Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 1 – Chapitre 5

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 5 : Le Légendaire Vieil Homme

☆☆☆

Chapitre 5 : Le Légendaire Vieil Homme

Partie 1

Dans la salle d’audience du château de Parnam.

Un grand nombre de personnes avaient été alignées dans l’endroit même où la convocation du héros ainsi que la cérémonie de remise des talents avaient eu lieu. Il s’agissait des bureaucrates du ministère des Finances.

Chacun affichait une expression d’extrême épuisement sur leur visage.

Leurs joues étaient enfoncées, ils avaient des poches sous leurs yeux, certains affichaient des sourires secs, tandis que d’autres cherchaient un accotement afin d’éviter de s’effondrer. Malgré tout ça, chacun d’entre eux possédait un scintillement dans leurs yeux.

Il s’agissait là des yeux des guerriers qui avaient survécu à une bataille sanglante.

Depuis que j’étais devenu roi et j’avais lancé mes réformes afin de sauver une économie qui était au bord de l’effondrement, ils m’avaient servi en tant que mains et pieds, travaillant durement, tels des chevaux tirant une voiture. Quiconque travaillait pour s’enrichir avait été renvoyé, ne laissant en fonction que les plus sérieux. Il s’agissait de personnes qui avaient travaillé durement, étant même réticentes à prendre du temps afin de dormir.

L’un d’entre eux pourrait passer une journée entière en comparant les nombres dans un ensemble de documents, tandis qu’un autre pourrait passer la plus grande partie de la journée à cheval, en train de s’assurer que les fonds étaient correctement utilisés. Ils avaient passé leurs jours à rentrer chez eux seulement pour dormir. Non... Beaucoup d’entre eux n’étaient même pas retournés chez eux, ils avaient juste dormi dans la salle du château affecté aux siestes, revenant au travail dès qu’ils s’étaient réveillés.

Certains avaient des familles.

Certains avaient des enfants.

Certains s’étaient même récemment mariés.

Cependant, le temps qu’ils auraient passé avec leurs familles, ils l’avaient mis de côté, continuant à travailler. Le visage d’une femme mécontente du fait que son mari avait mis le travail avant elle, le visage d’un enfant seul parce que son père ne jouerait pas avec lui, le visage d’une femme nouvellement mariée sincèrement préoccupée par son mari. Ils avaient détourné les yeux de ces visages, se disant qu’il s’agissait juste pour une certaine période de temps, et ils s’étaient mis à travailler avec diligence.

En essayant de sauver ce pays de l’effondrement.

En essayant de protéger les personnes vivant dans ce pays qu’ils aimaient.

Je les regardais en étant assis sur mon trône. Je n’avais probablement pas l’air beaucoup mieux que ce qu’ils étaient en ce moment. Alors que je pouvais reposer des parties inutilisées de ma conscience pendant mes quarts de travail, je pouvais m’occuper de cinq fois une charge de travail normale et je travaillais toutes les heures du jour et de la nuit. Alors que mon corps pourrait paraître en forme, je pouvais sentir mon esprit comme s’il était en train de mourir.

« Maintenant, c’est un beau regard que vous avez tous sur vos visages. » Dis-je en me levant et leur parlant d’une voix calme. Puis je descendis vers eux, en plaçant ma main sur l’épaule d’un homme mince. « Vos yeux sont creux et sans vie. Vous avez le visage d’une goule. »

Mais ils ne m’avaient alors rien dit en retour.

« Je sais comment cela s’est passé, » dis-je. « Ces jours de renoncement au sommeil, se battant avec les chiffres, jour après jour, ignorant les plaidoyers de vos familles vous demandant de vous arrêtez de venir au château. Ces personnes sont mon plus grand trésor ! Soyez fier de ça ! Chaque fois que vous avez travaillé sans relâche, vous avez sauvé des personnes de ce pays ! »

« « Ohhhhhhhhhhhhhhh ! » »

Pâle et décharnée, n’importe qui pouvait voir ces hommes comme étant ce genre de personnes, mais maintenant, ils rugissaient tels des barbares. Ils levèrent leurs poings dans l’air, criant, « Souma ! Souma ! » J’attendis un moment pour que leur ferveur s’installe complètement, puis continuai à parler.

« Merci à vous tous, car nous avons réussi à sécuriser les fonds dont nous avons besoin actuellement. Maintenant, le Projet Venetinova peut sérieusement commencer. Lorsque ce projet se concrétisera, la crise alimentaire de ce pays sera complètement résolue. Ce sera grâce à vous tous qui avez rempli vos devoirs, afin de remettre cette économie en difficulté dans la ligne droite ainsi que d’avoir permis de trouver les fonds pour y arriver ! À la place que cela soit le peuple lui-même qui le fasse, je vous en remercie ! » (Souma)

« Roi Souma ! »

« Roi Souma ! »

« Vous avez travaillé dur dans l’ombre pour ce pays ! Contrairement aux héros, vos noms ne seront pas laissés dans les livres d’histoire. Cependant, vous avez sauvé beaucoup plus de vies que n’importe quel héros pourrait sauver sur le champ de bataille ! Moi, Souma Kazuya se souviendrait de ce fait pour toute ma vie ! Vous êtes les héros sans nom de ce pays ! » (Souma)

« Gloire à notre roi ! »

« Gloire au Roi Souma et à Elfrieden ! »

« Vous vous êtes vraiment dépassé, » continuai-je. « Ainsi, je vais vous donner ce cadeau. Je vous accorde cinq jours de vacances, qui commenceront à partir de demain ! Retournez à vos familles, reposez votre corps et rétablissez vos esprits ! »

« « Ohhhhhhhhhhhhhhhhhhhh ! » »

C’est la plus grande joie qu’ils affichent aujourd’hui, pensais-je. Je peux comprendre comment vous vous sentez. Vous êtes tous affamés vis-à-vis de ce repos. Je suis désolé d’avoir dû diriger cet endroit comme un atelier clandestin.

« En vérité, je tiens à vous payer avec un bonus, mais si je voulais prendre dans les fonds que vous avez travaillés si fort afin de les créer, ceci irait à l’encontre du but. Alors je suis vraiment désolé. » (Souma)

Ils étaient silencieux.

« Au lieu de ça, après avoir conféré avec le Premier ministre, j’ai décidé de vous donner chaque bouteille de grande valeur en provenance de la cave à vin du château ! Faites une fête avec elle, ou vendez-la comme bon vous semble ! » (Souma)

« «  Ohhhhhhhhhhhhhhhhhhhh Votre Majesté ! Roi Souma ! » »

Alors, après avoir regardé les bureaucrates enthousiastes, je hochai la tête, pleine d’émotions. Cependant, Liscia, qui était debout à côté de moi en train de regarder, était clairement dégoûtée par cette scène.

« Souma... vous êtes épuisé, » dit-elle.

« ... je ne peux pas le nier, » répondis-je.

Dès que nous fûmes retournés au bureau des affaires gouvernementales, Liscia me parla, apparemment préoccupée.

Oui, je n’aurais pas dû être aussi excité. En regardant comme j’étais, je devais sembler un peu vaseux.

« C’est parce que j’ai travaillé jusqu’à l’aube. Le manque de sommeil m’a, comme qui dirait, fait avoir une poussée d’adrénaline. » Je lui avais répondu tout en étant allongé dans le lit installé dans un coin du bureau des affaires gouvernementales, tout comme je le faisais habituellement.

« Je ne vais pas insister pour que ce soit fastueux, mais obtenez au moins votre propre chambre, » Hakuya m’avait dit une fois avec d’un ton acerbe. « Si le souverain de la nation dort dans le bureau des affaires gouvernementales, il ne donnera pas un exemple approprié pour ses sujets. »

Mais je ne pouvais pas renoncer à la commodité de pouvoir travailler dès que je me réveillais, donc les choses étaient restées telles qu’elles étaient au départ. Je pensais maintenant que je dormirais probablement jusqu’à ce que les choses se rétablissent un peu dans le pays.

Liscia alla s’asseoir sur le bord du lit. En ce moment, ses petites fesses bien galbées apparurent soudainement devant mes yeux, alors malgré moi, je m’étais retourné vers l’autre côté. Liscia portait toujours cet uniforme d’officier très serré sur son corps, alors je pouvais facilement distinguer les lignes de ses hanches.

« Mais, Souma, vous êtes capable de vous reposer dans les quarts de travail, n’est-ce pas ? » Me demanda-t-elle.

« Hein !? Heu... oui, en quelque sorte. Mais nous étions au moment où nous pouvions nous permettre d’avoir le budget pour un projet à grande échelle, alors j’ai fini par travailler avec la totalité de mon esprit pendant la dernière phase des travaux. » (Souma)

Quand j’avais annoncé cela, Liscia poussa un soupir. « Je sais que vous travaillez durement, mais... mais... ne me causez pas tant d’inquiétude en agissant ainsi. Car après tout, vous êtes irremplaçable, non ? »

« Haha, mais dans le pire des cas. Vous pouvez simplement convoquer un autre héros, n’est-ce pas ? » Demandai-je.

« Espèce d’imbécile ! Si vous rajoutez un autre mot à ce sujet, alors je vais vous gifler ! » (Liscia)

Je tournai la tête afin de pouvoir voir Liscia. Il y avait une véritable colère clairement visible dans ses yeux.

« Même si nous convoquions un autre héros, cette personne ne serait pas vous, » dit-elle d’un ton brusque. « Souma, vous êtes celui que je veux. »

« C’est vrai... » Vacillai-je en entendant ça.

« Ne l’oubliez jamais. Souma, vous êtes celui que je veux en tant que roi. Je n’accepterai aucun remplaçant. Si mon père exigeait la couronne, alors je le combattrais à vos côtés. » (Liscia)

Quand elle fit cette déclaration incroyable avec un visage sérieux, tout ce que je pus faire était de hocher la tête.

D’une certaine manière, j’avais l’impression à l’instant d’avoir vu une partie de son courage maternel. Liscia allait un jour faire une épouse incroyable. J’avais prévu d’être le marié, cependant, c’était quelque chose pour laquelle je ne me sentais pas bien.

Pour l’instant, Liscia semblait satisfaite de ma réponse. « Alors ? Vous parliez avant ça d’un budget, mais pour quoi avez-vous besoin de tout cet argent ? »

« Oh ! Pour commencer, je pensais déjà faire construire une nouvelle cité. » (Souma)

« Une cité !? » Demanda-t-elle.

J’avais cherché une carte du pays sur mon bureau pour la montrer à Liscia. Dans l’ensemble, le territoire du pays ressemblait à une forme d’un <, et j’avais alors pointé du doigt le centre.

« Nous allons construire une cité côtière ici. En outre, nous allons en même temps faire progresser la construction de routes dans les environs. Si nous construisons un réseau de transport d’une ville côtière vers toutes les autres villes, alors nous pouvons contrôler le transport maritime et terrestre. Cela devrait nous permettre de rendre la distribution beaucoup plus fluide. Honnêtement, c’est merveilleux pour moi comment de tels biens immobiliers primordiaux soient restés intacts jusqu’ici. » (Souma)

Par ailleurs, au nord-est de cet endroit se trouvait La Cité Lagune, une ville côtière gouvernée par l’un des trois ducs, l’Amiral de la Marine Excel Walter. Actuellement, La Cité Lagune était le plus grand port commercial de ce pays, mais en même temps il s’agissait aussi d’une base navale avec des quais pour les cuirassés. Avoir un port commercial où les marchandises du monde entier se rassemblaient et une base navale ayant des besoins de confidentialité liés entre eux n’était pas bon. Il y avait des priorités incompatibles qui posaient rapidement des problèmes insurmontables.

Dans une crise, cela pourrait entraîner l’arrêt total du commerce. Et c’est pour cette raison aussi qu’il était urgent que nous construisions une nouvelle ville possédant uniquement un port commercial.

« Cette ville côtière sera le cœur palpitant de ce pays, et les routes qui s’étendent de là seront ses veines. » Expliquai-je. « Si la distribution est fluide, quand il y aura une pénurie de certains produits dans le sud, ils pourront être expédiés depuis où ils sont nombreux dans le nord. Vous savez ce que ça veut dire ? »

« Hum... Vous achetez des biens où les prix ont été abaissés en raison de son abondance, puis vous les revendez dans des endroits où le prix a augmenté en raison de la demande. Ou quelque chose comme ça ? » Me demanda-t-elle.

« Non et non, je ne suis pas un marchand. Le roi ne peut pas être celui qui agit ainsi. » (Souma)

« Vous ne pouvez pas ? » Demanda-t-elle, surprise.

« À quoi servira-t-il que je prenne l’argent de mon peuple quand j’essaie de les rendre prospères ? » Demandai-je alors.

Eh bien ! Si nous parlions purement du commerce extérieur, elle aurait eu raison, mais pour le commerce intérieur, il fallait penser non pas en tant qu’individu, mais en tant que pays.

« Certes, d’abord, il y aura des marchands qui le feront et cela fera que l’argent arrivera dans leurs mains. Cependant, la pénurie d’approvisionnement sera éventuellement résolue. Une fois que l’offre et la demande sont en équilibre, les prix élevés devraient progressivement redescendre. Nous pouvons ainsi planifier l’homogénéisation des prix à travers le pays. En gros... » (Souma)

« ... la population pourra acheter des produits qui étaient trop chers pour eux avant ça ? » Acheva-t-elle.

Je lui donnai une réponse affichant ma satisfaction à la réponse de Liscia. « À l’heure actuelle, la plus grande demande croissante dans la majorité de ce pays concerne les denrées alimentaires. Afin de stabiliser les prix sur ceux-ci, nous devons d’urgence sécuriser les itinéraires de distribution. En outre, plus de la moitié de la frontière de ce pays se trouve être la mer. Nous devrions ainsi pouvoir récolter beaucoup de produits de la mer. Si ceux-ci peuvent être transportés sur la terre, nous pouvons résoudre la crise alimentaire en un rien de temps. »

« Vous savez, même maintenant, nous pouvons apporter des produits séchés ou marinés à l’intérieur des terres. » Déclara-t-elle.

« Eh bien, pouvez-vous vivre tout le temps avec uniquement des poissons séchés et marinés ? » Lui demandai-je. « Moi, à la longue, je risque de me lasser d’eux. »

« Et bien... Oui, je suppose que moi aussi je suis dans le même cas. » (Liscia)

Le maquereau séché était quelque chose de savoureux, mais je n’aurais certainement pas voulu le manger tous les jours. Le sel était là afin de lutter contre les bactéries et la dégradation, mais en contrepartie, vous ne pouvez pas changer sa saveur, même si vous en étiez fatigué. Pour commencer, le poisson se gâte très rapidement, et même une fois séchée, il se transformerait en quelque chose d’impropre en quelques jours s’il n’était pas correctement salé. C’est pourquoi la vitesse à laquelle nous pouvions expédier des poissons et des crustacés à l’intérieur des terres était si importante.

« C’est pour ça que cela transite par le réseau de transport, n’est-ce pas ? » Dit-elle après avoir réfléchi.

« Exactement... Mais maintenant. » Je fis un grand bâillement avant de fermer les yeux. « Permettez-moi de dormir un peu. Quand je me lèverai, nous irons ensemble au site prévu pour la nouvelle ville. Ludwin et ses hommes sont probablement déjà là pour le commencement des travaux... Je dois aller les voir... »

« D’accord. » Dit-elle en hochant la tête. « Souma, dormez bien. »

« Oui, bonne nui... !? » (Souma)

Il y eut alors une sensation douce et chaleureuse sur ma joue droite. J’ouvris alors les yeux en état de choc, mais Liscia était déjà partie.

Oh... un bisou de bonne nuit... C’est ce que c’était, n’est-ce pas ? Ne sont-ils pas communs dans d’autres pays ? Oui, c’est correct. C’est tout à fait normal. Ce n’est donc rien de spécial ce qu’elle a fait. Je parie que Liscia l’a fait d’une façon décontractée. Il ne devrait y avoir aucun sens profond derrière ce baiser. Probablement... Oui, j’en suis sûr.

À la fin, je n’avais jamais réussi à trouver le sommeil...

☆☆☆

Partie 2

Vous souvenez-vous de ce que j’avais dit quand j’avais parlé de la façon dont la technologie de ce pays était totalement désordonnée. J’avais mentionné qu’il y avait des cuirassés d’acier, uniquement tirés par de grands dragons des mers. Lorsque Liscia et moi étions arrivés au site prévu pour la nouvelle ville, nous avions été accueillis par l’un de ces cuirassés d’acier.

Le Cuirassé Albert.

Portant le nom de l’ancien roi, il s’agissait du seul cuirassé en possession de l’Armée Interdite et il était par la même occasion le navire amiral de la Marine Royale.

Sa forme était semblable au Mikasa, qui était le vaisseau amiral de la Flotte Combinée à l’époque de la Bataille de Tsushima. Il possédait deux batteries principales, l’une à l’avant et l’autre à l’arrière, pour un total de quatre canons, avec des canons auxiliaires le long des flancs. Bien que les batteries principales et les canons auxiliaires soient tous placés sur un navire, ils ne l’étaient pas en tant qu’artillerie fixe. En outre, parce qu’il n’était pas équipé d’un moteur à combustion interne, l’absence de cheminée était une autre différence entre les deux.

Sa source d’énergie était un dragon des mers. (Ceux-ci ressemblaient à des plésiosaures, mais avec un cou plus court et large, ainsi que des cornes de chèvre.) Avec un dragon de mer géant le tirant, ce cuirassé pourrait fendre l’eau. Pour un navire ordinaire, un dragon suffisait, mais ce navire était un modèle à deux dragons.

Maintenant, ça me semble être le bon moment, alors laissez-moi vous expliquer quelques déséquilibres vis-à-vis de la technologie de ce pays.

Vous pourriez trouver étrange qu’un pays qui n’avait même pas atteint la révolution industrielle eût ces sortes de navires de guerre quasi modernes. Cependant, grâce aux créatures magiques et mystérieuses de ce monde, ils avaient pu faire des choses qu’ils ne pourraient autrement pas faire.

Même si quelque chose était fait en fer, s’il avait été construit avec les calculs appropriés concernant sa flottabilité, il pouvait être à même de flotter. En d’autres termes, le cadre extérieur d’un cuirassé pouvait être construit même avec la technologie du Moyen Âge. La raison pour laquelle ils n’avaient été construits qu’après la révolution industrielle était parce que les moteurs qui devaient leur permettre de se déplacer n’existaient pas avant ce moment-là. À une époque où votre seul moyen de propulser un bateau était d’attraper le vent avec des voiles ou de se propulser avec des rames, un navire de fer ne pourrait pas faire autre chose que de flotter sur place.

Cependant, dans ce monde, il existait de puissants dragons de la mer qui étaient assez forts pour remorquer un navire en fer. En les entraînant afin de tirer les navires, la navigation sur l’océan était devenue possible. C’est pourquoi les navires en fer avaient été construits.

C’était pareil pour les grands canons se trouvant à bord du cuirassé.

Ce monde avait déjà de la poudre à canon. Maintenant, en soi, il n’était pas étrange qu’ils en aient. Même sur Terre, il y avait des traces dans l’histoire concernant l’utilisation de poudre à canon qui avaient précédé l’apparition de la poudre noire, qui était l’une des trois grandes inventions de la Chine. Au deuxième siècle, pendant le temps des Romances des Trois Royaumes, le général défendant Chencang avait utilisé une arme explosive (quelque chose comme un pétard) pour pulvériser l’armée envahissante dirigée par Zhuge Liang.

Cependant, dans ce monde, il n’y avait pas d’arquebuses.

Parce qu’ils avaient de la magie pour leurs attaques à longue portée, ils n’avaient jamais développé les armes à feu. Les mages de Terre pouvaient tirer des pierres aussi bien qu’une mitrailleuse, les mages de feu pouvaient lancer des attaques qui ressemblaient à des bombes au napalm, les mages de vent pouvaient lancer une frappe de vide avec une portée incroyable, tandis que les mages de l’eau pouvaient, à plus court terme, pénétrer des obstacles en utilisant de l’eau sous pression.

En outre, il y avait ce qu’on appelait des "sorts pouvant être liés à un objet". En attachant des sorts possédant différents effets à un objet, il pourrait être renforcé ou capable de mieux couper. À cause de ça, les armes ayant des masses supérieures, qui pouvaient avoir plus de sorts encastrés en elles, avaient tendance à être plus puissantes.

Ainsi, une flèche était plus forte qu’une balle, une lance plus forte qu’une flèche. Pour l’expliquer plus en détail, avec la petite masse d’une balle, même si vous aviez intégré un sort d’attaque, elle ne pouvait pas percer une armure ayant un sort défensif intégré à elle. On pourrait tout à fait dire qu’il s’agissait de la raison du fait qu’ils n’avaient jamais développé de fusils. Cependant, alors qu’ils n’avaient pas de fusils, ils avaient des canons.

Mais c’était uniquement parce que, sur l’eau, l’utilisation d’autres éléments était limitée, donc ils avaient été obligés de les développer en tant que moyen d’effectuer des attaques à longue distance tout en étant sur l’eau.

La magie de ce monde proviendrait du mélange d’ondes spéciales émises par des personnes avec une substance appelée magicium se trouvant dans l’atmosphère pour ainsi produire une variété de phénomènes. Le Magicium avait un alignement élémentaire (à l’exception de l’obscurité), et la composition du magicium dans l’atmosphère était fortement influencée par le terrain environnant. Au-dessus de l’eau, il y avait surtout du magicium de l’eau, ce qui signifiait que la magie des autres éléments était affaiblie là-bas. Et ainsi de suite pour d’autres endroits.

En raison de ça, s’ils utilisaient de la magie au cours des batailles navales, tous les éléments, sauf l’eau, seraient affaiblis, et ils finiraient dans une situation critique vu que la magie élémentaire de l’eau n’avait pas une assez grande portée efficace. (Mais il pouvait encore être utilisé pour contrôler la direction des courants, et donc les mages de l’eau avaient été affectés à la marine.)

C’était précisément pour cela que les canons avaient été développés comme moyen d’attaquer des navires. En fin de compte, la technologie ne se développait que là où il y avait une demande.

Fin de la digression.

Maintenant, revenons au cuirassé Albert.

Quand j’avais vu l’Albert, voici ce que je pensais :

Que dois-je faire avec un seul navire ? Ce n’est que lorsqu’ils sont défendus par des destroyers et des croiseurs qu’un cuirassé ou un transporteur peut exhiber son véritable pouvoir. Ce que j’ai ici n’est qu’un épouvantail.

« Eh bien ! Vous savez, on a supposé qu’il fonctionnerait aux côtés de la marine. » Les mots de Liscia ne le rendant que plus triste. De toute évidence, il s’agissait d’un éléphant blanc.

« Dans ce cas, si nous ne prenions pas le navire amiral de la marine, ne pensez-vous pas que ça nous permettrait d’économiser une grosse somme sur le coût d’entretien ? » Demandai-je.

« M-Mais... Nous pourrions l’utiliser comme un navire transportant le matériel, n’est-ce pas ? » Me demanda-t-elle.

« Et bien... Oui, je suppose que c’est bon... » (Souma)

Nous avions utilisé ce grand cuirassé inutile afin de transporter du matériel pour la ville côtière. Une fois que nous avions retiré les armements se trouvant à l’intérieur, ceci avait permis de libérer une bonne capacité de transport. Avec le réseau de transport qui n’était pas encore en place à ce stade-là de la construction, il nous avait permis d’expédier les matériaux plusieurs fois plus rapidement que ce que nous pourrions envoyer à l’aide de la voie terrestre.

« Mais, dans ce cas, il aurait été encore plus efficace si nous l’avions construit dès le départ en tant que navire de transport. » Dis-je.

« Arg ! Ne soyez pas si négatif sur tout ! » Protesta-t-elle.

« Je me bats avec le budget, alors quand je vois quelque chose engloutir tant de fonds, je ne peux pas m’empêcher de dire ça. » (Souma)

C’était alors qu’Aisha revint vers nous, amenant Ludwin avec elle.

« Votre Majesté, j’ai fait venir Sir Ludwin comme vous me l’aviez demandé. » Dit-elle.

« Votre Majesté, Votre Altesse, je vous souhaite la bienvenue sur le site planifié de la nouvelle ville. » Le beau capitaine de la Garde Royale, Ludwin Arcs, nous salua avec un sourire. Au château, il portait toujours son armure en argent, mais là, il était habillé d’une manière plus décontractée. Avec la chemise blanche et la veste en cuir qu’il portait, il ressemblait à un beau marin qui pourrait apparaître dans un film de pirates.

J’utilisais l’Armée Interdite afin de travailler sur la construction de la ville. Bien sûr, j’avais fait aussi venir un grand nombre d’artisans de la guilde du génie civil et de construction, mais à l’échelle du projet, ils ne pouvaient pas tout gérer.

C’est pourquoi j’utilisais l’Armée Interdite, en pensant que je ferais rapidement face à la tactique des vagues humaines. Après que j’avais eu l’envie d’enseigner aux soldats des techniques modernes de construction, j’avais du mal à ne pas les utiliser. J’avais deux dixièmes des forces permanentes de l’Armée Interdite ici, et les huit dixièmes restants construisant le réseau de transport qui relierait toutes les villes.

« Alors, comment progresse la construction de la ville ? » Demandai-je.

« Nous avons déjà fini d’arpenter le site. Le travail est ainsi devenu soutenu... Ou plutôt, l’était... » Ludwin déclara cela avec hésitation, un sourire amer sur son visage.

« Je vous le dis, vous devez arrêter la construction ! » Une personne se mit à crier.

« Écoutez, vieil homme. Nous construisons cette ville sur les ordres du roi, comprenez-vous ça ? » Lui répondit un autre homme.

J’avais alors entendu des voix se disputer dans la tente qui servait de bureau central de la construction.

« Je vous le dis pour le bien du roi ! Vous ne devez pas construire une ville ici ! » (Vieil homme)

« Vous ne comprenez toujours pas, vous, le vieux ? Ce n’est pas comme si nous avions essayé de vous évincer ou quelque chose du genre. » (Soldat)

« Vous êtes ceux qui n’ont rien compris ! » (Vieil homme)

... Non, ce n’était pas un argument. C’était plus comme si ce vieil homme les avait critiqués unilatéralement.

J’avais alors parlé à Ludwin. « Donc, fondamentalement, un vieil homme qui vit dans la région s’oppose avec véhémence à ce que nous construisions une nouvelle ville ici ? »

« Oui. Il s’agit d’un pêcheur local. Mr Urup. » (Ludwin)

« Ne vous avais-je pas dit de ne pas acheter de façon agressive des terres ou quelque chose comme ça ? » Lui demandai-je.

« Bien sûr. Nous cherchons des résidences temporaires à leur donner en remplacement, de sorte que les résidents précédents peuvent rester dans la même région de là où ils sont actuellement. Nous ne les facturons pas pour la terre qu’ils acquièrent de cette manière. Et lorsque nous travaillerons sur l’aménagement résidentiel, nous prévoyions de reconstruire leurs maisons sans frais. » (Ludwin)

« Hmmm... selon moi, cela sonne vraiment comme étant de bonnes conditions. » Dis-je.

Mais pour autant que je puisse le voir, il n’y avait ici que des villages de pêcheurs abandonnés. Il était difficile de vivre dans un endroit aussi rural que celui-ci. Si une ville était construite ici, avec l’afflux de personnes, beaucoup des inconvénients du fait de vivre ici allaient disparaître. Non seulement ils n’étaient pas chassés de cet endroit, mais en plus, on leur offrait un meilleur avenir. Ils avaient même leurs maisons reconstruites gratuitement. Alors qu’est-ce qu’il avait comme raison à s’opposer à ça ?

« Mais pourquoi le vieil homme s’oppose-t-il à nous ? » Demandai-je.

« Eh bien... » (Ludwin)

« Je vous le dis, vous allez provoquer la colère du dieu de la mer ! » J’avais à nouveau entendu des cris depuis l’intérieur de la tente.

Le dieu de la mer ?

« Vous comprenez. Il dit qu’il s’agit ici du domaine du dieu de la mer et la construction de maisons va le mettre en colère. » (Ludwin)

« Quoi, vous avez même des dieux de la mer dans ce monde ? » Demandai-je.

Liscia et les autres avaient tous secoué négativement leur tête avec vigueur.

« Je n’ai jamais entendu parler d’un tel dieu avant aujourd’hui. » Répondit Liscia.

« Moi aussi, je ne suis au courant de rien. » Déclara Aisha.

« C’est probablement des imbécillités d’un vieil homme. » Rajouta Ludwin.

Il semblerait que personne n’avait entendu parler d’un tel dieu avant aujourd’hui.

Un dieu de la mer ? Me demandai-je alors.

« Je n’ai jamais entendu parler de ce dieu de la mer de toute ma vie, » déclara une voix se trouvant dans la tente. « Alors, pourriez-vous ne pas interrompre la construction avec votre étrange religion ? »

« Ce n’est pas une religion ! Le dieu de la mer est réel ! Si vous violez la sainteté de sa terre sacrée, alors vous provoquerez sa colère et tout sera détruit ! En fait, le dieu de la mer entre en colère environ une fois tous les cent ans ! » Cria le vieil homme.

Hein !?

« Quand j’étais un jeune garçon, le dieu de la mer est entré une fois en colère. À l’époque, toutes les personnes qui avaient construit des maisons sur la terre sainte du dieu de la mer ont été englouties par lui ! » Rajouta-t-il.

Se pourrait-il qu’il parle de ce que je pense en ce moment ?

J’étais alors entré dans la tente. À l’intérieur se trouvaient un jeune soldat de l’Armée Interdite et un vieillard bronzé portant une serviette tordue en tant que bandeau.

« Je suis désolé, Monsieur. Pourriez-vous me dire en détail ce dont vous parlez à l’instant ? » Lui demandai-je poliment.

« Et vous, qui êtes-vous ? » Me demanda-t-il en retour. « Je suis déjà occupé à parler à ce type... »

« Qu-Quoi, Votre Majesté ! » Bégaya le soldat.

« Votre Majesté !? » Quand il vit le soldat se tenir debout et me saluer, le vieil homme lâcha un cri bizarre.

« Oui. » Dis-je. « Je suis le Roi d’Elfrieden, Souma Kazuya. » Dis-je tout en allant vers lui afin de lui serrer la main.

« ... Mon nom est Urup. » Le vieillard répondit avec un regard tendu sur son visage.

Une fois que nous avions fini de nous saluer, j’avais immédiatement plongé au cœur de la question. « Maintenant, Urup. Revenez à ce dont vous parlez avant. »

« Hm !? Oui, c’est vrai. Votre Majesté, veuillez reconsidérer le fait de construire une cité ici ! » (Urup)

« Vieil homme, vas-tu vraiment déranger Sa Majesté lui-même avec tes bêtises ? » demanda le jeune soldat.

« Non, je veux l’entendre. » Je fis un geste au soldat qui essayait de l’empêcher, afin qu’il se retire. « Pouvez-vous m’en dire davantage sur ce sujet ? »

« Mais bien sûr. » Et ainsi, Urup m’expliqua entièrement la légende locale.

Apparemment, cette terre avait appartenu au dieu de la mer, mais il l’avait perdue après avoir été vaincu par le dieu de la terre lors d’une grande bataille. Cependant, le dieu de la mer croyait toujours que cette terre était la sienne, et quand les gens y construisirent des maisons, il tuait les personnes qui y vivaient.

C’est pourquoi il y avait une règle dans le village des pêcheurs à proximité que personne ne devrait construire de maisons ici.

Une fois qu’ils avaient tous entendu l’histoire d’Urup, Liscia avait dit, « C’est trop vague. Je n’y crois pas vraiment. »

« L’écouter était une perte de temps, » Rajouta Aisha.

Les deux semblaient exaspérés par le vieil homme, mais je me sentais différemment d’elles.

À mi-parcours de son récit, j’avais demandé à Ludwin d’apporter une carte, en demandant à quel point la terre sainte du Dieu était étendue. Alors, une fois que j’avais regardé pour un endroit assez loin de la portée de "la terre sainte du dieu de la mer", j’avais regardé à nouveau la carte et j’avais dit à Ludwin, « Nous devons apporter des changements majeurs au plan de la ville. »

« Attendez Souma, pourquoi dites-vous ça tout à coup ? » Demanda Liscia.

« Monseigneur, croyiez-vous ce que dit ce vieillard ? » Cria Aisha.

« Si nous modifions maintenant les plans, il y aura un retard majeur dans la construction... » Protesta Ludwin.

Je pouvais parfaitement comprendre comment ils se sentaient. Je ne voulais pas non plus faire quelque chose de si problématique. Cependant, lorsque j’avais considéré la sécurité de la nouvelle ville, j’avais la certitude qu’il fallait le faire.

« Souma, vous ne pouvez pas me dire que franchement vous croyez à ce dieu de la mer ? » Demanda Liscia.

« Non, ce n’est sûrement pas un dieu de la mer. » Répondis-je.

« Mais... » (Liscia)

« Liscia, les légendes sont après tout les souvenirs des personnes. » Je pointais du doigt ma tempe. « Les légendes sont quelque chose que nous transmettons. Alors, pourquoi les transmettre, vous pourriez vous poser la question ? Parce que nos ancêtres ont décidé qu’il était important de le faire. Des histoires sans valeur ne seront jamais transmises. Si celle-ci a été transmise, c’est qu’il y a une “leçon” derrière cette légende, ou “la sagesse de vie quotidienne” en elle. » (Souma)

« Et vous dites que cette malédiction du dieu de la mer est quelque chose comme ça ? » Me demanda-t-elle.

« Oui. Dans cette légende, la “leçon” est de ne pas construire de maisons dans une zone spécifique. Si les personnes ignorent cette leçon et construisent des maisons là-bas, ils seront sûrs d’être détruits. » Je regardai alors directement Urup avant d’ajouter. « À l’aide d’un tsunami, ai-je raison ? »

Les yeux d’Urup devinrent écarquillés et soudainement, il commença à trembler.

« O-Oui ! À l’aide d’un tsunami ! Tout le monde se trouvant dans les maisons, ils ont été emportés, les maisons et tout le reste ! » (Urup)

« Est-ce qu’il y avait eu un grand tremblement de terre avant le tsunami ? » Demandai-je.

« Comment pouvez-vous le savoir !? » Urup se mit à pleurer, comme s’il venait de se souvenir de quelque chose se trouvant dans sa mémoire qu’il avait voulu oublier. Peut-être que la vue des personnes aspirées par l’eau, ainsi que les maisons et tous les autres objets dans la zone, avait été tellement choquante qu’il avait inconsciemment oublié ce souvenir.

« En d’autres termes, la véritable identité du dieu de mer est “un raz de marée déclenché par un séisme sous-marin” », dis-je.

Même sur Terre, ce n’est que récemment que le mécanisme derrière les tremblements de terre avait été découvert. Nous avions dû attendre jusqu’au 20e siècle, lorsque la structure intérieure de la Terre avait été découverte. Jusqu’à ce jour, même si nous avions connaissance des tremblements de terre en tant que phénomène, nous pensions que c’était à cause de raisons telles que "l’activité volcanique" ou "l’eau souterraine se transformant en vapeur et provoquant ainsi la formation d’une cavité creuse" que de tels tremblements arrivaient.

J’avais utilisé mes mains pour simuler un plateau plus petit sous un autre, comme vous le voyez souvent sur les schéma concernant les activités sismiques des programmes d’informations, mais tout ce que j’avais obtenu était un tas de regards vides.

« Hummm... Désolée. Je n’ai vraiment rien compris. » Déclara Liscia.

« Plaques ? Vibration ? Monseigneur, parlez-vous de magie ? » Demanda Aisha.

« Je suis totalement perdu dans ces explications. » Rajouta Ludwin. « Comme il s’agit de choses tellement avancées, je ne sais même pas s’ils enseignent ce genre de chose à l’Académie Royale. »

Aucun d’entre eux n’avait compris. C’était bien trop tôt pour leur époque, alors je ne pouvais pas les blâmer pour ça.

« D’accord. Alors, oublions le mécanisme permettant à tout ça de fonctionner. » Dis-je. « L’important, c’est qu’il y a un tremblement de terre sous l’eau, et parfois il provoque un tsunami. En d’autres termes, la “colère du dieu de la mer” d’Urup ne se produit pas parce que les personnes y construisent des maisons. »

« Mon Dieu ! Donc ceci se produira même si nous ne construisons pas de maisons là-bas ? » Demanda Urup, les yeux grands ouverts.

Je traçai les contours des côtes sur la carte puis les lui montrai. « Je pourrais également mentionner que la côte de ce pays est en forme de <, et cet endroit se trouve dans ce coin. Des endroits comme celui-ci seront endommagés plus lourdement que d’autres zones côtières lors d’un tsunami. La raison en est... quelque chose que vous ne comprendriez pas même si j’essayais de vous l’expliquer, alors acceptez simplement que cela fonctionne ainsi. »

Si j’avais construit un modèle miniature de la côte et que j’y avais placé de l’eau afin qu’ils puissent voir les ondes converger, alors ils auraient pu comprendre. Mais ça demanderait bien trop d’efforts pour pouvoir attendre ce but.

« Pourtant, si cet endroit est si dangereux, la nouvelle ville ne risquera-t-elle pas quelque chose ? » Demanda Liscia en pointant du doigt.

Je gémis un peu avant de dire. « Hrm... Certaines zones de la côte pourraient être meilleures que celui-ci, mais toutes les régions côtières sont à peu près les mêmes, et je peux dire avec certitude qu’il s’agit là du point le plus proche du centre du pays. Et d’après ce que j’ai entendu, il y a une longue période de temps entre les phénomènes. Ils ne se produisent qu’une fois au cours d’une centaine d’années, alors si nous concevons la ville en supposant qu’elle sera touchée par un tsunami, ça devrait être correct. »

Avec ça, Ludwin et moi avions regardé la carte, en précisant les détails de mon plan.

« Tout d’abord, nous devons accumuler de la terre afin d’augmenter le niveau du sol, » dis-je.

« Maintenant ? Si nous le faisons à la main, ceci prendra un bon moment, » répondit-il.

« Les mages de terre dans l’Armée Interdite auront l’occasion parfaite de travailler sur ça. Ceci aura un impact sur le temps de construction, mais il n’y a pas d’autre possibilité. » (Souma)

« Compris. » Hocha-t-il. « Maintenant que j’y pense, j’ai entendu dire que la ville côtière de la Duchesse Walter a ce que l’on appelle des digues. Devons-nous en faire aussi ici ? »

« Des digues, hum... Ceci va nuire à la vue. » Je pensai alors à certaines considérations. « Si possible, je veux que ce port commercial soit utilisable comme destination touristique. En outre, ils ne seront pas en mesure de résister à un tsunami de cette ampleur. »

« Alors, nous ne devrions pas en construire ? » Me demanda-t-il.

« ... Laissez-moi voir. En fait, je préfère construire une ville qui ne dépend pas de digues. Il semblerait que la guilde du génie civil et de construction ait un expert en contrôle des inondations, alors on va le convoquer et il nous donnera son avis. » (Souma)

« Compris. » Dit-il. « Maintenant, en ce qui concerne les spécificités du plan de la ville. »

« Grâce au vieil homme Urup, nous connaissons à peu près le secteur que le tsunami peut atteindre, » dis-je. « Nous l’éviterons lorsque nous placerons les quartiers résidentiels, commerciaux et industriels. Bien sûr, cela concerne aussi bien d’importantes installations comme les consulats. »

« Vous n’allez pas développer la région que le tsunami peut atteindre ? » Me demanda-t-il.

« Le port de pêche et le quai ne peuvent être nulle part ailleurs. Quant au reste, nous le développerons comme s’il s’agissait d’un parc au bord de mer. » (Souma)

« J’ai compris. Vous allez développer en supposant que cela peut être totalement submergé. » (Ludwin)

« Oui, c’est bien ça. » Dis-je. « Oh, une autre chose, vieil homme Urup. »

« Hm ? Qu’y a-t-il ? » (Urup)

« Je vais faire de vous un conteur d’histoire homologué par l’État, alors, s’il vous plaît, veillez à ce que la légende du dieu de la mer soit transmise à tous. Je vais en faire un travail d’utilité public qui nécessite une certification, alors avant de mourir, travaillez durement afin de former la prochaine génération qui s’occupera de transmettre cette légende. »

« Moi, un fonctionnaire !? » S’exclama-t-il.

« Oui. En plus de la leçon “Ne construisez pas des maisons où le tsunami peut venir”, travaillez aussi sur “Si vous ressentez un tremblement de terre, alors supposez qu’il y aura un tsunami très bientôt” et aussi “Parce qu’un tsunami arrive, vous devez évacuer vers des zones élevées”. Vous pouvez utiliser la colère du dieu de la mer, mais assurez-vous simplement que le récit soit facile à se transmettre. » (Souma)

« ... Compris ! Je vais passer le restant de ma vie sur ce devoir ! » Cria-t-il.

« Bien. Soit dit en passant, à propos de la muraille qui entourera la ville... » (Souma)

Les trois hommes avaient alors parlé avec enthousiasme du plan de la ville. Liscia et Aisha les regardaient avec des sourires désabusés.

« Sa Majesté... Il semblerait qu’il s’amuse, » Commenta Aisha.

« Il s’amuse, » acquiesça Liscia. « Du moins, par rapport à la recherche de fonds. »

« Je me demande pourquoi, mais je pense que j’ai finalement vu le côté jeune de Sa Majesté. » (Aisha)

« Hehe, jeune... La raison pour laquelle Souma ne semble pas jeune est presque certainement parce que... » (Liscia)

« Hm !? Princesse, qu’est-ce que c’est ? » Demanda Aisha.

« Non, ce n’est rien... Hé Aisha. » (Liscia)

« Qu’est-ce qu’il y a ? » (Aisha)

« Aisha, aimez... vous Souma ? » Demanda-t-elle avec hésitation.

« Oui ! J’ai beaucoup de respect et d’affection pour lui ! » (Aisha)

« ... Je vois. Eh bien. Travaillons afin de soutenir Souma pour qu’il puisse rester souriant. » (Liscia)

« Oui, bien sûr ! » Cria Aisha.

À l’époque, je ne m’étais pas rendu compte qu’une conversation comme celle-ci avait eu lieu.

***

Trente ans plus tard, un tremblement de terre et un tsunami sans précédent frappèrent cette zone.

La terre fut inondée par des eaux turbulentes et de nombreux bateaux furent emmenés en mer, mais étonnamment, peu de vies furent perdues. Et tout cela parce que tout le monde dans la région avait grandi en entendant en provenance des conteurs la légende du dieu de la mer, ils avaient donc pu commencer à évacuer dès qu’ils avaient ressenti le tremblement de terre.

Après la catastrophe, une statue intitulée « Le roi et le vieil homme » fut construite dans le parc maritime.

Il s’agissait d’une statue pour commémorer le vieillard qui, au moment de la construction de la nouvelle ville, avait risqué sa vie pour faire un appel direct au roi et lui dire comment se préparer au tsunami et le sage roi l’avait écouté. Si les deux avaient pu l’entendre, ils auraient réussi à rire en disant : « Cela embellit la zone. »

En particulier pour le vieil homme Urup, qui avait autrefois été le conteur, mais maintenant, il apparaissait dans des histoires contées par ses descendants en tant que le Légendaire Vieil Homme. Quelle sorte d’expression avait-il sur son visage alors qu’il les surveillait depuis le prochain monde ?

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. c'est une belle histoire le coup du vieil homme :3
    Merci 🙂

  2. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire