Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 5 – Chapitre 5 – Partie 7

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 5 : L’évêque qui brise le commandement, Souji Lester

Partie 7

« Alors, quand je l’ai trouvée rejetée en aval comme un monceau de tissu délavé, je l’ai ramassée et je l’ai prise sous ma protection, » acheva Souji. « Et depuis, je la cache ici. »

« ... Argg. » Mérula frappa Souji dans le dos. Il semblerait qu’elle n’en était pas heureuse, mais la vérité était qu’il l’avait sauvée, alors elle ne pouvait rien dire.

Inugami inclina sa tête sur le côté. « N’êtes-vous pas censé être un évêque lunaire orthodoxe ? Je trouve surprenant que vous ayez décidé de l’aider. »

Il avait alors répondu. « Au départ, je pensais juste qu’elle était une personne perdue quelconque. J’ai été surpris quelques jours après l’avoir sauvée quand des portraits d’elle ont été placardés un peu partout en ville annonçant qu’elle était recherchée en tant que “sorcière”. »

« Pourtant, vous ne l’avez toujours pas conduite jusqu’à l’Église ? » demanda Inugami.

« ... Et bien, l’ayant déjà aidée, je ne pouvais pas changer d’avis et la leur apporter si facilement, » après avoir dit ça, Souji prit une gorgée de son verre avant de poursuivre. « Selon ce que je savais, ils disaient qu’elle avait fait apparaître un oracle sur le Lunalith. Dans l’Orthodoxie Lunaire, on nous enseigne que seuls le pape et quelques élus peuvent faire apparaître des oracles. Si l’information sur le fait qu’une haute elfe païenne était capable d’en faire apparaître un, alors cela serait un coup énorme pour l’Église. Après tout, ils cesseraient d’être si spéciaux comme ils n’arrêtent pas de le dire. La perte de l’autorité de l’Église signifierait une réduction de la force centralisatrice dans ce pays. C’est pourquoi ils ont désigné Mérula comme étant une sorcière. C’est aussi pourquoi ils sont si désespérés quant à la trouver. Ils font ça dans le but de la faire disparaître. »

« Je vois..., » déclara Inugami.

« ... Je suis reconnaissante à Souji, » bien que Mérula l’ait agacé auparavant, cette fois elle parlait sincèrement. « Je lui suis reconnaissante d’avoir protégé une fugitive comme moi et d’avoir soigné mes blessures. Et aussi, je ne peux pas assez le remercier pour m’avoir protégée quand je n’avais nulle part où aller. »

« Oh, hé ! » Souji s’était inséré dans la discussion. « Tu es terriblement douce maintenant. »

« C’est que je dis actuellement ce que je ressens vraiment. Je veux faire quelque chose pour te rembourser toi aussi. C’est pourquoi, pendant que tu m’abritais ici, j’ai pris sur moi de faire tout le ménage pour toi. Mais ! » Mérula se leva de son siège, pointant un doigt vers Souji. « Tu es bien trop bordélique ! Si tu nettoyais un peu mieux après que tu fais quelque chose, tu ne passerais pas autant de temps à chercher des choses ! »

« Tu oses dire cela, mais tu n’es guère mieux que moi ! » Souji se leva, intraitable, et baissa les yeux sur Mérula alors qu’il parlait. « Je te laisse t’occuper un peu de la maison, et la prochaine chose que je sais, c’est que ma cave à vin a été transformée en un site d’expérimentation farfelu. Je vais donc te le répéter, tu ne peux pas simplement rénover une maison sans la permission du propriétaire. »

« Je suis une chercheuse, donc ça devait être fait. J’ai payé le matériel de ma propre poche, alors quel est le problème ? » demanda Mérula.

« Veux-tu parler de l’argent que tu m’as donné en me faisant vendre des accessoires que tu avais apportés de ton pays d’origine ? C’était vraiment difficile de s’assurer que ceux-ci n’allaient pas révéler que j’étais lié à toi. Franchement..., » peut-être que Souji venait de se souvenir de tous les tracas impliqués, parce qu’il avait commencé à se gratter l’arrière de la tête.

Lequel d’entre eux était vraiment la personne responsable ici... ? Il était difficile de dire l’équilibre des forces dans ce couple.

Souji déclara. « Franchement..., maintenant..., » avant de s’asseoir à nouveau sur sa chaise en faisant un bruit sec. « Comme vous pouvez le voir, je ne peux pas aller dans le royaume avant de comprendre ce que je dois faire à propos d’elle. »

« Hein, attends !? C’est quoi cette histoire d’aller dans le royaume !? » s’écria Mérula.

Inugami avait alors expliqué à Mérula le fait qu’ils voulaient inviter Souji à devenir l’évêque du Royaume de Friedonia en tant que contre-mesure pour faire face à l’État Pontifical Orthodoxe.

En entendant cette explication, Mérula avait réfléchi pendant un moment, puis elle hocha la tête comme si elle avait pris une décision. Elle se tourna vers Souji avant de lui annoncer. « Quelle occasion parfaite ! Je voulais aussi aller dans le Royaume de Friedonia. »

« Oh, es-tu sûr de ta décision ? Veux-tu vraiment décider de ça si rapidement ? » demanda Souji.

« Si tu pars loin d’ici, alors je n’aurai nulle part où rester dans ce pays, » déclara Mérula. « Dans ce cas, je veux partir pour le royaume avec toi alors que je suis toujours en sécurité. J’ai déjà étudié la plupart de ce que je peux dans ce pays, donc je dirais que ce n’est pas un mauvais moment pour mener mes recherches vers une nouvelle frontière. »

En disant ça, Mérula le regarda droit dans les yeux.

« Qu’en dites-vous, Monsieur Inugami ? » demanda Souji. « Pensez-vous que le roi que vous servez acceptera d’accueillir une femme que l’État Pontifical Orthodoxe voudrait qualifier de Sorcière ? »

Si, par hasard, l’État Pontifical Orthodoxe réussissait à découvrir qu’elle était dans le royaume, cela pourrait conduire à des problèmes diplomatiques épineux. Mérula demandait s’il l’accepterait en pleine connaissance de ce risque.

Si elle était remise à l’État Pontifical Orthodoxe, sa vie serait perdue. Si elle ne pouvait pas obtenir une promesse que cela n’arriverait pas, elle ne pouvait pas aller dans le royaume.

Inugami avait compris à quel point elle était sérieuse, alors il avait soigneusement examiné la question avant de répondre. « ... Eh bien, voyons voir... Sa Majesté dit toujours : “S’ils ont un don, je vais le mettre à profit”. Je suis donc sûr qu’il donnerait un accueil chaleureux à quelqu’un qui a un bagage de connaissances aussi large que le vôtre. »

Il s’agissait quand même de Souma, l’individu qu’on pourrait qualifier de fou du rassemblement de personnels talentueux. Même si cela impliquait un risque politique, il n’hésiterait pas à employer une personne aussi instruite que Mérula.

« Juste pour être sûr, je vous enverrai avec une lettre vous recommandant auprès du château signé par Maître Kagetora et moi-même, » termina Inugami.

« ... C’est donc décidé, » déclara Mérula. « Souji, allons-y ! »

Se retrouvant avec une Mérula qui le poussait à avancer, tout ce que Souji pouvait faire était de sourire avec ironie avant de parler aux deux personnes devant lui. « Franchement, vous décidez de chose importante sans même me laisser le choix, » en vérité, Souji ne se souciait pas vraiment de ça. « Eh bien, même si je restais dans ce pays, c’est un peu trop étouffant pour un gars comme moi. Je n’ai pas le choix, alors je suppose que je vais aller m’imposer à ce roi. »

Même s’il agissait comme s’il y était forcé, il accepta facilement d’aller au Royaume de Friedonia. Et ainsi, le Royaume avait ajouté deux nouveaux membres talentueux à son personnel.

Souji Lester, évêque de l’État Pontifical Orthodoxe de Lunaria, en rupture de commandement, et Mérula Merlin, chercheuse haute elfe. Quel impact pourraient avoir ces deux personnes qui rejoignaient maintenant le royaume quand à son futur ?

Personne ne pouvait savoir à ce stade, mais peut-être que le Lunalith l’avait fait.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour le chapitre et bonne continuation!

Laisser un commentaire