Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 6 – Chapitre 6 – Partie 2

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 6 : Les plaines du chagrin

Partie 2

« Et c’est ainsi que nous en sommes arrivés là où nous en sommes aujourd’hui, » déclara Tomoe.

« Dans quelle mesure a-t-elle laissé Hal et les autres dans cet état ? » avais-je demandé.

« Ils ont essayé d’éviter de troubler les villageois, au moins en la conduisant dans les champs près du village et en se battant là-bas, mais c’était quand même effrayant, avec des explosions comme s’il y avait une guerre en cours, » répondit Tomoe.

« Quoi ? Est-ce toi qui as laissé tous ces trous dans le sol ? » avais-je dit en plaisantant, en regardant Aisha, alors que je pensais qu’elle n’en avait pas l’intention au départ. Mais Aisha détournait délibérément les yeux et faisait semblant de ne pas m’entendre.

Quand Aisha se lâchait, provoquait-elle des changements dans la topographie de la région ? Je la considérais auparavant comme un chien loyal, mais après qu’elle soit allée aussi loin, elle ressemblait plus à une arme de destruction massive.

Je vais contacter le château et leur demander de remplir les trous, pensai-je.

Pour l’instant, nous avions attendu que Hal et les autres se rétablissent, puis nous étions montés dans la chambre de quatre personnes où ils étaient hébergés, et j’avais présenté Naden à tout le monde.

« Voici Naden Delal, une ryuu de la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon avec qui je vais former un contrat. Le contrat est basé sur notre mariage, donc elle a prévu d’être ma deuxième reine secondaire. Naden, cette guerrière elfe sombre est ma future deuxième reine primaire, Aisha. La petite fille louve-mystique est ma petite sœur adoptive, Tomoe. Les trois autres sont mes vassaux, Halbert, Kaede et Carla. »

Carla était en fait mon esclave, mais expliquer tous les détails derrière cela prendrait trop de temps, alors l’appeler simplement mon vassal était suffisant.

Naden se tourna vers tout le monde et inclina légèrement la tête. « Je suis Naden. Enchantée de tous vous rencontrer. »

« Ohh, Madame Naden, c’est ça ? En tant que reines, travaillons ensemble pour renforcer Sa Majesté. » Aisha avait serré la main de Naden d’une manière amicale.

... Hein ?

« J’étais presque sûr que tu allais t’y opposer... ? », avais-je demandé.

« Hm ? Pourquoi aurais-je fait ça ? » demanda Aisha.

« Non, c’est juste que tu as presque essayé de tuer l’envoyée de la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« C’est parce qu’ils sont venus et vous ont emmené ! » expliqua Aisha en grognant. « J’étais en colère contre la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon parce qu’ils m’ont pris mon Seigneur. Mais Madame Naden m’a rapporté mon Seigneur. J’ai toutes les raisons d’être reconnaissante envers elle, et aucune raison d’être en colère. »

« Je ne comprends pas vraiment la base de ce raisonnement..., » répliquai-je.

« Les individus qui prennent votre nourriture sont de mauvaises personnes, » répondit Aisha. « Les individus qui vous apportent à manger sont de bonnes personnes. »

« C’est aussi simple que ça !? Et, attends ! Suis-je maintenant comme de la nourriture !? » demandai-je,

Eh bien, vu à quel point Aisha était dévouée au fait de manger, je ne me sentais pas mal de savoir qu’elle m’aimait autant. J’avais un peu peur que ma deuxième reine primaire devienne de plus en plus comme un chiot.

« Alors... alors, ne veux-tu pas monopoliser toute la nourriture pour toi-même ? » demanda Liscia à Aisha.

C’était quoi cette question !?

Aisha lui avait fait un regard sans émotion et avait incliné sa tête sur le côté d’une façon interrogative. « Hm ? Plutôt que d’accaparer la nourriture pour moi, n’est-ce pas meilleur si nous mangeons tous ensemble en famille ? »

Liscia avait ri. « Hahaha ! Je suis contente que tu sois ce genre de personne, Aisha ! »

« ?? »

Liscia avait souri pendant qu’un tas de points d’interrogation flottait au-dessus de la tête d’Aisha.

Je me sentais mal de dire cela alors qu’elles avaient un accord si harmonieux, mais c’était un peu effrayant d’être traité comme la nourriture de tout le monde.

... Eh bien, c’était mieux que d’avoir des couteaux pointés l’un vers l’autre.

Pendant que je pensais cela, Tomoe s’était présentée à Naden. « Je suis la petite sœur adoptive de Grand Frère et Grande Sœur, Tomoe. C’est un plaisir de te rencontrer, Naden. »

« Je suis également ravie de te rencontrer. Tu as l’air d’une jolie fille avec une bonne tête sur les épaules, comme Liscia me le disait. »

« Heehee ! Le suis-je vraiment ? » demanda Tomoe.

« Oui. C’est un vrai avantage d’avoir une jolie petite sœur comme toi ! » déclara Naden.

« Eh ! Ça chatouille ! » s’écria Tomoe.

Naden avait pris Tomoe dans ses bras. Naden était petite, mais toujours beaucoup plus grande que Tomoe, onze ans, de sorte que la plus jeune fille s’était retrouvée plaquée contre sa poitrine.

Maintenant, avec les présentations de tout le monde effectué, j’avais expliqué les événements jusqu’à présent à tous ceux qui avaient été laissés ici. Je leur avais parlé de la raison pour laquelle Lady Tiamat m’avait appelé, et de la tempête dont elle s’inquiétait. Ça, et à propos du fait que Naden était une sorte de ryuu.

« C’est bien mon Seigneur, il renifle toujours des personnes talentueuses partout où il va ! » déclara Aisha.

Elle avait choisi un truc bizarre pour être impressionnée. Qu’est-ce que j’étais ? Un cochon renifleur de truffes... ?

Quoi qu’il en soit, une fois qu’ils avaient entendu tout ce que j’avais à dire, Carla avait été la première à lever la main.

« Je comprends que Liscia puisse venir avec nous maintenant, mais la limite sur l’entourage que vous apportez avec vous à la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon était de cinq personnes, n’est-ce pas ? Ça ne nous laisse pas un de trop ? » demanda Carla.

« Oui... À ce propos, je pensais laisser Tomoe ici au village, » déclarai-je.

« Quoi... ? » Tomoe avait été stupéfaite d’apprendre qu’elle serait laissée ici.

Je me sentais coupable de voir son visage, comme celui d’une enfant dont l’excursion vient d’être annulée à cause de la pluie, mais sa sécurité devait vraiment passer en premier.

« Maintenant que nous avons l’élément inconnu de la » tempête « dans la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon, je ne peux plus emmener Tomoe jusque là-bas, » expliquai-je. « Aussi pathétique qu’il soit, je suis dans une position où je dois me faire protéger par les autres. Il pourrait y avoir une situation où ils ne pourront pas nous protéger tous les deux. Rien ne peut m’arriver, mais s’il arrivait quelque chose à Tomoe, je ne serais pas capable de garder la tête froide. »

« ... Je comprends, » déclara Tomoe, étant la fille raisonnable qu’elle était, mais la façon dont ses oreilles et sa queue s’affaissaient communiquait trop clairement sa déception. « J’attendrai ici que vous tous, vous reveniez. »

J’avais caressé la tête de Tomoe. « Mais lorsque cette affaire avec la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon sera réglée, j’ai l’intention de continuer à voyager jusqu’à ce que le nombre de demandes en mariage que je reçois au château diminue. Je veux aussi essayer de visiter d’autres pays, et je t’emmènerai certainement, alors j’aimerais que tu sois patiente pour l’instant. C’est une promesse. »

« D’accord... Grand Frère, » répondit Tomoe.

Quand j’avais enroulé mon petit doigt autour du sien pour sceller notre promesse, les oreilles et la queue de Tomoe s’étaient un peu redressées.

Une fois que tout le monde avait été soulagé de voir Tomoe prenant un peu mieux la nouvelle, Liscia avait demandé : « Je comprends ce que tu dis, mais est-ce qu’on va laisser Tomoe seule dans le village comme ça ? Je suis un peu inquiète. »

« C’est bon, » lui avais-je dit. « Bien qu’ils ne se soient pas montrés, les membres des Chats Noirs ont été déployés dans ce village pour qu’elle ne soit pas seule. »

« Vraiment ? » demanda Liscia.

« Oui... Inugami, » dis-je avec un peu plus de force.

La porte de la chambre de quatre personnes s’était ouverte, et un homme portant un masque de chien noir était entré. C’était Inugami, un membre de l’unité d’opérations clandestines appelées les Chats Noirs, et le commandant en second du chef Kagetora.

Inugami était venu et s’était placé devant moi, puis s’était mis à genoux. « Je suis venu à votre demande. »

« En effet, » dis-je. « Pendant que nous serons dans la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon, je veux que les Chats Noirs s’occupent de Tomoe. »

« Il en sera fait selon votre volonté, » répondit-il.

« Et aussi, Inugami, quant à vous personnellement, au lieu de la regarder de l’ombre, je veux que vous restiez à côté de Tomoe et que vous lui soyez son partenaire de discussion. Votre visage n’est pas très connu des personnes ordinaires. Vous avez donc le droit de retirer ce masque pendant que vous êtes dans ce village, » ordonnai-je.

« ... Compris, » répondit-il.

Après cela, Inugami avait enlevé le masque de chien noir qu’il portait, révélant le visage d’un homme-bête mâle ayant un visage d’un loup.

Quand il avait vu ce visage, Hal avait bondi de sa chaise. « V-Vous ! vous êtes Beo — !! »

« Attention à ce que vous dites, officier Halbert, » déclara-t-il brusquement. « Je ne suis qu’Inugami. »

« ... » Hal m’avait regardé.

Non, il pouvait regarder tout ce qu’il voulait, mais je n’allais pas lui donner d’explications. Après tout, les seuls à connaître Beowulf étaient Liscia et Hal qui avaient été dans l’armée.

En regardant Inugami, Tomoe avait incliné la tête sur le côté. « Êtes-vous aussi un loup mystique, Monsieur Inugami ? »

« Non, mon peuple s’appelle la race du loup gris. Parce qu’après tout nos visages ne sont pas humains, » répondit Inugami.

« Mais nous sommes tous les deux des loups, n’est-ce pas ? Soyons amis, s’il vous plaît, » déclara Tomoe.

« Vous êtes trop gentille, Petite Sœur, » Inugami avait incliné la tête devant Tomoe.

Il s’agissait d’un loup gris et d’une louve mystique, deux races aux apparences similaires, et leurs âges étaient séparés de vingt ans, de sorte que quiconque les verrait comme un père et une fille. Malgré cela, ils se trouvaient dans une position bizarre où le père s’inclinait devant sa fille. On aurait dit qu’ils s’entendraient bien, alors tout irait bien.

Une fois tout cela réglé, je m’étais tourné vers les autres. « Naden nous emmènera à la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon. Si nous partions maintenant, nous arriverions au milieu de la nuit, alors nous partirons demain matin à la première heure. Planifiez tout en conséquence. »

« Alors, restons-nous dans ce village ce soir ? » demanda Kaede, et j’avais hoché la tête.

J’avais répondu. « C’est ce que ça veut dire, oui. Voyons comment on va diviser les chambres... »

« Prenons une chambre pour deux et deux chambres pour quatre, » avait dit Liscia avant que je ne puisse aller plus loin. « Halbert, Kaede, Carla et Inugami prendront une chambre. Naden, Tomoe et moi en prendrons un autre. Souma et Aisha, vous prenez la chambre à deux personnes. »

« On peut !? » En entendant qu’elle partagerait une chambre avec moi, Aisha avait eu le sourire aux lèvres.

Je ne pouvais pas discuter face à ce visage, alors j’avais chuchoté à Liscia, « Euh... Es-tu d’accord avec ça ? »

« Tu l’as rendue malade d’inquiétude, alors au moins, sois gentil avec elle pour aujourd’hui, » me répondit-elle.

« ... D’accord, » répondis-je.

Je ne savais pas quoi dire. Liscia était en train de se transformer en une femme charmante, adaptée à son rôle de première reine primaire.

Je suppose, ce n’était pas seulement Liscia. Juna, Roroa et même Aisha avaient grandi tous les jours depuis que je les avais rencontrées, et elles devenaient toutes plus attrayantes. J’étais sûr que Naden évoluerait probablement de la même manière...

J’ai aussi besoin de grandir, pour être sûr qu’elles ne m’abandonnent pas.

Cette nuit-là, Aisha et moi avions fini par dormir dans la même pièce.

« Tu l’as rendue malade d’inquiétude, alors au moins, sois gentil avec elle pour aujourd’hui, » je m’étais souvenu de ce que Liscia m’avait chuchoté.

... Elle a raison, pensai-je. Je lui ai causé beaucoup d’inquiétude cette fois-ci, alors aujourd’hui je vais être très gentil avec Aisha. Je ferai tout ce que je peux pour elle, tout ce qu’elle veut.

J’étais prêt à le faire, mais...

Aisha avait fait une demande surprenante.

« C’est tout ce que vous voulez ? Êtes-vous sûre ? » avais-je demandé.

« Oui ! C’est la meilleure des choses, Sire, » répondit Aisha.

Actuellement, j’étais assis sur le lit, pendant qu’Aisha s’était allongée latéralement avec sa tête reposant sur mes genoux. En d’autres termes, il s’agissait d’un oreiller à genoux. Ce qu’Aisha avait demandé, c’était un oreiller à genoux et des caresses sur la tête. Même en lui caressant la tête comme elle l’avait demandé, et en passant mes doigts dans ses cheveux, c’était suffisant pour faire fondre le visage d’Aisha. C’était plutôt mignon.

Avec un regard envoûté présent sur son visage, Aisha m’avait fait un sourire satisfait. « Quand je vous ai donné un oreiller dans le chariot, j’ai pensé : “J’aimerais que Sa Majesté fasse aussi ça pour moi.” Je suis très satisfaite que vous le fassiez maintenant. »

« ... Je m’en tire à bon compte, hein ? » Je ne pouvais m’empêcher de sourire avec ironie, me demandant si quelque chose d’aussi simple était assez bien. « Mais j’étais prêt à faire n’importe quoi pour vous. Liscia m’a dit d’être gentil avec vous aujourd’hui, donc si vous voulez, Aisha, nous pourrions faire quelque chose de plus... excitant... »

Oh, bon sang ! C’était embarrassant de le dire !

Mais étant donné que Liscia nous avait mis dans la même pièce... c’était probablement son intention.

Si Aisha avait accouché avant Liscia, cela pourrait entraîner une crise de succession, mais Aisha était d’une race à longue durée de vie, donc ce ne serait pas si facile pour elle de concevoir. Même si nous le faisions ici, il était pratiquement garanti qu’elle ne concevrait pas avant Liscia.

« Après tout, c’est probablement pour cela que Liscia nous a réunis tous les deux, » dis-je timidement.

Aisha avait gloussé. « Hehe. C’est bien du genre de Lady Liscia. Non seulement elle pense à vous deux, mais elle me considère aussi, Lady Juna, Lady Roroa, et... était-ce Lady Naden ? C’est étrange pour moi de le dire, mais je pense que c’est une femme charmante. »

« ... Elle l’est, » avais-je dit.

« C’est pourquoi je veux être aussi belle pour elle. Bien sûr, j’aimerais que vous me fassiez l’amour, mais si je me laissais aller au désir ici, je ne ferais que profiter de la gentillesse de Lady Liscia. Je ne veux pas ça, » Aisha avait reniflé. « C’est pourquoi j’attendrai que vous et Lady Liscia ayez eu un enfant. Dans n’importe quelle compétition, peu importe qui est mon adversaire, et même si c’est une bataille pour l’amour, je veux gagner directement dans un combat équitable, » déclara Aisha.

Se battre équitablement dans une bataille pour l’amour, hein. C’était tellement dans le genre d’Aisha.

« Je pense que vous êtes très belle, vous aussi, Aisha, » avais-je dit.

« Hehe... Vous me mettez mal à l’aise, » déclara Aisha.

Puis Aisha s’était assise et s’était retournée, me regardant les yeux tournés vers le haut en disant : « Mais, Sire, je pense, toujours comment je veux que vous me fassiez l’amour, vous savez ? Quand vous avez soudainement disparu, je me sentais si seule. »

« D-D’accord…, » avais-je dit, car je ne pouvais pas dire grand-chose d’autre.

« Alors, s’il vous plaît, dépêchez-vous et faites un bébé tous les deux. Et cela, aussi vite que possible, » déclara Aisha.

« … Je ferai de mon mieux, » répondis-je.

Aisha avait rapproché son visage, puis elle avait pressé ses lèvres contre les miennes.

Maintenant que j’y pense... c’était mon premier baiser avec Aisha.

Alors que mes yeux étaient encore écarquillés en raison de la surprise, Aisha avait souri et avait dit : « Permettez-moi au moins ceci. Et... quand vous aurez fait ce bébé, soyez sûr de me faire l’amour, d’accord ? Chéri, »

Il va sans dire que ce geste mignon m’avait laissé aussi rouge qu’une pieuvre bouillie.

 

☆☆☆

Le jour suivant...

« Maintenant, Votre Majesté ! Allons à la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon ! »

Le visage d’Aisha était rayonnant lorsqu’elle avait déclaré cela, pleine d’énergie. Ainsi, Liscia et Naden m’avaient regardé en toute connaissance de cause.

En me souvenant de notre conversation de la veille, je m’étais senti embarrassé.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

  2. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire