Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 7 – Après le retour au pays 4 – Partie 1

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Après le retour au pays : Arc – 4 : Le plus long jour de la Forêt Protégée par Dieu

Partie 1

— Au milieu du 8e mois, 1 547e année du Calendrier Continental —

En ce jour dégagé, je volais dans le ciel sur le dos de Naden alors qu’elle était en ryuu.

Cette hauteur m’avait d’abord effrayé, mais après avoir été envoyé plusieurs fois à l’extérieur pour faire des bulletins météo, j’y étais maintenant complètement habitué. Maintenant, je pourrais même dormir à 1000 mètres d’altitude.

Bien que Naden se fâche si je dors..., pensai-je.

« Quelque chose ne va pas, Sire ? » demanda Aisha.

« Ce n’est rien, » lui avais-je répondu.

C’était juste qu’aujourd’hui, Aisha était assise derrière moi, les mains serrées autour de ma taille. C’était parce que nous nous dirigions vers la patrie d’Aisha, la Forêt Protégée par Dieu.

« Pourtant, pourquoi allons-nous si soudainement dans la Forêt Protégée par Dieu ? » demanda Aisha.

« Parce qu’on s’est fiancés, mais je ne suis pas allé saluer Sire Wodan. Nous avons communiqué avec des lettres, mais je voulais trouver le temps d’aller le voir, » répondis-je.

« C’était pour le voir à propos des fiançailles !? » demanda Aisha.

« Ouais. J’ai déjà parlé aux parents de Liscia, et la tutrice de Juna est Excel, donc j’ai déjà parlé avec elle. Pour Naden, Tiamat est comme sa mère, donc les formalités ont déjà été faites. En ce qui concerne Roroa... j’ai l’intention de visiter leur tombe bientôt, » répondis-je.

Près de Van, l’ancienne capitale de la Principauté, il y avait une tombe pour la famille royale amidonienne. Les parents de Roroa y reposaient. Je ne pouvais pas imaginer que Gaius aurait béni notre mariage, mais je devais croire que la mère de Roroa, une femme joyeuse selon Sire Gouran, l’aurait apaisé.

« Alors, dans ce cas, on visite la maison familiale d’Aisha, hein ? » demanda Naden.

« Argh... Si c’était de ça qu’il s’agissait, tu aurais pu me le dire. Je ne suis pas mentalement préparée..., » Aisha avait plaqué son front contre mon dos.

Laissant Aisha un peu confuse, j’avais parlé à mon autre fiancée, qui nous emmenait gentiment.

« Naden, je suis désolé de te faire aussi transporter Aisha, » déclarai-je.

Je lui avais fait une tape dans le dos.

Elle avait tourné la tête de ryuu pour regarder autour d’elle et nous avait répondu, « Ça ne me dérange pas vraiment si c’est Aisha, » en utilisant sa télépathie. « Elle m’a déjà monté sur le dos. En plus, “la partenaire de mon partenaire est comme ma partenaire”. »

« Ouais, tu disais quelque chose comme ça avant, » déclarai-je.

Aisha, qui semblait s’être remise de ses tiraillements d’embarras, pencha la tête sur le côté. « Si Naden et moi sommes partenaires, laquelle d’entre nous est le mari ? »

Qu’est-ce que c’est que cette stupidité qu’Aisha exprimait soudain ? ... c’était ce que je pensais, mais Naden s’était posé la question avec un sérieux étonnant.

« Hmm, cela ne serait-il pas toi, Aisha ? Car après tout, tu es forte, » déclara Naden.

« Sous ta forme de ryuu, tu es aussi très forte, » déclara Aisha.

« Mais comparé à Juna, tu es plus du genre mari, n’est-ce pas ? » demanda Naden.

« Me comparer à Juna n’est pas juste ! C’est une femme encore plus que n’importe quelle femme, » s’exclama Aisha.

« Sous cette forme, mes seins sont plus gros que les siens... Attends ! Dire ça me rend triste. Mais quand on voit les choses comme ça, Liscia n’est-elle pas la plus proche d’un mari ? » demanda Naden.

« Lady Liscia a du cran, » avait convenu Aisha. « D’une certaine façon, elle est un meilleur mari que Sa Majesté. »

« Vous pouvez dire ce que vous voulez..., » en les entendant parler, mes épaules s’étaient affaissées. C’était vrai, je n’étais pas aussi audacieux que Liscia. « Mais finalement, vous préféreriez toutes les deux être la femme, n’est-ce pas ? »

« « Eh bien, bien sûr, » » déclarèrent les deux filles.

« Pour ma part, j’ai besoin que vous soyez toutes les deux mes épouses, » répondis-je.

« Sire ! » cria Aisha.

« Souma ! » déclara Naden.

Les deux filles avaient après ça souri timidement.

J’étais aussi gêné de l’avoir dit.

« C’est gênant d’avoir mon supérieur qui flirte juste à côté de moi, le réalises-tu ? » Hal s’était plaint.

Il volait à nos côtés sur le dos de Ruby, qui était en forme de dragon rouge. Il nous avait regardés avec un visage comme s’il avait été forcé de boire du sucre bouilli.

Sa monture aussi regardait Naden avec ses yeux dorés.

« Toi aussi, Naden, » Ruby avait réprimandé Naden et avait ensuite détourné le regard vers l’autre bout du monde. « Si tu es une dragonne de la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon, reste concentrée tout le temps lorsque ton chevalier te monte. C’est la dignité attendue d’un partenaire de chevalier. »

« Souma n’est pas un chevalier, c’est un roi, alors voilà, » s’écria Naden.

« Ne chicane pas ! Ça le rend plus important qu’un chevalier ! » s’écria Ruby.

« Oh, bon sang, la ferme ! » s’écria Naden.

Elles avaient commencé à se disputer haut dans le ciel.

Bien qu’elles ne soient plus tout hostiles qu’elles l’avaient été lorsque je les avais rencontrées pour la première fois, aucune d’elles n’avait changé leur personnalité têtue, alors des chamailleries comme celle-ci étaient quotidiennes.

Cela dit, elles l’avaient maintenant fait en tant qu’amies.

En tant que ma fiancée, la position de Naden était beaucoup plus élevée que celle de Ruby, mais le fait qu’elles pouvaient se battre sur un pied d’égalité avait montré que Naden et Ruby n’avaient pas laissé cela les séparer. Après tout, chacune d’elles était la seule personne que l’autre connaissait venant de leur pays natal.

Alors Naden avait dit « Nyahh ! » et avait dénudé les dents. « Tu peux arrêter de t’inquiéter pour moi et t’entendre avec ton propre chevalier, n’est-ce pas ? Cette magicienne aux oreilles de renard n’est pas là aujourd’hui, alors tu peux avoir autant d’amour que tu le veux. »

« Qu-Qu’est-ce que tu dis !? Je ne voudrais pas..., » s’écria Ruby.

« Oh, mon Dieu ! qu’est-ce que c’est que ça ? Ton visage est tout rouge, Ruby ? » Naden se moqua de Ruby.

« C’est déjà naturellement de cette couleur ! » s’écria Ruby.

Après ça, Naden et Ruby avaient continué à crier et à s’amuser. Où était passée la dignité attendue d’une partenaire de chevalier... ? Si elles s’entendaient et se battaient entre elles de cette manière, je pourrais tout à fait les laisser faire.

« Mais je n’avais pas besoin de venir, n’est-ce pas ? » demanda Hal. « Si la jeune Mademoiselle Aisha et la jeune Mademoiselle Naden sont avec toi, n’est-ce pas suffisant pour te protéger ? »

C’était vrai, quand j’avais le plus grand guerrier du royaume, Aisha, et Naden, qui dans sa forme de ryuu pouvait probablement affronter plus de dix cavaliers-wyvernes à la fois, avec moi, il n’y avait aucune raison d’amener Hal pour me protéger.

Cependant, il y avait une bonne raison de l’emmener.

« Quand j’ai envoyé à Sire Wodan une lettre disant : “Je viendrai bientôt vous voir”, on m’a demandé de vous emmener aussi », avais-je expliqué. « Il semble que Sire Sur voulait vous voir. »

« Par Sire Sur, vous voulez dire... Ohh, cet elfe sombre qui est venu nous aider avant ça, hein ? » dit Hal en tapant dans ses mains.

À l’époque où l’Armée Interdite et l’Armée s’affrontaient l’une et l’autre près de Randel, il y avait eu une unité d’archers elfes sombres qui s’étaient précipités à leur aide pour les remercier de l’aide qu’ils avaient reçue après la catastrophe du glissement de terrain. Celui qui dirigeait ces renforts était Sire Sur. Nos troupes avaient été épuisées à l’époque, alors j’étais encore très reconnaissant quand je me remémorais cette aide.

« Mais pourquoi veut-il me rencontrer ? » demanda Hal. « N’a-t-il pas déjà remboursé ses dettes ? »

« Oh, eh bien ! Il semble que celle qui veut vraiment te rencontrer est la fille de Sur. Elle était apparemment l’une des personnes que tu as sauvées en cherchant des survivants avec moi, » déclarai-je.

« ... Eh bien, je ne me souviens pas d’elle. Après tout, nous avons sauvé beaucoup de personnes cette fois-là, » déclara Hal.

« Même si tu l’as oubliée, elle ne t’a pas oublié. Après tout, tu es l’homme qui lui a sauvé la vie, » déclarai-je.

« C’était seulement parce que c’était la mission..., » Hal s’était gratté la tête.

Il n’était pas doué pour accepter des éloges excessifs. Il pouvait parfois courir comme un fou, mais sa nature directe ressemblait beaucoup à l’attitude normale d’Hal, et cela m’avait laissé une bonne impression.

« Au moins, elle veut te remercie, » déclarai-je. « Maintenant... Voyons, Naden, Ruby, ne vous battez pas éternellement. Dépêchons-nous d’aller dans la Forêt Protégée par Dieu. Sire Wodan nous attend. »

« Oh ! Ouais. Bien reçu, » déclara Naden.

« R-Roger, » déclara Ruby.

Alors que les deux dragonnes ayant repris leurs esprits avaient accéléré le rythme, nous nous étions dirigés vers la Forêt Protégée par Dieu.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Et Hal aura une troisième fiancée !!! Le petit veinard!!

    Merci pour ce chapitre! Ça fait du bien de lire ce novel avec un événement heureux car hier mon grand père est décédé.

    Je te remercie pour la traduction. Continue ainsi.

  2. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire