Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 5 – Épilogue – Partie 2

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Épilogue : Vers son premier voyage à l’étranger

Partie 2

Il s’agissait d’une place mystérieuse.

C’était comme si j’étais dans un abîme dans lequel aucune lumière ne pouvait l’atteindre, ou peut-être j’avais été jeté dans l’espace profond, dans un endroit où j’étais incapable de discerner ce qui était le haut du bas.

Je flottais au milieu de cet espace.

Je pouvais respirer correctement, mais mes pensées étaient étrangement brumeuses.

Oh... il s’agit probablement d’un rêve. Je suis dans un monde imaginaire. Parfois lorsque je rêvais, je réalisais que c’était un rêve.

Quand je m’assoupissais proche de mon kotatsu, où il était difficile de s’endormir complètement, je réalisais que c’était un rêve et je pensais que j’avais besoin de me réveiller rapidement, et là, je rêvais que je me réveillais avant de réaliser que je rêvais à nouveau, et ainsi de suite en boucle pendant longtemps. C’était proche de ce que je ressentais maintenant.

Alors que je dérivais dans cet état de somnolence, une lumière était soudainement apparue devant moi.

La lumière avait progressivement augmenté, atteignant finalement plusieurs dizaines de fois ma propre taille. La lumière qui avait grandi jusqu’à cette énorme ampleur avait finalement commencé à prendre la forme de quelque chose bien spécifique. Après avoir pris forme, la forte lumière s’était progressivement estompée et alors...

Ce qui était apparu devant mes yeux était un énorme dragon d’argent.

L’aura qui émanait de lui était véritablement écrasante. Il avait des cornes enroulées sur elles-mêmes comme vous pourriez le voir sur une chèvre. Il possédait des griffes et des crocs qui semblaient être capables de déchirer de l’acier comme si cela n’avait été que du beurre. De puissantes ailes se répartissaient des deux côtés de son corps massif. Son corps était recouvert d’une fourrure lisse et argentée, et ses yeux bleus semblaient en quelque sorte emplis de douceur. Il s’agissait d’un dragon qui était masculin et pourtant, il émanait de lui une sensation maternelle.

Auparavant, on m’avait dit que les wyvernes et les dragons étaient complètement différents, mais... maintenant, je pouvais comprendre ce dont ils parlaient. Cette créature était si divinement éblouissante qu’il semblerait absurde de la comparer à une wyverne.

« Se pourrait-il que vous soyez... la Mère-Dragon ? » demandai-je.

Il s’agissait de l’intuition que j’avais eue quand je l’avais vu. J’avais entendu parler de ça avant. On m’avait dit qu’il y avait des dragons sensibles vivant dans la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon, et qu’ils étaient gouvernés par un magnifique dragon blanc extrêmement massif. Le dragon devant mes yeux était si beau que je l’aurais décrit comme un dragon d’argent, et non pas un dragon blanc, mais cela correspondait parfaitement à l’image de la Mère-Dragon.

La Mère-Dragon n’avait ni confirmé ni nié, mais ses yeux indéfectibles qui fixaient les miens me disaient que la réponse était « oui ».

Puis la Mère-Dragon avait étiré son long cou. Même sa tête était incroyablement massive, et si elle en avait eu envie, elle aurait facilement pu m’avaler entièrement là-dedans. J’avais un peu paniqué, mais mon corps n’avait pas pu bouger, comme s’il était cousu en place.

Heureusement, la tête de Mère-Dragon n’avait pas ouvert sa bouche lors de cette approche, et son grand nez s’était rapproché de moi. Puis elle avait doucement inhalé à travers ses narines. Nous étions restés comme ça pendant un petit moment, puis la Mère-Dragon avait lentement fait reculer sa tête loin de moi.

« Vous qui avez une odeur familière, » parla-t-elle.

Hein !? pensai-je, choqué.

J’avais entendu sa voix. Elle avait le ton d’une douce femme âgée. Était-ce la voix de la Mère-Dragon ? Je pensais que c’était possible, mais elle n’avait pas ouvert la bouche.

« Vous qui avez une odeur familière. »

Je l’avais à nouveau entendu. J’avais vraiment l’impression que cela venait de la direction de la Mère-Dragon.

« Cette... voix semble être directement reçue dans mon cerveau, est-ce la vôtre ? » demandai-je.

La Mère-Dragon avait l’air d’avoir hoché la tête. « Il s’agit de la seule façon dont nous pouvons parler quand nous sommes sous forme de dragon, » répondit-elle mentalement.

« Comme c’est intéressant..., » dis-je.

Quelle capacité mystérieuse c’était ! Je ne savais pas si c’était la magie de communication ou peut-être de la télépathie, mais, eh bien, c’était un rêve, donc je suppose que tout pouvait fonctionner. Mais quand même... le fait d’avoir une conversation avec la Mère-Dragon dans mon rêve était comme quelque chose qu’on trouverait dans un film médiéval fantastique.

« ... Serait-ce que vous me montrez ce rêve ? » demandai-je.

« Non, » répondit-elle. « C’est un rêve, mais en même temps, ce n’est pas un rêve. En synchronisant nos consciences, j’ai donné naissance à un pseudo-rêve, et j’ai ainsi pu créer un espace pour que nous puissions converser. »

La Mère-Dragon m’avait expliqué tout cela comme si tout cela était très naturel pour elle.

Synchronisation de consciences, pseudo-rêves... Le décor ressemblait à quelque chose que vous pourriez trouver dans un film fantastique, mais le vocabulaire utilisé était terriblement systématique. C’était presque comme si elle était familière avec la science-fiction.

J’avais entendu dire qu’il y avait des dragons sensibles dans la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon, et j’avais supposé que leur intelligence était juste suffisante pour qu’ils puissent parler comme des humains, mais peut-être que leur intelligence dépassait de loin celle des races de l’humanité. Si c’était le cas, c’était vraiment un pays insondable qu’ils avaient.

« ... Alors, Madame la Mère-Dragon, pourquoi avez-vous arrangé cela pour nous rencontrer de cette façon ? » Je lui avais parlé comme si elle était une reine d’une autre nation, tout en faisant de mon mieux pour feindre le sang-froid.

Même si j’avais simplement demandé cela pour voir ce qu’elle dirait, j’avais déjà une idée de la raison qui avait fait qu’elle avait pris contact avec moi...

Ce devait être par rapport au Mechadra, la chose que Genia avait réalisée avec les os que nous avions excavés. Si la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon s’était mise en colère contre nous, en disant : Ne jouez pas avec les restes de notre espèce, notre pays n’aurait d’autre choix que d’offrir de sincères excuses. En rencontrant pour la première fois un véritable dragon, j’avais été capable de réaffirmer une chose en moi-même : nous devions être sûrs de ne jamais nous en faire des ennemis.

On m’avait dit que le monstre qui était créé quand les os d’un dragon se transformaient en un dragon squelettique était capable de détruire toute une nation. Cela signifiait probablement que dès le départ, les dragons avaient autant de potentiel destructif. Cela m’avait aidé à comprendre pourquoi, même au plus fort de leur puissance, l’Empire n’avait pas été capable de poser une main ou un pied sur la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon malgré leur suprématie sur les autres nations. Ou plutôt, c’était tellement imprudent qu’ils n’avaient jamais décidé de se battre contre des êtres comme ceux-ci.

Alors que je sentais une sueur froide couler dans mon dos, la Mère-Dragon semblait légèrement sourire.

« Je n’ai rien à dire à ce sujet, » déclara-t-elle.

« Hein !? » Est-elle capable de lire mes pensées !?

« Je vous l’ai déjà dit, il s’agit d’un lieu créé par la synchronisation de votre esprit et du mien. Même sans parler, vous devriez être capable d’entendre ma voix, » m’expliqua-t-elle.

« ... »... Donc on peut communiquer uniquement par la pensée, est-ce bien ça ?

Quand j’avais choisi de penser ce que je voulais dire lui dire, mais sans le mettre en mots, et la Mère-Dragon hocha la tête.

Bon sang ! Nous n’avions pas seulement une discussion à cœur ouvert, mais ce qui était dans nos têtes était ouvert à l’autre partie.

Il ne pouvait y avoir d’endroit plus approprié pour négocier, mais cela signifiait aussi que je ne pouvais pas lui mentir. Mais ce n’est pas sûr. Vu qu’elle est quand même la Mère-Dragon, alors peut-être qu’elle est assez puissante pour pouvoir dire des mensonges dans son propre cœur ? Alors que j’étais en train de réfléchir à ça, la Mère-Dragon m’avait parlé dans ma tête.

« Même moi je ne peux pas faire ça. Aucune créature ne peut mentir dans son cœur. »

« Vraiment ? » demandai-je.

« Tout à fait. De plus, vous n’avez pas besoin de dire les choses à haute voix. Est-ce que vous vous en rendez compte ? » demanda-t-elle.

« Eh bien... je trouve ça un peu troublant de ne pas le faire, alors s’il vous plaît, laissez-moi parler à haute voix, » dis-je.

Il s’agissait d’un espace où rien ne pouvait être dissimulé.

J’avais donc décidé de lui poser des questions sur cette situation. « Donc, à propos du Mechadra... vous disiez que vous n’aviez rien à nous reprocher à ce sujet ? »

« Tout à fait, » répondit-elle. « Je n’ai pas l’intention de vous dire ce que vous pouvez et ne pouvez pas faire avec une dépouille quand l’âme est déjà partie depuis longtemps, et, que sur le plan physique, l’os a été remplacé par de la pierre. »

« ... Même si cela reste les os de l’un de vos semblables ? » demandai-je afin de le confirmer.

« Votre peuple montre également les restes fossilisés de vos ancêtres, » avait-elle répondu. « Je ne peux pas dire que je n’ai aucune réserve à ce sujet, mais cela reste quelque chose d’inévitable. Tous les êtres vivants finissent par mourir, puis pourrir. Animaux, plantes, humains et dragons, nous retournons tout à la fin à la terre. Dans ce cas, devons-nous nous lamenter sur le fait que lorsque nous foulons la terre, nous écrasons ceux qui étaient autrefois nos frères ? »

J’étais surpris par cette réponse. Même si elle était un objet de culte, la Mère-Dragon avait parlé en des termes pragmatiques. Et aussi, si sa mention de retour à la terre était une référence à être décomposée par des microbes, je ne pouvais vraiment pas me permettre de sous-estimer les connaissances des dragons.

« S’il ne s’agit pas de problèmes avec le Mechadra, pourquoi avez-vous organisé cette réunion ? » demandai-je.

La Mère-Dragon avait un peu plissé ses yeux. « Vous qui avez une odeur familière, Roi d’Elfrieden et d’Amidonia, Sire Souma Kazuya, je voudrais que vous veniez visiter la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon. »

« La Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon ? » demandai-je.

La Mère-Dragon acquiesça calmement. « Dans un proche avenir, nous organiserons une cérémonie pour les jeunes dragons de la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon pour former des “contrats de jumelage” avec les chevaliers du Royaume des Chevaliers-Dragons de Nothung. Je voudrais que vous participiez à cette cérémonie. »

« Hein !? » m’exclamai-je.

Allais-je participer à la cérémonie des Chevaliers-Dragons ? ... Attendez, la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon n’avait-elle pas aucune relation diplomatique avec qui que ce soit en dehors du Royaume des Chevaliers-Dragons de Nothung ? Quand j’avais essayé de demander plus de détails, le corps de Mère-Dragon avait commencé à briller comme quand elle était apparue. C’était si brillant, que j’avais dû plisser les yeux.

Juste avant que sa forme ne disparaisse, Mère-Dragon m’avait laissé avec ces mots : « Il y a quelque chose que je souhaite vous confier. »

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

9 commentaires

  1. houaaaaaa, epic
    merci beaucoup !!

  2. Merci pour le chapitre.
    PS : Si je me souviens bien de ce qu'on à dit de ce contrat je parie qu'il avoir une nouvelle fiancée !

  3. Merci pour le chapitre.
    « Il y a quelque chose que je souhaite vous confier. » aller soyons fou sa fille, un artefact, ...

  4. Merci pour le chapitre et bonne continuation!

  5. Merci pour le chapitre. ça promet pour le prochain tome xD

  6. On a donc fini par dépasser la traduction anglaise. Félicitations à toi et merci pour tes traductions.
    Je suis impatient de connaître la suite vu que maintenant souma va devoir partir. j'ai hâte de savoir qui l'accompagne dans cette péripétie. Haluya, liscia et ludwin vont devoir rester. Du coup sûr aisha l'accompagne en tant que garde du corps, peut-être juna, mérulith pour une curiosité de la magie draconique, carla car c'est une draconewt et pourquoi pas un nouveau personnage.
    En tout cas, ça va sentir le jumelage avec une nouvelle fiancée pour faire le lien entre les deux royaumes.

    • La fin du tome est la semaine prochaine, car l’épilogue est très gros.

      Il faut savoir que la traduction anglaise non officielle est celle du WN qui est très différente du LN. L’histoire a divergé et il y a un très grand nombre de différences aux points où les événements ne sont pas du tout identiques.

      • Oui c'est ce que j'avais en effet remarqué. L'épisode de l'oracle, du musée et d'autres chapitres ont été rajoutés et l'ordre de chapitre ont aussi été changés. Mais en effet le WN et LN sont différentes. C'est juste que je suivais la WN depuis un bon moment et là je commence véritablement à découvrir de nouveaux chapitres.

Laisser un commentaire