Béni par la Déesse et Transféré dans un Autre Monde ! – Chapitre 17.6 Spécial

Bannière de Béni par la Déesse et Transféré dans un Autre Monde ! ***

Chapitre 17.6 Spécial : L’histoire de la femme de cheveux ondulés

« Allez au diable ! » criai-je.

*Crack !*

J’avais alors jeté le vase se trouvant sur le bureau sur le mur, et il avait fait un important bruit en heurtant le mur. Il s’était bien entendu brisé.

« Pourquoi tout ne va pas comme je le veux ? » dis-je. « J’ai finalement récupéré le poignard, mais ils ont dit : “Une famille noble est ruinée quand ils laissent un voleur leur voler leur héritage” ! C’est de la merde ! Sales bâtards ! Gras au point que leurs graisses débordent quand ils portent un pantalon ! »

J’avais alors frappé le mur avec colère, assez fort pour faire tomber le cadre du tableau se trouvant avant ça accroché au mur. Bien que nous soyons du même rang que ce gros noble, il ne se souciait même pas que j’avais Sebastian à mes côtés, un ancien aventurier de Rang-S.

« Mademoiselle, s’il vous plaît, calmez-vous, » dit-il. « Faire cela n’aidera en rien. »

Le calme de Sebastian m’énervait un peu plus, alors je lui avais jeté un oreiller, le frappant en plein centre de son visage puisqu’il ne l’avait nullement évité.

*Pff*

Sebastian attrapa l’oreiller qui faisait un bruit misérable, alors qu’il tombait au sol.

Bon sang ! Vous ne l’avez pas évité afin d’attirer mon attention, n’est-ce pas ? pensai-je.

« Tais-toi ! Si tu dis ça, alors comment pourrais-je me calmer ? » demandai-je.

J’avais eu tant de mal en tant que chef de famille depuis la mort de mes parents. Si cet accord avait réussi, l’honneur de notre famille aurait été restauré, tout comme avant leur mort.

« Ce noble a mis sa main dans mes affaires ! » dis-je. « Le voleur qui a volé mon héritage est mort ! J’ai besoin d’évacuer ma colère quelque part ! »

Soudain, j’avais une idée.

« Sebastian, j’ai trouvé. Va tuer cet aventurier qui m’a apporté le poignard ! » ordonnai-je.

Je peux évacuer ma colère sur lui s’il est un aventurier, non ? N’est-il pas un aventurier ? Eh bien, ça ne fera aucune différence. Car après tout, avec l’influence d’un noble, je peux tuer cet aventurier sans aucun problème.

« Le jour du rachat, ils nous ont déjà prévenus que même si Mademoiselle est une noble, le tuer serait un problème, » répondit-il. « Surtout qu’avec la guilde des aventuriers en tant qu’intermédiaire, ils ne resteront pas silencieux si cela devait arriver. »

« Ton ancien apprenti n’est-il pas le maître de la guilde ? » demandai-je. « Ne peux-tu pas t’en occuper pour qu’il ne cause pas de problème ? »

Même pour l’ancien professeur du maître de guilde, il était déraisonnable de lui demander ça.

« S’il te plaît, Sebastian, » dis-je. « Il n’y a personne d’autre que cet aventurier sur qui je peux évacuer ma colère. Je vais devenir folle si ça reste comme ça. »

Alors que l’émotion surgissait hors de mon corps, une larme sortit de l’un de mes yeux. Être fou n’était nullement une blague !

Sebastian se mit à réfléchir pendant un moment. Quand il s’agit de ça, c’était la même chose que de supplier qu’il le fasse...

« Hmm... J’ai compris, » dit-il. « Je vais le tuer. Comme il y aura des problèmes s’il est tué en ville, j’attendrai qu’il sorte de la ville. »

J’avais alors donné la description ainsi que de l’argent au gardien pour qu’il vienne me dire directement quand cet aventurier quittera la ville.

Sebastian ira le tuer dès qu’il aura reçu ce rapport.

« Merci, Sebastian..., » dis-je.

« Puisqu’il y a de fortes chances que le personnel de la guilde soit méfiant, je m’en occuperai seul, » dit-il.

J’avais entendu que la capacité martiale de Sebastian était supérieure à celle du chef de guilde, donc ce n’était pas un problème s’il le faisait seul. Je ne voulais pas causer de problèmes en le faisant. Ma réputation est déjà ternie, alors s’ils savaient que j’avais ordonné la mort d’un aventurier juste pour évacuer ma colère, cela deviendrait encore pire. J’avais donc laissé ça au fiable Sebastian.

« Mademoiselle a un tempérament volcanique, alors s’il vous plaît, restez calme, » dit-il. « Je ne sais pas quand cet aventurier quittera cette ville. »

« Je le sais déjà..., » dis-je.

Sebastian partit afin de faire les préparatifs... Quand il reviendra, je devrai faire nettoyer la chambre par la femme de chambre...

Le lendemain, le garde de la ville que j’avais soudoyé s’était précipité ici et m’avait indiqué que cet aventurier quittait la ville. C’était étonnamment rapide.

Selon lui, il semblerait qu’il avait des compagnons, mais ce n’était qu’une fille et quelques enfants. Ils ne feront pas le poids face à Sebastian.

« Que dois-je faire avec ses compagnons ? » demanda-t-il. « Ils sont à coup sûr susceptibles d’être des témoins... »

« Tue-les tous, » dis-je.

Ceci allait étonnamment bien. Je n’avais aucun problème à les faire tuer afin de pouvoir faire évacuer ma colère.

« Sebastian peut utiliser ta Magie d’Espace pour m’apporter toutes leurs têtes, » demandai-je.

La Magie d’Espace n’était pas comme une boîte à objets. Il pouvait « stocker » des cadavres. En revanche, une boîte à objets n’avait pas été conçue pour stocker un cadavre.

« Ceci est de mauvais goût..., » dit-il.

« Ce n’est pas grave. Je ne serais pas satisfaite si je ne peux pas voir leurs têtes de mes propres yeux, » dis-je.

Sebastian ne rejeta pas ma demande.

« Ho, bon. Je vais aussi prendre ça ! » dit-il.

Il s’agissait de son épée préférée de quand il était un aventurier. Pour être honnête, c’est un gaspillage d’utiliser ce trésor pour un assassinat.

« Il est quand même un aventurier qui a réussi à vaincre Dorg, » dit-il. « Je dois prendre cela pour m’assurer de ma victoire. »

« Si tu veux assurer de ta victoire, alors, enduit là avec du poison, » rajoutai-je.

Car après tout, ceci était un assassinat. L’utilisation du poison était donc acceptable.

« Je suis désolé, » dit-il. « On m’a appelé le “dieu de la mort” et j’ai assassiné mes cibles avec des attaques-surprises ou des attaques dans le noir. Par conséquent, ma maigre fierté ne me permettra pas d’utiliser du poison. »

En y pensant, je n’en ai jamais entendu parler avant aujourd’hui.

Pff, n’ai-je pas dit que c’est acceptable d’utiliser du poison ? pensai-je.

« Compris. Mais termine-les rapidement, d’accord ? » dis-je. « Je ne peux pas calmer de mon irritation. »

Je pouvais me calmer hier, mais mon irritation était revenue encore plus fortement. Ceci n’était pas un bon état d’esprit.

« Compris. S’il vous plaît, attendez un moment, » dit-il.

Alors que Sebastian disait cela, il était monté sur un cheval qui avait été préparé ce matin.

« Bon, j’y vais, » dit-il.

« Je te laisse te charger de ça, » dis-je.

Mon irritation se calmera si je voyais la tête de l’aventurier.

Une heure passa, mais Sebastian n’était toujours pas revenu. Puisque l’autre personne voyageait à pied, ne devrait-il pas les avoir rattrapés à cheval il y a déjà longtemps ?

« Trop lent, » dis-je.

Bon sang ! Mon irritation dépasse la limite. Ne me dis pas qu’il n’a pas pu les trouver ? Pff, j’aurais dû avoir quelqu’un afin de les suivre. Pensai-je.

C’était maintenant le soir, mais Sebastian n’était toujours pas revenu.

« Ne me dites pas qu’il a été vaincu ? » dis-je à haute voix.

Les aptitudes martiales de Sebastian étaient probablement les meilleures de toute la ville. Je ne pensais pas qu’il puisse être vaincu. Mon plan était après tout parfait.

Mais, je ne savais pas pourquoi il était si lent. En fait, je n’y avais jamais pensé avant maintenant.

Soudain, une mauvaise prémonition apparut en moi. Je lui avais dit de tuer cet aventurier, mais il était aussi possible qu’il soit tué à la place. Penser que Sebastian puisse perdre me calma d’une certaine manière, car cela ne servirait à rien de m’irriter.

Sebastian était le seul qui m’avait soutenue depuis que j’avais perdu mes parents et était devenu le chef de ma famille. Après que je me fus calmée, j’avais réalisé que j’avais donné un ordre à quelqu’un d’important pour moi. J’avais perdu la seule personne importante pour moi à cause de mon explosion de colère. Merde ! Je veux me frapper pour avoir perdu mon sang-froid.

« C’est vrai ! Je dois aller chercher Sebastian ! » dis-je.

Il était aussi possible qu’il ait gagné, mais avait été blessé et ne pouvait pas se mouvoir pour le moment. Dans ce cas, je devais aller l’aider le plus vite possible... Mais il était trop dangereux de quitter la ville la nuit, surtout qu’il y a quelqu’un qui porte rancune contre moi. Les soldats privés n’étaient pas fiables. Si j’envoyais une grande force à la recherche de Sebastian, je pourrais en subir les conséquences.

« C’est vrai ! Contactons le maître de guilde, » dis-je.

À l’exclusion de Sebastian, le maître de guilde était la personne la plus forte dans cette ville. Je me sentirais plus en sécurité s’il acceptait de m’escorter. De plus, il semblerait qu’il soit en bons termes avec cet aventurier, donc il était peu probable qu’il interviendrait pendant que j’étais avec lui.

Je m’étais préparée et j’avais vite été à la guilde. J’étais allée demander au guichet et j’avais demandé à la réceptionniste de pouvoir rencontrer le maître de guilde.

Quelques minutes plus tard, le maître de guilde était venu.

« Sebastian a disparu ! » J’avais déclaré ça après que le maître de guilde se soit présenté.

« Quoi ? Sala... Sébastian a disparu... Comment ? » demanda-t-il.

« Au moment du rachat..., » dis-je.

Je m’étais soudainement souvenue que je ne pouvais pas lui donner une explication détaillée. Je ne pouvais pas lui dire que je voulais qu’il m’aide à chercher Sebastian parce que je l’avais envoyé tuer quelqu’un, et qu’il aurait pu être vaincu. Quand j’avais réfléchi à ce que Sebastian avait dit, je réalisai que si je faisais ça, j’allais ruiner ma réputation. La demande d’escorte était un échec à 100 %. Ce serait aussi un échec si cet aventurier était toujours vivant. Le dernier cas était pire.

« Non... Ce n’est rien, » dis-je.

Mon état mental n’était pas normal. Je devais penser à une excuse, mais rien ne venait dans mon esprit. Je ne pouvais pas éviter ce qui allait arriver.

Pour l’instant, un soldat privé était le seul choix. Un autre choix était d’abandonner Sebastian.

« Je dois rassembler des soldats, les armer et me préparer à partir ! »

J’avais donné cet ordre à la femme de chambre quand j’étais revenue dans mon manoir.

« Je vais me reposer dans la chambre. Appelez-moi quand ils seront prêts ! » dis-je.

Depuis que j’avais été jusqu’à la guilde, j’étais physiquement et mentalement fatiguée. Je devais me reposer un petit peu.

*toc* *toc*

Les préparatifs ont-ils été terminés ? pensai-je.

On avait frappé à la porte de ma chambre, mais je n’avais entendu la voix de personne.

Pourquoi ? pensai-je.

Je ne pouvais pas y faire grand-chose, alors j’avais commencé à marcher vers la porte.

Suis-je trop fatiguée ?

Mon corps était terriblement lourd.

Bon sang ! Vous devriez me dire si les préparatifs sont déjà faits.

« Qui est là ? Les préparatifs sont-ils terminés ? » demandai-je.

Il n’y avait personne de l’autre côté de la porte, alors je regardais vers la gauche et la droite.

« Ahh... » criai-je.

Sur le côté droit, je voyais quelqu’un qui ressemblait à Sebastian qui s’était effondré contre le mur. Pourquoi Sebastian s’était-il effondré comme ça ? Ne me le dites pas, il avait réussi à retourner au manoir avec toutes ses blessures ?

« Sebastian ! » criai-je.

J’avais immédiatement couru vers lui. Cependant, chaque pas était si lourd, et mes jambes s’emmêlèrent après quelques pas.

Le sol devint plus proche.

*boom*

Quand j’avais ressenti l’impact avec le sol, j’avais l’impression que la mort était imminente. Devrais-je avoir été touchée par le mauvais sort ?

Je ne peux pas supporter ça. Hein !?

Il y avait quelqu’un debout à côté de Sebastian...

***

Au début de ce chapitre :

Elisabeth

Niv 15

[Renforcement du Corps Niv. 2] [Maîtrise de la Lance Niv. 2] [Étiquette Niv. 2] [Dignité Niv. 2] [Magie des Esprits Niv. 1] [Art Spirituel Niv. 1]

~ fin de l’histoire de la femme de cheveux ondulés.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    P.S : ce chapitre rappelle juste à quel point son pouvoir est effroyablement efficace pour les assassinat...

  2. c'est tout ? un peu décu alors que sa devenait interessant ;(

  3. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire