Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 5 – Histoire courte en prime 3

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Histoire courte en prime : Les techniques de protections des fiancées

De la fin de la 1 546e année au début de la 1 547e année du Calendrier Continental

Vers cette époque, le roi provisoire de Friedonia, Souma Kazuya, recevait des invitations des nobles du royaume afin d’assister à des banquets et autres réceptions sociales presque tous les soirs.

Il avait été décidé que le couronnement de Souma et son mariage avec Liscia et les autres auraient lieu vers la fin de la 1547e année, de sorte que les nobles voulaient désespérément présenter les femmes de leurs maisons et les faire aussi devenir les fiancées de Souma.

Il pouvait refuser les demandes des petites maisons, mais avec les grandes maisons, il ne pouvait pas les ignorer, car cela risquait d’avoir un effet sur la politique du royaume. Souma devait au moins assister à ces événements, tout en rejetant en douceur les nobles qui essayaient de lui vendre leurs filles.

Ce faisant, il était important qu’il ait une partenaire. Si l’une de ses fiancées était toujours à ses côtés, il était plus difficile pour les nobles de lui recommander leurs propres filles. Ses trois fiancées officielles, Liscia, Aisha et Roroa, ainsi que sa fiancée Juna, qui n’avait pas encore été annoncée, s’étaient relayées à ses côtés.

« Souma est le roi, il faut donc accepter qu’il doive prendre d’autres épouses pour des raisons politiques, nationales et étrangères, » avait conseillé Liscia à ses trois autres fiancées. « On ne peut pas laisser une femme avec des arrière-pensées devenir reine. Nous devons protéger Souma correctement et empêcher ceux qui ont une soif de pouvoir d’obtenir un lien conjugal avec la maison royale. »

Aisha, Juna et Roroa hochèrent la tête.

 

☆☆☆

 

Ce jour-là, Liscia assistait à un banquet en tant que partenaire de Souma.

Tandis qu’il y avait beaucoup de femmes dans des robes tape-à-l’œil, pour une raison inconnue Liscia était la seule à porter son uniforme.

« ... Liscia, pourquoi êtes-vous en uniforme ? » demanda Souma.

« Ce sera plus facile de se déplacer si quelque chose arrive. Ne le croyez-vous pas ? En plus, mon uniforme a été conçu juste pour moi. Je peux le porter à n’importe quelle fête sans me sentir gênée, » répondit Liscia.

« Hm... C’est comme un uniforme d’étudiant pratique que vous pouvez porter pour les mariages et les enterrements, hein ? » demanda Souma.

« Eh bien ! Oui, mais... vous n’avez rien d’autre à dire à propos de ça ? » Liscia gonfla un peu ses joues, ce qui avait fait sourire Souma avec ironie.

« Vous me dites toujours d’agir comme un roi, mais vous savez, vous n’agissez pas vous-même comme une princesse. Je ne me souviens pas vous avoir vue en robe, » déclara Souma.

« Argh, eh bien, c’est parce que je ne les aime pas vraiment..., » répondit Liscia.

« Mais j’aimerais vous voir bien habillée, » répondit Souma.

« ... Je vais y réfléchir, » répondit Liscia.

Tous les deux bavardaient d’une manière agréable. Pendant ce temps, les femmes qui venaient à cette réunion sociale dans l’espoir de se marier pour devenir riches regardaient de loin, mordant leurs mouchoirs dans la frustration.

C’est quoi cette vibration ? Cela me fait hésiter à lui parler ! pensaient-elles toutes.

La technique de protection de Liscia : Inconsciemment, créer une atmosphère que personne d’autre ne pourrait envahir.

 

☆☆☆

 

Ce jour-là, Roroa assistait à la fête d’anniversaire d’un noble influent en tant que partenaire de Souma.

Même s’il s’agissait d’une fête d’anniversaire, presque toute la noblesse le faisait sous forme de banquet, donc la seule différence était que les participants devaient donner des cadeaux à la maison afin de célébrer un anniversaire.

Soit dit en passant, dans le cas de Souma, sa participation à l’événement comptait déjà comme un cadeau, et il n’avait donc pas à offrir d’autres cadeaux. En échange, il devait parler avec les membres de la famille du noble chez qui il allait. C’était donc l’occasion parfaite pour les nobles qui voulaient envoyer leurs filles afin de les faire devenir ses reines.

Cependant, le petit tanuki d’Amidonia ne permettait nullement que tout cela se produise.

Roroa s’était placée au milieu de la salle, avant d’étendre les bras et de faire entendre sa voix. « Mesdames et messieurs, je me sentais mal d’être venue à cette fête sans aucun cadeau à apporter. Dans ce cas, voici une petite surprise que j’ai préparée pour vous tous. »

« Hahh ! » Une personne était soudainement tombée du plafond. C’était un homme musclé portant un masque d’argent et un foulard rouge. Il s’agissait du héros qui était le sujet de conversation du royaume, Overman Silvan. « Charge ! Silvan ! »

« Voilà, vous l’avez fait, » déclara Roroa avec satisfaction. « Nous avons amené le super populaire Overman Silvan avec nous. »

Les nobles applaudirent face à ça. Silvan était aussi populaire auprès des adultes, et ils avaient tous trépigné d’impatience alors qu’ils se précipitèrent pour avoir la chance de lui serrer la main. Même l’hôte de la fête avait oublié ce qu’il faisait et s’était joint à eux.

Tandis qu’il les regardait, bras dessus bras dessous avec Roroa, les épaules de Souma s’étaient affaissées. « Est-ce que ce pays... va s’en sortir ? »

« Mwahahaha, c’est très amusant, » répondit-elle en gloussant.

Technique de protection de Roroa : Sa capacité effrayante à mettre les choses en place à l’avance.

 

☆☆☆

 

Ce jour-là, Juna assistait à un bal masqué en tant que partenaire de Souma.

Il s’agissait d’un banquet de noble, mais l’hôte de celui-ci avait quelque chose de très spécifique en tête. Il avait demandé aux participants de porter des masques et de participer à une soirée dansante. Le plan était d’encourager les gens à mieux se connaître sans se soucier de la taille de leur maison ou de l’existence d’un conjoint ou d’une fiancée, mais la plupart des femmes étaient ici pour cibler Souma.

Même avec un masque, l’apparence de Souma était bien connue, alors il avait été rapidement identifié. Maintenant, les femmes se dirigeaient vers Souma... mais elles n’y arrivaient pas.

« « « ... » » »

C’était parce qu’une beauté d’un autre monde se tenait à ses côtés.

Entre la beauté de son visage, qu’on pouvait discerner même à travers son masque, ses beaux cheveux bleus brillants, sa silhouette étonnante et ses mouvements gracieux, elle était comme une masse concentrée de tous les attributs féminins, et les autres femmes présentes se sentaient tellement inférieures qu’elles ne pouvaient même pas approcher.

Pendant ce temps, Souma parlait à la femme à côté de lui d’un ton légèrement inquiet. « Pensez-vous que c’est bon ? Nous n’avons pas encore annoncé nos fiançailles. »

Juna avait gloussé. « En ce moment, Sire, vous et moi ne sommes qu’un homme et une femme masqués. »

La technique de protection de Juna : Écrasez la concurrence avec sa grâce débordante.

 

☆☆☆

 

Ce jour-là, Aisha assistait à un banquet en tant que partenaire de Souma.

Ici aussi, les nobles surveillaient de près l’occasion de nouer des liens avec Souma.

« Oh, Votre Majesté, c’est un plaisir de... Eek !? » cria un noble.

« Votre Majesté, quel plaisir de vous voir ! Qu’en dites-vous, voulez-vous vous joindre à moi pour... Whoa !? »

Chaque fois qu’un noble essayait d’approcher Souma, la femme à ses côtés projetait son aura de guerrière sur eux afin de les intimider. Bien qu’elle soit une belle elfe sombre dans une robe argentée, elle donnait l’impression aux nobles d’être dévisagés par un tigre à dents de sabre, et ils ne pouvaient pas approcher Souma.

Aisha ne savait même pas qu’elle le faisait, elle était juste sur ses gardes contre quiconque approchait Souma parce que c’était son devoir de garde du corps. Alors...

« Bonjour, Votre Majesté, » déclara une femme. « C’est un honneur de vous rencontrer. »

« Votre Majesté, s’il vous plaît, parlez-moi de la guerre en Amidonia, » supplia une autre femme.

« Oh. Eh bien, euh..., » Souma bégayait.

Pour cette raison, Aisha n’avait pas utilisé son aura oppressante contre de jeunes femmes qui ne voulaient clairement pas faire de mal à Souma, et donc les femmes avaient eu une occasion étonnamment facile de s’approcher de lui.

Les femmes s’étaient rapprochées de Souma, convaincues que c’était leur chance de le faire les apprécier. « Votre Majesté, après ça, pourquoi n’irions-nous pas trouver un endroit où nous pourrions être seuls un moment... ? »

« ... Sire, » déclara Aisha, en lui tirant sur sa manche.

Quand elle lui avait fait un regard presque comme celui d’un chiot abandonné, Souma n’avait pas pu la laisser seule, alors il s’était excusé auprès des femmes en déclinant leur proposition d’aller quelque part avec moins de monde.

« Ça va, Aisha ? Ne vous sentez-vous pas bien ? » demanda Souma.

« ... Non, je vais bien maintenant. Cependant, restons ici un peu plus longtemps, » déclara Aisha.

Aisha se pencha vers Souma, le suppliant de la laisser faire. Elle avait finalement toute l’attention de Souma pour elle, alors Aisha avait souri de satisfaction.

La technique de protection d’Aisha : La capacité de basculer entre se présenter comme une guerrière compétente et un chiot abandonné.

 

☆☆☆

 

Il s’agissait d’une bataille que ces femmes ne pouvaient absolument pas se permettre de perdre.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    PS : Hilarant !

  2. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire