Béni par la Déesse et Transféré dans un Autre Monde ! – Chapitre 34 – Extra

Bannière de Béni par la Déesse et Transféré dans un Autre Monde ! ***

Extra : Sakura et Sakuya

***Point de vue de Sakura***

Quand j’avais du temps libre, je lisais habituellement un livre dans ma Pièce. Pourquoi disais-je ma Pièce ? Car il s’agissait de la chambre personnelle et j’étais la seule personne à pouvoir l’utiliser. On ne pouvait avoir qu’une seule Pièce par personne. En passant, les esclaves nouveaux venus et les membres récemment rejoints, Lusia et Sakuya, n’en avaient pas encore.

Depuis que je pouvais définir cet endroit pour être insonorisé, c’était le meilleur endroit pour lire des livres calmement.

Qu’est-ce qui se passe dans ma chambre dans mon ancien monde ? Je ne veux pas me souvenir de ça.

Ma chambre était remplie de livres. Avec des tresses et des lunettes, j’aurais été exactement comme une membre du comité littéraire, et mon amour pour la lecture n’allait pas à l’encontre de cette image. Quand je lisais un livre, je pouvais ignorer la réalité douloureuse pendant un moment. Mais en réalité, je n’étais pas une membre du comité littéraire. Je voulais vraiment en devenir une, mais j’étais trop désolée pour les autres membres qui aurait dû prendre soin d’une personne aussi incompétente que moi.

Mais je n’avais plus besoin de m’inquiéter de tout cela dans ce monde. D’ailleurs, Jin était toujours présent pour me protéger. Par conséquent, je n’avais pas vraiment besoin de livres, mais j’avais toujours ma vieille habitude. Au moment où je l’avais remarquée, ma chambre était déjà remplie de beaucoup de livres.

« Pfff ! » J’avais pris une profonde respiration après avoir fini de lire « L’écologie du monstre ». J’étais une lectrice sans discrimination, mais dans l’ancien monde, j’aimais le plus les livres fantastiques. Comme c’était le plus éloigné de la réalité, c’était génial pour m’échapper de la tristesse de la vie. Mais maintenant, j’avais souri maladroitement en pensant à ça, car j’étais en ce moment vraiment dans un monde fantastique.

Je n’avais jamais pensé que les héros qui brillaient de mille feux dans l’histoire seraient aussi dégoûtants que ça. Oh ! Mais Maria était différente.

*Toc* *Toc* *Toc*

Alors que je choisissais le prochain livre que j’allais lire, quelqu’un frappa à la porte. Alors je m’étais dirigée vers la porte.

« Qui est là ? » demandai-je.

« Ah, Sakura-san, c’est Sakuya, » déclara la personne de l’autre côté de la porte.

Il semblerait que la reine de ce pays soit mon invitée.

« Je vais maintenant ouvrir la porte, » déclarai-je.

Quand j’avais ouvert la porte, j’avais alors vu que Sakuya portait la robe blanche que lui avait donnée Jin. J’étais un peu jalouse d’elle. Non, je ne l’enviais pas parce qu’elle l’avait eue comme cadeau. C’était plutôt que je l’enviais parce qu’elle pouvait porter d’une manière pure et innocente, une robe blanche qui semblait si naturelle sur elle.

« Désolée de vous déranger, » déclara Sakuya.

« Y a-t-il quelque chose qui ne va pas ? » demandai-je.

Puisque Sakuya et moi n’avions pas beaucoup de contact l’une avec l’autre, je ne connaissais pas la raison de sa visite. Donc, j’avais offert une chaise à Sakuya.

« Merci. En fait, j’ai quelque chose sur quoi je dois vous consulter, Sakura-san..., » déclara Sakuya.

« Me consulter ? » demandai-je.

Le ton de Sakuya était moins formel quand elle parlait avec Jin, mais c’était toujours très formel quand elle parlait avec quelqu’un d’autre. Ce n’était pas à moi de le dire, mais je pensais qu’elle avait ouvert son cœur à Jin à un degré plus qu’extraordinaire.

« Oui. À propos des subordonnés d’Onii-chan, » déclara Sakuya.

« Hein !? Oh... Je suis la seule véritable subordonnée. Toutes les autres personnes sont des esclaves ou des monstres domptés, » dis-je.

C’était notre point commun.

« Eh bien. Alors, quel genre de chose, Onii-chan, exige-t-il de ses subordonnés ? » demanda Sakuya.

« Êtes-vous inquiète ? » demandai-je.

Ce serait un mensonge si elle disait qu’elle n’était pas inquiète après être devenue si soudainement une subalterne. Il était naturel de ressentir de la répugnance lorsqu’un garçon du même âge avait la pleine autorité sur vous. Cependant, dans mon cas, je voulais en même temps avoir une sorte de lien permanent avec Jin.

Jusqu’à maintenant... Personne n’avait été disposé à me protéger. Je me souvenais encore de l’impression que j’avais eue quand Jin avait dit qu’il me protégerait pour la première fois. Mais maintenant que nous avions plus de compagnons pour notre voyage, j’avais eu toujours le sentiment que je pourrais aussi être jetée. Quand le pouvoir spécial de Jin avait été révélé, j’avais pensé que c’était une chance. C’était une occasion merveilleuse d’obtenir le lien appelé « subordonné ». C’était un lien plus fort que d’être un simple compagnon de voyage. Après tout, ce genre de sentiment déformé par la peur ne disparaissait pas facilement.

« Non, je ne suis pas inquiète, » répondit Sakuya. « Comment dois-je le dire ? J’ai espéré de mon plein gré devenir sa subordonnée... Je ne peux ressentir que du soulagement quand j’ai la protection d’Onii-chan. »

Je comprenais ce sentiment. Je ne savais pas si c’était l’effet du Lien d’Engagement ou pas, mais cela me donnait une tranquillité d’esprit depuis que j’avais ce lien avec Jin.

« Ce que je voulais dire c’était que... je souhaiterais que vous m’appreniez ce qu’Onii-chan veut d’un subordonné ? » demanda-t-elle. « En ce qui me concerne, que puis-je faire ? À quoi dois-je m’attendre ? »

Qu’est-ce que Jin-kun veut ? Honnêtement, je ne sais pas non plus. Jin-kun veut que je crée de la magie pour lui, mais il ne me force jamais à le faire. En outre, en raison de certains problèmes, je ne peux pas du tout faire de magie d’attaque sur des humains. L’attitude de Jin-kun n’a pas changé du tout après qu’il ait pris conscience de ces problèmes.

« Je ne sais pas ce que Jin-kun veut de nous. Tout ce que je peux faire pour lui, c’est créer de la magie..., » déclarai-je.

« Eh bien, je pense que c’est une excellente contribution, » répondit-elle.

« Pas du tout, » répondis-je. « Ce pouvoir spécial est utile, mais il a aussi beaucoup de défauts... »

Je connaissais beaucoup de ses défauts, donc je sentais que c’était désagréable pour lui. Parce que j’avais besoin de l’aide de Jin pour l’utiliser, j’avais l’impression que je n’étais qu’une femme gênante...

« Franchement, je ne pense pas qu’Onii-chan soit troublé par ça, » déclara Sakuya.

Tout d’abord, le problème de la nourriture avait été résolu par l’Inventaire. À propos de notre puissance militaire que nous avions en ce moment... Je pourrais dire que nous pouvions conquérir un pays si nous voulions le faire.

« Je ne pense pas que quelqu’un m’aiderait si je ne suis pas utile. Je cherche juste à faire qu’on va me demander de faire, » déclarai-je.

Je faisais de la magie. Sakuya pourrait avoir son autorité. Il avait dit qu’avoir un pays n’était pas nécessaire, mais qu’avoir beaucoup d’autorité en main était pratique.

« Vous avez raison. C’est comme ça, après tout, » déclara-t-elle.

Il semble qu’elle est venue ici avec la même pensée que moi.

« Le fait que vous, Sakuya-san, soyez une reine n’est-il pas le plus pratique pour Jin-kun ? » demandai-je.

« Oui, je suppose que oui. Cependant, les faveurs que je rends face à la gentillesse d’Onii-chan semblent être si misérables..., » répondit-elle.

Je ne pouvais pas dire si c’était positif ou négatif.

« Mais la seule chose que je peux faire est de commencer par devenir une reine et de gouverner correctement ce pays, » déclara Sakuya.

« Je pense que c’est très bien ainsi, d’autant plus que Jin-kun aime vraiment ce pays, » déclarai-je.

« Merci beaucoup, » déclara Sakuya. « Votre conseil a retiré un énorme poids de mon esprit. »

« C’est génial, » dis-je.

Après cela, nous avions une longue conversation très agréable. Puisque d’autres personnes avaient tendance à nous voir comme leurs supérieurs, elle pourrait devenir une amie autour du même âge et du même sexe que moi. Dora est plus comme un animal de compagnie...

Malheureusement, notre conversation amicale n’avait pas pu inclure le sujet de la personne qu’on aimait le plus. Eh bien, d’après ce que je savais, ce sujet allait simplement aigrir l’ambiance...

Après cela, j’avais parlé avec Sakuya de bonbons qui n’avaient pas encore été mangés, d’un livre intéressant et de beaucoup de choses intéressantes dans ce pays.

« À plus tard, Sakura-chan, » déclara Sakuya.

« Oui, s’il te plaît, viens ici pour parler à nouveau, Sakuya-chan, » déclarai-je.

Comme il était assez tard, j’étais restée ici pour le reste de la journée. Je n’avais plus besoin de lire un livre aujourd’hui, car je pouvais passer mon temps d’une manière beaucoup plus plaisant que par le passé.

Je n’aurais jamais pensé être protégée et avoir une amie du même sexe comme ça.

Bien que je détestais Eludia et ces héros, j’aimais toujours beaucoup ce monde, principalement parce qu’il m’avait donné une chance de trouver le bonheur.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Le gars chiant

    Qu’est-ce que Jin-kun veut ? Honnêteté, je ne sais pas non plus. Jin-kun veut que je crée de la magie pour lui, mais il ne me force jamais à le faire. En outre, en raison de certains problèmes, je ne peux pas du tout faire de magie d’attaque sur des humains. L’attitude de Jin-kun n’a pas changé du tout après qu’il ait pris conscience de ces problèmes.
    Dans ce paragraphe il y a marqué HONNÊTETÉ
    à la place de HONNÊTEMENT
    mais c'est jusque une faute begnine (je sais que c'est pénible quand pnse fait embêté à cause de ça, surtout quand c'est une faute du correcteur automatique) j'ai bien bugé une minute sur ca ^^

  2. Merci pour le chapitre.

  3. kurokagespirit

    Merci pour le chapitre.

  4. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire