chuchota Juna à mon oreille. « Cependant, même avec l’hésitation et le regret, tu es le genre d’homme qui fait ce qu’il a à faire. Je t’ai observé pendant tout ce temps. Je connais tes forces et tes faiblesses. Peu importe comment ton cœur crie que tu ne veux pas te battre, tu es le genre de personne qui peut se battre au besoin. »

J’étais silencieux.

« Si le choix te déchire le cœur, dis-le-nous. Nous porterons ensemble tes réticences, tes regrets et tes péchés comme une famille. Heehee ! Tu as cinq futures épouses, alors divisons-le en six parts égales ? » déclara Juna en me taquinant sur la dernière partie.

J’avais l’impression que mon cœur était un peu plus léger maintenant.

« Merci, Juna, » déclarai-je.

« Heehee ! Et aussi, le fait de penser à combattre la République de Turgis maintenant, c’est comme si tu t’inquiètes si un rocher pouvait rouler sur une montagne lointaine. Si tu fais ça, tu pourrais trébucher sur les rochers à tes pieds, tu sais ? »

« Hahahahaha, c’est vrai, » déclarai-je.

En regardant au loin, je trébuchais sur ce qui était à mes pieds, hein ? Elle avait tellement raison.

Plutôt que de penser à ce qu’il faut faire s’ils devenaient hostiles à mon égard, il valait mieux pour l’instant réfléchir à la façon d’empêcher que cela ne se produise. Si je ne voulais pas les combattre, c’était encore plus vrai. Oui... J’avais un but maintenant.

« Pour forger une alliance formelle, j’ai besoin de montrer un “gain” à tirer de l’établissement de relations amicales avec nous, et une “menace” afin de les faire hésiter à s’opposer à nous, » disais-je. « Je dois faire comprendre au père de Kuu que notre pays pourrait être un allié précieux, mais aussi un ennemi terrifiant. »

« Gain et menace, n’est-ce pas ? » déclara-t-elle. « Mais comment vas-tu faire ça ? Tu ne peux pas prévoir d’amener nos militaires à la réunion, n’est-ce pas ? »

« Ne t’inquiète pas. J’ai un certain nombre d’idées, » déclarai-je.

Contrairement à avant, mon esprit fonctionnait correctement maintenant.

C’était bien qu’au lieu de craindre qu’ils ne deviennent hostiles, je puisse maintenant décider de faire tout ce qu’il fallait pour les empêcher de le devenir. C’était grâce à Juna.

« Merci, Juna, » déclarai-je. « Grâce à toi, je pense que le chemin... Hein ? »

Soudain, ma vision s’était brouillée. Le monde tournait. Oh, merde, c’était vraiment mauvais.

« C-Chéri ? »

J’avais l’impression que j’avais des vertiges à cause de la chaleur. Maintenant que j’y pense, j’étais déjà dans mon bain bien avant l’arrivée de Juna.

La dernière chose que j’avais vue dans le monde qui tournait, c’était la peau blanche de Juna, et puis j’avais perdu connaissance.

 

☆☆☆

 

Quand je m’étais réveillé, j’étais sur le lit dans la chambre où je logeais.

Euh... Je me suis évanoui dans les sources chaudes, non ?

Je n’étais... pas nue maintenant.

Juna m’avait-elle porté et habillé ?

J’avais senti une légère brise sur mon visage. Alors que je regardais à côté de moi, Juna était assise sur le bord du lit et m'éventait.

« Juna ? » lui avais-je demandé.

« Oh, tu es revenu à toi ? » déclara Juna avec un regard de soulagement. « Tu t’es évanoui dans la source chaude, alors j’ai demandé au personnel de l’auberge de m’aider à te ramener dans ta chambre. Après tout, l’air extérieur était trop froid pour te sortir de la source et t’y soigner. »

« Je suis désolé. C’était embarrassant de ma part, » déclarai-je.

« Ne t’inquiète pas pour ça. Ça m’a donné l’occasion de regarder ton corps. » Juna avait levé la main sur sa joue et avait souri malicieusement.

Argh... Même si c’était dans les sources chaudes, j’étais vraiment gêné de penser qu’elle m’avait vu autant alors que j’étais inconscient.

Comme si elle avait compris mes sentiments les plus profonds, Juna avait ri. « Au fait, est-ce qu’on en revient déjà à ta manière d’être si poli avec moi ? »

« Ahh... Ouais, c’est plus naturel, » déclarai-je.

« Je vois, » déclara-t-elle. « Alors, détends-toi avec moi quand il n’y a que nous deux seuls. »

« C’est embarrassant de te voir le dire comme ça, mais... faisons-le, » déclarai-je.

Parler différemment quand on était seuls. J’avais pensé que ça pourrait aller.

« Au fait, Aisha et les autres sont-elles déjà rentrées ? » demandai-je.

« Non, pas encore. Tu n’es sorti de là que depuis dix minutes, » déclara-t-elle.

« J’étais... ? » demandai-je.

« Oui. Oui. Pour qu’on puisse faire des choses comme ça, » déclara-t-elle.

Juna se pencha vers moi, brossant ses beaux cheveux bleus, et elle pressa ses lèvres contre les miennes. Puis elle avait retiré son visage vers l’arrière et avait gloussé.

« On garde le fait qu’on a pris un bain ensemble. Cela sera notre petit secret pour un moment, d’accord ? » demanda Juna.

« Hein ? » demandai-je.

« Si Aisha et Roroa en entendent parler, je suis sûre qu’elles seront jalouses et qu’elles voudront se joindre à toi. Je veux que tu puisses te reposer, chéri, » déclara Juna.

J’avais compris ce qu’elle voulait dire. Donc, pour l’instant au moins, que ce soit notre secret.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire