Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 7 – Après le retour au pays 5

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Après le retour au pays : Arc – 5 : Festival commémoratif

☆☆☆

Après le retour au pays : Arc – 5 : Festival commémoratif

Partie 1

— À la fin du 8e mois, 1 547e année du Calendrier Continental —

C’était arrivé à la Capitale royale de Parnam, un jour où la chaleur estivale était encore loin de s’estomper, dans la grande salle du château de Parnam où travaillaient les bureaucrates qui s’occupaient des finances (alias la salle des finances).

Dans un coin de cette pièce se trouvait un ensemble de canapés dans une aire de réception, actuellement occupés par Roroa Amidonia, l’ancienne princesse d’Amidonia, qui était maintenant candidate pour devenir la troisième reine primaire de Souma, et le ministre des Finances Gatsby Colbert. Les deux affichaient des regards durs.

Un certain nombre de documents se trouvaient sur la table entre eux. Ces documents étaient à l’origine de leurs maux de tête actuels.

« Qu’est-ce qu’on va faire, princesse ? » demanda Colbert.

« Il n’y a rien qu’on puisse faire, » déclara Roroa en se penchant en arrière dans le canapé et en levant les yeux vers le plafond. Elle avait l’air déprimée alors que Roroa était toujours joyeuse en temps normal. « Bien sûr, j’ai dit : “Si l’un de vous a un festival intéressant à partager, n’hésitez pas à nous le faire savoir”. J’ai aussi dit aux bureaucrates de trouver des idées d’événements qui pourraient faire bouger l’argent. Mais quand même... celui-là n’est-il pas un peu mauvais ? »

Roroa regarda les mots écrits sur le document qu’elle avait pris avec un visage qui semblait avoir mordu dans quelque chose de désagréable.

Colbert ressentait exactement la même chose. « Vous avez raison. Si c’est mal fait, cet événement pourrait causer un problème majeur qui ébranlerait les fondations de notre pays. »

« Je sais, n’est-ce pas ? Franchement ! Les festivals sont censés servir à relancer l’économie, alors je veux des idées plus amusantes, » déclara Roroa.

Tandis que Roroa s’affaissait et soupirait, Colbert sympathisait. Il était son associé depuis qu’ils étaient dans la Principauté d’Amidonia, et était également un expert en matière économique, donc il savait exactement comment elle se sentait.

« Alors... on ignore celui-là ? » demanda-t-il.

Les paroles prévenantes de Colbert firent hésiter Roroa un moment, mais elle finit par se résigner et secoua la tête tranquillement.

« Impossible, j’en ai peur. Il a recueilli un bon nombre de signatures, n’est-ce pas ? J’aurais peur de l’ignorer, » déclara Roroa.

« ... C’est vrai, » répondit Colbert.

« De plus, si nous nous laissons décider en dernier ressort, vous ou moi, si nous finissons par faire un événement ou non, cela risque de nous attirer des ennuis inutiles. Nos positions étant ce qu’elles sont, » ajouta Roroa en se moquant de lui-même.

Incapable de la surveiller plus longtemps, Colbert s’était remonté le moral et avait dit : « Je pense qu’il est préférable de consulter Sa Majesté dans le cas présent. »

« Va-t-on faire en sorte que mon Chéri soit pris dans ce problème ? ... Je ne veux pas..., » déclara Roroa.

« Eh bien ! Si nous voulons mener à bien ce projet, nous aurons besoin de l’autorisation de Sa Majesté, quoi qu’il arrive. Ce n’est qu’une question de savoir si cela se produira plus tôt que tard, » déclara Colbert.

« Oui, tu as raison, mais... c’est moi qui vais lui en parler, et c’est comme ça que je vais faire se sentir mon Chéri... Ne finira-t-il pas par penser que je suis une femme lui causant que des problèmes ? » demanda Roroa.

Les inquiétudes de Roroa s’étaient, à un moment donné, transformées en celles d’une adolescente.

Même avec son sens financier unique, et même si elle pouvait prendre des décisions qui décidaient du sort de la principauté, Roroa était encore une jeune fille de 17 ans. C’était normal qu’elle s’inquiète de la façon dont l’homme qu’elle aimait la voyait.

Pour Colbert, qui voyait Roroa comme une petite sœur, son attitude lui avait fait venir un sourire sur le visage. « D’après ce que je sais de Sa Majesté, il ne vous maltraitera pas pour quelque chose d’aussi petit que ça, princesse. »

« Le penses-tu vraiment ? » demanda Roroa.

« Si vous voulez, je peux moi-même en parler avec lui, » déclara Colbert.

« ... Je pense que je dois moi-même le faire, » déclara Roroa.

Roroa avait pris sa décision, s’était levée, s’était résolue et était allée voir Souma.

Alors qu’il la regardait partir, Colbert l’acclamait dans son cœur.

☆☆☆

« Le “Festival Commémoratif de Gaius” ? » avais-je répété.

Roroa était silencieuse.

Aujourd’hui, comme d’habitude, je m’occupais encore de mes papiers au bureau des affaires gouvernementales lorsque Roroa était arrivée et m’avait présenté un document de quelques pages.

Tout en pensant que la Roroa, habituellement énergique, semblait terriblement réservée aujourd’hui, mon regard était tombé sur les documents, et... il y avait le titre « Ébauche de proposition pour le Festival Commémoratif de Gaius ».

Gaius... hein.

Par Gaius... ça veut dire Gaius VIII, non ? me demandai-je.

Gaius VIII. L’homme qui était le père de Roroa, ainsi que le Prince d’Amidonia.

La Principauté d’Amidonia avait perdu plus de la moitié de son territoire dans une guerre avec l’avant-dernier roi. Pour se venger de cette humiliation, Gaius avait commencé à semer le trouble à l’intérieur du royaume et à chercher une occasion de se venger.

Puis, alors que j’étais en désaccord avec l’ancien général de l’armée, Georg Carmine, Gaius avait vu sa chance et mené les forces de la principauté en envahissant le royaume.

Les forces de la principauté avaient traversé les montagnes d’Ursula, notre frontière sud-ouest avec elles, et assiégé la ville centrale de la région céréalière du sud, Altomura. Gaius avait l’intention de prendre Altomura pendant que Georg et moi nous battions, et d’annexer la région céréalière environnante à son pays. J’en étais sûr.

Cependant, c’était un piège qu’Hakuya avait tendu en utilisant une fausse insurrection de Georg pour attirer Gaius hors de son pays. Afin d’éradiquer les fauteurs de troubles de l’intérieur du royaume, nous avions d’abord dû réduire l’influence de leurs partisans dans la famille princière d’Amidonia.

Après avoir mis fin à la fausse insurrection de Georg et aligné les trois ducs, nous avions immédiatement déclaré la guerre à la principauté.

Puis, faisant croire que j’allais lancer une invasion éclair de Van, la capitale de la principauté, j’avais attendu les forces de la principauté qui s’étaient retirées pour défendre leur capitale dans une plaine près de Van.

Puis, finalement, les forces du royaume et de la principauté s’étaient affrontées à l’extérieur de Van.

En regardant le résultat, les forces les plus nombreuses du royaume avaient vaincu les forces de la principauté qui étaient épuisées par leur retraite, mais les forces de Gaius avaient fait preuve d’un sérieux courage dans la bataille.

Même avec les forces de la principauté dans un état d’effondrement total, Gaius et ses plus proches serviteurs avaient lancé une attaque suicide pour permettre au prince héritier Julius de s’échapper, et s’étaient rapprochés du camp principal du royaume, avec moi dedans.

En raison de ma situation extrême, je m’étais forcé à jouer le rôle de « roi » si profondément à cette époque que je n’avais rien ressenti, mais... en y repensant maintenant, cela me faisait frissonner.

Finalement, grâce à l’aide de Carla et à un certain nombre d’autres facteurs, la lame de la vengeance de Gaius ne m’avait jamais atteint.

Gaius était tombé sur le champ de bataille, et j’avais survécu sans autre incident. Mais un faux pas, et c’était moi qui y serais mort.

Gaius était devenu proche d’un dieu féroce du champ de bataille à ce moment-là pour me faire croire qu’il en était vraiment un.

Organisez un festival commémoratif pour ce Gaius... hein, pensai-je.

Alors que j’avais encore l’air pensif, Roroa ouvrit la bouche, semblant avoir rassemblé sa détermination. « Il a recueilli un bon nombre de signatures dans la région d’Amidonia. Dans un mois, cela fera un an que la bataille près de Van aura eu lieu, n’est-ce pas ? Ils disent qu’ils aimeraient avoir un mémorial pour tous les soldats de la Principauté qui y sont morts. »

« Si un an s’est écoulé depuis cette bataille... alors c’est le premier anniversaire de leur mort, » déclarai-je lentement.

Roroa était silencieuse.

Cela signifiait que ce serait le premier anniversaire de la mort du père de Roroa.

J’avais été forcé de tuer le père de Roroa pour le bien du royaume. C’était arrivé sur le champ de bataille, et elle ne l’avait jamais aimé au départ, alors Roroa disait souvent de ne pas me sentir troublé pour ça, mais... quand même, cela me laissait un sentiment désagréable en moi.

J’avais déjà pensé à Roroa comme à quelqu’un de ma famille. Quoi qu’il arrive, je devais protéger ma famille.

J’avais l’impression d’être arrivé si loin avec cette croyance comme base de ma foi.

Cependant... J’avais tué un membre de ma famille. C’était un fait qui ne disparaîtrait jamais.

Peut-être qu’elle s’était inquiétée de mon silence, parce que Roroa avait commencé à parler avec une gaieté forcée.

« Celui-ci m’a vraiment vaincue. Même moi, je ne sais pas quoi faire. Organiser un tel événement risque d’enflammer leur esprit patriotique. Mais maintenant que nous avons demandé des propositions d’événements, nous devons aller de l’avant. Après ça, il y a ma position en tant qu’ex-princesse d’Amidonia à laquelle je dois penser. Si je l’ignore, ça pourrait causer encore plus de réactions négatives. »

Roroa parlait vite, d’une chose après l’autre. Sa loquacité devait être une représentation de son malaise.

Elle craignait probablement qu’en suggérant qu’elle agissait en tant qu’ancienne princesse d’Amidonia, elle ne cause des désaccords dans sa relation avec Liscia et moi. Ses yeux frémissaient de malaise.

Je ne pouvais pas lui en vouloir. Elle était coincée entre sa famille qui était du côté du Royaume d’Elfrieden et le peuple de la Principauté d’Amidonia qui la considérait encore comme leur princesse.

Je ne peux pas laisser Roroa ressembler à ça pour toujours..., pensai-je.

Je voulais que Roroa se remette à rire comme sa gaieté des fois irritante.

« Bien sûr, je ne vois pas pourquoi refuser. Faisons ce Festival Commémoratif de Gaius. » J’avais posé la paperasse, j’avais fait comme si de rien n’était et j’avais souri pour Roroa.

Le visage de Roroa, qui avait été un peu abattu, se leva et ses yeux s’élargirent. « Hein !? Le penses-tu vraiment !? »

« Le nom est probablement très bien comme il est, » déclarai-je. « Mais ne le considérons pas seulement comme un mémorial pour le peuple de la principauté, mais pour tous ceux qui sont morts pendant la guerre. Après tout, il y a eu bien plus que quelques pertes du côté d’Elfrieden lorsque les forces de la principauté ont envahi le pays. Transformez-le en un événement qui honore tous les morts de la guerre, s’il te plaît. »

« C’est très bien, mais... vraiment ? C’est vraiment correct ? » Roroa avait encore l’air inquiète. « Mon père... Gaius VIII était un ennemi du royaume, n’est-ce pas ? »

Je m’étais levé de ma chaise et je m’étais tenu devant Roroa. J’avais posé une main sur sa tête alors qu’elle me regardait avec incertitude, et j’avais un peu décoiffé ses cheveux.

« Whoa, chéri, pas si brutal, » avait-elle protesté.

« Quand tu agis d’une manière si réservée, ça me déséquilibre. Je parie que tu t’es dit : “Je ne veux pas qu’il me déteste à cause de la situation gênante de la Principauté”, ou quelque chose comme ça, non ? » demandai-je.

« Ah ! »

J’avais l’air d’avoir touché dans le mile. Roroa cligna des deux à plusieurs reprises.

J’avais soupiré. « Il n’y a pas de raison de s’inquiéter comme ça. Liscia et les autres vont s’énerver si tu agis ainsi, tu sais ? »

« Je suis ta fiancée, chéri ! C’est normal que je m’inquiète ! » déclara Roroa.

« Mais si vos positions étaient inversées, ne serais-tu pas aussi en colère ? » lui avais-je demandé.

Roroa s’était calmée, alors je lui avais tapoté la tête à nouveau, plus doucement cette fois-ci.

« Tu n’as pas à t’inquiéter. Il n’était pas si rare dans mon pays de vénérer ceux que nous avons vaincus à la guerre en tant que dieux après leur mort. »

« Ça ne l’était pas ? » demanda-t-elle avec inquiétude.

« Ouais. Parce que les vaincus sont rancuniers et regrettent quand ils meurent. Afin d’éviter d’être maudits par de telles choses, nous décidons d’apaiser leurs esprits courroucés, les enchâssant comme les divinités protectrices de cette terre, » répondis-je.

Kunitsukami qui avait été vaincu par Amatsukami, Sugawara no Michizane qui avait été chassé de la capitale, Taira no Masakado qui avait eu des rêves pour la région du Kanto et avait été vaincu... C’était peut-être l’amour de mon pays pour une bonne histoire de perdants, mais ceux qui avaient fait de leur mieux et qui avaient échoué étaient vénérés comme des dieux et des divinités protectrices.

Bien sûr, c’était aussi un froid calcul. Ils l’avaient fait pour réconforter leurs âmes tragiques et éviter d’être maudits par leurs rancunes.

Quand je l’avais expliqué, Roroa avait cligné des yeux par surprise. « J’y pensais déjà quand on a eu des problèmes avec l’Orthodoxie Lunaire, mais chéri, ton pays avait une vision très vague de la religion. C’est terriblement laïque, on pourrait dire... »

« Les croyances et les festivals ne sont-ils pas comme ça par nature ? » lui avais-je demandé. « Je pense que les fêtes commémoratives sont plus pour les personnes qui vivent que pour les morts, afin de compenser la tristesse de perdre quelqu’un de précieux pour nous, ou pour nous permettre de l’accepter et de passer à autre chose. »

« ... Ouais. Tu as peut-être raison à ce sujet, » déclara Roroa.

Roroa m’avait finalement fait un sourire. Puis, ayant peut-être réussi à se mettre dans un nouvel état d’esprit, elle avait pris un visage qui combinait son charme habituel avec la ruse d’un commerçant.

« Dans ce cas, mon chéri, puisque tu es d’accord pour approuver le Festival Commémoratif, si on doit le faire, faisons de cet événement un grand spectacle. C’est pour ça qu’on recueillait des propositions. J’aimerais que beaucoup de gens se rassemblent pour ça et lâche de l’argent, » déclara Roroa.

Roroa avait souri comme si elle était une enfant qui me harcelait pour quelque chose.

Cela ressemblait beaucoup à Roroa de commencer une négociation d’affaires dès qu’elle s’était mise dans un nouvel état d’esprit. Je me sentais un peu irrité, mais... c’était mieux que de la voir déprimée.

« Un festival commémoratif qui a un spectacle, hein..., » en entendant cela, je m’étais souvenu de l’un d’eux dans l’autre monde. « Et si on faisait “Tourou Nagashi” ? »

« Toronagashi ? » Roroa inclina la tête sur le côté.

Je garderai le secret sur le fait que j’ai pensé que c’était mignon quand elle a fait ça, pensai-je.

« C’est une façon de renvoyer les morts par le feu. Dans mon monde, le rivage des mers et des fleuves était associé à la mort. Comme la rivière Sanzu qui séparait ce monde de l’autre..., » répondis-je.

« Ohh. On a aussi cette idée dans ce monde. Il y a un grand fleuve entre ce monde et l’autre, et tu as besoin d’un passeur pour t’y emmener, » déclara Roroa.

Ohh, c’était pareil dans ce monde aussi, hein ? Si je me souviens bien, les associations « eau = mort » et « bord de l’eau = frontière entre la vie et la mort » existaient en Orient et en Occident dans l’autre monde. On aurait dit que c’était pareil ici.

Étonnamment, cela pourrait être une compréhension fondamentale que tous les êtres vivants avaient.

« Le Tourou Nagashi consiste à laisser dériver des bateaux avec des offrandes sur le fleuve, qui est associé à la mort, pour réconforter les esprits, » expliquai-je. « J’ai l’impression que c’est un fantasme de voir toutes ces lumières descendre lentement la rivière. »

« Wôw, ça a l’air joli, même rien qu’en t’écoutant en parler ! » s’exclama Roroa.

Puis Roroa avait saisi la main que j’avais posée sur sa tête avec ses deux mains.

« Je prends cette idée ! Faisons ce truc de Toh-roh Nagashi au Festival Commémoratif ! Maintenant que c’est décidé, je ne peux pas perdre mon temps ici ! Je vais demander à Monsieur Colbert de vérifier les chiffres ! »

Après avoir dit ça, Roroa s’était mise à quitter la pièce... et s’arrêta à la porte.

Puis, retournant tout son corps, elle m’avait fait un doux sourire.

« ... Merci, chéri, » dit-elle d’une voix enjouée. Puis elle s’était mise à courir hors de la pièce avec vigueur.

Contrairement à son arrivée, je pouvais entendre ses bruits de pas qui résonnaient au loin.

« C’est comme ça que j’aime, ma Roroa..., » murmurai-je.

Ses bruits de pas résonnaient comme une représentation de son énergie, et je les aimais.

☆☆☆

Partie 2

Ayant pris sa décision, Roroa avait agi vite.

Elle avait immédiatement préparé un budget avec Colbert et avait commencé à organiser le festival commémoratif.

Pendant ce temps, j’étais occupé avec mes tâches politiques, alors la seule chose que j’avais faite pour le festival commémoratif avait été de persuader Hakuya qu’il n’y avait rien de mal à honorer Gaius, notre ancien ennemi.

C’est pourquoi j’avais laissé la plupart des préparatifs à Roroa et à son peuple.

... Maintenant que j’y pense, c’était peut-être une erreur.

 

— Au milieu du 9e mois, 1 547e année du Calendrier Continental —

 

J’avais cligné des yeux et regardé fixement. « Qu’est-ce que c’est que ça... ? »

Nous étions au bord d’une grande rivière près de Van, la capitale de l’ancienne Principauté d’Amidonia.

En regardant la flotte sur cette grande rivière, j’avais chuchoté cela malgré moi.

Il n’était pas exagéré d’appeler ça une flotte. Il y avait des dizaines de petits bateaux rapides décorés dans de magnifiques couleurs, et ils brillaient de mille feux sur la rivière du soir.

« Quoi ? C’est le Toh-roh Nagashi, non ? » Roroa m’avait demandé avec un regard sans émotion. « Les bateaux avec des lanternes sur eux flottent dans la rivière, comme tu disais, chéri. »

« Non, non, c’est beaucoup trop gros... Oups. Je n’ai jamais rien dit sur la taille, n’est-ce pas ? » demandai-je.

Je lui avais seulement dit d’envoyer des bateaux avec des lanternes sur la rivière. Je voulais dire des bateaux d’une taille que l’on pouvait transporter dans ses mains, mais d’après ce que j’avais expliqué, je ne pouvais pas lui en vouloir de penser que je parlais de vrais bateaux.

Cependant, quand ils étaient rendus à cette taille, ce n’était plus Tourou Nagashi, et c’était plus près d’un autre événement appelé Shourou Nagashi, ou la procession du bateau spirituel, celle de la célèbre chanson de Masashi Sada que mon grand-père aimait bien. Le bateau spirituel de Nagasaki était déplacé sur la terre ferme, mais j’avais entendu dire qu’il y a des endroits où il était envoyé sur une rivière.

Oui... J’avais entendu de drôles d’histoires de gens qui avaient entendu la chanson Shourou Nagashi et qui pensaient que c’était à propos de Tourou Nagashi, mais je ne pensais pas voir le contraire.

« De plus, vous avez beaucoup travaillé sur le design de tous les bateaux, » avais-je ajouté.

Les petits bateaux rapides sur la rivière étaient tous peints dans des couleurs super voyantes. La plupart affichaient une sorte de motif. Certains ressemblaient à des bateaux vikings, tandis que d’autres étaient conçus comme Naden dans sa forme ryuu ou un pégase, et il y en avait même d’autres en forme de melons, de radis daikon, ou d’autres fruits et légumes. Il y avait même des bateaux avec des groupes de musique à bord, et ils jouaient tous des airs joyeux.

Le cortège de lumières et de musique joyeuse me rappelait le défilé électrique dans un parc d’attractions sur le thème du royaume.

« Ça a l’air vraiment amusant, mais ça ne ressemble pas à un festival commémoratif, » déclarai-je.

 

 

« Qu’est-ce que tu racontes ? » demanda Roroa avec un regard d’exaspération. « C’est en partie de ta faute si ça s’est passé comme ça, n’est-ce pas, chéri ? »

« Ma faute ? » demandai-je.

« C’est vrai. Quand tu as occupé Van, tu as enseigné aux habitants d’ici à quel point la liberté d’expression pouvait être amusante, n’est-ce pas ? Depuis, Van est une ville d’art, » déclara Roroa.

« C’est ce qu’on m’a dit. Je pensais que c’était mieux que le fait de s’opposer à ça, alors je n’y ai jamais vraiment pensé, cependant..., » déclarai-je.

« C’est pour cette raison qu’un grand nombre de jeunes artistes de tout le royaume se sont rassemblés ici. Cette flotte bizarre est le produit de la passion débordante de ces artistes, » expliqua Roroa.

« ... Vraiment ? »

Je n’aurais jamais pensé que ma politique aboutirait à ça.

Peu importe ce que nous faisions, il y avait toujours un résultat, bon ou mauvais, mais ce résultat n’était pas la fin. L’influence de ce que nous avions fait s’était poursuivie après le résultat. Cela continuerait tant qu’il y aurait des personnes pour faire des choses. Quand j’avais pensé cela, la scène bizarre devant moi me semblait émouvante.

« Si Gaius pouvait voir ça, il deviendrait fou de rage, » avais-je commenté.

« Mon père, oui, je parie qu’il le serait..., » déclara Roroa.

En nous souvenant du visage sévère de Gaius, Roroa et moi avions souri avec ironie.

Il m’avait fait craindre pour ma vie pendant nos combats, mais maintenant, il n’était resté que dans ma mémoire. L’ambiance était devenue un peu maussade, alors j’avais décidé de changer de sujet.

« C’est pour ça que tu as aussi préparé ce truc ? » demandai-je.

« Les autres sont tous super voyants, » déclara Roroa. « Veux-tu que le bateau qu’on conduit laisse aussi un choc ? »

« Mais... devrais-tu vraiment faire venir le Roroa Maru ? » lui demandai-je.

En effet. Nous étions actuellement sur le pont du navire de transport amphibie, le Roroa Maru.

Si nous avions continué à utiliser le Petit Susumu Mark V pour flotter au-dessus de l’eau tout le temps, les vagues qui en résulteraient causeraient des ravages sur les petits bateaux autour de nous, alors nous l’avions actuellement réglé au minimum nécessaire pour que la partie en caoutchouc qui tendait l’air soit tendue et soit sur la rive.

Il y avait un certain nombre de tables avec des plats délicieux disposés sur le pont, ainsi qu’un Joyau de Diffusion de la Voix pour transmettre mon discours d’ouverture.

« Nyahahaha, c’est à peu près ça, » déclara Roroa en riant joyeusement. « S’il faut que les soldats de la sécurité transportent un joyau à bord de toute façon, il vaut mieux avoir un gros navire. Ce sera aussi une bonne démonstration pour le vaisseau de transport amphibie. »

Roroa riait, mais Colbert, qui s’occupait des finances, devait se tenir la tête. Après tout, plus l’événement était voyant, plus il fallait de préparatifs pour le surveiller.

En haussant les épaules, j’avais regardé autour de moi.

Juna et Tomoe étaient à côté du bateau, s’amusant à montrer la flotte du doigt et à rire.

« Cette scène est comme un rêve, » murmura Juna.

« C’est vraiment joli, hein, Juna ? » Tomoe était d’accord.

Toutes les deux étaient debout là, lors d’une nuit où la chaleur persistante de l’été s’était dissipée, avec le fleuve sombre et de magnifiques bateaux en arrière-plan. Cette paire d’une belle femme et d’une jolie petite fille avait produit une très belle vue. Pendant ce temps, aux tables sur le pont...

« Munch, munch, munch, munch. »

« Nom, nom, nom, nom. »

Aisha et Naden dévoraient la nourriture sur les tables.

C’était la routine pour Aisha, mais Naden était aussi du genre à ne pas résister à la bonne bouffe. Elles étaient techniquement censées être mes gardes du corps, mais... Oh, eh bien, elles s’en sortiraient très bien.

En affichant un sourire ironique à ces deux-là, Roroa avait dit : « Mais, cela aurait été sympa si la Grande Sœur Cia avait aussi pu venir. »

« J’ai pensé à l’appeler, mais on ne peut pas l’obliger à en faire trop, » déclarai-je.

Le bébé dans le ventre de Liscia était apparemment en pleine croissance. Cependant, c’était une période cruciale, donc je ne voulais pas qu’elle voyage loin et qu’elle subisse un stress inutile.

« En outre, Liscia a insisté sur le fait que “Roroa est la star d’aujourd’hui, alors assure-toi d’être une bonne escorte pour elle”, dans sa lettre. Alors je vais m’assurer de rester avec toi tout le temps aujourd’hui, » déclarai-je.

« Nyahahaha, c’est bien dans le genre de Grande Sœur Cia, » Roroa portait un sourire ironique avec un peu de bonheur mélangé à ça. « Maintenant... Mon roi, que dirais-tu de faire ce spectacle tout de suite ? »

« On y va, ma princesse Roroa, » déclarai-je.

Et j’ai pris la main qu’elle m’a offerte.

 

« Bientôt, un an se sera écoulé depuis cette bataille. »

 

La voix de Souma résonnait de l’autre côté de la rivière choisie pour l’événement. Sur la scène installée à bord du Roroa Maru, Souma prononçait le discours d’ouverture du Festival commémoratif de Gaius dans son rôle de roi.

Roroa se tenait à côté de lui et restait à ses côtés.

Par leur présence harmonieuse, ils représentaient la solidarité entre le Royaume d’Elfrieden et la Principauté d’Amidonia, qui s’était unie pour ne former qu’un seul État.

Cette scène était diffusée dans tout le Royaume de Friedonia à l’aide du Joyau de Diffusion de la Voix. Souma avait poursuivi avec son discours.

 

« Les deux pays ont versé beaucoup de sang dans ce conflit et des vies ont été perdues. La paix que nous avons maintenant repose sur ces sacrifices. Pour ne pas l’oublier, nous avons décidé d’organiser ce Festival commémoratif de Gaius pour réfléchir sur la dignité de feu Sire Gaius. »

 

Souma s’arrêta un moment, stabilisant son souffle avant de continuer.

 

« Mais même maintenant, je m’en souviens. Dans la dernière étape de cette bataille, alors qu’il chargeait avec audace vers moi avec ses plus proches serviteurs, Sire Gaius a fait un acte d’héroïsme. Insensible et sincère. Ce sont des mots qui ont été faits pour décrire une personne comme lui. Bien qu’il ait été vaincu, il était une véritable manifestation de l’esprit du peuple amidonien. Permettez-moi de vous le dire. J’avais peur de Gaius VIII ! »

 

La rivière bruyante devint silencieuse. Tout le monde écoutait ce que Souma dirait.

 

« La façon dont il a lutté vers l’avant, poursuivant sa vengeance contre le royaume d’Elfrieden, l’a presque fait ressembler à une divinité féroce. Pour quelqu’un du royaume des Elfrieden, c’était une personne exceptionnellement difficile à affronter. Cependant, je ne peux pas rejeter sa ténacité sans réserve. C’est parce qu’il ne fait aucun doute que la ténacité était dans l’intérêt de son peuple. C’était pour faire s’élever la Principauté d’Amidonia. Pour un guerrier comme Sire Gaius, je suis sûr que c’était le seul moyen à sa disposition. »

 

« Ohh, Prince Gaius, » déclara l’une des personnes dans la foule.

« Votre vaillante silhouette est gravée dans mes yeux ! » s’écria un autre.

« Vous avez su garder votre fierté de guerrier ! Y a-t-il un plus grand bonheur ? » demanda un autre.

Les lamentations des anciens officiers de la principauté s’entendaient depuis les bateaux.

Les politiques de Gaius avaient donné la priorité au renforcement de l’armée, et elles n’avaient pas manqué de faire peser des fardeaux sur le peuple de la principauté, mais il y avait certainement encore ceux qui respectaient sa dignité.

Tout le monde avait ses bons et ses mauvais côtés. Il n’était plus parmi nous. Alors, pourquoi ne pas les laisser fermer les yeux sur ses fautes, et discuter avec affections de leurs bons souvenirs ? Il n’était pas nécessaire de continuer à le fouetter alors qu’il était déjà mort.

Sachant que c’était la partie la plus difficile, Souma avait haussé le ton dans sa voix.

 

« Alors, laissez-moi-le déclarer ici ! Que la rancune de la famille princière ainsi que celle de Sire Gaius disparaît dans les profondeurs ! J’hériterai de son “amour pour son peuple” ! Je protégerai la princesse Roroa ici au cours de toute ma vie, et je protégerai la vie et les biens du peuple de ce pays, qu’ils viennent de la région d’Elfrieden ou d’Amidonia ! Si je m’écarte de ce chemin et que je fais quoi que ce soit pour faire pleurer la princesse Roroa ou son peuple, Sire Gaius se lèverait sans aucun doute du séjour des morts, se tiendrait à côté de mon lit et me maudirait à mort ! Afin d’éviter cela, j’ai l’intention de remplir mes devoirs de roi au mieux de mes capacités ! »

 

Quand Souma avait déclaré cela, des applaudissements retentissants s’étaient élevés des bateaux.

On aurait dit qu’il avait satisfait le cœur des Amidoniens.

Le roi des vainqueurs faisait un discours au peuple vaincu.

S’il était autoritaire, ils le repoussaient, et s’il était trop faible, ils le regardaient de haut.

Souma devait faire attention à son discours d’ouverture, mais il avait réussi à le faire en se concentrant sur la dignité de Gaius.

Tout en se sentant soulagé en lui, il avait terminé sa déclaration.

 

« OK, cela suffit pour ce discours d’ouverture rigide ! Il n’y a plus de royaume ni de principauté maintenant ! Que la rancune et la tristesse coulent dans l’Hadès avec les morts ! Ce soir, pleurons les défunts et célébrons les joies de vivre ensemble ! Maintenant, buvez, mangez et chantez ! Tout en se souvenant de Gaius et de tous ceux qui nous ont quittés ! J’annonce par la présente l’ouverture du Festival Commémoratif de Gaius ! »

Avec les mots de Souma, la plus grande joie s’était fait entendre aujourd’hui.

 

☆☆☆

 

« Ne crois-tu pas que tu louanges mon père un peu trop ? » Roroa m’avait demandé ça en souriant quand j’avais terminé mon discours d’ouverture.

Les gens s’amusaient déjà beaucoup sur la rivière.

Sur les bateaux qui brillaient, il y avait des personnes qui buvaient, racontaient des histoires, écoutaient des musiciens jouer, et Juna et ses Loreleis chantaient. Il n’y avait plus d’Elfrieden ni d’Amidonia maintenant, et le but initial de se souvenir des morts avait été oublié. Mais c’était très bien ainsi. Parce qu’on devrait fêter ça. Les vivants avaient besoin de célébrer la joie de vivre avec tout ce qu’ils avaient maintenant.

« Om, nom, nom, nom, nom ! »

« Whoa, whoa, whoa, Aisha, » s’exclama Naden. « N’est-ce pas un peu trop à la fois ? »

« Argh..., » Aisha s’était frappé la poitrine comme si elle s’étouffait avec quelque chose.

« Tu vois, je te l’avais dit. Tomoe, va chercher de l’eau, » demanda Naden en tendant la main à Aisha.

« O-Okay, Naden ! » déclara Tomoe.

Oh... C’est peut-être que je fête un peu trop de choses.

J’avais haussé les épaules, exaspéré, en posant ma main sur la tête de Roroa. « Il y a peut-être eu une certaine exagération, mais ce que j’ai dit n’était pas un mensonge. Sire Gaius a agi de la manière qu’il pensait être le mieux pour ce pays. »

Nos chemins n’avaient peut-être pas convergé, mais j’étais sûr qu’il avait vécu sa vie au mieux de ses capacités. Et en tant que compatriote, il y avait des points où je pouvais sympathiser avec lui.

Donc, dans tous les cas, je protégerais Roroa et ce pays, la preuve de son existence. Je transmettrais les choses dont j’avais hérité de lui à l’ère suivante.

Alors que je renouvelais ma volonté de le faire, Roroa m’avait souri. « Et aussi quand tu as dit que tu me protégerais pour la vie... ? »

« Bien sûr que je le pensais, » répondis-je.

« Mweheheheheh. Je t’aime vraiment, chéri, » déclara Roroa.

Roroa m’avait enroulé les bras autour du cou, et elle m’avait sauté dessus en m’embrassant sur les lèvres.

Oh ! Elle avait pris trop d’élan, et nos dents s’étaient cognées. J’avais enroulé mes bras autour de la taille de Roroa, et elle était restée suspendue en l’air. C’était une drôle de position pour s’embrasser.

Quand Roroa avait éloigné son visage du mien après un certain temps, elle m’avait offert le plus beau sourire qu’elle ait jamais eu aujourd’hui.

 

 

« Tu as déclaré que tu le ferais, alors je ne le lâcherai pas si tu ne prends pas soin de moi pour la vie, chéri, » déclara-t-elle.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire