Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 5 – Chapitre 4 – Partie 2

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 4 : La venue de la Sainte

Partie 2

Permettez-moi de vous donner quelques détails sur l’État Pontifical Orthodoxe de Lunaria.

Le quartier général de l’Orthodoxie Lunaire était une théocratie gouvernée par le Pape de l’Orthodoxe Lunaire, et cet État avait une histoire qui remontait aussi loin que celle d’Elfrieden. Il était dit qu’à l’époque où le continent était dans le chaos, le premier roi d’Elfrieden, qui était également un héros, avait réussi à construire un pays en réunissant différentes races. Pendant ce temps, l’État Pontifical Orthodoxe de Lunaria l’avait fait de son côté en utilisant un processus de construction d’un État en unissant la population avec la puissance offerte par la religion. Leurs enseignements, tels qu’offrir le salut aux faibles, étaient basés sur l’expérience qu’ils avaient acquise à cette époque.

Il semblait que l’Orthodoxe Lunaire avait à l’origine été une religion liée à une race appelée les Lunaires, une population ayant vécu sur la lune.

Maintenant, vis-à-vis de ces habitants de la Lune : On disait qu’ils n’étaient pas originaires de ce continent, et ils venaient réellement de l’extérieur avant de venir ici s’y installer. Je ne savais pas si dans ce cas l’« extérieur » provenait d’une île comme l’Archipel du Dragon à Neuf Têtes, ou si c’était d’un autre monde comme le mien, mais les légendes disaient que ce peuple venait de la lune visible dans le ciel, et c’est ainsi que leur nom leur avait été donné.

L’objet du culte des Lunaires était la lune qui était censée être leur patrie. Ils priaient la lune sous la forme de la déesse de la lune, Lunaria. Et comme Lunaria brillait dans le ciel, ils leur étaient interdits de construire la moindre idole afin de la représenter. Il est à noter que dans le Sanctuaire Intérieur de l’église centrale, que vous pouviez trouver dans la capitale de l’État Pontifical Orthodoxe, il y avait quelque chose appelé le Lunalith, ou inscriptions lunaires, dans lesquelles les révélations divines de la lune avaient été sculptées.

Au début, seuls les Lunaires avaient foi dans cette religion, mais elle s’était étendue à d’autres races et à d’autres peuples qui s’étaient appuyés sur elle afin d’obtenir du soutien moral dans des périodes chaotiques. Ainsi, le nombre d’adhérents avait rapidement augmenté en ces temps troublés. Assez rapidement, il y avait eu des luttes entre les factions présentes au sein de la religion. Ces conflits étaient liés à différentes interprétations des écrits entre ce qui était orthodoxe et ce qui était hérétique. Au moment où l’Orthodoxie Lunaire s’était stabilisée sous sa forme actuelle, elle se tenait à côté du Culte de la Mère Dragon comme l’une des deux religions les plus populaires sur ce continent.

Leurs doctrines comprenaient le fait de devoir aider les faibles, ainsi que l’entraide entre les fidèles.

Ces doctrines étant aussi simples que « nous devons tous nous entraider en cas de besoin », que cela avait probablement aidé à gagner de nouveaux croyants. Les croyants avaient donc agi comme les enseignements encourageaient et ils avaient recueilli de l’argent pour les donner aux moins fortunés. Cela comprenait aussi la fourniture de nourriture aux pauvres.

En voyant tout ça jusqu’à maintenant, je suis sûr que vous verriez bien que l’Orthodoxie Lunaire et ses croyants étaient inoffensifs. Cependant, une fois que tout cela s’était concentré et que l’État Pontifical Orthodoxe de Lunaria s’était formé, les choses avaient soudainement commencé à sentir le pourri. D’après ce que j’avais entendu dans les cours d’histoire, ils avaient rapidement utilisé leurs croyants dans tous les autres pays afin d’influencer la politique. Ils les avaient aussi incités à la rébellion voire même des coups d’État.

Permettez-moi de souligner à nouveau, mais il y avait aussi des croyants inoffensifs qui étaient purs dans leur dévouement quant au fait d’aider les faibles. Je ne pouvais pas les classer avec les fauteurs de troubles, et c’est connu, que la religion était le genre de concept qui s’enflammait d’autant plus que vous essayez de l’éradiquer. Peu importe la puissance militaire d’un pays, si ses soldats étaient des adeptes de l’Orthodoxie Lunaire, au moment où le pays deviendrait hostile à l’État Pontifical Orthodoxe de Lunaria, l’ordre public de l’attaquant commencerait à rapidement se dégrader.

Comme vous pouviez le voir avec ces explications, le pouvoir lié à la religion constituait une combinaison dangereuse contre laquelle il était difficile de faire face.

Retournons au temps présent, en cette fin du troisième mois de l’année 1547 du Calendrier Continental.

Ce jour-là, la Sainte d’État Pontifical Orthodoxe de Lunaria était apparue devant moi.

Je vois, pensai-je en la regardant. On peut dire qu’elle ressemble vraiment à une sainte...

Maintenant, vous pourriez penser que je devrais avoir plus à dire quand à elle, mais il n’y avait pas de mot plus approprié que « sainte » pour décrire la femme se trouvant devant moi. Voilà à quel point elle incarnait bien son titre.

Elle devait avoir dix-huit ans avec plus ou moins une année. Ses traits étaient réguliers et ses yeux chaleureux et sensuels. Ses cheveux étaient argentés, et attachés en deux queues. Sa beauté était telle qu’Aisha, qui se tenait à côté de moi, poussa un soupir d’admiration lorsqu’elle la vit. Elle donnait vraiment l’impression d’être une sainte alors qu’elle portait un habit approprié.

Au moment où cela se déroulait, il y avait très peu de personnes présentes dans la salle d’audience dans le Château de Parnam. La raison derrière cela était que l’État Pontifical Orthodoxe de Lunaria avait expressément demandé que l’audience se tienne à huis clos. La Sainte de l’État Pontifical Orthodoxe assisterait à l’audience qu’elle avait avec moi en étant seule de son côté.

J’étais actuellement assis sur le trône avec Liscia, la candidate pour devenir ma première reine primaire, qui se tenait à ma gauche. À ma droite se tenait Aisha, ma garde du corps et candidate pour devenir ma deuxième reine primaire. En plus de nous trois, il y avait le Premier ministre Hakuya qui se tenait au milieu entre la Sainte et moi. Si cette femme s’avéra être un assassin sous l’apparence d’une Sainte, j’avais Aisha ici, donc rien de fâcheux ne pourrait m’arriver.

Eh bien..., de ce que je pouvais voir de la belle jeune fille se tenant debout sur le tapis à quelques pas en dessous de moi, cela ne semblait pas être un problème de ce genre. Si je n’avais pas acquis une certaine résistance depuis le temps que je passais avec Liscia et les autres filles, la regarder dans les yeux aurait pu suffire à me faire tomber amoureuse d’elle au premier regard.

... Hm ? pensai-je. Mais... pourquoi est-ce que je réagis ainsi ?

Je pensais que son apparence était vraiment très attirante, mais pour une raison inconnue à ce moment-là, je n’étais nullement intéressé par elle, voire même totalement stoïque, en la voyant. Non, c’était même plus que ça. Lorsque je l’avais regardée, quelque chose m’avait fait avoir un mauvais pressentiment, et un malaise était apparu en moi. Je pensais qu’elle était une fille charmante, mais... quelque chose me dérangeait fortement quand je la regardais.

Et même si j’avais été assailli par ces sentiments négatifs à son égard, j’avais travaillé sur moi-même afin de lui parler avec le ton le plus calme que je pouvais avoir.

« Bienvenue, Sainte d’État Pontifical Orthodoxe de Lunaria. Je suis le roi, Souma Kazuya, » dis-je.

Après avoir entendu ce que je venais de dire, la Sainte avait fait une révérence polie. « C’est un plaisir de vous rencontrer, Grand Roi de Friedonia. Je suis l’humble Marie Valenti. Je suis ici aujourd’hui en tant qu’émissaire de l’État Pontifical Orthodoxe de Lunaria. Je vous remercie du fond du cœur au nom du pape pour nous avoir accordé notre demande d’audience alors même qu’elle a été effectuée si soudainement. »

Marie... Même son nom me rappelait celui de Maria et la façon dont elle me parle est aussi très polie, pensai-je.

Je m’attendais à ce qu’elle soit plus autoritaire, m’ordonnant de croire en leur dieu, alors j’étais un peu impressionné pour le moment. Eh bien... Je suppose que quand ils traitent avec le roi d’une nation, ils ne peuvent pas se permettre d’être trop autoritaires lors de la première réunion.

Après que Marie ait levé son visage, elle m’avait regardé dans les yeux et m’avait déclaré. « Vos exploits nous sont aussi parvenus dans l’État Pontifical Orthodoxe de Lunaria. Seulement un an après avoir été invoqué dans notre monde en tant que héros, vous avez réussi à remettre sur pied Elfrieden, avez réussi à détruire la Principauté d’Amidonia et avez incorporé leurs territoires au vôtre. Il s’agit là vraiment d’exploit héroïque que vous avez réalisé. »

« ... Vous me donnez bien trop de crédits, » répliquai-je. « Je n’ai rien fait d’héroïque. J’ai seulement été capable de reconstruire le pays parce que j’ai pu m’entourer de bons subordonnés, et en ce qui concerne Amidonia, l’annexion était juste quelque chose qui est arrivé dans le cadre du flux des événements qui se sont déroulés après la guerre. »

« Le flux des événements est un destin au-delà de la connaissance humaine, » déclara Marie. « Sire, vous devez sûrement avoir été sous la protection divine. »

Protection divine..., c’était vraiment le genre d’opinion que j’attendrais d’une personne religieuse. Je n’allais nullement tomber face à de telles sornettes.

« Vous faites erreur. Ce flux a été créé par une personne en particulier, » avais-je répliqué. « Je ne suis pas celui que vous devriez louer, mais la Princesse souveraine d’Amidonia, qui a pris la décision d’une vie. »

« Je suppose que vous parlez de Roroa Amidonia, » déclara Marie. « Bien qu’elle soit encore jeune, elle a réussi à réunir deux pays en trouvant la voie la plus bénéfique pour son peuple. Je l’admire en tant que femme. »

Bien que dans le cas de Roroa, j’étais assez sûr qu’elle détestait à mort le pays de Marie.

Lorsque le frère aîné de Roroa, Julius, avait été le Prince Souverain d’Amidonia, l’État Pontifical Orthodoxe avait incité leurs partisans dans le pays à effectuer une rébellion. Cette rébellion avait été réprimée par Julius, mais Roroa avait été fâchée que le sang de son peuple ait été versé à cause de leurs méfaits.

Franchement, j’aurais voulu que Roroa soit avec moi en ce jour en tant que candidate pour devenir ma troisième reine primaire ainsi que celle qui soutenait les finances de ce pays, mais en considération de son animosité envers l’État Pontifical Orthodoxe de Lunaria, j’avais décidé de la faire attendre dans le bureau des affaires gouvernementales avec Juna et les autres personnes qui étaient actuellement en attente. Roroa n’était pas le genre de personne qui aurait laissé paraître ses émotions, mais je voulais simplement qu’elle n’ait pas besoin de subir une telle épreuve par considération pour elle.

Mais... à quel point cette fille était-elle sérieuse quand elle a dit ça... ?

Son ton de voix était neutre, et je ne pouvais pas y déceler d’émotion particulière. Mais d’un autre côté, elle ne semblait pas comploter quoi que ce soit pour le moment.

Si elle pouvait parler ainsi tout en sachant ce que son pays avait fait, elle était une grande comédienne, mais il était tout à fait possible qu’elle ait vécu une vie à l’abri et qu’elle ne savait rien des actes vils de son pays.

... Non, si c’était l’un de ces deux, elle aurait montré plus d’émotions. Elle agissait vraiment bien trop calmement.

Si c’était la première possibilité, elle aurait probablement fait appel à sa sincérité pour tenter de me tromper. Si c’était la dernière, elle aurait dû être plus enthousiaste d’être ici pour faire la bonne chose. Cependant, l’attitude de Marie semblait dire qu’elle était là pour faire quelque chose de parfaitement normal.

On pouvait voir cela comme étant les actions classiques d’un émissaire d’un pays qui agissait lors d’une visite à l’étranger, mais dans son cas, j’avais l’impression qu’elle avait agi d’une manière vraiment extrême. Je pouvais ressentir cette mauvaise impression pour elle qui grandissait dans ma poitrine.

Afin d’empêcher que ce sentiment soit visible sur mon visage, je lui avais directement demandé. « Eh bien, Madame Marie. Pourquoi êtes-vous venue ici aujourd’hui ? »

« Oh, c’est vrai, » déclara Marie avant d’incliner docilement la tête. « Votre Majesté, je suis venue ici afin de vous faire une requête. »

« Quelle est donc cette requête ? » demandai-je alors que le mauvais pressentiment avait encore plus augmenté.

Marie m’avait répondu avec un sourire qui ne me laissait percevoir aucune mauvaise intention. « Nous aimerions que vous adoptiez l’Orthodoxie Lunaire en tant que religion d’État dans le Royaume de Friedonia. »

La religion d’État...

La religion d’État était un concept qui avait été généralement abandonné dans les pays développés de la Terre. C’était dans les cas où des pays utilisaient les ressources de l’État pour défense le culte d’une foi particulière. Et si mes souvenirs étaient bons, ils avaient même transformé les fêtes religieuses en fonctions d’État afin de renforcer leur pouvoir.

... Quoi qu’il en soit, tant que nous étions un État multiracial, ce n’était pas une proposition réaliste.

« Madame Marie, comprenez-vous vraiment ce que vous me demandez là ? » demandai-je. « Si un pays multiracial comme le nôtre devait donner un traitement préférentiel à une religion, cela finirait par diviser le pays. Me demandez-vous de faire ce genre d’erreur stupide ? »

J’avais pris un ton un peu plus dur alors que je lui avais demandé ça. Je l’avais fait pour indiquer que j’étais énervé par ce qu’elle m’avait dit. Je pouvais ne pas toujours ressembler à une telle personne, mais j’avais gagné beaucoup d’autorité et de confiance depuis que la population m’avait appelé un grand roi. Si cela n’avait pas été une affaire si critique, je me serais mis en colère, mais agir ainsi se serait probablement retourné contre moi.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

6 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour le chapitre.
    PS : Chapitre où on demande à un roi de détruire son propre pays...

  3. Merci pour le chapitre!
    J'espère que Marie agira plus comme une Janne d'Arc que comme une sorte de robot

  4. Petit gaffe en début de chapitre : Le quartier général de l’Orthodoxe Lunaire (orthodoxie).

    Souma peut lui proposer qu'elle se convertise à une des religions en usage au Japon 🙂 En prêtresse shintoiste, elle aurait belle allure 😉

Laisser un commentaire