Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 6 – Chapitre 7 – Partie 2

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 7: La tempête

Partie 2

Lorsque Naden avait commencé à prendre forme humaine, j’avais sauté de son dos et je m’étais précipité à la gondole. Quand j’avais ouvert la porte, me demandant si Liscia et les autres allaient bien, Liscia, Aisha et Kaede étaient sorties en rampant, le visage pâle. Hal et Carla étaient suivis normalement. Ils avaient tous l’air d’aller bien.

Je m’étais précipité vers eux. « Est-ce que ça va ? »

Liscia et Aisha s’étaient appuyées contre moi.

« Beuuu... Souma, tu es trop imprudent, » marmonna Liscia.

« Le vent nous a tellement secoués, je me sens mal... Bleuuu, » déclara Aisha, nauséeuse.

« Oh... Euh... Désolé, » dis-je.

Je leur avais frotté le dos pour les réconforter pendant qu’elles vomissaient. Kaede avait demandé à Hal et Carla de s’occuper d’elle.

Contrairement à ces trois-là, Hal et Carla semblaient aller très bien sous cette météo.

« Vous deux, allez-vous bien ? » avais-je demandé.

« Oui, car j’étais dans l’Armée de l’Air et que je volais souvent en wyvernes, » répondit Carla.

« C’est bien mieux que de se faire larguer en l’air, » avait répondu Hal.

L’expérience de Carla dans l’armée de l’air et l’entraînement des dratroopers de Hal avaient dû les habituer à ce genre de choses.

Ça me dérangeait que Hal semble regarder au loin quand il disait ça, mais... quoi qu’il en soit, il était probablement préférable d’aller quelque part à l’intérieur avec un toit, plutôt que de continuer à se faire frapper par la pluie.

« Hal et Carla, attachez la gondole pour qu’elle ne soit pas emportée par le vent ! » avais-je ordonné. « Tous les autres, on rentre à l’intérieur ! Naden, montre-nous le chemin ! »

« Bien reçu ! »

Nous étions entrés dans le Château de Cristal. Une fois que Liscia et les autres s’étaient calmés et que Hal et Carla étaient revenus, j’avais demandé à Naden : « Je veux rencontrer Lady Tiamat. Où dois-je aller pour faire ça ? »

« Je crois que la grande salle serait la plus appropriée. Quand il y a une crise à Dracul, on dit aux dragons de se rassembler dans la grande salle du Château de Cristal. »

« D’accord », avais-je dit. « Alors, allons là-bas. »

Nous avions décidé de demander à Naden de nous conduire jusqu’à cette grande salle. Cela n’avait pris qu’un instant lorsque Lady Tiamat m’avait téléporté, mais se déplacer dans ce château ridiculement immense était une véritable tracasserie. Nous courions tous, mais il nous fallait du temps pour atteindre notre destination.

Lorsque nous étions arrivés dans la grande salle après cinq minutes de course, deux surprises nous attendaient. L’une d’entre elles était que c’était si massif que le mot « grand » ne suffisait pas. L’autre était que, à y regarder de plus près, la grande salle était en fait l’espace dans lequel j’avais été téléporté lorsque j’étais arrivé pour la première fois à la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon. Il semblait que la grande salle était l’endroit où j’avais rencontré Lady Tiamat.

Quand nous étions entrés dans la grande salle, il y avait une centaine de personnes en son centre. Ils avaient tous des cornes et des queues qui poussaient, donc c’était probablement des dragons sous forme humaine.

D’après ce que Naden m’avait dit, il n’y avait tout au plus qu’environ trois cents personnes (dragons ?) vivant dans la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon.

Même en considérant leur taille massive, c’était une densité de population incroyablement faible pour un pays.

Parce que ce nombre de trois cents comprenait aussi de jeunes dragons et prêtresses au service de Lady Tiamat, cela signifiait que la centaine d’individus comprenait tous les dragons adultes qui pouvaient se déplacer.

Au moment où nous étions entrés dans la grande salle, nous avions senti quelque chose de menaçant dans l’air. Dans un espace qui aurait pu accueillir des dizaines de milliers d’humains, les dragons étaient tous rassemblés dans une zone compacte pour une raison inconnue.

Cela semblait bruyant, et personne ne faisait attention aux personnes qui venaient d’entrer dans la pièce. On aurait dit que Lady Tiamat n’était plus là, alors qu’est-ce qui aurait pu se passer ?

Quoi que ce soit, nous avions approché le groupe. Et quand nous l’avions fait...

« Naden ! » Une fille portant une robe en une pièce blanche avait sauté hors du groupe. C’était... l’amie de Naden... Pai, n’est-ce pas ?

Naden avait attrapé son amie, qui l’avait serrée dans ses bras. « Pai ! Dieu merci, mon Dieu. Tu es en sécurité. »

Naden avait affiché un regard soulagé, mais le désespoir de Pai n’avait pas diminué.

« Naden, où étais-tu !? J’étais tellement inquiète ! » déclara Pai.

« Oh, désolée. Je faisais un petit voyage dans le pays de Souma..., » répondit Naden.

« Le pays de Souma ? Quoi ? » demanda Pai.

Oh ! C’est vrai, j’avais seulement dit à Pai mon alias, hein. On aurait dit que Naden s’en était aussi rendu compte.

« Tu comprendrais peut-être si j’appelle le pays de Kazuma. Le Royaume de Friedonia, » déclara Naden.

« Friedonia !? Si loin !? Comment... ? » demanda Pai.

« Hahahaha ! C’est une longue histoire, mais..., » commença Naden.

« Attends, on n’a pas le temps pour ça ! » s’écria Pai.

Naden avait essayé d’expliquer l’histoire jusqu’à présent, mais Pai l’avait immédiatement interrompue. Pai avait affiché un regard sérieux alors qu’elle s’accrochait à une Naden insatisfaite.

« S’il te plaît, Naden ! Arrête tout le monde ! À ce rythme, Ruby va..., » supplia Pai.

Ruby ? Ruby était... le dragon rouge qui se battait avec Naden, n’est-ce pas ?

Pai nous avait expliqué la situation actuelle.

Maintenant, l’histoire va revenir un peu en arrière.

Il s’avérait que ce matin, de mystérieux nuages étaient soudainement apparus dans le ciel au-dessus de Dracul.

Même si le ciel avait été dégagé jusque-là, ce nuage était soudainement apparu et avait apporté du vent violent et de la pluie à Dracul. Les fortes pluies avaient fait déborder les lacs et abattu des arbres.

En réponse, les dragons s’étaient rassemblés dans le Château de Cristal.

Le vent et la pluie semblaient n’affecter que Dracul, alors j’aurais pensé qu’ils auraient pu être évacués ailleurs, mais il y avait une raison pour laquelle ils ne pouvaient pas le faire.

C’était parce que les œufs des dragons étaient sous le Château de Cristal.

J’avais déjà entendu dire que lorsqu’un dragon qui avait formé un contrat avec un chevalier avait pondu un œuf, il avait été laissé aux bons soins de la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon. Apparemment, le simple passage du temps n’était pas suffisant à les faire éclore.

Ils étaient laissés dans un endroit appelé la Chambre du Berceau sous le Château de Cristal, et allaient y attendre le moment de leur réveil. Ce moment n’arriverait que lorsqu’ils seraient en mesure de rencontrer celui avec lequel ils étaient destinés à former un contrat. Il y avait eu des cas où un œuf n’avait pas été éclos pendant près d’un siècle, et c’était l’une des raisons pour lesquelles ils ne pouvaient pas être élevés par leurs parents.

Comme les œufs ne pouvaient pas être retirés du berceau, les dragons devaient défendre ce Château de Cristal, et cela, quoi qu’il arrive.

C’est ce qui avait conduit les dragons à enquêter sur ce nuage bizarre, mais les dragons ailés avaient été secoués par les vents forts, et aucun d’entre eux n’avait pu atteindre les nuages.

En réponse à cette situation, les dragons s’étaient tournés vers Lady Tiamat afin d’obtenir des conseils.

Lady Tiamat avait répondu : « Un dragon sans ailes pourrait voler à travers ce vent et cette pluie ». De plus, elle avait ajouté. « Celui-là détient déjà la clé. Jusqu’à ce que celui-là revienne, je protégerai mes enfants, les œufs qui attendent l’heure du réveil. »

Puis elle avait emmené les prêtresses du dragon et était descendue dans la Chambre du Berceau.

Les dragons laissés seuls étaient entrés dans un chaos. C’était terrifiant qu’on leur ait dit qu’ils ne pouvaient rien faire pour remédier à la situation. Ils avaient réfléchi à ce que pourrait être ce dragon sans ailes et avaient rapidement pensé à Naden Delal. Il était bien connu que Naden était une personne unique qui n’avait pas d’ailes.

Cependant, lorsqu’ils étaient sur le point d’appeler Naden, Pai leur avait dit d’arrêter. Elle leur avait dit que personne n’était dans la grotte que Naden utilisait comme repaire depuis quelques jours.

Quand ils étaient allés vérifier, Naden n’était vraiment pas dans sa grotte.

Naturellement. Naden était allée au Royaume de Friedonia avec moi, et ce matin, nous étions dans le village près de la frontière où Aisha et les autres attendaient.

Et ainsi, les dragons avaient été étonnés. Naden, que Lady Tiamat leur avait assuré de pouvoir résoudre cette situation était absente.

« Au début, il y avait des voix mécontentes qui disaient : “Où est-elle allée à un moment pareil ?” » avait expliqué Pai. « Mais parce qu’elle n’était pas là, cela n’avait pas vraiment d’importance. Finalement, la question a changé pour devenir : “Pourquoi Naden n’est-elle pas à Dracul ?” C’est à partir de là que cela leur est venu à l’esprit que c’était à cause de leurs propres sentiments envers Naden. Ils savaient dans leur cœur qu’ils s’étaient moqués d’elle parce qu’elle était un dragon sans ailes, un ver. »

« “Peut-être en avait-elle assez d’être traitée de ver, et c’est pourquoi elle a quitté la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon ?” pensaient-ils. Et puis ils se sont retournés contre Ruby et ses amies. »

Tout le monde savait que Ruby était souvent allée se moquer de Naden, et cela entraînait souvent des bagarres entre elles. Ainsi, les dragons avaient tous condamné Ruby et ses amies. C’était la cause de l’agitation actuelle.

Pai s’accrochait encore à Naden et avait dit : « Ruby est du genre émotionnel qui ne pense pas assez aux choses, et elle est fière, alors elle a dit qu’elle prendrait aussi la responsabilité des actions de Sapphire et d’Emerada. J’étais en colère à propos de tout ce qu’elle avait déjà dit auparavant, mais voir tout le monde se liguer contre elle comme ça... Je me sens si mal pour elle... »

« Ne m’en dis pas plus, » déclara Naden d’une voix douloureuse.

Quand je l’avais regardée, les cheveux de Naden étaient étincelants d’électricité. C’était comme une visualisation de la colère et de l’indignation de Naden.

Naden avait laissé une Pai sanglotante, puis s’était dirigée vers l’endroit où les dragons étaient rassemblés en affichant sur son visage un masque de colère.

« Ils sont tous si égoïstes ! » s’écria Naden.

« Naden... » un dragon haleta en voyant qu’elle arrivait.

Pendant un moment, j’avais pensé que je devais l’arrêter. Naden n’était pas celle qu’on crucifie en ce moment. Au contraire, elle était devenue la personne clé pour résoudre cette situation, de sorte qu’elle allait obtenir un certain respect dans la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon. Il n’y avait aucune raison pour elle de se battre avec les dragons ici et d’aggraver sa position. Mais... Je ne voudrais pas voir Naden prendre une décision aussi judicieuse.

Alors je lui avais dit : « Tu devrais faire ce que tu veux. Même si les dragons n’aiment pas ce que tu fais, ta place est dans le Royaume de Friedonia... dans le foyer qui est maintenant aussi le tien. »

« Tu as dit que tu voulais faire partie de la famille, Naden, » confirma Liscia. « Alors il n’y a qu’un seul endroit où tu peux revenir. »

« Après tout, la famille revient toujours à l’endroit chaleureux qu’ils appellent la maison, » avait ajouté Aisha, avec un clin d’œil charmant.

« Souma, Liscia, Aisha..., » murmura Naden.

« Alors, vas-y, Naden ! » avais-je crié.

« Bien reçu ! » Naden avait essuyé les coins de ses yeux, puis elle avait pris sa forme de ryuu, avait ouvert sa bouche et avait rugi aussi fort qu’elle le pouvait.

« Grrrrrrrrraaaaaaaaa !!! »

Le rugissement de Naden était si fort qu’il avait ébranlé la grande salle, ce qui avait fait que tous les yeux s’étaient fixés sur elle. Puis, alors que tous les dragons la regardaient, Naden s’était envolée dans les airs.

« Pas possible... Naden vole... » Pai avait couvert sa bouche béante de ses mains. Les autres dragons avaient l’air de ne pas croire non plus ce qu’ils voyaient.

Le corps de Naden s’était élégamment mis à serpenter devant leurs yeux.

Tandis que Pai avait levé les yeux en état de choc, elle avait versé une unique larme. « Je vois... C’est pourquoi Lady Tiamat... Tant mieux pour toi, Naden... »

Après avoir dit ça, Pai s’était essuyé une fois les yeux et avait souri en pleurant. Elle avait dû s’inquiéter pour elle tout ce temps. Naden avait vraiment une bonne amie.

Quand Naden avait occupé l’espace au-dessus de tous les dragons, elle s’était écriée, « C’est asssssssezzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz ! »

*Craquements*, *craquements*, *craquements* !

Elle avait fait tomber la foudre là où se tenaient les dragons. Il y avait des cris ici et là, et les dragons étaient tombés l’un après l’autre.

... Est-ce qu’elle se retenait ? C’était un son désagréable... J’avais aussi senti quelque chose qui brûlait. Eh bien, c’étaient des dragons. Peut-être qu’ils seraient en bon état avec un choc comme celui-ci... C’est du moins ce que je pensais, mais le regard tendu sur le visage de Pai m’avait dit que, même selon les normes des dragons, elle en avait trop fait. Naden avait dû se sentir incapable de se retenir.

L’agitation s’était arrêtée et Naden avait atterri au centre du rassemblement, où personne n’était resté debout, sous sa forme humaine. Puis Naden avait regardé quelque chose à ses pieds.

C’était... Ruby ? Ses cheveux étaient en désordre, les coins de sa bouche avaient été coupés et les vêtements faits de ses écailles avaient été endommagés. Bref, elle avait été longuement tabassée. Il était clair qu’elle avait fait l’objet d’un lynchage intense.

Naden avait jeté un coup d’œil à Ruby, puis elle s’était retournée et avait recommencé à crier. « Foutez-moi la paix ! Je n’ai jamais aimé la façon dont Ruby s’est battue avec moi, mais, n’étiez-vous pas ceux qui m’insultaient derrière mon dos ? Alors, quoi !? Maintenant que ce n’est plus envisageable pour vous, vous décidez de rejeter tous les blâmes sur Ruby et la punir !? Êtes-vous stupide !? »

C’était comme si un barrage avait cédé. Les émotions qui s’étaient accumulées à l’intérieur de Naden pendant tout ce temps avaient jailli. Les sentiments sombres et négatifs qu’elle avait gardés enfermés à l’intérieur d’elle et qu’elle avait été incapable d’exprimer jusqu’à maintenant sortaient.

« Nous... »

Il y avait des dragons qui essayaient de répondre, mais ils avaient finalement été réduits au silence par la tirade de Naden.

« C’est un peu tard ! Vous vous êtes moqués de moi pendant tout ce temps comme étant un ver, et un dragon sans ailes, et maintenant vous voulez pousser tous vos problèmes sur moi !? Vous avez des ailes, n’est-ce pas ? Vous valez mieux que moi, pas vrai ? Alors que diriez-vous d’aller faire quelque chose par vous-même ! »

« Naden..., » avec un ton triste dans sa voix, Pai avait commencé de marcher vers son amie, mais je l’avais arrêtée. C’était le moment pour elle de tout laisser sortir. J’avais senti que... c’était quelque chose que Naden devait faire pour passer à autre chose dans sa vie.

« Vous vous êtes moqué de moi ! Maintenant que je suis la seule à pouvoir faire quelque chose, vous retournez vos vestes et vous venez me demander une faveur. Ne me dites pas ça ! Écoutez-moi bien, je déteste l’ambiance de la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon ! À l’exception de Pai et de Lady Tiamat, je déteste également les dragons ! Pourquoi devrais-je faire quoi que ce soit pour vous ? Je me fiche si cet endroit est détruit ! »

Naden avait fixé du regard les dragons qui étaient à court de mots alors qu’elle tapait des pieds.

« Vous parlez de moi dans mon dos tout le temps ! C’est un ver, alors elle devrait apprendre sa place, et plus encore ! Qu’est-ce qui vous donne le droit de venir me voir pour quoi que ce soit ? Et de toute façon, c’est quoi ma place ? Voulez-vous peut-être essayer de poser la tête par terre avant de mendier ? Peut-être que ça me fera changer d’avis ? »

Ah... Elle avait déversé trop de bile, et maintenant elle était de mauvaise humeur. Naden n’avait probablement même plus réalisé ce qu’elle disait. Bon sang...

« Franchement, il faut se dépêcher..., » déclara Pai à côté de moi.

« D’accord, restons-en là, » dis-je avant de me placer à côté d’elle.

J’avais alors posé une main sur l’épaule de Naden et je l’avais arrêtée.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

6 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

  2. Merci pour le chapitre, encore une semaine à attendre pour lire la suite.

  3. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire