Béni par la Déesse et Transféré dans un Autre Monde ! – Chapitre 34 – Partie 2

Bannière de Béni par la Déesse et Transféré dans un Autre Monde ! ***

Chapitre 34 : La septième nuit et l’épée magique

Partie 2

« Arg, c’est gluant ~, » déclara la reine.

« Endurez ça, » dis-je.

J’avais découvert qu’après avoir augmenté la compétence Mimétisme de Tamo-san, Tamo-san était maintenant capable d’imiter n’importe qui sans avoir besoin de les absorber.

Pour être plus précis, Tamo-san pouvait prendre n’importe quelle forme tant qu’il y avait un modèle pour cela.

Donc, je devais faire que la reine subisse l’assaut du slime. Tamo-san devait couvrir tout le corps de la reine pour que sa compétence puisse fonctionner. Je pensais que quelque chose s’était réveillé en moi en voyant ça.

Une fois que Tamo-san avait pris la forme de la reine, j’avais décidé de laisser Tamo-san ici avec l’apparence de la reine et je lui avais demandé d’attendre ici comme si tout était normal. Les monstres domptés n’étaient pas dérangés par un ordre de devoir rester ainsi sans rien faire même si c’était ennuyeux à mourir.

Ah ! Devrais-je lui laisser l’épée magique au cas où ?

« Tamo-san, ouvre un trou pour cette épée, » ordonnai-je.

Avec une légère transformation, Tamo-san était devenu semblable à la reine quand elle avait été poignardée par l’épée. J’avais pris l’épée de mon Inventaire, je l’avais passée dans le trou et je l’avais enfoncée dans le sol comme avant.

« Hii ~, » la reine avait fait un petit cri que j’avais déjà entendu quelque part.

Cela avait dû déclencher son traumatisme et c’était prévisible. Elle était devenue agitée, alors j’avais utilisé Nettoyage sur elle sans rien lui dire.

*sanglots* « ... »

Elle semblait extrêmement embarrassée. De quoi était-elle embarrassée à ce moment... ?

J’avais dit à Tamo-san de rester comme ça pendant trois jours avant de revenir avec un Portail. Les monstres domptés qui n’étaient pas dérangés par un tel ordre étaient vraiment précieux.

Après mon retour, j’avais présenté la reine au groupe principal avec Lusia en plus.

« Voici Sakuya, la reine de Kastal. Elle va temporairement devenir ma subordonnée comme elle a accepté de le faire juste avant ça, » dis-je.

« À la fin, les griffes maléfiques du Maître atteignirent même la reine..., » déclara Mio.

Que veut-elle dire par « griffes maléfiques » ?

« Elle est vraiment aussi jeune que je l’avais entendu, » déclara Sakura.

« Votre Majesté, cela faisait longtemps, » avait dit Lusia.

« Hein !? Lusia ? De quoi s’agit-il ? Et la prison ? » La reine devient confuse.

C’était tout naturel. Je ne lui avais rien dit à propos de ça. Les deux seules choses que j’avais dites à la reine étaient à propos de l’assaut du slime et l’évasion de la prison.

« Avant de l’expliquer, je vais faire que vous deveniez ma subordonnée comme vous me l’aviez promis, » déclarai-je.

« Devenir votre subordonnée ? » demanda Sakuya.

« Reine, ceci est une promesse faite avec le petit doigt. Lorsque vous aurez fait ça, cela voudra dire que vous approuverez le fait de devenir ma subordonnée, » répondis-je.

« J-J’ai compris, » déclara-t-elle.

La reine avait tendu timidement son petit doigt. J’avais aussi utilisé mon petit doigt afin de l’entremêler avec le sien. Après avoir obtenu la permission de la Reine, elle était devenue ma subordonnée.

{Je vais vous dire ceci en premier, il y a beaucoup de choses que nous allons vous dire qui ne peuvent pas être divulguées à l’extérieur. Je vous interdis de révéler l’une de ces informations.}

« Hein !? Qu’est-ce que j’entends ? » demanda la reine.

La reine était surprise par mon soudain message télépathique. Je prévoyais de lui donner une brève description de nous et de nos pouvoirs. C’était la seule méthode que je pouvais utiliser pour lui dire sans qu’elle veuille fuir.

« C’est ce qu’on appelle la Télépathie, » expliquai-je. « C’est l’un des différents pouvoirs spéciaux que je possède. Comme je l’ai déjà dit, il vous est interdit de révéler l’un d’eux. Compris ? »

« D-D’accord..., » répondit-elle.

Je suppose qu’elle ne comprenait pas très bien la situation, mais elle semblait obéir à mes ordres pour l’instant.

« Alors comme je le disais..., » commençai-je.

« Ici, ici... »

Laisse-moi au moins finir ma phrase.

Interrompant mon discours, Mio s’était placée devant nous. Nous étions entrés dans la phase d’explications. Oh, la phase de repas de la reine était incluse dans cette période.

Fin de la phase d’explications.

« Et c’est comme ça, » déclara Mio.

« F-Fantastique..., » déclara la reine.

La reine m’avait regardé avec des yeux pleins de respect.

Vous savez, il y a un grain de riz coincé sur votre joue.

Lusia s’était agenouillée près de moi et avait commencé à prier et Maria acquiesça de satisfaction. Je ne comprenais pas la relation entre ces deux-là.

« Donc, avec ces pouvoirs spéciaux, vous avez sauvé Lusia, vous m’avez repéré et vous avez brisé la malédiction de l’épée magique, n’est-ce pas ? » demanda Sakuya.

« Oui, c’est bien ça, Reine, » répondis-je.

Elle confirma ainsi la grande explication, mais il n’y avait pas d’erreurs dans ce que la reine disait.

« Tout à l’heure, vous avez dit que vous aviez l’intention d’écraser l’intrigue de ses démons, n’est-ce pas ? » demanda la reine.

« Arrêtez de vous référer à moi avec ce “vous”. Mon nom est Jin. Ne nous sommes nous pas présentés juste avant ça ? » demandai-je.

« J’ai compris, Onii-chan, » répondit Sakuya.

Onii-chan... vous dites...

« Mais dans ce cas, Onii-chan, tu devrais aussi cesser de m’appeler Reine. Mon nom est Sakuya, » répliqua-t-elle.

« D-D’accord. Je ferais ainsi, Sakuya, » répondis-je.

« Ufufu ~, » ria Sakuya.

Mio qui était à côté de moi avait affiché un visage choqué pour une raison inconnue. Pour être plus précis, c’était un visage du genre. « Je me le suis fait voler ». Attendez, ne me dites pas qu’elle aussi visait pour la position de la jeune sœur ?

« Alors, pourquoi m’avez-vous appelé Onii-chan ? » demandai-je.

« Hm ? Parce que tu m’as sauvée, je n’ai pas de grand frère et je suis ta subordonnée ! » répondit-elle.

J’avais le sentiment que ceux-ci ne pouvaient pas être les vraies raisons.

« Je veux vraiment avoir un Onii-chan fiable puisque ma famille n’avait que très peu d’hommes dedans, » déclara Sakuya. « Au moment où tu m’as aidé dans les prisons, j’ai eu le sentiment comme quoi, Onii-chan, tu allais me sauver alors même que j’étais dans une impasse. J’aimerais également que tu me tutoies, d’accord ? »

« Jin-sama est après tout fiable, n’est-ce pas ? » murmura Maria. « Je ressens souvent ce sentiment... Eh bien, même cette fois-ci... »

Maria marmonnait quelque chose, mais je ne pouvais pas saisir tous ses mots.

« Ah, je vais revenir au sujet principal. Onii-chan, vas-tu vaincre les démons ? » demanda Sakuya.

« Oui, c’est ce que j’ai l’intention de faire, » répondis-je.

« Et après ça, je redeviendrais la reine. N’est-ce pas ? » demanda Sakuya.

« Oui, c’est ce qui est prévu, » répondis-je.

« Et je serai aussi la subordonnée d’Onii-chan, non ? » demanda Sakuya.

« Tout à fait. Ne m’as-tu pas donné la permission ? » demandai-je.

« Onii-chan. Veux-tu ce pays ? » demanda-t-elle.

Une question simple. Je ne l’avais pas vu venir.

« Non, je ne le veux pas, » répondis-je.

« Hein !? Tu ne le veux pas ? Est-ce qu’Onii-chan ne m’aide pas parce que tu voulais ce pays ? » demanda-t-elle.

« Eh bien, je ne le veux pas particulièrement. Je n’ai pas le passe-temps de vouloir paraître important en public, » répondis-je.

« En bref, l’éminence grise ! » Pour une raison quelconque, Mio s’était levée et avait déclaré cela à haute voix.

« Non, ces personnes-là ont une mauvaise réputation, » déclara Sera.

« Mais vous savez, cela correspond très bien à la personnalité et aux capacités de Jin-kun, » même si Sera ne semblait pas trop aimer l’idée, Sakura était d’accord avec Mio.

Pas bon. Mon image est en danger.

« L’éminence grise... En d’autres termes, je vais régner en public, mais Onii-chan sera véritablement celui qui régnera sur ce pays avec moi comme sa subordonnée... C’est génial ainsi..., » déclara Sakuya.

Sakuya m’avait également regardé avec des yeux pétillants.

Est-ce que son caractère s’est brisé de sa vie dans la prison ?

R : N’est-ce pas évident ?

« Mais..., » commença Sakuya qui semblait être un peu troublée.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? » demandai-je.

Elle baissa les yeux et parla avec une voix faible. « J’ai peur des démons. Ils ont facilement tué ma famille, ont volé mon existence et ont régné sur ce pays. Je n’ai pas le courage de me confronter à ces êtres... »

Toute la famille de Sakuya avait été tuée par les démons. L’enquête à l’époque où Sakuya était encore une princesse n’avait démontré aucune preuve de crimes. Parce que les démons prévoyaient d’utiliser la jeune Sakuya comme reine, les démons lui avaient directement instillé la peur du démon dans son esprit.

« Onii-chan et le reste d’entre vous, vous partez en voyage, n’est-ce pas ? » demanda Sakuya. « Ne peux-tu pas aussi me prendre avec toi ? Je ferai n’importe quoi, je serai en paix si je reste près d’Onii-chan... Je ne peux pas gouverner ce pays en étant toute seule... »

« C’est impossible, » répondis-je. « Ce pays est totalement géré par un gouvernement à travers la lignée. Ce pays va s’effondrer sans toi. »

« Mais dans ce cas, Onii-chan, tu seras le roi ! Je peux être la reine de nom afin que tu puisses rester à proximité et me protéger ! » déclara Sakuya.

Il ne semble pas qu’elle veuille se séparer de moi. Et aussi, est-ce qu’elle vient... de me le proposer ?

« Il y a la télépathie que je t’ai montrée il y a un peu de temps, » répondis-je. « Il y a aussi le Portail. Je peux immédiatement venir chez toi, peu importe où je suis à ce moment-là. »

« Mais cela prendra encore du temps ! » répondit-elle. « N’est-il pas possible que je meure pendant ce temps ? Il n’y a pas un endroit où je serais en sécurité si ce n’est pas à côté de toi, Onii-chan ! »

Elle était trop terrifiée et elle avait l’air de penser que c’était dangereux partout sauf près de moi.

« J’ai compris, » dis-je. « Dans ce cas, je vais assigner Alta pour veiller sur toi. »

« Hein !? » s’exclama-t-elle.

Un avatar pouvait être attaché à mes subordonnés. Mais j’étais actuellement le seul à pouvoir parler à Alta, car je l’avais configuré de cette manière. Mais actuellement, je prévoyais d’enlever cette restriction.

« Je pense que c’est un bon moment pour permettre à tout le monde de parler avec Alta, » dis-je. « Vos capacités cognitives s’amélioreront et vous ne devrez pas vous inquiéter des attaques-surprises. »

Mais j’avais strictement limité Alta pour qu’il ne puisse utilisé que de la télépathie et aucun de mes autres pouvoirs...

Alta pouvait exister en parallèle. Il avait aussi une méthode mystérieuse qui faisait que ses autres existences parallèles ne causaient pas de perte en performances chez les autres instances. J’étais inquiet de le montrer parce que je ne voulais pas qu’il ait l’air stupide...

« Quand j’y pense, c’est la même chose que d’être protégé par moi, » dis-je. « Sakuya, tu seras protégée 24 heures sur 24 et 365 jours par an sans même avoir à payer un salaire. »

R : Pas de salaire ?

Tout à fait, pas de salaire !

« Wôw, la Télépathie donne soudainement une sensation différente, » s’exclama Maria.

« Est-ce Alta ? Est-ce l’un de vos pouvoirs spéciaux, Jin-kun ? » demanda Sakura.

{Il a la même l’aura que le maître ~,} déclara Dora.

Il semble qu’il parlait à tout le monde en même temps. Mais ce que Dora avait dit était mystérieux.

« La puissance d’Onii-chan est vraiment incroyable, » Sakuya marmonna. « Je dis cela, mais c’est une capacité convenable pour un roi, n’est-ce pas... »

Je suppose qu’elle pouvait dire que mon pouvoir était certainement approprié pour être celui d’un personnage régnant sur les autres. Je pouvais voler mes ennemis de leurs capacités et les donner à mes subordonnés. Je pouvais accéder à toutes les connaissances dans le monde et détecter les mouvements de n’importe quoi. Je pouvais restreindre les actions de mes subordonnés et leur donner des provisions chaque fois que je le jugeais nécessaire. Je pouvais gérer tous les subordonnés simultanément et même les défendre.

Peut-être que Sakuya avait raison, et j’étais peut-être le plus apte à agir en tant que roi. Mais je devais prendre cette décision une fois que nous aurions terminé notre voyage. Ce sera irresponsable pour moi d’être un roi si je décidais de retourner dans mon monde.

« Je ne deviendrai pas quelque chose comme un roi... du moins, pas avant la fin de ce voyage..., » j’avais dit la deuxième moitié à voix basse, mais cela avait été assez fort pour que Sakuya puisse l’entendre.

« D’accord, j’ai compris. Je vais défendre ce pays avec Alta jusque-là, » déclara Sakuya.

« Tout à fait. Tu dois faire de ton mieux, d’accord... ? » demandai-je.

Je me sentais légèrement irresponsable de lui dire ça.

Désolé Alta.

R : Cela ne me dérange pas.

« Avant cela, j’ai besoin de vaincre ces démons, » déclara Sakuya. « S’il te plaît, ne sois pas trop pressé à propos de tout ça, d’accord ? »

Maintenant que tu le mentionnes, c’est vrai. Nous parlions de ce que nous allons faire après les avoir vaincus. Bon, ça va vu que tout ce qui reste à faire dans notre plan, c’est de révéler le faux et cela sera fini...

« C’est vrai, maintenant que vous le mentionnez, » déclara Sakura. « Mais je ne vois aucune chance qu’il devienne un compagnon de Jin-kun. »

« Oui, ça devrait aller avec ça. Il est plus important de créer un environnement où la reine peut récupérer son autorité. Alors, qu’en est-il de ça ? » demanda Lusia.

J’avais donc annoncé mon plan à tout le monde.

« C’est comme si c’était un drama avec une bonne récompense et le fait de punir la personne maléfique, » déclara Mio.

« Avec cette farce, vous allez présenter Sakuya-chan comme la bonne, n’est-ce pas ? » demanda Sakura.

Ne l’appelez-vous pas une farce...

Mon plan était en quelque sorte accepté. J’avais dû corriger certaines choses ici et là, mais le plus gros de mon scénario était toujours le même. Je devais me mettre à genoux devant Sakuya pour montrer son autorité. Je ne serai pas capable d’agir vraiment comme si je servais quelqu’un, mais on ne pouvait pas y faire grand-chose quand au fait de simplement le simuler.

« Plus important encore, Onii-chan, peux-tu vaincre ces démons aussi facilement ? » demanda Sakuya. « J’imagine qu’ils auront la plus grande défense prête pour cette situation. »

« Je serai en mesure de faire face à tout à ça. Surtout si c’est ce niveau-là de défense, » dis-je.

« Je pense qu’Onii-chan est étrange d’être en mesure d’appeler la plus grande défense du pays, “ce niveau-là de défense,” » déclara Sakuya.

« Il n’y a rien que Jin-sama ne puisse pas faire, » déclara Maria.

« Si le Maître le dit, alors cela doit être la vérité, » déclara Lusia.

Ah, la fanatique Maria et la fanatique Lusia sont ici pour rajouter ça.

« À ce propos, pourquoi Lusia agit-elle ainsi envers Onii-chan ? Et votre loyauté n’est-elle pas sensée être envers la famille royale ? » demanda Sakuya.

« Je l’ai jetée, » déclara Lusia.

« Impossible !? » s’exclama Sakuya.

Sakuya avait été surprise par la facilité avec laquelle Lusia avait abandonné sa loyauté envers la famille royale.

« Euh, vous pouvez revenir en tant que chevalière de la reine après que cette affaire soit terminée, » déclara Sakuya.

« Ce n’est pas nécessaire. J’ai décidé de vivre pour ma foi, » répondit Lusia.

« Impossible !? » s’exclama Sakuya.

Oh, elle a accidentellement dit sa foi.

« Lusia-san ! » s’exclama Maria.

« Ah ! Je veux plutôt dire que je dois retourner la faveur que m’a accordée le Maître, » rectifia Lusia. « Oui, c’est tout ce que j’avais à dire ! »

Lusia avait été réprimandée par Maria et elle s’était rapidement corrigée.

Sakuya avait demandé cela timidement, mais cela lui avait été rapidement dit que c’était inutile et elle avait donc quand même demandé la suite. Oui, c’était le chaos.

Ce jour chaotique touchait à sa fin. J’étais désolé pour Sakuya, mais je l’avais fait dormir dans une Pièce, parce que je ne pouvais pas la laisser aller à l’intérieur de l’auberge.

Eh ? Les Pièces avaient des produits de haute qualité à l’intérieur et il n’y avait pas de bruit venant de l’extérieur. Ainsi, la laisser dormir dans son lit, n’était-ce pas un bon traitement ?

J’avais utilisé le sort de Portail pour amener Sakuya dans la Pièce, mais elle n’avait pas voulu me lâcher quand j’étais sur le point de partir.

Oh, c’est vrai. Il est déraisonnable de la laisser dormir seule après avoir vécu tout ça.

« Dois-je appeler l’une des filles ? » demandai-je.

« Non, ce n’est pas nécessaire. Je veux rester avec toi, Onii-chan. S’il te plaît, » répondit Sakuya.

Même quand son visage était coloré par l’embarras, je pouvais voir qu’elle avait l’intention de dire « Je ne vais absolument pas te relâcher ».

{Je vais dormir avec Sakuya.} Avais-je dit par télépathie.

{D’accord. Bonne nuit !} répondit Sakura.

{Faites attention !} déclara Mio.

{Bonne nuit~ !} répliqua Maria.

{Bon dodo~} déclara Dora.

Je suppose que tout le monde s’attendait à ce que cela arrive. Je pense que c’était pour ça qu’elles m’avaient toutes dit de l’emmener ici moi-même...

« Bonne nuit, » dis-je.

« Bonne nuit, » répondit Sakuya.

Nous avions tous les deux rampé dans le lit. Même s’il y avait assez de place pour nous deux, Sakuya ne voulait toujours pas me quitter d’un iota. C’était bien trop chaud.

J’avais attendu un moment jusqu’à ce que Sakuya soit endormie et je m’étais un peu éloigné d’elle

Mais alors que je faisais ça...

« Argg ! Je ne veux pas ça, ça fait mal..., » elle faisait un cauchemar. Elle s’accrochait si fort à mon bras et criait.

C’est intrigant, essayons de la décoller à nouveau de moi.

« Arg ~, ah~, non~, » elle avait encore eu un cauchemar...

C’était horrible qu’elle soit rendue à un état si trop pitoyable alors j’avais décidé de la laisser rester comme ça contre moi.

Bonne nuit !

Au petit matin, au moment où je m’étais réveillé, j’avais constaté que mon pantalon était froid pour une raison inconnue.

R : Sakuya a mouillé le lit au cours de la nuit.

Ce n’était pas grave, car j’avais déjà prévu que cela arrive. Elle avait été torturée pendant si longtemps que c’était normal qu’elle fasse des cauchemars à ce sujet. On ne pouvait donc pas y faire grand-chose si elle s’était totalement détendue au cours de la nuit après qu’elle eut été libérée. Surtout que, dans la prison, elle n’avait nulle part où aller pour ça.

« Nettoyage ! » dis-je afin d’activer le sort de Nettoyage pour que tous reviennent à la normale sans qu’elle apprenne un jour qu’elle l’avait fait. Oh, Sakuya bougea légèrement quand j’avais parlé.

Je suppose qu’elle est sur le point de se lever et qu’elle a dû remarquer ce qu’elle a fait.

« L’eau bénite de la reine. » Quand j’avais murmuré ça à Sakuya, elle m’avait frappé avec l’oreiller.

Ça n’avait pas fait mal, mais elle me regardait avec un visage rouge vif et des yeux larmoyants. Eh bien, elle pouvait également voir différentes choses puisque j’étais nue, oui, il avait fait bien trop chaud pendant la nuit. N’était-il pas trop tard pour se sentir gêné à ce point ?

J’avais décidé de dormir comme ça.

Je suppose que je dois aller acheter de nouveaux vêtements pour moi et Sakuya aujourd’hui.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour le chapitre.

  3. Mais lol ce bâtard oui oui bien sûr il est trop chaud donc tu t'es foutu à poil avec une fille que tu connais pas bien sûr oui oui c'est normal mais lol

Laisser un commentaire