Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 1 – Chapitre 5 – Partie 1

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 5 : Le Légendaire Vieil Homme

Partie 1

Dans la salle d’audience du château de Parnam.

Un grand nombre de personnes avaient été alignées dans l’endroit même où la convocation du héros ainsi que la cérémonie de remise des talents avaient eu lieu. Il s’agissait des bureaucrates du ministère des Finances.

Chacun affichait une expression d’extrême épuisement sur leur visage.

Leurs joues étaient enfoncées, ils avaient des poches sous leurs yeux, certains affichaient des sourires secs, tandis que d’autres cherchaient un accotement afin d’éviter de s’effondrer. Malgré tout ça, chacun d’entre eux possédait un scintillement dans leurs yeux.

Il s’agissait là des yeux des guerriers qui avaient survécu à une bataille sanglante.

Depuis que j’étais devenu roi et j’avais lancé mes réformes afin de sauver une économie qui était au bord de l’effondrement, ils m’avaient servi en tant que mains et pieds, travaillant durement, tels des chevaux tirant une voiture. Quiconque travaillait pour s’enrichir avait été renvoyé, ne laissant en fonction que les plus sérieux. Il s’agissait de personnes qui avaient travaillé durement, étant même réticentes à prendre du temps afin de dormir.

L’un d’entre eux pourrait passer une journée entière en comparant les nombres dans un ensemble de documents, tandis qu’un autre pourrait passer la plus grande partie de la journée à cheval, en train de s’assurer que les fonds étaient correctement utilisés. Ils avaient passé leurs jours à rentrer chez eux seulement pour dormir. Non... Beaucoup d’entre eux n’étaient même pas retournés chez eux, ils avaient juste dormi dans la salle du château affecté aux siestes, revenant au travail dès qu’ils s’étaient réveillés.

Certains avaient des familles.

Certains avaient des enfants.

Certains s’étaient même récemment mariés.

Cependant, le temps qu’ils auraient passé avec leurs familles, ils l’avaient mis de côté, continuant à travailler. Le visage d’une femme mécontente du fait que son mari avait mis le travail avant elle, le visage d’un enfant seul parce que son père ne jouerait pas avec lui, le visage d’une femme nouvellement mariée sincèrement préoccupée par son mari. Ils avaient détourné les yeux de ces visages, se disant qu’il s’agissait juste pour une certaine période de temps, et ils s’étaient mis à travailler avec diligence.

En essayant de sauver ce pays de l’effondrement.

En essayant de protéger les personnes vivant dans ce pays qu’ils aimaient.

Je les regardais en étant assis sur mon trône. Je n’avais probablement pas l’air beaucoup mieux que ce qu’ils étaient en ce moment. Alors que je pouvais reposer des parties inutilisées de ma conscience pendant mes quarts de travail, je pouvais m’occuper de cinq fois une charge de travail normale et je travaillais toutes les heures du jour et de la nuit. Alors que mon corps pourrait paraître en forme, je pouvais sentir mon esprit comme s’il était en train de mourir.

« Maintenant, c’est un beau regard que vous avez tous sur vos visages. » Dis-je en me levant et leur parlant d’une voix calme. Puis je descendis vers eux, en plaçant ma main sur l’épaule d’un homme mince. « Vos yeux sont creux et sans vie. Vous avez le visage d’une goule. »

Mais ils ne m’avaient alors rien dit en retour.

« Je sais comment cela s’est passé, » dis-je. « Ces jours de renoncement au sommeil, se battant avec les chiffres, jour après jour, ignorant les plaidoyers de vos familles vous demandant de vous arrêtez de venir au château. Ces personnes sont mon plus grand trésor ! Soyez fier de ça ! Chaque fois que vous avez travaillé sans relâche, vous avez sauvé des personnes de ce pays ! »

« « Ohhhhhhhhhhhhhhh ! » »

Pâle et décharnée, n’importe qui pouvait voir ces hommes comme étant ce genre de personnes, mais maintenant, ils rugissaient tels des barbares. Ils levèrent leurs poings dans l’air, criant, « Souma ! Souma ! » J’attendis un moment pour que leur ferveur s’installe complètement, puis continuai à parler.

« Merci à vous tous, car nous avons réussi à sécuriser les fonds dont nous avons besoin actuellement. Maintenant, le Projet Venetinova peut sérieusement commencer. Lorsque ce projet se concrétisera, la crise alimentaire de ce pays sera complètement résolue. Ce sera grâce à vous tous qui avez rempli vos devoirs, afin de remettre cette économie en difficulté dans la ligne droite ainsi que d’avoir permis de trouver les fonds pour y arriver ! À la place que cela soit le peuple lui-même qui le fasse, je vous en remercie ! » (Souma)

« Roi Souma ! »

« Roi Souma ! »

« Vous avez travaillé dur dans l’ombre pour ce pays ! Contrairement aux héros, vos noms ne seront pas laissés dans les livres d’histoire. Cependant, vous avez sauvé beaucoup plus de vies que n’importe quel héros pourrait sauver sur le champ de bataille ! Moi, Souma Kazuya se souviendrait de ce fait pour toute ma vie ! Vous êtes les héros sans nom de ce pays ! » (Souma)

« Gloire à notre roi ! »

« Gloire au Roi Souma et à Elfrieden ! »

« Vous vous êtes vraiment dépassé, » continuai-je. « Ainsi, je vais vous donner ce cadeau. Je vous accorde cinq jours de vacances, qui commenceront à partir de demain ! Retournez à vos familles, reposez votre corps et rétablissez vos esprits ! »

« « Ohhhhhhhhhhhhhhhhhhhh ! » »

C’est la plus grande joie qu’ils affichent aujourd’hui, pensais-je. Je peux comprendre comment vous vous sentez. Vous êtes tous affamés vis-à-vis de ce repos. Je suis désolé d’avoir dû diriger cet endroit comme un atelier clandestin.

« En vérité, je tiens à vous payer avec un bonus, mais si je voulais prendre dans les fonds que vous avez travaillés si fort afin de les créer, ceci irait à l’encontre du but. Alors je suis vraiment désolé. » (Souma)

Ils étaient silencieux.

« Au lieu de ça, après avoir conféré avec le Premier ministre, j’ai décidé de vous donner chaque bouteille de grande valeur en provenance de la cave à vin du château ! Faites une fête avec elle, ou vendez-la comme bon vous semble ! » (Souma)

« «  Ohhhhhhhhhhhhhhhhhhhh Votre Majesté ! Roi Souma ! » »

Alors, après avoir regardé les bureaucrates enthousiastes, je hochai la tête, pleine d’émotions. Cependant, Liscia, qui était debout à côté de moi en train de regarder, était clairement dégoûtée par cette scène.

« Souma... vous êtes épuisé, » dit-elle.

« ... je ne peux pas le nier, » répondis-je.

Dès que nous fûmes retournés au bureau des affaires gouvernementales, Liscia me parla, apparemment préoccupée.

Oui, je n’aurais pas dû être aussi excité. En regardant comme j’étais, je devais sembler un peu vaseux.

« C’est parce que j’ai travaillé jusqu’à l’aube. Le manque de sommeil m’a, comme qui dirait, fait avoir une poussée d’adrénaline. » Je lui avais répondu tout en étant allongé dans le lit installé dans un coin du bureau des affaires gouvernementales, tout comme je le faisais habituellement.

« Je ne vais pas insister pour que ce soit fastueux, mais obtenez au moins votre propre chambre, » Hakuya m’avait dit une fois avec d’un ton acerbe. « Si le souverain de la nation dort dans le bureau des affaires gouvernementales, il ne donnera pas un exemple approprié pour ses sujets. »

Mais je ne pouvais pas renoncer à la commodité de pouvoir travailler dès que je me réveillais, donc les choses étaient restées telles qu’elles étaient au départ. Je pensais maintenant que je dormirais probablement jusqu’à ce que les choses se rétablissent un peu dans le pays.

Liscia alla s’asseoir sur le bord du lit. En ce moment, ses petites fesses bien galbées apparurent soudainement devant mes yeux, alors malgré moi, je m’étais retourné vers l’autre côté. Liscia portait toujours cet uniforme d’officier très serré sur son corps, alors je pouvais facilement distinguer les lignes de ses hanches.

« Mais, Souma, vous êtes capable de vous reposer dans les quarts de travail, n’est-ce pas ? » Me demanda-t-elle.

« Hein !? Heu... oui, en quelque sorte. Mais nous étions au moment où nous pouvions nous permettre d’avoir le budget pour un projet à grande échelle, alors j’ai fini par travailler avec la totalité de mon esprit pendant la dernière phase des travaux. » (Souma)

Quand j’avais annoncé cela, Liscia poussa un soupir. « Je sais que vous travaillez durement, mais... mais... ne me causez pas tant d’inquiétude en agissant ainsi. Car après tout, vous êtes irremplaçable, non ? »

« Haha, mais dans le pire des cas. Vous pouvez simplement convoquer un autre héros, n’est-ce pas ? » Demandai-je.

« Espèce d’imbécile ! Si vous rajoutez un autre mot à ce sujet, alors je vais vous gifler ! » (Liscia)

Je tournai la tête afin de pouvoir voir Liscia. Il y avait une véritable colère clairement visible dans ses yeux.

« Même si nous convoquions un autre héros, cette personne ne serait pas vous, » dit-elle d’un ton brusque. « Souma, vous êtes celui que je veux. »

« C’est vrai... » Vacillai-je en entendant ça.

« Ne l’oubliez jamais. Souma, vous êtes celui que je veux en tant que roi. Je n’accepterai aucun remplaçant. Si mon père exigeait la couronne, alors je le combattrais à vos côtés. » (Liscia)

Quand elle fit cette déclaration incroyable avec un visage sérieux, tout ce que je pus faire était de hocher la tête.

D’une certaine manière, j’avais l’impression à l’instant d’avoir vu une partie de son courage maternel. Liscia allait un jour faire une épouse incroyable. J’avais prévu d’être le marié, cependant, c’était quelque chose pour laquelle je ne me sentais pas bien.

Pour l’instant, Liscia semblait satisfaite de ma réponse. « Alors ? Vous parliez avant ça d’un budget, mais pour quoi avez-vous besoin de tout cet argent ? »

« Oh ! Pour commencer, je pensais déjà faire construire une nouvelle cité. » (Souma)

« Une cité !? » Demanda-t-elle.

J’avais cherché une carte du pays sur mon bureau pour la montrer à Liscia. Dans l’ensemble, le territoire du pays ressemblait à une forme d’un <, et j’avais alors pointé du doigt le centre.

« Nous allons construire une cité côtière ici. En outre, nous allons en même temps faire progresser la construction de routes dans les environs. Si nous construisons un réseau de transport d’une ville côtière vers toutes les autres villes, alors nous pouvons contrôler le transport maritime et terrestre. Cela devrait nous permettre de rendre la distribution beaucoup plus fluide. Honnêtement, c’est merveilleux pour moi comment de tels biens immobiliers primordiaux soient restés intacts jusqu’ici. » (Souma)

Par ailleurs, au nord-est de cet endroit se trouvait La Cité Lagune, une ville côtière gouvernée par l’un des trois ducs, l’Amiral de la Marine Excel Walter. Actuellement, La Cité Lagune était le plus grand port commercial de ce pays, mais en même temps il s’agissait aussi d’une base navale avec des quais pour les cuirassés. Avoir un port commercial où les marchandises du monde entier se rassemblaient et une base navale ayant des besoins de confidentialité liés entre eux n’était pas bon. Il y avait des priorités incompatibles qui posaient rapidement des problèmes insurmontables.

Dans une crise, cela pourrait entraîner l’arrêt total du commerce. Et c’est pour cette raison aussi qu’il était urgent que nous construisions une nouvelle ville possédant uniquement un port commercial.

« Cette ville côtière sera le cœur palpitant de ce pays, et les routes qui s’étendent de là seront ses veines. » Expliquai-je. « Si la distribution est fluide, quand il y aura une pénurie de certains produits dans le sud, ils pourront être expédiés depuis où ils sont nombreux dans le nord. Vous savez ce que ça veut dire ? »

« Hum... Vous achetez des biens où les prix ont été abaissés en raison de son abondance, puis vous les revendez dans des endroits où le prix a augmenté en raison de la demande. Ou quelque chose comme ça ? » Me demanda-t-elle.

« Non et non, je ne suis pas un marchand. Le roi ne peut pas être celui qui agit ainsi. » (Souma)

« Vous ne pouvez pas ? » Demanda-t-elle, surprise.

« À quoi servira-t-il que je prenne l’argent de mon peuple quand j’essaie de les rendre prospères ? » Demandai-je alors.

Eh bien ! Si nous parlions purement du commerce extérieur, elle aurait eu raison, mais pour le commerce intérieur, il fallait penser non pas en tant qu’individu, mais en tant que pays.

« Certes, d’abord, il y aura des marchands qui le feront et cela fera que l’argent arrivera dans leurs mains. Cependant, la pénurie d’approvisionnement sera éventuellement résolue. Une fois que l’offre et la demande sont en équilibre, les prix élevés devraient progressivement redescendre. Nous pouvons ainsi planifier l’homogénéisation des prix à travers le pays. En gros... » (Souma)

« ... la population pourra acheter des produits qui étaient trop chers pour eux avant ça ? » Acheva-t-elle.

Je lui donnai une réponse affichant ma satisfaction à la réponse de Liscia. « À l’heure actuelle, la plus grande demande croissante dans la majorité de ce pays concerne les denrées alimentaires. Afin de stabiliser les prix sur ceux-ci, nous devons d’urgence sécuriser les itinéraires de distribution. En outre, plus de la moitié de la frontière de ce pays se trouve être la mer. Nous devrions ainsi pouvoir récolter beaucoup de produits de la mer. Si ceux-ci peuvent être transportés sur la terre, nous pouvons résoudre la crise alimentaire en un rien de temps. »

« Vous savez, même maintenant, nous pouvons apporter des produits séchés ou marinés à l’intérieur des terres. » Déclara-t-elle.

« Eh bien, pouvez-vous vivre tout le temps avec uniquement des poissons séchés et marinés ? » Lui demandai-je. « Moi, à la longue, je risque de me lasser d’eux. »

« Et bien... Oui, je suppose que moi aussi je suis dans le même cas. » (Liscia)

Le maquereau séché était quelque chose de savoureux, mais je n’aurais certainement pas voulu le manger tous les jours. Le sel était là afin de lutter contre les bactéries et la dégradation, mais en contrepartie, vous ne pouvez pas changer sa saveur, même si vous en étiez fatigué. Pour commencer, le poisson se gâte très rapidement, et même une fois séchée, il se transformerait en quelque chose d’impropre en quelques jours s’il n’était pas correctement salé. C’est pourquoi la vitesse à laquelle nous pouvions expédier des poissons et des crustacés à l’intérieur des terres était si importante.

« C’est pour ça que cela transite par le réseau de transport, n’est-ce pas ? » Dit-elle après avoir réfléchi.

« Exactement... Mais maintenant. » Je fis un grand bâillement avant de fermer les yeux. « Permettez-moi de dormir un peu. Quand je me lèverai, nous irons ensemble au site prévu pour la nouvelle ville. Ludwin et ses hommes sont probablement déjà là pour le commencement des travaux... Je dois aller les voir... »

« D’accord. » Dit-elle en hochant la tête. « Souma, dormez bien. »

« Oui, bonne nui... !? » (Souma)

Il y eut alors une sensation douce et chaleureuse sur ma joue droite. J’ouvris alors les yeux en état de choc, mais Liscia était déjà partie.

Oh... un bisou de bonne nuit... C’est ce que c’était, n’est-ce pas ? Ne sont-ils pas communs dans d’autres pays ? Oui, c’est correct. C’est tout à fait normal. Ce n’est donc rien de spécial ce qu’elle a fait. Je parie que Liscia l’a fait d’une façon décontractée. Il ne devrait y avoir aucun sens profond derrière ce baiser. Probablement... Oui, j’en suis sûr.

À la fin, je n’avais jamais réussi à trouver le sommeil...

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

4 commentaires




  1. 0



    0

    Merci pour le chapitre.




  2. 0



    0

    Merci pour le chapitre.
    PS:Pauvre insomniaque, je ne peut que compatir...

Laisser un commentaire