Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 6 – Chapitre 7 – Partie 7

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 7: La tempête

Partie 7

« Wôw, » déclara soudainement Aisha.

« Ça va, Aisha ? » avais-je demandé avec inquiétude.

« O-Oui ! » avait répondu Aisha.

Quand nous nous étions levés, nous avions oublié qu’Aisha avait défait les cordes qui la maintenaient en place. Je l’avais attrapée quand elle avait perdu l’équilibre, et j’avais attaché la corde autour de moi pour nous tenir en position. Pendant que je faisais cela, Naden avait continué à éviter les objets qui tombaient alors qu’elle s’approchait du cube. En dehors de la dispersion des bombes, le cube n’avait rien fait pour nous intercepter, et nous avions pu facilement remonter le long du cube.

Est-ce que ce cube... nous ignore ?

Est-ce que cela signifiait que sa seule cible, ou la seule chose qui l’intéressait étaient Lady Tiamat ? Ou bien avait-elle la certitude absolue que personne d’autre que Lady Tiamat ne pouvait le détruire ? Quoi qu’il en soit, nous nous étions suffisamment rapprochés pour pouvoir sauter dessus, ce qui nous avait permis d’observer le cube de près.

C’était, comme je m’en doutais, un cube avec dix mètres de côté.

La surface qui avait l’air grise de loin avait été faite d’une pierre brillante comme l’obsidienne taillée, et il y avait des motifs géométriques présents dessus. C’était clairement artificiel, mais certaines parties étaient recouvertes de mousse. D’autre part, il était difficile à savoir si c’était ancien ou neuf. Il n’y avait aucun signe d’hélice ou de moteur à réaction. C’était vraiment flottant.

Hm... J’ai entendu une voix, donc je m’attendais à une créature, ou un véhicule d’un certain type...

Peu importe comment je le regardais, ce n’était qu’un cube et non pas un véhicule, ou quelque chose du même genre.

Pourtant, il n’y avait aucune chance qu’un cube ordinaire, sans moyen de propulsion, flotterait haut dans le ciel. Peut-être que, contrairement à son extérieur simple, l’intérieur de cette chose était vraiment complexe.

Je ne savais pas si c’était la preuve de cela, mais la face avant supérieure comportait d’innombrables trous, et ils crachaient ces objets ressemblant à des bombes. Cette action de faire sortir des bombes à intervalles réguliers était très systématique et mécanique.

Si c’était le cas, c’était peut-être un exemple de ce que Genia appelait la surtechnologie, comme les Joyaux de Diffusion de la Voix, ou le Lunalith qui se trouvait dans l’État Pontifical Orthodoxe de Lunaria.

« Regardez la surface... Je ne pense pas qu’il soit impossible de le couper, » avait dit Aisha. « Ça vous dérange si j’essaie ? »

« ... Pouvez-vous viser un coin ? S’il se brise et tombe, on ne sait après tout pas quel effet ça peut avoir, » répondis-je.

« Oui, Sire... Haaaaaa ! » cria Aisha en agissant.

Aisha avait frappé avec sa grande épée, projetant ainsi une attaque de vent. L’attaque de vent avait touché de biais le coin du cube ce qui en aurait coupé la pointe... Ou c’est ce que cela aurait dû faire. Cependant, le cube n’avait montré aucun signe de changement.

Aisha avait abaissé son épée et avait gémi. « Hrm... Cette surface est beaucoup plus dure que l’acier. »

Ça veut dire qu’elle aurait pu le couper s’il avait été entièrement fait d’acier ?

Aisha avait sorti un couteau de sa poche et l’avait jeté sur le cube. Le couteau avait volé droit sur le cube, puis il y avait eu un étrange bruit aigu, et il était tombé.

« Regardez. Il n’y a même pas une petite égratignure à la surface, » déclara Aisha.

« Est-ce que ça veut dire que c’est super dur ? » demandai-je.

« Non, ça n’avait pas l’air d’avoir été en contact avec l’objet. On aurait dit qu’il a été dévié juste avant qu’il ne touche la surface, » expliqua Aisha.

« Hmm... Est-ce qu’il y a un champ de force ? » demandai-je.

« Chanforce ? Qu’est-ce que c’est ? » demanda Aisha, l’air confus.

« C’est une sorte de barrière scientifique. Même dans mon ancien monde, ils n’existaient que dans la fiction, » avais-je répondu.

C’était une sorte de science-fiction, mais j’avais l’impression que c’était possible avec la surscience, qui allait au-delà du domaine de la compréhension humaine.

J’avais eu une idée pour quelque chose qu’on pourrait essayer.

« Naden, pourrais-tu le frapper avec une attaque électrique ? » avais-je demandé.

« D’accord, mais... es-tu sûr que tu veux que j’aille à pleine puissance ? » demanda Naden.

« Tout à fait. Donne tout ce que tu as, » répondis-je.

« D’accord, alors… HHHaaaaa ! »

*Zap, un crépitement se fit entendre !*

La crinière de Naden était toute droite alors qu’elle déchaînait une attaque électrique en plein sur le cube.

L’éclair pourpre avait déchiré l’air, et juste au moment où il était sur le point de percuter le cube, un autre son indescriptible, beaucoup plus fort que celui d’avant, avait résonné dans toute la zone. C’était comme si quelqu’un amplifiait le son des ongles sur un tableau noir, puis le faisait passer à travers un filtre. C’était un bruit qui agressait les oreilles quand on l’entendait.

Cependant, même si le bruit était assez fort pour être douloureux, il n’y avait pas de changement dans le cube. Était-ce si résistant que ça... ?

Je m’étais gratté la tête. « Attaques physiques, magie et électricité, tous inefficaces, hein ? Il dit qu’il veut être détruit, mais c’est trop solide. »

« N’est-ce pas pour cela qu’il veut que Lady Tiamat le détruise ? » demanda Naden.

« Oui, c’est probablement ça..., » répondis-je.

Alors que je me creusais la tête pour savoir quoi faire, j’avais encore entendu cette voix.

« Je détruirai. Pour que vous me détruisiez. »

Je l’avais entendu clairement. La voix était trop aiguë pour être masculine, ce qui donnait l’impression d’être féminine, mais il y avait quelque chose de bizarre. Maintenant que je l’avais entendu si clairement, quelque chose avait attiré mon attention.

Cette voix...

Je l’avais déjà entendu quelque part. Pour une raison ou une autre, c’était ce que j’avais ressenti. Mais où ?

J’avais essayé de chercher dans mes souvenirs, mais le cube n’allait pas me donner le temps.

Tiamat... si ce n’est pas assez pour que vous me détruisiez...

Il y avait un son au fond du cube.

« Naden, baisse ta tête ! » avais-je crié.

« Compris ! » répondit-elle.

Nous nous étions déplacés vers le bas, et la face inférieure s’était ouverte comme une boîte. Quelque chose en forme de téléobjectif était sorti tout droit des profondeurs du cube.

Ce truc qui ressemblait à un objectif de téléobjectif... J’avais un mauvais pressentiment.

« Je vais vraiment détruire tout ce qui vous appartient. »

La lentille qui sortait de sous le cube commençait à émettre de la lumière. C’était une lumière pâle au début, mais elle s’était peu à peu intensifiée.

Cette scène... J’avais vu quelque chose comme ça dans un vieux film de science-fiction. Le fond de la soucoupe massive de l’espace s’était ouvert, puis elle s’était peu à peu remplie de plus en plus de lumière... et puis, la lumière avait inondé la zone et avait dévasté les bâtiments et la ville en dessous.

Attends, Liscia et les autres sont sous ce truc !

« Aisha, Naden, attaquez cette zone du bas ! » avais-je crié.

« D’accord ! »

« Bien reçu ! Hahhhhhhhh ! »

Aisha avait envoyé une frappe du vent avec son épée, et Naden avait lancé une attaque électrique. Cependant, malgré les sons violents que cela avait générés, la lentille n’avait pas été affectée, et elle avait continué à s’illuminer.

À ce stade, je ne pouvais qu’imaginer un avenir sur là où cette lumière allait toucher le sol.

« Arrêttttttttteeeeeeeezzzzzzzz ! » avais-je crié, malgré moi, avec toute la force que j’avais en moi.

« Sire ? » demanda Aisha.

« Souma ? » avait demandé Naden, hésitante.

Je n’arrêtais pas de crier sur le cube. « Si vous voulez vous faire détruire, alors allez vous écraser quelque part sans personne, ou allez vous couler dans l’océan, et brisez-vous tout seul ! Mais ne prenez pas d’autres personnes... ne prenez pas ma famille dans vos pulsions autodestructrices, idiooooooooooooottttttttttteeeeeeeeeeeee ! »

« Lang... supp... détectée... sactivations… fonctions »

Après avoir déclaré ça, la lumière avait soudainement cessé de s’accumuler, et la chose ressemblant à un téléobjectif qui sortait du fond avait graduellement perdu de son éclat. Cela avait fini par disparaître complètement, et le cube avait replacé cette lentille à l’intérieur de lui-même. Avait-il... arrêté ?

En le regardant attentivement, le cube avait aussi cessé de laisser tomber ces objets.

« Croyez-vous que ça s’est arrêté ? » demanda Aisha.

« Est-ce que ce que Souma lui a dit d’arrêter ? » demanda Naden.

Aisha et Naden étaient perplexes. Comme Naden le disait, le moment où cela s’était produit suggérait qu’il m’a écouté crier. Peut-être que mes paroles avaient été comprises ? Maintenant que j’y pense...

« Lang... supp... détectée... sactivations… fonctions »

C’était bien ce que le cube avait dit. Il y avait eu du bruit qui l’avait interrompu, donc je ne pouvais pas capter tout ce qu’il disait, mais cela avait-il été des « désactivations des fonctions » qu’il disait ?

Si c’était le cas, la première moitié, « Lang... supp, détectée », m’avait également intéressé. « Détectée » semblait assez simple, mais « Lang... supp » signifiait... Euh !?

Ce cube s’était arrêté parce que j’avais crié. Si ce cube avait détecté mes mots, et avait désactivé ses fonctions en conséquence, alors ce « Lang... supp » était en référence à ce que j’ai dit.

En d’autres termes...

« Langue supportée... »

« Langue supportée détectée. Désactivation des fonctions. »

Est-ce que c’était ce que le cube avait dit ?

Une langue supportée... la langue que je parlais... était le Japonais !?

Ce cube s’était-il désactivé parce que j’utilisais le japonais ?

Le japonais était-il la clé... ? Non, il avait dit « langue supportée », donc il pourrait aussi supporter d’autres langues que le japonais. Et pour le dire plus largement, le cube s’était-il arrêté parce que j’avais utilisé l’une des langues de la Terre, ou parce que j’avais utilisé une langue d’un autre monde ?

Quand j’en étais arrivé à cette conclusion, les fragments de divers souvenirs à l’intérieur de moi avaient commencé à s’interconnecter.

Je parlais de la raison pour laquelle Lady Tiamat m’avait appelé la clé et m’avait invité à la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon. Ce n’était nullement parce que j’étais un héros, mais parce que j’étais japonais, ou parce que je venais de la Terre, ou parce que je venais d’un autre monde ?

La langue que j’avais utilisée... Je ne savais pas si c’était parce que c’était du japonais, parce que c’était une langue de la Terre, ou parce que c’était une langue d’un autre monde, mais Lady Tiamat devait savoir que ce serait la clé pour arrêter ce cube.

« Il se peut que Lady Tiamat connaisse votre monde jusqu’à un certain point », avait dit Hakuya. « Si Lady Tiamat était certaine que vous connaissiez le ryuu, cela signifie qu’elle devait savoir que le monde d’où vous venez avait une idée de ce qu’est un ryuu. »

« Lady Tiamat... connaissait donc bien le monde d’où je viens ? » avais-je murmuré.

J’avais eu cette conversation avec Hakuya à ce sujet il y a quelques jours.

Nous avions déduit que Lady Tiamat pourrait savoir quelque chose sur mon monde. Je commençais à en être convaincu. Lady Tiamat, le cube, et le monde d’où je viens.

S’il y avait un lien entre eux, est-ce que cela signifiait que mon monde et ce monde étaient reliés d’une manière ou d’une autre ? En d’autres termes...

Ce monde, que je croyais être un autre monde, n’est peut-être pas un autre monde.

Oh, bon sang... Je ne sais plus, c’est tout.

J’avais beaucoup d’hypothèses différentes dans ma tête, mais aucune d’entre elles n’était plus que de la spéculation.

Même si je voulais porter un jugement, je n’avais pas l’information pour le faire.

Il y avait juste une chose que je savais de ce monde, et c’était que je n’en savais toujours rien. Alors que mon esprit avait atteint un état de confusion extrême...

« Je vois... C’est pourquoi Tiamat..., » commençai-je à parler.

Le cube avait recommencé à dire quelque chose.

« Les... per... fam... ne sont toujours... pas... perdus... »

Sa voix s’était coupée. Il était difficile de discerner ce qu’il disait ainsi, mais il ne semblait pas en colère ou triste. Cela semblait se sentir seul, mais presque comme s’il priait pour quelque chose.

« ... ilière... J’ai... demande... »

« La per… familière ? Oh, la personne familière ? Mais quelle est cette demande ? » avais-je demandé au cube.

Peut-être parce qu’il m’avait compris, le cube avait commencé à expliquer.

« S’il vous plaît... familier... avant que votre li... à sa fin... vous supplie... aider... donnez la paix à mes enfants... jours... »

Merde ! Nous avions enfin une conversation, mais il y avait trop de choses qui étaient coupées dans ses paroles. Il semblait que le cube parlait couramment, mais les parasitages étaient si importants que je n’arrivais pas à comprendre ce qu’il disait.

« Je ne vous entends pas quand vous parlez trop longtemps ! » avais-je crié. « Dites-moi ce que vous voulez, aussi brièvement que possible ! »

Le cube répondait d’un seul souffle.

« Allez vers le nord. »

Aller au nord, hein ?

Après avoir dit cela, le cube avait disparu.

« Il a disparu…, » avais-je murmuré.

Il ne s’était pas envolé, ou quelque chose du même genre. Il venait tout simplement de disparaître en un instant. Il était très probable qu’il avait utilisé une technique de téléportation, comme Lady Tiamat.

Après que le cube eut disparu, la tempête qui faisait rage avec tant de force s’était transformée en une simple masse de nuages, et finalement cela s’était dispersé avant de se dissipés totalement. Avant que je m’en rende compte, nous avions été laissés sous un ciel avec le soleil couchant au loin. L’air clair et le rouge du soleil couchant scintillaient presque aveuglément.

« J’ai l’impression que nous avons rêvé de tout cela, » déclara Aisha en état de choc. C’était le genre de changement brusque qui vous ferait avoir ce genre de pensée.

« Mais ce n’était pas un rêve, n’est-ce pas, Souma ? » demanda Naden. « Qu’est-ce que ce cube a dit à la fin ? »

Je lui avais répondu, aussi choqué qu’Aisha. « ... Allez vers le nord. C’est ce à quoi ça ressemblait. »

« Nord ? Par nord, ça veut dire…, » demanda Naden.

« Je suppose que c’est le Domaine du Seigneur-Démon, non... ? » déclarai-je.

J’avais l’impression d’avoir obtenu beaucoup d’informations sur cet incident. Cependant, cela avait créé plus de questions qu’il n’en avait résolu. Sur mon monde, sur moi, sur le lien entre le monde d’où je venais et celui-là...

La seule chose que je pouvais dire clairement, c’était qu’aucune des réponses ne serait bientôt disponible.

« Quoi qu’il en soit, la tempête est passée..., » avais-je dit. « Retournons vers les autres. »

Naden hocha la tête. « D’accord. Je me sens vraiment épuisée. »

La situation était plus ou moins résolue, mais nous n’étions pas pleinement satisfaits lorsque nous étions retournés vers le sol.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

  2. Merci pour le chap!

Laisser un commentaire