Béni par la Déesse et Transféré dans un Autre Monde ! – Chapitre 34

Bannière de Béni par la Déesse et Transféré dans un Autre Monde ! ***

Chapitre 34 : La septième nuit et l’épée magique

***

Chapitre 34 : La septième nuit et l’épée magique

Partie 1

Petit retour en arrière. Dans la nuit du septième jour après mon arrivée à la capitale, j’avais envahi le château.

Bien sûr, Le Portail fut la méthode que j’avais utilisée pour faire ça. Comme je ne pouvais pas utiliser la magie dans le château, j’avais placé un sort de Portail dans mon Inventaire à l’avance.

Selon la carte fournie par la Fenêtre Système, la véritable reine était confinée dans la prison du château.

Pour cette raison, j’avais demandé à Mio de déployer volontairement un Portail près de la prison. L’invitation de Gilbert était comme une aubaine pour nous. J’avais décidé d’amener Dora et Mio parce qu’elles seraient moins suspectes quand elles se promèneraient pour faire ce que je leur avais demandé.

Grâce aux informations d’Alta et de Lusia, l’ancienne chevalière de la reine, j’avais trouvé un démon déguisé en Reine et je m’étais rendu compte que le but de cette convocation d’aventuriers n’était pas bon.

Le simple fait d’être un démon ne signifiait pas qu’il serait toujours lié au mal. Cependant, il y avait les preuves quant à tout ce qui avait été fait à Lusia après qu’elle avait découvert par hasard la véritable nature du démon. Ses oreilles avaient été laissées intactes pour tout simplement amplifier son désespoir.

Comme elle aimait se vanter face à ceux qui ne pouvaient plus rien lui faire, tout en révélant toutes les informations la concernant, il semblerait qu’elle aimait voir le désespoir chez ses victimes. Je pensais que c’était de très mauvais goût ce qu’elle faisait. À ce niveau-là, je trouvais que « Démon=Mal » et c’était mon opinion.

Le démon faisait partie d’un groupe s’appelant les Quatre Rois Célestes et leur but était de détruire Eludia et tous les héros. Kastal était également ciblé par commodité, car le royaume était à proximité. Je ne me souciais pas vraiment d’Eludia ou des héros, mais je serais troublé si Kastal était détruit. Si leurs plans n’impliquaient qu’Eludia et les héros, je ne prendrais pas la peine d’intervenir...

En bref, je me sentais bien si les démons ne ciblaient qu’Eludia, mais je me battrai contre eux pour protéger le « Riz » de Kastal et les « maisons de style japonais ».

Cependant, vaincre le démon ici était très difficile. Fondamentalement, je n’avais pas de raison légitime de l’attaquer directement. Je savais que je pouvais la vaincre, mais je ne serais pas capable d’expliquer pourquoi je l’avais fait sans révéler mes capacités. C’était vraiment une situation problématique. Donc, j’avais décidé de laisser la vraie reine s’occuper d’elle. En bref, je devais avoir « l’autorisation » de la véritable reine. Cela détruirait tous les soupçons sur mes actions envers la (fausse) reine.

Comme la vraie reine était emprisonnée dans la prison, elle aura plus de chances d’écouter ma demande. C’est pourquoi je devais aller à la prison et la sauver. L’escalier menant à la prison était fait de pierre et tout était sombre. Il avait probablement été créé comme le héros l’imaginait. J’emprunte la compétence de Déplacement Silencieux à Maria pour m’assurer que je ne ferais pas de bruits. Oh oui ! Maria avait désespérément essayé de m’arrêter, elle ne voulait pas que j’agisse seule, peu importe la raison. Comme je ne pouvais rien y faire, alors j’avais dû frotter ses oreilles afin de la maîtriser. Cependant, j’avais Tamo-san comme dernière ligne de défense... littéralement.

Je descendais en ce moment les escaliers en ressentant un frisson. Après être arrivé en bas, j’avais vérifié à nouveau la Carte.

De toute évidence, les gardes étaient des démons. Ils n’étaient pas déguisés en humains en utilisant de la magie, mais ils avaient simplement caché leur peau et leurs visages avec des casques et une armure complète. Évitons-les, car ce serait gênant s’il y avait un tumulte qui se produisait maintenant.

Il y avait une porte menant à la première série de cellules de la prison et un garde juste derrière. Il y avait quelques prisonniers ayant commis quelques infractions mineures dans ces cellules. À l’autre extrémité de cette section de prison se trouvaient une porte et plus d’escaliers qui menaient à la prison encore plus profonde où étaient détenus les délinquants les plus sérieux. La vraie reine était là.

J’avais ainsi utilisé ma Téléportation se trouvant dans mon Inventaire que j’avais préparé afin de traverser la zone protégée. Le pouvoir de la Téléportation me permettait de me déplacer n’importe où dans mon champ de vision, et cela même si ce n’est qu’à travers une fente, alors j’avais regardé à travers le trou de la serrure avec le garde de l’autre côté de la porte. Et à travers le trou de la serrure, j’avais utilisé ma Téléportation.

Comme prévu, l’hygiène dans cette prison pour les délinquants graves était mauvais. D’une certaine manière, cela avait du sens puisque les seules personnes ici étaient celles qui attendaient d’être exécutées. Cependant, si la cible n’est pas en vie, le pouvoir de Vol d’Essence du démon ne pourrait pas être utilisé. Ainsi, les prisonniers étaient maintenus dans un état à demi mort.

J’avais alors descendu la prochaine série d’escaliers et j’étais arrivé devant la cellule où se trouvait la reine. Quand j’avais regardé à l’intérieur grâce à la serrure présente sur la lourde porte en fer, je pouvais à peine la voir là. Eh bien ! Puisque je pouvais voir à l’intérieur, il n’y avait rien pour m’empêcher d’y entrer avec ma Téléportation. J’avais une masse de sorts de Téléportation et Portail que j’avais stockés et donc je pouvais me permettre de faire ça.

Au moment où j’étais entré dans la pièce, une puanteur vraiment dégoûtante avait sassé mes narines. J’avais alors scruté à l’intérieur de la pièce. La fille que je pouvais à peine voir depuis le trou de la serrure se trouvait couchée sur le sol et elle était totalement nue.

Bien sûr, cette fille était la reine. Ses cheveux et ses yeux étaient noirs. Cependant, ses cheveux avaient été négligés et ils avaient perdu leur lustre. Ses yeux étaient aussi ternes et sans vie que ceux de certaines personnes que j’avais déjà rencontrées avant aujourd’hui. Oui, elle était dans la même situation que Sera.

La fille remarqua ma présence et elle me fixa du regard. Elle toussota d’une voix rauque tout en prononçant une seule requête... « Tuez... moi ! »

On dirait que sa situation n’était après tout pas si semblable à celle de Sera. Cette fille avait déjà abandonné son envie de vivre.

Mais quand même, c’était naturel pour quelqu’un dans sa situation actuelle...

Il n’y avait aucune blessure sur son visage ou ses membres. Bien qu’il soit sale, son corps n’avait également aucune cicatrice ou égratignure. La seule exception était l’épée qui transperçait son corps à travers son ventre et était plantée dans le sol.

*****************************

Épée Magique — Douleur Éternelle

Classification : Épée à une main, Maudite

Rareté : Trésor

Note : Inflige une douleur intense à la victime poignardée par cette épée, mais empêche la victime de mourir tout en maintenant l’état blessé. Cette épée a été créée par quelqu’un qui a été trahi par sa bien-aimée. En déformant l’amour en haine, il a accompli le souhait d’infliger le désespoir et la souffrance à la cible tout en ne voulant pas qu’elle meure. Mort instantanée lorsque l’épée est retirée du corps de la cible en raison des dégâts infligés.

*****************************

En regardant en détail l’Épée Magique, elle maintenait les PV de la victime à 1 tout en leur donnant une douleur intense. Tout simplement, ça faisait mal à vouloir en mourir, mais vous ne pouviez pas en mourir. En outre, retirer l’épée pendant que la victime n’avait plus que 1 HP allait immédiatement tuer la victime dans le cadre de la malédiction vu son état de faim et sa santé déficiente.

Bien sûr, la victime allait mourir de faim, mais même ainsi, elle ne pouvait pas vraiment mourir. Il était naturel d’espérer la mort si vous étiez constamment dans la douleur et la famine comme ça. Au fait, il semblerait que la douleur venait par vagues, et la Reine allait relativement bien en ce moment.

Je n’hésiterai pas à tuer des personnes. Je ne savais pas quand j’avais commencé à me sentir comme ça, mais au moment où j’avais tué mon premier bandit, j’étais déjà préparé à ça. Je n’hésiterai pas même si l’autre partie était une femme ou un enfant, dès le moment où l’autre était un ennemi. Mais si l’autre ne l’était pas, alors c’était une histoire différente. Je ne trouvais pas de plaisir dans le fait de tuer...

Qu’en est-il de tuer la fille devant moi ? Je ne pouvais pas répondre à ça. Bien sûr, s’il n’y avait rien qui pouvait être fait, sauf la tuer par pitié, alors je le ferais. Mais pas cette fille. Car j’avais déjà un moyen de la sauver.

« Voulez-vous vraiment mourir ? Pourquoi ? » demandai-je. « ... Oh, je sais déjà à propos du démon et de la fausse reine, alors vous n’avez pas à m’en parler. »

Ses yeux affichaient une petite surprise, mais ils étaient toujours sans vie.

Elle me parla alors un peu plus qu’avant avec sa voix rauque. « Le d... démon a dit... si... cette épée... est enlevée, je... mourrai. »

« Oui, c’est tout à fait la vérité, » avais-je répondu.

Je l’avais encouragée à continuer à me parler.

« Ce démon... reviendra... à son aspect originel... quand je mourrai, » continua-t-elle. « Alors... tuez-moi... pour écraser les plans... de ces démons. »

« Vraiment ? » demandai-je.

« N’est-ce pas... assez ? » demanda-t-elle. « Après tout..., je vais... mourir tôt... ou tard. C’est... trop douloureux... si cela continue... je veux mourir. S’il vous plaît... tuez-moi... ça pourrait... au moins... arrêter les plans des démons... »

Une vague de douleur était soudainement apparue chez cette fille qui aspirait à respirer tout en parlant désespérément. « Arg...! Aidez-moi, dépêchez-vous... »

Elle se tordait de douleur. Il semblerait qu’elle éprouvait une autre vague de douleur.

Je m’étais alors penché près de son oreille et je lui avais murmuré. « Si vous pouviez éviter la malédiction de l’épée et écraser les plans des démons en même temps, que feriez-vous ? »

*toux* « Si vous avez... gah... un moyen... alors, dites-le... pouah..., » demanda-t-elle.

« Alors, si je peux vous libérer de la malédiction de l’épée, devenez ma subordonnée, » dis-je. « Après cela, nous irons détruire les plans des démons. »

*toux* « Cela me va. Si cela peut être fait... pouah... je serai votre subordonnée ou quoi que ce soit..., » répondit-elle.

<Contrat établi.>

J’avais utilisé un sort de soins que j’avais stocké dans mon Inventaire afin de guérir cette fille. Ses Points de Vie étaient toujours à un niveau dangereux, mais elle ne mourrait pas après le fait de ne plus avoir la malédiction qui la maintenait en vie. J’avais donc tout simplement stocké l’épée dans mon Inventaire.

Alors que la reine avait vu l’Épée Magique disparaître soudainement, un regard stupéfait était apparu sur son visage. Si l’épée était retirée par des moyens normaux... elle mourrait. Mais, que se passerait-il si soudainement elle disparaissait ?

R : La malédiction deviendrait invalide.

Oui, comme je l’avais dit.

« Hein !? » s’exclama la Reine.

Puisqu’il y avait toujours un trou dans son estomac, j’avais utilisé la Régénération afin de la guérir, ne laissant maintenant aucune égratignure sur son corps.

« Hein !? » s’exclama à nouveau la Reine.

« Et maintenant, vous serez donc ma subordonnée, mais attendons encore un peu pour ça, » déclarai-je.

Cette fille avait été surprise pendant un moment, mais quand son esprit avait rattrapé la réalité, elle s’était accrochée à ma taille et des larmes avaient coulé de ses yeux comme de la pluie. Même si elle était une reine, je n’étais pas heureux d’être étreint par quelqu’un qui laissait fuir des larmes et d’autres liquides corporels tels que de la morve... sur moi. J’allais certainement avoir besoin du sort Nettoyage pour ça.

*pleure* « Je vous remercie. Merci de m’avoir sauvée..., » déclara la reine.

Elle voulait mourir parce qu’elle pensait que tout était perdu. Et donc, si ce n’était pas réellement perdu ? Alors bien sûr, elle aurait la volonté de vivre.

Après avoir attendu que la reine se calme, j’avais utilisé le sort de Nettoyage sur nous deux et je lui avais donné les vêtements que j’avais empruntés à Maria.

Ce qui reste à faire était de s’échapper à cet endroit, mais...

« Hé, Reine. Est-ce que les gardes viennent vous voir souvent ici ? » demandai-je.

« Ah, oui. Ils viennent regarder par le trou de la serrure une fois par jour, » répondit-elle.

Alors, il y aurait un problème s’ils découvraient que la reine n’était pas là. Mais dans ce cas, j’avais la personne parfaite pour faire ce travail et elle était avec moi. Bien sûr, c’était Tamo-san.

***

Partie 2

« Arg, c’est gluant ~, » déclara la reine.

« Endurez ça, » dis-je.

J’avais découvert qu’après avoir augmenté la compétence Mimétisme de Tamo-san, Tamo-san était maintenant capable d’imiter n’importe qui sans avoir besoin de les absorber.

Pour être plus précis, Tamo-san pouvait prendre n’importe quelle forme tant qu’il y avait un modèle pour cela.

Donc, je devais faire que la reine subisse l’assaut du slime. Tamo-san devait couvrir tout le corps de la reine pour que sa compétence puisse fonctionner. Je pensais que quelque chose s’était réveillé en moi en voyant ça.

Une fois que Tamo-san avait pris la forme de la reine, j’avais décidé de laisser Tamo-san ici avec l’apparence de la reine et je lui avais demandé d’attendre ici comme si tout était normal. Les monstres domptés n’étaient pas dérangés par un ordre de devoir rester ainsi sans rien faire même si c’était ennuyeux à mourir.

Ah ! Devrais-je lui laisser l’épée magique au cas où ?

« Tamo-san, ouvre un trou pour cette épée, » ordonnai-je.

Avec une légère transformation, Tamo-san était devenu semblable à la reine quand elle avait été poignardée par l’épée. J’avais pris l’épée de mon Inventaire, je l’avais passée dans le trou et je l’avais enfoncée dans le sol comme avant.

« Hii ~, » la reine avait fait un petit cri que j’avais déjà entendu quelque part.

Cela avait dû déclencher son traumatisme et c’était prévisible. Elle était devenue agitée, alors j’avais utilisé Nettoyage sur elle sans rien lui dire.

*sanglots* « ... »

Elle semblait extrêmement embarrassée. De quoi était-elle embarrassée à ce moment... ?

J’avais dit à Tamo-san de rester comme ça pendant trois jours avant de revenir avec un Portail. Les monstres domptés qui n’étaient pas dérangés par un tel ordre étaient vraiment précieux.

Après mon retour, j’avais présenté la reine au groupe principal avec Lusia en plus.

« Voici Sakuya, la reine de Kastal. Elle va temporairement devenir ma subordonnée comme elle a accepté de le faire juste avant ça, » dis-je.

« À la fin, les griffes maléfiques du Maître atteignirent même la reine..., » déclara Mio.

Que veut-elle dire par « griffes maléfiques » ?

« Elle est vraiment aussi jeune que je l’avais entendu, » déclara Sakura.

« Votre Majesté, cela faisait longtemps, » avait dit Lusia.

« Hein !? Lusia ? De quoi s’agit-il ? Et la prison ? » La reine devient confuse.

C’était tout naturel. Je ne lui avais rien dit à propos de ça. Les deux seules choses que j’avais dites à la reine étaient à propos de l’assaut du slime et l’évasion de la prison.

« Avant de l’expliquer, je vais faire que vous deveniez ma subordonnée comme vous me l’aviez promis, » déclarai-je.

« Devenir votre subordonnée ? » demanda Sakuya.

« Reine, ceci est une promesse faite avec le petit doigt. Lorsque vous aurez fait ça, cela voudra dire que vous approuverez le fait de devenir ma subordonnée, » répondis-je.

« J-J’ai compris, » déclara-t-elle.

La reine avait tendu timidement son petit doigt. J’avais aussi utilisé mon petit doigt afin de l’entremêler avec le sien. Après avoir obtenu la permission de la Reine, elle était devenue ma subordonnée.

{Je vais vous dire ceci en premier, il y a beaucoup de choses que nous allons vous dire qui ne peuvent pas être divulguées à l’extérieur. Je vous interdis de révéler l’une de ces informations.}

« Hein !? Qu’est-ce que j’entends ? » demanda la reine.

La reine était surprise par mon soudain message télépathique. Je prévoyais de lui donner une brève description de nous et de nos pouvoirs. C’était la seule méthode que je pouvais utiliser pour lui dire sans qu’elle veuille fuir.

« C’est ce qu’on appelle la Télépathie, » expliquai-je. « C’est l’un des différents pouvoirs spéciaux que je possède. Comme je l’ai déjà dit, il vous est interdit de révéler l’un d’eux. Compris ? »

« D-D’accord..., » répondit-elle.

Je suppose qu’elle ne comprenait pas très bien la situation, mais elle semblait obéir à mes ordres pour l’instant.

« Alors comme je le disais..., » commençai-je.

« Ici, ici... »

Laisse-moi au moins finir ma phrase.

Interrompant mon discours, Mio s’était placée devant nous. Nous étions entrés dans la phase d’explications. Oh, la phase de repas de la reine était incluse dans cette période.

Fin de la phase d’explications.

« Et c’est comme ça, » déclara Mio.

« F-Fantastique..., » déclara la reine.

La reine m’avait regardé avec des yeux pleins de respect.

Vous savez, il y a un grain de riz coincé sur votre joue.

Lusia s’était agenouillée près de moi et avait commencé à prier et Maria acquiesça de satisfaction. Je ne comprenais pas la relation entre ces deux-là.

« Donc, avec ces pouvoirs spéciaux, vous avez sauvé Lusia, vous m’avez repéré et vous avez brisé la malédiction de l’épée magique, n’est-ce pas ? » demanda Sakuya.

« Oui, c’est bien ça, Reine, » répondis-je.

Elle confirma ainsi la grande explication, mais il n’y avait pas d’erreurs dans ce que la reine disait.

« Tout à l’heure, vous avez dit que vous aviez l’intention d’écraser l’intrigue de ses démons, n’est-ce pas ? » demanda la reine.

« Arrêtez de vous référer à moi avec ce “vous”. Mon nom est Jin. Ne nous sommes nous pas présentés juste avant ça ? » demandai-je.

« J’ai compris, Onii-chan, » répondit Sakuya.

Onii-chan... vous dites...

« Mais dans ce cas, Onii-chan, tu devrais aussi cesser de m’appeler Reine. Mon nom est Sakuya, » répliqua-t-elle.

« D-D’accord. Je ferais ainsi, Sakuya, » répondis-je.

« Ufufu ~, » ria Sakuya.

Mio qui était à côté de moi avait affiché un visage choqué pour une raison inconnue. Pour être plus précis, c’était un visage du genre. « Je me le suis fait voler ». Attendez, ne me dites pas qu’elle aussi visait pour la position de la jeune sœur ?

« Alors, pourquoi m’avez-vous appelé Onii-chan ? » demandai-je.

« Hm ? Parce que tu m’as sauvée, je n’ai pas de grand frère et je suis ta subordonnée ! » répondit-elle.

J’avais le sentiment que ceux-ci ne pouvaient pas être les vraies raisons.

« Je veux vraiment avoir un Onii-chan fiable puisque ma famille n’avait que très peu d’hommes dedans, » déclara Sakuya. « Au moment où tu m’as aidé dans les prisons, j’ai eu le sentiment comme quoi, Onii-chan, tu allais me sauver alors même que j’étais dans une impasse. J’aimerais également que tu me tutoies, d’accord ? »

« Jin-sama est après tout fiable, n’est-ce pas ? » murmura Maria. « Je ressens souvent ce sentiment... Eh bien, même cette fois-ci... »

Maria marmonnait quelque chose, mais je ne pouvais pas saisir tous ses mots.

« Ah, je vais revenir au sujet principal. Onii-chan, vas-tu vaincre les démons ? » demanda Sakuya.

« Oui, c’est ce que j’ai l’intention de faire, » répondis-je.

« Et après ça, je redeviendrais la reine. N’est-ce pas ? » demanda Sakuya.

« Oui, c’est ce qui est prévu, » répondis-je.

« Et je serai aussi la subordonnée d’Onii-chan, non ? » demanda Sakuya.

« Tout à fait. Ne m’as-tu pas donné la permission ? » demandai-je.

« Onii-chan. Veux-tu ce pays ? » demanda-t-elle.

Une question simple. Je ne l’avais pas vu venir.

« Non, je ne le veux pas, » répondis-je.

« Hein !? Tu ne le veux pas ? Est-ce qu’Onii-chan ne m’aide pas parce que tu voulais ce pays ? » demanda-t-elle.

« Eh bien, je ne le veux pas particulièrement. Je n’ai pas le passe-temps de vouloir paraître important en public, » répondis-je.

« En bref, l’éminence grise ! » Pour une raison quelconque, Mio s’était levée et avait déclaré cela à haute voix.

« Non, ces personnes-là ont une mauvaise réputation, » déclara Sera.

« Mais vous savez, cela correspond très bien à la personnalité et aux capacités de Jin-kun, » même si Sera ne semblait pas trop aimer l’idée, Sakura était d’accord avec Mio.

Pas bon. Mon image est en danger.

« L’éminence grise... En d’autres termes, je vais régner en public, mais Onii-chan sera véritablement celui qui régnera sur ce pays avec moi comme sa subordonnée... C’est génial ainsi..., » déclara Sakuya.

Sakuya m’avait également regardé avec des yeux pétillants.

Est-ce que son caractère s’est brisé de sa vie dans la prison ?

R : N’est-ce pas évident ?

« Mais..., » commença Sakuya qui semblait être un peu troublée.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? » demandai-je.

Elle baissa les yeux et parla avec une voix faible. « J’ai peur des démons. Ils ont facilement tué ma famille, ont volé mon existence et ont régné sur ce pays. Je n’ai pas le courage de me confronter à ces êtres... »

Toute la famille de Sakuya avait été tuée par les démons. L’enquête à l’époque où Sakuya était encore une princesse n’avait démontré aucune preuve de crimes. Parce que les démons prévoyaient d’utiliser la jeune Sakuya comme reine, les démons lui avaient directement instillé la peur du démon dans son esprit.

« Onii-chan et le reste d’entre vous, vous partez en voyage, n’est-ce pas ? » demanda Sakuya. « Ne peux-tu pas aussi me prendre avec toi ? Je ferai n’importe quoi, je serai en paix si je reste près d’Onii-chan... Je ne peux pas gouverner ce pays en étant toute seule... »

« C’est impossible, » répondis-je. « Ce pays est totalement géré par un gouvernement à travers la lignée. Ce pays va s’effondrer sans toi. »

« Mais dans ce cas, Onii-chan, tu seras le roi ! Je peux être la reine de nom afin que tu puisses rester à proximité et me protéger ! » déclara Sakuya.

Il ne semble pas qu’elle veuille se séparer de moi. Et aussi, est-ce qu’elle vient... de me le proposer ?

« Il y a la télépathie que je t’ai montrée il y a un peu de temps, » répondis-je. « Il y a aussi le Portail. Je peux immédiatement venir chez toi, peu importe où je suis à ce moment-là. »

« Mais cela prendra encore du temps ! » répondit-elle. « N’est-il pas possible que je meure pendant ce temps ? Il n’y a pas un endroit où je serais en sécurité si ce n’est pas à côté de toi, Onii-chan ! »

Elle était trop terrifiée et elle avait l’air de penser que c’était dangereux partout sauf près de moi.

« J’ai compris, » dis-je. « Dans ce cas, je vais assigner Alta pour veiller sur toi. »

« Hein !? » s’exclama-t-elle.

Un avatar pouvait être attaché à mes subordonnés. Mais j’étais actuellement le seul à pouvoir parler à Alta, car je l’avais configuré de cette manière. Mais actuellement, je prévoyais d’enlever cette restriction.

« Je pense que c’est un bon moment pour permettre à tout le monde de parler avec Alta, » dis-je. « Vos capacités cognitives s’amélioreront et vous ne devrez pas vous inquiéter des attaques-surprises. »

Mais j’avais strictement limité Alta pour qu’il ne puisse utilisé que de la télépathie et aucun de mes autres pouvoirs...

Alta pouvait exister en parallèle. Il avait aussi une méthode mystérieuse qui faisait que ses autres existences parallèles ne causaient pas de perte en performances chez les autres instances. J’étais inquiet de le montrer parce que je ne voulais pas qu’il ait l’air stupide...

« Quand j’y pense, c’est la même chose que d’être protégé par moi, » dis-je. « Sakuya, tu seras protégée 24 heures sur 24 et 365 jours par an sans même avoir à payer un salaire. »

R : Pas de salaire ?

Tout à fait, pas de salaire !

« Wôw, la Télépathie donne soudainement une sensation différente, » s’exclama Maria.

« Est-ce Alta ? Est-ce l’un de vos pouvoirs spéciaux, Jin-kun ? » demanda Sakura.

{Il a la même l’aura que le maître ~,} déclara Dora.

Il semble qu’il parlait à tout le monde en même temps. Mais ce que Dora avait dit était mystérieux.

« La puissance d’Onii-chan est vraiment incroyable, » Sakuya marmonna. « Je dis cela, mais c’est une capacité convenable pour un roi, n’est-ce pas... »

Je suppose qu’elle pouvait dire que mon pouvoir était certainement approprié pour être celui d’un personnage régnant sur les autres. Je pouvais voler mes ennemis de leurs capacités et les donner à mes subordonnés. Je pouvais accéder à toutes les connaissances dans le monde et détecter les mouvements de n’importe quoi. Je pouvais restreindre les actions de mes subordonnés et leur donner des provisions chaque fois que je le jugeais nécessaire. Je pouvais gérer tous les subordonnés simultanément et même les défendre.

Peut-être que Sakuya avait raison, et j’étais peut-être le plus apte à agir en tant que roi. Mais je devais prendre cette décision une fois que nous aurions terminé notre voyage. Ce sera irresponsable pour moi d’être un roi si je décidais de retourner dans mon monde.

« Je ne deviendrai pas quelque chose comme un roi... du moins, pas avant la fin de ce voyage..., » j’avais dit la deuxième moitié à voix basse, mais cela avait été assez fort pour que Sakuya puisse l’entendre.

« D’accord, j’ai compris. Je vais défendre ce pays avec Alta jusque-là, » déclara Sakuya.

« Tout à fait. Tu dois faire de ton mieux, d’accord... ? » demandai-je.

Je me sentais légèrement irresponsable de lui dire ça.

Désolé Alta.

R : Cela ne me dérange pas.

« Avant cela, j’ai besoin de vaincre ces démons, » déclara Sakuya. « S’il te plaît, ne sois pas trop pressé à propos de tout ça, d’accord ? »

Maintenant que tu le mentionnes, c’est vrai. Nous parlions de ce que nous allons faire après les avoir vaincus. Bon, ça va vu que tout ce qui reste à faire dans notre plan, c’est de révéler le faux et cela sera fini...

« C’est vrai, maintenant que vous le mentionnez, » déclara Sakura. « Mais je ne vois aucune chance qu’il devienne un compagnon de Jin-kun. »

« Oui, ça devrait aller avec ça. Il est plus important de créer un environnement où la reine peut récupérer son autorité. Alors, qu’en est-il de ça ? » demanda Lusia.

J’avais donc annoncé mon plan à tout le monde.

« C’est comme si c’était un drama avec une bonne récompense et le fait de punir la personne maléfique, » déclara Mio.

« Avec cette farce, vous allez présenter Sakuya-chan comme la bonne, n’est-ce pas ? » demanda Sakura.

Ne l’appelez-vous pas une farce...

Mon plan était en quelque sorte accepté. J’avais dû corriger certaines choses ici et là, mais le plus gros de mon scénario était toujours le même. Je devais me mettre à genoux devant Sakuya pour montrer son autorité. Je ne serai pas capable d’agir vraiment comme si je servais quelqu’un, mais on ne pouvait pas y faire grand-chose quand au fait de simplement le simuler.

« Plus important encore, Onii-chan, peux-tu vaincre ces démons aussi facilement ? » demanda Sakuya. « J’imagine qu’ils auront la plus grande défense prête pour cette situation. »

« Je serai en mesure de faire face à tout à ça. Surtout si c’est ce niveau-là de défense, » dis-je.

« Je pense qu’Onii-chan est étrange d’être en mesure d’appeler la plus grande défense du pays, “ce niveau-là de défense,” » déclara Sakuya.

« Il n’y a rien que Jin-sama ne puisse pas faire, » déclara Maria.

« Si le Maître le dit, alors cela doit être la vérité, » déclara Lusia.

Ah, la fanatique Maria et la fanatique Lusia sont ici pour rajouter ça.

« À ce propos, pourquoi Lusia agit-elle ainsi envers Onii-chan ? Et votre loyauté n’est-elle pas sensée être envers la famille royale ? » demanda Sakuya.

« Je l’ai jetée, » déclara Lusia.

« Impossible !? » s’exclama Sakuya.

Sakuya avait été surprise par la facilité avec laquelle Lusia avait abandonné sa loyauté envers la famille royale.

« Euh, vous pouvez revenir en tant que chevalière de la reine après que cette affaire soit terminée, » déclara Sakuya.

« Ce n’est pas nécessaire. J’ai décidé de vivre pour ma foi, » répondit Lusia.

« Impossible !? » s’exclama Sakuya.

Oh, elle a accidentellement dit sa foi.

« Lusia-san ! » s’exclama Maria.

« Ah ! Je veux plutôt dire que je dois retourner la faveur que m’a accordée le Maître, » rectifia Lusia. « Oui, c’est tout ce que j’avais à dire ! »

Lusia avait été réprimandée par Maria et elle s’était rapidement corrigée.

Sakuya avait demandé cela timidement, mais cela lui avait été rapidement dit que c’était inutile et elle avait donc quand même demandé la suite. Oui, c’était le chaos.

Ce jour chaotique touchait à sa fin. J’étais désolé pour Sakuya, mais je l’avais fait dormir dans une Pièce, parce que je ne pouvais pas la laisser aller à l’intérieur de l’auberge.

Eh ? Les Pièces avaient des produits de haute qualité à l’intérieur et il n’y avait pas de bruit venant de l’extérieur. Ainsi, la laisser dormir dans son lit, n’était-ce pas un bon traitement ?

J’avais utilisé le sort de Portail pour amener Sakuya dans la Pièce, mais elle n’avait pas voulu me lâcher quand j’étais sur le point de partir.

Oh, c’est vrai. Il est déraisonnable de la laisser dormir seule après avoir vécu tout ça.

« Dois-je appeler l’une des filles ? » demandai-je.

« Non, ce n’est pas nécessaire. Je veux rester avec toi, Onii-chan. S’il te plaît, » répondit Sakuya.

Même quand son visage était coloré par l’embarras, je pouvais voir qu’elle avait l’intention de dire « Je ne vais absolument pas te relâcher ».

{Je vais dormir avec Sakuya.} Avais-je dit par télépathie.

{D’accord. Bonne nuit !} répondit Sakura.

{Faites attention !} déclara Mio.

{Bonne nuit~ !} répliqua Maria.

{Bon dodo~} déclara Dora.

Je suppose que tout le monde s’attendait à ce que cela arrive. Je pense que c’était pour ça qu’elles m’avaient toutes dit de l’emmener ici moi-même...

« Bonne nuit, » dis-je.

« Bonne nuit, » répondit Sakuya.

Nous avions tous les deux rampé dans le lit. Même s’il y avait assez de place pour nous deux, Sakuya ne voulait toujours pas me quitter d’un iota. C’était bien trop chaud.

J’avais attendu un moment jusqu’à ce que Sakuya soit endormie et je m’étais un peu éloigné d’elle

Mais alors que je faisais ça...

« Argg ! Je ne veux pas ça, ça fait mal..., » elle faisait un cauchemar. Elle s’accrochait si fort à mon bras et criait.

C’est intrigant, essayons de la décoller à nouveau de moi.

« Arg ~, ah~, non~, » elle avait encore eu un cauchemar...

C’était horrible qu’elle soit rendue à un état si trop pitoyable alors j’avais décidé de la laisser rester comme ça contre moi.

Bonne nuit !

Au petit matin, au moment où je m’étais réveillé, j’avais constaté que mon pantalon était froid pour une raison inconnue.

R : Sakuya a mouillé le lit au cours de la nuit.

Ce n’était pas grave, car j’avais déjà prévu que cela arrive. Elle avait été torturée pendant si longtemps que c’était normal qu’elle fasse des cauchemars à ce sujet. On ne pouvait donc pas y faire grand-chose si elle s’était totalement détendue au cours de la nuit après qu’elle eut été libérée. Surtout que, dans la prison, elle n’avait nulle part où aller pour ça.

« Nettoyage ! » dis-je afin d’activer le sort de Nettoyage pour que tous reviennent à la normale sans qu’elle apprenne un jour qu’elle l’avait fait. Oh, Sakuya bougea légèrement quand j’avais parlé.

Je suppose qu’elle est sur le point de se lever et qu’elle a dû remarquer ce qu’elle a fait.

« L’eau bénite de la reine. » Quand j’avais murmuré ça à Sakuya, elle m’avait frappé avec l’oreiller.

Ça n’avait pas fait mal, mais elle me regardait avec un visage rouge vif et des yeux larmoyants. Eh bien, elle pouvait également voir différentes choses puisque j’étais nue, oui, il avait fait bien trop chaud pendant la nuit. N’était-il pas trop tard pour se sentir gêné à ce point ?

J’avais décidé de dormir comme ça.

Je suppose que je dois aller acheter de nouveaux vêtements pour moi et Sakuya aujourd’hui.

***

Extra : Sakura et Sakuya

***Point de vue de Sakura***

Quand j’avais du temps libre, je lisais habituellement un livre dans ma Pièce. Pourquoi disais-je ma Pièce ? Car il s’agissait de la chambre personnelle et j’étais la seule personne à pouvoir l’utiliser. On ne pouvait avoir qu’une seule Pièce par personne. En passant, les esclaves nouveaux venus et les membres récemment rejoints, Lusia et Sakuya, n’en avaient pas encore.

Depuis que je pouvais définir cet endroit pour être insonorisé, c’était le meilleur endroit pour lire des livres calmement.

Qu’est-ce qui se passe dans ma chambre dans mon ancien monde ? Je ne veux pas me souvenir de ça.

Ma chambre était remplie de livres. Avec des tresses et des lunettes, j’aurais été exactement comme une membre du comité littéraire, et mon amour pour la lecture n’allait pas à l’encontre de cette image. Quand je lisais un livre, je pouvais ignorer la réalité douloureuse pendant un moment. Mais en réalité, je n’étais pas une membre du comité littéraire. Je voulais vraiment en devenir une, mais j’étais trop désolée pour les autres membres qui aurait dû prendre soin d’une personne aussi incompétente que moi.

Mais je n’avais plus besoin de m’inquiéter de tout cela dans ce monde. D’ailleurs, Jin était toujours présent pour me protéger. Par conséquent, je n’avais pas vraiment besoin de livres, mais j’avais toujours ma vieille habitude. Au moment où je l’avais remarquée, ma chambre était déjà remplie de beaucoup de livres.

« Pfff ! » J’avais pris une profonde respiration après avoir fini de lire « L’écologie du monstre ». J’étais une lectrice sans discrimination, mais dans l’ancien monde, j’aimais le plus les livres fantastiques. Comme c’était le plus éloigné de la réalité, c’était génial pour m’échapper de la tristesse de la vie. Mais maintenant, j’avais souri maladroitement en pensant à ça, car j’étais en ce moment vraiment dans un monde fantastique.

Je n’avais jamais pensé que les héros qui brillaient de mille feux dans l’histoire seraient aussi dégoûtants que ça. Oh ! Mais Maria était différente.

*Toc* *Toc* *Toc*

Alors que je choisissais le prochain livre que j’allais lire, quelqu’un frappa à la porte. Alors je m’étais dirigée vers la porte.

« Qui est là ? » demandai-je.

« Ah, Sakura-san, c’est Sakuya, » déclara la personne de l’autre côté de la porte.

Il semblerait que la reine de ce pays soit mon invitée.

« Je vais maintenant ouvrir la porte, » déclarai-je.

Quand j’avais ouvert la porte, j’avais alors vu que Sakuya portait la robe blanche que lui avait donnée Jin. J’étais un peu jalouse d’elle. Non, je ne l’enviais pas parce qu’elle l’avait eue comme cadeau. C’était plutôt que je l’enviais parce qu’elle pouvait porter d’une manière pure et innocente, une robe blanche qui semblait si naturelle sur elle.

« Désolée de vous déranger, » déclara Sakuya.

« Y a-t-il quelque chose qui ne va pas ? » demandai-je.

Puisque Sakuya et moi n’avions pas beaucoup de contact l’une avec l’autre, je ne connaissais pas la raison de sa visite. Donc, j’avais offert une chaise à Sakuya.

« Merci. En fait, j’ai quelque chose sur quoi je dois vous consulter, Sakura-san..., » déclara Sakuya.

« Me consulter ? » demandai-je.

Le ton de Sakuya était moins formel quand elle parlait avec Jin, mais c’était toujours très formel quand elle parlait avec quelqu’un d’autre. Ce n’était pas à moi de le dire, mais je pensais qu’elle avait ouvert son cœur à Jin à un degré plus qu’extraordinaire.

« Oui. À propos des subordonnés d’Onii-chan, » déclara Sakuya.

« Hein !? Oh... Je suis la seule véritable subordonnée. Toutes les autres personnes sont des esclaves ou des monstres domptés, » dis-je.

C’était notre point commun.

« Eh bien. Alors, quel genre de chose, Onii-chan, exige-t-il de ses subordonnés ? » demanda Sakuya.

« Êtes-vous inquiète ? » demandai-je.

Ce serait un mensonge si elle disait qu’elle n’était pas inquiète après être devenue si soudainement une subalterne. Il était naturel de ressentir de la répugnance lorsqu’un garçon du même âge avait la pleine autorité sur vous. Cependant, dans mon cas, je voulais en même temps avoir une sorte de lien permanent avec Jin.

Jusqu’à maintenant... Personne n’avait été disposé à me protéger. Je me souvenais encore de l’impression que j’avais eue quand Jin avait dit qu’il me protégerait pour la première fois. Mais maintenant que nous avions plus de compagnons pour notre voyage, j’avais eu toujours le sentiment que je pourrais aussi être jetée. Quand le pouvoir spécial de Jin avait été révélé, j’avais pensé que c’était une chance. C’était une occasion merveilleuse d’obtenir le lien appelé « subordonné ». C’était un lien plus fort que d’être un simple compagnon de voyage. Après tout, ce genre de sentiment déformé par la peur ne disparaissait pas facilement.

« Non, je ne suis pas inquiète, » répondit Sakuya. « Comment dois-je le dire ? J’ai espéré de mon plein gré devenir sa subordonnée... Je ne peux ressentir que du soulagement quand j’ai la protection d’Onii-chan. »

Je comprenais ce sentiment. Je ne savais pas si c’était l’effet du Lien d’Engagement ou pas, mais cela me donnait une tranquillité d’esprit depuis que j’avais ce lien avec Jin.

« Ce que je voulais dire c’était que... je souhaiterais que vous m’appreniez ce qu’Onii-chan veut d’un subordonné ? » demanda-t-elle. « En ce qui me concerne, que puis-je faire ? À quoi dois-je m’attendre ? »

Qu’est-ce que Jin-kun veut ? Honnêtement, je ne sais pas non plus. Jin-kun veut que je crée de la magie pour lui, mais il ne me force jamais à le faire. En outre, en raison de certains problèmes, je ne peux pas du tout faire de magie d’attaque sur des humains. L’attitude de Jin-kun n’a pas changé du tout après qu’il ait pris conscience de ces problèmes.

« Je ne sais pas ce que Jin-kun veut de nous. Tout ce que je peux faire pour lui, c’est créer de la magie..., » déclarai-je.

« Eh bien, je pense que c’est une excellente contribution, » répondit-elle.

« Pas du tout, » répondis-je. « Ce pouvoir spécial est utile, mais il a aussi beaucoup de défauts... »

Je connaissais beaucoup de ses défauts, donc je sentais que c’était désagréable pour lui. Parce que j’avais besoin de l’aide de Jin pour l’utiliser, j’avais l’impression que je n’étais qu’une femme gênante...

« Franchement, je ne pense pas qu’Onii-chan soit troublé par ça, » déclara Sakuya.

Tout d’abord, le problème de la nourriture avait été résolu par l’Inventaire. À propos de notre puissance militaire que nous avions en ce moment... Je pourrais dire que nous pouvions conquérir un pays si nous voulions le faire.

« Je ne pense pas que quelqu’un m’aiderait si je ne suis pas utile. Je cherche juste à faire qu’on va me demander de faire, » déclarai-je.

Je faisais de la magie. Sakuya pourrait avoir son autorité. Il avait dit qu’avoir un pays n’était pas nécessaire, mais qu’avoir beaucoup d’autorité en main était pratique.

« Vous avez raison. C’est comme ça, après tout, » déclara-t-elle.

Il semble qu’elle est venue ici avec la même pensée que moi.

« Le fait que vous, Sakuya-san, soyez une reine n’est-il pas le plus pratique pour Jin-kun ? » demandai-je.

« Oui, je suppose que oui. Cependant, les faveurs que je rends face à la gentillesse d’Onii-chan semblent être si misérables..., » répondit-elle.

Je ne pouvais pas dire si c’était positif ou négatif.

« Mais la seule chose que je peux faire est de commencer par devenir une reine et de gouverner correctement ce pays, » déclara Sakuya.

« Je pense que c’est très bien ainsi, d’autant plus que Jin-kun aime vraiment ce pays, » déclarai-je.

« Merci beaucoup, » déclara Sakuya. « Votre conseil a retiré un énorme poids de mon esprit. »

« C’est génial, » dis-je.

Après cela, nous avions une longue conversation très agréable. Puisque d’autres personnes avaient tendance à nous voir comme leurs supérieurs, elle pourrait devenir une amie autour du même âge et du même sexe que moi. Dora est plus comme un animal de compagnie...

Malheureusement, notre conversation amicale n’avait pas pu inclure le sujet de la personne qu’on aimait le plus. Eh bien, d’après ce que je savais, ce sujet allait simplement aigrir l’ambiance...

Après cela, j’avais parlé avec Sakuya de bonbons qui n’avaient pas encore été mangés, d’un livre intéressant et de beaucoup de choses intéressantes dans ce pays.

« À plus tard, Sakura-chan, » déclara Sakuya.

« Oui, s’il te plaît, viens ici pour parler à nouveau, Sakuya-chan, » déclarai-je.

Comme il était assez tard, j’étais restée ici pour le reste de la journée. Je n’avais plus besoin de lire un livre aujourd’hui, car je pouvais passer mon temps d’une manière beaucoup plus plaisant que par le passé.

Je n’aurais jamais pensé être protégée et avoir une amie du même sexe comme ça.

Bien que je détestais Eludia et ces héros, j’aimais toujours beaucoup ce monde, principalement parce qu’il m’avait donné une chance de trouver le bonheur.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Pourquoi le chapitre n'est pas complet? Si je regarde sur ça on voit clairement qu'il en manque une bonne partie...
    http://www.scarletmadness.org/blessing-from-the-goddess-and-transfer-to-another-world-no-thanks-i-dont-need-a-special-ability/

    • Bonjour,

      Normal, car comme là., je ne souhaite plus faire des chapitres de 5-6k voir bien plus en une sortie, il est coupé. C'est ce que indique le terme Partie X qui est juste après le titre.
      La suite, le 26 du mois pour la partie 2 qui clos.

Laisser un commentaire