Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 6 – Histoire courte en prime 4

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Histoire courte en prime : Réponses à la demande de Juna et Roroa

Cela s’était passé lors de la nuit où j’étais revenu temporairement de la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon au Royaume de Friedonia pour consulter les autres sur l’opportunité de former un contrat de chevalier dragon, qui était essentiellement un mariage, avec Naden.

Quand j’avais présenté Naden à Liscia, Juna et Roroa, celles qui étaient restées dans le royaume, Liscia avait emmené Naden (pour une raison inconnue, elle avait dit qu’elles allaient prendre un bain ensemble), et je m’étais retrouvé hors de là avec Roroa et Juna tenant chacune un bras, et traîné dans la chambre de Roroa.

La chambre de Roroa était remplie de petites choses féminines.

Elles m’avaient fait m’asseoir sur une chaise dans cette pièce, et Roroa s’était assise en face de moi à une petite table. Juna affichait un large sourire quand elle se tenait aux côtés de Roroa.

Qu-Qu’est-ce que c’est que ça... ? La façon dont les choses avaient été organisées me donnait l’impression d’être arrivé dans une salle d’interrogatoire ?

« Allez, mon chéri. Laisse tout sortir, » Roroa avait croisé les mains devant sa bouche en disant ça.

« Laisser sortir... quoi exactement ? » avais-je demandé avec hésitation.

« Je dois tout savoir sur Naden, évidemment. Ça ne fait qu’un demi-mois que tu es parti pour la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon, tu sais. Qu’est-ce qui l’a rendue si amoureuse de toi en si peu de temps ? » demanda Roroa.

« Cela a aussi attiré mon attention. Oh, prends un peu de thé, » déclara Juna, en m’offrant une tasse de thé noir qu’elle avait préparé à un moment donné. « J’ai senti qu’elle avait un fort désir d’être mariée avec toi. Vous ne vous êtes rencontrés que récemment, n’est-ce pas ? Qu’est-ce qui a rendu cette période si enrichissante ? »

« Enrichissante ? Je faisais juste des trucs normaux, alors franchement..., » commençai-je.

« « Dis-nous en plus. » »

« D-D’accord... »

Les deux femmes m’avaient poussé à continuer, alors j’avais abandonné et je leur avais parlé de Naden.

Naden était la seule ryuu dans le pays des dragons, et elle semblait isolée parce qu’elle avait l’air différente de ceux qui l’entouraient.

J’avais parlé de comment j’avais su ce qu’étaient les ryuus, et quand j’avais dit à Naden qu’elle en était une, elle avait l’air d’avoir vu disparaître un grand poids de ses épaules.

J’avais aussi parlé de comment nous avions regardé un Joyau de Diffusion de la Voix de fabrication impériale dans sa chambre, lu des romans d’amour et avions paressé.

J’avais aussi indiqué la manière dont j’étais intervenu quand un dragon rouge appelé Ruby s’était battu avec elle.

J’avais également parlé du fait que je lui avais appris à voler...

Et ainsi de suite. Elles m’avaient posé des questions et avaient noté chaque petit détail du temps que j’avais passé avec elle.

Après avoir entendu tout ce que j’avais à dire, les joues de Roroa étaient rouge vif. « N’est-ce pas une charmante rencontre ? Chéri, tu es un prince sur un cheval blanc. »

« Mais je ne montais pas sur un cheval blanc, » déclarai-je. « Un dragon m’a porté à la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon dans sa bouche. »

« On s’en fout que tu en montes un ou non ! Tu t’es présenté devant une jeune fille en détresse et tu as réglé ses problèmes rapidement. C’est plus que ce que n’importe quelle fille peut demander ! » déclara Roroa.

Attends, Roroa n’était-elle pas l’une de celle qui avait dit que c’était une réunion arrangée ? Mais c’était vrai qu’on avait l’impression de danser dans la paume de la main de Mère Dragon.

« Je suis d’accord avec Roroa, » déclara Juna.

Même toi, Juna ?

« En entendant ton histoire, j’ai eu l’impression de comprendre comment tu es devenu une personne spéciale pour Naden. Je dirais que tu es déjà une personne dont elle ne peut se passer. C’est pour ça qu’elle veut tant être avec toi, » déclara Juna.

« Tout était dramatique, jusqu’à la façon dont tu l’as rencontrée. » Roroa acquiesçait de la tête.

Mais non. « Si on parlait de la façon dont on s’est rencontrés, la façon dont je vous ai rencontrés n’était-elle pas assez dramatique ? » Je leur avais demandé ça. « Juna, tu étais une espionne envoyée par Excel, et Roroa, tu es venue me voir avec ton pays dans les bras, non ? Tu es même venue enveloppée dans un tapis, et tu m’as surpris avec un dun -da-da-da-dun. »

« Je l’ai réalisée de mes propres mains. Je suis jalouse de Nadie, qui a eu une rencontre dramatique sans avoir à faire autre chose qu’être elle-même, » déclara Roroa.

« C’est exact, » dit Juna. « Le fait de te rencontrer en tant qu’espionne laisse une mauvaise impression, alors... »

Roroa se leva de sa chaise et se retourna pour me regarder depuis ailleurs, tandis que Juna semblait un peu déprimée. Leurs réactions individuelles... étaient vraiment mignonnes, d’une certaine façon.

Je m’étais levé de ma chaise et je les avais étreintes toutes les deux ensemble. « Sans vous deux, je suis sûr que je ne serais pas là pour faire tout ça. Juna, tu m’as apporté mes liens avec Excel. Roroa, tu as apaisé le cœur du peuple de la principauté. Bien sûr, la même chose vaut pour mes rencontres avec Liscia et Aisha. Peu importe comment nous nous sommes rencontrés, si l’une d’entre vous avait disparu, je n’aurais pas pu faire un cadeau aussi beau que celui que nous avons maintenant. »

« Sire... »

« Chéri... »

J’avais fait un grand sourire à Roroa et Juna. « C’est grâce à vous toutes que j’arrive à m’en sortir en tant que roi. Je suis reconnaissant. »

« Hee hee ! Tu es trop gentil, » gloussa Juna.

« Ha ha ha ha ha ! Si tu veux dire ça, je ne vais certainement pas me plaindre, » déclara Roroa.

Elles avaient souri toutes les deux. Pendant que je me sentais soulagé...

« Mais quand même, chéri. Je pense que tu devrais montrer un peu plus d’appréciation, » déclara Roroa.

Hein ? Le montrer ?

Roroa m’avait attrapé le bras et avait commencé à le balancer. « Alors, comme c’est le cas, mon chéri dort dans mon lit aujourd’hui. »

« Ro-Roroa !? » Les yeux de Juna s’étaient ouverts en grand.

« Comment cela se fait-il !? » m’étais-je exclamé.

« Je ne peux pas te laisser aller trop loin avec moi à cause de toute l’affaire de la succession, mais si tu gardes tes mains pour toi, tout devrait bien se passer, non ? J’ai entendu dire que tu as déjà couché à côté de Grande Soeur Cia et Grande Soeur Ai, alors pourquoi ne pas coucher avec moi et Juna, aussi ? »

« Oh, si c’est tout... Je vais chercher les oreillers. » Juna, apparemment satisfaite de cette explication, quitta la pièce.

Hein ? Était-ce déjà décidé ?

« Ha ha ha ha ha ! Je vais faire de beaux rêves ce soir, » ricana Roroa.

« ... OK, j’ai compris, » avais-je dit.

Et donc, ce jour-là, nous avions dormi ensemble tous les trois.

Roroa était plus collante que nécessaire, et l’odeur merveilleuse de Juna me faisait sentir un peu étourdi, mais je me sentais fatigué de tous ses événements, alors je m’étais rapidement endormi.

Quant à ce dont j’avais rêvé... c’est embarrassant, alors je préfère ne pas le dire.

☆☆☆

5 commentaires

  1. Merci pour le chapitre

  2. Comment réussi t'il à s'endormir aussi vite avec deux beautés dans son lit ?!?

  3. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire