Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 6 – Histoire courte en prime 3

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Histoire courte en prime : Poncho devient gouverneur

C’était arrivé juste avant le départ de Souma pour la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon.

Ce jour-là, Souma convoqua le ministre de l’Agriculture et des Forêts du Royaume de Friedonia, Poncho, au bureau des affaires gouvernementales.

Quand Poncho était entré dans la pièce, Souma était assis dans sa chaise, et pour une raison inconnue, la servante en chef Serina était debout dans le coin de la pièce.

La présence de Serina, qui se tenait là avec un regard calme, semblait attirer son attention, mais Poncho s’adressa d’abord au roi provisoire.

« J-Je suis venu sur votre ordre, » déclara-t-il.

« C’est bon de vous avoir ici, » répondit Souma. « J’ai un travail pour vous. »

« Un travail, pour moi ? » demanda Poncho.

Souma avait déroulé une carte du pays sur le bureau. « Vous savez que nous avons construit la nouvelle ville, Venetinova, comme un point clé pour la distribution des marchandises, non ? Compte tenu de l’importance de la ville, j’ai décidé qu’au lieu d’un magistrat, je créerais un nouveau poste de “gouverneur” et que cette personne serait chargée de gérer la ville. Je compte le confier à Weist, qui s’est distingué pendant la guerre, mais il semble qu’il soit préoccupé par les procédures de changement de domaine. C’est pourquoi, pour l’instant, j’ai besoin de quelqu’un d’autre pour le remplacer au poste de gouverneur. Je veux que vous fassiez le boulot, Poncho. »

« Moi, gérer une ville si importante !? » demanda Poncho.

« C’est parce que c’est une ville importante. Cela, et aussi parce que la ville a accueilli un grand nombre d’anciens réfugiés en tant que citoyens. Si je faisais l’erreur de le laisser à un noble fier, il y a le risque que cela cause des frictions inutiles. Je veux quelqu’un avec une personnalité douce, et qui a le soutien de la population. »

« M-Mais... Je manque d’expérience..., » Poncho avait l’air incertain.

Mais Souma avait souri avec ironie et lui fit un signe d’approbation. « Tout devrait bien se passer. J’ai demandé à Serina d’être votre assistante. En outre, Komain, qui était auparavant la chef adjointe des réfugiés, se trouve également à Venetinova. Vous la connaissez, n’est-ce pas ? »

« O-Oui... Oui. Nous nous sommes rencontrés plusieurs fois pendant que je distribuais de la nourriture..., » déclara Poncho.

Komain était la jeune femme qui avait été l’assistante du chef du camp de réfugiés, et c’est elle qui avait réuni les anciens réfugiés qui avaient choisi de rejeter leurs terres pour devenir citoyens du royaume. Sa personnalité n’avait jamais été timide, même quand il s’agissait d’hommes, ce qui la rendait populaire. Avec son aide, les citoyens accepteraient facilement Poncho.

« Vous pouvez les consulter toutes les deux pendant que vous travaillez, » déclara Souma. « Je compte sur vous. »

Maintenant que le roi provisoire lui avait dit cela, Poncho était incapable de dire qu’il ne voulait pas le faire. « D-D’accord. Je comprends. Je compterai aussi sur votre soutien, Madame Serina. »

« Si c’est l’ordre de mon maître, il semblerait que je n’ai pas le choix, » déclara Serina avec un regard calme, puis s’inclina. « Je vous soutiendrai au mieux de mes capacités. »

Le fait est que lorsque Souma avait dit à Serina : « Je veux que vous alliez à Venetinova comme assistante de Poncho, » elle avait immédiatement accepté. Il semblait qu’elle ne voulait pas être incapable de manger la nourriture de Poncho pendant qu’il était loin du château. Sachant cela, Souma ne pouvait que sourire avec ironie.

« Eh bien, faites de votre mieux. Oh ! Et aussi, je pense que toutes les demandes en mariage qui ont été présentées au château pour vous commenceront à aller dans cette ville, alors bonne chance pour trier tout cela, » déclara Souma.

« Venir vers moi ? » La mention soudaine de demande en mariage avait fait que Poncho avait les yeux écarquillés et la voix de Poncho était très drôle. « Il y a eu des propositions pour moi ? »

« Tout à fait. Et, vous savez, l’une des raisons de mon voyage à l’étranger est de fournir une excuse pour refuser toutes les demandes de rencontrer de jeunes femmes en vue d’un mariage qui ont inondé le château, non ? Eh bien, nous avons eu un certain nombre de demandes du même genre pour vous. Pour le bien du château, j’aimerais aussi que vous alliez ailleurs, » déclara Souma.

« A-Alors, la raison pour laquelle j’ai été choisi pour être magistrat de Venetinova était aussi..., » déclara Poncho.

« Cela en fait partie aussi. Je vous ai donné Serina comme assistante, alors faites de votre mieux, » déclara Souma.

Ayant appris cela, tout ce que Poncho pouvait faire, c’était de rester là, en état de choc.

Quelques jours plus tard, dans le bureau du gouverneur à Venetinova...

« Maintenant, je vais faire une liste des réfugiés qui nous ont rejoints, » déclara Komain.

« S’il vous plaît, faites ça, » déclara Poncho.

Poncho regarda la jeune fille qui avait été l’assistante du chef des réfugiés quitter la pièce, les papiers à la main. C’était la dernière chose dont il avait besoin pour donner son approbation en tant que gouverneur aujourd’hui.

« Vos tâches gouvernementales pour la journée sont terminées, mais il y a encore des choses à faire, » déclara son assistante, Serina.

Poncho, qui comprenait ce que Serina voulait dire, demanda avec hésitation : « ... Alors, combien y en aura-t-il aujourd’hui ? »

« Cinq personnes. Un nombre relativement faible, » déclara clairement Serina, causant l’affaissement des épaules de Poncho.

Chaque fois que ses fonctions étaient terminées, il était temps de rencontrer d’éventuelles candidates au mariage. Les filles de nobles et de puissants marchands qui voulaient l’épouser étaient apparemment déjà dans la salle d’attente. C’était une journée de travail normale, alors il n’en avait que cinq, mais pendant ses jours de congé, il était submergé par tant de candidates qu’elles avaient dû faire la queue.

C’était Poncho, l’homme vénéré comme le Seigneur Ishizuka le Dieu de la nourriture, par les autres. Il était si populaire qu’il ne pouvait même pas se reposer pendant ses jours de congé. S’il épousait déjà l’une d’elles, les choses se calmeraient peut-être un peu, mais malheureusement, même avec toutes ces offres, aucune ne s’était concrétisée.

« Je suis désolé de vous faire subir ça aussi, Madame Serina, » dit-il.

« C’est un ordre de mon maître, alors ne vous en faites pas. »

Serina accompagnait Poncho à toutes ces réunions de mariage. C’était parce que Souma lui avait demandé de le surveiller de près et de s’assurer que Poncho ne tombe pas amoureux d’une femme ou d’une maison qui avait des arrière-pensées.

Serina avait l’air calme quand elle parlait, et Poncho lui en était très reconnaissant.

« Je vous suis vraiment reconnaissant, Madame Serina, » déclara Poncho.

« Parler ne coûte rien, » Serina s’était détournée, puis avait jeté un coup d’œil de côté vers Poncho. « J’aimerais vous voir montrer votre sincérité. »

« Je comprends, d’accord, » avec un sourire ironique, Poncho avait sorti quelque chose de son tiroir de bureau. Quand il avait posé ce long truc noir sur son bureau, Serina l’avait regardé attentivement.

« Est-ce que c’est... des algues, peut-être ? » demanda Serina.

« C’est une ville balnéaire, après tout. J’ai réussi à acquérir du kombu de bonne qualité. Ce soir, j’utiliserai le bouillon et les œufs pour faire le plat appelé “chawanmushi” que Sa Majesté m’a appris, » déclara Poncho.

« Chawanmushi... Quel genre de plat ça pourrait être ? » Son ton était plat, mais il y avait une étincelle dans les yeux de Serina, et il était clair qu’elle était intriguée.

« C’est doux comme du pudding, mais il a un goût aussi profond que la mer, m’a-t-on dit, » déclara Poncho.

« Ooh... Finissons vite ces réunions, Sire Poncho, » déclara Serina.

Serina avait alors pris le bras de Poncho avec un regard envoûté sur son visage. Avec Serina, dont la tête était sans doute pleine de chawanmushi, le brusquant, Poncho quitta le bureau avec un sourire tendu.

Soit dit en passant, comme Serina commençait à s’énerver, la barre était sur le point d’être placée plus haut pour les rencontres de Poncho avec d’éventuelles partenaires, mais... c’est une autre histoire pour une autre fois.

(À suivre dans le tome 7.)

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire