Béni par la Déesse et Transféré dans un Autre Monde ! – Chapitre 18

Bannière de Béni par la Déesse et Transféré dans un Autre Monde ! ***

Chapitre 18 : Une ville frontalière et une nouvelle esclave

Il s’agissait du deuxième jour de notre voyage en chariot. Nous étions en train de dîner. Nos repas avaient entièrement été réalisés à la main par nos deux esclaves. Sakura et moi étions complètement inutiles, même si nous avons la compétence de Cuisine. Hey, compétence ! Vous devriez travailler plus fort.

Selon Mio, sa compétence en Cuisine était très élevée. Maria avait aussi la compétence de Cuisine, mais elle n’avait aucune expérience pratique, donc elle commençait par aider Mio afin de pratiquer un peu. Cependant, en raison de l’excellente mémoire de Maria, elle devint suffisamment compétente pour nous servir de la nourriture qu’elle avait faite dès le deuxième jour.

« Maître ! Comment est-ce ? Délicieux ? » Les yeux de Mio brillaient alors qu’elle demandait ça.

Elle avait un âge mental d’environ 24 ans, mais parfois, elle agissait toujours comme une fille de huit ans.

« Hum... les croquettes... sont un régal, » répondis-je.

« Vraiment ? » demanda Mio afin de confirmer. « Je suis après tout confiante quant à ma capacité à faire de bonnes croquettes. »

{Les croquettes sont délicieuses.}

En ce moment, nous avions du pain (acheté), des croquettes, de la soupe aux légumes et du tamagoyaki en tant que nourriture.

« Et bien... La magie de Sakura-sama est incroyable parce qu’elle peut faire une cuisine ! » déclara Mio.

« Plus précisément, elle vient de faire la pièce, » déclarai-je.

Sakura souriait maladroitement quand Mio la complimentait.

C’est vrai, j’avais demandé à Sakura de créer de nouvelles magies avec notre excès de Point de Magie.

La première magie était la magie de [Téléportation]. Il s’agissait d’une magie qui nous permettait de nous téléporter instantanément. Avec quelques petites modifications, j’avais réussi à diminuer la consommation de Points de Magie ainsi qu’à la lancer sans chant. Il était possible de l’utiliser de deux manières. Sans incantation pour être utilisé lors de combats, mais cet usage consommait plus de Points de Magie. Ou alors, avec une longue incantation, mais dans ce cas, la consommation en Points de Magie était fortement réduite.

Il semblerait que nous ne puissions pas utiliser dans ces cas-là la compétence [Aucun Chant] de Saladin. Il était donc nécessaire de chanter quand nous utilisions une [Magie Unique]. Cependant, compte tenu du processus de création de la magie, il était nécessaire d’avoir du soutien à chaque fois.

La seconde magie était [Portail]. C’était un type de magie qui nous permettait de nous téléporter vers des lieux où nous avons été au moins une fois. Bien sûr, cela n’incluait pas notre Ancien Monde. Pour être plus précis, nous ne pouvions revenir qu’à des endroits où nous avions défini un [Portail] avant ça. Bref, nous ne pouvions pas retourner dans la capitale, mais dans tous les cas, je ne voudrais pas me rapprocher de cet endroit...

La troisième magie était [Pièce]. C’était cette magie que Mio avait complimentée juste avant. Pour le dire simplement, c’était une magie qui permettait de créer une porte vers une autre dimension. La pièce elle-même n’avait rien dedans. Mais j’avais mis tous les outils pour la cuisine que nous avions achetés avant de quitter la ville ainsi que le réservoir d’eau. Ainsi, il devenait facile de cuisiner dans cette salle.

Cette porte physique pouvait également être stockée dans le [Inventaire], mais je ne pouvais toujours pas y mettre à l’intérieur un être vivant. Est-ce que cela signifiait que j’avais maintenant trouvé une échappatoire pour cela ? La porte de la [Pièce] pouvait être ouverte depuis l’intérieur du chariot. Il y a aussi d’autres pièces, mais je les expliquerai plus tard.

Nous avions désormais deux types de magie de transfert, ce qui signifiait aussi que le « transfert » était très important pour nous.

Dans le jeu, nous étions généralement en mesure de nous déplacer librement dans le monde entier à la fin du jeu. Sinon, il serait difficile de faire avancer correctement le scénario. Cependant, je ne pouvais pas mettre ça en ville parce qu’il y a peut-être quelque chose qui m’empêchait de le faire...

Wôw ! Je suis vraiment sorti du sujet. Ce monde est comme un jeu, mais nous ne sommes pas dans le jeu. Honnêtement, je ne veux pas attendre, alors je veux un transport à grande vitesse aussi vite que je puisse l’avoir. Cependant, voyager avec un chariot est normal. De plus, nous n’avons même pas de destination claire et nous pourrions avoir besoin de nous battre contre des démons. Et en plus, nous aurions des problèmes si nous ne pouvions pas également faire un peu de tourisme.

Après avoir eu une conversation avec Sakura et d’autres, le fait de « Retournez dans notre monde d’origine » n’était pas notre priorité, donc nos trois principaux objectifs après avoir quitté ce pays étaient : faire du tourisme (40 %), nous renforcer (30 %), trouver un moyen de retourner dans notre Ancien Monde (10 %) et le reste étant vers d’autres buts moins importants.

Notre objectif vis-à-vis de l’Ancien Monde était d’entendre une histoire en provenance d’un conteur elfe et de demander la méthode pour retourner dans notre Ancien Monde.

« « Merci pour la nourriture ! » » (tous)

Puisque notre repas était fini, nous nous préparerions pour le camping. Puisque Maria et Dora ne connaissaient pas cette coutume, je leur avais enseigné la règle de dire. « Bon appétit ! » quand nous commencions à manger, et « Merci pour le repas ! » quand nous avions fini de manger.

Il semblerait que nous arriverons à la prochaine ville pendant la journée de demain, alors notre premier voyage en voiture prendra bientôt fin.

« Jin-sama, votre bain est prêt, » déclara Maria.

« D’accord. Merci, » dis-je.

Après Maria m’a dit ça, je m’étais dirigé vers le bain. Bien sûr, c’était dans une autre porte via [Pièce] qui avait été installé à l’intérieur du chariot. La baignoire (de pierre) pouvait facilement être faite grâce à la magie de terre avant d’être déplacée dans la pièce. Sakura et Mio l’avaient demandé après qu’elles aient pris un bain dans l’auberge.

En bref, nous pouvions cuisiner nos repas dans la cuisine et prendre après le repas un bain dans la salle de bain. Ceci m’avait fait me poser des questions et me demander si « Nous voyageons vraiment toujours ? ». Oh et bien sûr, les salles de bains étaient séparées entre les sexes.

Après ça, j’étais sorti de mon bain avant de me glisser dans un sac de couchage se trouvant à l’intérieur de la tente. Bien que je pouvais faire une chambre avec [Pièce], nous n’avions pas assez de matériel pour la faire. En outre, le fait de laisser en stationnement le chariot et de laisser seuls les chevaux pendant que nous restions tous à l’intérieur de [Pièces] serait-il un cas de stationnement illégal ? Étions-nous encore en voyage ?

Le lendemain, vers midi, nous avions aperçu la ville appelée Iiraluke tout comme je l’avais prédit.

Je vais maintenant vous expliquer un peu plus sur le Royaume (dirigée par une Reine) Kastal. Presque tous les descendants directes de la famille royale sont des femmes. Bien que leurs dirigeants soient fondamentalement les mêmes que ceux d’Erudia, ils ne sont pas aussi exubérants ou aimants le luxe. Au lieu de ça, ils préfèrent simplement agir pour la fonction plus que pour la valeur.

Si Erudia était l’Europe au Moyen Âge, alors ce pays était culturellement plus japonais. Bien qu’il semblerait y avoir une sorte de kimono ici, ce n’était pas très commun.

Si j’oubliais le fait que je détestais les familles royales, j’aimais vraiment Kastal.

« Nous avons finalement atteint la frontière de ce foutu pays, » dis-je.

« Maître, vous détestez vraiment ce pays..., » déclara Mio.

Hum... c’était tout à fait naturel. En passant, même si je détestais la famille royale, Kastal gagne sans conteste !

« Il n’y a aussi aucun poursuivant ici..., » rajouta Sakura.

Sakura semblait inquiète à propos des poursuivants. Le poursuivant le plus probable était cette femme aux cheveux ondulés. Avec une armée d’aventuriers de Classe-S tout comme ce vieil homme, je ne pensais pas que je pourrais m’en sortir indemne, mais je n’irai pas jusqu’à dire que je serais vaincu très facilement.

« Si ces poursuivants osent blesser Jin-sama, je vais les abattre ! » déclara Maria.

La loyauté de Maria était toujours la même. Eh bien, si le poursuivant n’était pas lui-même un héros, je ne pensais pas que Maria perdrait.

{Maître... Nourriture !}

« D’accord. Je sais. Allons en premier manger, » dis-je.

{Super !}

Il semblerait que ce dragon soit complètement accro à la nourriture. Hmm... La nourriture d’un dragon est-elle si mauvaise ?

R : Elle est mauvaise. Ils n’ont aucun concept vis-à-vis de la cuisine, car sous leur forme de dragon, ils ne peuvent pas utiliser les outils appropriés.

« Maître, il est déjà midi, » déclara Mio. « Entre Erudia et Kastal, où voulez-vous manger ? »

« Kastal, » répondis-je directement.

« Ho, une réponse immédiate... Jin-sama, détestez-vous vraiment tout d’Erudia ? » demanda Maria.

« Est-ce vraiment nécessaire de demander ? » dis-je.

« ... » Elle resta silencieuse.

Nous étions alors arrivés à la porte du côté du Royaume d’Erudia. Les frais de passage étaient de 1500 pièces par personne. Quoi qu’il en soit, c’était la taxe pour le droit pour entrer et sortir du pays. D’ailleurs, nous devions encore payer 1.500 pièce du côté du Royaume de Kastal. En outre, nous devions leur montrer une sorte de certificat.

Pour l’instant, nous avions payé la somme pour cinq personnes afin d’entrer dans la ville. J’avais demandé à Dora de prendre sa forme humaine pour prévenir les problèmes liés aux certificats.

« Bien, alors... commençons à visiter un peu la ville ! » dis-je.

« Ha Maître. Les Lits ! Nous avons besoin d’acheter des lits, » s’écria Mio qui venait de se souvenir de ce fait.

Certes, nous pourrions très certainement trouver dans cette ville un bon magasin afin de meubler notre [Pièce].

« C’est vrai, » dis-je. « Bien que nous ayons une [Pièce], je ne pense pas que tout le monde puisse y entrer. »

« Dans ce cas, nous devrions en acheter un et laisser tout le monde l’utiliser à tour de rôle, » proposa Sakura.

Il semblerait que Sakura veuille aussi acheter un lit. Eh bien... en avoir un avec nous rendrait notre voyage plus confortable.

« Pour un marchand normal, est-il normal de prendre un lit pendant un voyage ? » demandai-je.

« Ah, j’en ai entendu parler, » déclara Maria. « Il semble que les commerçants préfèrent avoir plus de biens avec eux au lieu de transporter un lit. »

Après avoir entendu l’explication de Maria, il semblerait que leur position sur le sujet soit différente de la nôtre.

« Mais j’ai aussi entendu dire que les familles nobles et royales le font quand ils voyagent, » rajouta-t-elle.

En bref, nous avons le même luxe vis-à-vis du lit que les familles nobles et royales lorsqu’ils voyagent.

Pendant que nous parlions, nous étions arrivés à l’auberge. Je l’avais cherchée en utilisant ma [Carte] quand j’étais dans le chariot. J’avais alors parlé avec un employé et je lui avais demandé de bien s’occuper de notre chariot. Au fait, cette auberge était du côté de Royaume de Kastal. Et elle était assez loin de la porte. Bien que Dora avait faim, je voulais quitter Erudia aussi vite que possible... Non, je ne voulais pas faire la moindre chose dans le Royaume d’Erudia, si je pouvais décider...

Au fait, les deux autres esclaves souriaient maladroitement. Bien qu’elles n’avaient pas de sentiment d’appartenance et qu’elles détestent être dans ce pays, elles ne faisaient que sourire parce que c’était quand même ici que se trouvaient leurs villes natales.

Et donc, nous étions tous les cinq sortis pour faire des achats et visiter un peu la ville. Mais la priorité était la nourriture. Comme j’avais demandé à un employé de l’auberge de nous recommander un bon restaurant, nous allions d’abord y aller. Il y avait du riz ici, mais cela nous faisait avoir un sentiment d’incompatibilité parce que cette ville avait un style européen. Comme prévu, ils ne mangeaient pas le riz avec des baguettes. Au lieu de cela, ils le mangeaient avec des cuillères. Cependant, il y avait aussi de la soupe miso. Ce pays avait été influencé par les Japonais, à cent pour cent !

Je ne savais pas si cela venait d’un héros ou d’une personne réincarnée, mais je pensais que c’était une bonne chose.

Je ne pensais pas pouvoir acheter ici du riz ou du miso. Je suppose qu’il pourrait y avoir un magasin de vente au détail dans cette ville, ou ils étaient peut-être importés d’ailleurs.

J’avais alors pu entendre en détail quelles régions de Kastal mangeaient ou non ces aliments. Il semblerait que ces aliments n’étaient consommés que dans cette ville. L’employé de l’auberge le savait également et c’était sûrement pour ça qu’il nous l’avait recommandé.

J’avais alors demandé à un commerçant de nous vendre du riz. Nous n’étions pas en mesure d’en acheter beaucoup, mais c’était toujours mieux que rien.

{Le riz est délicieux ~ je veux en manger à nouveau ~.}

« C’est vrai, » dis-je. « Il pourrait y avoir un autre magasin comme celui-ci dans cette ville, non ? »

« Maître... N’est-ce pas une perte de temps, peu importe comment nous le regardons ? » demanda Mio.

C’était certain que manger de la nourriture d’un seul endroit dans la ville était un gaspillage. Depuis que nous étions arrivés à Kastal, nous avions désormais la possibilité de manger dans différents restaurants.

« Achetons dès que possible beaucoup de riz ! » criai-je.

« Ne crie pas trop fort comme ça..., » déclara Sakura.

« Ne vous inquiétez pas, Maître ! » déclara Mio. « J’ai encore beaucoup de recettes de riz dans mon répertoire. »

« Mio ! » criai-je.

Je deviens trop émotif en entendant ça et j’avais alors serré fortement Mio dans mes bras.

« Wooow ! Mon cœur n’est pas prêt, et c’est après tout trop embarrassant ! » s’exclama Mio.

Mio était devenue embarrassée. J’étais très content de l’avoir achetée. Maria et elle étaient de grandes réussites. Je détestais le Royaume d’Erudia, mais son seul bon point était d’avoir pu y trouver ces deux personnes.

Mio voulait cette fois-ci acheter un lit, alors nous nous étions dirigés vers un magasin de literie.

Bien que je dise « magasin de literie », ce n’était pas un magasin assez grand pour y mettre plusieurs lits. Nous pouvions juste parcourir les articles d’un catalogue (c’était un outil magique ressemblant à un appareil photo), et le commerçant déplaçait l’article demandé dans une boîte à objets ou dans une Zone produite par une « Magie du Stockage ». Une personne qui avait la [Magie d’Espace] assez grande pour un lit était assez intéressante pour s’occuper de n’importe quel magasin. Comme prévu, le bon sens dans un monde différent était différent de celui des autres mondes.

À la fin, nous avions acheté un lit king-size et plusieurs draps de lit. En passant, je les avais mis dans ma boîte à objets. C’était vraiment une commodité parfaite que nous n’avions pas besoin de les transporter par nous-mêmes. Mais je m’inquiétais au sujet des entreprises de transport se trouvant dans ce monde.

« Wôw ! Un lit King-Size ! Je vais ENTRER dans la vie nocturne du Maître avec ce lit, » déclara Mio.

« Non, je ne ferai pas ça, » répondis-je.

Je rejetais complètement son idée. Je voulais dire par là qu’elle avait toujours le corps d’une fille de huit ans. Je n’étais pas un lolicon, mais même si je l’étais, je ne mettrais pas la main sur une petite fille. Je les admirais juste.

« Eh bien, si Maître ne le veut pas, je ne le ferai pas de force, » déclara Mio. « Mais dans ce monde, il n’y a pas beaucoup de personnes qui se plaindraient de quelque chose comme ça. Comment dois-je le dire... Puisque la plupart des nobles sont des pervers, si quelqu’un devait se plaindre de cela, alors c’est comme faire de tous nobles ses ennemis. »

Les nobles dans ce monde sont pires que je le pensais.

« Bien que je ne sois pas noble, ils me considèrent comme une femme adulte prête à avoir un enfant, » rajouta-t-elle

Ce monde était pire que je le pensais.

Cependant, je commençais à penser correctement à la fonction [Pièce].

Elle était totalement séparée du monde extérieur. Aucune vibration ou son ne pouvait passer entre les deux.

Il n’y avait pas besoin de s’inquiéter de l’oxygène. Il semblerait que le gaz carbonique soit reconverti en oxygène au sein de la pièce.

Si la pièce était verrouillée par un humain se trouvant à l’intérieur, elle ne pouvait pas être ouverte depuis l’extérieur.

« La [Pièce] ressemble vraiment à un Love Hôtel, n’est-ce pas ? » dis-je.

« S’il vous plaît, veuillez cesser dès maintenant avec ça. N’utilisez pas ma magie pour quelque chose comme ça, » déclara Sakura.

Sakura se fâcha immédiatement à mes mots. En passant, Mio se tenait le ventre. Elle était accroupi et morte de rire et disant : « Hahaha, différentes dimensions... love Hôtel... » ou quelque chose de proche.

« Love Hotel? » demanda Maria.

{Love Hotel?} demanda Dora.

Dora et Maria, il vaut mieux que vous ne le sachiez pas, pensai-je. Il est trop tôt pour vous deux. Attendez ! Maria n’est-elle pas déjà traitée comme une femme dans ce monde ?

« Un Love Hotel est... » commençai-je à expliquer.

« Jin-kun, TAISEZ-VOUS !!! » cria Sakura.

Sakura était vraiment très en colère.

« Désolé, désolé. Maria et Dora ne le savent pas encore. Alors, s’il vous plaît, expliquez-leur, » dis-je.

Eh bien, je pense que je suis allé trop loin. Ce ne sera pas bon si cela se transforme en harcèlement sexuel, pensai-je.

« C’est vrai. Zut... » dit-elle.

« Je pense qu’il faudrait mieux laisser ça à Mio, » dis-je.

« D’accord, » déclara Maria.

{D’accord.} Répondit Dora.

« !? »

Je pensais que Mio était le bon choix pour expliquer tout cela.

Le prochain arrêt était un atelier de menuiserie et une quincaillerie.

***

J’avais l’envie de faire une baignoire plus grande, et dans ce monde, il était facile de faire « ce que je veux faire » avec de la magie.

Cependant, cela ne peut pas être fait sans matériaux. Je devais donc acheter du bois ou du métal, pour pouvoir faire immédiatement « ce que je veux faire ».

Avec ma [Fenêtre Système] combiné avec mon [Inventaire] et la [Création de Magie] de Sakura, nous pouvions faire n’importe quoi tant que nous avions assez de matériaux.

J’avais donc acheté du bois et du métal dans le magasin. La quantité prise était largement suffisante pour construire une maison tout à fait classique.

« Pourquoi avez-vous acheté autant de matériel ? » demanda Maria.

Cependant, je n’avais pas vraiment de raison claire, alors je lui expliquai de cette manière. « Eh bien, il pourrait être utile pour créer quelque chose. Il est nécessaire pour nous d’avoir une vie confortable tout en voyageant. »

« Cette vie est déjà très à l’aise du point de vue du roturier..., » répliqua Maria.

Maria avait souri maladroitement après avoir réalisé à quel point notre voyage était anormal. Honnêtement, en tant que personne qui venait d’un monde différent, je voulais faire du tourisme, mais je ne voulais pas le faire si ça devenait trop gênant.

En plus de cela, j’appréciais la vue de cette ville pendant que nous achetions diverses choses. Par rapport à Erudia, Kastel préférait la qualité, et c’était beaucoup plus intéressant. C’était peut-être juste dû à la position de cette ville, car il y avait plusieurs magasins du même type ici. Bien sûr, l’un était à Erudia et l’autre à Kastel. Il y avait clairement une compétition entre les cultures.

Le lendemain, nous avions pris le petit déjeuner du côté d’Erudia (à la demande de Mio et Maria). Bien qu’elles soient responsables de la cuisine, elles oubliaient parfois ce fait.

« Vous toutes, je dois vous parler de quelque chose, » dis-je.

Mio et Maria avaient l’air confuses quand je leur avais dit ça. Eh bien, j’avais soudainement parlé d’une manière un peu plus formelle.

« Cette façon de parler de Jin-kun, HAA, » dit Sakura.

Sakura semblait remarquer que j’allais parler de quelque chose de spécial.

Vous pourriez dire que mes capacités spéciales de [Prendre et Recevoir] et [Liens d’Engagement] seraient plus efficaces avec un certain nombre de subalternes. Pour résumé, les subordonnés étaient des esclaves et des monstres apprivoisés. En comparant ces deux choix, un esclave était le plus pratique. Naturellement, leurs structures corporelles et leur sens des valeurs étaient fondamentalement les mêmes que moi. Bien sûr, un monstre apprivoisé était d’une grande aide, mais cela posait souvent un problème lors de l’entrée dans les villes, donc augmenter le nombre d’esclaves était un moyen pratique d’augmenter ma puissance martiale.

Je leur avais donc parlé avec soins de cela.

« En bref, le Maître veut avoir plus d’esclaves, non ? » demanda Mio.

« Ne sommes-nous pas utiles... ? » demanda Maria.

Mio parlait franchement, mais Maria avait l’air de vouloir pleurer.

« Non, c’est différent ! » dis-je. « Maria et Mio, vous êtes très utiles. Cependant, avec mon pouvoir spécial, il y a plus d’avantages si j’ai plus d’esclaves. »

Paniqué, je tentais d’expliquer la situation. Je ne voulais surtout pas dire qu’il y avait des problèmes avec Maria et Mio. Je pensais que si cette conversation continuait comme ça, Maria allait finalement tomber en pleurs.

« Jin-kun, avez-vous vu quelque chose sur la carte ? » demanda Sakura.

Sakura semblait étonnamment perspicace. Elle avait totalement raison. J’avais vu un esclave intéressant dans le marché aux esclaves de cette ville.

« Ho ! Vous avez raison ! » dis-je. « Il y a un esclave intéressant dans cette ville, bien que cet esclave ne soit pas aussi intéressant que Maria ou Mio. »

« Ho, je comprends ! » s’exclama Mio en hochant la tête. « Le maître connaît le risque à l’avance... »

Sa nature astucieuse était vraiment agréable.

Maria récupéra aussi après avoir entendu ça. « Quel genre d’esclave est-ce  ? Y a-t-il des compétences ou des titres intéressants ? »

« Bien, ouais... Pourrais-je garder ça secret pour vous faire une surprise ? » demandai-je. « Il y a seulement un esclave que je veux acheter... »

« Compris, » répondit Maria. « Je suis impatiente d’y être. »

Maria abandonna l’idée de savoir après avoir entendu ma proposition.

« En attendant, dirigeons-nous vers cette boutique, » proposai-je.

« Ha d’accord ! Allons-y. » déclara Mio tout en étant toute souriante. « Et comme nous sommes allés dans les magasins pour les “nécessités” hier, nous irons aujourd’hui dans les magasins pour le “luxe”. Le Maître doit aussi être impatient vis-à-vis de certaines choses, n’est-ce pas ? »

« Est-ce qu’un lit est nécessaire... ? » demandai-je.

« Bien sûr ! » s’exclama-t-elle.

Mio était pleine de confiance, mais Maria avait l’air confuse. J’étais certain qu’il y avait une fine, très fine ligne. Il s’agissait d’une nécessité quotidienne, mais en ce qui concerne une nécessité de voyage... cela ne l’était pas vraiment.

« Avant cela, envoûtons le Maître avec de jolis vêtements ! » s’exclama Mio.

« Envoûtante... Je ferai de mon mieux !! » s’exclama Maria, pleine d’enthousiasme.

Hmm... Pourquoi Maria a-t-elle besoin de faire des efforts pour ça ? pensai-je.

« Si elles deviennent incontrôlables, je les arrêterais, alors ne vous inquiétez pas, » rajouta Sakura.

Euh, merci. Je n’ai pas besoin de m’inquiéter de tout ça... pensai-je.

J’allais donc aller seul au marché aux esclaves.

Le marché aux esclaves était du côté de Kastal, et l’esclave que je voulais était ici.

Le marchand d’esclaves ici n’était pas très différent de celui d’Erudia. J’allais avoir des ennuis s’ils avaient la même personnalité. En Erudia, c’était la suprématie humaine. Presque tous les esclaves, à l’exception des esclaves criminels, étaient des hommes-bêtes.

« J’ai besoin d’une femme esclave qui peut se battre, » annonçai-je.

J’avais immédiatement donné cette condition au marchand d’esclaves. Quand on considérait les compétences de cet esclave, il y avait de fortes chances qu’il soit amené ici. Mais parmi toutes les femmes musclées qui avaient été amenées, l’esclave que je voulais n’était pas parmi elles.

Ah ~, encore la même situation..., pensai-je.

« Excusez-moi. Pourriez-vous me montrer d’autres esclaves ? » demandai-je.

« Ça ne me dérange pas, » répondit le marchand. « Quelle est votre condition ? »

Je lui avais donné une condition qui ferait sûrement qu’il fasse venir l’esclave que j’avais vu sur la [Carte].

« C’est vrai. J’ai ici une esclave qui n’est vraiment pas chère et qui correspond à ça, » dit-il.

Le marchand d’esclaves ne cachait pas son doute. Cela semble très probable puisque j’avais demandé un esclave qui avait d’excellentes capacités de combat.

« Compris. Par ici s’il vous plaît..., » dit-il

L’esclave bon marché n’avait pas été appelé dans cette pièce, donc cela signifie qu’elle était dans une pièce différente. J’avais alors suivi le marchand d’esclaves et j’entrais dans une pièce dans un état déplorable au niveau sanitaire.

« Ici, nous nous trouvons dans la pièce qui contient les esclaves bon marché. Les femmes portent des habits avec une ligne rouge dessus, » déclara le marchand d’esclaves.

Il semblait être difficile de distinguer les hommes des femmes s’ils ne le faisaient pas.

J’avais alors utilisé ma carte pour savoir où elle était. Ho... elle est ici...

« Monsieur le Marchand, pourquoi cette femme est-elle si maigre ? » demandai-je.

J’avais pointé du doigt une femme qui semblait perdre son temps à ne rien faire.

« Ha elle, » déclara le marchand. « Cette fille nous a été vendue par un noble de second ordre. À l’origine, elle était belle. Je lui ai donné de nombreux repas comme je donne aux autres, mais elle n’a jamais été rassasiée, peu importe combien elle mangeait. Je ne pouvais pas suivre les coûts alimentaires, donc les repas ont été réduits, et elle est finalement devenue si maigre. »

Après avoir entendu l’histoire de cette esclave par le marchand d’esclaves, je comprenais mieux sa situation.

« Elle est devenue trop maigre et a fini ici parce qu’elle n’est plus du tout populaire... Que diriez-vous de 10 000 pièces pour elle ? » demanda le marchand.

C’était bon marché. Vraiment bon marché. J’étais certain qu’elle n’avait plus du tout d’attrait sexuel dans l’état où elle était. Elle était tellement maigre.

« D’accord, je vais l’acheter, » dis-je.

« Merci pour votre achat. Qu’allez-vous faire avec elle ? » demanda-t-il.

Même si je lui donnais de bons vêtements, ce sera inutile.

« Ne devrions-nous pas d’abord retourner dans la pièce, puis lui donner un repas ? » demandai-je.

« Ceci ne me dérange pas, » répondit le marchand. « Je peux le préparer tant que vous pouvez le payer. »

Utilisons une nouvelle fonction de mon [Inventaire].

« C’est bon. J’ai de la nourriture dans ma boîte à objets, » dis-je.

« Compris. Qu’en est-il du contrat d’esclave ? Un Collier d’Esclaves ? Les deux sont à 10 000 pièces... » dit-il.

Un contact d’esclave était normalement inclus dans le prix de l’esclave, mais il semblerait qu’il ressentait le besoin de le charger séparément puisque cet esclave était vraiment très bon marché.

« Une marque d’esclave, s’il vous plaît, » dis-je.

« Compris, » répondit le marchand.

Le marchand d’esclaves fit venir des femmes de chambre. Deux servantes similaires vinrent et emportèrent cette esclave.

Quand je retournai dans la pièce d’origine, ces servantes la placèrent sur le sol.

J'avais alors sorti de la nourriture nouvellement préparée depuis mon [Inventaire]. Quand elle sentit ça, elle essaya de tendre la main, titubant alors qu’elle faisait ça. Je posai un morceau de pain dans sa bouche. Sa vitesse de consommation des aliments augmenta progressivement, et elle finissait rapidement de manger une partie de la nourriture se trouvant dans mon [Inventaire], l’un après l’autre.

« ... Elle est en train de manger. Alors, puis-je commencer le contact d’esclave ? » demanda une nouvelle personne qui venait d’arriver.

Quelqu’un était venu me voir. Je suppose que je lui avais donné un peu trop de nourriture et qu’il attendait là de pouvoir finir son travail.

« Hum, ça ne me dérange pas, » répondis-je.

« Alors..., » dit-il.

La personne qui était venue souleva les vêtements de la jeune fille, mais il ne semblait pas qu’elle se rend même compte. J’avais alors mis mon sang sur le contrat pour le finaliser. Cette jeune fille esclave était déjà totalement à moi... Non, c’était comme si elle me regardait même de cette façon.

« S’il vous plaît, plus... » dit-elle.

Oh génial ! Toute la nourriture que j’ai retirée de mon inventaire avait disparu avant que je lui parle.

« Okay, je vais vous en donner plus. Mangez autant que vous le souhaitez, » dis-je.

J’avais pris toute la nourriture se trouvant dans mon inventaire. Elle avait commencé immédiatement à la manger. Le marchand d’esclaves était également parti après que je l’avais payé. Elle avait finalement fini de manger après une heure. Bien que son allure ait été mauvaise au début, c’était beaucoup mieux après qu’elle ait mangé toute la nourriture qu’elle avait eu devant elle. Je pouvais dire qu’elle récupérait très vite tant qu’elle avait beaucoup de nourriture.

Je regardai à nouveau cette esclave. Elle était une très belle femme aux yeux bleus et aux cheveux blonds. Ses cheveux blonds atteignaient presque le sol. Au fait, j’avais touché le jackpot alors même qu’il y a un petit moment, elle était tellement maigre.

« Pff ! C’est la première fois depuis longtemps que je suis bien remplie, » dit-elle. « Je vous remercie. Êtes-vous mon maître ? »

Elle utilisait un ton empli de noblesse. Son titre était « Ancienne noble fille », mais je ne pensais pas qu’elle utiliserait ce titre. Si cette femme était comme la noble aux cheveux bouclés alors je ne pourrais pas éviter de la revendre...

« Tout à fait, » dis-je. « Je vous ai acheté. Mon nom est Jin. Ravi de vous rencontrer. »

« Hum... s’il vous plaît, prenez bien soin de moi, » dit-elle. « Mon nom est Sera Do... non, juste Sera. »

Ne vient-elle pas d’abandonner son nom de famille ? Je suppose qu’elle a été abandonnée, pensai-je.

« Une ancienne noble ? » demandai-je.

« Exact. Mais maintenant, je ne suis qu’une simple esclave. S’il vous plaît, ne vous inquiétez pas à ce sujet, » dit-elle.

Son visage a l’air d’avoir renoncé.

« Cependant, j’ai un appétit extrême..., » rajouta-t-elle. « Je mange plus que la normale depuis longtemps... En temps normal, je mange la moitié de ce que vous venez de me donner. »

C’est désagréable. Elle avait été jetée hors de sa famille à cause de la quantité de nourriture qu’elle mangeait.

« Pouvez-vous me donner plus de détails ? » demandai-je. « Bien sûr, vous n’avez pas besoin de dire quoi que ce soit si vous ne voulez pas. »

« Non, pas du tout, » dit-elle. « Je veux que vous sachiez tout de moi. Je pense que je vais facilement mourir si vous ne comprenez pas correctement ma situation. »

Facilement mourir ? Eh bien, je sais qu’elle n’exagère pas parce que j’ai vu son apparence qu’elle avait eue il y a peu de temps... pensai-je.

« La raison pour laquelle je suis une esclave est simplement parce que “je mange trop”, » dit-elle.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

6 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Heureusement que l'on fait pas sa chez nous sinon j'aurais fini esclave aussi :/
    Merci pour le chapitre 🙂

  3. J'en connais un autre qui aurait été vendu aussi dans un tel cas....

  4. Merci pour le chapitre.
    PS:Dans ce monde là je me dirai:Heureusement que m'a capacité à réduire la quantité que je mange est aussi extrême que ce que je dois manger pour être rassasié...

Laisser un commentaire