Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 5 – Épilogue – Partie 6

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Épilogue : Vers son premier voyage à l’étranger

Partie 6

« ... Alors, voilà. Il a été décidé que j’effectuerais un voyage jusqu’à la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon, » déclarai-je.

Cela s’était écoulé quelques heures plus tard. J’avais rassemblé les personnes familières avec moi dans la salle de conférence pour l’annonce.

Étaient présentes mes quatre fiancées, Liscia, Aisha, Juna et Roroa, ainsi que le Premier ministre Hakuya, le Capitaine de la Garde Royale Ludwin, le ministre des Finances Colbert, ma petite sœur honorifique Tomoe et les servantes Serina et Carla, pour un total de onze personnes en m’incluant.

« Vous allez sortir du pays, non ? Est-ce que ça va aller ? » Demanda Liscia, semblant inquiète.

J’avais acquiescé afin de la réconforter. « Je vais faire en sorte que les Chats Noirs m’observent depuis les ombres au cours du trajet. Mais rappelez-vous que je ne peux vraiment pas les faire entrer sur le territoire de la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon avec moi. Pourtant, une fois que nous serons dans la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon, il n’y a probablement personne qui essayera de nous causer du tort. De plus, j’ai reçu la permission d’amener avec moi quelques compagnons. Hakuya, la limite était fixée à combien ? »

« La lettre indique que vous pouvez avoir cinq personnes en plus de vous, » répondit-il.

Après avoir hoché la tête face à la réponse de Hakuya, je me tournai pour faire face au reste des personnes. « Dans tous les cas, je veux amener cinq personnes. Nous allons y aller incognito, donc je ne veux pas me démarquer. Mais comme il s’agit d’un voyage à l’extérieur du pays, nous ne savons pas ce qui pourrait arriver ! Voilà pourquoi, autant que possible, je veux des personnes qui soient des guerriers accomplis. Aisha, je veux que vous soyez à mes côtés. »

« D’accord, Sire. Je vous protégerai sur ma vie, Votre Majesté, » répliqua Aisha.

« Ce n’est pas bon, » dis-je. « Vous êtes déjà reconnue par tout le monde comme étant une candidate pour devenir ma future deuxième reine primaire. Je sais que c’est bizarre de dire ça quand je suis celui qui a besoin de protection, mais ne dites pas que vous allez donner votre vie pour moi. Assurez-vous aussi de vous protéger correctement. »

« O-Oui ! C’est compris ! » Aisha avait hoché sa tête de haut en bas.

Après ça, j’avais regardé Liscia. « D’un autre côté, la seule personne que je ne peux pas emmener est toi, Liscia, » déclarai-je.

« ... Peux-tu me donner une raison ? » Liscia avait demandé ça avec un regard de mécontentement. Elle était clairement insatisfaite, mais elle était prête à m’écouter.

« Si je suis l’autorité supérieure dans ce pays, tu es la numéro deux, » avais-je expliqué « Nous estimons que le voyage à l’étranger durera environ un mois. Nous ne pouvons pas avoir l’autorité supérieure et son numéro deux qui sont tous deux loin pendant une si longue durée. Je suis sûr qu’il n’y a aucun risque pour nos vies, mais pense à ce qui se passerait si quelque chose retardait notre retour. Dans le cas où cela se produirait, j’ai besoin de laisser derrière moi quelqu’un de confiance qui peut diriger le pays pour moi. »

« ... Tu as raison. C’est malheureux, mais... Je ne peux que l’accepter, » dit Liscia avec un soupir.

Je l’avais aussi regretté de mon côté. Elle était une fille fiable, et je voulais vraiment l’amener.

Liscia porta une main à sa poitrine, comme si elle essayait de changer son état d’esprit. « Je vais maintenir le fort pendant que tu seras parti. En échange, peux-tu essayer de ne pas être trop imprudent ? »

« D’accord. Je compte sur toi, » dis-je.

Après que Liscia ait accepté la situation, je m’étais tourné vers Juna.

« Quant à Juna, qui peut gérer à la fois le combat et la collecte de renseignements, j’aimerais vraiment vous avoir avec moi, mais nous ne pouvons pas vous retirer du programme éducatif trop longtemps, n’est-ce pas ? » annonçai-je.

« ... Vous avez tout à fait raison. Comme c’est dommage, » répondit Juna.

« Oh, oh ! Moi ! Moi ! Je veux y aller ! » Roroa leva la main et se mit à sauter de haut en bas pour essayer d’attirer mon attention.

Colbert avait immédiatement attrapé ses bras avant de les placer derrière son dos. « V-Vous ne pouvez pas, Princesse ! Nous avons étendu votre main mise sur tant d’entreprises différentes, alors j’ai besoin de vous ici pour m’aider à tous les gérer ! D’ailleurs, vous devez apparaître avec Juna sur le programme éducatif, n’est-ce pas ? »

Les épaules de Roroa affaissèrent. « Ahhhh... mais je voulais aussi prendre des vacances avec mon Chéri, »

« Il s’agit d’un voyage à l’étranger, d’accord ? » dis-je. « Après ça, dès que nous aurons un créneau libre, nous allons tous partir ensemble en vacances en famille, je vous le promets. »

« Y a plutôt intérêt, Chéri, » répliqua Roroa.

Parmi les membres restants, j’avais regardé Carla. « Carla, je voudrais que vous soyez aussi à mes côtés en tant que garde du corps. »

« M-Moi !? » s’écria Carla.

« De toutes les personnes présentes ici, je cherche quelqu’un avec des capacités martiales et que rien d'important retient ici, donc vous êtes le candidat le plus approprié, » expliquai-je.

« C-Compris, Maître ! » cria Carla.

Liscia se dirigea vers elle et lui prit doucement la main. « Carla, prends soin de Souma pour moi, d’accord ? »

Carla lâcha prise, fit un pas en arrière et la salua. « Liscia, laisse-moi me charger de ça. Je jure que mon maître reviendra indemne ! »

En regardant cet échange entre deux amies du coin de l’œil, je m’étais adressé au groupe. « Pour les deux suivants, ils ne sont pas là, mais je pense que je vais prendre Hal et Kaede. Les prouesses martiales de Hal sont garanties, et je le connais bien. Et après tout, Kaede est également une puissante mage de terre. Pour l’instant, je pense que je vais prendre ces quatre personnes comme compagnons. Que tout le monde travaille sur cette hypothèse et... »

« Hm-Euh ! Grand frère ! » Une Tomoe hésitante, mais qui utilisait une voix clairement audible, me parla tout en levant la main.

« Tomoe ? Qu’est-ce qu’il y a ? » demandai-je.

« P-Prends moi avec toi, s’il te plaît ! » déclara-t-elle avec plus de force.

« « « Quoi !? » » » tout le monde s’écria de surprise.

La timide Tomoe, qui avait tout fait pour rester à l’écart des adultes du château, avait soudainement agi d’une manière agressive. Peut-être que le seul qui n’avait pas été surpris était son professeur, Hakuya.

« Hm... tu sais, il s’agit d’un voyage à l’extérieur du pays, » dis-je. « Cela pourrait s’avérer dangereux... »

« Je-je veux pouvoir voir plus du monde extérieur et non pas seulement le château ! Je veux voir beaucoup de choses, et je veux éventuellement être quelqu’un qui peut aider mon grand frère et ma grande soeur ! » Tomoe serra les poings alors qu’elle faisait sa demande.

Nous avions protégé Tomoe jusqu’à maintenant, mais elle avait dit qu’elle voulait être en mesure de nous soutenir. Tomoe avait onze ans maintenant. Si elle avait été un garçon, ce serait une période dans sa vie où elle ferait encore des choses stupides, et en tant que fille, elle était sur le point de toucher une période sensible. J’étais heureux de voir ce changement en elle en tant que membre de sa famille, mais j’étais également préoccupé.

« Sire... » déclara Hakuya. « Si possible, je voudrais que vous emmeniez votre petite sœur. »

J’étais toujours à court de mots face à sa proposition.

« J’ai jugé qu’au cours de cette période, le fait d’élargir ses horizons l’aidera à progresser, » avait-il poursuivi.

« Bien sûr, même dans mon monde, il y avait un dicton : “Si tu aimes ton enfant, laisse-le partir en voyage”, mais quand même, » j’avais croisé les bras et j’avais réfléchi à ce qu’il fallait faire.

« S’il te plaît, Grand Frère..., » Tomoe avait plaidé avec des yeux larmoyants.

Quand elle m’avait demandé ça avec ses yeux de chiot mignon qui m’avait fait me rappeler de cette vieille publicité avec un chihuahua, j’avais vraiment eu du mal à trouver ma réponse.

Nous étions couverts sur le plan des capacités martiales. Avec Aisha et Halbert, nous pouvions répondre à presque toutes les situations.

Mais quand même... cela pourrait être dangereux...

J’étais en conflit entre mon inquiétude en tant que grand frère et mon désir d’accorder son souhait en tant que grand frère. Après près de deux minutes d’agonie... à la fin, j’avais cédé face au regard sérieux présent dans les yeux de Tomoe et je m’étais avoué vaincu.

« D’accord... je vais te le permettre. Mais cela ne se fera qu’après que tu aies obtenu la permission de Tomoko, » elle était la mère de Tomoe. « Si tu ne peux pas obtenir sa permission, je ne peux pas t’emmener pour ce voyage. De plus, aucun de nous ne lui parlera de cette affaire. Tu dois convaincre ta mère par toi-même. Est-ce que cela te convient ? »

« Oui ! » répondit Tomoe en acquiesçant énergétiquement

Je ne savais pas ce qui s’était passé après ça entre Tomoe et Tomoko. Cependant, à la fin, Tomoe avait réussi à la convaincre.

Plus tard, quand Tomoko était apparue aux côtés de Tomoe, elle devait s’inquiéter profondément. « Votre Majesté, s’il vous plaît, prenez soin de ma fille. » Elle m’avait dit ça et elle avait baissé la tête.

Il semblerait que la pomme ne tombait pas loin de l’arbre. Bien sûr, je voulais le dire dans le bon sens.

Eh bien, mes compagnons pour le voyage avaient ainsi été décidés.

Nous voilà donc partis...

En route vers le pays des dragons, la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

6 commentaires

  1. Merci pour le chapitre et bonne continuation!

  2. Merci. Cool qu’aisha et carla soient de la parti. J’avais complètement oublié hal et kaede mais c’etait logique et je pensais a ludwin meme si il sera le futur commandant suprême. Et je sentais tomoe surtt qu’elle peut parler au dragon voir se lier a la future mere-dragon mais comme elle est le joker ultime, c’est dangereux.
    La mere-dragon serait peut être celle qui s’est lier au premier heros d’ou le sentiment de la meme odeur.

  3. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire