Béni par la Déesse et Transféré dans un Autre Monde ! – Chapitre Compagnon 2 – Partie 8

Bannière de Béni par la Déesse et Transféré dans un Autre Monde ! ***

Chapitre Compagnon 2 : Les Aventures de Cloud l’esclave

Partie 8

Comme Sicily était allé s’occuper du ramassage des cadavres des Loups Crocs, j’avais décidé d’aller avant elle et de ramener cette fille jusqu’au chariot. Quand je lui avais dit ça, pour une raison inconnue, j’avais vu un sourire sur le visage de Sicily. Est-ce qu’il s’est passé quelque chose ?

« E-Err ! Je m’appelle Cheria. Serait-il acceptable que vous me disiez votre nom ? » demanda la jeune femme.

« Je m’appelle Cloud. Je suis un aventurier, » déclarai-je.

« Cloud-sama... C’est un nom merveilleux, ne trouvez-vous pas ? » demanda Cheria.

« Je ne suis pas assez digne d’avoir un “-sama” ajouté à mon nom, Cheria-san, » déclarai-je.

Je m’étais senti un peu irrité quand le « -sama » avait été ajouté à mon nom, parce que je n’étais qu’un esclave ordinaire. Il ne serait pas étrange que je meure si le Maître l’apprenait.

« Appelez-moi Cheria. Il est naturel pour moi de rendre hommage à la personne qui m’a sauvé la vie. Alors, laissez-moi vous appeler Cloud-sama ! » déclara Cheria.

« Eh bien ! Si vous voulez m’appeler comme ça quoiqu’il arrive, alors je ne dirai pas que c’est déraisonnable..., » déclarai-je.

« Tout à fait ! Cloud-sama ! » déclara-t-elle.

Il semblerait qu’elle avait décidé de m’appeler Cloud-sama. Alors que nous parlions de ces choses, nous étions arrivés au chariot.

Les Loups Crocs ici avaient déjà été exterminés et le ramassage des cadavres ainsi que le traitement des blessés étaient en cours.

« Franchement, encore une fois..., » murmura Knot.

« Eh bien, c’est de Cloud dont on parle..., » répliqua Adel.

Knot et Adel s’étaient plaints quand ils m’avaient vu porter Cheria dans mes bras. Mais pourquoi ? Il y avait des moments où ces deux individus m’avaient montré un sourire forcé comme ça en me regardant. N’était-ce pas la fois où j’avais sauvé la réceptionniste de la guilde — ou c’était quelqu’un d’autre à l’époque ?

« O-Ojou-sama ! C’est bien que vous soyez en sécurité ! » L’homme en armure qui était en train d’être guéri par Yuria s’était soudainement levé et avait commencé à parler avec Cheria.

« Gamin ! Combien de temps avez-vous l’intention de porter Ojou-sama !? » L’homme m’avait crié dessus avec une attitude très menaçante. C’est troublant, je l’abattrais si je le pouvais, mais...

« Guto ! Ce monsieur m’a sauvé la vie ! Qu’est-ce que vous racontez donc ? » déclara Cheria.

« Cependant..., » commença Guto.

« Cheria, est-ce d’accord pour que je vous pose au sol ? » demandai-je.

« Gamin ! Quelles sont vos intentions en vous adressant à Ojou-sama sans distinction honorifique ! » cria Guto.

« Guto ! » cria Cheria.

L’homme appelé Guto me regardait beaucoup, mais il ne semblait pas en dire plus parce que Cheria avait haussé la voix.

« Mes excuses Cloud-sama. Mais il semblerait que je ne puisse pas encore me lever. Si cela ne vous dérange, pourrais-je encore rester comme ça quelques instants ? » demanda Cheria.

« Eh bien, ça ne me dérange pas, » répondis-je.

« *Grognement en colère*. » Guto grinçait des dents. Vos vaisseaux sanguins étaient devenus visibles.

Allez-vous vraiment bien ?

D’ailleurs, le fait de porter Cheria en soi n’était vraiment pas un problème. Elle était très légère et avant que je ne le remarque, j’avais acquis une certaine force physique après ces combats continus.

« Encore une fois, enchantée de vous rencontrer. Je m’appelle Cheria Hardner. Je vous suis vraiment reconnaissante de nous avoir aidés dans cette situation dangereuse, » déclara Cheria.

Avec un acte qui semblait avoir été pratiqué à mainte reprise, Cheria avait tenu l’ourlet de sa jupe alors qu’elle faisait une révérence. Comme nous avions terminé le traitement après la bataille, nous avions décidé de leur demander d’expliquer leur situation. Sicily et Kuuga étaient aussi revenus avec nous.

En parlant de ça, Cheria avait l’air terriblement déçue quand je l’avais posé au sol tout à l’heure. Je me demande bien pourquoi.

« Alors, pourquoi avez-vous été attaqué par Loups Crocs dans un endroit comme celui-ci ? » demanda Knot d’une manière amicale.

Guto haussa la voix comme si c’était une évidence. « Gamin... »

« Guto ! » déclara Cheria.

« ... »

« ... »

Il avait fait une erreur. Il avait essayé de hausser la voix, mais Cheria l’avait arrêté.

« Être attaqué par les Loups Crocs en soi n’était pas le problème pour être exact, » déclara Cheria.

« Qu’entendez-vous par là ? » C’était Coco qui demanda cette fois-ci.

« D’accord. Avant d’être attaqués par les Loups Crocs, nous avons été attaqués par un faucon brillant, un monstre de Rang A. À ce moment-là, les chevaliers..., les gardes se sont sacrifiés pour nous laisser nous échapper, mais plusieurs des personnes restantes ont été blessées. Nous ne pouvions pas faire face à la meute de Loups Crocs qui s’approchait en raison de l’odeur de leur sang et cela a conduit à la situation que vous avez vue..., » déclara Cheria.

Ouais, deux mots qui m’inquiétaient me venaient à l’esprit. Cheria avait certainement mentionné que les chevaliers l’avaient fait. Elle avait paniqué et avait changé ça pour dire des gardes, mais elle avait dit Chevalier. Elle était donc une noble, c’était confirmé.

Et aussi, ce faucon brillant dont elle avait parlé était sans aucun doute celui que nous avions vaincu, n’est-ce pas ? Si ce genre de chose se trouvait partout, ce serait insupportable, non ?

« Le faucon brillant est peut-être encore à proximité. Je suggère que nous devrions quitter cet endroit aussi vite que possible, » déclara Cheria.

« Oh, à propos de ce faucon brillant. Nous l’avons déjà vaincu, alors, il n’y a aucun risque, » déclara Knot.

« Hein ? » s’exclama Guto.

« Pardon ? » s’exclama Cheria.

Cheria et Guto semblaient ne pas comprendre l’explication de Knot. Les autres avaient une expression d’étonnement très proche des leurs.

« Nous sommes en train de faire l’examen de promotion des aventuriers. Nous sommes maintenant sur le chemin du retour après l’assujettissement, » déclarai-je.

« Cloud-sama, allez-vous devenir un aventurier de Rang A ? » demanda Cheria.

« Non, nous devenons des aventuriers de Rang B, » répondis-je.

« Hein ? »

« Hein ? »

Il avait fallu un certain temps pour expliquer notre situation à Cheria et à son groupe. Il était peut-être juste de dire qu’il leur avait fallu du temps pour croire que nous étions des aventuriers qui avions tué un monstre de Rang A au milieu de notre examen de Rang B...

« Je comprends. Je comprends maintenant très bien que nous avons eu de la chance à propos de beaucoup de choses, » déclara Cheria.

« Je vois..., » répondit Guto.

Je suis plus que content que Cheria et Guto comprennent.

« Je voudrais vous demander quelque chose. Quelle sorte de dame êtes-vous ? Vous n’êtes pas un voyageur ordinaire, n’est-ce pas ? Je pense que vous êtes au moins une noble, n’est-ce pas ? Je veux dire, vous avez dit “chevalier” avant, n’est-ce pas ? En étant capable d’avoir des chevaliers comme gardes, vous êtes soit un noble, soit un membre de la royauté, non ? Il n’y a qu’une seule personne de la royauté dans ce pays, alors je me demande si vous êtes soit un noble de ce pays, soit un noble ou un membre de la royauté d’un autre pays. Vous êtes probablement de l’Union d’Atto, vu la direction d’où vous venez, n’est-ce pas ? » Iris avait parlé sans même prendre le temps de respirer. Elle avait posé les questions qui nous préoccupaient.

« Euh, oui, oui. Comme vous l’avez devinée, je viens de l’un des membres de l’Union d’Atto. Je suis la douzième princesse du royaume de Gachus. Nous sommes venus dans ce pays pour des négociations commerciales, » répondit-elle.

L’Union d’Atto est située à l’est de Kastal et c’est un pays avec plusieurs petits pays unis comme une nation alliée. C’était un pays qui possédait une autorité rivalisant avec les grandes puissances à cause de cette unité. Cheria semble être la princesse de l’un des nombreux pays qui s’y trouvaient. Euh, j’appelle Cheria sans aucun honorifique...

« Ah, Cloud-sama. Ça ne me dérange pas que vous m’appeliez Cheria... Ça ne me dérange pas que vous agissiez comme vous l’avez fait jusqu’à présent, » déclara Cheria qui semblait avoir compris ce à quoi je pensais.

« Ojou-sama, dans ce cas la discipline sera..., » commença Guto.

« Guto ! » réprimanda-t-elle immédiatement.

« Oui madame..., » déclara Guto.

« De plus, je suis la douzième princesse d’un petit pays. Je n’ai pas l’intention de succéder au trône et pendant que je suis dans ce pays pour négocier un accord commercial, je suis ici pour épouser un noble convenable et renforcer les relations entre les deux pays..., » expliqua-t-elle.

Elle n’avait pas de chance avec la façon dont les choses s’étaient passées dans ce voyage...

« C’est peut-être une demande impudente de ma part, mais pourrais-je vous demander de nous escorter jusqu’à la capitale ? Nous paierons la rémunération, donc si vous voulez..., » déclara-t-elle.

« Je ne pense pas que ce soit un problème pour moi, mais..., Kuuga-san, qu’en pensez-vous ? » demandai-je.

Nous étions plus ou moins au milieu de notre examen de Rang B, alors je devais demander à notre examinateur Kuuga, n’est-ce pas ?

« Ça ne me dérange pas particulièrement. Je ne peux pas vous escorter personnellement, juste pour que vous le sachiez, » déclara Kuuga.

Si vous engagez un aventurier de Rang A comme Kuuga, vous deviez payer un peu plus. De plus, l’examinateur ne pouvait pas être employé arbitrairement pendant l’examen, donc je suppose qu’il était naturel qu’il ne participe pas à l’escorte.

« Je comprends. Cheria, nous vous escorterons jusqu’à la capitale royale, » déclarai-je.

« Je serai à votre charge, » déclara-t-elle alors que son visage devint rouge.

« Oh, elle est totalement tombée amoureuse de lui. »

« C’est vrai, je vous l’avais dit. »

« C’est vraiment incroyable. Combien de personnes cela fait-il maintenant... ? »

« D’après ce que Roro sait, c’est la cinquième personne. »

« Est-ce un idiot... ? »

Les filles regardaient Cheria en souriant et en parlant de différentes choses, mais de quoi pourraient-elles parler ? Il y avait des moments où elles me cachaient leurs conversations, alors je me sentais un peu triste.

Par la suite, nous étions partis après avoir convenu de notre rémunération.

Nous avions décidé de faire un camp après avoir avancé à une certaine distance de là, parce que nous arriverions demain à la capitale royale.

« Pourquoi la nourriture du camp est si délicieuse ? » à l’heure du dîner, les cris de Cheria résonnaient dans la nuit de Kastal alors qu’elle s’exclamait de surprise.

On dirait que vous n’avez jamais mangé de la véritable nourriture délicieuse ? Me demandai-je avec un sourire en pensant à ce que nous avions déjà mangé auprès du maître.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

6 commentaires

  1. Merci pour le chapitre ! Quel tombeur ce Cloud xD

  2. Merci pour le chap ^^ C'est plutôt sympa ces chaps bonus, mais j'aimerais bien voir un peu Jin (le maître) interagir avec eux...

    • Cela, c'est principalement dans les chapitres normaux qu'on verra des interactions avec les personnages principales.

      Là, ce sont des histoires qui se sont déroulé pendant que Jin était au château en train de régler la situation du royaume.

      Dès le tome 3, on sera de nouveau avec Jin et compagnie, mais dans un autre royaume (vu que c'est 1 royaume différent par tome) avec toujours des interactions avec le deuxième royaume vu qu'il y a sa base.

Laisser un commentaire