100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 87

***

Chapitre 87 : Le feu dans la forêt de Silvertooth

***

Chapitre 87 : Le feu dans la forêt de Silvertooth

Partie 1

Attention gore

***Point de vue de Seryanna***

Alors que la nuit approchait et que le soleil était sur le point de se coucher à l’horizon, j’avais aperçu quelque chose qui brillait au loin. Si j’avais cligné des yeux, je l’aurais manqué.

Mes ailes s’ouvrirent largement et je m’arrêtai en l’air. Plongeant les yeux devant ces faibles rayons de lumière, j’avais aperçu une sorte de tour. Pendant un moment, je m’étais demandé s’il s’agissait d’un avant-poste typique ou d’un petit village, mais j’en doutais fortement. Cela ne pouvait être que le repaire des humains, mais même si je me trompais, je pouvais demander à ceux qui vivaient là-bas pour obtenir des informations.

Ainsi, j’avais volé vers elle à ma vitesse habituelle.

Quand j’avais atteint le bâtiment qui servait de phare, je l’avais identifié comme un temple humain dédié au Panthéon de Zeus. En plus, sur le sol se trouvaient des soldats humains qui se promenaient et patrouillaient dans les environs. Un peu plus près du temple, j’avais reconnu les chevaliers qui gardaient l’évêque. Ils étaient au milieu de leur repas.

Ce doit être l’endroit, et il ne semble pas qu’ils m’ont remarquée pour le moment, pensai-je puis je dégainai Drachenkrieg.

Avant de commencer mon attaque, j’avais regardé autour de moi pour voir si je pouvais apercevoir l’un des esclaves qu’ils auraient pu amener, mais je n’avais trouvé aucune trace d’eux. Ce que j’avais remarqué, c’était cependant de grandes quantités de matériaux de construction tels que des planches, des bûches, des boîtes de clous et des outils de bricolage.

Comme les humains de Mashat me l’avaient dit, ils allaient construire ici une colonie et la faire grandir au fil des ans. En réussissant à passer clandestinement des êtres humains à l’intérieur de cet endroit, ils pourraient alors demander leur indépendance au royaume.

Jusqu’à présent, je ne pense pas qu’ils aient amené des civils ici, pour le moment…, avais-je pensé.

Malheureusement, je ne savais pas ce qu’ils cachaient dans le temple, mais d’après ce que j’avais pu voir, l’évêque et le héros humain étaient très probablement à l’intérieur. Il était hautement improbable qu’ils partent pour le port sans que leurs chevaliers les protègent. Là encore, les personnes en poste ici auraient pu se voir confier la mission de protéger et d’appuyer la création du nouveau camp humain.

Le moins qu’on puisse dire, c’était que ce rêve insensé de conquête humaine ne se réalisera jamais. Du moins pas si j’avais quelque chose à dire à ce sujet.

Juste au moment où je m’apprêtais à mettre le feu à mon épée et à me précipiter pour prendre leur vie, une seule pensée me traversa l’esprit et si les humains décidaient de tuer les petits Relliars en guise de représailles avant que j’arrive à les retrouver ?

Je m’étais empêchée de verser de l’énergie magique à Drachenkrieg et de l’enflammer.

Je ne peux pas prendre cette chance…, avais-je pensé, et j’avais donc atterri quelque part autour de leur camp avant qu’aucun d’entre eux ne m’ait repérée.

En les observant de loin, j’avais essayé de voir ce qu’ils faisaient ou peut-être entendre ce qu’ils prévoyaient. Ce faisant, j’avais repéré les chariots utilisés par l’évêque et ses gardes chevaliers, ce qui avait confirmé sa présence ici.

Est-il à l’intérieur ? m’étais-je demandé. Je m’étais faufilée derrière l’église.

Il y avait trois fenêtres ouvertes au deuxième étage, que je pouvais utiliser pour entrer inaperçue. Je m’étais d’abord assurée que personne ne se trouvait autour de moi, puis j’avais marché sous celle de l’extrême droite. Bien que je puisse facilement escalader le mur, un seul saut suffisait pour atteindre le cadre de la fenêtre.

À l’intérieur, j’avais trouvé une chambre luxueuse avec un grand lit et deux bibliothèques remplies de documents plutôt que de livres. Il y avait un bureau à ma droite sur lequel se trouvaient plusieurs documents et papiers vierges.

Je m’étais approchée du bureau et avais regardé l’un des documents.

Sont-ils écrits dans la langue de l’empire Akutan ? Je ne peux pas le dire… Pensais-je en décidant que pour le moment, il était préférable que je les stocke dans ma bague de stockage.

Autant que je sache, ils pourraient être utilisés comme preuve d’une invasion planifiée ou d’une recette de cuisine très compliquée.

Après avoir nettoyé la salle de tout ce qui avait d’écrit, je m’étais dirigée vers l’extérieur. Les seuls présents ici étaient deux domestiques qui nettoyaient l’endroit. Il n’y avait pas de femmes ici, seulement des hommes.

Juste au cas où je trouverais des documents similaires dans les autres pièces, je m’étais rendue là-bas et après m’être assuré qu’il n’y avait personne à l’intérieur, j’avais un peu regardé autour de moi.

La première était une pièce vide non utilisée, mais la seconde n’avait qu’un sac à dos sur la table. Je m’approchai et vérifiai le contenu. Outre quelques équipements d’aventures typiques, j’avais trouvé ce qui ressemblait à un journal intime. J’avais pris celui-ci puis j’avais continué à marcher.

« Qui es-tu ? » Demanda le serviteur qui m’avait vue, surpris.

Avant qu’il ait réussi à crier, je l’avais attrapé par la gorge et l’avais serré jusqu’à ce que son air soit coupé. Après qu’il ait perdu connaissance, je l’avais jeté dans la pièce vide puis je m’étais dirigée vers l’étage inférieur.

Cette église hébergeait les personnes importantes au deuxième étage, tandis que les domestiques et les autres vivaient dans les pièces du côté droit. À l’arrière de l’église, à gauche de l’autel, se trouvait une salle de confession destinée à ceux qui souhaitaient être pardonnés de leurs péchés. Même les temples des dragons en possédaient, mais ils étaient surtout utilisés pour attraper les criminels frappés par le remords, la culpabilité ou la peur de nos dieux. Leur autre objectif était de demander des conseils de vie à un prêtre.

N’ayant pas besoin d’aller dans les pièces des serviteurs, je me dirigeai vers le sous-sol. Jusqu’à ce que je trouve les Relliars, je ne pouvais pas devenir folle. Mais juste au moment où j’allais ouvrir la porte, j’entendis une voix venant de l’autre côté.

Bien que je n’aie pas compris ce qu’ils disaient, j’avais reconnu leurs voix. C’était l’évêque et le héros.

Ne voulant pas me retrouver ici, j’avais couru à l’intérieur de la salle de confession et je m’étais cachée.

La porte du sous-sol s’ouvrit et ces deux-là sortirent ensemble. Ils avaient dit quelque chose et après leur départ, je m’étais rendue au sous-sol.

Là… j’avais vu une scène qui a brisé mon cœur de douleur et la colère avait fait bouillir le sang dans mes veines. Ce que j’avais vu m’avait mis les dents à nu et j’avais serré les poings serrés jusqu’à ce que le sang coule. Ce que j’avais vu était quelque chose que je ne pourrais jamais pardonner !

« S-S’il vous plaît… p-pas plus… ça… ça fait mal…, » Shelly supplia avec des larmes dans ses yeux gonflés.

La petite fille relliar avait été attachée nue à une table de torture. Sa fourrure avait été complètement rasée. Il y avait d’innombrables coupures sur son corps qui semblaient avoir été faites avec un couteau tranchant. Elle avait trois doigts cassés et des contusions sur tout le corps. Il y avait du sang qui sortait de sa bouche et ses oreilles avaient été coupées et laissées à saigner.

En regardant la pauvre enfant, mes émotions s’étaient envolées jusqu’à ce que ce que je ressentais à l’intérieur ne puisse même plus être décrit comme de la rage et de la colère. Il n’y avait rien ou plutôt, c’était un vide qui engloutissait tout le reste autour de lui. Je ressentais le désir de détruire, de chasser et de tuer, mais en même temps, je sentais que leur donner le plaisir de voir ma colère était un peu trop.

Non, ces monstres allaient voir une Seryanna Draketerus qui n’écoutait pas leurs mots et ne reconnaissait pas leur existence pathétique. J’allais les tuer de la manière la plus brutale, en particulier cet évêque et ce héros !

À ce moment-là, j’avais entendu des pas venir de derrière moi.

Dégainant Drachenkrieg, je m’étais retournée et l’avais arrêté à un cheveu de la gorge de cette personne.

C’était Tanarotte.

« Attends ! Attends ! Je viens en paix ! Et j’apprécierais que tu me permettes de rendre visite à maîtresse Kataryna en un seul morceau ! » Dit-elle avec une sueur froide sur le front et en levant les mains.

« Que fais-tu ici ? » Je lui avais demandé cela avec des yeux froids et un ton de voix sans vie Est-ce que j’ai toujours l’air si distante et vide ? me demandais-je.

« C’est ma première mission ! Repérer Seryanna Draketerus et m’assurer qu’elle ne réduise pas le pays en cendre ! » Dit-elle avec un sourire et un pouce levé.

« Est-ce vrai ? » Dis-je en baissant mon épée.

Je m’étais retournée et j’avais marché jusqu’à la table où se trouvait Shelly. Je ne pouvais pas supporter de la laisser rester comme ça plus longtemps.

« Mais, tu sais, c’était assez difficile de te retrouver. Tu bouges vite pour quelqu’un qui porte une armure lourde ! » Dit-elle après avoir poussé un soupir de soulagement.

Je ne lui avais pas répondu.

« Mew… S-Seryanna ? C’est toi ? » Demanda le chaton.

« Oui, petite. Je suis venue pour te sauver. » Dis-je en enlevant mon gant et en touchant doucement sa joue.

Elle avait d’abord bronché, puis elle avait réalisé que c’était moi.

« S’il te plaît… sauve-moi. Le méchant m’a fait mal. Il riait… je ne veux plus avoir mal… » me supplia-t-elle.

Les larmes s’étaient accumulées dans mes yeux et avaient coulé sur mes joues lorsque j’avais vu ce qu’elle était devenue.

« Uwa ~ Pauvre Shelly, le roi ne sera pas heureux. » Commenta Tanarotte.

« Le roi est la dernière chose dont ces humains vont avoir à s’inquiéter. » Dis-je en la tirant de la table, puis en la prenant dans mes bras.

La pauvre enfant ne pouvait même pas rester seule. Elle était si faible, effrayée et souffrante que j’avais eu du mal à croire qu’elle soit la même Shelly qui avait joué à cache-cache avec moi l’autre jour.

« Shelly, ça va aller. Je vais te venger. » Dis-je en embrassant son front.

« Seryanna… » gémit-elle.

« Tanarotte Narnyessal, ceci est un ordre. Protège la princesse Eshantiel Ruvus jusqu’à ce que j’ai tué tous les humains ici. » Je lui avais ordonné avec un ton de voix ferme.

« Où vas-tu ? S-s’il te plaît, n-ne me quitte pas. » Demanda Shelly d’un ton tremblant.

« Je ne vais nulle part, petite. La dragonne ici te tiendra dans ses bras jusqu’à ce que j’aie fini de traiter avec le méchant homme qui a osé te blesser. Ne t’inquiète pas, il ne sera plus jamais capable de te blesser ou de blesser quelqu’un d’autre. » Dis-je en l’embrassant sur le front.

« Compris ! » Tanarotte acquiesça.

Je lui avais remis Shelly puis nous nous étions retirées. Alors que les deux autres s’étaient faufilés par la fenêtre arrière et s’étaient éloignées de l’église, j’avais dégainé mon épée, je l’avais incendiée et je m’étais approchée de la porte d’entrée.

À ce stade, j’avais éliminé tout le bruit et les cris des humains. Au cours de cette bataille, j’avais eu l’impression d’être en transe. Ce que j’avais coupé et ce que j’avais brûlé ne comptait pas pour moi, et aucune quantité de demandes de pitié ou de larmes ne pouvait me faire plier.

Mes sorts poursuivaient leurs cibles, paralysant et broyant leurs corps jusqu’à ce que leur cœur s’arrête. Tous ceux que je touchais étaient engloutis dans les flammes et brûlaient lentement jusqu’à ce qu’il meure d’asphyxie ou de douleur insupportable.

Parce que ces humains avaient osé torturer Shelly de cette manière horrible, j’avais fait de même.

S’agissant de l’évêque et du héros, la façon dont je les avais tués aurait pu être considérée comme plutôt brutale, mais ce dernier avait connu la mort la plus rapide des deux. J’avais attrapé l’épée d’un chevalier à proximité et lui avait insufflé de l’énergie magique au-delà de sa limite, puis je l’avais lancée. L’épée qui brûlait et qui présentait déjà des fissures s’était empalée dans sa poitrine puis explosa, envoyant les restes de l’homme partout.

Ils étaient les derniers parmi les humains à mourir, et une fois que j’avais nettoyé ces insectes, j’avais jeté mes sorts d’explosion les plus puissants sur l’église.

Tanarotte était déjà hors de portée, elle et Shelly étaient donc à l’abri de ma colère.

La détonation avait été programmée avec une minuterie pour me permettre de m’éloigner également.

Quand le sort explosa, tout dans un rayon de 100 mètres était devenu un cratère fumant. Aucune trace des humains n’avait été laissée derrière, pas même les pierres qui constituaient l’église.

Tout autour de ce cratère, un incendie massif s’était déclaré, menaçant de dévaster toute la forêt si personne ne faisait rien.

« Rappelle-moi de ne jamais te mettre en colère, » déclara Tanarotte avec un sourire ironique en me laissant tenir Shelly à nouveau.

« Comment va-t-elle ? » avais-je demandé.

« Elle dort. Elle a vécu des choses terribles. Pour le moment, je lui ai donné une potion de soin pour que sa vie ne soit pas en danger, mais nous devrions l’emmener chez un guérisseur pour soigner ses blessures. Ces brutes… c’est horrible ce qu’ils lui ont fait ! » Elle serra le poing puis insulta à l’empire Akutan.

En regardant le chaton endormi, mon cœur était peiné de la voir dans cet état.

Mon regard tomba ensuite sur le feu massif que j’avais déclenché. Je l’avais laissé brûler un peu, le regardant du ciel et me demandant si ce que j’avais fait était suffisant?

Non… Je devrais aussi détruire leurs navires, avais-je pensé.

Après avoir arrêté le feu qui dévorait la forêt innocente, j’étais revenue dans la capitale du royaume Sarakus.

Tout comme les dragons, les humains sont également capables de choses terribles, avais-je pensé à un moment.

***

Partie 2

Attention gore

***Point de vue de Mandar Bzashir***

Un peu avant l’attaque de Seryanna.

Les négociations avaient lamentablement échoué. Même si l’évêque Bassar avait essayé de faire appel au roi, ce vieux lion n’avait pas bougé. Au contraire, il semblait plus désireux de nous renvoyer dans l’empire Akutan.

Il y avait aussi ces dragons que nous avions rencontrés quand nous étions arrivés à Sagar. Bien que j’aie essayé de leur soutirer quelques informations, ces Relliars n’en donnèrent aucune. Mes efforts étaient vains, mais j’avais réussi à obtenir quelques bons pots-de-vin et une nuit chaude avec l’une des femmes de chambre.

À l’heure actuelle, nous nous trouvions au milieu de la forêt de Silvertooth, à la base d’opérations censées constituer le centre d’une nouvelle colonie humaine. Les esclaves que nous avions récupérés dans la capitale avaient déjà été expédiés au port de Donmar, mais l’évêque avait décidé de garder l’un d’eux pour ses loisirs.

Celui qu’il avait choisi était la princesse du royaume de Sarakus. La petite fille relliar qui avait été kidnappée pour avoir refusé d’accepter les conditions généreuses de l’empire Akutan. Cependant, nous savions tous que c’était plus une affaire personnelle qu’une affaire officielle. Comme tout autre imbécile, il balança le nom de l’empire sans trop réfléchir à ce que de telles actions pourraient mener.

Lorsque j’étais entré dans la chambre de torture de l’évêque, il était en train de torturer la petite fille. Elle pleurait et le suppliait de s’arrêter. Les épreuves qu’elle avait traversées m’avaient fait trembler et aucun ne doute qu’un tel démon se soit retrouvé en prison à perpétuité sur Terre. Laissant de côté le fait que torturer quelqu’un était une grave offense sur Terre, mais faire du mal et maltraiter de petits enfants était carrément méprisable et les autorités faisaient tout leur possible pour empêcher ces monstres d’errer librement dans les rues.

Eh bien, c’était sur Terre, ici… il n’y avait pas d’agents de police ou fédéraux qui traitaient de tels problèmes. Dans la plupart des cas, de tels actes étaient considérés comme regrettables, mais pas totalement illégaux, en particulier lorsqu’ils étaient commis à une personne qui avait juré allégeance à un autre pays.

Pour ma part, je ne pouvais rien faire à ce sujet et je ne tenais pas beaucoup à me laisser entraîner dans ce genre de gâchis. Tout ce que je voulais, c’était vivre ma vie le plus pacifiquement avec le moins de problèmes possible. Bien que devoir escorter cet évêque sadique psychopathe ne soit pas ce que j’appellerais quelque chose de facile.

« Avez-vous fini ici, évêque ? » avais-je demandé en m’appuyant sur le cadre de la porte.

« Hm ? » L’homme se retourna, tenant un petit poignard à la main.

Il souriait, mais la lame était couverte de sang et derrière lui, la petite fille gémissait et pleurait. J’avais fait de mon mieux pour ne pas regarder dans cette direction.

« Le soleil se couche et nous devons décider si nous allons passer la nuit ici ou non. » Je lui ai dit.

« Il est évident que nous passons la nuit ici ! Ce soir, ce sera une nuit de plaisir, du moins, le mien. » Il sourit et regarda la fille relliar. « Elle finira par devenir une femme plus tôt que prévu, puis on verra si elle peut marcher sans queue. J’ai toujours été curieux à ce propos. » Dit-il en touchant sa joue.

J’avais essayé de ne pas montrer une expression de dégoût absolu.

« Montons donc informer les chevaliers, d’accord ? » L’évêque m’avait montré un sourire alors qu’il essuyait le sang de la lame du couteau.

« Après vous, Votre Sainteté, » avais-je dit, mais je m’étais abstenu de faire une remarque grossière.

Je l’avais suivi.

« C’est vrai ! Ne voulez-vous pas essayer certaines des esclaves avant que nous atteignions le continent ? Je me souviens que vous avez eu l’air d’apprécier une servante du palais. » Me dit-il avant d’ouvrir la porte du sous-sol.

« Non, Votre Sainteté. Je préfère que cette relation soit consensuelle, » lui avais-je dit avec un sourire.

Il n’y avait aucune honte à admettre que dans certains domaines, je m’étais écarté de la pensée morale d’un Italien moderne civilisé, mais je n’avais pas encore dû me dégrader au niveau d’un sauvage ou d’un violeur. Quand une femme dit non, cela voulait dire non.

« Consensuel ? Quel goût ennuyeux vous avez ! » L’évêque haussa les épaules et ouvrit la porte.

Je l’avais suivi dehors.

« Vous devriez choisir un passe-temps agréable comme le mien ! C’est bon pour le cœur et l’esprit. » L’évêque s’était vanté.

Qu’est-ce qui était si agréable de torturer et de violer les autres ? En fait, pourquoi est-ce que quelqu’un dans une position aussi élevée que lui a un passe-temps si dégoûtant ? J’avais réfléchi et j’avais répondu : « Mes passe-temps sont manger et dormir. »

« Quels passe-temps ennuyeux ! » Il haussa les épaules.

Peu de temps après notre départ de l’église, elle était apparue…

Frappant la porte de l’église de l’intérieur, elle l’arracha de ses gonds et l’envoya voler vers nous. Elle avait atterri à quelques pas de nous.

Dès que j’avais posé mes yeux sur elle, j’avais senti un frisson me parcourir le dos et j’avais pensé que nous n’aurions pas dû kidnapper la princesse.

« Qu’est-ce que c’est ? Comment es-tu arrivé là ? Ne sais-tu pas que nous sommes la délégation humaine ? Nous jouissons de l’immunité diplomatique ! Nous attaquer, c’est comme déclarer la guerre à l’empire Akutan ! » Lui cria l’évêque dans une langue parlée.

Je ne pense pas qu’elle s’en soucie…, avais-je réfléchi, et je m’étais préparé à l’attaque.

Eh bien, ce fut le jour malchanceux de cette dragonne pour nous avoir attaqués. J’avais peut-être l’air faible, mais ma capacité « Butthurt Cupid ! » était plutôt impressionnante. Pendant un temps limité, je pouvais littéralement voler la moitié de la force de mon adversaire ou plutôt ses statistiques. La seule condition était qu’après l’avoir activée, il ne me restait que quelques secondes pour toucher mon adversaire, sinon la compétence serait désactivée sans rien faire.

Pour un combattant de mêlée comme moi, c’était une compétence idéale. Cela m’avait fait plaisir d’avoir repris le kickboxing au lycée.

Laissant de côté le nom ridicule que je devais crier lorsque je voulais l’activer, cette capacité m’avait donné la force et la gloire dont j’avais besoin pour survivre ici où seule la loi de la jungle importait.

Il ne me restait plus qu’à attendre qu’elle se rapproche suffisamment de moi si elle prévoyait de prendre des mesures de représailles contre nous, mais la plupart des gens s’éloignaient généralement de nous dès que l’évêque mentionnait l’empire Akutan.

« Les hommes morts ne racontent pas d’histoires… » Répondit-elle comme si elle était dans une transe étrange.

Attends une seconde… Si elle vient de l’intérieur de l’église, alors…, pensai-je puis je regardai l’évêque qui semblait être contrarié par sa réponse. Ce fou nous a tous condamnés…

Je l’avais réalisé maintenant. Il était impossible que je puisse combattre cette dragonne. Ma meilleure chance était de la séduire et de lui voler son pouvoir ou de la laisser m’épargner en lui donnant ce qu’elle voulait : l’évêque.

Avant que je puisse dire quoi que ce soit, ce fou lui avait crié : « Tuez cette femme ! »

Le premier à attaquer fut le commandant des chevaliers Devus Allexian, mais il n’avait aucune chance contre elle.

La dragonne le saisit par l’épaule droite puis lui arracha le bras. Les cris de l’homme étaient assez forts pour effrayer tous les oiseaux des kilomètres à la ronde. Puis elle attrapa son autre épaule et la déchira également. L’homme la supplia d’arrêter, mais elle plaça sa main sur sa gorge et la déchira. Le commandant semblait avoir été mutilé par une bête sauvage. Elle avait pris son épée et l’avait poignardé au ventre. D’un seul coup, elle l’ouvrit comme un cochon à l’abattoir. L’homme avait ensuite été laissé mourir comme ça.

Alors que nous étions tous choqués par cette démonstration de brutalité, elle avait attaqué un autre chevalier. Ainsi, le massacre avait commencé.

Nos attaques ne pouvaient même pas percer ses barrières magiques, sans parler de rayer son armure. Pourtant, tous ceux qui avaient essayé avaient été déchirés par ses mains nues ou incendiés par ses flammes, qu’elle contrôlait. C’était comme lutter contre une sorte d’abomination démoniaque incarnée qui voulait nous déchirer.

Les flèches ne l’avaient pas affectée, mais elle en avait attrapé et les avait renvoyées à ses ennemis. Toutes n’avaient pas atteint leur but, mais cela avait fonctionné comme une distraction. Quand elle s’était approchée assez près des archers, elle leur avait fait manger leurs carquois justes avant de leur arracher le visage.

Plusieurs des travailleurs avaient été brûlés vifs et même les sorts d’eau n’étaient pas assez puissants pour éteindre ces flammes. Je les avais écoutés alors qu’ils poussaient leur dernier souffle dans une agonie absolue.

Il était étrange de dire que bien que cette demoiselle ait couru avec son épée tirée, elle n’avait même pas utilisé sa lame une seule fois. Chaque attaque avait été faite avec l’aide de ses griffes et de sa force brute.

« TOI ! Fais quelque chose ! Tue-la ! C’est pour cela que tu as été payé ! » M’avait crié l’évêque.

« Faire quoi ?! Ne voyez-vous pas qu’elle est devenue complètement folle ? C’est VOTRE faute d’avoir enlevé cette petite fille ! Vos propres péchés vous ont rattrapé ! Nous avons tous été entraînés dans votre punition ! » Je lui avais crié avec un dégoût absolu dans le ton de ma voix.

Eh bien, la politesse importait peu maintenant. De toute façon, elle allait le tuer, mais je pourrais peut-être me sortir de cette situation si je lui demandais. Même s’il était vrai que je ne me souciais pas d’aider les opposants ni d’empêcher que cette situation ne se produise, ce n’était pas à moi de le faire. On m’avait seulement dit de ne pas prendre soin des esclaves que cet homme avait ruinés.

« TOI ! COMMENT OSE-T… » Ses mots furent abrégés alors que la dragonne apparaissait derrière lui comme une démone revêtue d’une armure rouge et entourée de flammes affamées.

D’un seul coup, elle avait transpercé le dos de l’homme et avait passé sa main sur sa poitrine, révélant ainsi le cœur toujours palpitant de l’homme.

À ce moment, j’avais aperçu son regard et il était si froid que j’avais cessé de respirer pendant une seconde.

Ses doigts se resserrèrent autour du cœur de l’évêque jusqu’à ce qu’ils soient passés à travers les espaces vides qui les séparaient, comme une pâte de viande rouge toujours aussi dégoûtante.

Elle sortit sa main, couverte de flammes, brûlant le sang contaminé qui osait toucher son armure.

Il n’y avait même pas un moment d’hésitation, mais elle n’avait pas encore fini.

Elle retira les yeux de l’évêque et les jeta dans les feux autour d’elle, puis elle attrapa la tête de l’homme à deux mains et la pressa jusqu’à ce qu’elle éclate comme une pastèque.

C’était terrible, mais cet homme le méritait.

Quand elle avait posé ses yeux sur moi, j’avais dégluti et levé les mains en l’air « Attendez ! Parlons de ça ! Je ne vous veux aucun mal et je n’ai jamais touché les Relliars ! » Plaidai-je.

Elle regarda à sa gauche et attrapa quelque chose.

À cause de la fumée et des incendies autour d’elle, je ne savais pas ce que c’était, mais un instant plus tard, cela avait volé dans les airs. Je la regardai, pensant que je serais peut-être épargné, mais dans la seconde qui suivit, quelque chose scintilla à la lumière des incendies.

« Urk ... »

J’avais senti la douleur se propager à travers mon corps. Avec un mouvement de poupée brisée, j’avais baissé la tête pour regarder ce qui m’avait poignardé. Au centre de ma poitrine se trouvait une épée de chevalier typique recouverte d’innombrables fissures blanches et luisantes.

Ça y est…, pensai-je puis je levai de nouveau les yeux vers la dragonne.

Ses yeux étaient aussi froids que les tempêtes de neige en Antarctique, mais sa grâce et son élégance demeuraient celles d’une noble. J’avais alors réalisé que j’avais tort pour elle. Elle n’était pas une démone…

Et ainsi elle descendit des Hauts Cieux, dévastant les pécheurs et sauvant ceux qui gardaient leur Lumière Divine. Pour gagner les éloges d’Odin, ses Valkyries ont volé à travers les cieux avec un grand plaisir..., avais-je pensé en me souvenant de ce passage d’une légende que j’avais lue avant de quitter l’empire Akutan.

Je fermai les yeux et tout fut fini.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire