Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 6 – Histoire courte en prime 2

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Histoire courte en prime : Naden et la Capitale Royale

Je m’appelle Naden Delal.

Je suis une ryuu noire de la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon, et l’autre jour, j’ai formé un contrat de chevalier dragon avec le roi Souma de Friedonia, puis je suis venue dans ce pays pour devenir son épouse.

Même si c’est un contrat de chevalier dragon, Souma est un roi, et je suis une ryuu, donc nous sommes une sorte d’exception à la norme.

Et maintenant, le soir de notre retour au château de Parnam, Souma m’avait appelée au bureau des affaires gouvernementales.

« Salut, Naden, ils t’ont appris à te comporter comme une vraie dame à la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon, non ? » demanda Souma.

« Tout à fait, » avais-je dit. « Lady Tiamat m’a appris tout ce que j’avais besoin de savoir pour être prête à devenir l’épouse d’un chevalier. »

« À en juger par ta maîtrise de la danse, le niveau d’éducation à la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon semble élevé. Je ne pense pas que tu aies besoin de nouvelles leçons pour devenir reine, » déclara Souma.

Selon Souma, contrairement à une reine primaire, une reine secondaire avait renoncé au droit que ses enfants héritent du trône en échange de ne pas être soumise à toutes les règles strictes de l’étiquette. Si elle soutenait toujours les reines primaires en public, et maintenait un certain niveau de base de l’étiquette, c’était apparemment assez.

Parce qu’une femme pouvait devenir reine secondaire quel que soit son statut social, et parce que, tant qu’elle signalait où elle allait, elle pouvait se rendre dans la ville du château avec une relative liberté, de nombreuses femmes aspiraient à devenir reines secondaires.

Souma se gratta la joue en disant : « Eh bien, même si tu seras une reine secondaire, tu es toujours une personne de la famille royale, donc normalement tu as besoin d’un garde quand tu vas dehors, mais... Je doute qu’il y ait beaucoup de choses qui présentent un risque pour un ryuu. Si tu prends la forme d’une ryuu, personne ne peut lever la main sur toi, et si cela devient vraiment risqué, tu peux t’envoler. »

« Je pense que tu as raison, mais... où veux-tu en venir ? » Je ne savais pas pourquoi il se montrait si détourné à ce sujet.

Souma avait souri avec ironie et m’avait dit : « Je vais bientôt me rendre en République de Turgis, mais tu ne peux pas venir avec nous parce qu’il fait si froid là-bas, hein, Naden ? Donc, pendant mon absence, ton emploi du temps sera vide. »

Il avait raison — les ryuus, les dragons et les dragonewts ne résistaient pas bien au froid. Si j’insistais contre mon meilleur jugement pour l’accompagner dans un pays de froid glacial comme Turgis, cela pourrait ruiner ma santé et causer des problèmes à Souma. C’est pourquoi je ne pouvais pas accompagner Souma dans son voyage en République de Turgis. Cela m’avait frustrée de ne pas pouvoir l’aider.

« Ne fais pas cette tête. » Souma se leva de sa chaise et me tapota la tête. « J’ai une requête pour toi. C’est quelque chose que toi seul peux gérer. Une fois que nous reviendrons de la république, je veux te rencontrer à ce sujet. »

« Souma..., » murmurai-je.

« C’est pourquoi, eh bien, je voulais te dire qu’il serait bon que tu fasses le tour de la capitale à ta guise d’ici là. La sécurité à l’intérieur de la capitale est bonne, après tout. J’aime la façon dont tu es libre et sans inhibition. Je ne veux pas t’attacher au château. » Souma avait souri. « Tu peux faire le tour de la ville du château en toute liberté. C’est ce que je voulais te dire. »

« Souma... Euh, merci, » déclarai-je.

Souma pensait à mes désirs. J’en étais reconnaissante.

« Haha..., » déclara-t-il en riant. « Oh ! Et aussi, prends soin de Liscia pour moi. »

« Oui, elle avait l’air un peu mal en point, » déclarai-je.

Elle avait dit que c’était l’épuisement qui la rattrapait, mais j’étais un peu inquiète.

« Bien reçu. Je m’occuperai de Liscia. » Je m’étais frappé la poitrine d’une main, alors que je le lui avais promis.

***

« Même s’il me dit que je peux aller et venir librement... »

Quelques jours après le départ de Souma et des autres pour la République de Turgis, j’étais descendue dans la ville du château.

Quant à Liscia, qui ne se sentait pas bien, elle ne s’était peut-être pas encore complètement rétablie, mais elle s’était stabilisée. Elle n’avait pas de fièvre et avait de l’appétit. Mais, pour reprendre des forces, elle prendrait son temps et laisserait son corps se détendre pendant un certain temps. Il y aurait un bon médecin qui viendrait la voir demain, donc je n’avais rien à faire.

Dans ce cas, j’allais quitter le château, mais je n’avais aucune idée de ce que je devais faire. C’était un pays que je ne connaissais pas, après tout. Je pouvais voir le château de n’importe où en ville, donc il n’y avait aucun risque que je me perde, mais où allais-je aller ? Pendant que je pensais ça...

« Hm ? »

Soudain, j’avais senti une traction sur ma jupe, et quand j’avais regardé en bas, il y avait une petite fille qui ne montait que jusqu’à ma taille, pleurant et s’accrochant à l’ourlet de ma jupe.

« Euh, qui es-tu ? Non, qu’est-ce qui ne va pas ? » lui demandai-je.

« Je suis venue ici... avec mon amie, mais... Je ne connais pas le chemin pour retourner chez moi..., » la petite fille me l’avait dit avec des sanglots.

Elle était perdue, hein ?

Je m’étais accroupie pour me mettre au même niveau qu’elle, en tapotant la fille sur la tête. « Euh... Tu es venu avec ton amie, non ? Où allais-tu comme ça ? »

« La... la place... avec la fontaine..., » répondit-elle.

Une place avec une fontaine, hein. Je m’étais souvenue avoir vu ça dans les airs. Peut-être qu’au lieu de la donner aux gardes, ce serait plus rapide pour moi de l’y emmener moi-même. J’avais pris la petite fille dans mes bras.

« Hein ? » s’exclama la fillette.

« Ce n’est pas grave. Je vais t’y emmener, » lui déclarai-je.

J’avais sauté puis j’avais fait un coup de pied contre un mur et j’avais atterri sur l’un des toits orange. Même sous ma forme humaine, je pourrais faire ça. Je me dirigeais le long des toits vers la place de la fontaine.

« T-Tu es si rapide..., » la petite fille que je portais avait cligné des yeux en raison de la surprise. « Mais être porté comme ça... c’est un peu effrayant. Peux-tu me faire faire monter sur ton dos à la place... ? »

« Je ne peux pas faire ça, » répondis-je.

« Pourquoi ça ? » me demanda-t-elle.

« Parce que le seul que je peux laisser monter sur mon dos, c’est mon mari, » dis-je en taquinant.

La petite fille m’avait fait un regard sans émotion.

Une fois que j’avais amené la fille sur la place de la fontaine où se trouvait son amie, j’avais fini par jouer avec elles aussi, et j’étais couverte de boue quand j’étais rentrée au château.

Quand elle l’avait su, j’avais été convoquée par Liscia, qui m’avait fait un long discours.

« Naden... tu t’es trop amusée, » m’avait-elle grondée.

« Je le sais..., » déclarai-je.

Cela faisait peut-être quinze minutes qu’on m’avait fait m’asseoir devant le lit où était assise Liscia.

« Il faut faire plus attention à la façon dont les gens te voient, même si tu es une reine secondaire, tu dois montrer une certaine compréhension de ta position et, franchement, si une femme se retrouve couverte de boue comme ça... ? »  Il me semblait, d’après la réprimande que j’avais eue, qu’elle soit en bonne santé.

« Naden, » déclara Liscia en me regardant droit dans les yeux.

Est-ce qu’il y avait encore plus ? Je m’étais tendue, je m’y attendais, mais Liscia m’avait fait un sourire.

« Aimes-tu ce pays ? » me demanda-t-elle.

Je lui avais souri et lui avais donné une réponse ferme. « Ouais ! »

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire